Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 06:36

Lurel : « Je n’ai pas l’âme d’un empoisonneur »

Victorin Lurel est revenu, hier, à l’occasion d’une rencontre avec la presse parlementaire, sur la suspension de l’épandage aérien des bananeraies antillaises avec du banole par les tribunaux administratifs de Basse-Terre et Fort-de-France. « On n’a pas subi la pression de lobby », a d’emblée rappelé celui qui a voyagé il n’y a pas si longtemps dans le même avion que le patron de l’Union des groupements de producteurs de bananes de Guadeloupe et Martinique. Puis il a rappelé de quoi il était question : la bouillie fongicide qui n’est pas en cause et le produit fixatif, le banole. « C’est la seule méthode avérée contre la cercosporiose noire », a-t-il assuré avant de rappeler qu’en neuf mois, Sainte-Lucie avait perdu toute sa production de bananes d’exportation. Le ministre des Outrre-mer en a profité pour saluer la démarche « banane durable » de la profession en rappelant qu’aux dix opérations d’épandage annuelle par plantation aux Antilles française,  des pays comme l’Equateur en pratiquaient 52. il est alors revenu sur les dispositions du jugement des tribunaux administratifs, mettant en exergue que c’est seulement « faute d’analyse spécifique » du banole et « par principe de précaution », que la mesure de suspension avait été ordonnée. Il a ensuite plaidé « l’erreur de droit » du fait que « la toxicité était non prouvée ». « Oui, a assuré le ministre, nous allons faire un pourvoi en cassation et nous allons reprendre l’arrêté préfectoral en excluant le banole. » « Ne craignez-vous pas de réitérer l’erreur commise par Jean-Pierre Soissons, ministre de l’Agriculture en 1993 lorsqu’il a accordé les dérogations pour le chlordécone ? » lui a-t-on demandé. Le ministre a admis qu’il prenait un risque mais qu’il ne s’agissait pas de pesticide mais de fongicide, avant de conclure, presque dramatique : « Je n’ai pas le visage, ni l’âme d’un empoisonneur. »

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

birahima2 11/10/2012 19:50


tu ne sais plus quoi répondre ; alors ferme-là, va promener ta grand-mère.

thierry 11/10/2012 18:56


Grand bien te fasse

birahima2 11/10/2012 16:25


je t'emmerde


non seulement la vie est profondément désagréable mais en plus la situation est ubuesque


heureusement,  grâce à moi, les gens sont assurés de passer une super soirée.


 

thierry 11/10/2012 13:43


encore une affirmation gratuite qui est fausse pour beaucoup de gens

birahima2 11/10/2012 10:28


disons-le tout net, la vie en Guadeloupe est profondément désagréable.


 

thierry 11/10/2012 08:36


le principe de précaution pour la Santé ne pèse pas lourd face aux subventions de l'UE et aux emplois. C'est le travail et la santé, ne rien faire c'est le préserver. En tout cas la banane
Guadeloupe-Martinique vendue à Paris a plus de goût que la Colombienne qui la concurrence dans le Franprix à côté de chez moi.


Dans cette affaire ce qui saute aux yeux c'est que Lurel semble rouler (en voiture) pour les lobbies békés. Serait-il a ce poste s'il en avait été autrement.


Les nouvelles associations écologistes qui veulent faire contre-pouvoir commencent à être aidées par les médias (phénomène nouveau), pour qui roulent les médias et dans quel but ???


Certains disent qu'ils attendent Lurel qui bien que Ministre ne fait rien de plus pour la Guadeloupe....

Articles Récents