Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 18:38

Punk is not Dead !!!

Le Théâtre de la Bastille nous propose jusqu'à demain « Please kill me », un spectacle de Mathieu Bauer et Sentimental Bourreau librement adapté du livre éponyme de Legs McNeil et Gilian McCain.

Joeyramone.jpgLe metteur en scène fait exister sur scène grâce à des anecdotes de la musique et du jeu d’acteur cette période des années 1970 qui a vu naître le Punk Rock. Trois musiciens, un acteur chanteur Matthias Girbig, et une performeuse Kate Strong, tout deux remarquables. On pourrait parier sur un ratage tant le sujet paraît mince et les pièges nombreux. L’ouverture se fait en musique par des acteurs chanteurs figés contre un mur sur lequel est projeté en grand la date 1970. Ils sont dans une étrange position qui est en fait la pose des Ramones sur la pochette de leur premier album, Ramones. Entre des anecdotes qui vont du sordide au comique, se racontent les grand moments hallucinants du CBGB a New York et la naissance de groupes aussi lumineux et passagers que des météorites tel que les New York Dolls les Heartbreakers, Iggy Pop and the Stooges les Ramones. De l’énergie, des décibels, des personnages déjantés comme Johnny Thunder, Richard Hell, Iggy Pop, Ron et Scott Aschton vont crier sans aucun pathos leur soif de s’approprier le présent et de vivre une vie à la limite de l’extrême. Iggy_-_The_Stooges.jpgTout ce que ce mouvement a produit est rejoué sur scène, le chaos, l’attitude, l’autodérision, l’invention d’un langage contemporain, les codes esthétiques, les mœurs sexuels débridés. Tout à coup, ce qui nous paraissait anecdote prend une ampleur et une acuité inattendue et si derrière ces sales gamins déjantés il y avait un cri artistique, une œuvre en train de naître, une volonté d’exister pour ne pas mourir (d’ennui), une réaction saine et poétique au conservatisme ambiant. On s’interroge à la sortie de ce très bon spectacle : où est passé cette énergie, cette rage ? Et s’ils avaient été les derniers comme des vigies en train de se noyer dans la tempête, à vouloir nous prévenir de ce qui nous attendait ? No Future !

RDG


Partager cet article

Repost0

commentaires

thierry 28/03/2011 15:00



Le nom des Ramones a été inspiré d'un "pseudo" de Paul Mac Cartney.Ce dernier (anglais) était produit américain...La musique est faite pour passer les frontières.


Après, on peut remonter au Velvet underground, lou reed, bob dylan, joan baez, Linda ronstadt, dolly Parton...jusqu'à Presley (elvis) qui était le prototype du protopunk....On n'y échappe pas


 



Ferdinand 28/03/2011 12:06



C 'est les Punk originel ?? en quelque sorte...



thierry 27/03/2011 10:17



Oubliés les sex pistols ...C'est quand-même une référence



fxg 27/03/2011 14:46



Ceux-là, c'est avant 1977 et c'est pas des rosbifs, mais des Amerloks



Ferdinand 26/03/2011 19:21



c 'est mal écrit mais le spectacle a l'air vachement bon !!!!



Articles Récents