Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

JR.jpgJR, photographe :

" Mes premières photos, je les ai vraiment collées dans ma rue "

Au Kenya, dans une favela de Rio, sur les quais de l’île Saint-Louis, il expose ses photos en décor naturel et dans une mise en scène tendance landscape. Rencontre avec un jeune homme de 27 ans nommé JR (il se plaît à taire la signification de ces deux lettres, proposant hilare : Jean-Robert ou Juste Ridicule…) dans une galerie de la concession française à Shanghaï où il s’apprête à exposer des visages sur de murs de la grande mégapole chinoise.

Votre concept, c’est exposer dans le plus grand musée du monde ?

Le plus grand musée du monde… La rue, dans toutes les rues du monde, dans les endroits où l’on ne s’attend pas à voir de l’art, dans des zones souvent très retirées. L’idée, c’est de faire voyager ces photos ou, des fois, prendre des photos dans un endroit et les ramener dans cet endroit, comme au Brésil, au Kenya, au Cambodge ou en Inde… On a été dans des endroits perdus et on a pris ces photos et on les a recollées…

Vous dîtes « on », pourquoi ?

Je dis toujours « on » parce qu’on est toute une petite équipe à travailler à coller. Je dis « on » aussi parce qu’on implique les populations locales. C’est vraiment un travail qui fédère les gens sur place.

jr-on-the-bund.jpgQue faîtes-vous à Shanghaï ?

On est en train de travailler sur la suite de Wrinkles of the town (les sillons de la ville) qui est un projet démarré à Carthagène (Espagne), il y a 1 an et demi. C’est le deuxième volet de ce projet qu’on fait ici à Shanghaï et qui va être exposé au musée des beaux-arts et à la galerie Magda Danisz. Là, on est en train de faire les portraits tous les jours, de repérer les endroits où on va revenir coller en octobre.

Où collerez-vous les photos ?

Dans des endroits abandonnés, des immeubles… Ce sont vraiment des portraits de personnes très ridées en contraste avec cette ville qui est en mutation… De nouveaux immeubles qui se construisent, d’autres qui se détruisent… Et qui apparaissent comme des ovnis au milieu de cette ville. Ce sont des photos noir et blanc découpées de profil. Ce ne sont pas toujours des regards, bien au contraire, c’est vraiment l’idée de travailler sur la peau, le visage… J’ai déjà fait une étape de ce projet en Espagne dans une petite ville…

arles-video-kill.jpgVous êtes un Parisien à la recherche de gueules à travers le monde ? C’est ça que vous cherchez ?

Moi, qu’est-ce que je cherche ? Je suis un grand curieux, je voyage un peu partout dans le monde, souvent dans des endroits que je découvre à la télé, dans les media. Tous les endroits comme le Brésil ou le Kenya sont des endroits qu’on connaît tous parce qu’on a vu des événements violents s’y passer et je suis juste passé de l’autre côté du poste. J’ai eu envie d’aller voir par moi-même et d’aller me balader là-bas. Et puis, il y a d’autres endroits où je suis juste curieux d’aller découvrir, ou des fois, je suis invité par des institutions ou des musées. Et là, ça me permet de prolonger dans des endroits où moi-même je n’aurai pas pensé à aller.

Et la prochaine fois, ce sera où ?

arles-snop-visee.jpgL’année en cours est un peu chargée. On va faire à la fois des expos parce que je trouve que c’est aussi important que les projets, de montrer l’envers du travail, les vidéos… Donc là, on fait San Diego (USA), on retourne au Kenya mettre des bâches ; on part en Suisse faire une grosse expo à Vevey, ensuite en Inde, on retourne à Rio fin septembre, ensuite on va à Londres, puis Shanghaï en octobre, novembre encore au Brésil, et Miami pour Art Basel en décembre et ensuite, l’année prochaine, on réattaque sur la suite des projets avec de grosses expos en France. Parce qu’on attend toujours un an et demi, deux ans avant de refaire une exposition dans un même lieu.

Où sera-ce en France ?

Il y a deux gros projets en préparation. Il y a le parc de la Villette. On m’a donné tout le parc à repenser, enfin pour exposer… Et puis il y a rune exposition collective qui se trame au centre Pompidou pour mai 2011 sur l’Inde. Donc en fonction du travail produit cette année, j’y participerai ou pas.

arles-JR-14.jpgIl y a toujours vos traces en Arles…

Alors Arles cette année, j'y ferai juste une petite conférence sur le projet de Vevey avec le musée de l’Elysée (le musée de la photographie) qui est à Lausanne.

Et à quoi rêvez-vous ?

Je rêve à une prise de conscience de l’impact d’une image, d’apprendre à regarder par soi-même, ne pas se laisser forcément guider par les images parce que je me rends compte qu’à la fois les images sont ce qu’on montre dans le médias, mais les images qui nous entourent ont un réel impact sur nous et le monde qui nous entoure. Mon travail part beaucoup de cette réflexion de ce que renvoie l’image et de la conscience qu’on doit avoir dans sa lecture. J’invite souvent les gens à repenser, à revoir par eux-mêmes des endroits, à casser les clichés que l’on pense connaître.

Propos recueillis par FXG

Photos : Régis Durand de Girardarles-chaise-longues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fefdinand 28/06/2010 17:31



CA C'EST GRAND !!!!!!! C'EST ÉNORME !!!!!