Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 05:58

Les quatre coins du monde au carnaval tropical de Paris

totem_2218.jpgTahiti, le Vietnam, la Colombie, le Brésil et la Chine étaient déjà venus défiler sur les Champs Elysées l’an passé. Cette année, la Bolivie et Mayotte se sont ralliés au panache de Vaval à Paris. Une cinquantaine de groupes à pied, groupes à peau, groupes à mas, chars, batucada et fanfares se sont élancés au signal donné par George Pau-Langevin, ministre de la Réussite éducative, à l’assaut du boulevard Voltaire. Direction la mairie du 11e où les attendait un jury international avec Thuy Hao de la délégation vietnamienne à l’Unesco, César Morano de la Colombie, Irma Kemter des Pays-Bas, Marie-Madeleine Ethève de la Réunion, Gilles Camouilly de France Ô ou encore Rébecca Marival du France-Antilles… Derrière eux, le premier conseiller de l’ambassade de Taïwan, Wenjiann Ku et sa fille Yuhsuan. L’an prochain, il sera juré et Taïwan aura un groupe, promet-il.

24 groupes d'Ile de France

10-ile-de-la-reunion_2792.jpgEddy Guicheron, costume de chaman avec cornes de boeufs, au micro, annonce le nom des groupes aux jurés au fur et à mesure de leur arrivée. On retrouve les habitués, les 24 groupes d’Ile de France, avec un absent de marque, Difé kako qui n’avait jusque-là jamais manqué un défilé ! De Guadeloupe sont venus Van lévè (Sainte-Rose), Klé la (Chauvel, Abymes) ; de Martinique Kou Bouyon (Le Prêcheur) : « Oué misè pa mô ! » ; de la Réunion, l’Orkès Karoussel de Jean-François Mandrin, le saxo, s’est enrichi pour défiler du renfort d’associations du pays, de l’Ile de France et des provinces. Mais ils sont aussi venus de Bordeaux (Vakaband), Saint-Malo (Hibiscus) ou de Steenvoorde (Pays-Bas). Le soleil a commencé à jouer à cache-cache avec les nuages et ça a été l’averse. Sous des trombes d’eau, pieds nus sur le bitume, les danseuses et les danseurs ruisselants de la Réunion (ils ont reçu le très gros grain !) mettaient tout leur cœur dans la chorégraphie pour convaincre un public trop serré, réfugié sous la tente de la tribune d’honneur… Le show must go on !

jack sparrow 22117 caméras

Sept caméras de France Ô ont capté le spectacle. Fly Lerandi, éternel Jack Sparrow de carnaval, et Jérémy Edouard de Martinique 1ère ont assuré l’animation. Une émission spéciale de 80 minutes sera diffusée deux fois samedi14 juillet à 13 h 50 et 22 h 40.

Et des fruits...

ze-fruit_3116.jpgDans les coulisses, Ze fruit sert gracieusement de délicieux smoothies aux invités et jurés. « C’est une petite entreprise familiale martiniquaise, assure Lionel qui est venu installer le stand. « On est venu participer au carnaval pour lancer notre produit en métropole. » Ils misent sur l’événementiel, comme le carnaval, les aéroports (Pointe-à-Pitre et Fort-de-France), les gares et les surfaces commerciales et fournissent en bouteilles ou en pochettes, outre des smoothies, des smoothés et des smoothies lactés. « On travaille en saisonnalité avec des fruits locaux », conclut Lionel pour mieux convaincre. Et Ze fruit a tapé dans le mille puisque, outre le succès rencontré, cette année, avait annoncé le maire de Paris, le thème du carnaval, c’était le développement durable.

FXG (agence de presse GHM)

Photos : Regis Durand de Girard

 


Le palmarès

Meilleure ambiance : Alizés 789-alizees-78_2748.jpg

L’association de Michel Sioul existe depuis 2006. Ils sont une quinzaine de membres, danseurs, musiciens venus des outre-mer et de l’Hexagone. Ils sont branchés gwoka, quadrille, bélè, séga, biguine, hautetaille, kalenda…

Meilleur groupe à peau : Bwa bandé20-bwa-bande_3180.jpg

Bwa bandé est un groupe de musique traditionnelle guadeloupéenne qui regroupe plus de 50 personnes. Il existe depuis les années 1990 mais il s’est récemment signalé en participant à la tournée de Krys en 2010. Ils ont en outre plusieurs featuring avec le même Krys mais aussi Fuckly.

Meilleure batucada : Cadencé Yo4Cadance-yo-3.jpg

Patricia Sylvestre, costumière professionnelle, a monté ce groupe l’an dernier. Cadencé Yo rassemble une quarantaine d’enfants de centres de loisirs parisiens, mais aussi des ados et des adultes. Le groupe Batucriol s’est occupé de la musique pour mettre en valeur « des tons orangés, roses, irisés avec des tissus fluides », parole d’une costumière qui a débuté sa carrière au festival de Trinidad en 1990 !

Coup de cœur de la fédération du carnaval tropical de Paris : Chayé Yo26-Chaye-yo.jpg

Chayé Yo existe depuis 2006 et regroupe aujourd’hui 60 musiciens et 12 danseuses qui se produisent en France et en Europe. Ils n’ont jamais manqué un carnaval.

Meilleur groupe à caisse, meilleur costume métropole, et grand prix du carnaval tropical de Paris : Ethnick 9732-Ethnik-97-2.jpg

L’orchestre Ethnick groove réunit une soixantaine de musiciens et une vingtaine de danseurs et danseuses. Il s’investit en Ile de France pour la promotion de la culture antillo-guyanaise. L’aventure d’Ethnick a commencé en 2001 après une expérience théâtrale lors de la commémoration de l’abolition de l’esclavage.

Meilleur char : Sinnamary-Gaïana35-Sinnamry.jpg

L’association Sinnamary d’Ile de France est une habituée des carnavals en France et Europe qu’elle sillone depuis 15 ans. Une cinquantaine de danseuses et de Touloulous animent ces carnavals de ses rythmes guyanais. Gaïana, une jeune troupe elle aussi d’Ile de France les a rejoints pour ce défilés qui a payé !

Meilleur groupe d’outre-mer : Klé la2Kle-la2.jpg

Le groupe de Chauvel aux Abymes existe depuis 1995 et s’est constitué en association en 1998. Klé la est bien connu des carnavaliers de la Guadeloupe puisqu’il ne manque jamais un défilé. L’esprit de Klé la est de « développer les relations humaines par la formation et la promotion d’activités éducatives, culturelles et sportives, visant à la sauvegarde des valeurs traditionnelles ». Klé la confectionne tous ses costumes à partir de matériaux naturels ou de récupération (jute, coton). Leur musique, héritage des mas de la région pointoise se distingue par des séquences rythmiques qui donne à Klé la son caractère envoûtant.

Meilleur costume homme : Kou Bouyon8Koubouyou.jpg

Kou Bouyon est une association du Prêcheur en Martinique qui existe depuis 1992. Elle a pris le pari de lutter contre la délinquance juvénile etles discriminations « par le biais de la rénovation culturelle ». Kou Bouyon était déjà venu défiler à Paris en 2010. Cette fois, c’est le prix !

Meilleur costume invité, meilleur groupe invité : La Colombie30-Colombie-2.jpg

La mairie de Pasto en Colombie, l’ambassade deFrance en Colombie, la délégation de la Colombie à l’Unesco ont à la Colombie de présenter à Paris, « son carnaval de Negros y Blancos de Pasto qui appartient au patrimoine de l’humanité. Son géant de 4 mètres s’appelle Ritual chamanico.

 


Le reste en images...1Choukaj-mas-paris.jpg

Choukaj mas Paris2Kle-la.jpg

Klé la3-Isabelle-Roussas-reine-du-carnaval.jpg

Isabelle Roussas, reine du carnaval4Cadance-yo.jpg

Les enfants de Cadencé yo5-harmony-day_2483.jpg

Harmony'day, le Brésil tropical jeunesse5-harmony-day_2441.jpg

Harmony's day, le Bresil tropical jeunesse6-hibiscus-de-saint-malo_2531.jpg

Hibiscus de Saint-Malo7-mas mele 2562

Mas mélé7-mas mele 2579

Mas mélé8Koubouyou2La musique de Kou bouyon (Martinique)10- ile de la reunion 2854

L'orkès Karoussel (La Réunion)11-myo 2891

Miyo sous des trombes d'eau12-mayotte

Mayotte13-Couleurs Bresil

Couleurs Brazil14-Bloco de paris

Bloco de Paris14-Bloco de Paris 3

Bloco de Paris17-tahiti 3014

Le aka du Show Tahiti Nui18-vybatyon a mas 3113

Les danseuses de Vibwasyon a mas20-bwa bande 3160

Bwa bandé21-Westinval 2

West'inval a été annoncé comme lauréat du prix de la meilleure chorégraphie et puis il y a eu un démenti.22-wa ka band bordeaux 3243

Wa ka band de Bordeaux23-Van-leve-copie-1.jpg

Van lévé de Sainte-Rose (Guadeloupe)24 Karaib Gagny

Ka'Raib de Gagny ou Karib'k de Grigny ????25-falun-3283

Falun data (Chine) by Harmony's day27-Amisde Fromulus

Les amis de Fromulus (Steenvoorde)28-Flech kann 2

Flech Kann'29-cap-vert_3470-copie-1.jpg

Nu Bai... Cabo Verde30-Colombie

Ritual chamanico (Colombie)32-Ethnik-97.jpg

Ethnick groove31-Mejom.jpg

Les danseuses du MEJOM. Le Mouvement européen des jeunes d’outre-mer est d’abord une association guyanaise dont l’actuel bureau  se remet mal de la démission de son président Xavier Laurent. Pour le remplacer, il faut désormais deux co-présidents ! Mais l’esprit de Xavier Laurent, « notre Président sortant, qui tel un guide nous a donné l’éclairage nous permettra de poursuivre la route avec une vision claire et affûtée du panorama qui se dresse devant nous », était là puisque tout le monde a bien défilé !31-Mejom-2.jpg

Et les musiciens du MEJOM33-Balata.jpg

L'orchestre du groupe balata et l'agent vacataire qui presse les groupe de ne pas traîner. Tous les groupes n'ont pas tous d'ailleurs pu profiter de leur 3 minutes devant le jury alors que d'autres ont pu y rester plus de 5 ou 7 minutes !34-Ti-mass-panam-2.jpgTi mas Paname35-GAIANA.jpg

Gaïana36-bolivie_3620.jpg

Bolivie : les hommes36-bolivie_3647.jpg

Bolivie : les créatures37-Tropicana-vent-leve.jpg

Tropicana/Vent levéreine-des-pays-bas_2204.jpg

La reine du carnaval de Rotterdamsandra-bisson_2238.jpg

Sandra Bisson, éternelle reine de beautétribune_2215.jpg

Irma Kemter, César Morano, thuy Hao, Marie-Madeleine Ethève, jurés

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 05:05

Les emprunts toxiques du port du Havre à la Cour des comptes

« C’est la première fois que l Cour des comptes doit se prononcer sur les règles applicables à la gestion des produits dérivés depuis leur arrivée au début des années 1980. » Le procureur général de la cour de discipline budgétaire et financière a donné le ton de l’affaire « Grand port maritime du Havre ». Face au président Didier Migaud et ses assesseurs, six hommes tous anciens responsables de l’établissement public portuaire au moment des faits qui s’étalent de 2001 à 2008. M. Fusée, agent comptable, M. Scherrer, directeur technique et directeur suppléant, M. Lacave, directeur général, M. Lecomte, président du conseil d’administration et MM. Quéval et Duchêne, responsables du service financier. Trois avocats les défendent. Lors du lancement de l’opération de restructuration du port en 2001, pour près d’un milliards d’euros, l’établissement a emprunté 388 millions d’euros. La Cour reproche la souscriptions de trois contrats d’échange qualifiés d’« exotiques », voire toxiques. En juin 2001, le conseil d’administration du port a pris une délibération encadrant ces prêts : diversification des risques, plafond global des intérêts à 6,2 %, information donnée au CA... La question débattue, hier matin, relevait de la qualité de ces contrats : étaient-ils des couvertures ou des emprunts spéculatifs dont le port aurait pu tiré profit ? En l’occurrence, s’il y a eu des économies de faites dans les premiers temps, les taux variables se sont « écartés à la hausse ». Le préjudice a-t-il été grave ? La défense a argumenté que globalement le taux de remboursement de ces 388 millions a été de moins de 6 % et les provisions inscrites pour compenser ces pertes s’élèvent à 20 millions. Les emprunts dérivés ne représentaient que 30% du total, a rappelé la défense. « Jean-Marc Lacave a signé les contrats avec M. Scherrer, a détaillé le procureur général. Renaud Queval et Hervé Duchêne sont les initiateurs et les inspirateurs. M. Fusée n’a pas participé à ces contrats mais il devait veiller à la qualité des informations du directeur général au conseil d’administration. Jean-Pierre Lecomte exerçait un contrôle présent. Leur responsabilité est engagée. » Chef d’entreprise plus intéressé aux aspects éconolmiques et techniques du port, Jean-Pierre Lacavé s’est défendu : « Jamais on ne m’a dit qu’on prenait des produits à risque. » Le réquisitoire est de 15000 euros d’amende pour M. Lacave, 1000 pour MM. Quéval et Duchêne, 700 pour M. Fusée et « uneamende de principe » pour MM. Scherrer et Lecomte.

Au nom de l’inconventionnalité de l’ordonnance de renvoi, Me Henon a plaidé la relaxe de tous. Son confrère Me Salon a plaidé sur l’absence de préjudice et la vision entrepreneuriale de ses clients. Jean-Pierre Lacave a conclu : « Le port du Havre n’a pas vocation à servir de jurisprudence pour les emprunts dérivés. »

Affaire mise en délibéré.

FXG (agence depresse GHM)

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 06:54

L’affaire Ursulet en appel

Il avait fait de ce fait divers survenu il y a 7 ans un livre intitulé « Pourquoi me tutoyez-vous ? ». Hier, Me Alex Ursulet comparaissait devant la cour d’appel de Paris pour des faits intimement liés aux raisons de son livre. Retour au 9 décembre 2004. Il est 14 h 15 quand trois fonctionnaires de police contrôlent Alex Ursulet au guidon de son scooter carrossé. Les policiers interrogent le fichier national des automobiles et découvrent que l’immatriculation correspond à un autre véhicule. L’avocat martiniquais est interpellé, menotté et conduit en garde à vue. Vérifications faites, c’est une erreur matérielle portant sur deux chiffres de la plaque et due au garagiste. Les conditions de cette interpellation font l’objet d’une autre procédure en cours pour des faits d’atteinte arbitraire à la liberté et de violences. Le 9 novembre 2005, une information judiciaire est ouverte contre les policiers par un juge d’instruction, mais aussi, le parquet requiert l’ouverture d’une information judiciaire contre M. Ursulet pour avoir fait usage d’une fausse plaque. Mis en examen, Alex Ursulet a été jugé et relaxé parle tribunal correctionnel de Paris en janvier dernier. Le parquet de Paris a fait appel alors même que les policiers mis en cause dans l’autre procédure tentaient de casser une décision défavorable pour eux devant la chambre de l’instruction… Devant la cour, hier, l’avocat général a requis a minima, sans donner de quantum de peine. Interrogé par la présidente, l’avocat prévenu lui a dit : « On peut me reprocher mon entêtement, mon mauvais caractère, d’être Noir, mais pas de faire une chose de cette nature ! » Frédérique Pons, l’un de ses défenseurs, a plaidé technique mais le bâtonnier de Paris, Me Iweins a arraché quelques larmes à son confrère et client. « Il écrivait son livre, Pourquoi me tutoyez-vous ? alors que nous défendions l’ancien Premier ministre du Sénégal, je lui ai fait retirer une phrase où il disait : c’est parce que je suis Noir ». Et devant la cour, le bâtonnier fait son mea culpa en regrettant de lui avoir fait oter cette phrase. « Compte tenu de la durée de l’affaire, de l’acharnement du parquet, cette phrase avait du sens », a-t-il conclu avant de demander lui aussi à la cour de confirmer la relaxe. Délibéré dans quelques semaines.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 07:10

Gay Pride à Parisbanderole-de-tete_8926.jpg

Samedi 30 juin, c’était le grand raout annuel de la fierté homosexuelle… Comme l’année dernière, la même association des motards gays était en tête de cortège pour écarter en douceur la nasse des spectateurs. tjenbe-red_0408.jpgLe même service d’ordre, rose mais pas très gentil ni très sexy. La banderole de tête annonce le thème : « L’égalité n’attend plus ! plus ! » L’obtention de l’Égalité des droits effective pour les Lesbiennes, Gays, bi et personnes transidentitaires sont au cœur des revendications. Comme l’an dernier Bertrand Delanoe et Jean-Paul Huchon sont de front, au milieu, à coté de Nicolas Gougain, porte-parole de LGBT. Anne Hidalgo est très proche du milieu aussi… « George Pau-Langevin est la aussi », annonce quelqu’un. L’acteur Charles Berling est sur la gauche mais bien devant et donnant beaucoup de sa personne... black-gay-pride.jpgOn entend encore dire que Jack Lang est là, comme l’année dernière et celle d’avant… Le convoi sonore s’ébranle avec des à coups telle une chenille gigantesque. La foule s’écoule dans un gigantesque bain de la danse et du son. David Auerbach Chifrin, le porte-parole de Tjebné red, dresse son porte-voix. Il mène avec Gwladys Pallas et des bénévoles le groupe « Tjenbé Rèd Prévention ». Cette association LGBTX Africaine et Ultramarine s’active durablement dans l’action contre les racismes, les homophobies et le sida. Ses rangs grossissent petit a petit. Un beau Guadeloupéen exhibe des tatouages tout le long des bras. Le mouvement continue. Un petit camion vert à balais-brosses hydrauliques suivi d’une cohorte de souffleurs de poussières ferment la marche.

RDG


En imagesblack-gay.jpg

Trois défileursfontaine-jeunes.jpg

Halte à la fontaineecologie_9736.jpg

Green gaygay-black_8987.jpg

African gaysgay-pride_0480.jpg

Beret gayguadeloupe-tjenmbe-red_0407.jpg

Militant de Tjenbé redlike-boys_0850.jpg

Drapeaux gayspresidente-gladys.jpg

Gwladys Pallassida-info-service_9900.jpg

Prévention sidatjembe-red_0379.jpg

Militants de Tjenbé redtjenbe-red_0386.jpg

Militants de Tjenbé redles-bogoss_9032.jpg

Trois défileursnettoyer_0991.jpg

Voitures balais

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:48

L’Etat ne rembourse que les dommages liés à une manifestation

Un pillage commis à l’occasion de manifestations doit-il être indemnisé par l’Etat ou par l’assureur ? C’est cette question qu’ont examinée les magistrats administratifs du conseil d’Etat, hier matin à Paris à travers le cas de plusieurs établissements commerciaux victimes de dégradations et de vols lors du mouvement social en février 2009 à Fort-de-France. Selon Sophie-Justine Lieber, rapporteur public de la 5e sous-section, la cour administrative appel a eu raison de condamner l’Etat à payer 60 597,72 € à la société Difinitel micro et 15 895,80 à son assureur GFA Caraïbes. Même analyse pour les 13 060,40 € que l’Etat doit payer à Walter Ricciulli et les 3 585,98 € à verser à GFA Caraïbes. Ces deux arrêts de la cour administrative d’appel de Bordeaux étaient attaqué parle ministère de l’Intérieur qui refuse de croire que les dommages subis par les deux commerces seraient une conséquence de l’attroupement devant la préfecture en raison de la proximité des lieux. « C’est un effet de l’attroupement et non une action préméditée », a argumenté le rapporteur public qui a plaidé les notions de « continuum » temporel et de « proximité » géographique. Mme Lieber a donc proposé aux magistrats de rejeter les deux pourvois du ministère de l’Intérieur. En revanche, de la même manière que la cour administrative de Bordeaux a refusé que l’Etat prenne en charge les dégâts subis à la salle de sport Squat Nostalgie, à Soma sport, chez Cyberdeliss, Sun motos, la station Esso Plomvert et les établissements de Guy Vieules et Claude Cazeneuve, le rapporteur public a estimé que le continuum dans le temps et la proximité des lieux de manifestations n’étaient pas avérés. Trop tard ou trop loin, pour résumé ! En conséquence, Mme Lieber a proposé aux magistrats de rejeter l’admission de ces pourvois. Délibéré d’ici un mois.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:27

Jaques Schwartz-Bart en concert au New Morning

Le saxophoniste des Abymes se produisait mardi à Paris en concert autour de son dernier disque, « The Art of Dreaming ».JSB-bassiste_1833.jpg

Ce disque est directement inspiré par le livre éponyme de Carlos Castaneda parut en 1993. Cet ouvrage relate la volonté de conscience éveillée dans les rêves que s’efforcent d’avoir les chamanes pour voyager dans des mondes parallèles. Pour ce rêve éveillé JSB avait convié Baptiste Trotignon au piano, Thomas Bramerie à la contrebasse et basse, et Hans van Oosterhout à la batterie. L’ensemble brillant de mille sonorités fait vibrer les mélodies jazz du chamane Schwartz-Bart. L’album qui a fait l’unanimité de la critique jazz et eu de nombreuses récompenses, sort au Japon, Etats unis, Espagne, Suisse. « Jaques a joué en Guadeloupe en Avril dernier, il est prévu d’y retourner avant la fin de l’année », assure Eric Basset, le producteur d’Aztec musiques.

iere-partie_1983.jpgUne petite perle s’est glissé dans la soirée sous la forme d’une première partie : une formation menée par Corinne Pierre-Fanfant, chanteuse et compositrice, avec Pierre Agénor à la guitare, Jonathan Gauthier au Cajon et Angélique Belladin au chant. C’est du soul créole fusion, les textes sont en créole, en français et en anglais, c’est le tout monde ou l’hommage de JSB à Glissant.
RDGscene_1676.jpg

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:28

Le conseil d’Etat dira qui doit payer les dégâts de février 2009

Le 26 février 2009, à Fort-de-France, alors que l’île, comme la Guadeloupe, était paralysée par la grève générale, des jeunes casseurs s’en prenaient à l’immeuble abritant les locaux de la Sacem et notamment un cybercafé, situé au rez-de-chaussée, le “Cyberdéliss” (saccagé avant d’être incendié). Plusieurs commerces avaient été pris pour cible dans le quartier des Terres Sainville : un magasin de pièces détachées (pillé) et un magasin de pneus (incendié). Plus loin, un magasin de matériel hifi était dévalisé et les rideaux métalliques d’au moins trois grandes surfaces étaient éventrés par une voiture lancée contre l’hypermarché Carrefour Dillon... Toujours au quartier Dillon, les casseurs utilisait un tracteur pour pénétrer dans le magasin Intersport. Un autre magasin d’articles de sport était victime de pillage. Les sociétés Difinitel Micro, GFA Caraïbes (assureur), Squat Nostalgie, SOMA Sport, Cyberdeliss, Sun Motos, Esso le Plomvert, et encore la SARL Guy Vieules se tournent désormais devant le Conseil d’Etat pour obtenir réparation. Le tribunal administratif de Fort-de-France a refusé en octobre 2010 de condamner l’Etat à leur verser des indemnités « en réparation des délits commis contre leurs biens, par violence, lors d’un attroupement ». La cour administrative de Bordeaux n’a donné raison qu’à l’un d’eux, Difinitel Micro. Le ministère a fait un recours contre cet arrêt et les autres sociétés, recalées en appel, ont-elles aussi saisi le conseil d’Etat. Les affaires seront examinées le 5 juillet. Les montants en jeu dépassent 350 000 €. Il appartiendra aux juges administratifs suprêmes de dire qui de l’assurance ou de l’Etat doit payer pour ces dégâts commis à l’occasion de troubles sociaux.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 04:26

Moy quitte la Réunion avec fracas

Robert-Moy-2.jpgPatron de Réunion 1ère, le Guyanais Robert Moy a secoué le groupe France Télévisions avec une interview explosive accordée au Journal de l’Ile. « Réunion 1ère n’a pas d’âme, disait-il. Elle passe plus de temps à gérer les problèmes administratifs que le contenu des programmes. (…) On fait des coups, mais au quotidien c’est plat. (…) L’hyper-administration nous empêche de libérer les créativités. (…) Il faut se libérer de ce système d’assistanat ! »

À la suite d’une réunion avec les dirigeants du groupe à Paris, il a donné sa démission. Joint par téléphone mardi par le JIR, il a expliqué qu’il quittait la station de la Réunion « par souci de cohérence ». « Je n’ai pas de porte de sortie, assure-t-il pour balayer les rumeurs de collaboration avec le nouveau ministre des outre-mer. Je suis tout simplement rapatrié au siège à Malakoff, sans savoir ce que j’y ferai dans l’immédiat. »

(Agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 06:43

Ayrault prononce son discours de politique généraleHemicycle.jpg

Ca a commencé dans le chahut avec une opposition survoltée et bruyante : « Trop de ministres ! », entendait-on sur les bancs de droite tandis que Jean-Marc Ayrault gagnait la tribune de l’hémicycle. Malgré ce ramdam et le malaise d’un député qui a perturbé quelques instants la séance, le Premier ministre a parlé pendant une heure et demie pour développer son programme d’action. « Evolution profonde, bouleversement inédit… » L’emploi d’abord avec une conférence sociale qui va s’ouvrir dans quelques jours, une consultation sur la refondation de l’école dès le 5 juillet, des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche en préparation d’une loi de programmation au début 2013, une conférence environnementale à la rentrée, un nouvel acte de décentralisation et l’abrogation de la réforme territoriale…

Les députés de la Guadeloupe ne sont pas tous là. Victorin Lurel étrenne pour la première fois sa place sur le banc des ministres. Hélène Vainqueur n’est pas encore installée comme députée et Ary Chalus, un peu esseulé, voit la fin de son calvaire auprès du groupe PS qui ne veut pas de lui, en caressant l’idée de se joindre au groupe des radicaux de gauche (ils ne viendra toutefois pas voir la presse à l’issue de la séance)… A droite,  dans cette partie de l’hémicycle, Daniel Gibbes est le seul élu noir (lui aussi éviterala presse). Côté Martiniquais, seul Serge Létchimy est absent, il est à Cuba. Ses trois collègues sont à gauche dans l'hémicycle, au sein du groupe GDR.

Ayrault.jpgSi le slogan de la campagne était « le changement, c’est maintenant », Jean-Marc Ayrault veut « installer le changement dans la durée ». Deux phases devraient se succéder durant le quinquennat, « la première sera celle des réformes de structure : consolidation ou rénovation de tous les outils qui nous permettront de renouer avec la croissance, la compétitivité et l’emploi ». Et d’abord, la réforme fiscale. Le redressement productif, la jeunesse, la décentralisation, la transition écologique et énergétique. « La justice sera tout à la fois notre moyen et notre but. » C’est alors qu’il a évoqué la justice territoriale et qu’il a adressé « le salut fraternel de toute la nation à nos outre-mer, où la faiblesse des orientations mises en œuvre au cours du dernier quinquennat a pu faire passer pour une forme de désintérêt, voire de désengagement de l’Etat. La politique gouvernementale s’y appliquera avec force autour de trois priorités que sont la jeunesse, l’emploi et la lutte contre la vie chère ». Eric Jalton garde la tête froide : « Les quelques mots pour l’outre-mer sont de tradition, mais ce n’est pas dans un discours de politique générale d’une heure et demie qu’on va développer une politique vis-à-vis de l’outre-mer. L’essentiel est qu’on ait cité l’outre-mer dans le cadre de la politique de justice territoriale. Aucun territoire ne doit se sentir abandonné, d’autant plus les régions ultrapériphériques reconnues au niveau européen comme handicapées structurellement. La France, à travers son Premier ministre, l’a aussi reconnu. » Même son de cloche chez Gabrielle Louis-Carabin : « On veut toujours entendre parler de l’outre-mer ! Mais c’est vrai qu’il a parlé de pouvoir d’achat. Il a surtout parlé de justice, d’équité et du redressement de la France… »

Jean-Marc Ayrault a évidemment parlé des comptes publics, « enjeu majeur » tout en refusant qu’on parle de « tournant de la rigueur ». Le collectif budgétaire reviendra sur l’allègement de l’impôt sur la fortune et des droits sur les grosses successions, le bouclier fiscal, l’exonération des heures supplémentaires pour les entreprises de plus de 20 salariés. En revanche, la hausse de la TVA prévue en octobre sera annulée. De nouvelles tranches d’imposition à 45 % et 75 % et des revenus du capital imposés au même niveau que celui du travail. Retour des comptes à l’équilibre annoncé pour 2017. Jean-Marc Ayrault prévoit deux fronts : celui du redressement productif à l’intérieur, et celui d’une réorientation de l’Union européenne à l’extérieur. 150 000 emplois d’avenir proposés aux jeunes là où le chômage est le plus élevé. 500 000 logements dont 150 000 sociaux… Et le code minier : « Il imposera des meilleures garanties de protection de l’environnement et une parfaite transparence dans l’instruction et la délivrance des permis d’exploitation. » Après avoir encore détaillé comment il mettra en œuvre le programme de François Hollande, Jean-Marc Ayrault a conclu son discours en évoquant les valeurs de la France, « un idée de la condition humaine. Ce sont des valeurs qui ne sont pas cotées mais qui pour nous n’ont pas de prix ».

 

Après la prestation du Premier ministre, alors que la parole était au patron du groupe PS, Chantal Berthelot et Victorin Lurel se sont éclipsés peu avant 17 heures pour se rendre aux Invalides où un hommage militaire et républicain était rendu aux deux soldats du 9e RIMA morts lors de l'opération Harpie, la semaine dernière en Guyane. Ils sont ensuite revenus discrètement en séance.

FXG (agence de presse GHM)

 


Ils ont dit

Gabrielle Louis-Carabin (app. PS Guadeloupe)

Carabin.jpg« J’ai voté pour le président de la République ; le Premier ministre engage son gouvernement et c’est sans problème que j’approuve la politique qu’il a exposée. J’ai voté pour la confiance.

La jeunesse, l’emploi et, naturellement, pour les Outre-mer, la vie chère, il y a eu des engagements pris par le président de la République ; la situation financière est difficile et le Premier ministre ne l’a pas caché. Il faudra effectivement un plan de rigueur mais toujours est-il qu’aujourd’hui, il répète sans cesse que le problème de la jeunesse est au cœur des préoccupations et, au niveau de l’Education nationale, ce sera prioritaire. »

Eric Jalton (PS Guadeloupe)

Jalton-copie-1.jpg« J’ai voté la confiance. Le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault est conforme aux engagements électoraux du président de la République, pour le redressement mais dans la justice sociale, territoriale, notamment vis-à-vis des régions d’outre-mer et je m’en réjouis. La priorité pour la jeunesse, pour l’emploi, pour la lutte contre la vie chère, autant de priorités, notamment l’éducation placée au cœur des préoccupations du gouvernement mais aussi les handicapés, la politique de santé, le rééquilibrage du territoire au niveau national, tout ça sont autant d’orientations conformes aux engagements de campagne présidentielle.

Les moyens seront là par le rétablissement d’une justice fiscale, c’est-à-dire quelques avancées sociales pour les plus défavorisés et une justice fiscale en faisant contribuer davantage les plus aisés de la population française, du monde entrepreneurial, des spéculateurs. Il n’y a pas de gaspillage, on prend l’argent où il est au nom de l’équité et on avantage des catégories sociales, on fait une politique solidaire au niveau de la jeunesse, de l’emploi et de la vie chère.

C’est une politique de maîtrise des dépenses publiques, de redressement des déficits de la France mais dans la justice car comme l’a dit Jean-Marc Ayrault, ce n’est que dans la justice sociale, fiscale et territoriale qu’on va être efficace en termes de croissance et de progrès économiques. »

 

Bruno-Nestor Azerot (GDR Martinique)

Azerot« J’ai voté la confiance comme je l’avais annoncé. Quand bien même j’appartiens à un groupe pluriel, j’ai la chance de garder toute mon indépendance. J’ai donc voté la confiance au gouvernement Ayrault. Je l’ai entendu parler de la jeunesse, de l’emploi et surtout de la thématique de la vie chère. J’en ai été content même si c’était un petit clin d’œil aux Antilles et aux outre-mer mais on peut se satisfaire que cela ait été mentionné dans son discours. Maintenant, il ne s’agit pas de rester dans un discours, il s’agit pour moi d’être dans l’opérationnel et je vais être très veyatif avec mes collègues pour voir comment nous pourrons véritablement faire en sorte qu’il y ait des résultats sur ces sujets-là.

Il faut aussi être réaliste ; la crise est là. Il faut trouver 8 milliards pour cette année, 33 l’année prochaine, ça fait beaucoup d’argent et ce n’était pas prévu. Il faut être solidaire du gouvernement et tous ensemble, nous pouvons très bien obtenir des résultats. »

Alfred Marie-Jeanne (GDR Martinique)

Marie Jeanne« Je n’ai jamais apporté ma confiance à aucun gouvernement français par définition. J’attends au pied du mur l’ouvrier. C’est bien la première fois que je participe à un vote de confiance au chef du gouvernement et j’ai voté abstention. C’est une abstention positive. A partir du moment où des mesures seront prises, qui ne portent atteinte aux intérêts de la Martinique, je voterai pour. J’ai toujours fait ainsi. A partir du moment où l’on portera atteinte aux intérêts supérieurs de mon pays, ce sera contre. Je prendrais un seul exemple : j’ai été le seul député d’Outre-mer à intervenir à l’Assemblée contre la TVA sociale qu’on vient de supprimer. On peut être à 7 000 km et défendre convenablement son pays. J’ai été élu par le peuple martiniquais par conséquent, je défendrai jusqu’au bout ses intérêts. Si ses intérêts sont pris en compte, aucun problème.

Dans une situation telle que nous la connaissons aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, ce n’est pas seulement de la rigueur, il y a de l’austérité en filigrane, mais il faut être objectif, ce n’est pas d’aujourd’hui que les différents gouvernements de la France ont laissé aller les déficits. C’est la même chose dans notre pays, il y des collectivités en déficit. Il ne faut pas jeter la pierre à un gouvernement. Tous portent à la longue cette responsabilité. C’est cette accumulation qui fait qu’aujourd’hui, la France est en train de perdre sa souveraineté. »

Jean-Philippe Nilor (GDR Martinique)

Nilor« Je me suis abstenu parce que s’il y a des options que je partage, s’il y a des espérances qui ont été formulées et que je partage aussi, j’ai trouvé qu’il y avait encore beaucoup d’incertitude quant aux moyens réels qui seront déployés sur le terrain. J’entends par là l’absence de garanties quant aux concrétisations mêmes sur le terrain pour le peuple martiniquais, pour l’école, l’hôpital, l’emploi… Donc j’ai préféré m’abstenir. C’est un moyen de maintenir d’une certaine manière une confiance par rapport aux propos verbaux et une vigilance de tous les instants par rapport à l’action qui sera menée parle gouvernement.

La jeunesse, l’emploi,la vie chère sont de ces perspectives que je partage mais ça reste encore du verbe. Lorsqu’on sait qu’il y aura au minimum une politique de rigueur, sinon d’austérité, pour l’instant, je n’ai pas suffisamment de garanties quant aux moyens qui seront déployés en Martinique pour pouvoir donner un blanc seing au gouvernement. »

Chantal Berthelot (PS Guyane)

chantal Berthelot« Le Premier ministre a eu un discours de responsabilité ; il n’a pas caché l’ampleur des difficultés même si elles avaient été anticipées lors de la campagne. Je rappelle qu’on était revenu sur des mesures actées mais non financées comme l’hôpital de Saint-Laurent. Il a été acté, mais il n’y a pas les12 millions €… Il fallait aussi revenir sur les prévisions de croissance. Mais on sait que l’effort doit être collectif : il faut faire payer ceux qui peuvent payer le plus. On reviendra sur la loi TEPA (le paquet fiscal, NDLR), sur la loi rectificative du budget, sur la TVA sociale qui allait encore toucher les plus démunis. C’est un discours que je vais relayer parce qu’il me semble tout à fait dans le ton et la mesure nécessaires vu la situation actuelle.

La réforme du code minier ne m’a pas surpris. On est plus qu’en phase car les Guyanais et moi-même souhaitons cette révision puisque, que ce soit l’exploitation des mines aurifères ou les hydrocarbures, le vide juridique est à l’origine des incompréhensions qu’on a rencontrées il y a un mois.

Le passage qu’il a consacré à l’Outre-mer est important mais il est à ramener à sa juste valeur

parce que nous sommes dans la France. Tout ce qui a été dit concerne aussi les outre-mer mais il était bien de rappeler que dans les outre-mer, il y a des difficultés comme la vie chère qu’il a citée. Nous y travaillons d’ores et déjà et des choses seront annoncées prochainement. » 

Gabriel Serville (GDR Guyane)

serville« Le discours est tout à fait conforme à ce qu’avait annoncé François Hollande. Le Premier ministre peut mettre en musique la partition qui avait déjà été écrite et à laquelle j’avais déjà pleinement souscrit. J’ai donc simplement voté en faveur de ce discours. Il a eu une pensée très forte pour la jeunesse. Je suis éducateur et je souscris pleinement à cette volonté de mettre la jeunesse et l’emploi au cœur des préoccupations gouvernementales. On a beaucoup parlé de justice et ce sont les valeurs qui fondent mon action politique. Je pense qu’on va pouvoir travailler dans d’excellentes conditions avec ce Premier ministre. 

Quant à son intervention sur le code minier, ça fait un petit moment qu’on en parle, qu’on dit qu’il faut le réviser, le remettre à plat de manière à mieux définit les conditions dans lesquelles les mines seront exploitées en Guyane. J’attends de voir à quel moment ce débat sera mis sur la table. »

 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 06:34

 

Walwari relance sa section en Ile-de-France

Le parti Walwari d’où sont issus le sénateur Jean-Etienne Antoinette et la ministre de la Justice, Christiane Taubira, invite « les plus de 20000 Guyanais résidant en France hexagonale » à rejoindre la section du parti en Ile-de-France pour participer aux débats « sur les enjeux guyanais, nourrir les idées et les rêves pour la Guyane, contribuer aux efforts collectifs de construction du pays ». La section, créée autour d’une trentaine de militants et sympathisants en 2009, en prévision des campagnes pour le référendum et les régionales de 2010, est donc relancée. « L’idée, explique son secrétaire général, Eric Lafontaine (aussi secrétaire général adjoint chargé des relations avec la diaspora guyanaise en France), est d’organiser les Guyanais du dehors, pour aller vers la victoire en 2014 aux municipales et à la collectivité unique. »

Walwari n’avait pas présenté de candidat aux législatives à la succession de Mme Taubira qui ne se représentait pas et souhaite cibler « les Guyanais nombreux hors de Guyane mais dispersés ». Selon Eric Lafontaine, la section Walwari Ile-de-France proposera bientôt des réunions publiques et a, d’ores et déjà créé sa page facebook (http://www.facebook.com/WALWARI.IDF).

FXG (agence de presse GHM)

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents