Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 05:02

Jenny Hippocrate signe son 7e livre, Bienvenue sur la ligne 13

Jenny-hippocrate-Livre-couv.jpgOn connaît mieux Jenny Hippocrate, militante de la cause des drépanocytaires que l’écrivaine, quoi qu’elle ait déjà publié six ouvrages, essentiellement des romans. Cette fois, la Martiniquaise récidive avec « La chronique d’une vie souterraine », sous-titre de « Bienvenue sur la ligne 13 ». Les usagers du métro parisien connaissent bien cette ligne mal numérotée et de sinistre réputation. La ligne qui rejoint Saint-Denis dans le 9-3 à Montrouge dans le 9-2 est sur fréquentée et l’usage de ses rames aux heures de pointe est un véritable calvaire. C’est cela que raconte, dans une langue moderne qui emprunte beaucoup au vocabulaire et accents des cités multiculturelles, Jenny Hippocrate à travers le quotidien d’Aminata, dite Tata, une immigrée africaine, épouse d’un « tiercé-man » pour lequel elle n’éprouve plus guère d’amour après vingt-cinq ans de vie commune. Aminata est un « agent ni A, ni B, ni C, mais rabaissé », femme de ménage quoique diplômée de l’université et qui rêve de devenir psychologue à la RATP ! Elle connaît tout de cette ligne, « la ligne maudite […] Jenny-Hippocrate.jpgIl y a bien quatre stations qui portent le nom de saints : Saint-Denis, Saint-Ouen, Saint-Lazare et Saint-Francois-Xavier […] Mais il y a aussi la Fourche, un bident qui ressemble étrangement à l’arme du Diable. » Autre caractéristique de la ligne 13, les stations Duroc et Saint-Francois-Xavier. « On peut emprunter l’une comme l’autre. Pour l’une tu remontes une avenue, pour l’autre, tu la redescends. Au final, un point de rencontre sur le trottoir. Vous me suivez ? » Jenny Hippocrate n’en dit pas plus, mais elle pense, pour sûr, au ministère de l’Outre-mer, bien que ce soit hors sujet… De la quête d’une place assise aux pannes récurrentes des rames en passant par les incommodants effluves humains, les querelles de voyageurs, les quémandeurs, les contrôleurs ou les « accidents graves de voyageurs », la chronique de la ligne 13 de Jenny Hippocrate est un pamphlet, une véritable pétition, une lettre de réclamation à la direction de la RATP contre une ligne de métro où les usagers ne sont guère mieux traités que du bétail allant à l’abattoir. Quand on vous dit que Jenny Hippocrate est une militante !

FXG, à Paris

Aux éditions du Panthéon, 221 pages, 18,80 €

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 07:22

Taubira à la une de Minute, concert de réactions

Avec la une du journal Minute, consacrée à Christiane Taubira, les réactions pleuvent de toute part, à commencer par le Premier ministre qui a décidé, en application de l’article 40 du code de procédure pénale, de porter ces faits susceptibles de constituer « une infraction d’injure publique à caractère racial », à la connaissance du procureur de la République de Paris. Les associations antiracistes comme le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ont aussi décidé d’actionner la justice tout comme le Collectifdom qui devrait participer à une manifestation à Paris le 30 novembre prochain. L’ancien délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’Outre-mer et conseiller politique de l’UMP, Patrick Karam, appelle son parti à réagir à son tour. Et s’il en appelle aussi au ministre de l’Intérieur pour engager «  la dissolution du journal Minute » (quoiqu’un titre de presse ne soit pas une ligue que l’on pourrait dissoudre), il demande encore au ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, de hâter la creation du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer (CReFOM) « afin d’apporter des réponses systématiques par tous les moyens à ceux qui imaginent pouvoir salir en toute impunité ». La ministre de la Réussite éducative, George Pau-Langevin, sur les ondes de France-Inter, en a appelé, au-delà des actions judiciaires, à une réaction populaire.

Enfin, la déléguée interministérielle à l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, Sophie Elizéon, a déclaré : « La justice rendra sa décision après que le premier ministre l’a saisie, mais j’engage également les citoyens que nous sommes à ne plus tolérer ces dérives et réaffirmer ensemble que notre pays n’est pas celui-là. »

 

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:17

Les Rhums Neisson et Depaz évoqués à l’Assemblée nationale

« Montrez-nous que le gouvernement aime les rhums », a lancé le député GDR Bruno Nestor Azerot au ministre Lurel, hier à l’Assemblée nationale lors de la séance de questions au gouvernement. Le député maire de Sainte-Marie demandait au ministre des assurances quant à la production de cannes AOC qui alimentent la distillerie Neisson (Depaz est aussi concerné). Il a ainsi rappelé qu’un projet d’arrêté préfectoral pourrait priver la distillerie Neisson de 50 % de ses cannes à sucre en raison de la demande « de la filiale d’une multinationale de distribution d’eau potable » pour installer un périmètre de protection de la zone de captage, malgré de multiples avis défavorables lors de l’instruction de ce dossier. « Les rhums Neisson et Depaz n’ont pas à s’inquiéter, a promis Victorin Lurel, ni en raison de l’instruction de l’arrêté préfectoral, ni en raison d’une déficience d’amour des rhums du gouvernement. » Le ministre a toutefois porté un correctif aux dires du député en précisant que la demande venait « d’un syndicat d’élus de la côte ouest caraïbe ». Il a ensuite voulu se montrer rassurant en indiquant que la période d’instruction était prolongée jusqu'à la mi-decembre. « L’avenir n’est pas engagé, a-t-il conclu. L’arrêté qui sera pris tiendra compte de toutes les contraintes. »

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:15

Les rhums agricoles AOC raflent la mise à Madrid

Le concours 2013 des rhums de Madrid a fait la part belle aux rhums agricoles antillais. Il est vrai qu’ils étaient quasiment les seuls à concourir dans cette catégorie quand la plupart des rhums caribéens ou sud-américains sont des rhums industriels à base de mêlasse…

Le Clément Canne Bleue a eu la médaille « doble oro », le Neisson Vieux Esprit 70 (conçu pour les 70 ans de la distillerie) a décroché l’or. Le Neisson 55 et le Saint James Blanc partagent l’argent.

Le rhum blanc Héritiers Madkaud, mis en bouteille par Saint James, a recu le bronze. Quant au Dillon, il reçoit un simple « diploma ».

Dans les rhums vieux de moins de 5 ans, c’est encore Clément avec son VSOP qui reçoit le « doble oro ». Le VSOP de Dillon reçoit l’or, le vieux Héritiers Madkaud prend l’argent, le paille de Saint James et le Neisson vieux, le bronze. Et un « diplôme » pour l’ambré de Saint James.

Pour les rhums vieux de 6 à 10 ans, Clément triple la mise avec la « doble oro » pour sa cuvée Homère. Son Clément très vieux prend l’or. Le Depaz XO, le Neisson extra vieux, le Bally 2002, le Bally de 7 ans et le Damoiseau XO reçoivent l’argent.

Un palmarès qui devrait faire réfléchir le préfet et le syndicat des élus de la cote ouest caraïbe de la Martinique qui voudraient restreindre la sole canniére de Depaz et Neisson !

FXG, à Paris

http://www.congresodelron.com/wp-content/uploads/2012/01/ResultadosOficiales2013.pdf

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:09

Le Conseil d’Etat rejette le pourvoi de l’ex directeur du travail de la Martinique

Le Conseil d’Etat a déclaré, il y a dix jours, irrecevable le pourvoi en cassation intenté par l’ancien directeur du travail de la Martinique, Jacques Bertholle, contre l'arrêt du 27 décembre 2012 de la cour administrative d'appel de Bordeaux. Celle-ci avait rejeté sa demande tendant à la réparation par l'Etat « des conséquences dommageables de diverses fautes commises dans la gestion de sa carrière » et, d'autre part, à la condamnation de l'Etat à lui verser les frais de mission qui auraient dû lui être réglés au titre de sa mise à disposition du conseil régional de la Guyane à partir de 2002.

Fin 1998, la Martinique paralysée par la grève des ouvriers agricoles des bananeraies, ne parle que de « l'affaire Bertholle ». Depuis dix jours, Jacques Bertholle, le directeur régional du travail et de l'emploi, est « dispensé d'assumer ses fonctions » par le ministère de Travail. Le 7 janvier 1999, la ministre Martine Aubry prononce sa « mutation dans l'intérêt du service ». Jacques Bertholle, dès son arrivée en 1991, s’était distingué par son zèle de médiateur dans les conflits sociaux ; Les banques en 1995, la libération des vacanciers du club Med, en novembre 1998… Le patronat martiniquais avait failli obtenir sa tête en 1996, lorsque le secrétaire d'Etat (RPR) à l'Outre-mer, Jean-Jacques de Peretti, demandait à son confrère du Travail, Jacques Barrot, de ramener le fonctionnaire en métropole.

Bertholle était resté mais sa notation abaissée, ses primes réduites. Mais son management était contesté en interne et son service fut paralysé à son tour par une grève. C’est ainsi qu’il fut muté malgré un soutien des syndicalistes et des élus.

Selon les sages du Palais Royal, la cour administrative de Bordeaux n’a fait aucune erreur de droit. Le pourvoi de Jacques Bertholle a donc été jugé irrecevable.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 07:26

3500 fidèles à la messe antillo-guyanaise de ParisRiocreux-Laffont-et-Meranville.jpg

La traditionnelle messe annuelle des Antillo-Guyanais dans l’Hexagone s’est déroulée lundi après-midi à l’église Saint-Sulpice à Paris. Avec ses 3000 places assises, la jauge de cette église de la rive gauche est plus importante encore que celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Et la communauté antillo-guyanaise a bien répondu présent puisque l’on estimait à 3500 le nombre de fidèles rassemblés. « Bondyé ka hélé’w, ou pa ka tann’ ! » Organisé par l’aumônerie Antilles-Guyane de Paris, l’office a réuni les trois prélats des Antilles et de la Guyane, Mgr Laffont de Cayenne, Mgr Riocreux de Basse-Terre et l’archevêque de Fort-de-France, Mgr Méranville. C’est à ce dernier qu’est revenu de prononcer l’homélie. Avant le début de l’office, une délégation de jeunes antillais de Paris, accueillis en Guyane, en juillet dernier, avant de se rendre aux Journées mondiales de la jeunesse à Rio, sont venus témoigner de leur foi et de leur mission. A noter aussi la présence du père Antoine de la Fayolle et de Marie Lesure-Vandamme, respectivement producteur et animatrice de l’émission religieuse des chaînes 1ère, Dieu m’est témoin, diffusé le dimanche matin.

(Photos : FXG)chorale.jpgLa choraleles-gwokas.jpg

Les gwokasles-eveques-dans-la-nef.jpg

La procession des eveques dans la nefpremier-rang-serre.jpgLes fideles au premier rangAutel.jpg

Le transept depuis la nefMgr-Meranville.jpg

Monseigneur Meranville a l'encensoirfideles-au-premier-rang.jpg

Les fideles en costume traditionnelMgr-Laffont-et-les-jeunes-des-JMJ.jpg

Monseigneur Laffont et les jeunes des JMJAutel-2.jpgDebut d'officeMgrs-Laffont-et-Riocreux.jpgles eveques Laffont et Riocreuxpremier-rang.jpgLa nefSabine-Charin-Pere-Antoine-de-la-Fayolle-Fanny-Stolpner-Mar.jpg

Sabine charin, chargee de production, le pere Antoine de la Fayolle, producteur, Fanny Stolpner, journaliste, et Marie Lesure-Vandamme, animatrice de Dieu m'est temoin.

Saint-SulpiceSaint-Sulpice

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 07:57

50 rhums au comptoir de l’Eva ZionEva.jpg

Eva Riaux est une amoureuse des rhums. Cette jeune femme élevée en Bretagne a découvert l’atmosphère cosy des bars à rhums dans sa ville de Lannion. Elle débute son éducation avec les rhums arranges puis elle va passer à la vitesse supérieure quand, étudiante à Paris, elle trouve un emploi de serveuse chez Pierrot, la rhumerie martiniquaise de la rue de Lappe au quartier Bastille à Paris. C’est là qu’elle prend l’idée du grand bol de planteur, toujours plein, sur le comptoir, et qu’elle apprend à différencier les tafias, les rhums industriels de mêlasse et les fameux rhums agricoles. Avec sa sœur et son beau-frère, médecins tous les deux à Fort-de-France, elle a complete sa formation par des travaux pratiques in situ.

Depuis le mois de mars dernier, elle a racheté un petit bar au coin des rues Saint-Maur et Jean et Marie Moinon dans le 10e arrondissement de Paris, qu’elle baptise Eva Zion. Cet établissement aux ambiances musicales reggae s’ajoute à la liste des lieux nocturne qui offrent un vrai choix de rhums puisqu’elle en compte une cinquantaine a sa carte.

Si les grands rhums de Guadeloupe (Damoiseau, Bologne, Séverin, Père Labat), de Martinique (Clément, Trois-Rivières, HSE, JM, Neisson, Bailly) sont tres bien représentes, la carte propose des rhums jamaïcains (Black Jamaïca, Captain Morgan, Coruba), haïtien (Barbancourt), panaméen (Abuelo), vénézuélien (Diplomatico), colombien (Dictador), philippin (Don papa), malgache (Dzama), dominicain (Opthimus), sainte-lucien (Admiral Rodney), barbadiens (Cockspur, Mount Gay), guatémaltèque (Botran), péruvien (Ron Cartavio), colombien (Ron Medellin), cubains (Havana Club, Matusalem), des Guyanes (La Cayennaise, Pyrat, Royal XM, Eldorado) et même, personne n’est parfait, portoricain (Bacardi).

Enfin, pour ceux qui ne boivent pas d’alcool, le bar dispose d’un grand nombre de jus de fruits tropicaux. Il faut compter pour un verre de 3,50 à 9 €.

FXG, à Paris

A consommer avec moderation

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 07:15

Sa ki pa taw pa tawenfin à ParisSakitaw_pataw-affiche.jpg

Albertine décide d'imposer son amant Roger, à la maison pour un ménage à 3 qu'adviendra- t'il de cette idée ? Ce trio attachant nous entraîne dans les méandres et les maux de la société Antillaise.  Cette comédie est la photographie instantanée d'un syndrome National : la difficulté croissante qu'ont les hommes et les femmes à se comprendre et à s'entendre au sein du couple.

Avec  Christine Nérée, Enor Prosper et Patrice Kancel, dans une mise en scene de Patrice Kancel, l'inventeur de Radio Brann Brann.

Au theatre Traversiere, les 12, 13 et 14 decembre

Fou Rire Garantiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 06:44

Affiche-saint-george.jpg« Il était le Mozart noir » au Théâtre Silvia-Monfort

Après le triomphe de l’opéra « Le nègre des lumières », Alain Guédé propose un nouveau divertimento artistique en hommage au célèbre compositeur le chevalier de Saint-George. Michael Lonsdale, dans le rôle du maître d'armes, mentor et directeur de conscience de Saint-George, La Boëssière, raconte la vie du chevalier Joseph Boulogne de Saint-George. Ce violoniste prodigieux, fils d'une esclave antillaise et concertiste de talent, fut le premier compositeur, colonel et franc-maçon noir de France.

Romuald-Grimbert-Barre.jpgLe spectacle évoque sa fabuleuse destinée en huit tableaux et repose sur un diptyque original : la musique de Saint-George, servie par de grands interprètes musiciens et chanteurs d'opéra et la sublime narration de Michael Lonsdale. Les textes de « Il était le Mozart noir » ont été écrits par Alain Guédé, la mise en scène est de Diana Iliescu sous la direction musicale du chef d’orchestre à l’opéra de Paris, Philippe Hui. La musique est, bien entendu, signée Saint-George. Joel-OCangha.jpgloic-Felix.jpgPour la servir, au violon solo, Romuald Grimbert-Barré. Ce musicien prodige, premier prix de conservatoire, nommé aux dernières Victoires de la musique et lauréat du prix Révélation classique de l’ADAMI en 2011, n’est autre que le petit-fils du Guadeloupéen Jonathan Grimbert-Barré, compositeur de biguines.

Marie-Claude-Bottius-1.jpgA ses côtés, cinq chanteurs et chanteuses d’opéra dont le Guyanais Loïc Félix qui a créé l’opéra « Le nègre des lumières » au festival d’Avignon, le Martiniquais Joël O’Cangha et sa compatriote, la soprano Marie-Claude Bottius. Le spectacle dont on attend prochainement d’autres dates de représentation est une creation de l’équipe de l’association L’orchestre de M. de Saint-George, qui se bat depuis des annees pour diffuser et faire connaître l’œuvre du grand compositeur guadeloupéen.

La première aura lieu le samedi 23 novembre à 20h30 au Théâtre Silvia-Monfort, 12 rue Pasteur à Saint-Brice-sous-Forêt (95).

FXG, à Paris

Renseignements au 01 39 33 01 81

www.topfsilviamonfort.fr

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 06:50

Le CRAN veut des mesures concrètes contre les dérives racistes

­Apres les réactions aux attaques racistes dont a fait l’objet Christiane Taubira, garde des Sceaux, le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) qui a déposé une plainte, indique avoir demandé un rendez-vous au président de la République. Le Martiniquais Louis-Georges Tin, président du CRAN, entend lui dire en substance : « Contre le racisme, les paroles c'est bien, les actes c'est mieux. Car ce qu'on attend d'un homme politique, ce sont des décisions politiques. » Le  CRAN souhaite donc lui soumettre cinq propositions. La première est la mise en place d’un ministère de la lutte contre le racisme, « comme il existe des ministères ou secrétariats d'Etat chargés du sexisme, du handicap, de la jeunesse, de la vieillesse, etc. » Une deuxième vise à mettre en place les actions de groupe en matière de discriminations, « ce qui permettrait aux personnes discriminées de porter plainte ensemble ». Le CRAN revient aussi sur la revendication d’instituer des attestations de contrôle pour limiter le délit de faciès. Le gouvernement semble pourtant y avoir renoncé. Il demande encore d’intégrer au bilan social des entreprises un bilan diversité, « comme il existe un bilan concernant l'égalité entre hommes et femmes ».

Enfin, il réclame un musée de l'esclavage et de la colonisation. « Il y en a 150 aux Etats-Unis, mais aucun dans notre pays qui compte pourtant 12 000 musées », affirme le CRAN qui oublie cependant l’existence de lieux tels que le Mémorial de l’esclavage et de la traite à Nantes, le musée d’Aquitaine à Bordeaux et encore les sites de la Route des abolitions dans l’Est de l’Hexagone.

FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents