Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 17:15

Jocelyn Akwaba Matignon explore l’univers

Jocelyn-Hurez-photo-Alfred-Jocksan.jpgJocelyn Akwaba-Matignon expose à la galerie Everarts de Paris jusqu’en février 2012, après avoir participé à une exposition collective au Caroussel du Louvre. Cet ancien maître-verrier peint sur la toile l’univers. Il a trouvé son support d’expression.

De son vrai nom Jocelyn Hurez, 50 ans, queue de cheval et silhouette  amérindienne, l’artiste de Dugazon/Abymes vit sa peinture selon la trilogie de son identité culturelle, le triangle de sa constitution, véritable clin d’œil à l’Afrique, à  l’Europe et la culture amérindienne. Un choix que  Jocelyn a fait en pratiquant un voyage à l’envers. Après des études  en France, un travail dans un groupe informatique et un passage dans l’industrie, il se retrouve au Bénin où il a été ébloui par les cocotiers d’Ouidah. « Entre ce qu’on dit  de l’Afrique et ce qu’on y vit, il y a un monde. Le premier jour où j’ai mis mes pas sur la terre d’Afrique, j’ai eu un frisson, mes poils se sont dressés. Ca m’a, en partie, reconstruit. Et à Ouidah, à la porte du non-retour, j’ai été symboliquement frappé par la position des cocotiers qui sont droits. En Guadeloupe, ils sont couchés. » Après ce périple initiatique, il a repris pied sur ses terres des Antilles.

kiukan-AJocksan.jpgSa création est tournée vers l’esprit de ses ancêtres. En partant des masques africains, il en vient à ce qui est  masqué et voilé à la conscience pour nous pousser à rentrer dans son travail artistique. Son travail actuel est orienté vers la cosmogonie Maya et la médecine amérindienne. Tous ses personnages s’appellent des kioukans. Son questionnement repose sur le temps et l’identité. Un visuel  tantôt caché voire masqué par un autre. Une mémoire hérissée... Mais les choses restent simples pour cet ancien maître-verrier. Aujourd’hui, il est dans un univers beaucoup plus ouvert. L’homme avance et constate que l’horizon recule toujours. Car la vie est une quête sans fin.

Alfred Jocksan (agence de presse GHM)Avance-masque-du-peintre-Akwaba-Matignon-photo-Alfred-Jocks.jpg

A la galerie Everarts

8 Rue Argenson  75008 Paris

tel : 01 42 65 54 88

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents