Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

 

Sarkozy aux Antilles ne fait pas la Une dans l’Hexagone

Revue de presse Sarko antillesLe couple présidentiel aux Antilles n’a fait la Une d’aucun journal de la presse nationale, ce lundi, ne serait-ce que pour signaler ses vœux aux 2.6 millions d’Ultramarins. Mais c’est connu que l’outre-mer n’intéresse guère nos compatriotes hexagonaux ! Sarkozy est en photo sur la couverture des Echos, mais avec Barak Obama pour parler du G20. Pour le reste le quotidien économique consacre deux brèves à l’affaire qui nous occupe :  l’une en page 2, assortie d’une photo d’Aimé Césaire, pour parler de l’installation d’une plaque en son honneur au Panthéon, et qui évoque en une ligne les évolutions institutionnelles, « une révolution douce entamée depuis 2007 ». L’autre en page 7, « en bref » et titrée : « Nicolas Sarkozy fait la promotion du tourisme. » Il y est question de l’ouverture d’une ligne aérienne depuis Roissy, de formation continue dans le tourisme et de la « nomination d’un médiateur pour mettre plat la situation financière de l’hôtellerie, mais à la condition que l’effort financier de l’Etat soit accompagné d’un effort local ». Libération n’a pas dépêché d’envoyé spécial et sa correspondante sur place offre un compte rendu sur deux petites colonnes où l’on retient « le glamour » de Carla et les vœux de son mari qui, deux ans après le LKP, refuse « l’intention qu’on lui prête de larguer les outre-mer », en assortissant le tout d’une menace de « reprise en main de l’Etat » aux « collectivités qui n’assumeront pas leur mission ». Libé achève par cette autre annonce du chef de l’Etat visant à promouvoir les candidatures ultramarines aux grands postes administratifs locaux, « une sorte de discrimination positive à l’antillaise ».

Le Parisien qui s’est fendu de quelque 1 700 € pour accompagner le président et son épouse, publie deux colonnes en page 6, avec une photo du président sur fond de logo de l’année des outre-mer français. L’envoyée spéciale titre sur « le nouveau style du président ». Un paragraphe pour souligner  comment le président a taclé « la petite minorité du LKP capable de violences ». Puis, il est question de ce fameux « nouveau style », une façon de parler de la volonté du président de commencer, sans en avoir l’air, la reconquête de l’opinion. Le Parisien insiste sur certaines annonces : le défilé des militaires en poste outre-mer sur les Champs Elysées le 14 juillet, son déplacement aux jeux du Pacifique en Nouvelle-Calédonie, « une vieille promesse rendue possible grâce à son nouveau long courrier présidentiel », et, bien sûr, la plaque au Panthéon pour Aimé Césaire. L’article s’achève par le lancement de l’année des outre-mer français, « une année qu’il veut populaire. Un mot très en vogue à l’Elysée à seize mois de la présidentielle ».

Ce sont Le Monde et Le Figaro qui, ont fait la plus grande place à l’événement. Les deux grands quotidiens ont eu les moyens d’envoyer leurs envoyés spéciaux. Une ½ page dans le quotidien de Serge Dassault, ¾ dans celui du soir et une thématique commune dans leur titre et dans leur papier : la « rigueur » pour l’outre-mer. Chacun insiste sur l’attachement de la Guadeloupe à la République par rapport au LKP (le Monde consacre un encadré à la situation deux ans après). Et si Le Monde insiste sur la reprise en main de l’UMP en Guadeloupe et Martinique par Jean-François Copé, Le Figaro préfère retenir les évolutions institutionnelles en Martinique, Guyane, Mayotte, la TNT, le développement local… Et si le monde conclut sur l’ouverture des vols depuis Roissy, le Figaro, comme Libé, « la nomination de représentants de l’Etat dans l’outre-mer, issus des collectivités ultramarines. Enfin, le Monde consacre un petit encadré à la défection de Patrick Karam qui « regrette d’avoir été tenu à l’écart du suivi de la préparation de l’année des outre-mer par la ministre Marie-Luce Penchard », le Figaro cite une phrase d’un ami de Karam, Frédéric Lefèbvre, secrétaire d’Etat au Tourisme : « On n’est pas en campagne. On est là pour travailler pour les Antillais. Chaque chose en son temps. »

FXG (agence de presse GHM)


La phrase

« J’ai noté que l'opération de charme menée ce week-end en Guadeloupe est en décalage profond, car  la politique anti économique et anti sociale conduite chez nous par le  gouvernement se traduit par l'augmentation de la précarité, de la fracture sociale et de la violence. »

Jeanny Marc, députée et maire de Deshaies, qui a toutefois bien pris note du rendez-vous proposé par le président de la République aux élus de Guadeloupe, le 14 février prochain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

thierry 14/01/2011 04:08



et la barre mitz va  http://www.youtube.com/watch?v=q9HsxyKoQiE



herve 13/01/2011 19:59



...trop de boulot pendant la circoncission..



thierry 12/01/2011 06:31



pour en bas ? ... c'est mission impossible...


http://www.youtube.com/watch?v=R0wtBQ4KnQ4



herve 12/01/2011 03:37



Pour haut dessus...


Ta ka etre noire juif ca marche mieux.



thierry 11/01/2011 09:29



Sarkozy : "La Marseillaise...Il n'y a pas la Marseillaise ?" (En fin de discours )


Le Monde papier c'est 300000 lecteurs en France (OJD) 0,5% de Français.


Aujourd'hui, c'est 400000 en moyenne....


on est loin des 10 millions de téléspectateurs du JT de TF1.


Quant aux sites Internet les mesures sont publiées et commercialisées par couplage avec d'autres sites en site centric, sinon il s'agit de panels de visiteurs, Un article cliqué (ou "pointé"),
n'est pas forcément un article lu.


Donc, effectivement la visite du président n'a pas eu une grande visibilité, mais elle annonce une volonté de médiatiser l'outremer sous un angle en toute logique défavorable.


Parmi les milliers de faits divers nationaux, ceux impliquant des noirs semblent à dessein avoir la primauté. Il y a peu de noirs qui vont quémander vers les "rédactions". Résultat dans
l'ambiance actuelle, les noirs deviennent les nouveaux "problèmes" de la société, la proie facile.


Dans l'affaire Elisor on risque d'en apprendre de surprenantes, comme dans l'affaire du PSG. Le montage médiatique de la Coupe du monde de foot était emblématique. Ce dénigrement continuera,
"nos" médias ont été "volés" ou rachetés et ne sont "patronnés" que par des speakrines, speaker ou pantins. C'est la vie