Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice
  • Contact

Recherche

16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 03:29
Mes François Gibault et Alex Ursulet avec Alfred Marie-Jeanne

Mes François Gibault et Alex Ursulet avec Alfred Marie-Jeanne

La défense Marie-Jeanne sur trois fronts

"Aujourd'hui, c'est un tournant !" Mes Ursulet, Charrière-Bournazel, ainsi que Me Gibault, avocat de Marc Frampton, étaient avec le président Alfred Marie-Jeanne, hier, au palais de justice de Paris. Ils sont venus rencontrer le doyen des juges d'instruction qui a reçu la plainte pour faux et usage de faux déposée par Alfred Marie-Jeanne contre le procureur de Fort-de-France. Le doyen doit maintenant désigner un juge d'instruction pour instruire cette affaire. Alfred Marie-Jeanne est partie civile et s'estime victime. "Cette instruction, a déclaré Me Ursulet, va mettre en lumière les dessous ténébreux de cette opération qui a consisté pendant six ans à jeter le discrédit ou en tout cas a essayé de déstabiliser M. Marie-Jeanne." Le même jour, dans une chambre civile du palais de justice de Paris, la plainte pour inscription de faux déposé là encore par la défense d'Alfred Marie-Jeanne, était examinée une première fois par un juge de la mise en état. "Un tribunal civil, a précisé l'avocat martiniquais, est nommé pour organiser le procès de M. Corbeau sur le plan civil." Le procureur de la République de Fort-de-France est défendu par Me Chabert qui a été désigné par la chancellerie.

Quant à la date du procès dépaysé d'Alfred Marie-Jeanne, ses avocats indiquent qu'ils vont saisir le parquet de Paris pour demander qu'une audience ait lieu "au plus tôt".

FXG, à Paris

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 03:03

L'affaire Yoann vue de Paris

"Pensées et solidarité avec famille, proches et camarades du lycéen décédé aux Abymes. Tous mobilisés contre la violence en ‪#Guadeloupe". La ministre des Outre-mer a réagi dès 9 heures, hier matin sur twitter, au meurtre de Yoann en Guadeloupe, tué parce qu'il n'a pas voulu se laisser braquer son portable... Ericka Bareigts est ensuite intervenue à la sortie du conseil des ministres dans la cour de l'Elysée. Interpellée par les correspondant de la presse ultramarine à Paris, Ericka Bareigts a déploré "un acte assassin et impardonnable" avant de déclarer : "Le plan sécurité outre-mer signé entre le ministère des Outre-mer et le ministère de l'Intérieur doit continuer à être mobilisé." En complément de cette "mobilisation de l'Etat", Ericka Bareigts a annoncé la tenue d'une réunion en préfecture avec les élus pour aborder "la question de la prévention locale". "Il faut travailler ensemble et rapidement", a-t-elle conclu.

Interpellée elle aussi sur le perron de l'Elysée, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallot-Belkacem, a indiqué qu'elle avait eu le recteur Camille Gallap au téléphone hier matin et qu'elle lui avait demandé de transmettre "tout son soutien à l'équipe de l'établissement", après "une tragédie, un fait atroce". Elle a ajouté qu'une cellule médico-psychologique avait été mise en place dès hier à l'adresse des parents, des élèves et des enseignants. Elle a appelé à "renforcer la coopération entre les collectivités locales et les services de l'Etat."

Ce meurtre, traité comme un simple fait divers par les médias nationaux qui en ont parlé, n'a pas ému grand monde si on le compare à l'affaire du Chambon-sur-Lignon où un élève du lycée cévenol avait violé et tué une camarade. La médiasphère hexagonale n'a bruit que de cela pendant quelques jours. La révélation des adolescents présumés terrotistes a éclipsé vite le drame des Abymes. Le député Jalton en a appelé à Bernard Cazeneuve. Le cabinet de ce dernier a indiqué à France-Antilles que le ministre réagirait de concert avec sa collègue des Outre-mer par un communiqué de presse commun. Bernard Cazeneuve a ordonné l'envoi de "70 gendarmes qui arriveront en Guadeloupe dans les tous prochains jours". Matignon a préféré ne pas réagir pour laisser ses deux ministres intervenir selon leur domaine de compétences. Bernard Cazeneuve a annoncé sa venue à l'occasion d'un déplacement aux Antilles et en Guyane du 1er au 3 octobre. Ericka Bareigts envisage elle aussi un déplacement sur place, sans pour autant avoir déjà arrêté de date.

FXG, à Paris

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 02:58
Alfred Marie-Jeanne interpellé mardi 12 septembre à Paris devant le quai des Orfèvres

Alfred Marie-Jeanne interpellé mardi 12 septembre à Paris devant le quai des Orfèvres

Dialogue créole à Paris

En sortant du palais de justice et passant devant le quai des orfèvres, le président Marie-Jeanne a été interpellé par un chauffeur de bus de la RATP. Ce dernier a stoppé son bus au carrefour pour interpeller Alfred Marie-Jeanne :

- Sa ou fé Chaben ?

- Ou sé moun Koté ?

- Mwen sé moun Matinik. Mwen ka suiv tout bagay la. Tchembé red, pa moli ba yo !

-Man pé ké moli ba yo !

Les deux hommes, l'un au volant, l'autre au pied du bus, rient ensemble. Quand le président de la CTM lui tend la main, le chauffeur de bus lui lance :

- Man pé ké byen enmèn viré travay an péyi mwen...

Derrière le bus, ça klaxonne. Chaben a bien compris qu'il voulait un poste sur... le TCSP.

(Photo FXG)

Repost 0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 12:26
Le président Marie-Jeanne au palais de justice de Paris le 13 septembre 2016

Le président Marie-Jeanne au palais de justice de Paris le 13 septembre 2016

Alfred Marie-Jeanne, président de la Collectivité territoriale

"J'ai porté plainte contre le procureur de la République"

Que pensez-vous du dépaysement de votre procès à Paris ?

On a dépaysé le procès, mais ici, à Paris, je ne suis pas dépaysé. Ils peuvent aller au Mississipi, au Missouri, ça ne me gène pas du tout, je resterai ce que je suis. Ce n'est pas moi qui ai choisi. Quel que soit l'endroit où l'on doit défendre la liberté, le droit de s'exprimer, je serai là. Ici ou ailleurs, je ne me sentirai jamais dépaysé. Et, aujourd'hui, ceux qui ont porté plainte contre moi, viennent maintenant à mon secours pour dire qu'ils regrettent que ce soit dépaysé !

Vos avocats dénoncent un complot politique. Qu'en pensez-vous ?

Quand que je suis entré en politique, la même année, on m'a poursuivi devant les tribunaux. Je n'ai jamais été condamné. Mieux, je viens de gagner tous mes procès ! Un juge d'instruction, pour ne pas le nommer — et c'est le mapipi, pardonnez-moi de parler ainsi devant la justice —, m'a invité pour m'annoncer qu'il clôturait l'information. L'affaire est close et il s'en va. Comment comprendre qu'une autre ministre ait pu nommer un autre procureur et que ce procureur ose, non pas requérir ma mise en examen, mais mon renvoi devant un tribunal correctionnel. Jamais, je ne pardonnerai ça ! A un moment donné, je pense qu'il faudra déclencher une enquête parlementaire pour montrer et démontrer que la justice en Martinique se rend de manière discriminatoire. Comment comprendre que des gens qui détournent des fonds publics se pavanent dans les rues et que d'autres, pour un larcin, sont encore en prison ? A vous de juger.

Qu'êtes-vous venu faire ce jour au palais de justice de Paris ?

J'ai porté plainte contre le procureur de la République. Le procureur en question, pour ne pas le nommer, est un faussaire dans le sens où il a fait et utilisé des faux. Si bien que pour éviter tout amalgame, je suis venu ici avec mes avocats rencontrer le doyen des juges d'instruction auprès de qui j'ai déposé cette plainte. Je ne sais pas ce que la justice fera, mais si le parquet est un, la défense est une ; et s'il en reste un je serai celui-là.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Repost 0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 08:48
L'A330-300 de French blue s'est posé pour la première fois samedi septembre à Punta Cana en République dominicaine

L'A330-300 de French blue s'est posé pour la première fois samedi septembre à Punta Cana en République dominicaine

French Blue a ouvert sa ligne Paris Punta Cana

La compagnie aérienne du groupe Dubreuil, French blue, a opéré son premier vol samedi entre Paris et Punta Cana à la République dominicaine. L'Airbus A 330-300 acquis le 1er juillet dernier et qui avait jusque là soutenu l'offre de siège vers les Antilles pour Air Caraïbes, sa sister compagny, a fait une première démonstration de ce que c'est qu'un vol low cost long courrier, avec tout de même du confort. L'avion est équipé de 378 sièges alors que l'on pouvait en caser jusqu'à 408.

Côté prix, c'est à trois tarifs à la carte avec une entrée à 169 euros pour un aller simple sans bagage en soute, 199 avec un bagage puis la premium. On peut ou pas commander son repas, son snack, son café, etc...

D'ores et déjà, la projection de ventes jusqu'à mars 2017 est conforme aux prévisions. Marc Rochet, président de Dubreuil Aéro, mise sur 20 % de parts de marché qui représente actuellement quelque 240 000 touristes français. Marc Rochet espère transporter 40 000 passagers sur cette destination. Pour le moment, il n'y a que deux vols par semaine, mais dès novembre, il y aura quatre fréquences avec la desserte du Club Med de Colombus (Bahamas) qui escalera à Saint-Domingue. L'objectif est de 80 % de taux de remplissage. Cette stratégie d'offre permet d'accroitre la taille des marchés en attirant des clients nouveaux et ceux qui voyagent dans les creux saisonniers. "Ca a fait baisser les tarifs de la destination d'une centaine d'euros chez nos concurrents", note Marc Rochet. Pour autant, Jean-Paul Dubreuil, l'actionnaire, prévient que "la première année ne sera pas bénéficiaire, mais la seconde, oui !" Trois autres avions sont d'ores et déjà commandés.

Pour autant, le groupe Dubreuil n'oublie pas le développement d'Air Caraïbes qui attend deux A350 et qui vient de signer avec son personnel des accords de productivité qui devraient se traduire par une nouvelle croissance et une baisse des tarifs. Ainsi, l'ouverture de Cuba ne sera pas l'apanage de French Blue, mais d'Air Caraïbes avec, pour commencer, deux vols hebdo en décembre prochain en code share avec la Cubana de Aviacion.

FXG, à Punta Cana

Repost 0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 04:51
Shirley Billot (Kadalys) avec l'ambassadeur de France à Cuba

Shirley Billot (Kadalys) avec l'ambassadeur de France à Cuba

Une entrepreneuse au contact des ambassadeurs

Shirley Billot, la fondatrice de la marque des produits cosmétique, Kadalys, à base de banane, a eu les honneurs de certains ambassadeurs lors de la conférence des ambassadeurs, fin août à Paris.

La créatrice d'entreprise martiniquaise a été selectionnée pour participer à une séance de speed dating, grâce à son intervention lors d'une conférence en Martinique, en mai dernier, avec le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Mathias Fekl, mais également, à la suite d'une conférence "PME à l'international" avec Jean-Marc Ayrault et Mathias Fekl. Forte de ce back ground, elle a pu ainsi s'entretenir en bilatéral avec une dizaine d'ambassadeurs de France à Trinité-et-Tobago, à Sri Lanka, aux Maldives, en Jamaïque, à l’OECE, à Barbade, à Cuba, en République dominicaine, en Haïti, aux Seychelles et en Nouvelle Guinée. Son objectif est identifier des opportunités de développement commercial dans ces pays pour son entreprise. Les ambassadeurs avaient tous préparé leur rendez-vous avec elle. "Parce que j'avais mis mes questions sur ma demande initiale de rendez-vous." 500 entrepreneurs ont essayé de décrocher de tels tête-à-tête et la sélection a été drastique. Drastiques aussi les choix pour les heureux élus car ils ne pouvaient demander que dix rendez-vous !

"J'ai eu beaucoup de chance car mes demandes étaient surtout dans la Caraïbe et les ambassadeurs ont tout de suite accepté dans une volonté de favoriser les échanges entre nos îles."

Ses conclusions sont variées... Cuba : "Pas encore possible, car l'embargo n'a pas été levé et ils subissent la crise au Venezuela". Trinidad : "Le marché est riche, c'est le premier de la zone ; on a beaucoup de potentiel également pour la Jamaique". Haiti : "Le marché est difficile car les droits de douane sont elevés ; la classe aisée privilégie ses achats à Miami."

FXG, à Paris

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:19
Delphine Ernotte et Wallès Kotra à France Télé le 29 juin dernier

Delphine Ernotte et Wallès Kotra à France Télé le 29 juin dernier

Wallès Kotra veut que "le nous et le vous se tutoient" sur France Ô

Le 29 juin dernier, la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, présentait la nouvelle stratégie des chaînes publiques dont elle vient de reprendre la charge. "Delphine Ernotte a souhaité que France Ô s'imbibe plus d'outre-mer", a indiqué le directeur exécutif du pôle Outre-mer Wallès Kotra qui a annoncé, outre Archipel qui fêtera ses 10 ans, quelques nouveautés pour la rentrée : Une fois par semaine, la soirée "Histoire partagée" permettra de faire "connaître l’histoire commune des Outre-mer et de l’Hexagone, histoire souvent forte et polémique, peu connue, absente des livres scolaires et qui, pourtant, permet de mieux comprendre l’ensemble des identités qui font la France". Au programme, dès 20 h 50 : un documentaire suivi d’un débat pour une soirée spéciale autour de thématiques variées. Les premiers documentaires prévus "90 secondes" (le temps qu’a mis la montagne Pelée à détruire Saint-Pierre en Martinique), "Au nom du père et des esprits" (le parcours de Jean-Marie Tjibaou raconté par son fils) et encore "Les Enfants de la Creuse"...

Parce que "les enjeux politiques de l'Outre-mer doivent être présents dans le débat de la campagne présidentielle", L'Hebdo politique proposera "un grand rendez-vous global media" mobilisant les rédactions Web, TV et radio de France Ô et du réseau 1ère, mais également des acteurs de la vie économique et associative locale pour permettre "des regards croisés sur la place des Outre-mer dans les grands défis de la République et accorder un lieu d’expression à la parole politique ultramarine". Les candidats et la classe politique dans son ensemble seront interrogés sur les programmes et propositions des uns et des autres pour les Outre-mer.

Avec "Génération What ?", la chaîne enquête sur les 18-34 ans, "elle se déploie en Outre-mer en invitant les jeunes ultramarins à se définir et à prendre position sur tous les sujets qui les concernent. Un portrait de la jeunesse d’Outre-mer..." Pendant plusieurs mois, Génération What ? met les jeunes d’Outre-mer au coeur du débat en proposant reportages, documentaires, émissions, forums, aussi bien sur les antennes TV et radio 1ère que sur France Ô. Les sites et réseaux sociaux des 1ère et France Ô en seront le relais pendant la période de campagne et après la restitution de l’ensemble des résultats décryptés par des sociologues.

Wallès Kotra veut des rencontres improbables, des moments de dialogues et de partage. "Cette chaîne veut conjuguer le nous et le vous, qu'ils se tutoient et se controntent..." Une fois par mois, la grille de France Ô sera cassée pour accueillir toute la journée "Une Journée en Outre-mer". Ce sera une carte blanche à un territoire pour en découvrir la richesse et la diversité. Documentaires, magazines et émissions rythmeront cette journée développée en synergie avec le réseau 1ère.

Les animateurs de la grille de rentrée de France Ô sont Aline Afanoukoé, Babette De Rozières, Sébastien Folin, Greg Germain, Juan Massenya, Fred Musa, Daniel Picouly, Sabine Quindou, Valérie Brochard, Raphäl Yem, Élizabeth Tchoungui et Tiga.

FXG, à Paris

France Ô en définition standard

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé, à la demande de la ministre de la Culture,
de "libérer de la ressource sur le multiplex R1 de la TNT métropolitaine en autorisant France Télévisions à diffuser France Ô en définition standard". La nouvelle chaîne d'information du service public, a fait l'objet d'une réservation prioritaire sur le canal de France Ô dans la même décision du CSA, lui permettant d'être diffusée sous le numéro 27 dès le 1er septembre. France Ô reste numéro 19.

 

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 04:01
Affaire Marie-Jeanne dépaysée - interview du bâtonnier Charrière-Bournazel

Interview. Christian Charrière-Bournazel, avocat d'Alfred Marie-Jeanne, ancien bâtonnier de Paris, président du Conseil national des barreaux.

"C'est un procès fictif !"

Le recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme n'est-il pas un vain baroud d'honneur ?

Il est tout à fait possible d'agir alors que l'affaire n'est pas définitivement jugée Nous avons une décision insusceptible de recours qui est cette décision de dépaysement qui heurte les droits de la défense. Le 9 novembre à Fort-de-France, nous aurions eu quantité de témoins, y compris de la Caraïbes. Et le peuple a le droit d'assister aux audiences d'autant que c'est une affaire politique et que le peuple fait confiance à celui qui est en jugement. Le peuple martiniquais va-t-il pouvoir se rendre à Paris lorsque l'affaire va venir à la barre ? On ne sait quand ? Nous sommes obligés, pour mettre dans l'esprit des politiques, des procureurs et de quelques juges, que la justice doit être indépendante et qu'il y a des libertés qui sont des droits fondamentaux, de recourir à une juridiction supranationale comme la CEDH.

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que le dossier vide ?

L'accusation est vide parce que rien n'est précisé comme élément matériel au soutien des accusations portées et que toutes les vérifications financières qui ont été faites sur les comptes d'Alfred Marie-Jeanne, ceux de sa fille et ceux de l'ami de sa fille montrent qu'il n'y a pas eu un centime de détourné. Le président Marie-Jeanne avait souhaité apporter son concours fraternel à l'île voisine où une catastrophe avait détruit une école. Cette école a été reconstruite avec les deniers des Martiniquais sans qu'un seul centime n'ait été détourné. C'est un procès fictif ! Des ordres ont -ils été donnés pour tenter d'entraver l'élection d'AMJ à la tête de la collectivité territoriale ? En tout cas, ça a raté. La délocalisation n'a-t-elle pas pour but de renvoyer le procès de M. Marie-Jeanne à la proximité des élections législatives pour tenter d'empêcher sa réélection ?

Est-ce la raison pour laquelle vous parlez d'une "organisation de déstabilisation politique" ?

Il aurait été décidé en haut lieu que l'affaire Marie-Jeanne soit brandie comme l'archétype d'une affaire de corruption. Je ne connais pas les têtes pensantes qui, dans les arcanes de la chancellerie ou du pouvoir exécutif suprême, ont eu l'idée fallacieuse, malsaine, de vouloir faire de ce procès un exemple des procès anti-corruption, sans manifestement avoir lu le dossier. Ils auraient vu que la poursuite est nulle et le dossier vide !

Ce serait donc un complot politique ?

Ce ne sont pas de mauvaises pensées, mais des hypothèses auxquelles nous sommes conduits par les aberrations procédurales commises dans une affaire où l'on veut persécuter un homme qui a le grand tort d'être indépendant, d'être le président du MIM.

Reprenez-vous avec Me Ursulet le terme de "justice néo-coloniale" ?

Nous sommes face à une défiance systématique de la métropole à l'égard de la Martinique. Les Martiniquais ont du ressentir comme une humiliation très grande cette espèce de défiance à l'égard du peuple qui veut assister à l'audience, et à l'égard des juges, qui sont pourtant des métropolitains, mais qui seraient contaminés par l'esprit martiniquais... Je ne comprends pas que les 7000 km de distance n'aient pas été abolis grâce aux communications modernes et l'ouverture d'esprit qui, paraît-il, serait dans le génie français.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 03:53
Me Boulogne Yang-Ting, Me Ursulet et le bâtonnier Charrière-Bournazel, le 9 septembre avenir Foch, Paris

Me Boulogne Yang-Ting, Me Ursulet et le bâtonnier Charrière-Bournazel, le 9 septembre avenir Foch, Paris

Le dépaysement du procès Marie-Jeanne devant la CEDH

La Cour de cassation a ordonné mercredi le renvoi de l'affaire Marie-Jeanne devant le tribunal de Paris.

Ses avocats saisissent la Cour européenne des droits de l'Homme et s'insurgent contre un complot politique.

Au lendemain de la décision rendue par la Cour de cassation renvoyant le procès Marie-Jeanne pour prise illégale d'intérêt, qui aurait du avoir le 9 novembre à Fort-de-France, devant le tribunal correctionnel de Paris, la défense d'Alfred et Maguy Marie-Jeanne et de Mark Frampton a annoncé son intention de saisir la Cour européenne des droits de l'homme et dénoncé "une organisation politique de déstabilisation".

"Une condamnation de la France par la CEDH ne remettrait pas en cause la décision de dépaysement, mais, observe le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, si l'affaire n'est pas encore jugée au moment où la CEDH se prononce, je n'imagine pas que des juges français n'en tiennent compte au moment où ils auront à juger l'affaire."

Corinne Boulogne Yang-Ting, avocate de Maguy Marie-Jeanne, estime que cette délocalisation démontre une "fuite du parquet" et une "défiance" à l'égard du peuple, mais surtout des juges en Martinique : "Paris est un refuge où l'on attend ce qu'on sait qu'on n'aurait pas obtenu à Fort-de-France !"

Me Boulogne Yang Ting estime encore ce dépaysement "grotesque" : "Maguy Marie-Jeanne n'est que la fille de ce député, mais elle n'est pas du tout en politique et n'est en rien concernée par ce procès politique dans lequel elle a été embarquée."

Car sur le fond, la défense a établi un parallèle entre le calendrier procédural et les rendez-vous électoraux. "L'affaire, reprend Me Ursulet, a démarré au moment de la campagne régionale de 2010, par une dénonciation anonyme (affaire "green parrot", NDLR) ; Létchimy prend la Région à Marie-Jeanne. En 2012, après qu'Alfred Marie-Jeanne annonce son intention de se présenter dans une nouvelle circonscription législative, il est convoqué par les enquêteurs. Il en ressort sans avoir été placé en garde à vue, ni mis en examen. Ce n'est que juste avant les élections que le juge le reçoit et le met en examen. Non seulement AMJ est élu, mais son poulain Nilor garde sa circonscription au MIM."

Létchimy ministre en cas de victoire à la CTM ?

A la deuxième convocation chez le juge, la défense soulève et obtient de la chambre criminelle la nullité des mises en examen. Dix-huit mois plus tard, AMJ annonce sa candidature à la CTM. Aussitôt il est convoqué chez le juge qui le met en examen "avec les mêmes qualifications que celles qui ont été annulées". Contre toute attente, la liste d'AMJ, soutenue par la droite, bat celle de Létchimy. C'est ce "choc politique", explique Me Ursulet qui explique la demande de dépaysement : "Cela permet d'ouvrir une trêve qui laisse une épée de Damoclès au dessus de la tête du futur candidat AMJ, quand le risque n'est ni plus ni moins pour le gouvernement qu'un grand chelem pour le MIM aux législatives." Me Ursulet va plus loin quand il soutient que l'enjeu n'était autre pour Serge Létchimy que la succession de George Pau-Langevin à Oudinot, mais en cas de victoire à la CTM seulement. Si cette hypothèse appartient à la stratégie de la défense, il n'en reste pas moins vrai que Matignon avait bien songé à ce scénario. Pour le reste, il s'agira d'être attentif au moment où l'affaire Marie-Jeanne sera appelée devant une chambre correctionnelle à Paris.

FXG, à Paris

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 03:44

L'antenne guyanaise de l'agence française de la biodiversité annoncée en octobre

Patrick Lecante, maire de Montsinnery-Tonnegrande, a participé mercredi à Paris à la première réunion du conseil d'administration provisoire de l'Agence française de la biodiversité sous la présidence de Ségolène Royal, Barbara Pompili et Hubert Reeves. La réunion a consisté en la présentation des 35 décrets relatifs à la gouvernance de l'AFB et donc celui concernant la présence d'un représentant ultramarin par bassin géographique au conseil d'administration. En tant que président du comité de bassin de Guyane et membre de l'ONEMAS, un organisme intégré dans l'AFB, Patrick Lecante figure en bonne place pour être le représentant du bassin Amazonie. Les 38 membres répartis en cinq collèges au conseil d'administration devront être désignés avant la fin de l'année, car le premier conseil d'administration ordinaire doit avoir lieu au 1er janvier prochain.

A défaut d'avoir obtenu que l'AFB ait son siège en Guyane eu égard à son poids dans le répertoire de la biodiversité française, l'agence régionale de biodiversité en Guyane devrait être lancée par Barbara Pompili, secrétaire d'Etat et actuelle secrétaire générale de l'AFB, qui a annoncé sa venue au mois d'octobre en Guyane. Il s'agit en fait de lancer en collaboration avec l'Etat et la CTG l'observatoire de la biodiversité amazonienne de Guyane (OBAG), qui ne serait autre que la version territoriale de l'AFB selon M. Lecante : "L'agence ne doit pas seulement agir dans le but de préserver la biodiversité, mais en relation avec le parc national amazonien, elle doit participer à régler la questions des avantages partagés avec les populations amérindiennes, bushinengués et créoles (contre la biopiraterie, NDLR). Elle a aussi la maîtrise de la gestion de l'eau, la préservation de la ressource et l'accès pour tous. Enfin, elle sera compétente encore pour régler ces questions transfrontalières concernant la présence de mercure dans les eaux des fleuves avec l'incursion des garimpeiros."

Dix ans après la création du parc, celle de l'AFB devrait permettre de pouvoir mesurer les premiers progrès obtenus et ceux à réaliser, notamment pour les populations de l'intérieur.

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents