Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 05:36

Montout-hauteur--fxg-.jpgÉdouard Montoute est… Jean-Bernard Hollier

Dans Le pot de colle, nouvelle fiction diffusée sur M6 le 7 avril à 20 h 40 (en métropole), François Berléand donne la réplique à Edouard Montoute. Interview de ce dernier

Pouvez-vous nous présenter votre personnage ? Qu’est-ce qui vous a plu chez lui ?

Jean-Bernard, c’est le principe même du mec qui veut t’aider mais qui finalement te met dans la galère. Pour résumer, il est à la fois gentil et gentillet. Il est “bas de plafond”… Au-delà du personnage, ce qui m’a plus dans ce projet, ce sont les situations et le binôme qu’il forme avec Richard Maurand.

N’est-ce pas trop difficile d’interpréter un boulet maladroit ?

Rien n’est dur tant qu’on nous donne les moyens et la liberté de le faire. Ainsi, je voudrais remercier Julien Séri de sa confiance car il m’a laissé faire une vraie composition pour incarner Jean-Bernard et François Berléand à qui c’est un bonheur de donner la réplique.

Quelle a été la scène la plus drôle à interpréter ?

Il y en a eu beaucoup : la visite de l’appartement, la maison de retraite… J’ai notamment le souvenir du tournage de la scène des toilettes où Richard fait croire à Jean-Bernard qu’il va lui confier une missions super sérieuse afin de mieux se débarrasser de lui. Nous sommes partis dans de nombreux fous-rires… D’ailleurs, je tiens à féliciter les auteurs pour le délire de certaines scènes, typiques du cinéma français.

Vous interprétez très régulièrement des personnages comiques, qu’est-ce qui vous plaît dans ce genre de rôles ?

Il y a pour moi plusieurs façons d’être comique : soit tu interprètes des personnages truculents, c’est à dire haut en couleurs, soit tu joues des personnages “bas de plafond” comme Jean-Bernard. Dans les deux cas, c’est le même plaisir de création.

Votre parcours est très complet : cinéma, théâtre, télévision. Où vous sentez-vous le plus à l’aise ?

Je crois que les trois sont complémentaires car chaque expérience est différente. Le travail du théâtre est plus approfondi car, outre les représentations, on a au minimum un mois de répétitions. Au cinéma, on a plus le temps pour travailler les prises. Mais le gros avantage de la télévision, c’est que les projets se montent très vite et que c’est un très bon exercice de travail car tu dois être efficace dans ton jeu très rapidement.

Pouvez-vous nous parler de Julien Séri avec lequel vous avez déjà travaillé plusieurs fois ?

Ça se passe formidablement bien car on se connaît bien et chacun sait ce dont l’autre est capable. Il y a une vraie complicité entre nous. Il fait partie de l’écurie des réalisateurs techniciens, de ces gens qui savent se poser derrière la caméra. J’ai l’habitude de dire qu’il fait du cinéma à la télévision : une surenchère de qualité, de drôlerie et d’action.


L’histoire

Un paisible notable de province sauve la vie d’un homme qui vient d’avoir un accident de voiture. Il ne se doute pas que sa vie va être totalement chamboulée…

Car Jean-Bernard Hollier est ce qu’on peut appeler un boulet. Un boulet au grand coeur mais surtout un boulet… Et en voulant à tout prix remercier son sauveur, il va juste faire de sa vie un enfer ! Des mafieux pas contents, des cambriolages et des ennuis en tous genres vont pleuvoir sur les deux hommes et leur famille…

Il ne leur reste plus qu’à collaborer ensemble pour se sortir de ce pétrin… mais cela n’est pas gagné d’avance…


Edouard Montoute, sa vie, son oeuvre

Edouard-Montout-en-repetition--fxg-.jpgÉlève de la classe libre du Cours Florent entre 1986 et 1990 avec pour professeurs Francis Huster, Jean-Pierre Garnier et Raymond Acquaviva, Édouard Montoute débute sa carrière en 1989 au cinéma dans “Jean Galmot, aventurier” d’Alain Maline et en parallèle sur les planches dans “Le Procès” mis en scène par Jean-Pierre Garnier au Théâtre du Marais. Sa carrière est un savant mélange de films à succès : “Taxi 1, 2, 3 et 4», “Astérix et Obélix, mission Cléopatre”, “La Première étoile”, de théâtre : “Otello” de William Shakepeare mis en scène par Gaëtan Kondzot au Théâtre de la Bastille et de fictions populaires : “Les Toqués”, “Facteur chance”, “Navarro”, “David Nolande”… Il sera prochainement à l’affiche du film “Les Petits mouchoirs” de Guillaume Canet (sortie en salles le 20 octobre 2010).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents