Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:19
Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Un appel à voter Macron de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer

Le sénateur apparenté PS Georges Patient (Guyane) et le député Modem Thierry Robert (Réunion) ont lancé mercredi, au nom de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer, "un appel solennel pour un vote massif pour Emmanuel Macron". Les deux parlementaires étaient accompagnés de Marjolaine Milome-Noiran et d'Anne Bolliet du staff du campagne du candidat d'En Marche !

Inquiet après le premier tour de la "victoire des abstentionnistes qui a fait de Marine Le Pen le vainqueur du premier tour en Outre-mer", Georges Patient lance cet appel à "tous les abstentionnistes, mécontents ou contestataires,. Allez voter et votez Emmanuel Macron. Pas un vote barrage, mais un vote pour, car on risque d'avoir comme président une femme qui prône l'isolationnisme quand nos outre-mer ont besoin de s'émanciper dans leur environnement régional". Georges Patient a encore critiqué cette "candidature de la peur des étrangers". Il a précisé encore que "même si dans nos territoires, nous souffrons de ces problématiques, nous sommes des enfants de colonisés, des terres d'immigration".

Pour Thierry Robert, "c'est une catastrophe". Alors que la Réunion et la Guyane ont voté d'abord pour Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, il se refuse à jeter la pierre à leurs électeurs qui ont rejeté la politique des 25 dernières années. "Ces électeurs, déçus, ont fait le choix de renverser la table en espérant quelque chose de meilleur." Selon lui au second tour, "tout le monde peut se racheter car Emmanuel Macron sait que les outre-mer attendent beaucoup de lui et il va amender son programme sur certains points." Revenant sur l'annonce du candidat d'En Marche ! d'organiser dans les trois premiers mois des assises de l'Outre-mer pour régler la première année les urgences, Thierry Robert a indiqué que "Emmanuel Macron ne souhaite pas qu'il y ait sur d'autres territoires d'Outre-mer ce qui s'est passé en Guyane".

Quant à l'électorat de Melenchon, Thierry Robert reconnaît qu'une large partie de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, mais croit "au vote de raison et de responsabilité".

Georges Patient assure avoir pris l'attache de "beaucoup de (mes) collègues qui m'ont donné un blanc-seing. Je n'ai pas eu les 53 parlementaires, mais beaucoup adoptent cette position dans leurs territoires pour que Marine Le Pen n'arrive pas en tête au second tour". A noter qu'Alfred Marie-Jeanne la lancé un appel à barrer la route à Marine Le Pen sans appeler expressément à voter Macron.

FXG, à Paris

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:15
Potier délégué à la lutte contre les racismes

De l'Outre-mer à la lutte contre les racismes

Depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon en avril 2014, l'énarque Frédéric Potier (37 ans) était le conseiller outre-mer du Premier ministre. Quand Manuel Valls est parti en campagne pour les primaires, Bernard Cazeneuve a gardé cd conseiller auprès de lui. A l'approche de la fin du mandat du Premier ministre, Frédéric Potier vient d'être nommé délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT. Ce qui fait dire au Canard qui consacre dans sa sdernière édition un papier aux "rescapés, recasés et repêchés de Hollande" : "Une activité aussi sensible que la gestion de la Guyane."

FXG, à Paris

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:24

BPIFrance prend 5 % du capital d'Albioma

En prenant 5 % du capital d'Albioma, BPIFrance annonce son intention d'accompagner Albioma, acteur français de la production d’électricité dans les territoires insulaires à travers l’exploitation de centrales thermiques bagasse charbon, dans la transition énergétique. Albioma dispose aujourd’hui d’un portefeuille d’actifs représentant une capacité installée de 753 MW répartie en France métropolitaine et en Outre-Mer (60%), à l’Ile Maurice (25%) et au Brésil (15%).

Le groupe a défini une stratégie de transition énergétique de ses installations, prévoyant la conversion des centrales actuelles et le développement de nouvelles centrales vers un mix 100% biomasse qui valorisent aux côtés de la bagasse des déchets verts ou des résidus de l’industrie du bois.. Le groupe a également développé ses activités au Brésil, marché bénéficiant d’une forte croissance de la demande d’électricité sur le marché, de l’importance du renouvelable dans le mix énergétique du pays et de l’abondance des ressources en bagasse.

FXG, à Paris

Repost 0
Published by fxg
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 05:14

Audrey Pulvar suspendue d'antenne

La journaliste Audrey Pulvar a été suspendue de l’antenne de CNews, indique le Parisien, pour une durée encore indéterminée. Sa direction lui reproche d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité. Elle a signé avec Zabou Breitman, Julie Gayet, Bruno Solo, Agnès Jaoui ou Françoise Laborde une pétition anti-Marine Le Pen lancée par la ministre de la Famille, Laurence Rossignol : « Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron ! ».

Sa signature a été dénoncée sur twittter par Florian Philippot, vice-président du Front National pour qui "cela pose un vrai problème d’impartialité".

FXG, à Paris

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 07:48
Bareigts rallie Macron

Bareigts vote Macron

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer et soutien de Benoît Hamon, a fait une déclaration dimanche vers 22 h 30 pour dire qu'elle comprenait le vote des Français comme "un rejet des partis traditionnels" et "une volonté de changement profond de la relation des Outre-mer à l’Hexagone". Elle n'a pas voulu se priver de vanter son bilan personnel rue Oudinot et au Parlement pour plaider ensuite "un changement de modèle radical qui permettra l’émancipation et le développement des Outre-mer". Pour autant elle "ne partage pas les valeurs de la candidate d’extrême-droite". Et sonne à son discours des accents macroniens : "L’enseignement que nous devons tirer de ce scrutin est qu’il est fondamental de dépasser les approches partisanes pour travailler tous ensemble au service de l’intérêt général et des valeurs de la République." Plus clairement elle affirme "connaître Emmanuel Macron, son projet, ses valeurs (...) partager un engagement, une ambition et cette volonté de changement pour les Outre-mer". Elle votera donc Emmanuel Macron le 7 mai et appelle "les forces progressistes à voter Emmanuel Macron".

FXG, à Paris

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:52
Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal en concert au Gosier

La chanteuse et compositrice Marie Jal dite Mariam donnera un concert "acoustic world" en solo, armée de sa guitare et de sa voix, le 28 avril à 20 heures au Gwada Tacos - Gosier Givré, à la Résidence Créole de la Pointe de la Verdure au Gosier. Marie Jal est une chanteuse à textes, nourrie d'influences espagnoles et africaines. Elle a un tube, "Continuer le combat" que le public reprend à tue-tête : "Wow, wow,wow... La vie, c'est ça !" On ne s'en lasse pas !

Réservations conseillées au 0590 82 26 33, car c'est un tout petit resto !

http://mariejal.wixsite.com/mariejal

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:16
Henriette Henry à son arrivée au ministère des Affaires sociales jeudi 20 avril

Henriette Henry à son arrivée au ministère des Affaires sociales jeudi 20 avril

Le blâme d'Henriette Henry dépend de Myriam El Khomry

La commission disciplinaire qui s'est réuni jeudi 20 avril après-midi à la direction des ressources humaines du ministère du Travail a finalement donné un avis pour un blâme dans le dossier qui oppose la contrôleuse du travail, Henriette Henry, et sa hiérarchie à la DIECCTE de Guyane.

"Nous exigeons toujours l'abandon de tout projet de sanction", martèle Thomas Dessalles de la CGT-TEFP. Reçue en compagnie de son avocat et de deux représentantes syndicales, Henriette Henry a passé quelque trois heures au ministère des Affaires sociales avant que ne tombe cet avis. Une mobilisation à l'appel de l'UTG devait avoir lieu au même moment au siège de la DIECCTE en Guyane, mais ses locaux ont été fermés, officiellement en raison des barrages...

On jugeait donc jeudi Henriette pour "avoir tenu des propos discriminatoires, porté atteinte à la dignité de ses fonctions, violé son devoir de réserve, son obligation de neutralité et son obligation déontologique de dignité", à la suite d’une altercation avec une collègue. Celle-ci, la vieille, avait adressé à Henriette un courriel extrêmement agressif se terminant par « t’es pas foutue de réussir le grade d’inspecteur, reste à ta place ». Entendant de la part de cette même collègue des propos se terminant par « négresse », Henriette, victime depuis des années d’agissement discriminatoires (propos vexatoires, courriels humiliants, placardisation) en raison notamment de ses engagements syndicaux, lui a alors rappelé qu'elle était « chez elle » en Guyane, avant d'éclater en sanglots. Pour la CGT, le dossier est vide, c'est une réaction de dignité contre l'insulte. "Il y a des problèmes structurels au-delà de ce dossier", explique Thomas Dessalles. Il rappelle le rapport Lorti de juillet dernier qui épingle le ministère du Travail au niveau des concours, mais surtout le rapport de la mission menée par l'IGAS en 2014 à la DIECCTE de Guyane qui pointait déjà le cas d'Henriette Henry. Ce rapport est désormais aux mains des syndicats...

Pas de rétrogradation

"La procédure elle-même est discriminatoire", regrette Thomas Dessalles. "C'est la victime qui est mise en cause et c'est cela qui choque", complète un collègue venu en soutien. Le syndicat n'explique l'attitude de la hiérarchie que par une volonté de "rester dans le huis-clos" : "C'est le ministère du Travail qui donne des leçons aux employeurs, comme il l'a fait en piégeant Accor et Courte-Paille en réalisant des testings, alors il faut qu'il soit exemplaire, d'où sa réaction de déni devant le cas d'Henriette." Farida, une collègue d'Henriette témoigne de ce que c'est que d'appartenir à une minorité visible dans cette administration : "Tant qu'on n'est qu'un agent de catégorie C, tout va bien, mais si l'on parvient à devenir agent de catégorie B, on devient la lie de la fonction publique."

La commission disciplinaire avait fait savoir avant la réunion qu'il n'y aurait pas de retrogradation ni de suspension, mais la défense d'Henriette refuse le blâme. Du reste, cet avis n'est que consultatif car il revient au final à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, de trancher et clore le dossier, vite, avant qu'elle ne quitte son ministère.

FXG, à Paris

Le point de vue de l'administration

Le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social a fait savoir que suite à la réunion de la commission disciplinaire qui s'est réunie jeudi 20 avril, il a décidé de prendre une sanction à l’encontre non pas d'un, mais de deux de ses agents de la DIECCTE de Guyane pour ces faits remontant au mois d'octobre dernier. Il s'agit de l'inspectrice du travail stagiaire, Henriette Henry comme indiqué plus haut, mais également de sa collègue inspectrice du travail avec qui elle était en conflit.

L'administration estime que "le caractère raciste de l’agression verbale qu’aurait subie (Mme Henry) n’a pu être attesté par aucun témoignage ni aucune preuve." Elle estime en revanche que le comportement des deux agents est "fautif et ne peut demeurer sans suite". L'administration a donc accédé à la demande du directeur de la DIECCTE avec "un avis positif à la majorité des voix de la commission disciplinaire comprenant à parité l’administration et des représentants du personnel du ministère".

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:14
Drikouraman de Dédé Saint-Prix

Dédé Saint-Prix revient au chouval-bwa pur sang

"Ca fait des années que je travaille dessus..." Dédé Saint-Prix assure avec son dernier opus, Drikouraman, revenir aux sources, " sans relâche", au tchoumbass, aux textes saillants et sérieux, surtout. "Je joue et chante tout seul, du chouwal-bwa comme à mes débuts avec la technicité d'aujourd'hui." Sur les 18 titres de l'album, un seul n'est pas signé Saint-Prix, mais Christine Angot. "Je suis ami avec son mari, ça fait un moment que j'avais son texte... Et j'ai décidé de le travailler parce que même si moi, j'ai déjà fait la paix avec le monde, ça m'a parlé...Ce titre, "Pakomsa", veut dire un peu que sourire ne veut pas dire grimacer. "Ce n'est pas parce que tu souris que tu es une femme soumise, une femme facile... beaucoup de gens ont tendance à se durcir quand il s'agit de servir quelqu'un. Ce sont des séquelles de l'esclavage et de la colonisation... Par contre, là où l'on excelle, c'est lorsque nous sommes en position de force, quand on est syndicaliste, policier, gardien de prison, quand on est gradé !" Et c'est pour ça, ou contre un monde où tout le monde se méfie de tout le monde qu'il chante le titre "Valeurs humaines" : "Tout le monde a besoin de tout le monde !", conclut-il en riant.

Et puis ce morceau au titre surprenant, "TCSP". Dédé Saint-Prix s'interroge : "Est-ce que tout le monde va prendre le TCSP ? Est-ce que les gens vont prendre leur ticket, frauder ? Est-ce que les gens qui n'ont pas l'habitude de se mélanger au peuple vont le prendre ? Ces gens qu'on ne voit ni dans les concerts, ni dans les matches de football, tout au plus qu'on voit à la messe..." Il cible les Martiniquais mais également les "expatriés qui ne restent qu'entre eux, qui ignorent tout des combats de coqs, des yoles"... Alors il s'amuse en chantant : "Est-ce que ces gens-là vont prendre le TCSP ?" De la passer au chant revendicatif, c'est fait avec "Au nom du peuple", un tire co-signé d'Edmond Rosillette qui fait écho à l'affaire Fillon : "Au nom de peuple, mais en fait au nom de leur famille rapprochée, ils se foutent de notre gueule ouvertement ! J'essaie de faire prendre conscience aux gens que notre système politique est peut-être obsolète." Et pour exprimer tout ça, du chouval-bwa, rien que de chouval-bwa, mais tout chouval-bwa ! "Je ne suis que le prolongement de la pensée populaire ! Je donne le pouls de population."

Ainsi, dans "Péyi mwen", il raconte l'histoire de ces Martiniquais qui voulaient rencontrer François hollande pour lui parler de l'université et à qui on a envoyé des CRS. Alors, Dédé Saint-Prix, cette liberté d'expression, il la moque. "On cache la misère au président quand il faut lui montrer dans quelle misère est le pays !"

Dédé Saint-Prix sort ce nouvel album alors qu'il rentre d'une tournée en Colombie où, assure-t-il, "on a mélangé le chouval-bwa et la kumbia et on a surpris !" Mais promis "Drikouraman", c'est 100 % chouval-bwa.

FXG, à Paris

 

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 04:49

Le CEGOM note mal le quinquennat de Hollande

Le Collectif des États généraux de l’outre-mer (CEGOM) a sorti son septième audit annuel des politiques conduites par l’État en direction des Français d’outre-mers. En 2011, au terme de la présidence de Nicolas Sarkozy, 55% des personnes qui avaient participé à l'enquête évaluaient défavorablement son action, alors que 7% l’évaluaient favorablement (38% ne se prononçaient pas). Aujourd’hui, 78% des 306 personnes ayant répondu à cette consultation évaluent défavorablement l’action de François Hollande, alors que 21% l’évaluent favorablement (1% ne se prononcent pas). Dans son ensemble, l’action du président sortant reçoit la note de 5,4/20. Ses domaines d’action les mieux notés touchent à la mémoire et à la culture (7,2/20), au soutien au tissu associatif (6,5/20), à la lutte contre le racisme et les discriminations (6,2/20), puis aux conditions de vie et de santé (5,2/20). Ses domaines les moins bien notés sont relatifs à la cherté de la vie (4,3/20) et l’emploi et la jeunesse en difficulté (4,3/20).

Les personnes qui ont participé à cette consultation ne se prononcent majoritairement par (45 %) sur la campagne présidentielle, sont 21,2 % à envisager de voter au premier tour pour Jean-Luc Mélenchon ; 10,5% pour Emmanuel Macron ; 7,2% pour Marine Le Pen ; 6,2% pour Benoît Hamon ; 4,6%, pour François Fillon. Au second tour, 27,1% estiment qu'Emmanuel Macron sera élu, 17,6% Jean-Luc Mélenchon et 9,8% Marine Le Pen.

A noter que cet échantillon de 306 personnes est réparti à 38 % en Martinique, 32 % en Guyane, 17,6 % en Guadeloupe et à peine 6 ou 7 % à la Réunion.

FXG, à Paris

Repost 0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 06:54

Le Préfet de Guyane doit installer le comité de suivi

"Je souhaite que le comité de suivi et de mise en oeuvre soit installé le jeudi 20 avril au plus tard." Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a fait partir mercredi cette requête au préfet de Guyane. Peu avant, au conseil des ministres, Ericka Bareigts est intervenue pour évoquer ce comité de suivi et de mise en oeuvre qu'elle avait promis lors de son intervention au journal télévisé de Guyane 1ère, dimanche dernier.

Il a été ainsi décidé que "l'architecture du comité de suivi et de mise en oeuvre sera constituée sur deux niveaux, l'un national, l'autre local". A Paris, sous l'autorité de Bernard Cazeneuve, le comité national sera présidé par Jean-François Cordet et réunira l'ensemble des ministres concernés, "à haut niveau de représentation". A Cayenne, le comité local se réunira sous la présidence du préfet. Il rassemblera l'ensemble des services de l'Etat (l'ARS, les Eaux et Forêts...) les parlementaires, les exécutifs locaux (CTG, association des maires, maires des chefs-lieux d'arrondissement) et des représentants des forces économiques et sociales, dont des représentants des collectifs. A charge pour le préfet d'engager des discussions "permettant une représentation juste et pertinente" et de faire ses propositions au Premier-ministre vendredi 14 avril. Pour fonctionner le comité local pourra "être décliné en groupes de travail thématiques" correspondant aux 14 protocoles signés. Outre sa mission de mise en oeuvre, le comité aura pour mission d'examiner l'articulation entre le plan d'urgence, le Pacte d'avenir et la préparation du plan de convergence issu de la loi égalité réelle outre-mer.

Dans sa lettre au préfet Martin Jeager, Bernard Cazeneuve rappelle que l'ensemble des mesures du plan d'urgence s'élève à 1,1 milliard d'euros et qu'il souhaite que "ces dispositions connaissent sans délai une mise en oeuvre sur le territoire dans une logique de solidarité nationale".

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents