Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 06:00

« L’orientation sexuelle n’a pas de couleur, pas d’origine raciale, pas de culture ou de religion prédéterminées »

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les homophobies, le 17 mai, une série d’associations et personnalités ultramarines ont signé un texte de soutien aux LGBT. Parmi eux, la fédération Total Respect (Tjenbé Rèd), l’association pour la promotion et le développement des sportifs ultramarins, le Black Caucus France, le Cégom, Initiative sida outre-mers, la fédération lesbienne, gaie, bi et trans des Français/es d’outre-mers et de leurs proches, Outre-mers hommes et nature en danger; ou encore, à titre individuel, David Auerbach Chiffrin, Chantal Berthelot, députée de Guyane, Ruddy Jean-Jacques,

gérant de la société Art de fondre, Luc « Lucafrika » Larbalétrier, membre du Cégom, Pierre Pastel, président du Cégom, Serge Romana, président du CM98, Viviane Rolle-Romana, docteur en psychologie, conseillere régionale PS d’Ile de France, Jean-Jacques Seymour, ou René Silo, président de l’APDSU.

Voici leur contribution :

« Alors que les discours et les actes de haine homophobes et LGBTophobes continuent de se répandre en France, en Afrique et ailleurs dans le monde (notamment en Russie), coïncidant avec une vague de nationalisme et d’affirmation agressive des régimes les plus autoritaires, nous estimons qu’il est urgent que les démocrates et les personnes les plus soucieuses du respect de l’autre se rassemblent et expriment leur solidarité avec nos frères et sœurs LGBT. Ce rassemblement ne doit pas connaître de frontière : l’orientation sexuelle et l’identité de genre n’ont pas de couleur de peau, elles n’ont pas d’origine ethnique ou raciale, elles n’ont pas de culture ou de religion prédéterminées. Chaque communauté, chaque population, chaque nation à la surface de notre planète en connaît la pluralité et devrait la respecter, à Paris comme à Yaoundé, à Cayenne comme à Kampala, à Lille comme à Hararé.

Ainsi, c’est un malien, Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, qui a déclaré que « la discrimination et la violence rendent les personnes LGBT vulnérables à l’infection au VIH et limitent leur accès aux services sociaux et de santé ». Ainsi, les cultures premières, africaines ou ultramarines, ne sauraient servir de prétexte à justifier les discours et actes de haine homophobes ou LGBT-phobes, mettant au contraire en avant les notions de solidarité et de respect de chaque personne humaine (à l’image du concept sénégalais de terenga ou de la charte du Mandén, proclamée à Kouroukan Fouga en 1222, puis inscrite en 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui dispose que « toute vie est une vie » et évoque l’expression créole « tout’ moun sé moun »).

La diversité des orientations sexuelles et des identités de genre fait partie de la diversité humaine: elle est une richesse, elle constitue une part de notre humanité. La respecter, c’est garantir que chacun ou chacune sera respecté/e en son identité, en sa différence, en sa

spécificité. Ne soyons pas dupes des divisions factices que les mauvais gouvernements aiment à soulever pour détourner la colère des peuples vers des boucs émissaires d’autant plus faciles à trouver qu’ils existent partout: qu’il s’agisse d’orientation sexuelle ou d’identité de genre mais aussi de religion, de couleur de peau, de statut social, d’état de santé, d’âge, de sexe ou d’origine (sans que cette liste soit limitative), l’atteinte aux droits d’un seul reste une menace aux droits de tous. »

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents