Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

Le successeur de Luc Laventure attendu le 14 mars à la tête de France Ô

Luc Laventure, jusqu’alors directeur d’antenne à France Ô, devrait être remplacé le 14 mars prochain. Aucun nom ne filtre, mais certaines sources proches de la direction ont évoqué « une ou un successeur ». Il semble que le directeur du pôle France Ô et les chaînes 1ère, Claude Esclatine, contrairement à ses prédécesseurs François Guilbeau et Yves Garnier qui ont eu l’air de ne jamais trop oser y toucher, soit en train d’achever sa prise en main de l’ancien RFO. Luc Laventure a sans doute eu le mérite de faire vivre la station de Malakoff depuis le lancement de RFO Sat, puis de France Ô, mais sa politique en matière de programme n’a pas toujours été heureuse puisqu’il a réduit le budget consacré aux programmes de stocks (des documents à valeur patrimoniale) pour l’affecter aux programmes de flux (des programmes éphémères : émissions de plateau, informations, jeux, météo, sport, certains magazines…). Quant à la ligne éditoriale qu’il entendait mettre en œuvre sur France Ô, il n’a pas su faire passer son message qui consistait à parler de l’outre-mer, mais aussi du reste du monde vu depuis les outre-mer, ou encore des gens au contact des Ultramarins de l’Hexagone ou des territoires... Réduit à sa version simplifiée, c’est devenu ce concept de chaîne de la diversité qui, au lieu d’ouvrir les Français sur les autres et les ailleurs (y compris en Hexagone avec les cultures urbaines), les a enfermés dans une chaîne facilement qualifiée de ghetto… Voilà tout l’enjeu que la ou le successeur de Luc Laventure devra maîtriser. Puisque, ainsi que le stipule son cahier des charges, France Ô doit être « la chaîne de la mixité et de la diversité culturelle » et offrir dans l’Hexagone « une vitrine de choix à toutes les composantes qui participent de l’identité de la communauté nationale, en particulier aux populations ultramarines ».

FXG (agence de presse GHM)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cesar 05/03/2011 21:24



Bertrand Dicale, est né de père guadeloupéen et d'une mère auvergnate, diplomé de l'Institut d'études politiques de Paris et du centre de formation des journalistes : son dernier livre : Maudits
métis chez Lattès...Il faut sortir un peu!!!!



thierrrrrry 05/03/2011 21:07



Les sensations de malheurs de Bertrand Dicale le concernent, mais la joie presque naturelle, "chère" à la société antillaise, bien qu'il soit de bon thon de ne pas la montrer, démontre que de
nombreux métissages peuvent être "heureux".


De nos jours qui est victime qui est bourreau, comme dirait Delarue ça se discute. Simple question conceptuelle. La hiérarchie de quelles valeurs parle-t-on ?


Dicale et Olivet sont-ils représentatifs du métissage antillais ? Je ne pense pas.



Cesar 05/03/2011 20:00



Relever le défi du métissage en France, discours à Palaiseau de notre Président le 17 décembre 2008…ils ont toujours un train de retard à RFO…


A méditer


Bertrand Dicale assure que le métissage, c'est-à-dire le partage d'égal à égal, reste un leurre dans notre société prétendument plus ouverte : "La double
culture ne vaut que si elle confirme et même réassure la culture majoritaire."


Un métissage particulièrement douloureux, celui de la société antillaise où doivent coexister la part du maître et celle de l'esclave, où la couleur, du clair au
foncé, hiérarchise encore largement la vie sociale.


Fabrice Olivet rejette également une vision irénique dans La Question métisse. Même si "la conception d'un métis commence par un
acte d'amour, donc un acte de joie", la suite n'est qu'un combat au quotidien pour obtenir l'acceptation sociale, qu'un usant aller-retour entre les deux parts de soi : "Je suis noir
et blanc, bref, génétiquement situé dans le camp des victimes et des bourreaux."



Eric 05/03/2011 19:17



Vous avez dit métissage ? Il faut dénoncer cette "surexploitation abusive et à visée ouvertement commerciale qui est faite aujourd'hui de ces notions. Tout est "métis", des voitures à la
mode, en passant par la cuisine, les arts...cela étant censé permettre de renouveler la culture occidentale, jugée désormais trop convenue. Mais cette notion de mettissage selon nos penseurs
est liée à celle de postmodernisme et de post-colonialisme. Séquence Pub "Ya Bon banania" "Le métissage, c'est comme le chocolat liégeois, mais touillé!" Denis M



gerard 05/03/2011 18:20



"Chaque fois qu’il est question de valeurs occidentales, il se produit, chez
le colonisé, une sorte de raidissement, de tétanie musculaire. [...] Or il se trouve que lorsqu’un colonisé entend un discours sur la culture occidentale, il sort sa machette ou du moins il
s’assure qu’elle est à portée de sa main. La violence avec laquelle s’est affirmée la suprématie des valeurs blanches, l’agressivité qui a imprégné la confrontation victorieuse de ces valeurs
avec les modes de vie ou de pensées des colonisés font que, par un juste retour des choses, le colonisé ricane quand on évoque devant lui ces valeurs." Frantz fanon



gerard 05/03/2011 18:02



quel archarnement sur un homme qui s'est battu pour cette chaine! Que de jalalousies crées! un article completement à charge!



thierry 05/03/2011 14:53






En terre d'Afrique des déplacements sont toujours possibles, mais aux Antilles, les îles sont si petites et chaleureuses que seules les tentatives de colonisation
des imaginaires seront possibles à moyen terme, mais elles seront rattrapées par les maîtres spiritueux des états-unis voisins, comme en métropole d'ailleurs.


La diversité est forcément enrichissante en culture par l'enseignement qu'elle apporte, mais elle ne change pas la nature intime de l'homme.


Le plus grand spectacle est celui de la vraie vie. Peut-être pas celui que l'on choisit de regarder ou d'écouter via un média électronique.


Les plus grands commandeurs sont en télé spectateurs des goûts du public.


L' essence est une chose, le moteur humain une autre chose....Espionner est un fait, dépasser le maître rarement réalisable. d'où la sagesse de ne pas vouloir apprendre au singe à faire la
grimace.


La fermeture de RFO est au moins un double échec. 1ère ment, peu regardée cette chaîne dans son but avoué n'a jamais séduit grand téléspectateur. Plutôt "deuxièmement" elle démontre que les vrais
décideurs politiques de ce média font dans "l'affectif" alors que le professionnalisme "à l'américaine..." privilégie le raisonnable pour atteindre une (quelconque) "audience".


Les réseaux américains libèrent les esprits, ceux que l'on aimerait mettre en place en France et surtout aux Antilles "divertiront" les esprits.


La fonction de la télé est de faire "rêver" les esprits. RFO continuera sa mission sous un autre nom, mais avec un autre public et d'autres rêves. On observe cependant un décalage temporel entre
les rêves des esprits du nord et ceux des esprits du sud. Toute la question est de savoir où l'on se place plutôt, en général.


 



Ultramarins 05/03/2011 13:08



Une nouvelle époque a commencé dans l'histoire de la TV ultramarine. De preux chevaliers venus d'ailleurs vont aujourd'hui nous enseigner l'altérité. Leur concept télévisuel pour Fô en
conquérants De Palos de Moguer, ces nouveaux capitaines d'industries ont inventé pour la TV le concept du "métissage". Ivres d'un  rêve héroique et brutal, ils viennent s'approprier le
fabuleux métal, que nos imaginaires mûrissent de nos differences.Ils espèrent des lendemains épiques et savent mieux que nous, notre essence....C'est un fait ! Nous sommes bien des populations
colonisées, méprisées. Ils parlent de nous comme s'ils étaient nous.Toutes nos évidences sont niées, ils savent pour nous. Ils nous baptisent ulramarins, domtomiens, ultrapériphériques. Ils
viennent , ils prennent. Et de ghetto, ils dénoncent en s'acheminant vers la création d'un  autre. Une constance : ils sont toujours aux commandes, tirent toujours les
ficelles des pantins que nous sommes.



José Vatin 05/03/2011 12:05



Quel rôle Jouez vous? Fossoyeur patenté des vrais ultramarins ou homme lige de Patrick Karam? Certes, Luc Laventure à parfois commis quelques erreurs comme tous ceux qui travaillent beaucoup
mais reconnaissez lui au moins le mérite d'être un grand professionnel qui à formé de nombreux jeunes compatriotes. IL ne méritait pas d'être traité avec tant de mépris.


L'observateur. 



remy 05/03/2011 11:58



Jamais on aura vu autant de justification et d'energie pour salir le travail d'une personne!!!! Pourquoi deployer tant d'energie!!! En plus à la lecture del'article  , c'est tellement
clair!! on essait de nous laver le cerveau. Un peu de respect et de dignité. vraiment que de jalousies pour un seul homme!Il aura marqué lhistoire de cette chaine comme celui qui l'a construit
pendant que d'autres vont la marquer comme des nettoyeurs!! ou des demolisseurs!