Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 12:44

Le carnaval tropical de Paris empruntera les Champs-Elysées

La mairie de Paris et sa délégation générale à l’Outre-mer ont indiqué, à la suite d’un communiqué très laconique que  « le défilé du carnaval tropical de Paris aura bien lieu sur les Champs-Elysées le dimanche 3 juillet de 14 heures à 18 heures. » Après un premier refus, malgré les demandes concertées de la Ville de Paris, du commissariat de l’année des Outre-mer, de la   mairie du 8e arrondissement et de la fédération du carnaval tropical de Paris, le préfet de police a été une nouvelle fois sollicité par le Conseil de Paris la semaine dernière. Une rencontre était d’ailleurs prévue avec le préfet à cet effet. Il semble que l’accord ait été donné vendredi dernier.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 12:43

Philibert succède à Dupont à la FEDOM

philibert_jean-pierre.jpgJean Pierre Philibert, 63 ans, a été élu, samedi dernier, président de la FEDOM (Fédération des entreprises d'Outre-mer). Il succède à Guy Dupont, président de la FEDOM depuis 2005. Jean Pierre Philibert, ancien avocat, ancien député UDF de la Loire de 1993 à 1997, fut aussi directeur des relations avec les pouvoirs publics du MEDEF, puis conseiller politique de la présidente Laurence Parizot de 1999 à 2009.
La FEDOM a été créée en 1986 à l'initiative de chefs d'entreprise des DOM. Elle a été présidée jusqu’en 2001 par Lucien Vochel, ancien préfet de Paris et de la Région Ile de France. Elle rassemble les principales organisations d'entreprises des départements et collectivités d'Outre-mer : MPI, CGPME, MEDEF, des Fédérations professionnelles, des Chambres de Commerce et d'Industrie, et des Associations d'entreprises. La mission principale de la FEDOM consiste à coordonner auprès des pouvoirs publics (gouvernement, parlement, CESE et des leaders d'opinion), les initiatives des entreprises d'Outre-mer pour promouvoir l'attractivité des territoires ultramarins et le potentiel qu'ils représentent pour la France et l’Europe. La FEDOM veille notamment à ce que les évolutions législatives et réglementaires soutiennent l'investissement et l'emploi pour améliorer leur compétitivité dans un esprit d'équité et d'ouverture sur le monde.

Agence de presse GHM

Partager cet article

Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 12:40

L’hommage à Césaire à la télé

Visuel RPMercredi 6 avril, jour de l’hommage de la Nation au poète et homme politique martiniquais, Aimé Césaire, au Panthéon, les antennes TV et radio de 1ère rendent un hommage à la mémoire de ce grand homme décédé le 17 avril 2008.

Enterré sur sa terre natale près de Fort de France, l’entrée au Panthéon d’Aimé Césaire sera symbolisée par la pose d’une plaque par le président de la République, Nicolas Sarkozy, le 6 avril à partir de 17 heures.

Les chaînes, Martinique 1ère, Polynésie 1ère, Nouvelle-Calédonie 1ère, Wallis-et-Futuna 1ère, Saint-Pierre et Miquelon 1ère assureront à partir 17 heures, la retransmission en direct de la cérémonie officielle au Panthéon, présentée par Marie-Drucker et Marijosé Alie sur les antennes TV. (Elle sera diffusée en différé sur les antennes de Réunion 1ère, Mayotte 1ère et Guadeloupe 1ère).

Les antennes radio de Martinique 1ère, Guyane 1ère, Guadeloupe 1ère et Saint-Pierre et Miquelon 1ère (y compris sur Radio Ô diffusée sur la web) diffuseront aussi la cérémonie officielle en direct. Elle sera présentée par Jean-Marc Thibaudier au Panthéon. A ses côtés, François Durpaire agrégé d'histoire, chercheur associé à l'université Panthéon-Sorbonne à Paris, interviendra en tant que consultant. La reportrice Julie Straboni recueillera les réactions de l'assistance en direct à l'issue de la cérémonie. Louis-Gérard Salcede et Dominique Roederer seront en studio pour rappeler l’apport politique et culturel indiscutable de l’œuvre de Césaire.

Les autres chaînes du groupe France Télévisions (France 2, France 3, France 5 et tout particulièrement France Ô) proposeront, tout au long de la journée aux téléspectateurs, des programmes exceptionnels. Des documentaires inédits, des magazines, des émissions salueront l’œuvre et le combat d’Aimé Césaire sans oublier les journaux de France 2, France 3 et France Ô qui consacreront une partie de leurs éditions à lui rendre hommage.

Agence de presse GHM

 

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 18:27

Un rallye dans Paris, « cité Créole et Nègre »

LogoCDLN_Plaque-de-rue-1024.jpgLe rallye pédestre « Paris, cité Créole et Nègre » aura lieu le 14 mai. Il propose de découvrir en s'amusant l’apport de personnalités liées par une histoire commune créée par la rencontre de l’Europe avec l’Afrique, les Amériques, le Pacifique et l’Océan Indien. Il est organisé par le Cercle des lumières noires, association présidée par Muriel Tramis.

Le rallye 2011 s’adresse à toutes les personnes majeures sans distinction d’origine. 26 équipes de 3 concurrents sont attendues. Les concurrents se déplaceront à pied, en métro, en bus, le long d'un itinéraire balisé par des énigmes. 4 étapes sont à atteindre en 1 heure maximum. L’élucidation d’énigmes permettra de passer d’une étape à l’autre. Il s’agit de devinettes, questions d'observation et textes codés autour de personnalités ultramarines. Le fil rouge sera un questionnaire de connaissances générales des influences créoles et nègres dans le monde. Les jeux aux étapes seront des quiz scientifiques et des épreuves à caractère sportif. Il y aura les quiz musicaux sur les richesses musicales de l’outre-mer d'hier et d'aujourd'hui.

Une dizaine de célébrités issues de différents univers (TV, cinéma, sciences, économie, etc.) sont invitées à participer à la construction des épreuves. Pour faciliter les rencontres avec les participants, les célébrités complices seront présentes à certains points de passage des concurrents et leur feront passer des épreuves. Une pause-goûter sera aménagée pour un échange constructif avec un scientifique renommé.

Les concurrents et organisateurs seront reliés par des mobiles communicants possédant une fonction de géolocalisation. Ce dispositif permettra de connaitre la position des concurrents qui pourront pianoter et envoyer leurs réponses aux épreuves. Ce programme informatique est établi avec l’ISEP, une grande école d'ingénieurs en technologies du numérique, dont est issue la présidente du Cercle des Lumières Noires.

Le rallye pédestre «  Paris, cité Créole et Nègre » porte le label du Commissariat pour 2011, année des outre-mer. « C’est l’occasion d’expliciter la place des originaires de ces régions  dans l’histoire de Paris  et montrer les identités culturelles  qui se sont créées à la faveur de  ces rencontres croisées », conclut Muriel Tramis, l’organisatrice.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:32

 

Patrick Karam : les raisons d’une démission

Karam-et-poster-Sarko.jpgLe Guadeloupéen Claudy Siar a succédé au Guadeloupéen Patrick Karam au poste de délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer. Ce dernier avait envoyé sa lettre de démission le 6 janvier. Deux mois auront été nécessaires à Eric Siar pour convaincre l'Elysée.

Depuis un an, depuis qu'il est élu conseiller régional d'Ile de France, Patrick Karam dit qu'il a fini son travail, réalisé ses 250 dossiers... Il regrette juste de n'avoir pu communiquer sur les résultats des testings logement et CMU qu'il a confiés à SOS racisme et la Maison des potes. Ils sont achevés, mais, soupire Karam, « il y a des parquets qui trainent des pieds à poursuivre... ». En fait Patrick Karam s'est senti lâché par Matignon quand il a dénoncé des employeurs pris en flagrant délit de discrimination, comme Eurodisney, et surtout par Marie-Luce Penchard. Cela fait un moment déjà, qu'entre Patrick Karam et Marie-Luce Penchard, ce n'est pas le grand amour. Recevant mercredi 30 mars, le président d’une grande association ultramarine, la ministre de l’Outre-mer lui a confié que, sans sa grande gueule et ses bras de fer habituels, Patrick Karam aurait pu occuper son poste à la rue Oudinot… "C'est ça ou un bilan à la Sabegh, dit son entourage, on ne bouge pas facilement des admistrations par principe rétrogrades." Et c’est vrai qu’il n’a pas le caractère facile ! Il a refusé l’invitation du président de la République aux Antilles pour ses vœux d'outre-mer parce qu'il reproche à MLP de l'avoir évincé du comite de suivi des états généraux de l’Outre-mer dans l'Hexagone, de la préparation de l'année des Outre-mer. Elle aurait fait annuler une réunion avec les associations montée par la délégation... Mais surtout il lui reproche de laisser un champ de ruines pour la droite en outre-mer. D’où sa lettre de démission, la veille des vœux présidentiels ! L'Elysée lui a pourtant proposé de présider l'Agence de la cohésion sociale et de l'égalité des chances, 400 millions de crédit destinés à subventioner des associations, tout en restant délégué... Refus. A ce compte-là, il aurait préféré le commissariat à l'égalité des chances de Yazid Sabegh. Mais ce dernier est à son poste, en réserve, en espérant que la patronne d'AREVA, Anne Lauvergeon, cède sa place. Une autre affaire!

L'appel de Borloo

On a senti Patrick Karam hésitant, se rapprocher d’Yves Jégo qui est venu à son secours quand MLP l'a attaqué sur les ondes de RCI en Guadeloupe. «  Il fait monter les enchères », s'amusait fin janvier un proche de Victorin Lurel (PS)... Jégo lui a proposé de rencontrer le président du parti radical, Jean-Louis Borloo... Il n'y est pas allé. Il y a un mois, l'Elysée lui aurait encore proposé de renoncer à sa lettre. Il a maintenu sa position et l'Elysée a alors choisi de jouer la carte Siar, après avoir songé à Jacques Martial qui a été reçu et qui a décliné, ou Nathalie Fanfant. Des noms suggérés par une connaissance du terrain, Andrée Corosine Simonot à la demande de Marie-Luce Penchard... Six jours avant la nomination officielle de Claudy Siar, Nicolas Sarkozy a reçu Patrick Karam, en présence d'Olivier Biancarelli. En ami, selon Patrick Karam. Depuis, il laisse entendre qu'on pourrait l'entendre dans la campagne présidentielle. « Je n'accepte pas un Front national qui fait glisser toute la société française vers l'extrême droite. Il faut un vrai courant patriotique ». Patrick Karam aime la politique et adore le rôle de tribun en campagne. A 13 mois de la présidentielle, il ne va pas attendre qu'on lui offre une place, il se rend disponible pour la créer, comme il l'a fait en 2006 avec ses coordinations de soutien à la candidature de Sarkozy ou encore au moment ou il négociait avec Guéant « une deuxième place ou rien » sur la liste de Chantal Jouanno à Paris, pour les régionales en 2010. C'est à ce moment là qu’il a lâché cette formule dont la réponse lui appartient, mais qui en dit long sur son ambition : «  Savez-vous pourquoi je ne suis pas déjà secrétaire d'Etat...? » Au service de qui ?
FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 05:57

 

Installation de Miguel Marajo au Jardin d’acclimatation

Marajo-et-Caroline-de-Monaco.jpgIl avait fait un tabac avec ses toiles acidulées et à la thématique négritudinale auprès de son altesse sérénissime Albert II de Monaco et de sa soeur la princesse Caroline en décembre dernier, lors de l’exposition caribéenne organisée dans la principauté (photo). Le plasticien martiniquais s’apprête à récidiver (les têtes couronnées en moins !) dans le cadre de l’opération Un Jardin en Outre-mer au Jardin d’acclimatation. Miguel Marajo va y présenter deux voitures peintes intégralement. « A l'instar de la place symbolique que les voitures (la DS, ndlr) prennent dans le fameux Mythologie de Roland Barthes, elles sont investies, comme l'ornementation d'une église baroque, où il y a une surenchère jusqu'au vertige. Albert-2.jpgOn y découvre des personnages négroïdes imbriqués sur toute la surface et dans les moindres espaces du véhicule. Cette surabondance de portraits négroïdes interroge la place des peuples dans la société de consommation effrénée et la question ambigüe des critères de développement. » Les noms attribués aux véhicules ont un caractère expressif. Ainsi il y aura le modèle "Vis ta mine" pour l'Austin Métro, évoquant la vitalité et se voulant un appel à l'authenticité, à l'acceptation de soi, par conséquent à la possibilité de s'ouvrir. Et le modèle "Et in Acadia Ego" pour l'Acadiane de Citroën. La fameuse Diane fait référence au tableau de Nicolas Poussin qui évoque deux mondes différents qui s'interpénètrent… »

FXG (agence de presse GHM)

Du 8 avril au 8 mai 2011 - Jardin d’acclimatation - ParisMARAJOvistamine.jpgVis ta mine by Miguel Marajo

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 05:49

Frédéric Mitterrand et la polémique autour du Jardin d’acclimatation

MLP-Mitterrand-2.jpgA l’occasion de la présentation de la cérémonie d’hommage à Aimé Césaire qui s’est tenue en présence des ministres de la Culture et de l’Outre-mer, mercredi à Paris, les deux ministres ont réagi à la tribune de Nicolas Bancel publiée dans Le Monde de mardi dernier. L’auteur des Zoos humains (La Découverte, 2004, poche 2006) s’insurge contre l’utilisation du Jardin d’acclimatation pour recevoir l’opération « Un jardin en outre-mer ». Marie-Luce Penchard a répondu la première : « On n’alimente pas une polémique et d’autres personnalités comme Christian Karembeu ou Daniel Maximin se sont exprimés là-dessus. On en peut empêcher qu’il y ait des polémiques. La mémoire, c’est important, mais le plus important c’est de se projeter dans l’avenir et s’appuyer sur l’histoire. C’est beaucoup mieux. » Frédéric Mitterrand, auquel on a demandé s’il irait à ce que Nicolas Bancel appelle « l’exposition coloniale », a indiqué : « Ce lieu n’est plus le même que celui où se sont passés des événements regrettables. C’est la même géographie, mais c’est différent. Ca n’a aucun rapport. Tout le contexte est différent. Je comprends l’émotion et la mémoire longue, c’est un devoir. Mais là, je comprends Marie-Luce Penchard, il faut aller de l’avant. » Et Frédéric Mitterrand a conclu : « A ce compte là, on va cesser d’aller dans des endroits où il s’est passé des choses terribles. » « Nous voulons croire, écrit Nicolas Bancel et le collectif Nous n’irons pas à l’exposition coloniale, que cette position défensive est la conséquence de l'absence de connaissance de cette facette de notre histoire, alors que le gouvernement chilien vient de rapatrier les corps des Fuégiens exhibés à Paris et en Suisse pour leur donner une sépulture officielle sur une terre qu'ils avaient quitté il y a plus d'un siècle. » Les auteurs de la tribune sont d’autant plus choqués que « l’exposition du musée du Quai Branly (« Exhibitions. L'invention du sauvage ») porte explicitement sur ce thème et sur l'ensemble des pays concernés. Or, cette exposition est l'une des rares manifestations du musée qui ne soit pas soutenue par l'Année des outre-mer ». Un jardin en outre-mer ouvrira ses portes le 8 avril. Il faudra voir si on aura laissé de la place pour expliquer ce qui s’est passé dans ce lieu entre 1880 et 1931 et auquel le chanteur François Béranger, dans les années 1970, a consacré ces vers : « C’est fou ce que je m’acclimate au jardin d’acclimatation. On y conserve les primates en bon état de conservation… »

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 05:14

Baptême médiatique difficile pour le nouveau délégué interministériel

Claudy-Siar-portrait-RDG.jpgNommé en conseil des ministre à la succession de Patrick Karam, mardi dernier, Claudy Siar a été aussitôt rattrapé sur certains de ses propos par Le Canard enchaîné, le Point.fr et toute la blogosphère…

A peine nommé au fauteuil de délégué interministériel, Claudy Siar doit essuyer les plâtres de sa nouvelle exposition. Le Canard Enchaîné et le Point.fr se chargent de rappeler ses amitiés avec Kémi Séba de la Tribu ka (dissoute en 2006) ou Dieudonné, et ses positions communautaristes. L’Elysée a affirmé au Point.fr ignorer cette facette de la personnalité de Claudy Siar. « Siar n’est ni raciste, ni antisémite », assure son prédécesseur Patrick Karam… Quand on a demandé à Claudy Siar s’il était passé à l’UMP, au moment où sa nomination était à l’étude, il répondait : « Mon parti c’est ma communauté. » Militant dans l’âme, Claudy Siar a toujours hurlé avec les loups tant qu’il pensait que ça pouvait servir la cause des Noirs de France et tant pis s’il a pu passer par moment comme Dieudonné ou Kémi Séba pour le « Neg plus ultra ». La prise est belle pour l’Elysée qui cherche à ramener autour de Sarkozy l’électorat ultramarin, voire celui de la diversité. On le pensait de gauche et le voilà qui vient compléter la liste des transfuges Besson, Kouchner, Hirsch ou Bockel en acceptant d’être nommé par Nicolas Sarkozy, à 13 mois de la présidentielle. Alors ingrat, déloyal, Siar ? Il n’est pas à un revirement près car son combat reste guidé par une assertion confiée à Brother Jimmy sur Guadeloupe 1re en 2008 : « Tant que l’image négative de l’Afrique sera celle que l’on connaît, elle rejaillira sur tous les Africains, Afro-caribéens, Afro-américains ou Afro-européens. » Il était jospiniste quand Jospin était au pouvoir, chiraquien et proche de Donnedieu de Vabres ensuite sous Chirac. Et même comme producteur et animateur d’Africa Star, quand Laurent Gbagbo, encore président officiellement de la Côte d’Ivoire en mai, lui a concédé 340 000 € contre le million qu’il escomptait, il s’en est pris à son donateur… Voilà ce que la blogospère transporte à son sujet. Aujourd’hui, il rejoint Sarkozy alors qu’il s’en prenait encore à lui, il y a peu : « On ne peut pas créer un schisme au sein de la communauté afro-caribéenne qui nuirait à notre image et serait un pont d’or aux Sarkozy, de Villiers, et autre Le Pen… », déclarait-il à Afrik.com au sujet de la tentative du CRAN de mettre la main  sur le 10 mai en 2006. En 2009, pendant la crise LKP, là encore il n’a pas été tendre avec la gestion de la crise par le gouvernement…

« Si on est juste là pour retourner sa veste, c’est pas la peine »

Alors pourquoi l’Elysée a tenu à lui, l’animateur et producteur d’Africa Star et de Couleur tropicale, le patron de Tropique FM (depuis le 14 mai 2007), plutôt qu’un militant comme Serge Romana ou un politique comme Jean-Claude Beaujour ? (on a appris que Jacques Martial avait été auditionné mais avait refusé). Et que pourra-t-il faire dans ce si court laps de temps ? La réponse tient en une formule selon les malpalan : Claudy Siar est attendu pour émettre sur Tropique FM, des ondes positives pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Par la même occasion, il pourrait devenir producteur d’une émission sur France TV. C'est ce qui aurait été négocié lors d’un déjeuner qui a eu lieu au mois de septembre avec la cellule outre-mer de l’Elysée. Faux, ce débat ne concernait que les émetteurs que Claudy Siar réclame pour émettre à Lyon, Marseille, Toulouse, en France quoi. Claudy Siar a toujours nié quelconque marchandage… Que disait-il à Brother Jimmy dans l’émission B. world connection, fin 2008 : « Si on est juste là pour dire, moi je suis le mouvement et je retourne ma veste lorsqu’il faut la retourner, c’est pas la peine. Nous, on a besoin d’avoir d’autres types d’engagement mais ça ne fait pas de Tropique FM une radio d’activistes… On a obtenu une fréquence pour défendre les spécificités identitaires et culturelles des originaires d’outre-mer en France. » Claudy Siar a affirmé récemment à ses salariés de la radio qu’il n’était pas question qu’il influence l’antenne et qu’il laisserait même les commandes de la radio à son frère Eric dès lors qu’il serait nommé. C'est Eric Siar lui-même qui a a laissé filer cette information au concert Kreyol Jazz au New morning, début mars... Claudy Siar disait aussi à propos des engagements de campagne de Nicolas Sarkozy pour la discrimination positive : « Le président a promis ça à une partie de la population française ; il faut le leur donner. Et s’il est sur cette voie-là, et bien nous, Tropique FM et les quelques acteurs un peu militants et engagés, nous serons à ses côtés. » On ne peut enlever à Claudy Siar d’être un homme révolté, au sens noble du terme, et qui n’est pas prêt à jouer les doublures. Il devrait prendre ses fonctions le 18 avril, mais on murmure qu’il réclame des locaux plus dignes.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 17:01

Carnaval sur les Champs Elysées : nouveau rendez-vous avec le préfet de police

A la suite d’un premier refus de la préfecture de police pour que le défilé du carnaval tropical de Paris emprunte les Champs-Elysées, le Conseil de Paris, lors de sa réunion de mardi dernier, a, par la voix de Firmine Richard, émis un nouveau vœu à l’attention du préfet de Police, Michel Gaudin, en sa présence. Cette fois, son refus n’a pas été franc et massif puisqu’il a accepté de rencontrer les services en charge de la sécurité de la ville de Paris, la semaine prochaine, avec Firmine Richard et des représentants de la fédération du carnaval tropical de Paris.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 16:41

Panol fait son Joni B.cool au New Morning le 9 avril

do_out.jpgA la suite de la sortie de son dernier album, « The Very Best of Dominique Panol », l’artiste guadeloupéen sera sur la scène du New-Morning, le 9 avril. Retour sur un parcours musical hors norme.

A l’âge de 7 ans, Dominique Panol s’enflammait déjà pour le gwoka et la danse folklorique.  Il faisait partie du célèbre groupe « La Brisquante », dirigé par Madame Adeline. Il rencontra Guy Conquet, Sopta et bien sûr Vélo.  Dès l’âge de 13 ans, il avait choisi la scène comme lieu de prédilection pour y passer une grande partie de sa vie. Dominique rêvait de voyages, il va être comblé quelques années plus tard. Son ascension l’emmènera très vite vers Paris. Pour vivre et survivre, il jouera dans les rues du quartier Saint-Michel de la flûte traversière. Ses amis de coeur sont Patrick Saint-Eloi, Gérard Guillaume, Max Jasor, Alain Jean-Marie. Sa vocation est très forte pour la musique et c’est avec beaucoup de détermination qu’il décida de s’inscrire dans la célèbre et réputée école de musique « la Scola Cantarum », dans le 5e arrondissement. Il y vit ses premiers cours de solfège et son premier amour avec la flûte traversière, son premier instrument de musique.

Aux USA

Dominique-Panol-photo-A--Jocksan.jpgDominique ne tient toujours pas en place comme il le dit lui-même dans une de ses chansons, « Do bay lan men », avec Patrick Saint-Eloi. Il chante sa tribulation dans le monde, dans la musique. Il va craquer pour les Etats-Unis, la terre de ses rêves ; il veut croquer la Big Apple, New York, la mosquée des musiciens.

Quatre années durant, il va prendre le métro new-yorkais. Il a alors la vingtaine, occupant le reste du temps que lui laissent ses études de musicologie à faire des petits boulots : cadreur vidéo, garçon de restaurant, coursier et déjà professeur de musique dans une école. Inscrit au « Mannes Collège » à Manhattan, il prépare un diplôme équivalent à la licence. Il bénéficie d’une bourse du gouvernement américain et a beaucoup de musique classique et d’histoire de l’art au programme. Il joue du piano, de la basse et bien sûr de la flûte traversière. Le soir, il apprend les standards de jazz, des pièces de Miles Davis ou de Duke Ellington au « Sound of Joy », autre grande école réputée de New York. Quand il lui reste du temps dans son emploi du temps, c’est pour jouer avec son trio dans les clubs new-yorkais. C’est aussi la nuit qu’il rencontre Gil Evans, arrangeur de Miles Davis, Billy Harper, saxophoniste arrangeur et maître d’orchestration, Gato Barberry, Max Roach, batteur, Blood Hamer, guitariste de Archi Shep…

Dans les années 1980, alors qu’on le croyait grattant sa basse ou chantant le zouk aux Antilles, on apprend qu’il se produit dans les clubs de jazz réputés à New York avec son trio formé d’Alphonia et Miles Evans (fils de Gil Evans, arrangeur de Miles Davis). Son aventure américaine et jazzy dure environ cinq ans. De retour en Guadeloupe, il enflamme les boîtes de nuits. C’est déjà du Live pur et dur.

De Kassav à Volt Face

Panol-a-lunettes.jpgEn 1981, de sa rencontre avec Jacob Desvarieux naît son 1er album solo, « Guadeloupéennes queens », produit par Mme Marcimain, sa mére, qui le démarque des sons environnants avec son titre « Ti Kadance ». Temps des essais, des tentatives, Dominique Panol est dans la place, il participe en tant que membre à l’éclosion du groupe Kassav. Ses compositions soulignent à chaque fois son originalité : « Zombi, K’Dance, Bollote, I Douce, Socca di we. » En 1987, Dominique Panol inscrit sur sillons son ludisme, son goût de la provoc… Sa passion du métissage des genres entraîne la sortie de son troisième album « Bolotte ».

En 1990 Dominique PANOL intègre le groupe Volt-Face. Il n’est pas forcément là où on le croit. Cette union avec Jeff Joseph et Georges Décimus durera cinq belles années. Dominique Panol, encore une fois, fera la différence avec des titres comme « Ma Puce », « KC ça », « Mail Man » et bien d’autres…

Panol, prix SACEM unlimited

Dominique-Panol-BBlk--A--Jocksan.jpgEn 1995, l’aventure, encore et toujours… Il décide de prendre sa carrière en main et enregistre son cinquième album « N’Limited » en solo. Une étape supplémentaire dans sa quête musicale. De sa voix particulière et harmonieuse pour les ballades comme « Zayan », « Isabelle » ou rocailleuse pour les rythmes soutenus comme « « Mathilda » dont il a le secret, Dominique Panol rebondit toujours plus fort, toujours plus haut. En 1996, il crée son propre groupe « N’Limited », composé de musiciens réputés tels que les frères D’Huy et Franck Nicolas.

En 2001, il sort son sixième Album solo « Caribean groove » avec le titre « La N ». Il embrasse le Zouk, le Ka, le Soca, le R’nb, le Ragga, les variétés européennes dans un tempo détonnant, turbulent… En 2004, l’album « Karibean Attitud » et sa collaboration avec Fred Deshayes (leader compositeur du groupe Soft) a été une surprise : « Ti moun sen fouté » et surtout « Hugo ». En 2005, la SACEM lui remet le prix spécial carrière et en 2007, c’est le retour de Dominique Panol avec le groupe de Volt Face à Baie-Mahault, en Guadeloupe, pour un concert mémorable devant plus de 10 000 personnes. En octobre 2008, Il sort l’album « Son Sé Lov ». Le titre, « Linité », fait l’unanimité auprès des radios. C’est un titre engagé, annonçant, dès 2007, le mouvement du LKP en Janvier 2009. Est-il visionnaire ou simplement un artiste absorbant son monde ? Début Mars 2011, il sort l’album « The Very Best of Dominique Panol ». Et le 9 avril, il investit la scène du New-Morning à Paris. « Cette bête de scène sur scène quel bonheur », s’enflamme son nouveau manager Pierre Samba.

Photos Alfred Jocksan

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents