Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

Karam et Ribbe s’affrontent au tribunal

Le 25 mars prochain, la 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris dira si Claude Ribbe s’est rendu coupable d’injures et de diffamations publiques à l’encontre de Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer. L’affaire, jugée jeudi 11 février, a duré toute l’après-midi. Claude Ribbe, prévenu, était là, en compagnie de son défenseur, Me Mudry du cabinet Collard. Patrick Karam, poursuivant et absent, était représenté par Me Chabert. Hormis le « théâtre » du tribunal qui a donné de longues occasions à Claude Ribbe et à son témoin, Jos Rovelas de l’association Armada, de dire tout le mal qu’ils pensaient de Patrick Karam (surnommé par le second Zebulon) et de son rôle auprès de la communauté ultramarine, on attendait avant tout l’avis du ministère public quant aux chefs de prévention que le tribunal pourrait retenir… Pour mémoire Patrick Karam avait lancé ses poursuites contre Claude Ribbe à la suite de la publication sur son blog de plusieurs articles en mai et juin 2008. Ces libelles ayant paru après la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage du 10 mai 2008, Me Chabert a indiqué que « le point de départ de la querelle qui a entraîné de la part du normalien une vrille, obsession », c’est le discours sur le chevalier de Saint-George prononcé ce 10 mai par Alain Guédé, auteur d’un livre sur le chevalier. « Qui d’autre a écrit un livre sur Saint-George, interroge le défenseur de Karam ? Claude Ribbe. Qui est Antillais ? Claude Ribbe. Qui aurait du lire ce discours ? Claude Ribbe. » L’intéressé part en fou-rire. La présidente du tribunal le coupe : « Vous pouvez rire mais sans bruit. »

« On reste dans la critique »

Querelle personnelle ou querelle politique ? Ribbe défend le combat d’idées, Me Chabert évoque « le fiel, la haine et la critique facile ». Comme la teneur de ces articles avait déjà été jugée en référé le 23 juillet 2008, le parquet s’est appuyé sur cette ordonnance favorable à Claude Ribbe : « On reste dans la critique et non dans l’injure ou l’outrage même si « fumiste » est tout à fait péjoratif… » Mais la représentante du ministère public  retient un fait précis, l’accusation selon laquelle Patrick Karam aurait tenu un fichier ethnique : « Cette imputation claire porte atteinte à l’honneur et à la considération, c’est de la diffamation. Le témoin Rovelas n’a pas présenté de preuve de l’existence d’un tel fichier et l’enquête de M. Ribbe n’est pas suffisamment sérieuse. » Claude Ribbe se défend : « J’ai parlé d’un fichier des Français d’outre-mer et non d’un fichier ethnique. » Le parquet n’a pas requis de peine, Me Mudry a plaidé la relaxe, Me Chabert a demandé 15 000 euros de dommages intérêts en vertu du « préjudice considérable » de son client. « Patrick Karam est n°2 de la liste UMP aux régionales à Paris… Où est son préjudice considérable ? », a rétorqué Claude Ribbe… Le tribunal a mis sa décision en délibéré.

FXG, agence de presse GHM


Le jugement du 28 janvier

Me Chabert a rappelé au cours de cette audience que le 28 janvier dernier, Claude Ribbe s’est désisté d’une plainte dans laquelle il accusait Patrick Karam d’utiliser les fonds de l’Etat pour ses affaires de justice. « Claude Ribbe a été condamné pour procédure abusive à 5000 euros d’amende. » Ribbe a fait savoir qu’il avait appel…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

AzuCsyl 24/02/2010 15:30


Tout simplement il doit y avoir anguille sous roche. La manipulation aura toujours raison de l'homme apparement.
Le monde en est truffé et le ecteur ne fait que boire des banalités plutôt que la vérité.Mais bon ainsi le monde a toujours été fait.


Philippe 17/02/2010 13:54


Décidément ce monsieur ribbe sera ridicule j'usqu"au bout !!! Mais heureusment, on dit que le ridicule ne tu pas