Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:05

Affaire Ursulet : « Entre les Noirs et la police, le changement c’est maintenant ! »

Après 7 ans de combat, cinq de procédures, une relaxe et un appel du parquet, l’avocat martiniquais Alex Ursulet a été relaxé en deuxième instance par la cour d’appel de Paris, hier.

Neuf mois après un contrôle routier survenu le 6 janvier 2005 à Paris qui avait conduit l’avocat à être placé en garde à vue, puis à porter plainte contre les policiers responsables de son interpellation (voir l’ouvrage : Pourquoi me tutoyez-vous, paru chez Flammarion), le ministère public ouvrait une information judiciaire contre l’avocat antillais au prétexte qu’il roulait sur un deux-roues muni de fausses plaques. Mis en examen en 2008, il était finalement renvoyé devant un tribunal correctionnel pour être jugé le 9 janvier 2012 et… relaxé. Le tribunal estimait alors qu’il n’y avait aucun élément intentionnel, d’autant plus que c’est un garagiste qui s’était occupé des plaques dont la mauvaise numérotation relevait davantage de l’erreur matérielle, tant les numéros étaient proches, que de la fraude. Pourtant, le parquet a fait appel de ce jugement et l’avocat a été rejugé le 6 juillet dernier. Hier, la cour a rendu son arrêt, confirmant la relaxe. « Cet acharnement du parquet tient au fait que j’ai fait mettre en examen les policiers qui m’ont placé en garde à vue en 2005 », analyse Me Ursulet persuadé que les poursuites dont il a fait l’objet n’étaient destinées qu’à « équilibrer » ses poursuites lancées contre les policiers. « C’est une gifle pour le parquet qui montre bien que c’était un montage indigne, qui montre bien le cynisme des poursuites du ministère public… » De leur côté, les policiers mis en cause ont bénéficié d’un non lieu confirmé par la chambre de l’instruction et l’affaire est désormais en instance devant la Cour de cassation. A l’issue du prononcé de cette relaxe, hier, Me Ursulet déclarait : «  S’agissant des rapports entre les Noirs et la police, le changement, c’est maintenant ! »

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents