Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

 Les tendances du mariage en 2011

Robes-mariees-volume-et-drapes-copie-1.jpg« Les tendances, c’est le retour des robes de mariées à volume, des robes de princesse… Voilà l’inconscient collectif des jeunes filles aujourd’hui », témoigne Marie-Josèphe Cresson, créatrice et directrice du salon du mariage et du PACS qui s’est déroulé le week-end dernier à l’espace Champerret à Paris. Bien sûr les drapés restent dans le coup… Mais on constate d’abord un retour aux couleurs pâles, blanc ou blanc à peine cassé. L’autre tendance, ce sont les hommes qui sont plus attentifs à leur tenue qu’autre fois. « Son costume sera recherché et très élégant, mais surtout, il sera dédié à son mariage et ne resservira pas pour le prochain baptême ! » Marie-Josephe-Cresson.jpgVoilà maintenant dix ans que Marie-Josèphe Cresson, Martiniquaise par son père (du Robert), fait vivre ce salon du mariage qui, depuis peu, est aussi celui du PACS. « Ca a fait venir une nouvelle clientèle, homosexuelle et hétérosexuelle, qui s’interroge sur le pacte civil de solidarité. Beaucoup de personnes viennent ici rencontrer la chambre des notaires pour savoir comment se « dépacser » pour se marier » ! « Le PACS est de plus en plus perçu comme des fiançailles de remplacement. » L’Eglise catholique aussi assure une présence, et cette année, la grande Mosquée de Paris n’est pas revenue. Elle se réserve pour le salon du mariage oriental qui se tient dans trois semaines…

L’an passé, le salon a reçu près de 20 000 visiteurs et le nombre d’exposants ne cesse de progresser. 160 cette année. Le visitorat est composé de professionnels mais surtout des futurs mariés de 2011 et 2012. « Les futurs mariés viennent d’abord chercher un lieu et un traiteur ; ils viennent voir les tendances et glaner des idées ou encore trouver des prestataires pour leur alliance, leurs dragées ou la déco… Les gens cherchent de l’unique. Certains cherchent les îles de rêve pour leur lune de miel, mais certains sont tentés d’emmener toute la noce en voyage ! « En période de crise, on se marie davantage », assure Marie-Josèphe Cresson. Et puis, pour ceux que cela inquiète, qu’ils sachent que, début novembre, se tiendra pour la deuxième année, au même endroit, le salon du divorce !

FXG (agence de presse GHM)


Se marier en outre-mer

 Estelle-Laurence-photographe-mariage.jpgMarie-Josèphe Cresson s’est montrée très arrangeante avec la délégation martiniquaise venue proposer son concept : « Mariez-vous en Martinique ». « L’an passé, on a fait un coup d’essai et comme il y a de la demande, on leur a fait un espace agrandi et plus important. » Au menu, un séjour à l’hôtel de la Batelière (4 étoiles), une journée en catamaran, la création de la robe de la mariée et du blazer de Monsieur par Coraline (Evelyne René-Corail), les bouquets de fleur et la décoration de la voiture, l’habitation La Fontane ou une plage au Diamant pour accueillir la noce, un officiant, un photographe professionnel, un dîner au Champagne avec maître d’hôtel et un personnel très attentif ! Il n’en coûterait que 5 000 € pour le couple. « La clientèle est composée de couples mixtes, Martiniquais et métropolitain, raconte Patricia Annette de l’habitation Fontane (Mariage bonheur), mais j’ai déjà eu l’occasion de marier des Japonais et des Américains ! » Certains passent par le stand des Martiniquais et c’est le déclic : « Nous allons faire un mariage à l’antillaise ! » Sainte-Lucie, Tahiti, Cuba, Maurice et la Réunion sont des destinations concurrentes. Stella-Pascale-Boyer-Sebastien-Piette-Reunion.jpgRien que la Réunion et Maurice représentent en destination combinée 20 % des parts de marché pour le voyage de noce. « Les mariages sur place sont plus rares, mais ils se développent grâce à l’arrivée d’une hôtellerie 5 étoiles à la Réunion », témoigne Sébastien Piette du groupe hôtelier Naïade. D’ailleurs, pour la première fois, le comité du tourisme de la Réunion (Pascale Boyer d’île de la Réunion Tourisme) a pris un stand ! Non loin de là, deux agents de voyages spécialisés sur la Polynésie française ont pris, comme chaque année, leur stand ; ils savent qu’ils ont aussi leur clientèle !  Les moins fortunés iront au stand de Tati, voire à celui d’Emmaüs… 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

thierry 14/10/2010 10:36



De Tati à Emmaüs pour terminer ?...IL y a aussi le Naturisme qui ne rime pas forcément avec "dépouillement"



fxg 14/10/2010 18:35



Les naturistes n'avaient pas de stand !