Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 06:35

Alain Jean-Marie, chevalier du Mérite
Alain-JeanMarie-et-sa-femme-Morena-et-la-ministre-de-l-outr.jpgMercredi soir, dans le salon Delgrès du ministère de l’Outre-mer,  le pianiste de Pointe-à-Pitre, de renommée mondiale, Alain Jean-Marie, a reçu l’insigne d’officier dans l’ordre national du Mérite des mains de Marie-Luce Penchard, heureuse d’être la marraine du grand jazzman. A 8 ans, il fait ses premiers pas dans les bals en apprenant le piano en autodidacte. En 1967, il s’envole pour le Canada avec Marius Cultier pour revenir vers ses terres en 1970. Nouveau départ en  1973 pour s’installer à Paris. Que de chemin parcouru avant de recevoir cette  distinction qui lui a donné les larmes aux yeux.
Pour l’occasion, Alain était accompagné de sa femme, Morena Fattorini, José, son frère et parrain, , Giordano Fleurette, sa marraine et tante, Jocelyne, sa sœur, et François Lacharme de Jazz mag, Jimmy Blanche, son producteur, Mario Canonge, Jean-Pierre Meunier le spécialiste de la biguine, Pierre Bouteiller, Steeve Potts, Karlos Rosten et encore Bernard Rabaud.
« Je vais vous faire une confidence, lui a déclaré la ministre de l’Outre-mer : « Moi qui aie joué du piano. Vous avez réveillé en moi, le 21 juin dernier, dans la cour der Matignon, les vibrations de ce formidable instrument… Et, je revois encore Daniel Maximin battre les pieds en rythme sur ces airs an tan lontan. »
D’autre distinctions sont venues récompenser le talent de ce pianiste hors pair. En 1999, il a reçu le prix Boris Vian de l’académie du jazz pour l’album Afterblue, meilleur album de jazz français. En 2000 et 2004 il est  récompensé à deux reprises par le Django d’or du meilleur musicien de jazz français. Mais il faut remonter à  1992 et son premier album de biguine réflexion  pour qu’il acquiert ses lettres de noblesse. En solo, en duo, en  trio, en quartet ou en big bang, Alain est partout. Un travailleur acharné, un chercheur infatigable, un homme d’expérience et de partage. Il est aujourd’hui le pianiste de jazz le plus demandé.
Appuyé sur le piano, devant l’assistance, il a laissé  couler quelques larmes d’émotion au moment où la ministre a épinglé au revers de sa veste grise l’étoile à six branches doubles, émaillée de bleu, surmontée d’une couronne de laurier portant les inscriptions de la République, l’ensemble suspendu à un ruban bleu de France en moire. « Cette médaille récompense mon obstination à vouloir faire vivre ma passion qui est la musique et surtout la musique de jazz. » Sa conception de la musique, il l’a expliqué ainsi : « Il faut être comme le bambou qui ne résonne que là où c’est creux. C'est-à-dire qu’il faut rester vide, disponible à l’intérieur et non chargé des choses inutiles qui nous empêchent de résonner. » Puis, avec sa femme Morena, Valérie Ventadour, Mariann Mathéus et Tony chasseur, au chant, il a remercié le public en musique… La soirée s’est terminée  dans un resto au pied de la tour Montparnasse.
Alfred Jocksan (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thierry 27/01/2012 07:05


C'est en gang band que le bambou résonne bruyament.

Articles Récents