Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 05:46

Les tribulations d'une Négropolitaine par Louise Adelson

Tribulations-negropolitaine-couv.jpgAprès un brillant cursus universitaire en lettres modernes et quelques décennies consacrées à l’univers de la communication et de l’événementiel, Louise Adelson livre son premier roman, Les tribuation d'une Négropolitaine paru chez Lharmattan dans la collection "Lettres des Caraïbes".

Une famille française pas tout à fait comme les autres… Père antillais, mère vendéenne. Après leur décès, leur fille Louise entreprend de vider leur appartement et le grenier où lettres, papiers, meubles se sont entassés au fil des ans, tels des laissés pour « conte ».  D’abord avec le regard de l’enfance, puis de l’adolescence et enfin de l’adulte, Louise laisse ressurgir les souvenirs drôles ou tragiques, parfois anecdotiques. « […] avant même que le cours commençât, je savais qu’il y aurait des yeux braqués sur moi, j’entendais déjà les rires étouffés. Et cette hilarité me conforterait une fois de plus dans mon statut d’inférieure. Je me ressentirais à nouveau comme une erreur globale. » Louise Adelson comprend qu'elle a besoin d'armes « pour apprendre à (se) défendre et sortir de la victimisation […] - Je prends une épée et je joue à Zorro ? […] - Je parle d’autres armes, "miraculeuses" celles-là, […] : celles des mots. » 

Le récit se dessine entre traques d’indices, travail d’introspection et témoignage social sur une époque allant de l’après-guerre à nos jours, dans un va-et-vient constant entre racisme et pauvreté, entre passé et présent. « Notre couleur de peau nous place d’office au bas de cette nouvelle échelle sociale, bien après les émigrés polonais, bien après les émigrés italiens, bien après les émigrés arabes […] Minorité trop visible […] nous sommes d’emblée rejetés pour délit de faciès par ceux-là mêmes que la classe bourgeoise a rejetés. » 

De ses tribulations émerge inévitablement le questionnement sur les origines… Beaucoup de Négropolitains s’y reconnaîtront.

FXG, à Paris

Les tribulations d'une Négropolitaine par Louise Adelson, éditions Lharmattan, collection « Lettres des Caraïbes », 22 €, 290 pages.

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 07:15

Claudy Siar perd une manche devant le tribunal de commerce

Le tribunal de commerce de Nanterre a débouté le 17 décembre dernier Claudy Siar et Patrick Lemure, associés minoritaires (40 et 5 %) de la radio Tropiques FM. Ceux-ci, argant d'un abus de majorité et d'un abus de bien social, ont assigné leur associé majoritaire, Stéphane Mouangué, et demandé au juge de commerce de nommer un administrateur provisioire. Le tribunal n'a pas considéré qu'il y avait abus de majorité et a constaté que l'ensemble des mesures décisionnelles prises par la gérante, Valérie Rousseau, par ailleurs la compagne de Stéphane Mouangué, l'étaient conformément aux décision prises par le conseil d'administration de la radio. Le juge a estimé que celui-ci avait été régulièrement convoqué.

Le juge, saisi en référé, ne s'est pas prononcé sur l'abus de bien social, mais dans les écritures, on constate qu'il s'agit de billets d'avion offert par Air Caraïbes et utilisés par M. Mouangué et Mme Rousseau et que M. Siar a déjà bénéficié de semblables avantages. Au final, outre le refus de nommer un administrateur provisoire, le juge a condamné MM. Siar et Lemure à payer chacun 5000 euros à la SARL Tropiques FM et à Valérie Rousseau.

La cause principale du conflit qui oppose Stéphane Mouangué et Claudy Siar, deux hommes qui se connaissent depuis 1986, réside dans l'attribution de la gérance de la radio à Valérie Rousseau. Claudy Siar a du l'abandonner en avril 2011 lorsqu'il a été nommé délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer et il pensait la retrouver à la rentrée de septembre 2012, après sa démission. Ainsi a démarré le conflit. Claudy Siar a alerté le CSA le 17 septembre dernier. Celui-ci a reçu M. Mouangué et a acté le problème juridique qui opposait les deux hommes sans faire d'autre remarque. Claudy Siar, parallèlement à cette saisine et à son action judiciaire devant le tribunal de commerce de Nanterre, a déposé une plainte pour abus de confiance et abus de bien social. On attend donc les conclusions de l'enquête de la brigade financière diligentée par le Parquet de Nanterre.

Quand on demande à Stéphane Mouangué si Tropiques FM est devenu un robinet à zouk commercial, il répond : "C'est un procès d'intention. aucune émission, aucun contenu n'a disparu."

A l'antenne de la radio, on retrouve toujours Jean-Jacques Seymour, Rio, Ludivine, Jean-Marc Thibaudier, Logan ou Lindsay...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 06:12

Olivia Breleur accueille le plasticien Sébastien Jean

Olivia-Breleur-Maelle-gallery.JPGSébastien Jean, jeune artiste plasticien haïtien n'aime pas qu'on le renvoie à ses origines. "Je suis surtout un artiste universel !" Tandis que trois de ses oeuvres ont été accrochées au Grand Palais, dans le cadre de l'exposition "Haïti, deux siècles de création artistique", la galeriste martiniquaise, Olivia Breleur (photo) de la Maëlle gallery à Paris, lui a offert son espace pour une exposition personnelle jusqu'au 15 janvier. Ce jeune artiste, installé à Limoges, a débuté à Port-au-Prince quand il avait 13 ans en faisant de l'artisanat, des tiges de bambou, des assiettes décorées... En 1999, après être allé visité une exposition de peintures, il se lance avec ses seules techniques artisanales. Il est repéré est invité en résidence à Paris au couvent des Récollets. Dès lors, il est reconnu artiste. Pour autant, il a conscience de ceux qui l'ont précédé : "Les anciens peintres ont déjà tout accompli. Moi, je transforme l'oeil en or." Ses peintures sont ses mots. Pour chaque toile, il note ce qu'il voit et il peint ensuite des séries,  cinq, dix ou quinze... Sebastien-Jean.JPG"Femme fantôme" est la grande toile qu'il expose à la Maëlle gallery. "C'est ma femme. Elle m'a fait une stupide crise de jalousie alors j'ai transformé cela en positivité." Il utilise de l'encre, du noir de fumée; du goudron, de la poussière, des pigments, du marc de café (qu'il récupère à la poubelle), de la colle et de l'acrylique. Cet artiste n'est pas inconnu aux Antilles. Joël Ferly l'a accueilli en résidence pendant trois mois au Moule tout comme le camp des arts en Martinique. Une de ses oeuvres est exposée à Fonds Saint-Jacques, une autre à l'Atrium. Avec ses trois toiles exposées au Grand Palais, Sébastien Jean savoure son plaisir : "C'est comme si j'étais un peintre français !"

FXG, à Paris

Maelle Gallery, 1-3, rue Ramponneau, Paris 20.

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 08:10

Une pétition pour l'aéroport Gerty-Archimède

Parce que l'aéroport de Guadeloupe "Pôle Caraïbes" va bientôt se doter du nom d'une personnalité locale, le cercle Gerty Archimède et l'historien Rodolphe Enoff ont lancé une pétition sur le site avaaz.org (https://secure.avaaz.org/fr/petition/Francois_Hollande_president_de_la_Republique_UN_NOM_ILLUSTRE_POUR_LAEROPORT_DE_GUADELOUPE_GERTY_ARCHIMEDE/?cVGANib) pour promouvoir le nom de Gerty Archimède.

Cette personnalité a marqué de son empreinte la vie publique de la Guadeloupe pendant quarante ans : députée communiste de 1946-1951, conseillère générale durant trente années, maire de Basse-Terre au moment des évenements de mars 1967, première avocate de Guadeloupe, bâtonnier de l'ordre... Pour les initiateurs de la pétition, "elle incarne la figure emblématique de la femme guadeloupéenne debout, le porte-parole d'un pays en lutte pour sa dignité et le progrès social de ses enfants."

Pour persuader les décideurs, l'Etat, la CCI des Îles de Guadeloupe, le Conseil régional, le Conseil général et l'agglomération Cap Excellence, les pétitionneurs qui ont déjà récolté quelque 250 signatures en visent un millier.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 07:40

Le maître des yoles

Le-maitre-de-yole-Lagier.png"Le secret que j'ai, je le fais passer à tout le monde." Celui qui dit ça est Georges Henry Lagier. Marin immensément respecté, constructeur de yoles et formateur de futurs champions, Georges Henry Lagier incarne mieux que quiconque la culture originale de la yole en Martinique. Fils de marin pêcheur du François, il a débuté la voile à 14 ans.
Elégantes et spectaculaires, les yoles sont devenues l'identité maritime de la Martinique.. La trentième édition du "Tour de la Martinique des Yoles Rondes", la régate la plus prestigieuse de l'année, est l'occasion de se rendre compte de ce que représente le sport nautique populaire de l'île. Durant le tour, c'est toute la Martinique qui se retrouve sur les plages.

le-maitre-de-yole-DepartDiamant.pngGeorges Henry, "le maître de yole", vient défendre son titre de recordman de l'épreuve (11 victoires) et prôner les valeurs de solidarité d'un bateau unique au monde. "C'est un  sport collectctif à responsabilité individuelle", tranche le maître des yoles. Avec lui l'aide patron Johan Jacqua et la dizaine d'équipiers, parmi lesquels Audrina-Dupé-Agot, championne de France d'athlétisme, ou Valérie Lagrin. Car Georges-Henry est aussi un des pionniers de ceux qui ont ouvert la yole aux femmes.

FXG, à Paris 

"Le maître des yoles", un documentaire de 52 minutes de de Christophe Castagne, Fabrice Caër, est diffusé dans Archipels sur France Ô dimanche 28 décembre à 14h50

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 06:21

Air Caraïbes met la "Charlotte des îles" de Sophie Bokel à sa carte

Sophie-BOCQUEL.jpgPour le 11e anniversaire du 1er vol transatlantique d'Air Caraïbes, 1700 passagers ont désigné grand gagnant, avec 39,6 % des suffrages exprimés parmi quatre finalistes, la « Charlotte des îles » de Sophie Bocquel, Le dessert réalisé à base de maracudja par le responsable commerciale de la compagnie aérienne en Guyane, sera prochainement proposée à la carte des repas servis à bord des vols transatlantiques de la compagnie. Cerise sur le gâteau, Sophie Bockel remporte un dîner gastronomique pour deux personnes.

Pour ce concours « créateurs de douceurs », le cahier des charges stipulait la mise en valeur les saveurs antillaises. 50 candidats, tous des "talents maison", ont concouru. "Nous sommes profondément heureux de l’émulation et de l’investissement dont ont fait preuve les candidats", a indiqué Edmond Richard, directeur commercial Europe d’Air Caraïbes qui a salué une "opération innovante".

gateaux.jpgPilotes, hôtesses, webmasters, commerciaux, personnels d’escale ou des services administratifs, se sont essayés à étonner les membres du jury. Un jury inédit, composé des 1 700 passagers répartis sur les 5 vols long-courriers au départ de Paris Orly Sud le 12 décembre dernier. A bord, plus de 36 kg de beurre, 136 kg de sucre, 71 kg de farine, 2 330 oeufs, 4 l de rhum vieux, 30 kg de confiture de goyave et des maracudjas… Un bon petit exercice mêlant communication et "incentive", rien de tel pour resserrer les coudes à Air Caraïbes où l'on prévoit à nouveau pour 2014 des résultats positifs et un gain de 2 % des parts de marché à 30 %...

FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 10:42

Le réveillon antillais de Babette de Rozières

Babette de Rozières propose mercredi 24 décembre à 20h45 une émission spéciale Noël aux Antilles.

Babette-marche-Sainte-anne.jpgBabette de Rozières, l’ambassadrice de la gastronomie créole et des cuisines du monde sur France Ô, retourne sur son île natale, la Guadeloupe, pour les fêtes de Noël. La chef a installé son complice Emmanuel Maubert et quatre de ses amis people, la chanteuse Amandine Bourgeois, l’humoriste Cartouche et les comédiens Ambroise Michel et Alix Bénézech, dans une magnifique villa traditionnelle à Sainte-Anne. Babette leur fait découvrir les traditions régionales. Au programme de cette escapade antillaise de deux jours, la visite des marchés de Pointe-à-Pitre et de Sainte-Anne pour trouver les produits du terroir, ingrédients de base des recettes de Noël, une pêche aux langoustes, une excursion à la pointe des Châteaux à Saint-François, un « Chanté Nwel » avec le groupe Kasika et surtout un festin de Noël exceptionnel.

lereveillondebabette-5.jpgAu menu, un sauté de porc à l’antillaise, un jambon de Noël aux épices, un chocolat chaud à la vanille, une fricassée de langouste, toutes les spécialités culinaires d’un authentique réveillon créole en musique. Des artistes, dont Loriane Zacharie et Tom Frager, se joindront à la joyeuse équipe pour un réveillon tropical.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 08:24

Babette de Rozières sur le canapé rouge

Le 28 décembre prochain, la chef de cuisine, Babette de Rozières sera l'invité de Michel Drucker dans Vivement dimanche. Elle sera sur le canapé rouge pour parler du salon de la gastronomie d'outre-mer qu'elle organise  au mois de février à Paris. L'occasion pour Babette d'annoncer que le conseiller outre-mer du président de la République animera un débat sur les rhums et les punchs, la présence de Yann Quefelec, de Sophie Gastrin, de Christine Kelly qui abordera  la question de l'obésité, de Fabrice di Falco comme maître de cérémonie ou encore de l'animatrice Carine Tessandier.

Par ailleurs, Babette fait savoir qu'elle recherche un chef de cuisine martiniquais ou guadeloupéen, issu de l'école hôtelière ou déjà expérimenté, afin de la seconder pour son restaurant La Case de Babette à Mole dans les Yvelines.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 07:43

Les létchis réunionnais à Rungis

Rungis-quais-de-debarsuement.JPGRungis, le ventre de l'Île de France, à l'aube... Au milieu d'un ballet de camions réfrigérés, les palettes de fruits arrivent et repartent des quais de débarquement de dizaines d'immenses hangars dédiés aux seuls fruits et légumes. C'est aux bâtiment C2, D2, E2 et suivants que se trouvent les létchis de la Réunion. Ils arrivent depuis le mois de novembre pour les premiers, mais le gros des ventes se fait autour des fêtes de fin d'année. litchis-malgaches-et-sud-africains.JPGDifficile de voir au premier coup d'oeil les litchis de la Réunion. Les plus apparents sont les létchis de Madagascar. Leurs piles arrivent à hauteur d'homme. Celles du létchi réunionnais sont plus modestes et souvent joliment achalandées. Marcel, un grossiste, les a exposés avec des maracudjas du Vietnam à 15 euros le kilo, des ananas Victoria, des cerises, des melons et autres fruits précieux pour la saison. "Le létchi réunionnais est un fruit premium, confie Pascal, responsable chez le grossiste Dona. Il est plus travaillé." Il montre les caisse de létchis Philibon. "Il est branché et travaillé. Ses producteurs ont choisi les meilleures grappes." Les clients de Pascal sont les commerces chinois parisiens. Le létchi réunionnais vient par avion donc il est cher. Le létchi malgache arrive lui par bateau. Ce litchi vrac, c'est l'entrée de gamme, pas cher, avec un plus gros noyau, moins charnu, souvent oxydé et plus mou. Quand il est marron, celui de la Réunion affiche un beau rouge ! Marcel-le-grossiste.JPG"Quand un létchi est mûr, il est rouge !", assène Marcel le grossiste (photo).

JH, grossiste lui aussi, explique le marché du létchi : "Il y a quatre provenances : Réunion avec le létchi branché, Maurice, avec le branché ou le bouquet, Afrique du sud, par avion, et Madagascar par porte-conteneur. Réunion et Maurice séduisent avec les branches et les feuilles. Madagascar séduit par son prix. Le branché se vend de 6 et 10 euros le kilo et le vrac de Madagascar, de 2,5 à 3,5 euros."

Jean-Luc Maury est le gérant de Capexo, une société importatrice de fruits qui travaille avec la SCA de la Réunion. Elle traite chaque année 3 à 400 tonnes de létchis réunionnais et partage ce marché avec les sociétés Boyer et Neta. C'est lui qui alimente une partie des grossistes de Rungis. Il sait que le létchi qui vient par bateau de Madagascar est soufré et qu'il sera revendu à 90 % dans le réseau des grandes et moyennes surfaces, à la différence du fruit réunionnais non traité. Cela l'oblige à fonctionner en tension : un lot de fruit ne doit pas rester plus de 48 heures chez lui.

Dominique-Champaris.JPG"Les létchis de la Réunion, ce sont les meilleurs, affirme Dominique, un vendeur, mais ils trichent un peu en les récoltant avant maturité. Ce qui veut dire qu'il y a un petit goût. Ceux qui viennent d'Afrique du Sud sont meilleurs." La société de Dominique, Champaris, ne vend que les létchis d'Afrique du Sud et de l'île Maurice. "Ile Maurice, c'est bien moins bon que l'Afrique du Sud. La Réunion est de meilleure qualité, mais plus cher. Chacun sa clientèle." Son voisin, Pédro, grossiste chez Blancpin, vend trois ou quatre palettes de létchis réunionnais par jour en ce moment. litchis-branche-dans-stand-premium.JPGSa clientèle, ce sont les marchés et des épiceries fines. "Le létchi de la Réunion, c'est une provenance que les gens connaissent et aiment bien." "Pour autant, on ne vend plus par palette de nos jours", explique Sophie, vendeuse chez le grossiste Thomas-Fabre. Elle aussi fournit des commerçants en boutique ou sur les marchés. La saison du létchi réunionnais est courte, elle s'arrête à la mi-janvier. Car même si les fruits malgaches et  sud-africains sont considérés comme un autre produit, ils lui font néanmoins de l'ombre.

FXG, à Rungislitchis-reunion-vendeuse-gourmande.JPG

 


Quelques prix

Le létchi branché, livré par avion, se payait vendredi 10,8 euros pour la Réunion, 6,60 pour l'Afrique du Sud, 7,70 pour Maurice et 5,50 pour Madagascar, tandis que le kilo de létchi malgache par bateau se négociait à 2,30 !

L'importateur revend le létchi branché de la Réunion à 12,66 du kilo et le détaillant le revendra 15,86 euros/kilo.

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 06:08

"Metisse" Maloya, le premier album de Johann Berby

Cover---Metisse-Maloya_300dpi.jpgPeu de Réunionnais connaissent le bassiste, chanteur et compositeur Johann Berby dont le premier album vient de sortir dans l'Hexagone. Quoique né au Port en 1983, ce jeune homme a grandi dans le Nord de la France, en pays Ch'ti, à Maubeuge. Et c'est là-bas, dans les contextes à la fois familial et associatif, qu'il s'est forgé sa culture créole. Dès l'âge de 5 ans, il découvre la danse en écoutant Bad de Mickaël Jackson. "J'ai pris une baffe, raconte-t-il. Le vinyl tournait en boucle." A la même époque, il intègre les activités d'une association réunionnaise de sa ville qui s'appelle "Métis Maloya". C'est en hommage à ses animateurs qu'il choisit de nommer ce premier album "Metisse Maloya". "C'étaient des anciens qui parlaient tout le temps de la vieille Réunion, qui me parlaient créole et qui m'ont tout appris du maloya." C'est avec eux que naît sa vocation d'artiste. Jusqu'à ses 17 ans, il danse dans ce cadre en semi-professionnel avant d'arrêter net. "J'ai compris que pour persévérer dans la danse en France en étant noir, ce serait difficile, sauf à partir aux Etats-Unis ou au Canada. J'ai eu plus de chance avec la musique !"

Adieu les parquets et bonjour les caves et les garages. Johann-Berby-3.JPGJohann se met à la basse et joue dans des petits groupes de rock métal, du hard. Il arrête le lycée et s'inscrit à l'Ecole nationale de musique classique à Valenciennes où il fait en quatre ans le programme de dix années d'études ! Parallèlement, il suit les cours du Centre des musiques actuelles. Il en sort professionnel et offre très vite ses services de "requin de studio" sur des albums de Marcus Miller ou Mory Kanté. Vincent Segal, le violoncelliste qui cartonne alors avec Vanessa Paradis ou Mathieu Chedid, le prend en résidence. "Il m'a encouragé à ne pas laisser tomber la musique." Et tout en mettant son talent au service des autres, Johann accumule les textes et les compositions qui s'empilent dans un tiroir. "Je n'osais pas les jouer..." Mais il pense déjà à un album personnel. Il attend encore cinq ans et en 2011, il se décide à faire le tri, en parle à ses maîtres... En janvier dernier, il enregistre avec un violon, Théo Croix, une batterie, Christophe Mareschal, une guitare, Mickaël Avron, et trois guest : le Malien Baba Sissoko au tama et au n'gouni ("Il est la racine et le maloya est la branche", s'amuse Johann), le Hollandais Ernst Rejseger au violoncelle (qui a beaucoup travaillé avec Groove Lélé) et le saxo roumain Lucian Nagy. Le résultat, c'est un album en créole, à l'exception de deux titres en français. "Il y a de la nostalgie et de la compassion avec la Réunion", commente-t-il. L'album, sorti en octobre, plaît. Le Nouvel Obs, RFI, TV5 monde et France Bleu Paris lui tressent des lauriers. Et s'il n'est pas distribué à la Réunion, d'autres routes s'ouvrent : au Japon, au Canada et en Corée du Sud ! Johann Berby adorerait jouer au pays comme il adorerait jouer avec Danyel Waro. "Avec le prix d'un billet d'avion pour la Réunion, je peux faire deux aller-retour en Amérique latine ou en Afrique prendre des cours de cora avec mes maîtres !"

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

Articles Récents