Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 06:27
Au New Morning le 19 avril dernier

Au New Morning le 19 avril dernier

Le batteur "rythmicien" martiniquais Jean-Claude Montredon a brillé, mercredi 20 avril au New-Morning, à Paris. L'artiste qui fête ses ses 50 ans de carrière est venu présenter son premier album "Diamant H2O" dont il signe les compositions. A la tête de son quintette, Jean-Claude Montredon s'est entouré du pianiste Alain-Jean-Marie, du bassiste Michel Alibo, du saxophoniste Jon Handelsman et du trompettiste Stéphane Belmondo avec sa conque de lambi.

"J'ai voulu rendre hommage au rocher du Diamant"

La musique, ça a commencé comment, à l'école, dans la famille ?

J'ai quand même eu mon certificat d'études (rires)... Ma mère m'envoyait chercher de l'eau au point Démosthène. Il y avait un robinet sur le trottoir et j'amenais un seau. Ce seau, je l'ai tourné et il avait un son de tabla. Un jour, un ami de ma mère, de Sainte-Lucie, lui a dit : "Tu vois ce petit, il va faire un musicien." Après mon certificat d'études, j'ai dit à ma mère que je ferai de la musique. Elle m'a dit : "La musique, c'est sérieux, il faut travailler..." Je n'ai pas travaillé et je me suis retrouvé à l'orchestre Tropical du père de Georges Noël. C'est Georges qui m'a auditionné avec une timbale, boléro, mambo... Je n'ai pas fait long feu avec Tropical, un an au plus. Je me suis retrouvé dans l'orchestre des frères Bernard Père avec la timbale. On jouait au Tam Tam vers Redoute, l'établissement de Berly et Ghislaine Glaudon, les patrons de l'Impératrice, avec les oncles de Marius Cultier, son frère Nel Lancry, Thurenne Roussy, Lola Martin... Marius a joué là aussi et il m'a pris comme un fils. On faisait aussi des punchs en musique le midi à l'ORTF avec Francisco Charles-Denis, Paul-Jules Vécour et Marius... Puis Georges Brival lui a demandé de monter l'orchestre Tropicana...

Quand avez-vous touché une batterie pour la première fois ?

J'avais 16 ans et je jouais de la conga avec Tropicana, à la Bananeraie et à la Morina sur l'ancienne route de Schoelcher, et pendant les quarts d'heure de charme, le batteur Jacques Michelin allait danser et me laissait donner un petit coup de batterie. Je jouais des boléros et quand le quart d'heure de charme s'achevait, il revenait à sa batterie et sa timbale et je reprenais ma conga ; on lançait un cha cha cha.

Très vite vous partez au Canada, comment ça s'est présenté ?

Nous sommes partis le 12 juillet 1967 pour l'exposition universelle. Georges Brival a tout vendu, la Bananeraie et la Morina, pour ce voyage auquel participait une délégation de toutes les Antilles. Georges Brival avait monté une boîte dans l'Expo, "La cabane à rhum". C'était culinaire et musical. Georges m'a proposé de prendre la batterie et j'ai joué des boléros, des biguines avec Marius, le sax Paul Julvécourt, le contrebassiste Donnadieu Monpierre, le chanteur Pierre Jabert et encore André Salvador, le frère d'Henry. Alain Jean-Marie nous a rejoint avec son vibraphone...On n'était pas encore très jazzy. Je connaissais un peu la bossa nova puisque quand j'avais 8 ans, ma mère m'a offert un poste à galène et j'écoutais Stan Gets sur Voice of America...

Que s'est-il passé après l'Exposition universelle ?

Nous sommes restés à Montréal pour l'exposition Terre des hommes qui prolongeait la première. Marius Cultier est parti jouer dans un autre groupe. Leur scène de prédilection était l'hôtel de la Martinique à Montréal... Je jouais dans des clubs avec Alain, Paul Julvécourt et Winston Berkley. Un jour, j'entre dans un supermarché et j'entends Stan Gets que je reconnais aussitôt. Je veux être comme lui, je me dis. Je veux qu'en m'entendant, les gens sachent que c'est moi. Pendant quatre ans, j'ai travaillé mon rythme, mon impro, mon son et ma technique, huit heures par jour, dans un studio, dans le noir. Surtout, ne pas jouer comme les autres. Quand tu entends le batteur de Sony Rollins jouer "Saint-Thomas", tu entends le calypso mais ça n'en est pas un. Quand un Américain joue le cha cha cha ou le mambo, il y a des lacunes dans le rythme. Il joue très bien le 4-4, mais si tu lui demandes d'aller dans le 6-8 ou le 7-4, il est perdu... A droite, c'est le poignet qui travaille, à gauche, c'est le pouce et l'index. Je joue haut perché, comme au-dessus d'une cuisine et je fais ma cuisine ! Quand tu joues très droit, tu reçois toutes les bonnes vibrations...

Pourquoi avoir quitté Montréal ?

Paul Julvécourt voulait restait, mais alain, Winston et moi avons dit non, il fait trop froid ! On a monté le groupe Liquid Ruck Stone, puis on est rentré en Martinique. On a eu un contrat à l'hôtel Diamond Rock. Le patron nous a dit : "Vous jouez ce que vous voulez, mais je veux entendre les fourchettes et les couteaux de mes clients." Exactement comme Chet Baker qui disait à Alain Jean-Marie : "Tu joues, mais pas trop. Tu improvises, mais pas trop. Tu m'accompagnes, mais pas trop..." (Rires !)

Liquid Ruck Stone, le Diamond Rock et maintenant l'album qui s'appelle "Diamant H2O"...

Tout ça renvoie au rocher du Diamant. Il est entre ciel et mer et j'ai voulu lui rendre hommage. Ce rocher a été courtisé par les Anglais, les Français, les Allemands, les Espagnols, les Hollandais... Tous ces gens ont combattu pour prendre ce rocher. Il y a eu des morts et il y a de l'or. Les pirates qui l'ont déposé tuaient des esclaves pour que leur âme garde le trésor. Même le commandant Cousteau n'y est pas arrivé...

Pourquoi dîtes-vous que c'est la musique qui vous a choisi ?

Un jour, je retrouve un ami qui me dit : "Mwen kité mizik." Je lui ai répondu : "Non, c'est la musique qui t'a quitté !" La musique est très jalouse ! A 23 ans, quand j'ai rencontré ma première épouse, je lui a! dit que la musique était ma femme et ma batterie ma maîtresse.

Vous n'avez jamais joué de zouk ?

Quand on me demande ce que je pense du zouk, je réponds que j'ai fait de la kadans kompa. J'ai joué avec West African Cosmos d'où sont sortis Touré Kunda et la world music. Le jazz, c'est Duke Ellington qui a dit à un journaliste : "Call it jazz." Le blues, c'est le chant des esclaves... On donne les noms qu'on veut... J'aime jouer de la musique évolutive. François Luther m'a permis de jouer dans le Caribean Workshop Group et dans le West Indies Jazzmen. Je suis dans le premier 45 tour de Malavoy — j'aimerai bien l'avoir. Le titre que je joue s'appelle "Ralé Senn'nan". Ma conception de la musique, c'est l'évolution. Je ne veux pas me cantonner à une musique, ni faire n'importe quoi. Dans la musique, il n'y a pas de sentiment, je ne joue pas avec mes copains si ça ne m'intéresse pas.

Pourquoi avoir attendu 50 ans pour faire un album solo ?

J'ai toujours été sideman pour pas mal d'artistes et l'opportunité est arrivée via Touali mon fils, et Annabelle, son épouse. Et puis, j'ai le temps, je suis à la retraite ! Et comme je touche 262 euros par mois, je dois encore gagner ma vie ! Mais je suis bien loti, j'ai des copains en Martinique qui ne touchent que 160 euros !

Propos recueillis par FXG, à Paris

Un DVD à sortir avec Alain Jean-Marie

Jean-Claude Montredon annonce la sortie prochaine d'un DVD, "Quelques rythmes de la Caraïbe", avec Alain Jean-Marie au piano et lui-même à la conga et à la batterie. Chaque rythme est illustré par une composition originale signée de l'un ou de l'autre. On entendra par exemple pour la biguine "Travay red" d'Alain Jean-Marie...

Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 06:25
Pêche outre-mer

La modernisation des flottes de pêche outre-mer en route

Le rapport sur la gestion des flottes de pêche dans les régions ultrapériphériques (RUP) a été voté jeudi 27 avril par le Parlement européen. Il préconise la mise en place d’une politique adaptée pour ces territoires. Les députés européens français Younous Omarjee (GUE/NGL), Isabelle Thomas, Louis-Joseph Manscour (SD) et Maurice Ponga (PPE) ont porté ce projet en s'appuyant sur le pouvoir d'adaptation permis par l'article 349 du traité européen.

Jusqu'alors les RUP bénéficient en matière agricole de compensations financières via des programmes spécifiques (POSEI), en revanche, aucun dispositif adapté n’existait à ce jour dans le domaine de la pêche. Ce rapport reconnaît désormais la nécessité de soutenir le remplacement des navires de pêche vétustes par des navires neufs, au nom de la sécurité des pêcheurs artisanaux des RUP et de la pérennité de leur activité, sans remise en cause des plafonds de pêche autorisés pour que la ressource reste préservée. "Il s’agit aussi, explique Isabelle Thomas, de leur permettre de s’éloigner du rivage, comme aux Antilles où la chlordécone interdit la pêche côtière, ce que les embarcations actuelles ne permettent pas."

Pour autant, estime Younous Omarjee, ce combat n’est pas encore gagné puisqu’il appartient désormais à la Commission européenne et aux représentants des gouvernements des Etat membres de l’Union européenne de se mettre à l’écoute du vote du Parlement européen. "Nos demandes, rappelle Younous Omarjee, sont très claires : un POSEI pêche et l’autorisation des aides pour le renouvellement des flottes des RUP."

FXG, à Paris

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:19
Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Marjolaine Milome-Noiran, Georges Patient, Thierry Robert et l'ancienne inspectrice générale des finances, Anne Bolliet

Un appel à voter Macron de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer

Le sénateur apparenté PS Georges Patient (Guyane) et le député Modem Thierry Robert (Réunion) ont lancé mercredi, au nom de l'intergroupe parlementaire de l'Outre-mer, "un appel solennel pour un vote massif pour Emmanuel Macron". Les deux parlementaires étaient accompagnés de Marjolaine Milome-Noiran et d'Anne Bolliet du staff du campagne du candidat d'En Marche !

Inquiet après le premier tour de la "victoire des abstentionnistes qui a fait de Marine Le Pen le vainqueur du premier tour en Outre-mer", Georges Patient lance cet appel à "tous les abstentionnistes, mécontents ou contestataires,. Allez voter et votez Emmanuel Macron. Pas un vote barrage, mais un vote pour, car on risque d'avoir comme président une femme qui prône l'isolationnisme quand nos outre-mer ont besoin de s'émanciper dans leur environnement régional". Georges Patient a encore critiqué cette "candidature de la peur des étrangers". Il a précisé encore que "même si dans nos territoires, nous souffrons de ces problématiques, nous sommes des enfants de colonisés, des terres d'immigration".

Pour Thierry Robert, "c'est une catastrophe". Alors que la Réunion et la Guyane ont voté d'abord pour Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, il se refuse à jeter la pierre à leurs électeurs qui ont rejeté la politique des 25 dernières années. "Ces électeurs, déçus, ont fait le choix de renverser la table en espérant quelque chose de meilleur." Selon lui au second tour, "tout le monde peut se racheter car Emmanuel Macron sait que les outre-mer attendent beaucoup de lui et il va amender son programme sur certains points." Revenant sur l'annonce du candidat d'En Marche ! d'organiser dans les trois premiers mois des assises de l'Outre-mer pour régler la première année les urgences, Thierry Robert a indiqué que "Emmanuel Macron ne souhaite pas qu'il y ait sur d'autres territoires d'Outre-mer ce qui s'est passé en Guyane".

Quant à l'électorat de Melenchon, Thierry Robert reconnaît qu'une large partie de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, mais croit "au vote de raison et de responsabilité".

Georges Patient assure avoir pris l'attache de "beaucoup de (mes) collègues qui m'ont donné un blanc-seing. Je n'ai pas eu les 53 parlementaires, mais beaucoup adoptent cette position dans leurs territoires pour que Marine Le Pen n'arrive pas en tête au second tour". A noter qu'Alfred Marie-Jeanne la lancé un appel à barrer la route à Marine Le Pen sans appeler expressément à voter Macron.

FXG, à Paris

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:15
Potier délégué à la lutte contre les racismes

De l'Outre-mer à la lutte contre les racismes

Depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon en avril 2014, l'énarque Frédéric Potier (37 ans) était le conseiller outre-mer du Premier ministre. Quand Manuel Valls est parti en campagne pour les primaires, Bernard Cazeneuve a gardé cd conseiller auprès de lui. A l'approche de la fin du mandat du Premier ministre, Frédéric Potier vient d'être nommé délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT. Ce qui fait dire au Canard qui consacre dans sa sdernière édition un papier aux "rescapés, recasés et repêchés de Hollande" : "Une activité aussi sensible que la gestion de la Guyane."

FXG, à Paris

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:24

BPIFrance prend 5 % du capital d'Albioma

En prenant 5 % du capital d'Albioma, BPIFrance annonce son intention d'accompagner Albioma, acteur français de la production d’électricité dans les territoires insulaires à travers l’exploitation de centrales thermiques bagasse charbon, dans la transition énergétique. Albioma dispose aujourd’hui d’un portefeuille d’actifs représentant une capacité installée de 753 MW répartie en France métropolitaine et en Outre-Mer (60%), à l’Ile Maurice (25%) et au Brésil (15%).

Le groupe a défini une stratégie de transition énergétique de ses installations, prévoyant la conversion des centrales actuelles et le développement de nouvelles centrales vers un mix 100% biomasse qui valorisent aux côtés de la bagasse des déchets verts ou des résidus de l’industrie du bois.. Le groupe a également développé ses activités au Brésil, marché bénéficiant d’une forte croissance de la demande d’électricité sur le marché, de l’importance du renouvelable dans le mix énergétique du pays et de l’abondance des ressources en bagasse.

FXG, à Paris

Repost 0
Published by fxg
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 05:14

Audrey Pulvar suspendue d'antenne

La journaliste Audrey Pulvar a été suspendue de l’antenne de CNews, indique le Parisien, pour une durée encore indéterminée. Sa direction lui reproche d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité. Elle a signé avec Zabou Breitman, Julie Gayet, Bruno Solo, Agnès Jaoui ou Françoise Laborde une pétition anti-Marine Le Pen lancée par la ministre de la Famille, Laurence Rossignol : « Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron ! ».

Sa signature a été dénoncée sur twittter par Florian Philippot, vice-président du Front National pour qui "cela pose un vrai problème d’impartialité".

FXG, à Paris

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 07:48
Bareigts rallie Macron

Bareigts vote Macron

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer et soutien de Benoît Hamon, a fait une déclaration dimanche vers 22 h 30 pour dire qu'elle comprenait le vote des Français comme "un rejet des partis traditionnels" et "une volonté de changement profond de la relation des Outre-mer à l’Hexagone". Elle n'a pas voulu se priver de vanter son bilan personnel rue Oudinot et au Parlement pour plaider ensuite "un changement de modèle radical qui permettra l’émancipation et le développement des Outre-mer". Pour autant elle "ne partage pas les valeurs de la candidate d’extrême-droite". Et sonne à son discours des accents macroniens : "L’enseignement que nous devons tirer de ce scrutin est qu’il est fondamental de dépasser les approches partisanes pour travailler tous ensemble au service de l’intérêt général et des valeurs de la République." Plus clairement elle affirme "connaître Emmanuel Macron, son projet, ses valeurs (...) partager un engagement, une ambition et cette volonté de changement pour les Outre-mer". Elle votera donc Emmanuel Macron le 7 mai et appelle "les forces progressistes à voter Emmanuel Macron".

FXG, à Paris

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:52
Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal ne s'arrête jamais là, ne baisse jamais les bras !

Marie Jal en concert au Gosier

La chanteuse et compositrice Marie Jal dite Mariam donnera un concert "acoustic world" en solo, armée de sa guitare et de sa voix, le 28 avril à 20 heures au Gwada Tacos - Gosier Givré, à la Résidence Créole de la Pointe de la Verdure au Gosier. Marie Jal est une chanteuse à textes, nourrie d'influences espagnoles et africaines. Elle a un tube, "Continuer le combat" que le public reprend à tue-tête : "Wow, wow,wow... La vie, c'est ça !" On ne s'en lasse pas !

Réservations conseillées au 0590 82 26 33, car c'est un tout petit resto !

http://mariejal.wixsite.com/mariejal

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:16
Henriette Henry à son arrivée au ministère des Affaires sociales jeudi 20 avril

Henriette Henry à son arrivée au ministère des Affaires sociales jeudi 20 avril

Le blâme d'Henriette Henry dépend de Myriam El Khomry

La commission disciplinaire qui s'est réuni jeudi 20 avril après-midi à la direction des ressources humaines du ministère du Travail a finalement donné un avis pour un blâme dans le dossier qui oppose la contrôleuse du travail, Henriette Henry, et sa hiérarchie à la DIECCTE de Guyane.

"Nous exigeons toujours l'abandon de tout projet de sanction", martèle Thomas Dessalles de la CGT-TEFP. Reçue en compagnie de son avocat et de deux représentantes syndicales, Henriette Henry a passé quelque trois heures au ministère des Affaires sociales avant que ne tombe cet avis. Une mobilisation à l'appel de l'UTG devait avoir lieu au même moment au siège de la DIECCTE en Guyane, mais ses locaux ont été fermés, officiellement en raison des barrages...

On jugeait donc jeudi Henriette pour "avoir tenu des propos discriminatoires, porté atteinte à la dignité de ses fonctions, violé son devoir de réserve, son obligation de neutralité et son obligation déontologique de dignité", à la suite d’une altercation avec une collègue. Celle-ci, la vieille, avait adressé à Henriette un courriel extrêmement agressif se terminant par « t’es pas foutue de réussir le grade d’inspecteur, reste à ta place ». Entendant de la part de cette même collègue des propos se terminant par « négresse », Henriette, victime depuis des années d’agissement discriminatoires (propos vexatoires, courriels humiliants, placardisation) en raison notamment de ses engagements syndicaux, lui a alors rappelé qu'elle était « chez elle » en Guyane, avant d'éclater en sanglots. Pour la CGT, le dossier est vide, c'est une réaction de dignité contre l'insulte. "Il y a des problèmes structurels au-delà de ce dossier", explique Thomas Dessalles. Il rappelle le rapport Lorti de juillet dernier qui épingle le ministère du Travail au niveau des concours, mais surtout le rapport de la mission menée par l'IGAS en 2014 à la DIECCTE de Guyane qui pointait déjà le cas d'Henriette Henry. Ce rapport est désormais aux mains des syndicats...

Pas de rétrogradation

"La procédure elle-même est discriminatoire", regrette Thomas Dessalles. "C'est la victime qui est mise en cause et c'est cela qui choque", complète un collègue venu en soutien. Le syndicat n'explique l'attitude de la hiérarchie que par une volonté de "rester dans le huis-clos" : "C'est le ministère du Travail qui donne des leçons aux employeurs, comme il l'a fait en piégeant Accor et Courte-Paille en réalisant des testings, alors il faut qu'il soit exemplaire, d'où sa réaction de déni devant le cas d'Henriette." Farida, une collègue d'Henriette témoigne de ce que c'est que d'appartenir à une minorité visible dans cette administration : "Tant qu'on n'est qu'un agent de catégorie C, tout va bien, mais si l'on parvient à devenir agent de catégorie B, on devient la lie de la fonction publique."

La commission disciplinaire avait fait savoir avant la réunion qu'il n'y aurait pas de retrogradation ni de suspension, mais la défense d'Henriette refuse le blâme. Du reste, cet avis n'est que consultatif car il revient au final à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, de trancher et clore le dossier, vite, avant qu'elle ne quitte son ministère.

FXG, à Paris

Le point de vue de l'administration

Le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social a fait savoir que suite à la réunion de la commission disciplinaire qui s'est réunie jeudi 20 avril, il a décidé de prendre une sanction à l’encontre non pas d'un, mais de deux de ses agents de la DIECCTE de Guyane pour ces faits remontant au mois d'octobre dernier. Il s'agit de l'inspectrice du travail stagiaire, Henriette Henry comme indiqué plus haut, mais également de sa collègue inspectrice du travail avec qui elle était en conflit.

L'administration estime que "le caractère raciste de l’agression verbale qu’aurait subie (Mme Henry) n’a pu être attesté par aucun témoignage ni aucune preuve." Elle estime en revanche que le comportement des deux agents est "fautif et ne peut demeurer sans suite". L'administration a donc accédé à la demande du directeur de la DIECCTE avec "un avis positif à la majorité des voix de la commission disciplinaire comprenant à parité l’administration et des représentants du personnel du ministère".

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:14
Drikouraman de Dédé Saint-Prix

Dédé Saint-Prix revient au chouval-bwa pur sang

"Ca fait des années que je travaille dessus..." Dédé Saint-Prix assure avec son dernier opus, Drikouraman, revenir aux sources, " sans relâche", au tchoumbass, aux textes saillants et sérieux, surtout. "Je joue et chante tout seul, du chouwal-bwa comme à mes débuts avec la technicité d'aujourd'hui." Sur les 18 titres de l'album, un seul n'est pas signé Saint-Prix, mais Christine Angot. "Je suis ami avec son mari, ça fait un moment que j'avais son texte... Et j'ai décidé de le travailler parce que même si moi, j'ai déjà fait la paix avec le monde, ça m'a parlé...Ce titre, "Pakomsa", veut dire un peu que sourire ne veut pas dire grimacer. "Ce n'est pas parce que tu souris que tu es une femme soumise, une femme facile... beaucoup de gens ont tendance à se durcir quand il s'agit de servir quelqu'un. Ce sont des séquelles de l'esclavage et de la colonisation... Par contre, là où l'on excelle, c'est lorsque nous sommes en position de force, quand on est syndicaliste, policier, gardien de prison, quand on est gradé !" Et c'est pour ça, ou contre un monde où tout le monde se méfie de tout le monde qu'il chante le titre "Valeurs humaines" : "Tout le monde a besoin de tout le monde !", conclut-il en riant.

Et puis ce morceau au titre surprenant, "TCSP". Dédé Saint-Prix s'interroge : "Est-ce que tout le monde va prendre le TCSP ? Est-ce que les gens vont prendre leur ticket, frauder ? Est-ce que les gens qui n'ont pas l'habitude de se mélanger au peuple vont le prendre ? Ces gens qu'on ne voit ni dans les concerts, ni dans les matches de football, tout au plus qu'on voit à la messe..." Il cible les Martiniquais mais également les "expatriés qui ne restent qu'entre eux, qui ignorent tout des combats de coqs, des yoles"... Alors il s'amuse en chantant : "Est-ce que ces gens-là vont prendre le TCSP ?" De la passer au chant revendicatif, c'est fait avec "Au nom du peuple", un tire co-signé d'Edmond Rosillette qui fait écho à l'affaire Fillon : "Au nom de peuple, mais en fait au nom de leur famille rapprochée, ils se foutent de notre gueule ouvertement ! J'essaie de faire prendre conscience aux gens que notre système politique est peut-être obsolète." Et pour exprimer tout ça, du chouval-bwa, rien que de chouval-bwa, mais tout chouval-bwa ! "Je ne suis que le prolongement de la pensée populaire ! Je donne le pouls de population."

Ainsi, dans "Péyi mwen", il raconte l'histoire de ces Martiniquais qui voulaient rencontrer François hollande pour lui parler de l'université et à qui on a envoyé des CRS. Alors, Dédé Saint-Prix, cette liberté d'expression, il la moque. "On cache la misère au président quand il faut lui montrer dans quelle misère est le pays !"

Dédé Saint-Prix sort ce nouvel album alors qu'il rentre d'une tournée en Colombie où, assure-t-il, "on a mélangé le chouval-bwa et la kumbia et on a surpris !" Mais promis "Drikouraman", c'est 100 % chouval-bwa.

FXG, à Paris

 

Repost 0

Articles Récents