Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 18:07

Jeanny Marc dit « oui peut-être » à l’article 74

Jeanny Marc exposait, dimanche à Paris, sa position sur les régionales et la réforme de la gouvernance.

La députée de la 3e circonscription (apparentée PRG) et maire de Deshaies a réuni à Paris, dimanche, des Guadeloupéens et Deshaisiens installés en région parisienne pour présenter son travail d’élue ainsi que sa vision sur les régionales à venir et la réforme de la gouvernance qu’elle estime nécessaire.

« Gérer ce que l’on apprend aux enfants dans les écoles, gérer le commerce, gérer la fiscalité... » Pour Jeanny Marc, il s’agit de dire à la France ce que les Guadeloupéens veulent gérer. « A ce moment-là, on prépare une loi organique qui transfère un certain nombre de compétences au département. La Guyane et la Martinique ont demandé à être gérés par l’article 74. Il faut savoir qu’aujourd’hui il y a Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna, Saint-Barth et Saint-Martin qui sont sous le 74. Et chacun de ces territoires a choisi ce qu’il voulait permettre à l’Etat de gérer. Le territoire qui a le plus d’autonomie par rapport à la France, c’est Saint-Barth. » Article 74 : quatre territoires, mais quatre projets différents. Jeanny Marc revient sur la situation en Guadeloupe : « Les élus de Guadeloupe ont dit qu’ils n’étaient pas encore prêts et ont pris dix-huit mois pour travailler sur un projet et à partir de celui-ci, ils décideront quelle type de gouvernance adopter. Sauf que les dix-huit mois arrivent à terme en décembre 2010 et que nous avons déjà perdu trois mois. Il ne reste plus que quinze lois et on n’a toujours pas installé le comité guadeloupéen pour le projet, ni les comités communaux, ni les comités de bassin. Donc on ne sait pas. Je pense que les élections régionales vont permettre à l’équipe qui sera en place de préparer cette nouvelle gouvernance. La perspective, c’est quelle Guadeloupe et comment voir les choses. »

 


 « Je pense que les élections régionales vont permettre à l’équipe qui sera en place de préparer cette nouvelle gouvernance »

 


Aujourd’hui, le président ne s’est pas prononcé sur le 74 mais son attitude et certains propos laissent penser à Jeanny Marc que son choix va davantage vers le 74 quand il dit (en substance) que « ceux qui feront peur sur une perspective de changement aux Guadeloupéens vont me retrouver devant eux ». Enfin, le député maire de Deshaies laisse deviner son tropisme : « Je dis oui, peut-être un changement mais il faut qu’on nous dise comment, avec quoi. On ne va pas faire comme si tout ce que nous avions fait avant, tout ce que nous avons apporté à notre communauté, soit réduit à néant. On aura des exigences et il faudra que la France accompagne ces territoires si, effectivement, il doit y avoir évolution. » Elle ménage toutefois une issue de secours : « Entre le 73 où il y a égalité législative et le 74 avec la spécialité législative, il y a encore une posture avec ce que la loi permet dans le cadre de l’article 73, l’expérimentation dans certains domaines. Dans le cadre de la LODEOM, le gouvernement a permis au conseil régional de pouvoir gérer directement la formation et la maîtrise de l’énergie. Donc en termes d’expérimentation, on peut demander à expérimenter dans un certain nombre de domaines. Ca se fait sur une période de 4 à 6 ans et après, soit on revient à la position de départ, ou alors on continue. Donc entre 73 et 74, il y a quand même cette possibilité. Mais après la crise, il y a quand même en ligne de mire la nouvelle gouvernance. » Et selon elle, le débat de la campagne électorale des régionales doit préfigurer la question à la quelle les Martiniquais et les Guyanais répondront dès janvier prochain.

Propos recueillis par FXG

Photos : Qu'elle pose avec Gabrielle Louis-Carabin ou Marie-luce Penchard le même jour, montre bien la place à part que Jeanny Marc entend prendre en Guadeloupe...

 


La députée est revenue sur son appartenance au groupe apparenté PRG à l’Assemblée nationale

« Je ne pouvais pas intégrer le groupe PS dans la mesure où j’ai eu une campagne législative très difficile avec le PS. J’ai rencontré Christiane Taubira et tout naturellement, je me suis inscrit dans son groupe qui regroupe beaucoup d’élus ultramarins. »

Sur son soutien à la réforme constitutionnelle de juillet 2008

« Nous avons été quelques uns de gauche à avoir voté oui à la réforme constitutionnelle, ce qui avait déchaîné certaines passions. Nous l’avons fait en tenant compte notamment du fameux article 73 rénové qui permet aux DOM d’adapter les lois, ce que les deux collectivités n’ont jamais réellement essayé. »

Sur le LKP

« Lors du mouvement du 20 décembre 2008, on a permis à tous les chefs d’entreprise d’aller dans la rue, de tout bloquer… On leur a dit qu’il n’y aurait pas de sanction. Puisqu’il n’a pas eu de sanction pour ceux qui ont bloqué le 20, le LKP a agi de même. Malheureusement, on avait un préfet qui débarquait sur son premier poste, sans feuille de route, qui a été dépassé par les événements… On a vécu ça à cause de ça, du fait que l’Etat n’avait pas pris ces problèmes au sérieux. Le mouvement avait sa raison d’être car il y avait des problèmes en train de mijoter et si le LKP ne les avait pas mis sur le tapis, ce sont tous les petits jeunes qui les auraient fait remonter dans moins d’un an. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents