Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice
  • Contact

Recherche

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:17

La FGAF ne siègera pas d'office au CESER de la Réunion

L'Union régionale de la Réunion de la fédération générale autonome des fonctionnaires (FGAF) n'aura pas de places réservées au conseil économique, social et environnemental régional (CESER) de la Réunion qui compte 45 membres. C'est le conseil d'Etat qui a pris cette décision le 22 novembre. En 2010, la FGAF a contesté sans succès devant le tribunal administratif de Saint-Denis la manière dont le préfet fixe la liste des organismes représentés au CESER. En 2014, la cour administrative d'appel a cassé ce jugement, mais aussi rejeté la demande de la FGAF. Celle-ci a fait un recours devant le conseil d'Etat. La FGAF veut trois sièges sur les 21 que le préfet réserve aux syndicats de salariés du privé et de la fonction publique. La répartition entre syndicats du privé (160 000 électeurs) et du public (60 000 électeurs) est la suivante : 15 et 6. La répartition entre les organisations se font selon les votes aux prud'hommes ou aux élections professionnelles dans le public. Le Conseil d'Etat estime que ce système de répartition ne méconnaît pas le principe d'égalité et rejette le recours de la FGAF.

Un autre recours de la FGAF, visant à remettre en cause la place que le Premier ministre et le ministère des Outre-mer lui ont laissée pour prétendre envoyer quelqu'un au CESE national a été aussi rejeté.

FXG, à Paris

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 05:16
Paulinius Torrent, le dernier maron de la Guadeloupe

Roman

"Barré barré, barré Popo Torrent..." Certains, du côté du Baillif et de Vieux-Habitants en Guadeloupe connaissent encore cette chanson sans savoir toujours qu'elle fait référence au "dernier nègre maron de la Guadeloupe", pour reprendre le titre de la somme que Claude Philogène a consacré à Paulinius Torrent dit Popo (1882-1918). Pour donner corps et vie à cette légende de la Côte-sous-le-vent, la Guadeloupéenne Françoise Lancréot a choisi la forme romanesque avec "Paulinius l'insoumis", publié aux éditions Sépia.

Ethnomusicologue de formation, l'auteure a parcouru les campagnes de la Guadeloupe à la recherche de son patrimoine musical alors qu'elle faisait un mémoire sur le gwoka. C'est ainsi qu'elle a "rencontré" Popo la première fois, en 1979. Près de quarante ans plus tard, elle a assez de documentation pour se lancer dans le récit de la vie de ce personnage de légende. Paulinius est un homme simple dont le sort bascule à l'issue d'une soirée électorale précédant les élections de 1910. Refusant l'intimidation et les menaces qui pèsent sur un candidat qui s'oppose à l'assimilation, Popo corrige le dénommé Hector Ravallon, sbire du candidat adverse. Las, ce dernier dépose plainte contre lui et voilà Paulinius recherché par les mamblos. S'ensuivront huit années de maronnage... Par delà le fait divers, l'auteur s'attache à l'inscrire dans son contexte social et politique. Le 17 février 1910, le ministre des colonies a écrit au gouverneur de la Guadeloupe pour lui "donner son appui inconditionnel pour prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éviter des soulèvements de la population". Il ajoute : "Parce que les colons constituent les principaux pourvoyeurs d'emplois (...) les mouvements de grève à venir sont à réprimer avec la plus grande sévérité..." C'est dans ce contexte que Paulinius sera pendant près de dix ans l'ennemi public numéro 1 du procureur, du gouverneur et des gendarmes. Attrapé, torturé, les ongles arrachés, Paulinius parvient à s'échapper à plusieurs reprises grâce à la solidarité des populations locales. Il finira toutefois avec quatre balles dans la peau. Cette mention sera même supprimée de son acte de décès par ordre du gouverneur... Aujourd'hui, de Paulinius Torrent, il reste une chanson et une rue, à Vieux-Habitants, l'ancienne route de la gendarmerie, dénommée après sa mort, chemin Raché zong...

Le mérite de ce livre est de sortir de l'oubli une belle et véritable histoire guadeloupéenne du début du XXe siècle dont on aimerait voir un Jean-Claude Barny ou un Lucien Jean-Baptiste s'en emparer pour la porter à l'écran !

FXG, à Paris

Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 05:43
TGV Outre-mer

Un tour de France en train pour les Outre-mer

La SNCF et sa filiale Trains Expo Evénements mettent sur rails le train des Outre-mer pour un tour de France du 5 au 18 décembre.

Au départ de Bruxelles, le 5 décembre, le train des Outre-mer va parcourir douze villes et dix régions de l’hexagone jusqu'au 18 décembre pour aller à la rencontre de tous les publics et dire ce que sont ces terres, ces femmes et ces hommes qui font vivre la France aux quatre coins du monde. A bord de ce train-expo, chacun pourra découvrir l’histoire commune de ces territoires. Cette exposition itinérante s’adresse à tous et offrira un programme d’animations, de conférences, de débats et de projections dans chacune des villes-étapes pour mettre en exergue les spécificités locales de chacun de ces territoires. A chaque ville étape, un territoire d’outre-mer sera mis à l’honneur : Tahiti et ses îles à Lille, la Martinique à Lyon, Mayotte à Montpellier, l’île de la Réunion et les TAAF à Marseille, la Nouvelle Calédonie à Toulouse, la Guadeloupe à La Rochelle, Wallis et Futuna à Nantes. Quant à la Guyane, elle ne s'est "pas encore positionnée sur une étape", indique la direction de la communication de trains expo événements.

FXG, à Paris

Repost 0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 03:51
Julien Tarquin, le Martiniquais, Guy Bevert, le Guadeloupéen, Clémence Bridgetown, la Martiniquaise et le Guyanais José Sebeloue,

Julien Tarquin, le Martiniquais, Guy Bevert, le Guadeloupéen, Clémence Bridgetown, la Martiniquaise et le Guyanais José Sebeloue,

La compagnie créole retombe en enfance

"C'est pour ne pas oublier notre enfance..." Avec un grand sourire, Clémence, chanteuse et leader de la Compagnie créole, présente la nouvelle pochette de disque, "Les comptines".

Leur coproducteur, Jean Kluger qui a composé les plus belles chansons et balades de la Compagnie créole, a suggéré au groupe, alors qu'il se lançait dans un spectacle de gospel en soutien à la lutte contre la drépanocytose, de reprendre les comptines traditionnelles : "On n'a jamais fini de chanter ce genre de choses, a-t-il dit à Clémence, c'est bien de revenir à des moments d'insouciance." Ils n'ont pas touché à l'essence des chansons, mais le rythme... "Il y a des chansons qui se prêtent beaucoup mieux en biguine, d'autres en reggae, confie Clémence... On a forcé un petit peu le rythme." Et en studio, ils se sont amusés comme des fous. "Au départ, poursuit Clémence, on avait un doute, et finalement, on s'est éclatés." Et ça se ressent à l'écoute ! Notamment quand ils chantent "Nous n'irons plus au bois" en mazurka créole, "J'ai du bon tabac" en reggae, "La mère Michèle qui a perdu son chat" en biguine ou "le bon roi Dagobert" version zouk ! Et encore quand José interprète à la façon d'Henri Salvador, "A la claire fontaine". Les premières écoutes test, faites dans les écoles élémentaires, ont emporté les suffrages des enfants. "Ce sont des chansons qu'ils connaissent comme "Le pont d'Avignon", raconte Clémence, mais avec ces rythmes là, ils s'amusent beaucoup !"

Ils ont retravaillé toutes les chansons avec Alain Antonelli qui a fait les arrangements. Ils sont d'abord allés chez Jean Kluger pour écouter les comptines, en boucle, trouver les rythmes, les tempos, avant d'adapter. "On est tous passés à côté des ces choses-là, mais on grandit vite et on passe à autre chose, reprend Clémence Mais quand on revient vers l'enfance, on a des surprises !"

Ils ont mis du créole dans "Frère Jacques". Clémence chantonne : "E ti ou y é ? E ti ou y é ? Soné lé cloche la ba (rires)... Qui aux Antilles n'a pas chanté cette chanson ou "Au clair de la lune ?" On apprend ou l'on se rappelle en lisant la pochette que "Au clair de la lune" a été composé par Jean-Baptiste Lully, et "Frère Jacques", par Rameau. Alors, on ne s'étonnera pas que ceux qui ont beaucoup fait pour le moral des Français s'emparent d'un tel patrimoine !

Les comptines de la Compagnie créole sortent début décembre.

FXG, à Paris

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 06:41

Les prix des services bancaires outre-mer

Panorabanques.com, un comparateur de banques, a intégré les offres bancaires disponibles outre-mer avec aux Antilles-Guyane 19 établissements dont 11 sont des banques à distance ou 100% en ligne, à la Réunion, 17 banques dont 11 virtuelles, à Mayotte 15 banques (dont 11 en ligne) et à St Pierre et Miquelon, seulement 2 banques traditionnelles et 8 banques en ligne.

Panorabanques.com passe en revue plus de 130 critères de tarifs et 20 services avant d'établir un classement en fonction de la compétitivité des offres.

Les frais de tenue de compte qui dépassent rarement 30€ dans l'Hexagone sont souvent nettement plus chers aux Antilles ou en Guyane : 38,40€ à la Société Générale de Banque aux Antilles, 40€ chez BNP PARIBAS Antilles Guyane et 46,68€ au Crédit Agricole Martinique Guyane.

L'abonnement Internet qui est gratuit pour les clients de BNP PARIBAS en Métropole est facturé 18€ chez BNP PARIBAS Antilles Guyane

En revanche, certains tarifs sont moins élevés en outre-mer : la carte Visa à débit immédiat qui est facturée 44,50€ à la Société Générale en Métropole ne coûte que 40€ aux clients de la Société Générale de Banque aux Antilles et seulement 36€ aux clients de la BFCOI à Mayotte ou à la Réunion.

FXG, à Paris

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 06:35

Un film sur le Bumidom en tournage

Eloa Productions, la société de France Zobda, produit "Le rêve français", une fiction sur le Bumidom (bureau des migrations intéressant les départements d'Outre-mer), réalisée par Christian Faure. A l'affiche, Firmine Richard, Laurence Joseph, Jocelyne Béroard, Aïssa Maïga et Pierre Rousselet. L'équipe est en tournage en Guadeloupe du 23 novembre jusqu'au 16 décembre avant de poursuivre en région parisienne.

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 04:37
Maurice Antiste outré !

Maurice Antiste outré !

Bataille sénatoriale autour du rhum

La discussion de projet de loi de finance de la Sécurité sociale au Sénat a donné lieu dans la nuit de mercredi à jeudi à une intervention outrée du martiniquais Maurice Antiste. Un amendement déposé par la réunionnaise Gélita Hoareau et le groupe communiste proposait d’augmenter de 4 euros, le montant de la cotisation sur les boissons titrant plus de 18 % d'alcool. Cet amendement faisait suite au rapport d'une mission sénatoriale dans l’océan indien et proposait de renforcer la lutte contre le syndrome d’alcoolisation foetale (SAF). Après deux sous-amendement, cette hausse ne concernait plus que les rhums des départements d’outre-mer. C'est alors que Maurice Antiste s'est déclaré "outré". "Le rhum, a-t-il déclaré, fait autant de dégâts en France hexagonale qu'aux Antilles !" Il a ensuite rappelé que les DOM étaient les recordmen de consommation de champagne pour proposer de taxer aussi le champagne. Finalement, l'amendement Hoareau a été retité. La cotisation restera donc à 0,04 euro.

FXG, à Paris

.

Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 10:40

Edith Hamot et René Noël ne seront pas remboursés de leurs frais de campagne

Le conseil d'Etat a donné raison à la commission nationale des comptes de campagne et financements politiques contre le binôme composé d'Edith Hamot et René Noël, candidats malheureux aux élections départementales de mars 2015 dans le canton de Saint-François. La CNCCFP avait rejeté le compte de campagne des d'Edith Hamot et René Noël au motif qu'ils avaient omis  de faire figurer dans leur compte les dépenses liées à deux soirées électorales, les 10 janvier et 7 février 2015. Or, la CNCCFP estime que ces dépenses représentent 11,4 % du montant du compte de campagne et 5,3 % du plafond des dépenses électorales autorisées dans le canton. Les magistrats du palais royal ont toutefois estimé que les deux candidats battus n'avaient pas à être déclarés inéligibles car même en intégrant ces dépenses, leur compte de campagne n'aurait pas dépassé les montants autorisés. Le conseil d'Etat admet en outre qu'il n'y a pas eu volonté délibérée de fraude.

FXG, à Paris

Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 04:00
La ministre des Outre-mer a défendu son premier budget et le dernier du quinquennat

La ministre des Outre-mer a défendu son premier budget et le dernier du quinquennat

Les députés votent le budget outre-mer

Mercredi soir les députés ont adopté le budget de la mission outre-mer. Le groupe GDR, à l'exception d'Alfred Marie-Jeanne, contre, l'a voté comme les socialistes, les radicaux et les centristes. Seul, le groupe Républicain s'est abstenu.

Ce débat a été l'occasion pour la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, de louer l'action du chef de l'Etat, "le seul" qui se soit rendu dans tous les territoires durant son quinquennat. Mme Bareigts a mis en avant la hausse de 16,5 millions d'euros, soit une hausse de 2,8% en autorisations d'engagement (AE) et de 0,8 % en crédits de paiement (CP) quand le député radical de gauche Claireaux (Saint-Pierre et Miquelon) admet une baisse dénoncée par son collègue LR de Saint-Martin, Daniel Gibbs, de 2,2 % (AE) et 3,9 % (CP) en raison de transferts des missions Travail, emploi et Enseignement supérieur. Ce débat a été l'occasion pour les députés d'outre-mer (les seuls à y participer à quelques rares exceptions) de faire valoir leurs points de vue. Ainsi pour Alfred Marie-Jeanne (photo), président de la collectivité de Martinique, l'égalité réelle n'est "ni sociale, ni sportive" et Ladom est un "Bumidom bis" qui  contribue au "dépeuplement de la Martinique". Huguette Bello (photo) s'est inquiétée de la sortie du dispositif de 1300 jeunes  réunionnais en emploi d'avenir. La ministre a bien évoquée de nombreuses solutions pour ces jeunes sans pouvoir annoncer un chiffre pour ceux qui ont trouvé un voie viable d'insertion, si ce n'est de parler de "nouvelle dynamique de parcours professionnels à dynamiser", de 8000 jeunes bénéficiaires de la garantie jeune (461 euros par mois) et de 144 millions en 2017 pour continuer avec la garantie jeune. Le député guyanais Serville, par la voix du Martiniquais Bruno Nestor Azerot (photo) s'est inquiété de la baisse des exonérations de charges pour les indépendants et artisans. La ministre a rappelé que l'économie de 30 millions permettait "une dégressivité juste qui ne porte pas atteinte à ceux qui ont des revenus justes".

Violence et réchauffement climatique

La question de la violence et des 39 homicides en Guyane en un an est venue avec la députée de la Guyane Chantal Berthelot (photo), soutenue par la Guadeloupéenne Gabrielle Carabin,  "Il y aura des contrôles accrus de la police et de la gendarmerie et des saisies d'armes", a indiqué la ministre. Elle n'a pas parlé de la grève du zèle des policiers de Cayenne qui ne veulent plus prendre d'appel après 22 heures. Mais elle a rappelé que l'Opération d'intérêt national pour le logement en Guyane "se met en place" et que le pacte pour la Guyane serait bientôt signé. Les discussions sur les amendements ont porté principalement sur le fonds vert qui ouvre des prêts à taux zéro pour les abris à construire là où les bouleversements climatiques commandent de les construire (en Polynésie essentiellement où il en reste 28 à construire). "Nous devons emprunter pour les effets causés par les pays du nord et emprunter pour cela ?", s'est offusqué le député calédonien Gomez. Serge Létchimy (photo) est venu le soutenir et tous sont convenus avec la ministre que ce dispositif, si insuffisant soit-il, répondait au moins aux lacunes du passé. A minuit passé, le budget de la mission outre-mer était adopté. Reste que le Sénat a fait savoir qu'il ne prendrait même pas le temps d'examiner l'ensemble du budget. Une décision qui accélèrera peut-être la suite de l'examen de la loi égalité réelle outre-mer. A condition que les commissions du Sénat se réunissent rapidement et que le gouvernement accepte d'inscrire le texte à son agenda, sinon ce sera pour janvier ou février.

FXG, à Paris

Repost 0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 08:15
Gabrielle Vauthey, CDC, Mathias Hautefort, VITIS, Nassir Goulamaly, Oceinde

Gabrielle Vauthey, CDC, Mathias Hautefort, VITIS, Nassir Goulamaly, Oceinde

Zeop débarque à Paris

Hier matin à Paris, la Caisse des dépôts et consignation recevait ses deux nouveaux associés, Netgem et Océinde, pour présenter leur bébé, la société Vitis et sa marque Videofutur. Il s'agit d'un nouvel opérateur de services 100 % fibre (fiber virtual network operator), avec une offre triple play qualifiée d'"autouroute du divertissement pour tous". L'offre ainsi déployée est la même que propose Zeop, la marque d'Océinde, à la Réunion, sous la forme d'une "box Videofutur" avec un prix unique de 39,90 euros et un débit de 1 gigabit.

Le marché visé, c'est la France hexagonale et ses réseaux d'initiative publique, soit un taux de pénétration de 10 % sur les prises fibre d'ici dix-huit mois. La Caisse des dépôt détient 33 % du capital, la société réunionnaise Océinde 12 %, et Netgem 55 %. La participation d'Océinde au capital de cette société témoigne d'un savoir faire qu'elle a développé depuis cinq ans avec Netgem. "C'est une fierté d'accompagner un projet en France et ça montre l'excellence de notre technologique", déclare Xavier Hermesse, directeur général adjoint de Zeop. La société d'Abdéali Goulamaly apporte trois briques à l'édifice de Vitis : toute la partie télécom, puisque c'est la plateforme de Zeop et son système d'information qui a été adaptée à Vitis. La deuxième brique, c'est le service client, puisque c'est à la Réunion, au Port qu'est installé le call center de Vitis. La troisième brique, c'est le réseau puisque ce sont les équipes de Zeop qui l'administrent depuis Le Port.

Outre le fait pour Océinde de prendre pied dans le marché des Réseau d'initiative publique de l'Hexagone, cela lui ouvre l'accès aux contenus de Netgem (50 partenaires studios comme Canal, Gaumont...). Autre avantage, l'emploi local. Pour ses systèmes d'information, Zeop est passé de deux à dix ingénieurs. Mais c'est surtout pour sa plateforme client que c'est siginificatif : "Nous avons trente collaborateurs, explique Frédéric Le Boterve, directeur commercial de Zeop, et nous allons ulitiplier ce chifre par deux d'ivci un an pour répondre aux besoins de Vitis." Nassir Goulamaly, directeur général d'Océinde a tenu à préciser que ces emplois seraient 100 % réunionnais et 100 % Zeop." Son directeur commercial a précisément écarté toute référence à Maurice ou Madagascar.

FXG, à Paris

Océinde en chiffres

Océinde est le numero 1 du très haut débit à la Réunion depuis 2011 en ayant investi 120 millions sur fonds propres pour installer la fibre auprès de 120 000 personnes. Sa filiale Zeop compte près de 40 000 abonnés fibre et emploie 200 pzersonnes. Le groupe Océinde (toutes activités) compte 1500 salariés et un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros.

Repost 0

Articles Récents