Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 07:54

50 scientifiques vont recenser la biodiversité dans le Sud guyanais

Grenon-Pascal-Bouchet.JPGAprès Santo (Vanuatu), le Mozambique, Madagascar et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les scientifiques de "La Planète Revisitée" se rendent en Guyane pour réaliser l’inventaire de sa biodiversité "négligée". Une première équipe est déjà venue en juillet dernier explorer les fonds marins du plateau continental au niveau des îles du Salut. Une seconde est à pied d'oeuvre pour aller explorer une terra incognita au sud de la Guyane, dans le massif du Mitaraka, entre le Marouini et L'Itani dans les monts Tumuc-Humac. Une cinquantaine de scientifiques vont aller recenser la biodiversité du 23 février au 30 mars. "Sur les 100 000 espèces d'insectes estimés en Guyane, seuls 18 000 sont connus", explique Olivier Pascal (au centre sur la photo), responsable du projet pour Pro Natura international avec le Muséum. L'objectif principal est le recensement de la faune entomologique, mais également la flore, les champignons, les vers de terre, les amphibiens, les serpents et les poissons d'eau douce. Cette zone est vierge de toute présence wayana comme de celle des garimpeiros car la zone n'est pas aurifère. Un botaniste se serait rendu dans le secteur dans les années 1970, puis deux autres en 2006. Les connaissances sont limitées sur le secteur. "C'est la première fois que je monte une expédition théorique, avance Olivier Pascal, sans repérage préalable."

Massif-du-Mitaraka_O-Pascal-MNHN-PNI.jpgDu 9 au 22 février, les premières équipes vont installer le camp de base et procéder à l'acheminement de 5,5 tonnes de matériel, carburant et nourriture depuis Cayenne à Maripa-Soula par avion Casa, puis de Maripa-Soula en hélicoptère. Huit personnes sont déjà sur place, qui se sont occupées avec l'aide du 9e RIMa de créer une DZ pour la desserte en hélicoptère. Elles s'affairent à créer une vingtaine de kilomètres de layonnage en forêt.

Une première équipe de 21 chercheurs guyanais, français et internationaux va prospecter et collecter du 23 février au 11 mars, puis une seconde de 25 chercheurs prendra le relais du 11 au 27 mars. Trois scientifiques et 11 personnels d'encadrement resteront sur les deux périodes. L'opération d'exploration terrestre coûte un demi-million d'euros dont 200 000 euros pour le seul poste hélicoptère ! Même chose pour le volet maritime avec 200 000 euros pour le seul bateau laboratoire. Les fonds proviennent du FEDER, de la Région, du département, de la DEAL, la fondation Shell et du ministère de l'enseignement supérieur. A la suite de cette collecte dans le sud Guyanais, il faudra attendre plusieurs mois et même plusieurs années pour connaître le bilan complet des découvertes en terme d'espèces nouvelles.

FXG, à Paris


Le bilan de la campagne maritime

pont-Hermano-Gines_Gustav-Paulay-MNHN-PNI.JPGLa campagne d'exploration du plateau continental marin qui a eu lieu de juillet à octobre commence à fournir ses premiers résultats. "On a découvert des espèces dont on ne connaissait pas l'occurrence en Guyane comme les isopodes (cigales de mer)", explique Philippe Bouchet, professeur au Muséum. En fait, le tableau de chasse est bien plus élogieux qu'il ne le laisse entendre. Avant l'expédition, on ne connaissait qu'une vingtaine d'échinodermes (oursins, étoiles de mer), 57 crustacés décapodes (crevettes, crabes) et 366 mollusques. Désormais, on détient 115 échinodermes, 180 crustacés décapodes et 500 mollusques. Les nouvelles espèces seront baptisées scientifiquement dans le cadre d'un concours ouvert aux scolaires guyanais, "find the name".ophiure.JPGOphiure

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents