Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 05:01

Vers la fin de Soyouz en Guyane

Johann-Dietrich Wörner, directeur de l'Agence spatiale européenne (ESA) était auditionné mercredi matin, à huit clos, par le groupe d'étude sur l'espace de l'Assemblée Nationale.

le député de Guyane, Gabriel Serville en a profité pour l'interroger sur l'avenir de Soyouz en Guyane, dans la mesure où avec la mise en service d'Ariane 6, l'ESA disposera d'une palette de lanceurs lui permettant de pénétrer l'ensemble des marchés sans l'aide des Russes. M. Wörner a alors confirmé que dans la mesure où Ariane 6 et Soyouz entreraient en concurrence et que le lanceur Soyouz ne partage aucun élément technique avec la gamme Ariane, l'ESA se dirige vers un non-renouvellement de la convention de partenariat qui la lie à l'agence spatiale russe, ce qui marquerait de facto l'arrêt de l'utilisation de la base de lancement Soyouz en Guyane en 2023. Mauvaise nouvelle.

FXG, à Paris

Repost 0
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 04:14
10 mai au Panthéon
10 mai au Panthéon

GPL, Valls, Jackson et Mormeck au Panthéon

Une gerbe au nom du Premier-ministre a été déposée en fin d'après-midi du 10 mai sur la tombe de Victor Schoelcher au Panthéon. La cérémonie s'est faite en présence de la ministre des Outre-mer, de Jesse Jackson et de Jean-Marc Mormeck, délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer.

Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 07:08

Richard Samuel au jury de l'ENA

L’ancien préfet d’origine guadeloupéenne, ancien directeur général de l'Outre-mer, ancien directeur de cabinet de François Baroin au ministère de l'Outre-mer puis au ministère de l'Intérieur, et actuellement en poste à l’inspection générale de l’administration, figure parmi les membres du jury de l’ENA et en assurera même la présidence en cas d’absence du président titulaire Thierry Bert. L'annonce est parue au Journal officiel du 30 avril.

FXG

Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 06:22
L'affiche a été sélectionnée parmi 2000 propositions

L'affiche a été sélectionnée parmi 2000 propositions

Levi's affiche Franck Danican à New York

Le styliste mornalien Franck Danican vient de signer avec la marque de jeans Levi's un joli contrat. Il va être pendant six mois, à compter du 1er juin, l'image de la célèbre marque sur l'ensemble du réseau new-yorkais de bus, métro et train. Son projet a été retenu parmi les 2000 contributions proposées. Cet heureux événements s'inscrit au moment où le créateur guadeloupéen s'apprête à fêter ses vingt ans de carrière avec une nouvelle collection, Lemonade, du nom de l'album de Beyonce, au Mercer hôtel à Soho, NY.

FXG, à Paris

Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 04:06

Programme chargé pour le 10 mai dans l'Hexagone

Cette année encore, c'est au jardin du Luxembourg que sera célébré le 10 mai, journée nationale de commémoration de l'esclavage, de la traite négrière et de leurs abolitions. Le révérend Jesse Jackson, ancien candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis, sera aux côtés du chef de l'Etat François Hollande et de George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer. C'est cette dernière qui a eu l'idée d'inviter le pasteur américain à cette cérémonie.

Pour autant, le jardin du Luxembourg ne fait pas l'unanimité au sein du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage qui co-organise cette journée avec le Sénat. Une partie de ses membres souhaite que la cérémonie du 10 mai investisse des lieux de mémoire, notamment, la route de l'esclave. C'est ainsi que le sénateur guyanais, Georges Patient, a indiqué qu'il se rendrait sur le site de la Forêt-Mémoire à Chamblanc (Côte d'Or, là où est née Soeur Marie Javouhey). De même, le comité de la marche du 23 mai 1998 (CM98) a indiqué qu'il serait représenté dans l'ensemble des manifestations de ce jour, au Luxembourg, à Chamblanc, mais également à la Maison de la négritude de Champagney (Haute-Saône), au Musée Abbé-Grégoire d’Emberménil (Meurthe et Moselle), au musée Schoelcher de Fessenheim (Haut-Rhin) et au Fort de Joux-Toussaint Louverture à Pontarlier (Doubs).

Par ailleurs, une centaine d'associations se sont données rendez-vous en fin d'après-midi, place du général Catroux où se trouvent les statues des trois Dumas et la sculpture dites "Les fers brisés" (photo). Ils exigent que la Banque de France dont "le capital initial est en grande partie fondé sur l'esclavage colonial", mette à leur disposition l'Hôtel Gaillard, situé sur cette place, pour y créer un Centre Dumas, qui regrouperait un musée de l'esclavage et un Centre des cultures d'Afrique. L'an dernier, le Premier ministre Manuel Valls s'était déclaré « ouvert » à cette hypothèse.

En fin de journée au théâtre 9 du Blanc-Mesnil, l'actrice Sourya Adèle donnera une représentation exceptionnelle de Mary Prince.

FXG, à Paris

Et aussi

Mardi 10 mai 2016 de 14 h à 19h à la Cité internationale des Arts de Paris :

JOURNÉE DES MÉMOIRES / Les 10 ans de l’Institut du Tout Monde
Cette journée s’inscrira dans le cadre de l’édition 2016 du « Mois des mémoires de l’esclavage et des combats pour l’égalité » mis en place par le CNMHE et marquera à la fois l’apport de l’Institut du Tout-Monde à l’ensemble des manifestations prévues dans le cadre de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, et l’amorce du 10e anniversaire de l’ITM, fondé par Édouard Glissant en 2006.
À partir de 18 h : 
Vernissage de l'exposition "Le Musée du Tout-Monde & Agora Mundo"
exposition collective d’artistes d’Amérique latine et de la Caraïbe présentée du 3 au 21 mai à la Cité internationale des Arts
18 rue de l'Hotel de Ville, 75004 Paris, métro Pont Marie.
_______________________________________________
14h-16h : 
"Mémoires et Histoire conjointes" / Séance présentée par Loïc Céry (ITM)
Débat avec deux "Grands témoins" : Louis Sala-Molins et Doudou Diene
Les Grands témoins dialogueront avec un groupe d'étudiants issus de la Filière intégrée France-Caraïbes (FIFCA), programme international de Sciences Po Bordeaux, accompagnés de Christine Chivallon, directrice de recherche au CNRS.
16h15-16h35 : Ajours de cale – Éclats / clameurs
Proposition scénique, par le metteur en scène Gabriel Tamalet, avec Flavien Airault, Amélia Ewu, Guillaume-Harry Françoise, Sarah Mouline, Sebastián Sarasa Molina, Gabriel Tamalet. Conseiller artistique : Sophie Bourel. Pour la compagnie Présences-Monde.
16h35-18h : 
Projection du film Négritude : un dialogue entre Wole Soyinka et L.S. Senghor, de Manthia Diawara. 
Projection précédée d'une présentation du film par le réalisateur Manthia Diawara (professeur à NYU) et par Nicole Lapierre (directrice de recherche émérite au CNRS). Inauguration du Cycle "Diversité des pratiques et causes communes", créé par NYU (New York University), la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) et l’ITM.
Repost 0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 05:12
Jean-Jacques Seymour, juré, Harry Jeanne, lauréat, Bernard Clabaud, secrétaire général de Culture et Art premier, Annick N'Guessan, présidente, et Kareen Guiock, lauréate, le 4 mai à l'UNESCO

Jean-Jacques Seymour, juré, Harry Jeanne, lauréat, Bernard Clabaud, secrétaire général de Culture et Art premier, Annick N'Guessan, présidente, et Kareen Guiock, lauréate, le 4 mai à l'UNESCO

Prix Mondiapress : les Antillais bien servis

Le 4 mai au soir, à l'UNESCO, a eu lieu la deuxième édition du prix Mondiapress autour de personnalités médiatiques de renom comme Denise Epoté (TV5 Monde Afrique), Hervé Bourges (ancien président de TF1, de France Télévisions et du CSA), Paul Nahon (créateur d'envoyé spécial), Michel de Breteuil (créateur d'Amina) et l'humoriste Philippe Chevallier (le complice de Régis Laspalès). Ce prix créé par l'association Culture et Art premier, a pour but, selon ses organisateurs Annick N'Guessan et Bernard Chabaud, de "récompenser et valoriser les journalistes et animateurs qui par leur travail et leurs actions, diffusent, mettent en avant et font exister les peuples et les cultures africaines dans le monde". Sur cinq prix, quatre ont été décernés à des journalistes ou animateurs originaires ou oeuvrant aux Antilles.

Dans la catégorie web, c'est Grégory Protche, le directeur adjoint du Grigri international, premier organe de presse satirique africain qui est récompensé en son absence.

Dans la catégorie télévision, c'est la Guadeloupéenne Kareen Guiock qui a été distinguée. Kareen Guiock qui présente le JT de 12 h 45 sur M6, a rappelé à cette occasion que c'est à l'âge de 13 ans, alors qu'elle vivait à Apatou en Guyane, qu'elle a publié son premier papier... dans France-Guyane ! Elle a insisté pour partager ce prix avec l'ensemble de sa rédaction.

Dans la catégorie radio, c'est la Martiniquaise Laura Beaudi la lauréate avec son émission, Espace détente, sur Espace FM. Absente elle aussi pour cause d'antenne.

Dans la catégorie presse écrite, c'est notre confrère de France-Antilles Martinique, le Sénégalais Adams Kwateh, qui est récompensé. Jean-Jacques Seymour, membre du jury, a salué en son absence "un fils de Césaire et de Senghor".

Enfin, dans la catégorie photojournaliste, c'est le Guadeloupéen Harry Jeanne le lauréat. Après avoir travailler pour de nombreux titres de presse dont France-Antilles ou Amina, Il a co-fondé le site d'information 97land. Quoique très ému, il a eu ce mot eu égard à la banalisation de la photo numérique : "C'est de plus en plus difficile de travailler avec tous ces téléphones portables dans le champ !"

FXG, à Paris

Il a dit

Adams Kwateh (à droite sur la photo, face à Edouard Glissant en mai 2007) : "J'ai choisi ce métier dans le but de temoigner et le hasard a fait de moi un témoin de la vie sociale, politique et culturelle de la Martinique. Et donc de l'action de Césaire, le plus africain des Africains parce qu'il avait de l'espoir pour l'Afrique. Je pense fortement à ma terre casamançaise natale en ce qu'elle a fait de moi, un curieux de l'autre. Je pense à Henry Mangattale qui, en janvier 1991, sans meme regarder le CV que j'étais venu lui remettre, m'a donné mes chances de devenir pigiste à France-Antilles. Je ne cesserai de remercier le lecteur martiniquais pour sa tolérance face à mes insuffisances."

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 06:47
Jacob Desvarieux, Jean-Claude Naimro et Jean-Philippe Mathély à l'antenne de la Région Guadeloupe à Paris le 23 mars

Jacob Desvarieux, Jean-Claude Naimro et Jean-Philippe Mathély à l'antenne de la Région Guadeloupe à Paris le 23 mars

Kassav rempile au Zénith

Trente ans après leur premier Zénith, les cinq Kassav reviennent pour la soixantième fois (au moins) dans leur salle fétiche pour trois dates, les 27, 28 et 29 mai. "On va reprendre la liste des titres de 1986", annonce Jacob Desvarieux. "Ca ne sera pas exactement pareil parce qu'il n'y a plus Patrick Saint-Eloi", corrige Jean-Philippe Marthély. "De toute façon, c'est la dernière fois qu'on fait ça au Zénith !", s'amuse Jean-Claude Naimro. Pipo annonce "feu et tremblement de terre", Jacob, de la nitroglycérine...

"Chiré Douvan", nom de la tournée est le titre du morceau qui ouvrait leurs concerts au début de leur carrière. Il y aura sans doute des invités. "Steevie Wonder peut débarquer, annonce Jacob, tout est possible." "Si la configuration le permet, reprend Pipo, on va essayer de promouvoir des jeunes en première partie." "Les jeunes n'écoutent pas ce que les vieux ont à leur dire, ajoute Naimro, ils font ce qu'ils veulent." "Nous, reprend Pipo, on peut amener notre sérieux, notre humilité et l'amour de notre musique." "On est le premier groupe qui a commencé à faire des concerts. Avant, c'étaient des bals", conclut Naimro qui aimerait bien qu'on dise un jour aux Rolling Stones : "Vous êtes les Kassav de l'Angleterre !"

Le clavier de Kassav observe que depuis que le groupe a commencé, ils sont toujours en tournée. Ils ont même joué en URSS ! "Il n'y avait pas gens debout, se souvient Pipo, tous assis !" "On ne se rendait pas compte, reprend Jacob. On a été joué dans des pays en guerre, au Liban... Aujourd'hui, on ne le ferait pas." "On n'a jamais été assez commerciaux pour développer une stratégie, ajoute Jean-Claude Naimro, et ça n'a pas changé jusqu'à maintenant."

Les voilà donc repartis pour une tournée mondiale. Sainte-Lucie, le 7 mai, les îles Vierges, le Cap vert et la Côte d'Ivoire... Trois bonnes heures à chaque fois. Ca sera pareil au Zénith. "On a habitué les gens à ça", explique Naimro. Pour la préparation physique, le clavier insiste : "On n'est pas le FC Barcelone !" "Si, si, si, le coupe Jacob., jessaie, j'y pense mais je suis comme Churchill... No sport ! Je me dis quand même qu'il faudrait que je sois en forme pour le Zénith. Avant, je ne me disais pas ça..."

Si les tiroirs du groupe regorgent de compositions prêtes à sortir, les cinq Kassav n'ont guère beaucoup de temps pour mettre des nouveautés au point. Les concerts de la tournée Chiré Douvan ne devrait pas comporter de nouveaux titres. "Mais ça peut changer", promet Jacob.

FXG, à Paris

 
 
 
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 06:38
Sur le stand des poupées de Ruthy à la foire de Paris

Sur le stand des poupées de Ruthy à la foire de Paris

Des artisans guyanais organisés à la foire de Paris

John Stanislas a repris il y a trois ans la présidence de l'association "La Guyane d'ici et d'ailleurs", jusqu'alors occupée par Léa Minerve. Il préfère parler de groupement d'intérêts professionnels. Depuis, il fédère les artisans autour du projet "foire de Paris" et par extension l'ensemble des foires et salons en Europe. D'une poignée au début, ils sont désormais 17 et bien présents dans le hall Terre de tropiques de la foire de Paris. "Nous sommes tous intéressés à faire connaître la Guyane à l'extérieur", insiste John. L'association s'occupe du fret, du transport et de l'agencement des stands pour tous les exposants. Elle a négocié avec la CTG pour obtenir la prise en charge d'une partie des billets d'avion, la totalité du fret et surtout les stands. Il faut normalement compter sur 5000 euros pour 9 m2. Ce poids en moins leur permet d'innover, d'amener plus de produits et vendre plus.

La Guyane pour les gens, c'est d'abord le rhum, le kwak et les vêtements (avec la marque "Fé to diez". Mais il y a aussi les huiles et les confitures de jaque, le bois, l'or et, depuis deux ans, il y a la bière de Guyane. "On fait avec ce que les Guyanais veulent bien nous donner, relate John Stanislas... Parfois, on se retrouve avec pas grand chose, mais cette année, on a beaucoup !"

La clientèle qui vient les voir est composée essentiellement de Guyanais et d'Antillais de la région parisienne qui viennent faire leur course et profiter de l'ambiance. Les métropolitains qui viennent sont souvent déjà venus aux Antilles, plus rarement en Guyane. Nos artisans bénéficient incontestablement de la proximité des stands de la Réunion, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Polynésie. "Les gens commencent à connaître le kwak, raconte encore John, et ils reviennent."

Les 500 kilos de fruits qu'ils ont amenés ont été épuisés pendant le premier week-end de la foire. L'an passé, ils avaient amené 1,5 tonne de fruits. Même chose, c'est parti en deux jours !

Un succès heureusement, car tout cela revient fort cher : "1,5 tonne de fruits, explique John, nous coûte environ 1000 euros à l'achat, mais nous revient à 5000 euros ici." D'où l'intérêt du soutien de la CTG,. "On ne peut exporter à des prix exorbitants". Le Centre spatial guyanais participe lui aussi à cet effort financier et, avec ses fusées exposées, il attire le chaland !

"On a encore du travail à faire sur nos stands... On doit améliorer la décoration et les animations." Mais John ne se plaint pas trop : "On est jeune, à peine trois ans... D'autant que pour animer cette association, c'est du bénévolat !" Heureusement John a un emploi par ailleurs dans les assurances ! "J'ai quand même du prendre un mois de congés pour tout préparer et tout ça se préparer pendant cinq à six mois en amont !"

FXG, à Paris

Repost 0
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 06:00

Le Sénat entérine la fin de l'itinérance pour les clients d'opérateurs ultramarins

Les sénateurs ont adopté mardi la loi République numérique par 323 voix et une seule contre. Au cours de ce débat, les sénateurs ont adopté l'amendement du sénateur LR de Saint-Barthélemy qui supprime les surcoûts de l'itinérance ultramarine pour les communications vocales et les minimessages des clients d'une entreprise opérant et exploitant un réseau mobile outre-mer.

Le dispositif voté préserve donc l'esprit de l'amendement Lurel inscrit dans la loi d'actualisation du droit des outre-mer tout en répondant à l'objectif de diminution du coût des communications de l'itinérance ultramarine. Il tient aussi compte de l'avis de l'ARCEP qui avait souligné la nécessité d'introduire des limites d'usage raisonnable pour le client final de manière à éviter les cas d'itinérance permanente qui seraient à l'origine des effets négatifs sur les marchés ultramarins.

Ainsi, les clients ultramarins bénéficieront bien d'une suppression des surcoûts de l'itinérance dès le 1er mai 2016 sur les communications et les minimessages sans aucune limitation d'usage.

Parallèlement, les clients métropolitains bénéficient de la première baisse significative de 80% des surcoûts de l'itinérance depuis le 30 mars 2016 - lorsqu'ils ne disposent pas d'une offre commerciale incluant la suppression des surcoûts de l'itinérance- avant une suppression définitive au 15 juin 2017.

FXG, à Paris

 

Repost 0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:39
Achille Virama-Latchoumy est tout à gauche, avec les 19 autres récipiendaires et le président de la République

Achille Virama-Latchoumy est tout à gauche, avec les 19 autres récipiendaires et le président de la République

Achille Virama-Latchoumy décoré par Hollande

"Je me sens très soulagé parce que je sors de très loin et je ne m'attendais pas à ça dans ma vie... Recevoir une médaille à l'Elysée, c'est important pour moi et pour l'île de la Réunion parce que c'est un modèle que je vais ramener..."

Achille Virama-Latchoumy faisait partie des vingt personnes choisies pour être honorées en ce dimanche 1er mai pour recevoir la médaille du travail des mains du chef de l'Etat. Dix hommes, dix femmes venus de dix régions françaises dont une seule ultramarine; la Réunion. Cette médaille vient honorer trente ans de carrière.

Achille est employé depuis 31 ans à l’Urcoopa, une coopérative qui fabrique des aliments pour bétail à St-Paul. Achille, qui en a été un des premiers salariés, occupe actuellement un poste de manutentionnaire à l’usine de Cambaie. Avant cela, il a été manœuvre et chauffeur livreur. Son professionnalisme lui a permis de s’imposer en tant que magasinier gestionnaire de stock. Son patron parle de lui comme un "cariste hors pair et un collègue généreux dans le travail".

Dimanche matin, ils étaient peu nombreux, récipiendaires et proches, dans la grande salle des fêtes de l'Elysée en attendant le président et les ministres du Travail, Myriam El Khomry, et de la Formation professionnelle, Clotilde Walter. Achille était accompagné de son épouse et d'une collègue du service des ressources humaines de l’Urcoopa.

François Hollande leur a d'abord tenu un discours dans lequel il a rappelé le sens de ce rendez-vous dont il a voulu faire une tradition depuis 2013 : "C'est un messages aux salariés français, à ceux qui aspirent à travailler, qui ne trouvent pas de CDI, qui ne trouvent pas de stage ou de formation..." Un moment idéal pour rappeler pourquoi il a voulu la réforme du code du travail avec le projet de loi tant contesté de Myriam El Khomry : "Cette loi doit permettre des progrès dans le dialogue social et donner plus de visibilité aux salariés." Le président a rappelé qu'à l'heure actuelle, sur dix contrats d'embauche, neuf sont à durée déterminée et il a fini par saluer le meilleur chiffre du chômage depuis seize ans (moins 7 % chez les jeunes), en "espérant que la tendance se poursuivrait..."

Avec son nom qui débute par un V, Achille Virama-Latchoumy a été le dernier à recevoir sa médaille. Quand le président s'est enfin approché de lui, il a eu ce mot, très chiraquien : "Vous venez de loin..." Achille est resté droit, fier et, visiblement, très heureux. "C'est la première fois que je viens à l'Elysée, la première fois que je vois un président de la République..." Alors quand François Hollande lui a donné l'accolade après lui avoir épinglé la médaille tricolore, Achille Virama Latchoumy a été fortement impressionné : "Mi pense qu'on est ensemble vraiment avec le président... Ca m'a fait chaud au coeur."

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents