Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 06:46

L’hommage aux aïeux du CM98

23 mai, date mémorielle choisie par nombre d’Antillais d’Ile de France. Depuis 1999, le CM 98, met tout en œuvre pour que cette journée dédiée aux victimes de l’esclavage colonial devienne une journée de commémoration nationale.le-village-au-pied-de-la-cathedrale---Alfred-Jocksan.jpg

Le comité de la marche du 23 mai (CM98) a installé le village Lanmèkannfènèg sur le parvis de la basilique de Saint-Denis (93). La population antillaise a rendez vous  pour un  temps mémoriel, le temps « Lanmèkannfègèg », un temps de réflexion, de commémoration, le temps d’être ensemble, de vivre et vibrer en harmonie, de penser aux aïeux. Les visiteurs, quasiment tous des descendants d’esclaves découvrent le site internet, www.anchoukaj.org, ainsi que le livre Non Nou qui répertorie les premiers noms donnés aux esclaves de la Martinique.

Reconstitution-d-une-fresque-historique-au-pied-des-tombes-.jpgSur le parvis de la basilique, en plein soleil, les curieux assistent à la reconstitution du voyage des nègres allongés dans la cale de l’Aurore, un bateau négrier, dessiné sur le sol. Une fresque humaine  avec plus de 180 participants, 400 étaient attendus. En bruit de fond la mer tapant sur la coque du navire. Et retentit à la fin le son de la conque de lambi. Certains vacillent, d’autre laissent couler leurs larmes, les visages sont tristes, émouvants, fiers d’avoir vécu ce moment. Puis les participants se sont réunis dans la salle du conseil municipal de la ville de Saint-Denis pour raconter leurs expériences. Le-pasteur-Caristan-Gilbert-et-Serge-Romana-Alfred-Jocksan.jpgMarie-Claude, venue de Lyon et originaire de Saint-Pierre, est fière mais un  peu dans l’embarras : « J’ai un vide en moi, j’ai besoin de savoir et trouver mes racines, pour conduire mes enfants. »  Le docteur Emmanuel Gordien qui a coordonné les recherches collectives sur les noms de la Martinique écoute attentivement. Le président du CM98, Serge Romana, lance: «  Nous sommes  en errance identitaire. » L’université populaire du CM98 est là pour faire savoir à la famille antillaise son origine et sa voie. La-traversee-du-champ-de-canne-Alfred-Jocksan.jpgLa prochaine étape sera de faire connaître cette démarche mémorielle en Afrique, mais 14 ans après, aucune autre communauté partageant cette histoire d’esclavage, Noirs américains, Brésiliens, Cubains, Haïtiens, ne sont là. Le travail d’éducation historique, estime Serge Romana, est indispensable pour accompagner les demandeurs de plus en plus nombreux. Ceux-ci ont aujourd’hui l’occasion d’aller sur  le site : www.anchoukaj.org, un portail de recherche pour tout savoir sur les noms de leurs aïeux.

Une cérémonie républicaine se déroule au son du ka. Le député Patrick Braouezec, le président de la région IDF, Jean-Paul Huchon, le maire de Saint-Denis Didier Paillard, Viviane Roll-Romana, conseillère régionale d’ile de France, l’ajointe au maire de la ville , Jacqueline Pavilla et des présidents d’associations antillaises inaugurent symboliquement le Square du 23 mai 1998, les rues   Amistad, Habitation Raizet et Code Noir. La ville de Saint-Denis s’approprie l’histoire du  23 mai.La-messe-Alfred-Jocksan.jpg

Une autre cérémonie, religieuse et œcuménique, rassemble les familles, toutes générations confondues. La fête Lanmèkannfènèg a pris la suite pour clôturer cette journée  de manifestation riche en émotion. La compagnie Riposte avec D’ de Kabal, l’homme à la voix magique, Dédé Saint-Prix le maitre du chwouval bwa, et les autres ont rythmé la fin de la soirée, en résonnance avec le tam-tam de l’Afrique.

Alfred Jocksan (agence de presse GHM)Spectacle-de-bele-Alfred-Jocksan.jpg


Deux mots, quatre paroles

Jakline-Pavilla-Alfred-Jocksan.jpgJakline Pavilla, maire adjointe à la ville de Saint Denis : « Nous avons franchi une étape, tout simplement en marquant les noms des rues, soit par  une habitation ou par exemple le code noir. C’est assez fort symboliquement. Pour moi, c’est une façon de faire connaitre l’histoire des Antilles qu’on ne connaît pas assez. Ici, souvent dans ma responsabilité de femme politique, je pense à ma mère qui a travaillé dans les habitations sucrières dans les années 70/72. Gamine,  je la voyais partir chaque matin dans les champs de canne. On ne se rendait pas de leurs douleurs, de leurs souffrances. Souvent, je l’évoque dans ma prise de responsabilité pour que nous soyons fiers de ce que nous faisons ».

serge-romana-RDG-.jpgSerge Romana, le président du CM98 : « J’ai ressenti, à 14 heure dans le bateau et à la célébration œcuménique, une grande paix intérieure et une grande communion avec les miens. Je ne me suis pas posé la question du CM98. Je suis marqué par ce que les pasteurs ont dit, marqué par  la force de notre histoire. Cette catastrophe humaine qu’a été l’esclavage est entrain d’être retourné. Nous sommes entrain de faire une vraie force. D’unité, mais aussi un témoignage vibrant de la vie, de ce que l’horreur est capable, malgré tout, de générer, la vie. Notre histoire témoigne que l’homme crée la vie dans m’importe quelles conditions.  De voir ses idées prendre vie, devenir vraiment chair par notre existante commune, étaient quelques choses d’apaisante,  qui nous rend  fier, qui  est bon, que devait gouter tous les descendants d’esclaves. Parce que ça unit, c’est bon pour nous et  pour nos enfants. Je suis  envahit d’émotion, de cette émotion après ça que j’ai vécu. Je n’ai pas pu sortir de la cathédrale, aller tomber dans le tambour. Je suis resté prendre cette énergie positive qui était toujours là  ».

Le-maire-de-St-Denis-Didier-Paillard-Alfred-Jocksan.jpgDidier Paillard, maire de la ville de Saint Denis : « Je dirais que Saint Denis est la ville des rois morts et des peuples vivants. Le peuple vivant est à l’image de 136 nationalités qui peuplent et font la ville. Ainsi que tous  ceux qui sont ses enfants d’esclaves, venus des caraïbes. Il est important pour nous, pour construire l’avenir de la ville de pouvoir s’appuyer  sur la mémoire de  chacun. C’est ça qui nous guide. Ce n’est pas sortir les cadavres des placards, il s’agit de construire sur la mémoire de l’époque. C’est bâtir un rapport de fraternité et de respect entre les populations. J’attend de la sincérité pour bâtir ensemble ».

Emmanuel-Gordien.jpgEmmanuel Gordien dit Toto, directeur de l’AGTHFA du CM98 : « Cette reconstitution est purement symbolique. Nos parents esclaves  sont certainement arrivés par le bateau. L’idée était, collectivement, tous ensembles que nous puissions  communier autour de ce premier voyage. Pour moi c’était la meilleure façon de commencer cette journée de commémoration de victimes de l’esclavage. Une fresque humaine, vivante, historique,  où les personnes étaient allongées dans les conditions des prisonniers africains, dans les bateaux négriers.  Pour moi c’était un symbole, d’une très haute importance. Ce temps long, ce passage du milieu est notre histoire ».

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

birahima2 29/05/2012 20:30


 il y a des choses dont il faut se rendre compte plutôt :


le fait que ça s'exprime seulement depuis 98, c'est quand même la preuve que les gens ont été éduqués brutalement bien après l'abolition de l'esclavage. Après forcément, ça fait une sacrée couche
de crasse dans les cerveaux.


par chez moi, Madame, c'est au rugby qu'ils croient ; c'est aussi plus ou moins bénévole, disons.


 

lucette 29/05/2012 17:11


Romana et Gordien ... c'est pas les 2 qui disaient aux antillais qu'ils étaient tous malades et qu'ils fallaient se soigner ??? ils ont fait du chemin ces 2 là, sans compter mme romana au conseil
régional; comme quoi ça marche toutes ces histoires; les gens sont prêts à croire à tout et n'importe quoi

birahima2 26/05/2012 14:19


Ils n'ont pas à supporter les conséquences de son problème, je regrette. 


Si de toute façon, ils feront ce qu'ils veulent, cela ne fera que les conforter dans leur sottise.


 

thierry 26/05/2012 14:07


Je pense que deux vies perdues dans ce qui semble être un accident  est toujours pénible pour les familles. D' autres s'approprient des symboliques pour exprimer leurs pensées
dans des domaines qui ne feront pas revenir à la vie les jeunes motards décédés.


La justice n'est pas parfaite, la police non plus, les motards non plus, tout en respectant la paix qui est dûe à ces deux jeunes décédés.


Beaucoup trop de gens qui ne connaissent ni le contexte, ni les faits se permettent de lancer des débats qui sont étrangers à cette affaire.


 

birahima2 26/05/2012 13:35


Laise tomber.


Je voudrais te poser une question :


La police a eu un accident de voiture. Est-ce que tu penses que c'est à Lakhamy et Moushin de supporter les conséquences de son problème ?

thierry 26/05/2012 13:30


c'est quoi un gisant ?

birahima2 26/05/2012 12:53


décidément, tu me fais penser à un de ces petits animaux de compagnie que l'on trouve aux pieds de certains gisants.

thierry 26/05/2012 12:01


Les contremaîtres noirs qui servaient donc d'intermédiaires entre le maître et l'esclave sont-ils des complices coupables ou honorables. Tout n'est pas noir ou blanc.

birahima2 26/05/2012 09:04


Vous avez envie de vous faire remarquer par Vladimir Poutine ?

Articles Récents