Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 07:00

L’UNESCO s’empare de la question des réparations liées à l ‘esclavageReinette-Schmidt-beckles-diene-Moussa-Iye-Unesco.jpg

A l’occasion des 20 ans de la Route de l’esclave, ses animateurs à l’UNESCO ont placé la question des réparations au coeur des actions à mener pour les dix prochaines années.

Il y a vingt ans à Ouidah au Bénin, l’UNESCO lançait la Route de l’esclave. Il s’agissait de “promouvoir une meilleure connaissance culturelle, historique et patrimoniale des personnes d’ascendance africaine”. Ce projet répondait à la charte de l’UNESCO qui stipule que “l’ignorance ou le voile qui couvre des événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle entre les peuples”.

Hilary-Beckles-Barbade.jpgHier, au palais de l’UNESCO à Paris, on célébrait cet anniversaire et on débattait pour “identifier des actions pertinentes” à mener pour les dix prochaines années. 2015 marquera le début de la “decennie internationale des personnes d’ascendance africaine”. Dans la salle de conférences et sur l’estrade, des spécialistes venus d’Afrique, des Amériques, de la Caraïbe, d’Europe… “L’histoire du droit et des traffics humains, l’histoire de la justice dans la construction de la légitimisation de l’esclavage”, sont les themes abordés par Nelly Schmidt, chercheur en histoire au CNRS, avant d’annoncer la nécessité de “faire un grand travail sur les reparations”. “La question des reparations, explique le vice-recteur de l’université à la Barbade, Hilary Beckles, permet d’empêcher que l’héritage de l’esclavage soit passé sous silence.” Et, le chercheur precise : “Il faut le connaître si l’on veut comprendre la creation des diasporas africaines, or il y a des resistances à la diffusion de nouveau savoir, il y a de l’indifférence par rapport à ces recherches.” Voilà entre autres ce qui motive des reparations du point de vue du college scientifique de la Route de l’esclave. 

“Crime sans châtiment”

Doudou-Diene.jpgDoudou Diène, l’initiateur du projet il y a vingt ans, a mis le doigt sur “l’ambiguïté des commémorations, rituels répétitifs qui occultent les questions de fond”. Et la question est lourde puisque Jean-michel Devos, professeur honoraire à l’université de Nice et specialist du 18e siècle a écrit : “La traite et l’esclavage sont le plus grand crime de l’histoire de l’humanité par sa durée et son ampleur.” La loi Taubira en a fait un crime contre l’humanité. Doudou Diène souligne le paradoxe : “Un crime sans châtiment et non documenté.” Il veut donc redonner à ce crime sa substance, sa réalité. Voilà le défi lancé aux historiens. “Un silence idéologique a été construit pour marginaliser une page infamante et la racialisation a permis de construire la hiérarchisation pour légitimer l’esclavage”, poursuit-il avant d’opposer à l’invisibilité des victimes, la presence actuelle des afro-descendants. Et à la carte de la traite et de l’esclavage, il superpose une carte économique et ethnique révélatrice des séquelles sociales laissées sur la Route de l’esclave. Il faut donc ce qu’il appelle des reparations éthiques, historiques, éducatives et sociales.

“La question des réparations est transnationale.” Myriam Cottias, présidente du comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) est intervenue pour annoncer qu’elle avait lancé une mission sur la question des reparations. Le CMNHE n’a pas attendu une saisine du ministère des Outre-mer ou de la Justice, il s’est autosaisi du sujet comme ses statuts l’y autorisent. Les premières auditions débuteront en novembre. Le CNMHE entend constituer une base de données des textes les plus importants sur la question des réparations. Le Commission consultative des droits de l’homme lui a emboîté le pas.

FXG, à Paris


Les Routes de l’esclave

Conference-route-de-lesclave-UNESCO.jpgEn vingt ans, la Route de l’esclave s’est enrichie de très nombreux parcours, sites et monuments liés à l’histoire de la traite transatlantique, de l’esclavage et de leurs abolitions. En France, outre le memorial de Nantes, un parcours “Route de l’esclave” relie dans l’Est le fort de Joux, la Maison de la Négritude à Champagney, le musée de l'abbé Grégoire à Emberménil, la maison natale de Victor Schoelcher à Fessenheim et le couvent d’Anne-Marie Javouhey à Chamblanc. Michel Reinette, animateur du colloque a annoncé l’ouverture prochaine en Guadeloupe du Mémorial ACTe.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Kunta Taubira 14/09/2014 20:20


Les chercheurs et intellectuels antillais travaillent hardement (également) sur ces grands sujets qui prennent du temps faute de grands moyens. Les réponses pertinentes à certaines questions
demandent apparemment de longues réflexions et investigations. M. Domota, gras comme un voleur (ce qu'il n'est probablement pas) veille aux grains. Par contre savoir si dans les grains il y
aurait des larves de moustiques chikoungouniées et un jour des variétés d'Ebola est une question actuelle. Ne serait-ce pas là le début d'un futur  esclavage de la biologie... qui sera
nécessaire si l'on voudra vivre.

Articles Récents