Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 06:11

Une enquête sur les moines de Tibhirine

couv-moines-Tibhirine.jpgLe martyre des moines des Tibhirine reste une énigme depuis leur enlèvement par un commandant islamique et leur mort entre mars et mai 1996 dans la région de Médéa en Algérie. René Guitton, déjà auteur d’un livre sur le sujet en 2001, revient sur cette question et publie une enquête approfondie qui, si elle ne parvient pas à dénouer le mystère, éclaire sur le contexte de l’Algérie des années de plomb et la présence chrétienne sur cette terre d’Islam où la démocratie s’est arrêtée subitement après les élections législatives de 1991 qui avaient vu la victoire du Front islamique du salut. Mais au-delà de cette mise en perspective, l’ouvrage apporte des éléments nouveaux propres à rectifier certaines idées préconçues, voire certaines rumeurs. Les moines ont il été enlevés par un commando du GIA manipulé par les services de renseignement algériens ? La question reste ouverte. Les moines ont-ils été victimes d’une bavure de l’armée algérienne ? L’étude des photographies des têtes des moines qu’il a soumises à un certain nombre de spécialistes, tels des médecins légistes ou des balisticiens, semble démontrer son impossibilité, même si les têtes n’ont toujours pas été autopsiées… Mais le plus stupéfiant dans cette enquête est le récit de négociations officieuses dont l’échec aurait conduit à l’assassinat des sept frères trappistes. René Guitton raconte comment le préfet du Var Jean-Charles Marchiani, (mandaté officieusement le 6 avril 1996 par Jacques Chirac) et le général Saïdi Fodil, ancien patron du Département de la sécurité extérieure devenu chef de la 4e région militaire, se sont rencontrés à Ouargla pour mettre au point un scenario d’exfiltration des moines. Les choses semblent d’abord bien se présenter et un contact est noué avec les ravisseurs. Djamel Zitouni, chef du commando qui a enlevé les religieux, fait parvenir à Paris un communiqué, le n°43, qui montre qu’un accord a été trouvé entre eux et les négociateurs. Le GIA complète d’ailleurs ce texte par un enregistrement audio transmis à l’ambassade de France à Alger le 30 avril, qui fait la preuve que les moines sont entre leurs mains et vivants à la date du 20 avril 1996. La DGSE réceptionne la cassette et n’informe par Marchiani. En revanche Alain Juppé, Premier ministre, et Jean-Louis Debré, ministre de l’Intérieur le sont et découvrent alors le rôle du préfet du Var qui aura cette réflexion devant l’auteur : « Ma conviction personnelle est que, durant le week end du 1er mai, Debré et Juppé ont été mis au courant de ma mission. Ils se sont alors dit : « On va encore se rendre ridicules comme dans l’affaire de la Bosnie. » Et ils ont décidé de mettre un terme à mes efforts. » La Bosnie, c’est l’intervention de Jean-Charles Marchiani pour faire délivrer les deux pilotes français pris en otages en décembre 1995. Mise en doute, son intervention a été confirmée dans le procès en appel de Charles Pasqua la semaine dernière ! Résultat, au conseil des ministres du 9 mai, sans que Jacques Chirac  ne lève le petit doigt, Juppé et Debré décident de renvoyer Marchiani aux affaires du Var… Juppé reconnaîtra d’ailleurs devant l’auteur qu’il se trompait peut-être… Un « peut-être » qui a conduit à l’enlisement de l’affaire, puis à la tragédie de Tibhirine… Ceux qui auront vu le film Des hommes et des Dieux découvriront là tout le hors champ du film qui ne s’est intéressé qu’à la trajectoire spirituelle des frères de Notre-Dame de l’Atlas. Un hors-champ au sujet duquel, le président algérien Abdelaziz Bouteflika déclarait sur LCI en 2004 : « Toute vérité n’est pas bonne à dire, du moins pour le moment… » L’ouvrage reste une enquête irrésolue et l’auteur conclut, impuissant, en souhaitant que « l’obstination du juge Marc Trévidic aboutisse, et parvienne à ce que la justice puisse faire jaillir la vérité ».

FXG (agence de presse GHM)

En quête de vérité. Le martyre des moines de Tibhirine, de René Guitton. Calmann-Lévy. Mars 2001. 345 pages.  21,50 €


L’auteur

René Guitton, éditeur et auteur. Défenseur ardent de la dignité humaine, passeur infatigable des courants de pensée, oeuvre depuis de nombreuses années pour un dialogue philosophique, culturel et religieux entre l’Orient et l'Occident. Il est membre du réseau d’experts de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies. Il est l'auteur notamment de Lettres à Dieu (Calmann-Lévy, 2004) ; Si nous nous taisons : le martyre des moines de Tibhirine (Calmann-Lévy, 2001, près de 20 000 ventes, Prix Montyon de l’Académie française, Prix Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, Prix Liberté) et de Ces chrétiens qu’on assassine (Flammarion, 2009, Prix des Droits de l’homme).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents