Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 07:30

Stéphane Bijoux nommé à la tête des rédactions de France Ô et Outre-mer 1ère

Rémy Pflimlin a nommé Stéphane Bijoux, directeur des rédactions TV de France Ô et d’Outre-mer 1ère. Sa mission est de conduire le projet éditorial et stratégique des deux rédactions. Stéphane Bijoux conserve, par ailleurs sa mission, sur la diversité auprès de la direction de l'information de France Télévisions.

Stéphane Bijoux a 43 ans. Formé à l'institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine, il est également diplômé en ethnologie sur l'Afrique et le Pacifique. Il a été directeur de l'information de RFO de 2002 à 2005 puis rédacteur en chef en Polynésie et à la Réunion. En 2009, il rejoint le siège de France Télévisions comme coordonnateur pour la diversité dans l'Information et présentateur joker des éditions du Soir 3 Week-end sur France 3.

Depuis le départ de Richard Siacci, c'est Benoît Saudeau, un ancien de la maison, qui pilotait les rédactions de Malakoff. "Il s'en sort plutôt bien", relate un journaliste de la rédaction. Le retour du Réunionnais Stéphane Bijoux est diversement apprécié et compris dans cette rédaction réputée pour être un vrai panier de crabes (guère plus que les autres rédactions du service public, NDLR). "C'est Michel Kopps (directeur du réseau Outre-mer 1ère) qui a tout fait pour son retour, commente un journaliste maison, mais il part à la retraite en mars prochain..." Et comme les jours de Rémy Pfimlin à la tête de France TV sont eux aussi comptés, certains se demandent si ça valait bien la peine d'encore tout chambouler...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 06:22

Les Robins des bois s'emparent du dossier du "Cosette"

Garsin-Malsa.JPG"Le préfet est un menteur, un manipulateur et un colonialiste !" Garsin Malsa, président de l'Assaupamar, mais également du Conseil des rivages français d'Amérique, n'a pas mâché ses mots (et ne crains pas les procès, assure-t-il), lundi, au siège de l'association des Robins des bois pour dénoncer les conditions dans lesquelles le Cosette a été immergé au large de la Martinique, "au mépris des conventions internationales", dont celle de Bâle en 1989, née justement de l'errance de ce navire poubelle quand il s'appelait le Zenoobia. "Couler le cosette, c'était couler la convention de Bâle !" Jackie Bonnemains, porte-parole des Robins des bois, est revenu sur l'historique de ce navire construit en 1966, avant qu'il ne soit laissé à l'abandon dans le port de Fort-de-France fin janvier 2010. "En février 2014, poursuit M. Bonnemains, deux options étaient envisagées. La première était son recyclage dans le port foyalais et créer ainsi une filière antillaise de démantèlement des navires, tel que le prévoyaient le Grenelle de la mer; la seconde, l'océanisation après dépollution totale. Rien ne se passe jusqu'à la mi-octobre. une solution est soutenue alors par l'Assaupamar en convergence avec la CCI et une filiale du groupe Véolia qui propose son démantèlement en Martinique. Un vif débat s'installe jusqu'à ce que le préfet Fabrice Rigoulet-Roze annonce qu'un navire chameau  va venir le remorquer pour l'emmener dans l'Hexagone où il sera déconstruit. Le ministère de l'Outre-mer assure que les fonds étaient débloqués et la réservation du navire spécialisé effectuée. Mais le lendemain même de cette annonce, arguant d'une importante voie d'eau signalée par les autorités portuaires, changement de programme : le Cosette est remorqué à 14 milles des côtes, à l'ouest de la Martinique pour être immergé par 2700 mètres de fond. "On nous a parlé de péril imminent, souligne Jackie Bonnemaisons, mais il a résisté à huit heures de remorquage et il a fallu le dynamiter pour qu'il coule..."

Christine-Bossard-et-Jackie-Bonnemains-Robins-des-bois.JPGPersuadés que cette décision vient des autorités portuaires tout à leur projet d'extension du terminal container de Fort-de-France, les associations sont décidées à ne rien laisser passer. Les Robins des bois ont demandé le 13 novembre les délibérations du port, les rapports des divers experts, bref tous les documents relatifs à la gestion du Cosette depuis 2010. Et si le préfet a indiqué que ces documents étaient disponibles en préfecture, les associations déplorent qu'elles ne soient que consultables et non communicables. Sans réponse au 15 décembre, l'Assaupamar, les Robins des bois et, selon Garsin Malsa, la commune du Prêcheur, ont décidé de saisir la justice. D'abord la commission d'accès aux documents administratifs. "S'il s'avère qu'il n' y a pas eu de réel suivi, déclare M. Bonnemains, nous attaquerons devant le tribunal administratif de Fort-de-France l'arrêté préfectoral autorisant l'océanisation du Cosette. S'il nous donne raison, ça ne remontera pas le Cosette, mais ce sera un atout pour le prochain maillon de la chaîne, le Lady Grâce II." Celui-ci est non remorquable parce que couché dans le port, et serait le parfait cobaye pour la filère de démantèlement tant désirée par les associations plaignantes. Selon les Robins des bois, l'océanisation du Cosette, "aux limites des eaux territoriales françaises", en plein coeur du futur sanctuaire mammifère marin de la Caraïbe (AGOA), est "une atteinte à l'image de la Martinique", et participe à "décrédibiliser la France" quand quelques jours seulement avant l'immersion, Ségolène Royal était en Martinique pour installer son comité de pilotage. Le but étant de préserver toute forme de pollution.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 06:10

L'agence des cultures d'outre-mer recrute son responsable de communication

L’agence de promotion et de diffusion des cultures de l’outre-mer veut communiquer sur ses missions : apporter une meilleure visibilité aux expressions culturelles ultramarines dans les domaines du patrimoine, des arts de la scène, des arts visuels, de la littérature, du cinéma et de l’audiovisuel. L'agence accompagne les artistes et les acteurs culturels en matière d’ingénierie et de développement de projets, de production et de diffusion, de formation et d’information. Elle agit d’outre-mer à outre-mer, d’outre-mer à l’Hexagone, et d’outre-mer à l’international. Actuellement, l'agence est toujours en phase de préfiguration.

La personne recherchée pour assurer sa communication aura en charge la conception et la mise en œuvre des actions de promotion et de communication auprès des publics et des médias, la rédaction et le suivi de réalisation et de fabrication de l’ensemble des supports de communication en lien avec le graphiste et l’imprimeur. le suivi du développement et des évolutions du site internet de l'agence en lien avec l’agence web, la rédaction et l’administration des contenus du site et des newsletters (actualités, dossiers thématiques, etc.), l’animation du site Internet de l’agence et de sa présence sur les réseaux sociaux (community manager), l'organisation de la plate-forme d'informations et de ressources de l'agence (constitution et gestion d’un centre de ressources en ligne), la négociation et le suivi des partenariats communication et médias avec l’ensemble des partenaires de l’agence et le collectage, l'organisation et la gestion des bases de données (fichiers, contacts, etc.)

La personne aura une formation supérieure (Master 2) en information/communication, une expérience significative dans une fonction similaire, une bonne maîtrise des outils de conception graphique, de la créativité, du sens de l'écoute et des compétences rédactionnelles, de l'expérience en matière d’encadrement de personnel (souhaitée), la maitrise de l’anglais indispensable (pas le créole ? NDLR), une expérience confirmée dans les techniques du web, de la gestion des réseaux sociaux ainsi que dans les domaines du webdesign et du graphisme.

C'est du lourd, mais l'agence veut éviter les erreurs de jeunesse !

Le poste est à pourvoir dès que possible. C'est un CDI à temps plein basé à Paris sous le statut cadre (groupe 3 de la convention collective CCNEAC), et la rémunération sera selon expérience, en référence à la grille des salaires CCNEAC.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 28 décembre 2014 à :

Greg GERMAIN, Agence de promotion et de diffusion des cultures de l’Outre-mer 98-102 rue de Richelieu 75002 Paris

Renseignements auprès de daniel.carcel@cultures-outre-mer.fr

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 21:36

PAPIER PARU DANS L’HUMANITÉ DU 1er DECEMBRE 2014 A PROPOS DES MANIFESTATIONS ORGANISÉES PAR LES DITES "BRIGADES ANTINEGROPHOBIE" DEVANT LE THÉÂTRE GÉRARD-PHILIPE DE SAINT-DENIS, CONTRE L'INSTALLATION EXHIBIT B, PAR Alain Foix

 

alain-foix-plus-large.jpgOn me dit : « Fais attention en sortant, ils cassent la gueule aux noirs venus voir Exhibit B ». Je passe barrières et CRS, et m’engouffre dans la foule qui manifeste. Une femme m’interpelle :
- Comment c’est ?
- Pas de quoi fouetter un chat noir.
Je développe et l’incite à voir par elle-même. Bientôt se forme un cercle mitigé de curieux et d’hostiles. On me tend un micro et je décris l’installation.
- On met des noirs en cage » crie quelqu’un. 
- Non, ce sont les spectateurs qui sont en cage. Cette installation dénonce ce qu’elle présente. Une œuvre est par nature critiquable. Mais la censurer c’est donner raison à toute censure.
On me pose une foule de questions dont on n’attend pas la réponse. Et celle qui devait venir vient : « Est-ce que Dieudonné c’est de l’art ? » Un artiste, j’aurais répondu oui, c’est son statut. Mais derrière le mot art se cache un abîme de malentendus et je devine la question non posée : « On interdit Dieudonné et on pose un cordon de CRS devant un spectacle qui malmène l’image du noir. Pourquoi ? » Sous-entendu : « L’Etat nous méprise. L’expression des noirs pour eux n’est pas de l’art. » Dire qu’ils ne peuvent affirmer ça puisqu’ils n’ont pas vu, appelle la réponse que ceux qui censurent Dieudonné non plus.
alain-foix-profil-droit.jpgCeux de la rue qui hurlent devant un théâtre sans y pénétrer, expriment leur exclusion. Exclusion intégrée en eux-mêmes, expression d’une réalité. Ceux qui, à l’intérieur font leur travail en incitant à entrer, oublient qu’il y a des passerelles symboliques à créer entre deux espaces. Malgré leurs bonnes intentions et une œuvre qui présente plutôt un caractère éducatif, se crée une crispation. Pourquoi ? Une jeune femme m’apporte la réponse sous forme de questions : « Pourquoi toujours représenter des noirs par des blancs et les représenter chosifiés, et pourquoi jamais des œuvres d’auteurs et d’artistes noirs contemporains ? Pourquoi n’y a-t-il pas de directeurs noirs de théâtre ? Pourquoi n’y a-t-il que des blancs dans les salles, sur la scène, dans les bureaux et des noirs à la sécurité? »
Exhibit B, isolé dans un océan blanc, reçoit de plein fouet l’ouragan. Il y a une écologie de la culture à développer. Diversifier pour éviter les catastrophes.
Ne pas mépriser l’expression de cette colère, l’écouter. Car déjà sourd l’opposition d’un « nous » et d’un « ils » creusant une faille irréversible dans notre république. La culture a ici un rôle essentiel à jouer.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:45

Chyco Siméon et Meemee, "menm bitin, menm bagay"

Chyco-Meemee-MBMB-Cover-copie-1.jpgLe compositeur et bassiste martiniquais, Chyco Siméon, est en train de mitonner son nouvel album, "Invitation", attendu en 2015. Mais en attendant, à partir du 1er décembre, il met à disposition sur les plateformes de téléchargement légal un single en duo avec la Guadeloupéenne Meemee : "Mèm Bitin, menm bagay". Si c'est le Martiniquais qui signe la partition, c'est la Guadeloupéenne qui signe les paroles. "Nou ni menm istwa, menm valè..." Un groove jazz, soul et zouk mis en valeur par la guitare basse et des percussions, l'ensemble mixé par Bryan Pachaud (l'ingénieur du son du précédent album de Chyco Siméon, 99 %). Le Martiniquais a rencontré la Guadeloupéenne au festival de Pointe-à-Pitre, Ilo Jazz, en 2010. Il y a un an, Chyco propose à Meemee de "chanter les deux îles unies". Il compose à Paris, elle écrit aux Abymes et c'est en septembre dernier qu'ils ont achevé de mastériser ce titre évocateur. "J'aime le côté new soul de Meemee, explique Chyco Siméon, mais là, elle est plus jazzy, un peu comme Léa Galva ou Tanya Saint-Val." Le style Chyco surprend parfois et Marcus Miller l'a d'ailleurs qualifié de "caribean urban jazz".  L'album "Invitation" devrait à l'instar de ce titre, avoir une couleur plus jazzy et c'est a priori un label londonien qui devrait le sortir. En attendant l'album, Chyco sera à l'Alhambar à Paris en février et des discussions sont en cours pour le petit Atrium à Fort-de-France et le centre culturel Sonis à Pointe-à-Pitre.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:29

Babette tourne en Guadeloupe

Babette de Rozières, animatrice de l'émission "Les petits plats de Babette" est arrivée vendredi en Guadeloupe accompagnée de Cartouche, Amandine Bourgeois, Amboise Michel, l'actrice Moraine Bebezech et la chanteuse Loriane Zacharie. Elle vient tourner son émission spéciale Noël sur le thème du Noël traditionnel aux Antilles avec chanté Nwel chez l'habitant et le tué cochon. le tournage a démarré sur les chapraux de roue dès samedi et se poursuit jusqu'à mardi. Après Babette rentre à Paris pour le Téléthon. Elle mettra son food truck au pied de la tour Eifel dans le village France 2.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:24

Ruban rouge sur Oudinot

Journee-mondial-SIDA-au-MinOM.jpgLes députés Erika Bareigts, Monique Orphé, Gabrielle Louis-Carabin et le conseiller régional francilien Jean-Luc Romero, le professeur Delfrayssie de l’Agence de recherche ANR, Christine Kelly, Muriel Hurtis, Claude Vamur, France Zobda étaient réunis mercredi au ministère des Outre-mer autour de la ministre George Pau-Langevin, pour une action de remobilisation contre le virus du Sida dans les Outre-mer.

Au moment où la maladie, selon les dernières études, ne régresse plus depuis plusieurs années en France, ce sont aujourd’hui encore plus de 6 000 personnes qui sont contaminées chaque année. Dans ce sombre tableau, GPL a souligné que les DOM, dans leur ensemble, comptent près de 10% des nouveaux cas dépistés. « Les départements français d’Amérique (Martinique, Guadeloupe et Guyane) sont près de deux à trois fois plus touchés que l’île de France, qui est pourtant la région la plus frappée de l’Hexagone », a-t-elle souligné, avant de dévoiler un ruban rouge géant sur la façade du ministère des Outre-mer.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:22

Le dossier du futur CHU retardé de six mois

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait promis à Jacques Gillot le 16 juillet dernier, lors d'un déplacement dans l'archipel, qu'un Comité interministériel de Performance et de la Modernisation de l'Offre de Soins se tiendrait avant la fin 2014 pour valider le projet de reconstruction du CHU de Pointe-à-Pitre-Abymes. "Un enjeu majeur au plan national", avait alors déclaré la ministre de la Santé. L’accompagnement de l’actuel CHU ainsi que le financement des investissements seraient maintenus, le retour à l’équilibre budgétaire était considéré comme "un impératif, mais non un préalable" à la reconstruction de du CHU. Le COPERMO valide et suit les actions proposées par les Agences régionales de santé, il sélectionne et priorise les projets d'investissements nécessitant un financement de l'État. Il assure aussi le suivi des établissements en difficulté.

Or, selon le député et président de Région, Victorin Lurel, le dossier du CHU a été retiré au dernier moment de l'ordre du jour du COPERMO. Il s'est plaint à son ancienne collègue du gouvernement de "potentielles pesanteurs administratives malvenues et antinomiques au caractère urgent de la situation." L'enjeu, c'est 590 millions d'euros et un chantier qui démarre en 2015, avant les élections régionales. Pour autant, la haute autorité de santé justifie ce retrait de l'ordre du jour du COPERMO par "des manquements graves à la sécurité sanitaire" et a renvoyé à dans six mois la certification de certains équipements de l’établissement". Elle émet encore de "fortes réserves" dans le respect des règles d’hygiène, la "non-conformité du local d’entreposage des déchets", le caractère "dégradant" de l’accueil de certains services et même un "dysfonctionnement majeur dans l’organisation du bloc opératoire". Le courrier du président Lurel, cosigné par Jacques Bangou, président du conseil de surveillance du CHU,  exprime à la ministre leur "plus forte opposition à voir désavouer les engagements pris en juillet lors de son déplacement en Guadeloupe".

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 09:30

Le Conseil d'Etat soutient l'interdiction de vente d'alcool dans les stations-service

Le syndicat réunionnais des exploitants de stations-service n'est pas content de l'arrêté du 23 avril dernier pris par le préfet de la Réunion concernant la vente de boissons alcoolisées dans les stations-service du département. Ils ont donc saisi la justice administrative pour annuler l'arrêté mais aussi de vérifier sa conformité aux droits et libertés garantis par la Constitution. Le tribunal administratif de Saint-Denis, avant de statuer sur la demande des gérants, a décidé de renvoyer l'affaire de question prioritaire de constitutionnalité devant le Conseil d'Etat. La réponse est tombée vendredi. Tout d'abord, le conseil d'Etat accorde au préfet de s'être appuyé sur la loi du 21 juillet 2009 qui stipule : "Il est interdit de vendre des boissons alcooliques à emporter entre 18 heures et 8 heures, dans les points de vente de carburant. Il est interdit de vendre des boissons alcooliques réfrigérées dans les points de vente de carburant." Le syndicat estime que "cela fait obstacle au principe d'égalité et porte atteinte à la liberté d'entreprendre". Le Conseil d'Etat leur oppose que l'interdiction d'alcool dans les stations-service a un but préventif, que la protection de la vie et de la santé des personnes est un objectif constitutionnel. Il ajoute que l'interdiction ne porte pas atteinte "de façon disproportionnée" à la liberté d'entreprendre. Il conclut que la demande de QPC n'est pas "nouvelle" et ne présente pas de "caractère sérieux". Conclusion : "Il n'y a pas lieu de renvoyer au conseil constitutionnel la QPC soulevée par le syndicat réunionnais des exploitants  de stations-service."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:33

Le département perd contre les prêtres devant le Conseil d'Etat

L'affaire a été examinée le 4 novembre dernier, mais c'est vendredi que le Conseil d'Etat a rendu sa décision concernant la rémunération des prêtres de Guyane par le département. L'affaire a démarré le 30 avril 2014 quand Alain Tien Liong, président du conseil général a pris un arrêté mettant fin à la prise en charge par le budget du département de la rétribution des 26 membres du clergé catholique guyanais. Le 16 juin, saisi par le conseil d'administration de la mission catholique de Guyane et les 26 prêtres, le juge des référés du tribunal administratif de Cayenne leur donnait raison. Le 29 juillet, le département déposait une demande d'admission de pourvoi en cassation. Pour obtenir l'annulation de l'ordonnance qu'il attaque, le département soutient que le juge a omis de la signer, qu'il a jugé à tort sa juridiction compétente sur ce litige, qu'il a estimé à tort que la condition d'urgence était remplie et qu'il a créé "un doute sérieux sur la légalité des décisions contestées en jugeant qu'eu égard au régime particulier des cultes en Guyane, le département était tenu de rétribuer les membres du clergé catholique." Aucun des ces moyens n'ont été jugés "sérieux" par le conseil d'Etat pour qu'il puisse admettre le pourvoi du département qui a donc été rejeté.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

Articles Récents