Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 07:22

La loi Macron et l'Outre-mer

Serville-Bareigts-Macron-Orphe.JPGLe député de Guyane Gabriel Serville (GDR) et ses collègues réunionnaises Monique Orphé et Ericka Bareigts (PS) ont rencontré mardi le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron alors que la commission parlementaire élargie a adopté lundi son projet de loi pour la croissance, l'activité et l'emploi. Au programme de la rencontre la spécificité de chaque territoire ultramarin, la lutte contre le chômage structurel, l'exigence d'un développement économique adapté aux réalités de terrain, le prix des billets d'avion, le problème de la transparence de leur coût et l'ouverture sur les pays de la grande zone. Emmanuel Macron s'est engagé à renforcer la mobilisation de ses services, ainsi que de la direction générale de l'aviation civile, sur les questions de concurrence aérienne.

Mais d'abord, il s'agissait de défendre des amendements dont celui visant à égaliser le coût des colis postaux entre les DOM et l'Hexagone et celui des colis postaux intra-hexagonaux, de même la simplification des allocations familiales pour les travailleurs indépendants.

Enfin, Emmanuel Macron se serait dit d'accord pour ouvrir la possibilité de mobiliser d'autres fonds que ceux collectés sur place dans le fonds d'investissement de proximité. Reste que ces amendements ne font pas partie de ceux adoptés par la commission élargie. Ils ont donc moins de chances de prospérer lors de l'examen de la loi Macron qui doit débuter dans l'hémicycle lundi prochain à l'Assemblée nationale.

FXG, à Paris 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 07:17

Europe-Ecologie-Les verts publie son programme pour les Outre-mer

Christian-Civilise.JPGEurope-Ecologie Les Verts n'a créé sa commission outre-mer que le 1er décembre 2013 à l'issue de son congrès fédéral. "Cette commission existe car il n'y a pas de politique uniforme possible pour les Outre-mer, explique Christian Civilise son responsable." EE-LV a donc donné la possibilité à ses ressortissants d'Outre-mer (Corse comprise) de réfléchir et déterminer ce que sera le programme d'EE-LV pour les Outre-mer dans l'avenir, particulièrement en vue des prochains scrutins électoraux. "Notre vocation est d'aller aux élections sous notre bannière, poursuit M. Civilise, mais nous sommes prêts à discuter, négocier avec les autres forces de gauche." Il y aura sans doute de tels accords pour les élections régionales de décembre 2015 à la Réunion, en Guyane et en Guadeloupe où EE-LV a déjà des élus. Il n'y a pas de section d'EE-LV à la Martinique mais il est question d'en mettre une en place sous l'appellation Caraïbe-Ecologie-Les Verts comme en Guadeloupe.

Les Verts devraient présenter des candidats EE-LV au premier tour des élections départementales de mars. "La discussion essentielle se fera avant le second tour", anticipe M. Civilise. Le livre blanc qu'a publié cette commission, "pour refondre nos collectivités par le développement par filière", doit servir de base à ces négociations.

Ce programme s'appuie sur la transition énergétique et commerciale pour rompre avec le tout pétrole et l'économie de comptoir. EE-LV propose ainsi l'autonomie alimentaire et énergétique avec un investissement local tourné vers les marchés régionaux. L'objectif est le développement de l'emploi et la lutte contre la vie chère par le développement d'une agriculture vivrière, de l'emploi dans les très petites entreprises et chez les artisans et d'une économie solidaire, "intrinsèque à nos sociétés, même si le système est devenu mercantiliste", selon M. Civilise. Le livre blanc cible à plusieurs reprises la sur-rémunération des fonctionnaires.

EE-LV souhaite que la continuité territoriale soit constitutionalisée et la garantie du droit à l'égalité en matière de logement, de transport et de services publics.

Les Verts souhaitent que la France assume pleinement son passé colonial et préserve ses minorités autochtones (notamment en Guyane) et leur accorde le droit à la propriété foncière collective.

Enfin, d'un point de vue institutionnel, la commission apprécie différemment les évolutions en cours (Guyane et Martinique) dans la mesure où la réforme territoriale en cours pourrait s'achever en 2020 avec la disparition des départements. Les Verts Guadeloupe sont pour la collectivité unique mais préfèrent attendre 2020 et les Verts Réunionnais plaident pour un statut d'autonomie. De toute façon, EE-LV est fédéraliste. "Une telle évolution contribuerait à revaloriser la capacité des populations ultramarines à mener leurs affaires", lit-on dans le livre blanc.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 06:05

Jan Kounen, président du jury du FIFO 

Jan-Kounen.jpgDu 31 janvier au 8 février aura lieu la 12e édition du festival international du film océanien (FIFO) devenu depuis sa création en 2003 le rendez-vous du genre documentaire dans le Pacifique Sud. Cette année, le réalisateur français Jan Kounen (Dobermann, 99 francs) présidera le jury composé de personnalités issues du monde culturel et audiovisuel international. 

15 films en provenance d’Australie, de Nouvelle-Zélande, De Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française, de Papouasie Nouvelle-Guinée ou encore du Timor seront en compétition pour le Grand Prix FIFO-France Télévisionset trois prix spéciaux du jury. L’ensemble des documentaires sera en lice pour le Prix du public. 

Les révélations d’une Black Panther aborigène à New York, l’histoire secrète de l’île de Pâques, l’homosexualité dans le monde du surf, les sirènes du Timor-Oriental ou le tatouage polynésien clandestin... Voilà quelques-unes des découvertes que réserve ce FIFO 2015. Cette année, le festival braque ses projecteurs sur les femmes océaniennes au travers de portraits forts, de parcours singuliers. Il fait également la part belle au dynamisme de la production australienne. 

Le FIFO a réuni 12 000 spectateurs lors de sa première édition en 2003 et près de 30 000 l'an dernier.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 05:27

Trois syndicats de police reçus à la DGPN

La direction des ressources et des compétences de la Police Nationale (DRCPN) qui est chargée au sein de la direction générale de la police nationale, de la gestion des moyens de la police et de la formation des personnels, va recevoir à partir de mercredi trois syndicats de policiers pour évoquer le projet de circulaire réglant les règles de mutation des fonctionnaires de police. Ces syndicats sont les organisations professionnelles Alliance Police nationale, UNSA Police et Unité police SGP qui soutiennent depuis longtemps la démarche du collectif GPX qui se bat pour faciliter le retour au pays des policiers ultramarins. Le projet de circulaire a été largement contesté par le CReFOM qui y a vu une trahison de la promesse du président de la République qui s'était engagé en août dernier à la Réunion à ce que le critère des intérêts matériels et moraux soit retenu. De même le préfet d'était engagé à ce que l'ancienneté de la demande de mutation prévale sur celle de l'ancienneté dans le poste. Le projet de circulaire ne traduit pas ces engagements. Reste qu'à ce stade de la discussion entre l'administration et les syndicats, la marge de manoeuvre est faible pour ces derniers. "Tout au plus, regrette le président du CReFOM Patrick Karam, les syndicats peuvent négocier le relèvement de quelques points d'indice, mais à ce niveau d'élaboration tout est déjà quasiment réglé..." Le CReFOM Réunion a demandé en urgence à rencontrer la ministre des Outre-mer qui arrive jeudi à la Réunion.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:44

Le mémorial de l'esclavage de Nantes vandalisé

memorial-Nantes-tagge.jpgDes inscriptions à caractère raciste et néo-nazi, contre l'immigration et contre Christiane Taubira (« Taubira casse toi », « Émigration = esclavage »), ont été découvertes dimanche matin sur les grandes lames de verre du mémorial de l'esclavage situé sur le quai de la Fosse à Nantes. Aussitôt, des équipes de Nantes Métropole sont intervenues pour les nettoyer. Johanna Rolland, maire de Nantes, a condamné fermement ces inscriptions qu'elle estime "intolérables et inacceptables". Ce monument qui a été inauguré en 2011 en présence de Christiane Taubira et Lilian Thuram, symbolise, selon la maire de Nantes, "le devoir de mémoire et, au-delà, le combat pour les valeurs de la République : Liberté Égalité Fraternité". La ville de Nantes a porté plainte contre X et une enquête a été ouverte. L'ancien maire et Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a condamné lui aussi sur twitter cet acte de vandalisme. "Christiane Taubira, explique son cabinet, a choisi, comme à chaque fois qu'elle fait l'objet d'insultes, de ne pas réagir." A Nantes, l'association Mémoire de l'Outre-mer appelait hier soir à un rassemblement pacifique de protestation qui devait se concrétiser par une chaîne humaine autour du Mémorial. Le CM98 a lui aussi condamné ces actes, apporté sa solidarité aux associations d’originaires d’outre-mer "qui se battent depuis si longtemps à Nantes pour que la mémoire de l’esclavage soit reconnue" et son soutien aux élus nantais qui ont eu "le courage de regarder leur histoire en face".

FXG

(Photo : Presse-Océan)

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:39

Le projet de circulaire de mutation des policiers rejeté par le CReFOM

Après le rapport de Patrick Lebreton et les engagements pris par Hollande à la Réunion, le projet de circulaire de mutation des policiers outre-mer déçoit.

Circulaire-police-muta.jpgLe projet de circulaire qui précise les conditions de mutations des policiers, notamment dans les territoires ultramarins (Guadeloupe, Martinique, Réunion) sera soumis cette semaine par la Direction des ressources et des compétences de la Police Nationale du ministère de l'Intérieur aux organisations syndicales.

Le CReFOM considère que les nouvelles propositions ne correspondent "ni à l'esprit, ni aux annonces du président de la République faites lors de sa visite à L'île de La Réunion en août 2014".

Contrairement à ce qu'avait dit François Hollande ("C'est le critère des centres des intérêts matériels et moraux qui sera pris en compte"), la circulaire élude les centres d’intérêt moraux et matériels, tout comme le retour à l’ancienneté de la demande (et non dans le poste), deux éléments qui devaient constituer "un pivot de cette réforme du système de mutation".

"La seule nouveauté du projet de circulaire, explique Patrick Karam, est une bonification de 30 points accordée à tous les fonctionnaires de police en cas de réitération des vœux de mutation." Cette bonification de 30 points serait ainsi ouverte à tous les fonctionnaires de police à partir de la deuxième demande de mutation et non dès la premièredemande. Elle privilégie ainsi toujours l’ancienneté administrative sur l’ancienneté de la demande de mutation.

Une clause de fidélisation inéquitable

Enfin, le projet de circulaire prévoit que les fonctionnaires, à l’expiration de leur séjour, ne pourront plus prétendre servir dans leur service d’origine, mais dans leur région d’origine. "Cette clause, estime M. Karam, pourrait inciter les fonctionnaires à demander une fidélisation en outre-mer, en se pacsant ou en se mariant, afin d’obtenir une mutation définitive dans un des trois départements d'outre-mer."

Le risque serait donc celui d'un engorgement et de gel des mutations qui pénaliseraient les originaires d'outre-mer. Le CReFOM demande le respect de l’équité de traitement entre les fonctionnaires en contrat qui demandent une fidélisation (obtenue immédiatement suite à la tenue d’une commission) et ceux en attente d’un rapprochement de conjoint (dont le délai d’obtention est aujourd’hui de 3 à 5 ans) en leur imposant d'effectuer leur demande de rapprochement après leur retour dans l'Hexagone.

"Le compte n’y est pas", regrette le CReFOM qui rejette ce projet de circulaire. "Il ne répond en rien à l'objectif initial de favoriser un retour des ultramarins vers les DOM et laisse perdurer injustice et frustration".

FXG, à Paris


Un exemple de mutation

Un policier comptant 17 ans d’ancienneté (soit environ 1700 points), qui effectue sa premièredemande de mutation en outre-mer (donc sans gain de points supplémentaires), partira avant un policier qui, avec 15 ans d’ancienneté administrative (environ 1500 points) et 5 demandes de mutation vers un DOM (120 points), ne totalisera que 1620 points. Ainsi, observe le CReFOM, "avec seulement 30 points, n’importe quel fonctionnaire de police ayant fait une seule demande mais ayant plus d’ancienneté administrative passe devant un fonctionnaire de police ayant fait plusieurs demandes mais ayant moins d'ancienneté, exactement comme dans le système actuel".

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:01

Lancement officiel du 1er salon de la gastronomie

Pierre-granger-Yann-Quefelec-Christine-Kelly-Babette-Le-Fol.JPGDes toques, des ministres et des pipols !  Pour annoncer l'ouverture, le 7 février prochain au Paris Event Center (au parc de la Villette), du premier salon de la gastronomie outre-mer, Babette de Rozières, l'une des plus médiatiques chefs de cuisine, a fait venir du beau monde. Non seulement, elle a demandé au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, de lui prêter le salon Sully, non seulement, elle lui a demandé d'être présent (George Pau-Langevin avait une excuse valable : elle participait à la cérémonie d'obsèques de Clarissa Jean-Philippe à Sainte-Marie en Martinique. Anne Hidalgo soutient aussi, mais elle n'était pas là), mais elle a fait venir Michel Drucker, Yann Queffelec, Grâce de Capitani, Christine Kelly, Carine Teyssandier... Elle n'a pas non plus hésité à recruter Pierre Granger, le chef de cuisine du ministère de l'Agriculture pour mitonner avec lui un cocktail déjeûnatoire tropical !

Drucker-Babette.JPGCe premier salon de la gastronomie d'Outre-mer, c'est le bébé de Babette et elle entend qu'il s'inscrive dans la durée. Elle a pris soin de confier l'organisation à Nice Expo et a pris Rungis en partenaire ! Pendant trois jours, du 7 au 9 février, le nouveau hall d'exposition de Paris Event Center (inauguré il y a un mois) va exhaler des odeurs de colombo, de rougail, de mangues, d'ananas, de bananes et d'épices...  Signe de la qualité qu'elle entend donner à ce salon, Babette a choisi pour président d'honneur le chef multi-étoilé, Joël Robuchon et promis, pour citer l'écrivain Yann Queffelec, "un tour de l'assiette en 80 000 épices"! Si manger est un plaisir, le salon va proposer des débats autour de l'alimentation.

Babette-Le-Foll.JPGSophie Gastrin  évoquera l'utopie ou la réalité de l'autosuffisance alimentaire. Michel Reinette, Gisèle Pineau et Marie Hyman parleront de l'histoire et des enjeux de la cuisine créole, Christine Kelly interviendra sur la diététique et la nutrition dans les Outre-mer et les risques d'obésité, Marc Vizy, le conseiller outre-mer du président de la République, sur les rhums et les ti-punchs et Yann Queffelec sur le domaine maritime des outre-mer. Le trophée Babette de Rozières fera appel aux élèves d'écoles hôtelières d'outre-mer et d'Hexagone. Ils réaliseront "le plat le plus représentatif de la gastronomie des outre-mer à l'aide d'un panier surprise fourni par l'organisation". Et à concours prestigieux, jury prestigieux avec Gisèle Pineau, Julie Andrieu, Thierry Marx, Pierre Negrevergne, Eric Briffard, Gonzague Saint-Bris...

Sur les 5000 m2 du salon, il y aura 70 stands avec des espaces institutionnels, un restaurant dédié aux régions d'Outre-mer, le restaurant gastronomique La Case de babette, un espace dédié aux chefs pour les démonstrations et un podium qui sera animé par le chanteur lyrique Fabrice di Falco avec les groupes D'lys des îles, Akika, le violoniste Daniel Misaine et un ballet tahitien. Babette en profitera pour enregistrer un numéro de son émission Les petits plats de babette, diffusée le dimanche à 11h30 sur France Ô. France-Antilles a décidé pour l'occasion de sortir un livre de recettes de cuisine créole avec le gratin des chefs des Antilles.

FXG, à Paris

PS : Quelques frictions entre Babette et quelques exposants potentiels autour des grandes cultures d'exportation ont conduit le cabient de Le Foll à calmr l'impétuosité de Babette qui avait peut-être laissé son organisateur Nice expo mettre la barre des prix des stands un peu haut quand chacu préférait passer par le stand commun offert par les CCI d'outre-mer...


ITW Babette de Rozières

"Le métissage s'impose en cuisine comme ailleurs"

Babette-de-Rozieres.JPGLa cuisine des outre-mer a-t-elle toujours été aussi bien accueillie qu'elle ne l'est aujourd'hui ?

Dans les années 1970, quand j'ai proposé de faire une émission de cuisine d'outre-mer, on m'a dit : "La cuisine exotique n'est pas dans la ligne éditoriale de la chaîne." J'ai dû attendre 1989 pour pouvoir en parler à la télé ! Aujourd'hui, tous les produits exotiques sont présents dans la carte des grands chefs. Ce sont des produits français issus de l'agriculture française ! Aujourd'hui, le métissage s'impose en cuisine comme ailleurs.

Comment est née l'idée d'un tel salon ?

L'idée m'est venue comme un plat. J'ai commencé par choisir les bons ingrédients, je les fais mijoter, je les cuis... C'est un long travail. Nous avons des petits producteurs, des petits distributeurs, des restaurants, des hôtels qui méritent cette exposition.

Quand vous avez soumis ce dossier à la ministre du tourisme, elle vous a proposé la légion d'Honneur que vous avez refusée... C'était la médaille ou le salon ?

J'ai préféré choisir le salon ! J'ai présenté ce dossier à plusieurs ministres sans résultat. M. Le Foll m'a dit oui tout de suite car il a compris que je voulais valoriser nos outre-mer et montrer qu'ils ont du talent.

Derrière l'enjeu patrimonial, quel est est l'enjeu économique ?

Nous avons de nombreux producteurs qui méritent d'être connus, qui font un travail colossal ! Nous avons des transformateurs qui utilisent tous les produits locaux. C'est pour ça que dans ce salon, on trouvera tous les produits d'outre-mer qui se mangent et se boivent. C'est une façon de mettre en avant les acteurs de l'agriculture de chez nous.

Propos recueillis par FXG 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 06:56

Patrick Karam, président du CREFOM, mais également de la Coordination Chrétien d'Orient en danger, évoque dans cette tribune "le désastre géopolitique" au Proche-Orient à l'origine des attentats de Paris.

"A force de semer le cynisme, nous récoltons le terrorisme"

Nous n'avons pas tiré la leçon de la chute de Mossoul qui a permis d'ériger Daesh de simple pion régional en centrale mondiale du terrorisme, bénéficiant d'un territoire étendu, d'un budget de 2 milliards de dollars pour 2015, de matériels militaires sophistiqués récupérés sur l'armée irakienne en déroute et de renforts, notamment issus des pays européens. Nous aurions pu éviter ce désastre géopolitique mais pour affaiblir le premier ministre chiite irakien Al-Maliki, proche de Damas et de Téhéran, qui marginalise les sunnites, l'Occident lui refusa un appui aérien.

A force de semer le cynisme, nous commençons en Occident à récolter le terrorisme. A force de mélanger intérêts économiques et stratégie politique, demi-mesures et erreurs d'appréciation, les priorités ont été permutées et les voies royalement ouvertes aux barbares et aux assassins sur notre propre sol.

Les manifestations populaires et politiques à Paris et dans toute la France étaient historiques, mais ce ne sont pas les émotions seules qui pourront protéger le pays de nouvelles attaques, puisque cette guerre avec le terrorisme qui puise racine et expertise en Orient ne fait que commencer.

Après le recueillement vient le temps des questions et de l'action.

Le défilé des grands de ce monde était, en soi, une représentation de ce cynisme qui a guidé la politique occidentale à ce jour et qui a permis aux terroristes de marquer des points précieux.

Au premier rang, étaient présents beaucoup de représentants de pays qui entretiennent toujours des liens avec les terroristes, là-bas en Orient, qui permettent à ceux-ci de prospérer et d’élargir leur champ d’action jusqu’en Occident.

Comment peut-on valoriser la présence du premier ministre turc sachant que son pays ferme les yeux sur le trafic de pétrole et le transfert d’hommes et d’armes aux islamistes en Syrie et en Irak à travers ses frontières ? L'argument sur l'impossibilité de connaitre et de contrôler ces flux ne tient pas au regard de la puissance des organes sécuritaires, de renseignements et de répression, qui ont fait leur preuve contre les Kurdes.

Comment peut-on cautionner la présence de représentants de certaines monarchies du Golfe sachant qu’elles sont parmi les principaux bailleurs de fonds, notamment par l'intermédiaire de leurs hommes d'affaires ou de certaines organisations caritatives, de cet extrémisme et de ses théoriciens.

Si l’Occident veut gagner sa guerre contre le terrorisme, il ne pourra pas se contenter de gagner des batailles médiatiques. Au-delà des actions indispensables à mener sur le sol français avec les groupes et les individus concernés, il est plus que urgent de revoir radicalement les stratégies occidentales en Orient et de mettre de l’ordre dans les priorités, sinon il faudra craindre le pire sur notre sol et en Europe notamment et se préparer à vivre, et pour longtemps, avec un terrorisme quotidien.

A quoi servirait de neutraliser des individus les uns après les autres en laissant impunie la fabrique de terroristes en Irak et en Syrie, avec DAESH, dont le nombre qui se compte en milliers ne cesse de croître avec le temps, et les filiales d'Al-Qaida en Syrie avec Al Nosra, au Yémen mais aussi dans tout le Sahel. La Lybie, en passe de tomber dans l'escarcelle des deux centrales terroristes, doit aussi devenir une de nos priorités car elle pourrait répandre la déstabilisation dans tout son voisinage, chez nos propres alliés africains. De plus, avec les vagues de réfugiés qui rejoignent le sol européen dans des bateaux de fortune pourraient s'exporter aussi des terroristes.

Les sanctuaires qui permettent, de former au pire des combattants venus d'Europe, dont les rangs grossissent jour après jour, les territoires parias à partir desquels avec les moyens de communication moderne, les djihadistes s’adressent à nos jeunes et à nos populations et répandent leur haine en toute impunité; tout cela nous expose à des représailles massives sur notre propre sol.

Dès lors que l'on considère que le terrorisme et que ceux qui l'instrumentalisent et le nourrissent sont notre priorité absolue, nous devons tout mettre en oeuvre pour obtenir des résultats rapides et ne pas attendre les quatre ans prévus par nos stratèges pour battre le soi-disant Etat Islamique malgré ses effectifs limités, ses quelque trente ou quarante mille combattants. Il faut bien comprendre que tant que les sanctuaires extrémistes ne seront pas détruits, les actes de violence sur nos sols iront en s'amplifiant. Le temps joue contre nous!

Il faut craindre que la réunion internationale contre le terrorisme prévue le mois prochain aux Etats-Unis ne puisse être l’occasion de faire évoluer la réflexion stratégique pour en finir rapidement avec cette gangrène. De plus, s'il faut en attendre un renforcement de la concertation entre certains services de renseignement et la mise en place de quelques mesures relatives à un lissage et une meilleure harmonisation des dispositifs anti-terroristes, ceux-ci se révéleront insuffisants du fait de l'absence ou de la mauvaise volonté d'un certain nombre de pays, notamment de la région.

La période actuelle est extrêmement périlleuse. La Coordination des Chrétiens d'Orient en Danger (CHREDO) n’a pas cessé de le marteler depuis plus d’un an puisque les données étaient évidentes et l’évolution inexorable vers l’escalade meurtrière.

Les responsables politiques sont donc appelés à avoir le courage d’affronter ce danger mais avec des moyens adéquats et dans un esprit nouveau qui rompt avec la politique menée à ce jour et qui n’a fait que renforcer le terrorisme et faciliter son exportation vers notre sol.

Pour cela, il faudra au préalable exiger de tous les représentants des Etats présents à la marche de Paris de se mobiliser fermement et concrètement dans la guerre contre le terrorisme avec, à la clé, des preuves tangibles sous peine de sanctions économiques et diplomatiques. Il faudra dorénavant s’adresser avec fermeté à des pays considérés jusqu’alors comme alliés, comme la Turquie, le Qatar ou d’autres, en exigeant leur engagement clair et définitif ainsi que des preuves de leur rupture totale avec les réseaux d’islamisme. L'Arabie Saoudite, qui a pendant longtemps joué avec le feu avant de faire marche arrière en raison des menaces pour la famille régnante, doit comprendre que ce temps est désormais révolu.

Nous devons aussi, dans cet objectif, monter une coalition internationale large, à laquelle devraient adhérer des pays réticents ou spectateurs, coalition capable de se projeter militairement sur le terrain en Irak, en Syrie, en Lybie et de nouer des alliances conjoncturelles même contre-nature dans ce seul but. La première guerre d’Irak menée par Georges Bush père est l’exemple qu’une coalition d’intérêts hétéroclites, à laquelle participait d’ailleurs la Syrie démonisée de Hafez el-Assad, pouvait se mettre en place.

Il faudra donc revoir les relations avec des pays encore considérés à ce jour comme adversaires, voire ennemis, dans l’intérêt bien clair de les gagner à nos côtés dans la bataille contre le terrorisme. Parmi ces pays qui ont des intérêts en Orient figurent la Russie, protecteur des chrétiens orthodoxes, ou l’Iran, dont les protégés chiites subissent en première ligne l'extrémisme des mouvements terroristes sunnites. Quant au régime de Bachar el-Assad, en l'absence d'une force armée crédible des opposants démocratiques, il constitue un verrou contre la main-mise sur la Syrie et sa chute signerait la déstabilisation de la Jordanie et du Liban. Il est donc de fait un rempart contre ces extrémistes.

L'Egypte qui a un savoir-faire éprouvé de lutte contre ses propres extrémistes musulmans et une armée puissante ne peut rester en dehors de la coalition et elle pourrait participer à une force armée notamment en Libye, aujourd’hui en passe de tomber entre les mains de mouvements islamistes. Le préalable serait que le gouvernement du président Al-Sissi accepte de sacrifier l'alliance nouée avec les salafistes contre les Frères Musulmans

Ces nouvelles alliances seront de nature à renforcer les rangs de l’Occident dans sa bataille contre les extrémistes islamistes, y compris en matière de terrorisme.

Ce nouveau front devrait en effet nous permettre de renforcer notre dispositif de prévention des attentats sur notre sol en engageant une coopération effective entre nos services de renseignements et ceux de ces régimes parias, dont l'absence ou les limites nous rendent particulièrement vulnérables.

L’Occident doit, par ailleurs, savoir mettre la lumière sur tous les réseaux de financement des islamistes qui leur permettent de se développer et de renforcer leur arsenal. Ces réseaux devront être démantelés et leurs responsables, qu’ils soient des personnes physiques ou morales, lourdement sanctionnés.

Enfin, l’Occident doit impérativement soutenir les pays fragiles qui résistent encore aux attaques islamistes, comme la Jordanie et le Liban afin d’éviter qu’ils ne tombent, à leur tour, dans le giron islamiste. Rappelons d’ailleurs qu’au Liban, l’Etat Islamique continue à exercer une pression militaire  afin de pouvoir occuper une partie de ce pays, en particulier l’axe Ersal-Akkar-Tripoli, qui lui permettrait d’avoir un accès maritime sur la Méditerranée. L’Occident est appelé, par ailleurs, à renforcer l’esprit de convivialité au Liban comme antidote à l’intégrisme islamique prôné par Daesh, en renforçant l’équilibre entre les communautés et redonnant des couleurs à la communauté chrétienne du Liban. Cette dernière doit pouvoir choisir librement son représentant au sein du pouvoir et doit pouvoir aspirer à une loi électorale qui lui assure une vraie représentation.

A défaut d'une révision stratégique de nos priorités, la marche du 11 janvier ne sera vraiment que « pour l’histoire » et l’avenir s'écrira encore en lettres de sang et en souffrance sur notre sol et partout dans le monde.

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 06:53

France Ô laisse Lurel sans voix

Dimanche en début d'après-midi, France Ô diffusait le documentaire de Pascale Poirier, "Lurel, la parenthèse ministérielle". Ce film, déjà diffusé sur Guadeloupe 1ère en décembre relate les deux ans de Victorin Lurel au ministère des Outre-mer. Hélas, une erreur a abouti à ce que ce soit une version sans le commentaire en voix off qui est passée. Commentaire de la réalisatrice : "Il manquait (...) cette voix que je porte et qui vous raconte l'histoire de Toto... Sans commentaire."

FXG

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:15

Jean-claude Bouillon-Baker n'est pas mort !

Le New York time a annoncé à tort le décès de Jean-Claude Bouillon Baker. "Il ne s'agit pas de mon frére Jean-Claude, nous signale Brian Bouillon Baker, mais d'un imposteur qui laissait entendre à tous ceux qui voulait l'entendre qu'il était le 13eme fils adoptif de Joséphine Baker, jouant sur le fait que l'un de nos freres, Jarry, travaillait dans son restaurant "Chez Joséphine" à New York, lui servant de caution morale."

Jean Claude Rousseau vient de décéder dans sa maison des Hamptons. "Il se serait peut-être suicidé, d'aprés le peu d'informations que j'ai pour le moment, relate Brian Bouillon Baker, une autopsie serait en cours." Cet homme, fragile sur le plan psychologique, n'a été que l'un des nombreux filleuls artistiques de Joséphine Baker. "Notre mère ne souhaitait plus le voir avant son déces,les ponts étaient rompus avec lui, explique Brian Bouillon Baker. Quant à son imposture d'adoption, mon frére Jean-Claude et toute notre famille lui avaient demandé à maintes reprises de cesser ce cinéma absurde,que ce soit auprés des journalistes comme des personnalités fréquentant son restaurant."

FXG

Partager cet article

Repost0

Articles Récents