Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 03:54

Babette agace GPL

Babette de Rozières a fait le buzz dans les medias en annonçant sa présence sur la liste Les Républicains de Valérie Pécresse pour les Régionales de décembre dans les Yvelines. La cuisinière guadeloupéenne en a surpris plus d'un puisqu'elle avait soutenu la socialiste Anne Hidalgo pour la mairie de Paris, en s'en prenant vertement à Nathalie Kociusko-Morizet en disant : "C'est une bourgeoise, qu'elle reste chez elle parce qu'elle n'a rien à faire à la mairie de Paris. " Cette fois, elle fait les marchés avec Valérie Pécresse. Ca n'a pas manqué de faire réagir George Pau-Langevin sur son compte facebook. Elle a publié ce post : "Notre reine de la gastronomie déploie autant d'énergie pour la promotion de son salon que pour celle de sa muse. Un rôle inattendu pour Babette qui mélange saveur et politique." C'est drôle car personne n'avait songé jusqu'alors à reprocher à son amie Firmine Richard par exemple de mélanger comédie et politique...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 05:45

ITW George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, avant son arrivée en Guadeloupe

"Les échouages massifs (de sargasses) sont liés aux changements climatiques"

Vous venez inaugurer l'usine d'eau de Lamentin avec la présidente du conseil départemental, Jostte Borel-Lincertin. Le ministère est-il prêt à abonder la deuxième tranche de travaux de réfection des réseaux qu'elle vous a présentée vendredi dernier à Paris ?

Je suis très heureuse de venir inaugurer l’usine de traitement d’eau du Lamentin. Cette usine va permettre de renforcer la capacité de production d’eau potable sur la commune du Lamentin, et va améliorer le service rendu aux consommateurs. Il s’agit d’une priorité impérieuse en Guadeloupe.

L’Etat a accompagné les élus et les acteurs locaux pour réformer en profondeur l’organisation de la gestion de l’eau, moderniser les infrastructures et améliorer durablement la situation.

D’un point de vue financier, l’Etat participe d’ores et déjà au financement de six opérations d’amélioration des infrastructures, et ceci, à hauteur de 5,5 millions d’euros soit près de 40% du montant total de ces opérations.

Au–delà de ce financement de court terme, l’Etat et ses opérateurs financiers, en particulier l’Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts et Consignations, sont prêts à s’engager auprès des collectivités. Mais ces interventions ne se feront que dans le cadre d’une gouvernance exemplaire, basée sur des objectifs de résultats clairs et partagés par les acteurs.

La distribution d’eau potable est un service public essentiel. Il nous appartient à tous de fournir le service public que les Guadeloupéens sont en droit d’attendre. L’Etat est au rendez-vous et ne fera pas défaut.

Arrivez-vous enfin avec des solutions, des réponses aux questions sur les sargasses ?

Il ne vous aura pas échappé que le gouvernement a lancé le 31 juillet dernier un plan de lutte contre les sargasses. Ce sujet a naturellement été abordé lors du colloque de la semaine passée qui était consacré aux Outre-mer et aux changements climatiques.

Certains indices laissent, en effet, penser que les échouages massifs, inédits, sont liés aux changements climatiques. Mais les données restent encore incomplètes. Le gouvernement a mis en place un plan d’actions qui prévoit notamment d’encourager la recherche dans ce domaine, car c’est grâce à de meilleures connaissances que l’on arrivera à mieux anticiper les trajectoires des bancs de sargasses et à agir en conséquence.

Nous déployons d’importants moyens pour accélérer le ramassage des sargasses et pour mieux comprendre ce phénomène. Un fonds de 2 M€ a permis de renforcer le soutien aux collectivités. Nous avons lancé une mission d'expertise interministérielle pour aider à organiser la gestion sur le long terme des sargasses, et nous travaillons à la préparation d’une conférence internationale avec notamment les autres pays de la Caraïbe concernés par ce phénomène.

Nous sommes mobilisés et apportons des réponses très concrètes pour aider les collectivités à ramasser rapidement les algues, et à réduire les nuisances pour les riverains.

Les départements veulent que l'Etat reprenne à sa charge le RSA. Quel est votre point de vue ?

L'Association des départements de France a porté le débat ces derniers jours au plan national. Le débat n'est pas nouveau, le Conseil constitutionnel a, ces dernières années, été également saisi et a tranché cette question. Il s'agit d'un sujet de compétences des collectivités et pas simplement de finances publiques. Le débat ne peut être réduit à une simple affirmation "rendre une compétence dévolue aux départements par la Constitution et la loi à l'Etat au motif d'une difficulté fonctionnelle qui repose sur des choix budgétaires de chacune des collectivités concernées", alors même qu'il s'agit d'appréhender l'ensemble de la compétence sociale de proximité de ce niveau de collectivité. Le débat est ouvert et le Gouvernement reste attentif aux difficultés exprimées. Les départements ou les collectivités uniques bientôt des outre-mer ne sont pas différentiés dans ce cadre.

Nous ne sommes pas encore en campagne électorale mais c'est tout comme. Cette visite ne peut-elle aussi être interprétée comme on ti koudmen à vos amis Lurel et Borel ?

La réserve électorale du gouvernement ne débute que le 15 novembre, la vie économique et sociale des territoires se poursuit et j'entends pleinement m'y investir comme je le fais quotidiennement depuis ma prise de fonction rue Oudinot.

Propos recueillis par FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 04:58

Kevin Prone, "the high voice"

A 24 ans, Le Peléen Kévin Prone boucle une nouvelle fois sa valise. Après Paris, Londres ! Kevin veut faire décoller sa carrière professionnelle de contre-ténor. Son modèle, celui qui lui a donné envie de faire de l'art lyrique, c'est le plus grand contre-ténor français, Philippe Jaroussky. Mais Kévin est un autodidacte et en France, c'est difficile pour ceux qui ont un cursus comme le sien. "Si vous n'êtes pas passé par le conservatoire, vous ne pouvez pas faire grand chose de pro. A Londres, aux USA ou au Canada, c'est plus facile... Je collabore à des projets de films et des pubs au Canada." A Londres, Kévin va démarcher des labels. "Il faut des moyens pour se produire."

Après son bac au lycée de Bellevue, il y a cinq ans, Kevin se destinait à travailler avec ses parents. Ils sont agriculteurs et livrent aux grandes surfaces de l'île le produit de leur maraîchage. Il part donc faire un DUT gestion logistique et transport à Cergy-Pontoise. Mais Kévin a déjà la passion du chant. Les télespectateurs martiniquais ont ainsi pu le voir quand il avait 12 ans dans une comédie musicale de Gilles Denis Delage et Bruno Adin, en direct de l'Atrium... A Cergy, il a bien obtenu son DUT, mais il a surtout rencontré l'équipe de New Gospel family. Et c'est le déclic ! Lors d'une représentation de la troupe, une amie belge, professeur de conservatoire, détecte le potentiel de contre-ténor du jeune Kevin. Il prend des cours même s'il redoute un peu ce monde lyrique qu'on lui fait mitoiter come un temple de l'excellence. "J'avais peur que ce soit un monde vieux, suranné... C'est faux, rectifie-t-il aujourd'hui. Les artistes recherchent des émotions, ils ont un message de sensibilité et de paix..."

Depuis deux ans, Kevin travaille sa technique vocale avec des professionnels, et prépare de nouveaux programmes lyriques pour le printemps. En février dernier, il a échoué avant la phase des battles dans The Voice 4 sur TF1. Pour mettre en valeur sa "high voice", il avait choisi "Lascia Ch'io Pianga", tiré de l'opéra Rinaldo du compositeur allemand Georg Friedrich Heandel, et il a vraiment réussi un sacré numéro. Impossible de déterminer s'il s'agissait de la voix d'un homme ou d'une femme !

FXG, à Paris

https://plus.google.com/+worshiperKP/posts

https://fr-fr.facebook.com/kevinproneoff

Le magicien de Florence

Kevin a passé quelques jours à Florence en Italie au mois de septembre. Il a observé un SDF qui occupait toujours la même place, non loin de son hôtel. Kevin est venu le voir et il s'est mis à chanter son répertoire : Scherza Infida (livret Ariodante et musique Haendel), Ombra Mai Fù (Prone) et encore Lascia Ch'io Pianga... Il a si bien chanté, les gens ont tellement aimé l'écouter, tellement donné que le SDF a eu les moyens de quitter la rue. "Définitivement, assure le jeune contre-ténor. L'artiste peut aussi être utile aux gens."

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 02:53

Free débarque à la Réunion et Mayotte

En autorisant, mardi 20 octobre, le groupe malgache Hiridjee à céder au groupe de Xavier Niel, Iliad, 50 % du capital de la société Telecom Réunion Mayotte, l'Autorité de la concurrence valide l'entrée de la marque Free mobile sur le marché de la téléphonie mobile en outre-mer.

Free Mobile est le quatrième opérateur de téléphonie mobile en métropole mais ne disposait pas, jusqu'à présent, d'activités à La Réunion et à Mayotte.

Hiridjee a repris par les activités de téléphonie mobile à La Réunion et à Mayotte d'Outremer Telecom que le groupe Altice s'était engagé à céder en contrepartie du rachat de SFR par Numericable.

Avec cette prise de participation, Iliad peut développer les activités cédées par le groupe Altice selon la méthode Niel. Les clients Free à la Réunion et Mayotte bénéficieront peut-être enfin de l'abonnement à 15 euros.

FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 06:03
COP21 outre-merCOP21 outre-mer

L'agenda des soutions ultramarines pour la COP21

Avant la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21) qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, le ministère des Outre-mer a organisé jeudi rue Oudinot sa pré-COP21, un colloque pour présenter l'agenda des solutions ultramarines.

L'enjeu de la COP21 est de parvenir à un accord mondial pour limiter le réchauffement de la planète en deça de 2 °C. Les territoires d'outre-mer comme les petits Etats insulaires sont aux avant-postes du problème, mais ils sont aussi des sentinelles. L'objet de colloque était de faire connaître et valoriser toutes les initiatives locales qui contribuent à porter le message de la France, porté par Nicolas Hulot, l'envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. L'Outre-mer, déjà confronté à certains effets du réchauffement, agit déjà concrètement avec des "initiatives pionnières" qu'il s'agisse d'économies d'énergie (TCSP, bâtiments à énergie positive compteurs intelligents...) ou d'énergies renouvelables (géothermie, énergie thermique des mers, photovoltaïque, biomasse, éolien...). "Les politques publiques tiennent compte, explique la ministre Pau-Langevin, des évolutions du climat et des risques : urbanisme, bâtiment, infrastructures, production et distribution d'énergie, protection de la biodiversité".

Pour accompagner cette démarche , l'Etat a mis en place le fonds de transition énergétique doté de 3,5 milliards sur tois ans. La part des Outre-mer s'élève à 360 millions.

Les initiatives présentées jeudi à Paris ont pour but d'être développées et exportées dans d'autres territoires aux caractéristiques similaires.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 05:59
L'administrateur Albert Holl assure l'intérim à la délégation où les candidats se bousculent au portillon.

L'administrateur Albert Holl assure l'intérim à la délégation où les candidats se bousculent au portillon.

Pléthore de candidats à la délégation des Français des Outre-mer

"C'est un intérim et non une vacance", a tenu à préciser le conseiller outre-mer de Manuel Valls, dont dépend officiellement la délégation à l'égalité des chances des Français des outre-mer. L'actuelle déléguée Sophie Elizéon quittera définitivement son poste le 19 octobre pour rejoindre Lille où elle a été nommée préfète à l'égalité des chances. A partir de cette date, la délégation sera donc de façon intérimaire dirigée par Albert Holl, le directeur de cabinet depuis juin dernier. Cet administrateur avait été rappelé de Martinique où il était directeur de cabinet adjoint du préfet Rigoulet-Roze. "Il y a tant de candidatures, explique le conseiller de Matignon, que cet intérim est appelé à durer. Nous allons prendre le temps de recevoir tous les candidats et d'écouter leur projet. Ca va donc prendre du temps..."

Pour l'heure, le programme lancé par Sophie Elizéon se poursuit même si le Forum pour l’innovation de Bordeaux vient d'annuler unilatéralement la 3e édition de la journée de l’audace ultramarine prévue le 24 octobre...

Autour du dircab Albert Holl, Faridy Attoumane, le conseiller technique chargé de la jeunesse et de l’économie sociale et solidaire, et l'équipe de la délégation restent opérationels jusqu'à la nomination du ou de la prochaine déléguée. Les bootleggers misent sur une femme originaire de Martinique...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 04:07

Changement de statut pour LADOM

L'agence de L'outre-mer pour la mobilité (LADOM) est devenue une société anonyme de droit privé en établissement public administratif avec la publication au journal officiel du 15 octobre de la loi d'actualisation du droit des Outre-mer.

La loi d'actualisation du droit des Outre-mer prévoit dans ses articles 4 et 6 prévoit la dissolution de la société l'Agence de l'outre-mer pour la mobilité et la création d'un établissement public administratif portant le même nom. Cette transformation se traduira par une distinction entre ordonnateur et comptable. Cette transformation doit également conduire à une meilleure maîtrise de l'évolution des fonds publics mis à disposition de l'agence notamment pour la répartition des aides à la continuité territoriale (47 M€ en 2013).

En outre, la réforme doit permettre un renforcement de la tutelle de l'État. L'établissement public administratif pourra travailler de manière étroite et continue avec les services territoriaux de l'État, le service militaire adapté et ses partenaires incontournables que sont les collectivités territoriales, les réseaux d'entreprises, les acteurs de la formation professionnelle.

L'agence n'a jamais fonctionné comme une société commerciale et n'a aucune activité marchande. Toutes ses ressources sont publiques. La « souplesse » de gestion et d'action supposée faciliter le développement des sociétés privées n'a pas permis à LADOM, lorsqu'elle était société d'Etat, de régler ses problèmes financiers et a entraîné un manque de rigueur dans la gestion comptable, dans le contrôle interne et dans le management des ressources humaines.

Sur le plan économique et financier, la transformation en établissement public administratif ne devrait pas avoir de conséquences, à court terme, sur les ressources de l'Agence de l'outre-mer pour la mobilité. Une meilleure gestion des créances est attendue, notamment celles liées au fond social européen (FSE).

Actuellement, à l'exception du directeur général qui est fonctionnaire, tous les agents de l'agence sont des salariés de droit privé. Dans le cadre de la réforme, les salariés se verront proposer un contrat de droit public conforme à l'objet des missions de ce nouvel établissement public à caractère administratif. Toutefois, par dérogation à cette disposition, les salariés pourront choisir dans un délai de six mois à compter de la date d'effet de dissolution de la société, de conserver le bénéfice des stipulations de leur contrat de travail de droit privé.

Un décret pris après avis du Conseil d'État doit préciser le statut de l'établissement public.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 05:52
Josette Manin, Serge Létchimy, Manuel Valls et George Pau-Langevin, jeudi 15 octobre à Matignon

Josette Manin, Serge Létchimy, Manuel Valls et George Pau-Langevin, jeudi 15 octobre à Matignon

Valls signe le contrat de plan Etat-Martinique 2015-2020

Le contrat de plan avec la Martinique qu'ont signé hier à Matignon, Josette Manin, Serge Létchimy, et le Premier ministre, représente 419 millions, soit en hausse de 5 %. La part de l'Etat s'élève à 223 millions d'euros. "L'effot moyen par habitant, a précisé Manuel Valls, augmente de 19 %." la signature du protocole vient clôturer des discussions engagées entre les trois partenaires, Etat, Région et Département depuis 2013. Ces fonds doivent servir aux infrastructures et services publics, l'aménagement urbain durable, la lutte contre le réchauffement climatique, la recherche et l'innovation, la cohésion sociale, le développement économique et le déploiement du numérique.

Concrètement ? Ce seront les établissements scolaires aux normes parasismiques et parés contre les inondations, la gestion de déchets et de l'eau potable...

Il y aura aussi des opérations immobilières pour le campus, l'achat d'un quatrième portique pour le grand port de Martinique, le soutien au déploiement du très haut débit et, rappel utile, au cyclotron. "Ce contrat est une étape importante dans la transformation de la Martinique", a-t-il conclu.

Serge Létchimy et Josette Manin ont signé là sans doute le dernier protocole commun à ces deux collectivités appelées à fusionner dès le 1er janvier. Manuel Valls a d'ailleurs souhaité la réussite de la future collectivité et a rendu hommage à Josette Manin en révélant au tout Paris qu'elle arrêtait la politique après les prochaines élections.

FXG, à Paris

Le soutien de Valls au projet de loi Létchimy

Manuel Valls a rendu hommage à la proposition de loi déposée par le député Létchimy relative à la coopération des outre-mer avec leurs environnements régionaux, en parlant du "fruit d'un travail mené avec Laurent Fabius et George Pau-Langevin". Il a indiqué avoir demandé à son secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Leguen, " de faire en sorte que cette proposition de loi d'ne grande richesse soit examinée en séance le plus rapidement possible".

Martinique 2030

Manuel Valls a aussi installé le Comité de pilotage Martinique 2030 qui rassemble les exécutifs locaux, les ministères, les services de l'Etat et les acteurs socio-économiques. D'où la présence, outre celles des parlementaires Manscour, Antiste ou du préfet Rigoulet-Roze, de Manuel Baudoin de la CCIM qui en est membre. Ce comité de pilotage fédère cinq groupes thématiques qui doivent faire de la prospective qu'il s'agisse de financement de l'économie, la santé, la transition énergétique ou la coopération régionale.

Valls oppose Césaire à Morano

"Nous ne devons jamais cesser de lutter contre les préjugés, contre tout ce qui diminue notre grand pays. Aimé Césaire l'a écrit : "Ma race : la race humaine, ma religion : la fraternité"!"

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 06:43

Sébastien Cauet, l'animateur télé et radio, le DJ, débarque en Guadeloupe le 18 octobre et en Martinique le 22 octobre au Grand Carbet pour un one man show et un set DJ, C'est "Cauet sur scène". Interview

"Le mec, il est content d'être là !"

Au milieu d'une tournée dans toute la France jusqu'en mars 2016, vous faites escale aux Antilles. Quels sont vos liens nos îles ?

Je n'ai aucun lien et je n'ai pas d'origines antillaises ou alors cachées au fond de moi ! Mais c'est une destination géniale ! On a beaucoup rodé ce spectacle — on l'a joué plus de 300 fois — et là, on m'a dit que ce serait bien que je prenne un peu le soleil. On a fait le Maroc, la Tunisie, la Réunion et me voilà aux Antilles ! Je suis très content.

On connaît Cauet à la radio, à la télé, mais on vous connaît moins en one man show. C'est quoi Cauet sur scène ?

C'est un show où il n'y a plus l'écran de la télé, plus le filtre de la radio, je suis devant le public et ça me permet de me moquer de tout et n'importe quoi, parfois d'eux et beaucoup de moi. J'adore faire de la radio et de la télé, mais faire un grand show devant le public, c'est tellement magique ! Et quand on remplit des salles partout, on se dit waouw ! C'est fantastique que tout le monde vienne pour se marrer.

Si c'était à refaire, vous choisiriez le spectacle vivant ?

Non parce que c'est bien de faire plusieurs choses. Je ne ferai donc pas que ça mais j'apprécie beaucoup parce que ça me coupe de ce que je fais. A chaque fois que j'arrive dans une ville pour donner deux ou trois spectacles, je suis heureux de le faire parce que je trouve que c'est génial d'aller voir le public. Si je ne faisais que ça, je passerai ma vie dans les trains et les avions et je ne sais pas si j'aimerai de la même façon. Je ne crois pas que ce soit un truc qu'il faille faire comme un métier mais qu'il faut continuer comme un plaisir...

Votre plaisir, c'est votre méthode ?

(Rires) C'est vrai que ça joue beaucoup notamment pour le succès d'un one man show. Bien sûr qu'il faut que le spectacle soit drôle et bien sûr qu'il faut que le mec sur scène soit drôle ! Mais les gens voient surtout que le mec, il est content d'être là ! Après tout est possible.

Pour les Antilles, vous avez prévu une petite blague à la mode en ce moment ?

Je ne sais si ce sont vraiment des blagues drôles ! Mais oui, je prépare quelques trucs sur les Antilles, parce que partout où je vais, je fais beaucoup d'improvisations en m'adaptant à l'endroit. Parfois, il m'arrive de partir dans des directions sans savoir où je vais... Ce n'est pas grave ! C'est bien aussi de péter un peu les plombs sur scène et que les gens ne voient jamais deux fois le même spectacle.

Avez-vous en réserve un petit mot en créole au cas où ?

Sa kay malade (sic)... Sa kay malade !

Propos recueillis par FXG, à Paris

Cauet sur scène, un spectacle tout public

Ecrasé sur scène par un bus, Cauet se retrouve au purgatoire. Il passe en revue les grandes étapes de sa vie pour justifier sa place au paradis... ou pas. L'enfance, l'adolescence, les filles, l'arrivée à Paris, la galère, les débuts de la gloire, les femmes et les enfants, Cauet rit de tout et de lui-même.

 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 08:52
Christiane Taubira et Christian Vidalies à la sortie de Matignon, jeudi 15 octobre

Christiane Taubira et Christian Vidalies à la sortie de Matignon, jeudi 15 octobre

Valls tient un conseil de cabinet outre-mer

22 ministres se sont réunis sur le thème des Outre-mer, hier à Matignon, sous la présidence de Manuel Valls.

Le Premier ministre a réaffirmé l’ambition du gouvernement de réaffirmer la présence de l’Etat outre-mer.

A la veille de l'examen du budget 2016 par le Parlement, Manuel Valls a réuni hier un séminaire gouvernemental à Matignon. Ils étaient 22 ministres et secrétaires d'Etat à y participer pour un tour d’horizon de l’ensemble des enjeux, économiques, sociaux, éducatifs et culturels. Selon Manuel Valls, la promesse de la départementalisation en 1946, "peine à se traduitre dans les faits" et l'objet de cette réunion au sommet voulait "réaffirmer la présence de l'Etat, partout, dans les territoires les plus isolés".

Ce séminaire, tenu à la demande George Pau-Langevin, avait pour but de "mobiliser" le gouvernement sur les outre-mer et de faire le point sur les dépenses de chaque ministère. Si la mission Outre-mer atteint les 2 milliards, les dépenses des autres ministères avoisinent les 16 milliards.

"Nous avons besoin de travailler ensemble pour avoir un discours cohérent à Bruxelles", aindiqué la ministre des Outre-mer. Ainsi, le gouvernement assure qu'"il défendra le principe d’une adaptation du réglement général d'exception par catégories (RGEC) aux réalités des outre-mer". Une révision du RGEC dans le cadre d’une démarche concertée avec la Commission européenne, doit se faire.

George Pau-Langevin est revenue sur ses relations avec Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget. "J'ai eu besoin de faire un travail pour lui expliquer l'importance de la dépense publique en outre-mer..." Le gouvernement a réaffirmé "sa volonté de consolider les aides fiscales à l’investissement outre-mer, dans un cadre qui a été rénové en 2014", et répété que "des mesures transitoires sont prises dans le cadre du projet de loi de finances 2016 pour éviter tout blocage d’ici au 31 décembre 2017".

Comme le dernier congrès de l'Union sociale de l'habitat a révélé les importants retards des programmes immobiliers sociaux outre-mer,

le Premier ministre a souhaité que "l’effort de simplification soit accéléré et se traduise par un allègement des formalités demandées aux opérateurs dans les procédures d’agrément". Un groupe de travail doit régler ce problème avant la fin du mois de novembre.

Un plan santé outre-mer sera présenté d’ici la fin de l’année. Il repose sur les conclusions de la mission confiée à Chantal De singly, ancienne directrice de l’Agence régionale de santé de l’Océan indien. Il fera l'objet d'une concertation à partir de novembre avec la ministre de la Santé celle des Outre-mer.

Pas vraiment d'annonces nouvelles à l'issue de ce séminaire. "Mais, a indiqué un proche de Manuel Valls, ce n'est pas un Conseil interministériel de l'Outre-mer (CIOM) comme en 2009 avec ses pluies d'annonces". George Pau-Langevin a été moins pudique lorsqu'elle a parlé d'un "CIOM informel". Mais c'est sûr, avant les débats budgétaires, tout le monde est briffé.

FXG, à Paris

Et aussi

France Ô

Le gouvernement a rappelé son attachement à la vocation exclusivement ultramarine de la chaîne France Ô qui devra figurer au prochain contrat d’objectifs et de moyens de France Télévisions.

Géostratégie ultramarine

Une réflexion associant l’ensemble des ministres concernés sera lancée sur la place que les outre-mer doivent occuper dans l’affirmation de la souveraineté nationale : surveillance des espaces maritimes, défense de nos intérêts économiques, lutte contre les narcotrafics et la piraterie, maîtrise des flux d’immigration, rôle stratégique dans la gestion et l’exploitation des ressources naturelles, protection de l’environnement.

ICRI

Le Premier ministre a décidé de proposer la candidature de la France au secrétariat de l’International Coral Reef Initiative (ICRI) pour la période 2016-2018, compte tenu de la place des récifs coralliens dans les espaces maritimes français et de leur rôle dans la biodiversité marine.

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents