Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 06:02

Valls supprime les agréments de Bercy pour le logement social

La réponse de Manuel Valls, à Victorin Lurel, hier l'Assemblée nationale lors de la séance de questions au gouvernement, annonçant la fin de l'agrément préalable pour le crédit d'impôt dans le logement social est un aboutissement pour la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin. "C'est la fin d'un combat qui dure depuis plus d'un an", a-t-elle déclaré. En décembre dernier, un certain nombre de dossiers avaient été débloqués, mais aussitôt d'autres arrivaient et prenaient leur place dans la pile. Le 12 mai, après une réunion avec les représentants du BTP Outre-mer, la ministre annonçait qu'un certain nombre de dossiers seraient rapidement débloqués. Le 16 suivant, GPL obtenait de son collègue du Budget le déblocage de 200 dossiers. Christian Eckert avait accepté à condition que pas un mot ne fuite dans la presse. Hélas pour elle, le lendemain, répondant à une question d'Ary Chalus, Eckert déballait tout et partageait les lauriers avec Chalus au grand dam de la ministre ! Néanmoins, il restait encore 13 dossiers bloqués... "Il existe un esprit de tracasserie dans les services, explique GPL. Par exemple, la DEAL vérifie tout localement avant d'attribuer une subvention sur la ligne budgétaire unique. Et ensuite, Bercy revérifie tout !"

Lors de l'examen de la loi Sapin 2, courant juin, le gouvernement présentera donc un amendement visant à mettre fin à ces agréments préalables. Cette mesure devrait soulager les entrepreneurs du BTP qui souffrent d'une morosité en partie due à ces dossiers en rade. Il y a actuellement quelque 900 dossiers à l'instruction pour du logement social outre-mer.

FXG, à Paris

La dépêche AFP

Paris, 31 mai 2016 (AFP) - Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé mardi à l'Assemblée nationale la suppression de l'agrément fiscal préalable aux opérations de construction de logements sociaux en Outre-mer "dès cet été", une mesure destinée à répondre aux difficultés administratives dont se plaint le secteur du bâtiment outre-mer.

Il répondait au député de Guadeloupe (PS) Victorin Lurel, qui a déploré le "mur" auquel se heurtent les opérateurs et entreprises d'outre-mer, "celui des tracasseries administratives, empêchant d'avaliser en temps et en heure le financement des programmes de constructions de logements sociaux outre-mer".

"Oui les délais d'instruction sont encore trop longs et pénalisent sérieusement l'activité économique dans les Outre-mer", a reconnu Manuel Valls. "Il faut aller plus loin dans la simplification en faveur de l'investissement dans le logement outremer, où les besoins sont criants", a-t-il ajouté.

"Nous avons décidé de mettre en oeuvre une réforme majeure en suppriment l'agrément fiscal préalable pour les opérations de logement social des bailleurs sociaux. Et nous souhaitons que cette réforme soit mise en place le plus rapidement possible, dès cet été".

Cette mesure fera l'objet d'un amendement au sein du projet de loi Sapin 2, qui "sera déposé la semaine prochaine", selon le Premier ministre. Elle permettra "de débloquer de nombreux dossiers et de contribuer au succès du Plan logement lancé par la ministre des Outre-mer", a-t-il insisté.

L'amendement sera porté par M. Lurel, avec l'appuie d'autres députés ultramarins.

La ministre des Outre-mer George Pau-Langevin avait reçu fin avril les professionnels du BTP de Guyane, Guadeloupe, Martinique et Réunion, inquiets de la situation économique "catastrophique" de leur secteur. Ils se plaignaient notamment d'une "commande publique défaillante", de "délais de paiement inacceptables" et de "blocages administratifs des dossiers de défiscalisation".

Le 11 mai, elle avait obtenu auprès de Bercy le déblocage de certains programmes de logements sociaux en outre-mer, dont les dossiers d'aides fiscales à l'investissement étaient à l'arrêt depuis plusieurs mois, pour un total de 200 logements.

Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert avait reconnu que "les dispositifs de financement en vigueur" induisaient "trop souvent une complexité en imposant d'articuler des procédures différentes", mais il avait expliqué que ces agréments "sécurisaient le droit à l'aide fiscale pour les opérateurs".

caz/sl/phc

Repost 0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 06:13
Marc Abadie de la CDC, Gérard Françoise de la CINOR, Fabrice Richy de l'AFD, Gabrielle Louis Carabon, présidente de la communauté d'agglomération du Nord Grande Terre et Pierre Alain Roche du Conseil général de l'environnement à l'auditorium de l'hôtel de Villle le 30 mai 2016

Marc Abadie de la CDC, Gérard Françoise de la CINOR, Fabrice Richy de l'AFD, Gabrielle Louis Carabon, présidente de la communauté d'agglomération du Nord Grande Terre et Pierre Alain Roche du Conseil général de l'environnement à l'auditorium de l'hôtel de Villle le 30 mai 2016

L'eau de Guadeloupe au congrès des maires d'Outre-mer

La journée des maires d'Outre-mer du 99e congrès des maires de France s'est tenue lundi à l'hôtel de Ville de Paris. Finie la grande salle des fêtes emplie de 800 à 1000 élus venus des trois océans. Cette fois, la salle de l'auditorium suffisait à accueillir les congressistes ultramarins. Cette journée dédiée aux Outre-mer avait failli être supprimée l'an dernier et, finalement en raison des attentats du 13 novembre, c'est le congrès des maires tout entier qui avait été ajourné et remis à ce 30 mai. C'est par la volonté de la ministre des Outre-mer que ce traditionnel rendez-vous a été maintenu. Au programme, la prévention de la délinquance, l'égalité réelle et le développement local. Si Jacques Bangou, maire de Pointe-à-Pitre aurait souhaité que l'on parle de politique de transport ou d'équipements culturels, cette dernière table ronde s'est très vite résumée à la question de la gestion de l'eau en Guadeloupe. A la tribune, la députée maire Gabrielle Louis-Carabin, présidente de la communauté d'agglomérations du nord Grande Terre, est revenue sur le réseau qui laisse fuiter 50 % de la ressource et sur sa gouvernance. Son intercommunalité s'est substituée à trois syndicats dont le SIAEAG et à un délégataire, la Sogea (Véolia). Il y a donc trois prix pour l'eau dans cette seule intercommunalité : 3,40 € le m3 à Petit-Canal, Port-Louis et Anse-Bertrand, 2,40 € à Morne-à-l'Eau et les parties rurales du Moule, et enfin, 1,65 € dans le bourg du Moule. A titre de comparaison, le prix du mètre cube dans l'agglomération pointoise est à 1,28 € selon Maguy Céligny, vice-présidente de Cap Excellence.

"C'est le statu quo et nous n'avons aucune perspective, a déclaré Mme Carabin sous l'oeil attentif de Josette Borel-Lincertin, la présidente du Département qui dirige l'office de l'eau. Mme Carabin plaide pour "un syndicat unique de l'eau". Un syndicat qui aurait toutes les compétences en matière d'eau potable et d'assainissement, pour réparer les réseaux, gérer la ressource et les eaux usées. "Il faut donc revoir le schéma directeur pour préparer les investissements !" Puis, sans nommer personne, Mme Carabin s'est faite plus incisive : "La gestion de l'eau passe par une politique ambitieuse, détournée de tout intérêt particulier !" Une seule structure donc, mais elle ajoute aussitôt, "peut-être deux", pour sortir, si l'on peut dire, la tête de l'eau ! Gérard Françoise, vice-président de la communauté d'agglomérations du nord de la Réunion (CINOR) est venu apporter son expertise pour faire la démonstration de l'efficacité d'une bonne gouvernance. Fabrice Richy de l'AFD et Marc Abadie de la Caisse des dépôts sont venus rappeler ce qu'il existait en termes de fonds publics, mais également en terme de prêts à taux zéro. Il y a donc des moyens. Ce qui manque visiblement c'est une volonté unanime... Mais ça, chacun le sait !

FXG, à Paris

Les salariés de la Sogéa

La crise de l'eau, fin 2014, a abouti à la rupture du contrat avec Sogéa/Véolia et la reprise de ses salariés. Fin 2016, 69 agents de la Sogéa vont passer au public (ils sont entrés en grève lundi). Mme Carabin a plaidé pour la création d'une structure dédiée à ces agents qui ont des avantages supérieurs à ceux des cadres de la fonction publique territoriale de catégorie A.

Repost 0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 05:11
Congrès des maires - égalité réelle

L'égalité réelle au congrès de maires d'Outre-mer

La journée des maires d'Outre-mer du 99e congrès des maires de France s'est tenue lundi à l'hôtel de Ville de Paris. Finie la grande salle des fêtes emplie de 800 à 1000 élus venus des trois océans. Cette fois, la salle de l'auditorium suffisait à accueillir les congressistes ultramarins. Cette journée dédiée aux Outre-mer avait failli être supprimée l'an dernier et, finalement en raison des attentats du 13 novembre, c'est le congrès des maires tout entier qui avait été ajourné et remis à ce 30 mai. C'est par la volonté de la ministre des Outre-mer que ce traditionnel rendez-vous a été maintenu. Au programme, la prévention de la la délinquance (centré sur la Guyane), le développement local (centré sur le problème de l'eau en Guadeloupe) et l'égalité réelle. L'intervention de Maurice Bonte, président de l'association des maires de Martinique a été très écoutée. Le maire de l'Ajoupa-Bouillon a évoqué la future loi cadre pour l'égalité réelle outre-mer en parlant d'une "bonne démarche" et ajoutant : "Une loi pour le rattrapage s'impose !" Maurice Bonte s'est dit en accord avec les grandes orientations du rapport Lurel avec les zones franches globales, la baisse des charges sociales, la hausse de la commande publique auprès des PME locales, ses propositions pour le système éducatif, la TVA locale et la régionalisation du SMIC. C'est sur la question de la sur-rémunération des fonctionnaires qu'il a tiqué : "Il faudra en parler quand nous aurons une étude d'impact." Il a parlé de ce sujet comme d'une "extrêmité hors actualité" et plaidé pour "ne pas rallumer le feu éteint en 2009".

FXG, à Paris

Repost 0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 05:42

L'IEDOM sera une filiale de la Banque de France en 2017

Hervé Gonsard, directeur général de l'IEDOM depuis octobre 2015 est revenu sur la filialisation de l'IEDOM par la Banque de France. Ce projet de filialisation qui est l'objet de l'article 52 de la loi Sapin II qui doit être voté avant la trève estivale a suscité de nombreuses inquiétudes chez les syndicats. Selon M. Gonsard, "ce n'est pas une révolution ! Nous sommes déjà dans les mains de la Banque de France au point de vue des finances et de la gouvernance. On ne fait que pousser à terme cette intégration au sein du groupe Banque de France et de l'eurosystème." L'IEDOM continuerait ainsi d'assurer les missions de la Banque de France dans les DOM tout en restant indépendant de l'Etat. Ces missions sont l'émission de monnaie, la cotation des entreprises et le fichier du surrendettement. Pourquoi une filialisation et non une intégration, demandaient les syndicats récemment ? "Parce qu'il faut prendre en compte la réalité économique et sociale des DOM, répond M. Gonsard. L'IEDOM adapte ses services et son fonctionnement à l'Outre-mer." Le directeur général assure que "les agents conserveront leur statut et leurs droits." Les salaires versés à l'IEDOM sont 30 % supérieurs à ceux versés par la Banque de France. M. Gonsard explique qu'en cas d'intégration, le recrutement ne serait plus local mais national et qu'il y aurait une obligation de mobilité pour les cadres. M. Gonsard justifie encore la filialisation de l'IEDOM car celle-ci sert aussi de siège commun à l'IEOM (institut d'émission pour les territoires du Pacifique). Si la procédure parlementaire suit son cours, l'IEDOM sera une filiale de la Banque de France le 1er janvier 2017.

FXG, à Paris

Repost 0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 05:38
GPL à Hôpital Expo

GPL à Hôpital Expo

Stratégie santé Outre-mer

A l'occasion du salon Hôpital Expo qui se tient en ce moment à la porte de Versailles (Paris), George Pau-Langevin et Marisol Touraine ont présenté "la stratégie santé pour l'outre-mer". Elle s'inscrit dans la stratégie nationale élaborée en 2013 et apporte des réponses aux critiques émises par la Cour des comptes en 2014. Son objectif est d'améliorer l'état de santé des populations ultramarines avec une priorité commune dans tous les territoires : la mortalité maternelle et infantile, l'obésité et les maladies cardio-vasculaires, et enfin les maladies vectorielles. 1 milliard d'euros sont engagés pour l'amélioration de l'offre hospitalière (construction du nouveau CHU de Pointe-à-Pitre, reconstruction à Saint-Laurent du Maroni, Mayotte et Nouvelle-Calédonie). Dans ces territoires comme dans ceux où où les équipements sont suffisants pour satisfaire les besoins, la ministre veut "améliorer le nombre de médecins formés localement et celui des internes sur place".

La stratégie santé outre-mer insiste aussi sur l'éducation à la santé qu'il s'agisse de la prévention du surpoids ou du zika. En ce qui concerne la lutte contre le moustique, la ministre a évoqué "la réticence à faire de la pulvérisation préventive" et invité chacun à rester en manche longue et à dormir sous une moustiquaire.

Dans chaque territoire, d'ici quelques semaines, chaque directeur de l'agence régionale de santé aura "sa feuille de route avec ses axes généraux selon sa spécialité locale".

FXG, à Paris

Repost 0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 04:40

Amélioration fragile de la conjoncture économique

L'institut d'émission des départements d'Outre-mer (IEDOM) a publié ses analyses économiques de l'année 2015. Philippe La Cognata, directeur de l'IEDOM reconnaît une "amélioration" de la conjoncture, "mais elle reste fragile", précise-t-il aussitôt. L'indice du climat des affaires qui mesure la confiance des entrepreneurs et investisseurs repart à la hausse pour la première fois depuis 2012. La consommation et les importations ont été en hausse grâce à une inflation quasi nulle et des taux de crédit avantageux. L'encours emprunté par les ménages a progressé de 10 %. Pour le crédit habitat, la hausse a atteint 10,8 %, pour le crédit à la consommation, 7 %.. Les entreprises ont emprunté mais avec moins de dynamisme (+2,7 %).

Côté emploi, on décompte 57 090 demandeurs d'emploi de catégorie A, en baisse de 0,6 %. Ce léger mieux concerne d'abord les jeunes de moins de 25 ans (-4,2%), mais pas les chômeurs de plus de 50 ans (+8,7%).

Le tourisme (effet MACTe, liaison aérienne avec les USA et croisières) et le commerce (voitures neuves + 6,2 %) vont bien, mais les récoltes de cannes et de banane ont été moindre que prévues. Mais surtout une vraie morosité s'est abattue sur le BTP. Baisse du nombre de permis de construire de 28,4 %. 6000 salariés en 2015 contre 9000 en 2009. Là, c'est l'effet fin de chantier du MACTe et la panne du logement social).

Avec un bilan si mitigé, les perspectives ne peuvent que l'être aussi. On compte sur un regain dans l'agriculture avec une augmentation du tonnage de bananes (objectif 120 000 en 2020) et le maintien des orientations favorables dans le tourisme. Un an après son ouverture, le MACTe a accueilli 110 000 visiteurs.

FXG, à Paris

Repost 0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 07:05
Claude Goasguen, Nicolas Sarkozy, Samia Badat-Karam, Annick Giardin, Lucien Vochel, eric de Lucy et Alain Chaumet le 19 mai à la mairie du XVIe

Claude Goasguen, Nicolas Sarkozy, Samia Badat-Karam, Annick Giardin, Lucien Vochel, eric de Lucy et Alain Chaumet le 19 mai à la mairie du XVIe

Sarkozy fait une discrète entrée en campagne aux 30 ans de la FEDOM

La Fédération des entreprises d'Outre-mer (FEDOM) fêtait ses trente ans, vendredi dernier à Paris en présence de trois ministres et l'ancien président de la République.

C'était vendredi, sous les lambris des salons de la marie du 16e arrondissement, le gratin de monde entrepreneurial ultramarin, trois ministres, une poignée de conseillers ministériels, une autre d'anciens ministres et un ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, en vedette américaine. En présence du premier président de la FEDOM, le préfet Vochel, de son prédécesseur Guy Dupont, Jean-Pierre Philibert, actuel président, a fait le grand écart entre 1986 et 2046 pour placer le RGEC, les charges des entreprises, le BTP, la défiscalisation, l'article 349 du traité de l'Union européenne... 

Nicolas Sarkozy lui succède et lui rappelle que son objectif à lui n'est pas 2046, mais 2017. Et il se lance dans un discours, sans note, comme il l'avait fait au dîner du CReFOM en présence de Valls. "Beaucoup de choses ont été essayées, y compris par moi... plaide-t-il. Les problèmes de l'Outre-mer franchissent les calendriers démocratiques... Il faut faire tout ce qui fait de l'emploi outre-mer." L'ancien président s'en est pris à l'administration qui ne respecte pas les décisions des politiques. Sarkozy veut plus de défiscalisation avec des critères ininterprétables par Bercy. Il a encore plaidé pour les zones franches globales et des zones franches douanières. "Il faut que les touristes puissent acheter hors taxe dans les outre-mer." Pour terminer, le futur candidat à la primaire de la droite et du centre, s'est montré lyrique et pragmatique : "Pour l'Outre-mer, il faut un amour qui aille très largement de la gauche à la droite, sinon on n'y arrivera pas."

Arrivée pendant le discours de l'ancien président, George Pau-Langevin a été invitée à conclure les prises de paroles. Elle a répondu au président Philibert pour se féliciter des liens noués entre Ladom et la FEDOM, dire qu'elle attendait le rapport de Thierry Bert sur les freins de la défiscalisation dans le logement social, la révision du RGEC, l'article 349... Mais la ministre a surtout salué en la FEDOM son travail pour l'égalité réelle. Ce qui a fait enrager le président du CReFOM qui était au premier rang. L'ancien président de la République est aussitôt reparti.

FXG, à Paris

Alain Chaumet du Medef Guyane et la responsable communication d'Orange à Cayenne

Alain Chaumet du Medef Guyane et la responsable communication d'Orange à Cayenne

Eric et Colette Koury

Eric et Colette Koury

Jean-Paul Dubreuil et Bruno Blandin

Jean-Paul Dubreuil et Bruno Blandin

Guy Dupont et Nicolas Vion en grande écoute

Guy Dupont et Nicolas Vion en grande écoute

Le général commandant le SMA et les stagiaires de Périgueux

Le général commandant le SMA et les stagiaires de Périgueux

Gérard Bally d'Eurodom

Gérard Bally d'Eurodom

GPL, Philibert, Bareigts, Girardin, Vochel, de Lucy, Chaumet

GPL, Philibert, Bareigts, Girardin, Vochel, de Lucy, Chaumet

Bernard Hayot, Samia Badat-Karam et Jean-Pierre Philibert

Bernard Hayot, Samia Badat-Karam et Jean-Pierre Philibert

Daniel Hierso et Jim Michel-Gabriel

Daniel Hierso et Jim Michel-Gabriel

Jenny Hipocrate de l'APIPD (qui vient d'obtenir le soutien de Leny Kravitz dans son combat contre la drépanocytose, avec la secrétaire d'Etat à l'Egalité réelle, Ericka Bareiigts

Jenny Hipocrate de l'APIPD (qui vient d'obtenir le soutien de Leny Kravitz dans son combat contre la drépanocytose, avec la secrétaire d'Etat à l'Egalité réelle, Ericka Bareiigts

Hervé Gonsard, directeur général de l'IEDOM/IEOM et l'équipe d'Eric Montagne de la BRED

Hervé Gonsard, directeur général de l'IEDOM/IEOM et l'équipe d'Eric Montagne de la BRED

Les Lecurieux-Durival fils et père et Bruno Blandin

Les Lecurieux-Durival fils et père et Bruno Blandin

Arrivée de Jean-Marc Mormeck, délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer

Arrivée de Jean-Marc Mormeck, délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer

Georges Patient et le dircab de GPL

Georges Patient et le dircab de GPL

Nicolas Sarkozy et Samia-Badat-Karam

Nicolas Sarkozy et Samia-Badat-Karam

Dominique Vian est avec un homme de l'équipe de François Fillon

Dominique Vian est avec un homme de l'équipe de François Fillon

Frédéric Potier au centre et Philippe Mouchard à gauche

Frédéric Potier au centre et Philippe Mouchard à gauche

Mme Vernant-Neisson et Brigitte Girardin

Mme Vernant-Neisson et Brigitte Girardin

Repost 0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 16:00

Une manif pour la défense des congés bonifiés

La commission Outre-mer de FO Pénitentiaire organise à Fresnes (94) ce jeudi 26 mai une manifestation pour défendre les congés bonifiés.

Les personnels de surveillance défileront de la centrale de Fresnes au siège de leur direction interrégionale, où une délégation sera reçue en audience. Les gardiens de prison réclament le maintien des congés bonifiés et le respect des 65 jours. Ils ne veulent plus "se mettre à genoux dans l'attribution des dates aux congés bonifiés".

Le site de la délégation interministérielle de Jean-Marc Mormeck rappelle que les congés bonifiés sont un dispositif majorant tous les 3 ans la durée du congé réglementaire pour les fonctionnaires des trois fonctions publiques.

"S’ils sont un droit des fonctionnaires ultramarins dont le centre des intérêts moraux et matériels est établi en Guadeloupe, Guyane, Martinique, à la Réunion, à Saint-Pierre-et-Miquelon ou à Mayotte, ces congés restent néanmoins soumis aux règles générales des congés annuels, notamment pour ce qui concerne l’organisation calendaire et le délai de prévenance.

pour en savoir plus

FXG, à Paris

On apprend par ailleurs que le ministre de la Jusitice Jean-Jacques Urvoas pourrait se rendre aux Antilles inaugurer 160 nouvelles places.

Repost 0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 05:44

L'institut Pasteur et l'Inserm ouvrent la voie pour un vaccin anti zika

On en sait désormais davantage sur les mécanismes qui font du vaccin contre la fièvre jaune, le 17D, un des plus sûrs et des plus efficaces. Ces résultats pourraient être utiles au développement de vaccins ciblant d'autres flavivirus pathogènes comme celui du zika.

Des chercheurs de l'Inserm et de l'Institut Pasteur viennent de montrer que la souche vaccinale contre la fièvre jaune, mise au point par le chercheur sud-africain Max Theiler dans les années 1930, entre dans les cellules et active le système immunitaire de façon totalement différente de la souche pathogène dont elle est issue. Ces particularités expliqueraient l'efficacité vaccinale du vaccin 17D. "Il serait intéressant de voir, explique Ali Amara de l'INSERM et responsable de cette étude, si ces résultats sont généralisables à d’autres vaccins antiviraux vivants, comme le vaccin contre la rougeole ou celui contre la rubéole." Ces résultats pourraient être également utiles au développement de vaccins ciblant d'autres flavivirus pathogènes, comme le virus zika qui frappe actuellement l'Amérique du Sud et la Caraïbe et se propage de manière explosive. Auparavant, ces données, qui ont été obtenues sur différentes cultures de cellules humaines, devront être confirmées chez l'animal.

FXG, à Paris

Repost 0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 05:38

L'IEDOM optimiste pour l'économie martiniquaise

"Activité bien orientée qui confirme la reprise observée en 2014." Philippe La Cognata, directeur de l'institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) a présenté ses analyses économiques de l'année 2015. Elles s'appuient sur les comptes CEROM (INSEE et IEDOM).. L'indice du climat des affaires retrouve son niveau de 2008. Cet indice mesure la confiance des entrepreneurs et investisseurs. En l'occurrence, les trésoreries et les prévisions d'investissement s'améliorent..

La confiance des entrepreneurs se mesure aussi avec la reprise des importations de biens d' investissement (+17,4 %) et celle des véhicules utilitaires (+12,9 %). M. La Cognata l'explique par le maintien de l'outil de production, l'innovation et le développement dans l'agroalimentaire.

Mais cela ne masque pas le ralentissement de l'activité observé en fin d'année dernière. La bonne nouvelle, c'est l'emploi. Avec 42 963 chômeurs de catégorie A, le nombre est en baisse de 2,3 %. Les bénéficiaires de cette amélioration sont les jeunes de moins de 30 ans (-9,4 %), tandis que les plus de 50 ans sont plus touchés (+7,4 %).

Les ménages comptent leurs sous dans les hypermarchés qui font un chiffre d'affaires stable (-0,3 %). Les voitures se vendent mieux (+14,2 %) et les crédits à la consommation repartent (+9,7 %).

Comme dans l'ensemble des DOM, c'est le secteur du BTP qui plombe les perspectives. Le chantier du TCSP va bientôt prendre fin, comme celui du plateau de l'hôpital La Meynard, et aucun nouveau projet n'est en marche. A ce défaut de commande publique s'ajoute la panne du logement social contre laquelle le gouvernement a lancé un plan logement en octobre 2015. La question des marchés relais pour assurer une activité suffisante au BTP se pose cruellement.

Le tourisme poursuit son embellie avec la croisière, mais l'hôtellerie continue de souffrir avec une baisse du nombre de nuitées, une baisse du taux d'occupation et une baisse du chiffre d'affaires. Deux hôtels ont fermé en 2015.

Avec un regain de croissance attendu cette année, l'IEDOM reste optimiste pour l'économie martiniquaise même si son marché intérieur continue de diminuer du fait du vieillissement de la population.

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents