Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 07:45

Lynnsha s’est offert le week end dernier son premier concert parisienWill-Lynnsha-et-Ruby-photo-Alfred-Jocksan.jpg

La jolie martiniquaise, Lynnsha, a dynamisé la scène Bastille samedi soir lors de son premier concert parisien. En avant concert, le duo de DJs Smyle et W+ de la Guadeloupe a chauffé la salle. Lynnsha, vêtue de noire, la mèche en avant, a fait crépiter les flashs des paparazzi au moment de son entrée en scène. Elle était accompagnée de Didier Davidas (clavier et chef d’orchestre), Stéphane Castry (basse), Jérôme Castry (batterie), Ralph Lavital (guitare rythmique) et les voix de Will et Ruby aux chœurs. Pour pimenter le tout, la chanteuse avait invité Neg Marron et Kalash.

« Je suis une Lynnsha sans limite »

lynnsha6-photo-Alfred-Jocksan--17-.jpgCe  premier concert parisien vous a-t-il satisfait ?

Cela fait des années que je fais ce métier, pratiquement cinq ans de tournées, de clubs, en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Afrique, au Canada et aux Antilles sans faire aucune salle parisienne. La première scène, c’est angoissant, mais excitant ! J’ai beaucoup apprécié. j’avais l’impression d’être entre amis, en famille. J’ai passé un moment très intime. Tous mes invités ont répondu présents. Le prochain sera un Olympia. J’y pense…

Qu’attendiez-vous de ce premier concert ?

J’espère que ceux qui ne connaissaient pas ma musique l’ont découverte et appréciée. Pour les autres, ils ont réappris à l’aimer. Ce que j’espère, c’est que les gens découvrent mon dernier album, «  Ile et moi » que j’ai vraiment présenté. Ce concert va enclencher plein d’autres dates. Ici ou ailleurs. Mon but est d’aller, pas seulement ou on me connaît, mais dans des territoires où on ne me connaît pas, les USA, et pourquoi pas, l’Asie. Je suis une Lynnsha sans limite !Kalash-et-Lynnsha-photo-Alfred-Jocksan.jpg

Lors de votre prestation, vous avez passé en revue la palette large de votre style musical. Est-ce dans le but de dire : tout ça c’est moi ?

Certaines personnes fredonnent ma musique sans savoir que c’est moi qui la chante. J’ai parcouru mes premiers albums et montré mes différentes palettes. On dit souvent : Lynnsha, chanteuse de R&B qui est devenue chanteuse de zouk. Moi, je n’aime pas ce genre d’étiquette, je suis chanteuse, point barre. J’ai appris à chanter par le gospel. Dans ma musique ça s’entend au niveau des harmonies. J’ai envie de mélanger tout les courants musicaux que j’aime. Donc, ça passe du R&B  à la pop, de la variété française à la rumba congolaise. C’est moi…

Lynnsha-etNeg-Marron-photo-Alfred-Jocksan.jpgVotre dernier album, « Ile et Moi », est un clin d’œil à votre pays, la Martinique ?

J’espère que les gens apprécient cet album. C’est pour ma Martinique ! J’ai tourné mes premiers clips en Martinique. C’est très important pour moi de montrer à tous ceux qui écoutent ma musique comment ma Martinique est belle. On voit des paysages magnifiques. Je montre ma Martinique comme je l’aime.

Propos recueillis par Alfred Jocksan (Agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 07:11

Deux nouveaux sites musicaux, patrimoniaux et commerciauxDimitri-Alamkan.jpg

Dimitri Alamakan, 27 ans, originaire de Petit-Bourg en Guadeloupe, a fait ses études de commerce à Lille et c’est dans ce contexte qu’il a l’idée de créer SoMuZay, une start up dédiée au patrimoine musical antillais en mettant en ligne deux sites. Le premier Padezil est consacré au zouk ; le second, Musiwi au rap et à au dance hall. « L’idée de créer des bases de données musicales m’est venue au cours de mes premiers mois en grande école, à un moment où je cherchais en vain un site récapitulant l’ensemble des nouveautés musicales de la semaine en rap et r&b US. » En novembre 2007, il met en ligne SweetPotion.info, puis lors de sa dernière année d’études, il lance le projet de création d’entreprise. Quelques mois s’écoulent et la société SoMuZay est créée le 26 juin 2010. Le site SweetPotion.com, base de données anglophones spécialisée dans les musiques urbaines américaines, est lancé le 1er décembre 2010. Suivent ensuite Musuwi.com (le 1er juin 2012) et Padezil.com (le  1er octobre 2012). « Ce sont des encyclopédies musicales, résume Dimitri, des sites d’information avec tous les liens utiles. » Outre l’intérêt patrimonial de ces deux sites, Dimitri en a fait une véritable entreprise car il y vend de l’espace publicitaire mais également des services sur mesure aux artistes qui veulent mettre leurs œuvres en ligne. « Ca ne rapporte pas grand-chose pour l’instant », témoigne celui qui a toutefois prévu de toucher des commissions sur les ventes en ligne de morceaux. Dimitri Alamkan espère 50 à 100 000 visiteurs par mois.

www.padezil.com

www.musiwi.com

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 08:35

Anne-duthilleul-2l.jpgAnne Duthilleul, chargée par l’Etat d’une mission d’accompagnement de développement pétrolier

 « L’enjeu est que la Guyane puisse être une base arrière »

D’ici un mois Shell communiquera les résultats de son premier forage d’exploration. Un résultat positif pourrait accélérer les investissements et les retombées locales.

Où en êtes-vous de votre travail d’appui à l’exploration pétrolière en Guyane ?

La commission de suivi et de concertation a été mise en place avec des groupes de travail sur la sécurité et l’environnement, premier objectif de ma mission ; un autre sur les retombées économiques et le développement local, sachant que sur ce dernier point, en juin, le gouvernement a obtenu que Shell mette en place pour la Guyane, en cas de succès du premier forage actuellement en cours, un fond doté de 2 millions d’euros. Shell veut orienter ce fond en priorité vers les activités liées à la mer. Desprojets intéressants pour les pêcheurs sont déjà identifiés. Ils concernent les coopératives maritimes, les progrès sur les conditions de travail à bord, sur la fabrication de glace, sur des moteurs moins consommateurs… Un troisième groupe de travail consacré à l’emploi et la formation a été mis en place. Shell a pris l’initiative de rassembler les entreprises sous-traitantes du secteur pétrolier afin de permettre à de jeunes guyanais d’être embauchés et d’obtenir une qualification. Pour une exploitation off shore il faut des gens ayant au moins cinq ans d’expérience. Enfin, le dernier groupe concerne la recherche sur le milieu marin. Shell a mis en place un premier fond d’un million d’euros. Début novembre, un séminaire scientifique se tiendra en Guyane pour définir le programme de recherche.

Avez-vous une idée de l’endroit où sera raffiné le pétrole ?

On n’en sait rien. Je ne sais quelles sont les raffineries de Trinidad et Tobago. Mais ces îles ont surtout les services pétroliers qui servent de base arrière aux plateformes en mer. L’enjeu est d’essayer de calquer cela, de faire en sorte que la Guyane puisse être une base arrière. La Guyane a un atout très fort : il faut une journée de mer pour se rendre sur le champ d’exploitation mais quatre jours et quatre nuits depuis Trinidad.

La Guyane peut donc raisonnablement espérer de bonnes retombées économiques ?

Elle en a déjà, même en phase d’exploration.

On se souvient de la catastrophe écologique déclenchée par Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique. Aura-t-on le même type de plateforme au large de la Guyane ?

On ne sait pas encore, mais l’exploitation en Guyane ne se fera pas avant 2019. Les progrès sont très rapides dans ce secteur. Je prendrais l’exemple des fluides de forage. L’année dernière, il a été demandé à Shell d’utiliser un fluide à l’eau avec des additifs et pas à base d’hydrocarbure ou d’huile. Ces fluides sont en circuit fermé, mais ils réapparaissent dans les boues. Celles-ci ont provoqué des gonflements des terrains argileux. Ils ont retardé Shell. Du coup, la compagnie utilisent désormais du lubrifiant synthétique biodégrable. Les progrès sont donc constants.

Un ministre a déjà sauté à cause du code minier. Où en est-on de sa réforme ?

Un rapporteur a été nommé et des groupes de travail constitués avec des ONG environnementales, des juristes, des professions de la production de matière première et des experts, dont je fais partie. Les élus d’outre-mer seront également consultés. Les propositions de projets de loi sont attendues pour la fin de l’année. Une partie concernera la sécurisation de la fiscalité. En 1991, il avait été décidé d’annuler toute redevance sur l’exploitation off shore pétrolier. On pensait qu’il n’y en aurait jamais… Finalement, fin 2011, en toute urgence le gouvernement en a rétablie une*.

Quel est le calendrier prévu pour les prochains mois ?

Un forage est en cours. Il devrait toucher les couches intéressantes dans les prochains jours ou semaines. Nous aurons peut-être du nouveau d’ici début novembre, où doit avoir lieu une nouvelle commission de consultation et de suivi. Si ce forage confirme le précédent cela déclenchera de l’enthousiasme et de l’effervescence pour accélérer les retombées locales. S’il est négatif nous attendrons le suivant. Shell a prévu quatre forages d’ici fin 2013.

Propos recueillis par David Martin, agence de presse GHM

* Il limite à 12 % de la valeur de la production, la taxe qui sera prélevée sur tout futur pétrole extrait du fond des mers, à partir du 1er janvier 2014. Le partage entre l'Etat et la Guyane est de 50/50

 

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 06:52

Marie-Galante aux portes de Matignon

jean-girard-et-manif.jpg« Nous avons remis les pétitions et les doléances de tous les comites à un conseiller du Premier ministre… », a indiqué le conseiller général de Marie-Galante Jean Girard. Apres deux heures de défilé entre les hôpitaux Cochin et Saint-Vincent de Paul et la rue de Varenne à Paris, la manifestation des comités de coordination de défense des hôpitaux de proximité a été arrêtée sans heurt à une centaine de mètres de Matignon par un dispositif policier relativement important. Les manifestants se sont regroupés au carrefour des rues du Bac et de Varenne. Parmi eux, le groupe marie-galantais compose d’une trentaine de membres dont dix venus de la Galette, les autres de la région parisienne. On a vu des Bordin, des Douglas ou encore des Boecasse. Ils pensaient que Jean Girard ferait partie de la délégation de la coordination nationale des hôpitaux qui pourrait rencontrer le Premier ministre. Finalement on leur a indiqué que c’est le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui serait chargé de les recevoir ultérieurement. « Le calendrier, a déclaré M. Girard, sera connu la semaine prochaine. Ce dont nous sommes surs maintenant, c’est que les échos de cette manifestation sont arrivés au plus haut niveau de l’Etat. Le gouvernement, à défaut de répondre à toutes nos attentes, tiendra compte de ce que nous avons dit, mais nous avons bel espoir de sauver la maternité de Marie-Galante et son service de chirurgie. » Cependant, Jean Girard met en garde : « Il faut que la lutte se poursuive en Guadeloupe, à  Marie-Galante et à Paris en perspective de la modification de la tarification à l’activité. »

Pour les manifestants, le mieux serait encore l’abrogation de la loi Bachelot. Mais d’abord, on attend que les discussions techniques puissent démarrer avec l’équipe de Marisol Touraine.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 07:49

14 lycéens du François à Niort

Le Carrefour des métiers de bouche qui se tient à Niort du 7 au 10 octobre 2012, accueille sur un espace de plus de 200 m2 consacré à la Martinique. Une délégation de 14 élèves du lycée professionnel de la Jetée du François y fera découvrir les saveurs et les produits martiniquais.

Ces 14 élèves vont cuisiner devant le public présent et faire la démonstration de leur savoir-faire. Ils bénéficieront ensuite d’une formation d’un mois au sein des restaurants de la Région Poitou-

Charentes.

Cette opération peut se réaliser grâce au Conseil régional de Martinique, la Maison de Martinique et les entreprises locales impliquées dans ce projet : les rhums Clément, l’Union des Groupements de Planteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique, Comia, Délices locales, le Chocolat Elot, le sucre du Galion et le Monde des épices. Sans oublier l’équipe pédagogique du lycée professionnel de la Jetée du François à l’initiative de ce projet.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:41

Le comité de défense de l'hôpital de Marie-Galante manifeste à Paris

Une délégation du comité de défense de l'hôpital de Marie-Galante est actuellement à Paris. Jeudi soir, ils étaient à la Bourse du travail et ce samedi ils seront à la manifestation reliant les hôpitaux Cochin et Saint-Vincent de Paul à Matignon. Le comité de défense de l’hôpital de Marie-Galante s’est en effet rallié à la coordination nationale de défense des hôpitaux de proximité qui fédère tous les comités de défense locaux des hôpitaux et services (maternité, chirurgie principalement) de proximité, pour défendre les centres hospitaliers en difficulté, peser dans le débat public et soutenir des actions concrètes auprès du gouvernement. C’est ainsi que le conseiller général de la Galette, Jean Girard devrait y participer et même intégrer la délégation qui devrait être reçu à l’issue de la manifestation par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:05

Affaire Ursulet : « Entre les Noirs et la police, le changement c’est maintenant ! »

Après 7 ans de combat, cinq de procédures, une relaxe et un appel du parquet, l’avocat martiniquais Alex Ursulet a été relaxé en deuxième instance par la cour d’appel de Paris, hier.

Neuf mois après un contrôle routier survenu le 6 janvier 2005 à Paris qui avait conduit l’avocat à être placé en garde à vue, puis à porter plainte contre les policiers responsables de son interpellation (voir l’ouvrage : Pourquoi me tutoyez-vous, paru chez Flammarion), le ministère public ouvrait une information judiciaire contre l’avocat antillais au prétexte qu’il roulait sur un deux-roues muni de fausses plaques. Mis en examen en 2008, il était finalement renvoyé devant un tribunal correctionnel pour être jugé le 9 janvier 2012 et… relaxé. Le tribunal estimait alors qu’il n’y avait aucun élément intentionnel, d’autant plus que c’est un garagiste qui s’était occupé des plaques dont la mauvaise numérotation relevait davantage de l’erreur matérielle, tant les numéros étaient proches, que de la fraude. Pourtant, le parquet a fait appel de ce jugement et l’avocat a été rejugé le 6 juillet dernier. Hier, la cour a rendu son arrêt, confirmant la relaxe. « Cet acharnement du parquet tient au fait que j’ai fait mettre en examen les policiers qui m’ont placé en garde à vue en 2005 », analyse Me Ursulet persuadé que les poursuites dont il a fait l’objet n’étaient destinées qu’à « équilibrer » ses poursuites lancées contre les policiers. « C’est une gifle pour le parquet qui montre bien que c’était un montage indigne, qui montre bien le cynisme des poursuites du ministère public… » De leur côté, les policiers mis en cause ont bénéficié d’un non lieu confirmé par la chambre de l’instruction et l’affaire est désormais en instance devant la Cour de cassation. A l’issue du prononcé de cette relaxe, hier, Me Ursulet déclarait : «  S’agissant des rapports entre les Noirs et la police, le changement, c’est maintenant ! »

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 05:52

Concours scolaire sur l’altérité autour de Glissant et Saint-Ex

AFFICHE-CONCOURS-SCOLAIRE_26sept12.jpgLe Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les originaires d’Outre-mer (CIFORDOM), association présidée par José Pentoscrope, organise un concours scolaire intitulé « Un regard sur les Outre-mer ». Il s’agit pour les élèves désireux d’y participer de proposer une composition picturale et conduire une réflexion sur le thème de l’altérité à partir de deux pensées philosophiques d’Edouard Glissant (« Comment s’ouvrir à l’autre sans se perdre soi-même ») et Antoine de Saint-Exupéry (« Si tu es différent de moi, loin de me léser, tu m’enrichis »). Les lauréats des premiers prix de bénéficieront de voyages en outre-mer (pour les métropolitains) et en Hexagone (pour les Ultramarins).

Soutenu par le ministère de l’Education nationale, en partenariat avec le ministère des Outre-mer, le concours se déroule du 3 octobre 2012 au 31 mars 2013 ; il est ouvert aux élèves des classes élémentaires (catégorie CP et CE1, catégorie CE2, CM1 et CM2) et aux collégiens (catégorie allant de la 6e à la 3e) de l’Hexagone (Corse comprise) et d’outre-mer

cifordom@club-internet.fr  01 69 30 72 84  / 06 80 26 87 84 www.cifordom.net

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 06:00

La loi Lurel en seconde lecteur à l’Assemblée nationale

La loi contre la vie chère a débuté son périple à l’Assemblée nationale, mardi soir, avec l’audition du ministre des Outre-mer par la commission des affaires économiques, et se poursuivait hier avec une première discussion au sein de la même commission. Son rapporteur, la réunionnaise Ericka Bareigts (PS) préfère attendre la fin de ceds discussions pour s’exprimer. Selon l’entourage de Serge Létchimy (app. PS, Martinique), responsable du texte au sein du groupe socialiste, il ne sera pas question d’amendements propres à modifier fondamentalement le texte tel qu’il a été adopté par le Sénat, mais tout au plus d’apporter des améliorations au dispositif : « Nous soutenons le texte du gouvernement et ce qu’en a fait le Sénat. » Un cinquantaine d’amendements sont à l’examen. Notons celui du seul député UMP d’Outre-mer Daniel Gibbs qui veut exclure sa collectivité de Saint-Martin des contours de la loi Lurel, ceux de Serge Létchimy et Lebreton (PS, Réunion) qui veulent étendre la liste des produits de première nécessité aux services bancaires, tout comme ceux de Thierry Robert (Modem, Réunion) qui voudrait bien que l’Autorité de la concurrence encadre ces mêmes tarifs bancaires et les prix des billets d’avion… Chantal Berthelot (app. PS, Guyane) et Serge Létchimy souhaitent encore que l’évaluation et le contrôle des marges apparaissent clairement dans les missions des observatoires des prix et des revenus… Les Martiniquais siégeant à la gauche de l’hémicycle, MM. Nilor, Azérot et Marie-Jeanne ont amendé le texte pour apporter plus de transparence sur le processus de formation des prix et pour renforcer les pouvoirs des observatoires des prix en les autorisant à saisir eux-mêmes l’Autorité de la concurrence. De son côté, le groupe UMP qui a d’ores et déjà fait savoir qu’il s’abstiendrait lors du vote, a déposé des amendements visant à mieux caractériser les abus éventuels. Les débats dans l’hémicycle et le vote en séance auront lieu les 9 et 10 octobre prochains.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 05:28

Jean-Claude Cadenet n'est plus le DGOM de la ville de Paris

Maguy-Nestoret-et-Jean-Claude-Cadenet.jpgJean-Claude Cadenet avait été nommé au poste de délégué général à l’Outre-mer de la ville de Paris le 5 novembre 2007 par Bertrand Delanoë après l’élection de son prédécesseur George Pau-Langevin députée de la 21e circonscription . Cinq après, c’est terminé. Jean-Claude Cadenet n’est plus le DGOM. Jean-Claude Cadenet n’a pas souhaité donner suite à nos questions, la comédienne Firmine Richard, élue du conseil de Paris, nous a indiqué que « Jean-Claude Cadenet était arrivé en fin de mandat et qu’il n’avait pas été renouvelé », ce qu'a confirmé le service de presse de la ville  : "Le détachement de Jean-Claude Cadenet est terminé." Pour le moment, aucune information n’a filtré quant à sa succession même si la présence de Maguy Nestoret (en photo avec l'intéressé) au cabinet du maire place cette dernière en bonne position…

Jean-Claude Cadenet est un administrateur civil d’origine martiniquaise passé par le ministère de l’Economie (direction de la prévision), le ministère des départements et territoires d’Outre-mer (chargé de mission, directeur de cabinet du directeur des affaires économiques, sociales et culturelles, conseiller technique) puis RFO où il a été directeur de cabinet du président. Il a encore été en fonction au ministère de l’Emploi. Avant de rejoindre la mairie de Paris, il occupait le poste de secrétaire général adjoint de l’Agence pour l’informatique financière de l’Etat (AIFE).

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0

Articles Récents