Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 05:25

Docu-fiction en rade au bord de la Route de l’abolition

Jean-Michel-Martial-et-Keen-de-Kermadec.jpgLe Guyanais Alain Maline attend une réponse de France TV pour boucler le financement du premier docu-fiction consacré à la Route des abolitions et des droits de l’Homme.

C’est un docu-fiction, le premier du genre, sur la Route de l’abolition. Le projet monté par Taïnos production et le réalisateur et producteur guyanais Alain Maline a reçu le label de l’année des Outre-mer français, mais, contre toute attente, il pourrait rester en rade sur le bord de la route de l’abolition, quelque part entre Chamblanc, Fessenheim, Embermesnil, Champagney ou le fort de Joux. Car si Canal + oversea’s y a mis des billes, France Télévision a, dans un premier temps, refusé d’accompagner ce projet déjà largement avancé. Le producteur a un nouveau rendez-vous avec  les dirigeants de France Ô le 7 juillet prochain… Alain Maline a décidé de raconter la route des abolitions à travers le tour de France. Jean-Michel et Véro, couple d’origine créole, incarnés par Jean-Michel Martial et Keen de Kermadec, font du cyclotourisme sur les traces de leur passé, sur cette route nommée « Route des Abolitions de l'esclavage et des Droits de l'Homme ». Passionnés de randonnées cyclistes et d’histoire, ils  suivent aussi le vrai tour de France à la télévision et dans les journaux.

 

Mombo Jombo dans la forêt mémorielle

Luc-Saint-Eloy-en-tournage.jpgEn même temps, à Mana en Guyane, un groupe de jeunes gens descendants d’esclaves se préparent à venir à Chamblanc, en Bourgogne, où une forêt à la mémoire de leurs ancêtres est plantée, la forêt des esclaves affranchis. Cette histoire est contée par Mombo-Jombo, l'ancêtre africain qui vivait dans le royaume des Aradas, au Dahomey ; il est incarné par Luc Saint-Eloy.

Depuis le prologue qui débute en Guyane jusqu’à la montagne Sainte-Geneviève, au Panthéon, où s’achève ce tour de France, Jean-Michel et Véro, mais aussi Mombo-Jombo racontent la lutte de ceux qui parvinrent à délivrer l’humanité de l’abomination de l’esclavage. A chacune de leur halte, des scènes historiques illustrent les conditions de vie des esclaves : elles sont jouées par les deux randonneurs et les enfants des écoles des villages-étapes traversés qui découvrent les entraves et les fers qui enchaînèrent leurs ancêtres. Par des successions de flash back, ils se plongent à l’époque de la traite et du Code noir. Puis après chaque étape, ils reprennent leur tour cycliste... Pendant-le-tournage-Francoise-Bobenrieth-2542.jpg

Comme les enfants de Mana, les deux cyclo-randonneurs, partis de Champagney, arrivent à Chamblanc. Enfants de la Guyane et enfants de cette France de l’Est entament alors une ronde de la liberté tandis que retentit le chœur des esclaves de Verdi. Pour paraphraser Bashung, c’est l’arrivée du tour… Jean-Michel et Véro, suivis de cyclistes amateurs venus des outre-mer, arrivent sur les Champs-Elysées avant d’achever leur périple au Panthéon.

Si avec ça, France Ô ne veut pas s’y mettre, c’est à y perdre son créole !

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 05:11

Vivement Dimanche spécial outre-mer

Le rendez-vous du dimanche après-midi de France 2 joue le jeu de l’année des Outre-mer français le 26 juin. Cette semaine, Michel Drucker et Claude Sérillon reçoivent Shy’m, Marijosé Alie, Babette de Rozières, Edouard Montoute, Lucien Jean-Baptiste, Euzhan Palcy, Philippe Lavil, la Compagnie Créole, Jacob Devarieux, Soft, Orlane et Ralph Thamar, Alexis Gloaguen, Christine Kelly, Marie-Luce Penchard, Antoine Kombouaré.

A 18 h 50, on retrouvera Claude Sérillon, Jean-Pierre Coffe, Pascal Légitimus, Gérard Porte, Thomas N’Gigol, Fabrice Eboué et Walles Kotra.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 03:55

Craintes syndicales à France Ô, « chaîne généraliste »

Tandis que le directeur de l’antenne et des programmes de France Ô annonce l’arrivée de Laurent Bignolas (Explôration), d’Emmanuel Maubert, venu de Cà vous (les Ôndes du monde), de Daniel Picouly ou le retour d’Audrey Chauveau ou de Fred Musa (Dance st !), se dessinent les futurs contours de l’antenne de France Ô à la rentrée de septembre et les axes de la nouvelle ligne éditoriale. Dans le Parisien du 23 juin, Gilles Camouilly, directeur de l’antenne et des programmes, estime que réduire France Ô à la chaîne de la diversité conduit à l’enfermer dans un ghetto. Claude Esclatine, le directeur général, ne disait pas autre chose quand il disait devant son personnel qu’une ligne éditoriale communautaire était un pari suicidaire. Donc, la chaîne devient « généraliste avec une ligne éditoriale fondée sur l’ouverture au monde, les cultures populaires modernes, les récits humains… », selon Gilles Camouilly cité par le Parisien. Il n’en faut pas plus pour provoquer angoisses et sueurs froides dans les rangs des salariés de la chaîne de Malakoff toujours prompts à défendre leur statut de chaîne de l’Outre-mer. Ainsi, dans un tract daté du 23 juin, l’UCSA-CGT écrit : « A l’entendre parler l’heure serait arrivée de nous écrier tous : Adieu Foulards, adieu Madras et vive « l’ouverture sur le monde, les cultures populaires modernes, les récits humains… » qui n’étant traitées sur aucune autre chaîne de la TNT mériteraient toute notre attention pour nous y faire une vraie place sur la TNT et dans le groupe FTV. » Le syndicat estime qu’il s’agit là du cahier des charges de F3 et non de celui de FÔ et s’interroge : « Sa ligne éditoriale ne peut que s’ancrer prioritairement dans les réalités des Outremers et dans leur environnement régional et pas exclusivement dans une course à l’audience, aux effets d’annonces, aux recyclages de programmes et autres animateurs de FTV ! La liquidation des programmes liés aux Outremers, ou même leur relégation dans des zones d’ombres, ne saurait donc être à l’ordre du jour des grilles de France Ô, sans être dans le déni du cahier des charges. » Claude Esclatine savait déjà que le nettoyage des écuries d’Augias de sa chaîne serait long. Il le sera peut-être moins que ce dialogue idéologique tendu !

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 05:47

La marina de Bas-du-Fort récompensée aux Trophées de l’escale

Un jury de professionnels de la mer et du tourisme a décerné un prix coup de coeur à la marina de Bas-du-Fort à Point-à-Pitre/Le Gosier. Ce prix vient en complément des trois Trophées de l'Escale attribués aux ports de Crouesty Arzon (56), de Fréjus (83) et de Briare le Canal (45). Les Trophées de l'Escale récompensent depuis 7 ans les efforts et les investissements réalisés par les ports de plaisance français en matière de respect de l'environnement et de qualité des services offerts aux navigateurs en escale. Ce prix est organisé par l’ association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques, la fédération française des ports de plaisance et le Yacht club de France.

Le choix de ces ports a été retenu en raison de la qualité de l’accueil, tant humain que technique, la qualité des services (sanitaire, électricité, eau, carburant, connexions Internet wifi gratuites, les gardes d’enfants, les livraisons à bord, etc...), la qualité environnementale (entretien des lieux, propreté et nettoyage, espaces verts, zone protégée, etc...), la proximité des services (alimentation, restauration, transports, chantiers, services à la personne, etc...), la qualité de vie (sécurité des personnes et des bateaux, calme des lieux, animations proposées, garderies pour enfants, etc…) et l’ouverture sur la ville et l’arrière pays : moyens (transports-animation) mis à disposition des plaisanciers pour découvrir la région. Eu égard au nombre de critère retenus, on comprend que la marina n’ait eu qu’un prix coup de cœur, mais on doute que ces jurés y aient réellement fait escale… Un pavillon signalera tout de même la qualité de l’ensemble des prestations d’escale de la marina de Bas-du-Fort.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 05:44

 

Le déficit du CHU au Sénat

40 Millions € au lieu des 16,4 M€ initialement prévus, c’est le montant du déficit prévisionnel 2011 du CHU. Le sénateur Daniel Marsin a alerté jeudi au Sénat le ministre de la Santé Xavier Bertrand de cette situation financière née de la modification des règles budgétaires des établissements de santé. Relayant les inquiétudes du personnel hospitalier le sénateur a interrogé le ministre sur trois points : l’éventuelle attribution d’une dotation exceptionnelle de 40 millions d’euros pour accompagner le redressement du CHU ; la mise en œuvre rapide et efficace du Plan Santé Outre-Mer ; le respect des engagements financiers de l’État, à hauteur de 500 millions d’euros dans la reconstruction du CHU de Pointe-à-Pitre.En réponse, le ministre a indiqué que les chiffres actuels du déficit seraient revus à la baisse, « car l’effet bénéfique de la baisse des tarifs permettra de dégager des marges qui aideront à rétablir l’équilibre financier du CHU de Pointe-à-Pitre ». Puis, Xavier Bertrand a anoncé sa venue sur place avant la fin des grandes vacances, accompagné de Marie-Luce Penchard, afin de réévaluer la situation du CHU. Xavier Bertrand semble avoir bien acté la nécessité de reconstruire le CHU de Pointe-à-Pitre aux normes parasismiques. Des décisions gouvernementales devraient être prises à l’autonome prochain.

FXG (agence de presse GHM)

 

Partager cet article

Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 05:32

EFFLUVES DE RHUM A VINEXPO

10-juin-2011-1147.jpgDeux stands ont défendu les rhums de Guadeloupe parmi les 40 000 m² réservés aux exposants de Vinexpo, le premier salon mondial des vins et spiritueux (du 19 au 23 juin à Bordeaux). A près de 1000 euros le m² (espace et création du stand compris, en moyenne), on comprend que la participation soit modeste.

flacons-rhum.jpgDamoiseau fait figure  d’habitué dans les travées du parc des expositions de Bordeaux. Le rhum du Moule, qui en est à sa 5e participation, partage son espace avec les martiniquais Clément et JM (les trois compagnies ont créé une société commune de promotion basée à Paris). Les bouteilles de Damoiseau ont fait peau neuve pour Vinexpo avec un « Virgin Cane Ron » titré à 40° et destiné à séduire les anglophones. Deux autres productions ont été présentées sur le salon : des bruts de fûts 1989 et 1991, baptisés Full Proof.

Stand-Guadeloupe-Vinexpo.jpgA une encablure de là, les « Rhums et punchs des Iles de la Guadeloupe » attirent l’œil. La distillerie Bielle, le rhum Karukéra (marque réactivée il y a 6 ans), le Domaine de Séverin et le liquoriste Madras font stand commun. Après le succès de l’opération menée à Saint-Malo pour le départ de la Route du Rhum, les producteurs locaux semblent avoir compris que l’union fait la force.

Clement-JM-Damoiseau.jpgLes 130 000 euros consacrés à Vinexpo ont été financés par la CCI de la Région des Iles de Guadeloupe, à l’origine du projet, (20 000 euros) et les entreprises (5 000 euros chacune). La Région Guadeloupe et les fonds européens ont financé le gros du budget.

Le marché asiatique fait figure de nouvelle terre promise pour les viticulteurs comme pour les rhumiers antillais. L’Asie est le premier consommateur mondial de spiritueux. Une étude financée par Vinexpo prévoit une hausse de la consommation sur le continent de 4,76 % entre 2010 et 2014. Il est donc important de se mettre en ordre de bataille pour conquérir de nouvelles parts de marchés. Cette même étude révèle que la consommation de rhum a augmenté de 16,3% dans le monde ces cinq dernières années et que les perspectives jusqu’en 2014 sont de +14.04 %.

Les producteurs antillais misent essentiellement sur le rhum vieux, produit de luxe, pour faire la différence face à leurs concurrents.

Guillaume Decaix


Vinexpo fête sa 16e édition

Sortie-Vinexpo.jpgLe salon bordelais, est réservé aux professionnels ; il accueille 2400 exposants de 47 pays producteurs. 45000 à 50000 visiteurs sont attendus venant de 135 pays.

Les sociétés de spiritueux, dont les rhums, occupent 12 % de la surface totale du salon.


Damoiseau-et-Tresor.jpgMarius Trésor, ambassadeur de la Guadeloupe à Bordeaux depuis 30 ans.

 

Le Saintannais n’a pas manqué de venir déguster quelques ti-punchs sur les stands de la Guadeloupe (ici, avec Hervé Damoiseau). L’ancien international (65 sélections) s’occupe de la détection de jeunes talents pour les Girondins de Bordeaux, où il a joué 4 saisons. Le joueur, formé à la Juventus de Sainte-Anne, effectue tous les ans un voyage sur son île natale pour dénicher de nouveaux talents.

Partager cet article

Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 04:39

L’AFD prévoit de consacrer 5,5 milliards d’euros pour l’Outre-mer en 2013

Dov-Zerah.jpgLe nouveau directeur de l’Agence française de développement (AFD) Dov Zerah, a présenté hier son rapport annuel en ce qui concerne l’activité outre-mer de l’agence. En 2010, sur un milliard d’euros, 289 M€ ont été mis à la disposition des PME (pour le compte d’Oséo), 165 M€ ont servi pour garantir des prêts bancaires, 66 M€ ont été mis au service des financements du secteur privé et 437 M€ ont été consacrés à des prêts au secteur public. La Martinique arrive en tête des bénéficiaires (214 M€), devant la Réunion (193 M€), la Guadeloupe (161 M€), la Nouvelle-Calédonie (134 M€), la Polynésie française (120 M€), la Guyane (85 M€), Mayotte (40 M€), Saint-Pierre et Miquelon (5 M€) et Saint-Martin (1 M€). Ces sommes ont d’abord servi (hors garanties d’emprunt et financement des PME) aux infrastructures et au développement urbain (192.4 M€), aux plans de restructuration des collectivités locales et au refinancement de leur dette (143.4 M€), au secteur productif (67,5 M€), à l’eau et à l’assainissement (52.6 M€), à l’environnement et aux ressources naturelles (25.5 M€), à l’éducation (21.4 M€) et enfin à la santé (4.5 M€). L’AFD a mesuré l’effet de son action en matière développement en ce qui concerne les autorisations de financement pour 2010 : amélioration du réseau d’assainissement pour 2155 000 personnes ; aménagement de 900 000 m2 de zones d’activités économiques ; construction de 6 000 logements sociaux et encore traitement de 330 000 tonnes de déchets. Pour la perspective 2011-2013, l’AFD entend poursuivre la mise en œuvre des mesures adoptées lors du conseil interministériel de l’Outre-mer à commencer par le développement économique endogène.

L’AFD, depuis cinq ans connaît une montée en puissance de son activité. Elle avait 11 milliards d’en cours en 2006, c’est 13 en 2010 (dont 3.5 pour l’outre-mer), ce sera 16 fin 2011 et 22 milliards fin 2013 (dont 5.5 pour l’outre-mer). En 2010, l’AFD a eu un résultat net d’exploitation de 104 M€ qui ont été retournés à l’Etat.

FXG (agence de presse GHM)

 


Pas de filialisation de l’action Outre-mer

 

Depuis son arrivée à la tête de l’AFD, il y a environ un an, Dov Zerah a envisagé de séparer l’activité outre-mer du reste de ses missions d’aide au développement dans le monde. Il s’agissait de donner une identité propre et une visibilité au volet ultramarin de son action, d’obtenir une meilleure gouvernance avec des élus ultramarins siégeant au conseil d’administration, et de développer l’activité en matière de fonds propres. « J’ai arrêté le projet à cause de l’inquiétude des personnels », explique le directeur général.

 


L’aide à la Polynésie

« Je nepeux pas dire que c’eut été facile d’aider la Polynésie… » Le passage, le 24 mars 2011, de la note BBB- à BB+, pour la Polynésie n’arrange pas forcément les affaires de l’AFD qui est totalement impliquée, selon son directeur général, dans son développement par ses financements et sa participation à hauteur de 35 % au capital de la Socredo (le Territoire en a 50 % et la Banque populaire 15 %). « Nous ne sommes pas à la recherche de marges contrairement aux banques commerciales et notre appréciation du risque est différente ; nous devons remplir une mission de service public », explique Dov Zérah. A la suite de la mission Bolliet exécutée à la demande de Gaston Tong Sang, l’AFD a apporté son concours à la Polynésie à hauteur de 41 M€ dont 25 ont été décaissés il y a trois mois. Les 16 restants vont l’être prochainement. « J’ai rencontré Oscar Témaru à deux reprises, a indiqué M. Zerah. Nous sommes, au-delà des difficultés du territoire, dans un dialogue très fort… » Le dg de l’AFD manie les mots presque aussi bien que les chiffres ! A toutes fins utiles, l’AFD a prêté 25 M€ pour faire face aux dégâts causés par le cyclone Oli.

 


Rénovation urbaine en Guadeloupe

Pour améliorer la qualité de la vie dans les quartiers défavorisés des Abymes, l’AFD débloque un prêt de 10 M€ à la SIG. Le résultat attendu représentera 1600 logements sociaux réhabilités et 1 200 construits.


Reconstruction de l’hôpital du François en Martinique

Pour rationaliser et moderniser les équipements de santé en Martinique, l’AFD prête 8 M€ à l’Hôpital du François et consent des prêts Oséo aux entreprises concourant à la construction. Au final, la capacité d’accueil devrait augmenter de 15 lits et l’hôpital du François devrait viser le label HQE (haute qualité environnementale).

 


Désenclavement numérique en Guyane

L’AFD sera certainement appelée à participer à la dotation d’installation que les ministres Richert et Penchard ont presque promis à la future nouvelle collectivité de Guyane. Mais dans l’immédiat, l’AFD veut participer à une liaison internet sécurisée et de qualité aux populations de la Guyane et de l’Etat brésilien de l’Amapa qui permettrait d’améliorer le réseau et de l’interconnecter avec le réseau national brésilien. L’AFD va donc garantir de 655 M€ de prêts et porté son soutien par une intervention d’Alyse Guyane, outil de capital risque guyanais dans lequel l’AFD détient une participation.

 


Soutien aux entreprises innovantes à la Réunion

L’AFD verse une subvention de 45 000 € à l’entreprise Bioalgostral au titre du mandat confié par Oséo. Il s’agit d’aider cette entreprise dans sa démarche novatrice de recherche et développement pour la production d’un carburant de 3e génération.

 


Soutien à la politique énergie climat en Nouvelle-Calédonie

Pour soutenir la démarche d’un plan climat territorial, l’AFD a prêté 30 M€ sur trois ans à la Nouvelle-Calédonie. Il s’agit de faire évoluer la réglementation en faveur de l’efficacité énergétique et d’améliorer la capacité d’autofinancement de la collectivité.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 05:50

Vaval sur les champs Elysées le 3 juillet

Cadenet-Bouakaz-El-Khomri-Richard.jpgLe 3 juillet, sur la plus belle avenue, les Parisiens et les touristes pourront admirer derrière des barrières protégeant un parcours sécurisé une « parade costumée dans une scène fermée ». Personne ne pourra défiler dans la trainée des groupes carnavalesques. D’ailleurs, ils seront tous à pied ; les chars ont été refusés. Une fois passée la pilule amère de cette autorisation arrachée de haute lutte au préfet de police (voir ITW de Firmine Richard), restent les belles choses et les bonnes nouvelles ! 6000 personnes participeront à la parade, 58 associations dont 25 issues de la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion, Saint-Martin, Tahiti… Tiare-Theo-et-Mado.jpgLa Colombie, Cuba, la Chine, l’Inde, l’Angleterre et la Thaïlande seront également de la partie. Des groupes de province (Saint-Malo, Nice et Bordeaux) seront également là. « Le message, c’est l’harmonie dans la diversité », indique le délégué général à l’Outre-mer de la ville de Paris, Jean-Claude Cadenet. Max Berthelot et Joby Garnier superviseront la partie artistique avec une scénarisation du défilé et une régulation du flux des groupes pour respecter les distances et le rythme. Le jury et le village du carnaval seront établis au niveau du rond-point des Champs-Elysées. Le public est invité à se présenter le long du parcours par les stations Charles-de-Gaulle-Etoile ou Georges V. C’est la fédération du carnaval tropical de Paris qui, avec la mairie, est la cheville ouvrière de ce carnaval. « Si ça perdure depuis dix ans, indique le vice président de la fédé, Martial Gamiette, c’est grâce à la volonté des carnavaliers. » L’an passée, 65 000 spectateurs ont assisté au défilé. Cette fois, le parcours elyséen devrait permettre d’améliorer grandement ce chiffre ! Pour l’adjoint au maire de Paris chargé de la vie associative et de la démocratie locale, Hamou Bouakaz, ce carnaval est « un fait fondateur de la réconciliation des mémoires. Il est un pied de nez à tous ceux qui  parient sur les antagonismes, les communautarismes et les stratégies de la tension. » De l’aveu même de cet élu, ce sera donc « un carnaval très politique », avant que la ville de Paris ne consacre, en 2012, une rue à Frantz Fanon.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 05:49

Interview

Firmine-Richard-2.jpgFirmine Richard, marraine du 10e Carnaval tropical de Paris

« Le préfet de police n’a pas voulu d’un déboulé »

Peut-on parler d’un combat pour arracher l’autorisation de défiler sur les champs Elysées au préfet de police de Paris ?

Il fallait juste faire comprendre au préfet pourquoi l’on voulait être sur les Champs-Elysées. Pour défendre ses arguments, le préfet nous a même fait passer un DVD où l’on voit les interpellations qu’il y a eu en fin de carnaval l’année dernière. Ce à quoi j’ai répondu qu’ils faisaient tout le temps des interpellations similaires à la sortie des matches de foot. Mais doit-on stigmatiser les Antillais parce qu’il y a eu quelques incivilités à la fin d’une manifestation que nous voulons populaire. On nous encore opposé que l’on ne pouvait bloquer les Champs-Elysées un samedi. On a déplacé la manifestation au dimanche… Il fallait juste contrer ses arguments et lui dire ce que nous voulons : nous faire connaître. Le président de la République a déclaré 2011, année des Outre-mer français pour faire voir l’outre-mer autrement. Nous voulons nous montrer tel que nous sommes avec notre culture… On a bien laissé les handballeurs fêter leur victoire sur les Champs-Elysées. Nous faisons partie de la nation française et nous nous devons d’être là aussi.

Le préfet attend de l’organisation une plus grande professionnalisation…

Conf-carnaval-041.jpgAlors, ça a été ça… Et c’est ça le problème des Français ! Dans leur tête, il n’y a qu’eux qui savent faire et les Noirs ne savent rien faire ! Nous devons réagir. Nous savons ce que nous valons et j’c’est ce que j’ai dit au préfet : donnez-nous l’occasion de montrer ce que nous pouvons faire. C’est un carnaval jeune que j’ai vu évoluer… C’est ça le problème des Noirs en général, quel que soit le milieu où nous sommes. Nous devons montrer que nous sommes capables de faire plus que les autres. On dit toujours que pour un Blanc il faut deux Noirs, et bien, c’est valable à tous les niveaux ! Il faut montrer, démontrer et redémontrer. C’est ce que j’ai fait.

Pour le coup, vous êtes co-marraine avec l’adjointe au maire en charge de la Sécurité… un comble !

Ce n’est pas pour convaincre le préfet car avec Myriam El Khomri, nous ne pouvons pas mieux représenter la diversité de la France dont on parle. Et on nous balance de la diversité à toutes les sauces ! Myriam el Khomri est adjointe à la sécurité et moi je suis la première conseillère de Paris ultramarine ! Nous existons et nous voulons être là. C’est tout ce que j’ai fait et le préfet m’a entendue.

Combien de temps a pris cette négociation avec le préfet de police ?

Firmine Richard 1Pas trop… En tant que conseillère de Paris, j’ai fait un vœu que j’ai présenté au préfet qui assiste aux réunions du conseil de Paris. J’ai d’abord une réponse qui n’était pas positive. Puis il a convoqué tous les partenaires, mairie, sous-traitants sécurité, prévention, médiateurs de nuit… autour d’une grande table ronde. Nous lui avons garanti que nous réussirions cette manifestation...

Qui ce ne sera pas un déboulé…

Le préfet n’a pas voulu d’un déboulé… Il ne voulait pas de ceci, pas de cela ! On lui a dit qu’on mettrait un agent de sécurité tous les cinquante mètres. Jamais, on n’a vu ça ! Je ne sais pas quelles sont les garanties qu’on peut encore leur donner. Mais s’il faut faire encore autre chose pour montrer que nous sommes, bien nous le ferons ! C’est agaçant d’avoir à mener un tel combat pour montrer juste que nous existons et qu’on a besoin de nous au moment des votes ! On ne nous le demande pas ce que nous sommes capables de faire au moment du vote…

Alors ? En attendant qu’on vienne solliciter vos voix…

Rendez-vous le 3 juillet sur les Champs-Elysées !

Propos recueillis par FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 14:15

Soirée Dada au Rhum à l'Hippodrome de Vincennes
fanny-tatouage--fxg-.jpgLes Dadas Party, c'est du sport, de la musique, des rencontres et la promesse de découvrir l'atmosphère fascinante des courses au trot.
Pour sa Dadas Party du 24 juin, l'Hippodrome Paris-Vincennes accueille Fanny J en concert. Révélée en 2007 par le single Ancrée à ton port, la jeune chanteuse guyanaise marie comme personne le zouk et le R&B. Parmi ses tubes : Okay, Mon bad boy, Secret de femme, Je l’aime... Une voix unique, un flow sensuel ! Avec Fanny J, tropical se conjugue avec sentimental…
On nous promet une chaude ambiance, de la gastronomie pimentée et des rythmes tropicaux pour le premier vendredi de l’été ! 20 stands créoles investissent l’hippodrome... Rhum, punch, repas créoles, sorbets, cocktails et autres délices à découvrir ! Entre courses, accras et musique, il y a du temps pour visiter les écuries de l’hippodrome. C’est gratuit !
Et comme à chaque Dada Party, un iPad 2 à gagner sur l'hippodrome ou en vous inscrivant sur la page Facebook http://www.facebook.com/Le.Trot?sk=app_186191161428597


Invitation à imprimer à l'adresse suivante :

http://www.hippodrome-vincennes.com/dadaParty/invitation.html

Partager cet article

Repost0

Articles Récents