Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 06:57

Echos

L’agence de diffusion et de promotion des cultures d’Outre-mer

Greg Germain, président de l’agence de diffusion et de promotion des cultures d’Outre-mer a indiqué que le directeur de l’agence serait installé le 1er mars. Il s’agit d’un « professionnel, technicien, fin connaisseur des réseaux culturels parisiens et hexagonaux », selon son président. Les locaux sont déjà trouvés.

Victorin Lurel préfère « le » à « la » chlordécone

S’exprimant sur la filière banane, le ministre des Outre-mer a indiqué qu’il préférait dire le chlordécone que désormais tout le monde met au féminin. « Moi je dis le chlordécone ! », a-t-il asséné.

Un nouveau directeur à l’antenne parisienne de la Région Guadeloupe

Gilles Raynaud va prendre la direction de l’antenne parisienne de la Région Guadeloupe dont les locaux sont boulevard Saint-Germain. Venu de l’Education nationale, il prendra son poste le 1er février.

Un inspecteur général chargé d’adapter la défiscalisation

Victorin Lurel a annoncé mardi soir que tous les dossiers de défiscalisation pouvaient être déposés. « Ils seront financés dans les conditions antérieures, même pour le secteur productif. » Il a encore indiqué qu’un inspecteur général avait été missionné et qu’il avait un mois pour proposer la mesure la mieux adaptée afin d’assurer le financement des économies ultramarines « comme si le Conseil constitutionnel n’avait pas censuré la loi de finances », pour reprendre les termes du Premier ministre.

FXG, à Paris

 

 

Partager cet article

Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 06:00

La station Aimé-Césaire prévue en 2017 déjà sur les murs du métro

station-Aime-Cesaire.jpg« Aimé-Césaire » est une future station de la ligne 12 du métro de Paris dont le prolongement est en cours au nord de la capitale. Elle sera située à Aubervilliers, à proximité du canal Saint-Denis, avec une ouverture prévue pour 2017. Elle desservira un ancien quartier industriel en pleine mutation ainsi que des zones densément peuplées mais très éloignées de moyens de transports lourds.

Des élus ont souhaité après la mort du poète martiniquais donner son nom à une station de métro. Jean-Christophe Lagarde, maire de Drancy, a alors proposé qu'il soit donné à la station un moment nommée « Proudhon - Gardinoux »,mais la RATP exigeant que le nom de la station soit en rapport avec le quartier, le Syndicat des transports d’ile de France, par son communiqué de presse du 9 février 2011, avait annoncé que la station « Proudhon - Gardinoux » porterait le nom de « Front Populaire ». C'est en revanche la station provisoirement nommée « Pont de Stains » qui prendra le nom « Aimé-Césaire »  en référence au square Aimé-Césaire inauguré le 6 juillet 2008 à proximité. Elle est d’ores et déjà annoncée sur certains murs de la ligne 12.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:48

Bataille juridique autour du nom « La nuit de l’océan Indien »

nuit-ocean-indien-affiche.jpgLe tribunal de grande instance de Paris a débouté, le 23 janvier dernier, le Mauricien Mike Gowry de ses demandes à l’encontre des organisateurs de la soirée du 3 novembre dernier au Zénith de Paris, intitulée « La nuit de l’océan Indien » (avec Kaf malba, Cassiya, Lindigo, Ramanisum...).

Mike Gowry a déposé cette appellation à l’institut national de la propriété intellectuelle le 11 avril 2012 en prévision d’une soirée prétendument programmée pour avril 2013. Peu de temps après ce dépôt, il découvre l’affiche de la soirée du Zénith. Le spectacle est coproduit par le Réunionnais Albert Danest, entrepreneur de spectacle et président de l’association V2 pro qui veut ainsi lancer son « Maloya on tour », et la société Harissa music. Des partenaires comme Coqlakour et I love Mauritius complètent cette organisation. Aussitôt Mike Gowry saisit la justice, estimant que « la dénomination de cet événement porte atteinte à ses droits ». Il réclame à Harissa music, CVW « Coqlakour » et à Albert Danest pour V2 pro 14 000 € et une série d’astreintes de 150 à 500 € par jour de retard pour faire cesser tout emploi du nom en litige que ce soit sur Internet, les affiches, etc… L’audience a eu lieu le 20 décembre dernier. Mike Gowry soutient que « l’utilisation de la dénomination « La nuit de l’océan Indien », identique à sa marque, pour désigner un événement musical, constitue une contrefaçon (…) que cet usage non autorisé est de nature à créer une confusion avec sa marque, voire de créer une banalisation de celle-ci et qu’il lui a causé un important préjudice compte tenu de l’ampleur de la communication sur l’événement litigieux… » Me Riadh Gafsi, défenseur des organisateurs de la soirée du 3 novembre, assure que la société Harissa music n’est intervenue que comme prestataire logistique ainsi que le prouve le contrat signé avec V2 pro en février 2012. Comme le conseil de Mike Gowry ne produit aucune demande à l’encontre du principal organisateur, V2 pro, et qu’il n’établit pas de lien existant entre Coqlakour.com et la société CVW, ces deux entités sont mises hors de cause. Par ailleurs, Me Gafsi soutient que la preuve de l’usage de la marque « La nuit de l’océan Indien » n’est pas rapportée par M. Gowry. Enfin, il insiste sur « le caractère particulièrement générique de la marque déposée dont l’usage est répandu sur internet ». Le juge a suivi la défense et a débouté Mike Gowry, le condamnant à verser 1200 € de frais de justice à Harissa music. Ce jugement ne signifie pas que l’appellation « La nuit de l’océan Indien » est libre de droit, mais il revient à Mike Gowry de faire la preuve de son usage.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:26

Thomas Degos nommé à la tête de l'administration de l'Outre-mer

Après la nomination de la préfète guadeloupéenne, Marcelle Pierrot, en Guadeloupe la semaine dernière, le conseil des ministres du 30 janvier a nommé Vincent Bouvier, préfet détaché en qualité de directeur, délégué général à l’outre-mer au ministère des Outre-mer, est nommé préfet du Haut-Rhin. Il est remplacé par Thomas Degos, préfet de Mayotte, passé par la préfecture de Guadeloupe comme directeur de cabinet il y a dix ans, est nommé directeur, délégué général à l’Outre-mer rue Oudinot.

Jacques Witkowski, administrateur civil hors classe, détaché en qualité de sous-préfet hors classe, secrétaire général de la préfecture du Pas-de-Calais, est nommé préfet de Mayotte. Rien au sujet du Réunionnais Gilbert Payet, nommé préfet en 2003 et directeur des stages à l'École nationale d'administration depuis 2009.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:17

Prix Henri-Langlois et présidence du jury du FESPACO pour Euzhan Palcy

Euzhan-Palcy-Francois-Cluzet-copyright-F-Vila.jpgEuzhan PALCY a reçu, lundi soir, le Prix d'Honneur Henri-Langlois  World Cinéma des mains de François Cluzet. La co-star d'Intouchables, César 2007 du meilleur acteur et 9 fois nominé, a pour film préféré Rue Cases Nègres. La soirée a consacré d'autres monstres du cinéma à commencer par Omar Sharif, Edouard Molinaro, Jean-Claude Petit… En présence de Carole Bouquet, d’autres stars ont été récompensées : Agnès Jaoui et Catherine Frot, L’actrice Aissa Maïga a réceptionné un prix décerné à Youssou N’Dour.

L'hommage à Euzhan Palcy, devait se poursuivre avec la projection parisienne, mercredi soir, du film Siméon, en présence de la réalisatrice et de plusieurs acteurs du film : Pascal Légitimus, Jean Michel Martial, Carina Barone et de la délégation officielle des Prix Henri-Langlois 2013. Stomy Bugsy et Passi devaient être aussi de la partie. Euzhan Palcy, première cinéaste noire et française produite par une major de Hollywood, la MGM, et seule femme à avoir dirigé le légendaire Marlon Brando, sera la première femme présidente du jury long métrage du FESPACO (du 23 févrierau 2 mars à Ouagadougou), le plus grand événement culturel d'Afrique. La cinéaste martiniquaise présidera à l'attribution de l'Etalon d'Or de Yennenga pour lequel 20 films sont en compétition.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:14

Un polar de Confiant publié chez Gallimard

polar-Confiant.jpgRaymond Vauban dit Jack Teddyson, détective, est chargé d’une enquête pour une veuve dont le mari, Sésostris Ferdinand, a été retrouvé mort émasculé dans le lit d’une putain. La veuve, Irmine est le sosie de Tina Turner, ce qui excite le privé… La pute, Isabella Ricon, est Dominicaine et bien sûr, soupçonnée… L’enquête de police est close. Plaies et bosses attendent Jack Teddyson…

Lauréat du prix insulaire en 2011 après avoir été publié par Caraïbédition, ce polar de Raphaël confiant vient de faire l’objet d’une nouvelle édition dans la collection poche Folio Policier de Gallimard. « Ce choix de publication est une véritable reconnaissance pour le travail de Raphaël Confiant », se félicite l’éditeur antillais Florent Charbonnier qui s’apprête à publier en mars prochain le troisième polar de Confiant « Bal masqué à Békéland ».

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:12

Noirs de France primé

NOIRSDEFRANCE illustrationLa série en trois volets de films documentaires Noirs de France de Pascal Blanchard et Juan Gélas  vient de recevoir le Prix du meilleur documentaire de télévision 2012, décerné par le syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision.

Cette série documentaire retrace la construction de l'identité noire française et donne la parole aux acteurs et héritiers de cette histoire. Celle-ci, pourtant ancienne, devient visible à partir de l'exposition universelle de 1889. Le récit traverse deux conflits mondiaux, la colonisation, les indépendances et les migrations venues des Antilles, d'Afrique, de l'océan Indien ou encore de Nouvelle-Calédonie, et évoque l'influence afro-américaine depuis l'entre-deux-guerres.

Le Prix du syndicat français de la critique a récompensé depuis 2005 de nombreux films prestigieux comme Chirac, Jeune loup et Chirac, Vieux lion de Patrick Rotman en 2006, Elle s’appelle Sabine de Sandrine Bonnaire en 2009, L’Enfer de Matignon de Philippe Kohly en 2010, ou Françafrique de Patrick Benquet en 2011.

Noirs de France a été diffusé sur France 5, La Chaîne Parlementaire et TV5 en 2012 en version française – et désormais anglaise depuis janvier 2013 – il sera présent dans de nombreux festivals cette année et sera diffusé de nouveau en France et à l’étranger dans les prochains mois.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:39

France Ô et Outre-mer 1ère changent de tête

Michel-Kops-au-FIFO-en-2010.jpgMichel Kops (photo, à Papeete en janvier 2010) dirige désormais le réseau des Outre-mer 1ères ; Claude Esclatine laisse la direction de France Ô à Bruno Patino qui dirige les programmes et les antennes de toutes les chaînes du groupe.

Avec la réforme de la gouvernance de France Télévisions annoncée lundi par Remy Pfimlin, France Ô n’a plus de directeur général (comme les autres chaînes du groupe public).

Bruno Patino, jusqu’alors directeur général délégué au développement numérique et à la stratégie et directeur de France 5, devient directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques. « Les directions des chaînes nationales sont supprimées, indique un communiqué de presse de France TV. Les directeurs de programme et d’antenne de chacune des chaînes nationales dont Gilles Camouilly pour France Ô, sont désormais directement rattachés à Bruno Patino. Quant à Claude Esclatine, il devient directeur général adjoint en charge du projet de modernisation de l’entreprise au sein d’un conseil de présidence. Il perd la direction d’outre-mer 1ère qui passe, sous l’appellation du « réseau des Outremer 1ères » (à l’instar de François Guilbeau nommé directeur du réseau F3) sous la direction de Michel Kops (ancien directeur de France Télé Numérique et ancien directeur de Polynésie 1ère dont le 1er fait d’armes à la télévision fut d’annoncer le décès du président Pompidou en avril 1974).

Ainsi, Claude Esclatine ne sera resté qu’un peu plus de deux ans à la tête d’Outre-mer 1ère/France Ô. Alors que le ministre des Outre-mer avait déjà lancé une charge contre lui lors d’une audition au Sénat le 12 juillet dernier (« J’ai demandé à M. Escarlatine (sic) de nous expliquer sa logique éditoriale. Ce n’est plus tout à fait le cahier de mission. France Ô fait passer sur son antenne le monde émergent, l’hémisphère sud et il faut attendre 5 ou 6 heures du matin pour regarder les informations de sa région. ») Victorin Lurel avait récidivé, le 14 janvier dernier, en annonçant son intention de « rendre à France Ô sa vocation ultramarine » devant d’anciens dirigeants de RFO. Claude Esclatine avait alors indiqué à France-Antilles et au JIR qu’il avait été nommé à son poste par Rémy Pfimlin et que c’est ce dernier, seul, qui pourrait mettre un terme à son mandat.

Anticipant sur les décisions éventuelles du CSA renouvelé et désormais dirigé par l’ancien collaborateur de Lionel Jospin à Matignon, Olivier Schrameck, le président de France Télévisions explique sa réforme de la gouvernance pour « s’appuyer sur un conseil de présidence composé de quatre membres aux attributions distinctes, ayant autorité sur l’ensemble de l’entreprise dans leurs domaines de compétences respectifs. » Ces quatre directeur généraux délégués sont Martin Adjari (secrétaire général, ressources), Patrice Papet (organisation, ressources humaines et projet d’entreprise), Bruno Patino (programmes, antennes et développements numériques) et Thierry Thuillier (information). Le nouvel organigramme sera opérationnel à compter du 25 février prochain. Le mandat de Rémy Pfimlin court jusqu’à août 2015.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:30

Lucie Ignace, « sportif d’Outre-mer » de l’année

Lucie-Ignace.jpgUne Réunionnaise de 20 ans, championne du monde de karaté, Lucie Ignace a été élue mardi, « sportif d’Outre-mer de l’année 2012 ». Les auditeurs et internautes du réseau Outre-mer 1ère l’ont portée en tête des suffrages avec 26 % des voix. Elle devance d’autres grands noms dont le favori, le judoka Teddy Riner, qui n’a obtenu que 16% des votes, et les handballeurs de l’équipe de France (Dinart, Narcisse, Sorhaindo), 14%.

19 sportifs d'outre-mer étaient en lice pour cette première édition initiée par les Radios du réseau Outre-mer 1ere. 
Une bonne mobilisation sur les réseaux sociaux a permis à la Réunionnaise de se démarquer pendant les opérations de vote qui se sont l'occasion via internet et les réseaux sociaux du 17 décembre au 22 janvier.

Lucie Ignace,  qui a fait le déplacement depuis l'ïle de La Réunion où elle vit,  s'est déclarée « fière et émue » de remporter ce titre face à une telle concurrence. 
Le trophée, une oeuvre du peintre martiniquais, feu Henri Guédon, a été remis à Lucie Ignace par la marraine de la manifestation, Laura Flessel, double championne olympique d'escrime, et le parrain de la manifestation, Christian Karembeu, champion du monde de football en compagnie de Louis-Gérard Salcede, adjoint au directeur des Radios 1ere et de Mahm El Mamoune chef du service des sports de France Ô. 
Plusieurs sportifs ultramarins de haut niveau étaient présents, au siège d'Outre-mer 1ere et de France Ô à Malakoff, parmi lesquels les championnes d'Europe de football Wendy Renard, Elodie Thomis, et Laura Georges, le vice-champion paralympique Marc-André Cratère et la vice-championne olympique de Taekwondo Anne-Caroline Graffe. 
Dans l'assistance on notait la présence, entre autres, de Gilles Cherdieu, ancien champion du monde de Karaté, d'Eddy Couriol ancien joueur de l'équipe de France de Handball, ou encore de Camille Galap ancien président de l'Université du Havre et ancien champion de France de Karaté et de José Pierre-Fanfant ancien joueur du PSG.

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 06:50

La Région Guyane fait du lobbying à Paris

Rodolphe-Alexandre-chez-Batho.jpgA l’issue de la première journée de leur mission de « trois jours de lobbying et de discussions », lundi à Paris, le président de la Région Guyane Rodolphe Alexandre, Hélène Sirder, Carol Ostorero, et François Mengin Lecreulx sont sortis satisfaits du bureau de Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. La rencontre a duré une heure, hier en fin d’après-midi. « Nous avons d’abord appris qu’il y a un projet de loi sur la ratification du protocole de Nagoya, s’est réjouit Rodolphe Alexandre. Ce sera une avancée considérable pour nous en Guyane par rapport aux APA*. » La ministre a eu « une bonne écoute » sur les 100 000 hectares de foncier que la Région demande à l’Etat de lui rétrocéder : « C’est, explique Hélène Sirder, pour structurer la filière biomasse, pour contrôler le déboisement, pour installer les agriculteurs et pour participer à la lutte contre les émissions de gaz à effets de serre. Nous avons mis en place un observatoire du carbone, c’est donc un projet vraiment global que nous lui avons présenté, il n’y a pas de raisons que cela ne marche pas. »

Sur le dossier minier, il n’a pas été question de Rexma ; Delphine Batho a, en revanche, annoncé qu’elle allait saisir très rapidement ses services pour faire adopter les décrets d’application de la loi d’orientation pour l’Outre-mer. « Ca fait dix ans, a indiqué le président Alexandre, que l’on nous reconnaît la délivrance des permis off shore mais les décrets n’ont jamais été pris et, en l’occurrence, il y a un imbroglio juridique avec la responsabilité sur la délivrance de ces permis en cas de problème ou de pollution… »,. Rodolphe Alexandre a, récemment, conduit avec Carol Osterero, un séminaire sur le développement durable de l’activité minière par rapport à sa compatibilité au schéma d’aménagement régional, et la reconnaissance du schéma de développement et d’orientation minières comme document juridique et administratif… « Mme la ministre a été attentive à la question des permis, a déclaré Mme Ostereo, en voyant en effet, que déjà  la partie off shore doit être régularisée par décret et maintenant, la refonte du code minier nous permet d’introduire la compétence sur le on shore. C’était un des points importants de cette rencontre. Il y a à peu près 80 amendements qui permettent d’adapter le code minier national aux réalités de la Guyane. »

Rodolphe-Alexandre-chez-Batho-2.jpgC’est la collectivité qui aurait donc la responsabilité de délivrer tous les permis d’exploration même si l’instruction continue d’être réalisée par les services déconcentrés de l’Etat. « Si le décret d’application sort, conclut le président, ça veut dire que la Guyane aura une vision particulière sur la délivrance des permis à la fois on et off shore, que les retombées fiscales et économiques seront plus fortes pour la Guyane. »

Mardi, la délégation guyanaise, enrichie de Jocelin Ho Tin Noe, rencontrait les conseillers Outre-mer de Matignon, puis Thierry Tuot, conseiller d’Etat, coordinateur interministériel sur la refonte du code minier. Aujourd'hui, il rencontrent le directeur de la banque publique d’investissement avec le président de lq CCIG Jean-Paul Le Pelletier et le sénateur Georges Patient, puis ce sera le tour de Victorin Lurel, ministre des Outre-mer.

FXG, à Paris

* Accès aux ressources génétiques et partage des avantages (APA)

Partager cet article

Repost0

Articles Récents