Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

Huit Martiniquais jugés à Meaux pour trafic de stupéfiants

Depuis mercredi, le tribunal correctionnel de Meaux juge huit Martiniquais, un ressortissant de Saint Vincent et un autre de Jamaïque soupçonnés de trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Un onzième, résident de Thorigny sur Marne en Seine-et-Marne, Nacir T., 32 ans, est soupçonné d’être le commanditaire. Omar L., 31 ans, Maeva P., 29 ans, Erica E. (défendue par Me Ursulet, le ténor martiniquais du barreau de Paris), Martin N., 26 ans, Mariana L., 30 ans, Mathias M., 25 ans, Bernadette R., 47 ans, Franck B., 29 ans, Narcisse N., 33 ans et Carl-Joseph B., 30 ans, sont jugés jusqu’à jeudi soir après la découverte d’un trafic d’importation de plusieurs kilos de cocaïne dans l’Hexagone et en Martinique. Ce sont les douanes d’Orly qui ont repéré deux colis suspects en provenance de Martinique le 28 février 2007. L’enquête permettait d’établir que deux envois identiques avaient été faits en septembre et décembre 2006. Par ailleurs, elle identifiait un certain Omar L., libéré du centre pénitentiaire de Ducos en décembre 2006, qui effectuait de fréquents voyages à Saint-Vincent pour s’approvisionner en cocaïne et en cannabis. Narcisse R., propriétaire d’une Yole baptisée Amélie-Ange l’aurait aidé à faire ces « courses ». Le 19 juin 2007, un coup de filet permet de mettre sous les verrous six personnes en Martinique. Le parquet de Meaux prenait alors l’affaire en main. Omar L. reconnaissait avoir importé 300 kilos d’herbe et 10 kilos de cocaïne entre janvier et juin 2007 et dénonçait ses revendeurs comme étant Mariana L., Franck B. et indiqué qu’il avait eu recours à ses petites amies successives dont Erika E. ainsi que Bernadette R. qui l’aidaient à stocker les produits. Maeva P. était la compagne de Franck B., Carl B., dit La Rose, aurait aidé à transformer la cocaïne en crack. Mathias M. serait complice. Le procès devrait s’achever jeudi soir.

FXG, agence de presse GHM


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


Monsieur,
Je me permets de réagir à votre article qui diffuse certaines informations qui se révèlent être totalement erronées, notamment concernant un des prévenus dans cette affaire: Mlle Erika EGA.
En le parcourant, je peux sans hésiter dire que votre degré d'ignorance sur cette affaire est très élevé. En principe dans un cas comme celui-ci, il est plus sage de s'abstenir de répondre, mais
s'agissant de ma soeur, il m'a semblé important de rétablir la vérite.
Tout d'abord, quand vous dites, je cite: " Omar Larcher ... avait eu recours à ses petites amies successives dont Erika Ega ainsi que ... qui l'aidait à stocker les produits", tel que cette
phrase a été rédigée, une confusion peut être créée dans l'esprit du lecteur; en effet, malgré l'emploi du singulier pour le verbe "aidait", mlle Ega pourrait être associée à la personne qui
l'aidait à stocker les produits.
Sachez pour votre parfaite information que Mlle Ega a été relaxée.
Ensuite, vous précisez (et c'est d'ailleurs la seule personne pour qui vous le faîtes), qu'elle est défendue par Me Ursulet, ce qui est absolument faux, dans la mesure où son conseil se nomme Me
Eddy ARNETON. Si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires (et cette fois-ci de source sûre), vous pouvez  le contacter au 5 rue de Stockholm 75008 Paris tel 01 44 63 55
55.
Cordialement.



Répondre
F

copie du requisitoire de renvoi