Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

8-laura-fessel.jpgLaura Flessel, sextuple championne du monde qui aura 39  ans le 6 novembre, a annoncé hier à Paris son intention de relever le défi des JO de Londres après les championnats du monde d’escrime qui se tiennent dans deux semaines à Paris. Interview

« Londres, l’ultime défi »

Quelle suite avez-vous décidé de donner à votre carrière après les championnats du monde ?

Vous allez devoir me supporter pendant encore deux ans parce que, après mûres réflexions, on a décidé de continuer. Je dis on parce qu’il s’agit de la cellule familiale et de la famille de l’escrime. On a eu des victoires, on a essuyé des frustrations…Mais oui je continue, oui ce sera Londres l’ultime défi !

Qu’est-ce qui vous pousse à continuer ?

5-laura-fessel-TGP.jpgC’est ma fille ! Elle a envie de rencontrer la reine d’Angleterre (rires)… Ca a été aussi simple que ça. Elle a grandi ; elle a 9 ans et elle a envie de vivre les Jeux olympiques, autrement que petite fille, puisqu’elle était à Athènes… Elle a envie de les vivre avec moi et d’encourager l’équipe de France. Elle veut aussi une petite sœur, mais la priorité, ce sont les JO. Par la suite, on s’occupera de l’opération bébé !

Est-ce une décision qui a été difficile à prendre ?

Elle a été longue à prendre, elle a été pleine de remise en question et la réflexion a bien duré trois mois à me dire : « J’arrête, je continue, j’arrête, je continue… » Il y avait deux choix, oui ou non, et celle qui a tranché, c’est ma fille.

Londres, c’est le point final ou il y aura encore après Rio en 2016 ?

L’ultime défi sera Londres et, par la suite, comme j’ai plus de quinze ans de haut niveau et que l’escrime m’a permis de me découvrir, je ne me vois pas égoïstement, après mon arrêt de carrière, quitter l’escrime. En accord avec la fédération, j’amènerai ma pierre à l’édifice, j’amènerai mon expérience pour renforcer l’équipe fédérale. Mais en l’occurrence, l’ultime défi restera Londres.

6-laura-fessel.jpgVous aurez 42 ans au moment des JO de Londres, ne craignez-vous pas qu’on vous compare à Jeannie Longo ?

Elle en a dix de plus que moi… Mais j’aimerai bien avoir sa longévité même si je m’arrêterai avant puisque j’ai d’autres objectifs. C’est quelqu’un qui a fait de très belles choses pour la France, alors la comparaison ne me gène pas. Je prends ça comme un compliment.

Quinze ans de haut niveau et deux années supplémentaires, comment envisagez-vous la chose ?

L’année 1971 est une bonne cuvée ! Je n’ai pas remporté trop de blessures mais l’âge est quand même présent. On a bien planifié l’objectif et du coup, on continuera à travailler en qualité pour être opérationnel dès février 2011. On commencera alors à gérer la sélection pour les Jeux.

Vous n’avez aucune lassitude ?

Je n’ai aucune lassitude psychologique. Je reste passionnée, l’escrime me plaît. J’aime ces phases tactiques de jeu, j’aime cette pression. Je ne suis pas fatiguée et j’ai une très bonne condition physique. Si j’ai pu ressentir cette fatigue en 2000 après les Jeux de Sydney, j’en ai profité pour faire une pause maternité, mais là, je sais ce que je vais faire, c’est planifié. Ce n’est que de l’envie et il n’y aura pas de regret d’avoir continué parce que je me sens bien et que ma cellule familiale est avec moi à 200 %. L’envie olympique sera bien présente à partir du 20 novembre.

7-laura-fessel.jpgQu’attendez-vous de ces championnats du monde ?

Quand on a la chance d’avoir des championnats du monde chez soi, c’est toujours très important. On a l’habitude de voyager, d’aller faire les championnats ailleurs où on a 80 % des gens qui sont contre nous. Là, on aura 90 % si ce n’est pas 100 % d’encouragements. Je le prends comme un élément motivant et pas stressant. Motivant aussi car c’est une possibilité de remercier tous les gens qui vous entourent, en cas de victoire comme en cas de défaite, car on est seul sur la piste mais il y a tout un entourage qui vous permet d’atteindre ce niveau. C’est donc un moyen de dire merci et lorsqu’il y a des médailles, c’est évidemment la cerise sur le gâteau.

Vous visez un 7e titre mondial ?

Je ne collectionne pas, je gagne. J’essaie de gagner tout au moins. Mon objectif est d’être le jour J prête et affûtée pour représenter au mieux l’épée féminine avec mes coéquipières.

2-laura-fessel.jpgEt après Londres, savez-vous précisément ce que vous ferez ?

J’aime beaucoup le monde de l’organisation d’événements sportifs donc il y aura une branche dans l’événementiel sportif, une branche dans le milieu social et une autre dans le milieu fédéral si mon directeur technique national le veut… Et puis, comme je suis issue d’une famille de quatre enfants,, on va aussi tenter d’élargir la cellule familiale. Après c’est sûr que je ne passerai plus autant de temps sur les pistes, mais il y aura l’envie de se faire plaisir et, en ce sens, avec le Lagardère Paris Racing, je me donnerai de temps en temps en sparring partner à des filles qui se prépareront pour Rio.

4-laura-fessel.jpgRetournerez-vous en Guadeloupe ?

Je n’ai jamais quitté mon île. C’est-à-dire que je vis ici, mais dès que j’ai le temps, j’y retourne. L’escrime m’a permis de voyager, de faire des rencontres et je continuerai à aller en Guadeloupe. Mais y vivre pour le moment, non.

Comptez-vous vous investir davantage pour le développement de l’escrime en Guadeloupe ? Certains jeunes guadeloupéens ont de bons résultats, notamment chez les minimes et les cadets ; pensez-vous que la relève soit là ?

Avec les collectivités locales et régionales, l’escrime a apposé sa signature dans les DOM et pas seulement en Guadeloupe et on continuera à travailler dans ce sens-là. Oui, il y a une génération qui arrive mais la route est longue et l’escrime est sport de maturité. Il faut qu’ils passent par différentes étapes pour connaître le haut niveau. Donc, je serai toujours là pour les aider.

Vous avez des noms parmi cette relève ?

L’escrime est sport où il y a beaucoup de rivalités donc je tairai leur nom pour qu’ils puissent évoluer tranquillement et en toute humilité.

Propos recueillis par FXG (agence de presse GHM)

Photos : Régis Durand de Girard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

herve 19/10/2010 22:40



ho, mais qui voige a cote de madame de flessel , monsieur cyrano de Guillerm. Qui, si ca plume et egale a ca lame, cela seras l arme la plus redoutable.