Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 05:57

Les télés privées d'outre-mer auditionnées au CSA

Le CSA a procédé, mercredi 4 février à l'audition de plusieurs titulaires de fréquences de télévisions privées en Guadeloupe. Ainsi Lisa Rodriguez, directrice de Canal 10, Mario Moradel et Jean-Yves Frixon, responsables d'Eclair TV, et Robert Moy qui candidatait pour une nouvelle chaîne toute infos, Alizés news, ont chacun eu quinze minutes de présentation de leur télévision ou projet de télévision, et quinze minutes d'échange avec les sages du CSA. Pour Canal 10 et Eclair TV, il s'agissait d'obtenir la reconduction de leur fréquence car leur autorisation arrivait à échéance après dix ans. Pour Alizés news, qui est différente de la chaîne que vient d'autoriser le CSA, Alizés TV (héritière de GTV et de la Une Guadeloupe), Robert Moy est venu demander au CSA de lui accorder la fréquence jusqu'alors utilisée par Eclair TV.

Quand après cela, les dirigeants d'Alizés TV et Alizés news se sont raprochés du président de la fédération des télévisions locales privées d'Outre-mer, Roland Laouchez, pour intégrer ce groupe de lobbying, on ne peut pas dire que MM. Moradel et Frixon aient eu le sourire !

Pour l'heure, le CSA n'a pas rendu sa décision. Les auditions pour le renouvellement des chaînes privées martiniquaises et des Iles du Nord (Saint-Barth et Saint-Martin) doivent avoir lieu ce mercredi 11 février. Pas de gros enjeux de ce côté-là puisque seule KMT postule au renouvellement de sa fréquence en Martinique (celles d'ATV et de Zouk tv ont déjà été renouvelées). A Saint-Martin et Saint-Barth, en revanche, la chaîne Carib'In TV, dirigée par Rony Lainé va devoir se battre pour conserver sa fréquence sur Saint-Martin, la collectivité ayant décidé de lancer un appel d'offres distinct de Saint-Barth. Loïc Lagoutte devrait présenter un projet pour Saint-Martin concurremment à celui de M. Lainé.

FXG, à Paris


La fédération des télés privées d'Outre-mer contre Canal Sat

Depuis une semaine, la fédération des télévisions privées d'outre-mer est en lobbying à Paris. Sous la houlette de son président, Roland Laouchez (directeur de KMT), les patrons des télés privées ATG, KMT, Zouk TV, Canal 10, Eclair TV, Antenne Réunion et Carib'In TV se plaignent  du coût de diffusion de leur signal sur la TNT Outre-mer. Ils voudraient que ce prix soit revu en fonction de leur audience sur la TNT qui, aux Antilles , ne dépasse pas les 10 %. En fait, ils en ont contre le multiplex ROM 1 qui transporte les 7 chaînes publiques françaises et Martinique 1ère, KMT et ATV en Martinique, Guadeloupe 1ère, Canal 10 et Eclair TV en Guadeloupe, Guyane 1ère, ATG et Kourou TV en Guyane et enfin, Guadeloupe 1ère et Carib'In TV dans les îles du Nord. Sont donc exclues pour les téléspectateurs de la TNT les chaînes TF1, M6 et D8 que seuls les abonnés de Canal Sat peuvent regarder.

Les chaînes privées d'outre-mer ont donc fait savoir qu'elles ne souhaitaient plus payer pour que leur signal soit transporté par ROM1. Ces chaînes sont par ailleurs intégrées dans un bouquet TNT + offert gratuitement par Canal Sat, moyennant tout de même la location d'un décodeur à 9 euros mensuels. Dans ce cas de figure, les chaînes privées locales demandent à ce que Canal Sat les rémunère comme elle le fait avec les autre chaînes qu'elle propose dans ses bouquets.

Les opérateurs de télévisions privées d'outre-mer dénoncent clairement la position dominante de Canal aux Antilles et notamment ses deux canaux dit événementiels qui les concurrencent auprès du petit marché local des annonceurs. C'est ainsi que la fédération des télévisions privées d'Outre-mer est allée plaider sa cause au CSA, à l'Elysée, au ministère des Outre-mer, à la direction générale des métiers de l'industrie cinématographique, au CReFOM et à l'Autorité de la concurrence. Seul le ministère de la Culture les a ignorés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents