Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 06:51

Paris. Les aventures de Nathalie et Claudy au Château

Certains l’avaient déjà propulsée à la délégation pour l’égalité des chances des Français, d’autres la voient encore future conseillère du président de la République. Mais pour l’heure, Nathalie Fanfant n’est que secrétaire nationale à l’UMP chargée de la lutte contre les discriminations et ne devrait pas dans l’immédiat connaître de nouvelle promotion. A l’Elysée, Olivier Biancarelli a déjà cinq conseillers et ne recrute pas ! « On travaille ensemble », admet-il toutefois. Seule certitude, mais concernant cette fois la suite de Patrick Karam à la délégation interministérielle, la nomination de Claudy Siar pourrait intervenir d’ici à mercredi 23 mars. Son frère Eric devrait prendre son relais à la tête de Tropique FM.

 

Papeete. Le projet de loi électorale pour la Polynésie validé par le Château

Il devait être présenté lors du premier conseil des ministres de février… Cette fois, ça y est ! Le projet de loi électorale de la Polynésie française a été validé par le Château. « Il sera présenté prochainement en conseil des ministres en même temps que les projets portant réforme institutionnelle en Martinique et Guyane. » Ceux-ci n’ont-ils pas déjà fait l’objet d’une présentation en Conseil fin janvier ? Certes, mais ils devraient faire l’objet d’une « lettre rectificative »… Pour le dernier conseil de mars ou le premier d’avril ? « Le projet de loi sera voté avant la fin de l’année ! Le calendrier ne change pas. »

 

Paris. Keen de Kermadec veut faire un film sur l’obésité

Après sa carrière d’actrice (dans La grande Béké en 1998, Juliette : Service compris en 2001 et A cran, en 2002), la Guadeloupéenne Keen de Kermadec voudrait faire sa première réalisation. Elle prépare un court-métrage de 25 minutes sur l’obésité. Elle en est encore à la recherche de financements…

 

Cayenne. Alain Maline et La mémoire retrouvée

Le cinéaste guyanais Alain Maline s’apprête à sortir un docu-fiction sur Gaston Monnerville. Il s’apprête encore à tourner un film sur La route des abolitions, sous-titré La mémoire retrouvée.

 

Paris. Rue Saint-Denis change d’actrice

Après la création et le lancement à la Scène nationale de Guadeloupe, de la pièce d’Alain Foix, Rue Saint-Denis, métaphore aux temps actuel d’Œdipe et Jocaste, Aïssatou Thiam a jeté l’éponge. Celle qui tenait le rôle de la prostituée antillaise a laissé son rôle à une autre Martiniquaise, Viktor Lazlo. Certains racontent que c’est l’irruption d’un correspondant de presse sur la scène de l’Artchipel lors de la première (pour faire des photos au flash !) qui a perturbé Aïssatou Thiam. Mais après avoir pu comparer les deux comédiennes, on préférera finalement Viktor Lazlo !

FXG

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 06:18

Wilfredo Aimé Pablo

Aimé Césaire, Wilfredo Lam, Pablo Picasso réunis au Grand Palais jusqu’au 6 juinMaximin-Penchard-Lam-Pierre-Hanotaux-Jean-Paul-Cluzel.jpg

Daniel Maximin, Marie-Luce Penchard, Ezkil Lam, Pierre Hanotaux et Jean-Paul Cluzel (photos : Regis Durand de Girard)

Il y a 70 ans, Lam et Césaire se sont trouvés. En Martinique an tan Robert… « Un coup de foudre », dira le poète ; « deux artistes frères », dira le peintre. Eskil Lam, fils de Wilfredo Lam est, avec Daniel Maximin, co-commissaire de l’exposition :Visage-gris-fonce-au-chapeau-blanc-picasso--1947.jpg « Cette exposition est l’histoire d’une rencontre vue à travers 7 dessins de Lam, une douzaine de gravures de Picasso, 9 gravures ainsi que 8 tableaux de mon père, un tableau de Masson et deux dessins qui représentent la rencontre en Martinique de ces personnages à un moment crucial de l’histoire. » Il y a aussi les témoignages de Jean Pons, Henri Guédon et Daniel Buren inspirés par les écrits de Césaire… « J’ai découvert, a ainsi déclaré la ministre de l’Outre-mer, que même Daniel Buren avait puisé son inspiration pour les couleurs de ses colonnes du Palais Royal dans l’œuvre de Césaire ... » Mais cette réunion de trois artistes majeurs du XXe siècle reste le pivot de l’exposition. « Mon père a rencontré Picasso en 1938, à son arrivée à Paris alors qu’il revenait d’Espagne. grande-composition-Lam-1960.jpgPicasso l’a accueilli et l’a introduit avec tout le monde parisien et lui a obtenu sa première exposition. Il y a eu ensuite l’invasion nazie et tous les surréalistes se sont rendus d’abord à Marseille où ils étaient logés à la villa Air-bel. Ils y ont passé plusieurs mois, ont fait des cadavres exquis, des dessins collectifs et puis André Breton a écrit Fata Morgana et a demandé à mon père de l’illustrer. C’est cette première série de dessin qui est exposée. A la suite de ça, ils ont été autorisés à partir. Sur ce fameux cargo, le Capitaine Paul-Lemerle, se sont retrouvés André Breton, Claude Lévy-Strauss, Victor Serge, Anna Seghers et ils sont arrivés en Martinique juste après… cahier-pour-andre-Breton.jpgEt c’est là où s’est passée la rencontre entre mon père et Césaire. » Daniel Maximin est intarissable sur ce sujet : « On découvre que ces grands hommes ont créé, en pleine guerre, au moment où le monde est à l’horizontale, que le nazisme a gagné, que Hitler est vainqueur… Ces gens se lèvent dans la petite Martinique et disent non à l’ombre. L’un fait le Cahier d’un retour au pays natal ; l’autre peint la Jungle… »

Picasso a reconnu dans Lam un égal. Et Breton tombe avec le Cahier sur « le plus grand monument lyrique de ce temps »… « La forêt d’Absalon, poursuit Daniel Maximin, est un lieu où la nature n’est plus un décor mais un personnage. Et Césaire réconcilie la nature avec Lam qui introduit dans son œuvre la nature caribéenne… » Avant, dans ses œuvres faites à Marseille, il n’y avait pas de fond, du blanc mais pas de peinture. Antille-Andre-Masson.jpg« Il avait fui ça, ne voulait pas entendre parler de ce Cuba, bordel des Etats-Unis… Et Césaire ne voulait pas entendre du bourgeois martiniquais assimilationniste ; ils voulaient fuir tout ça… Mais, ils se sont rencontrés et ont exprimé ce qu’ils étaient sur le modèle de ces roseaux, de ces lianes, de ces forêts qui sont la nature. Et c’est ça qui est éclatant dans l’exposition. Tout est debout, tout est vertical alors qu’on est dans une période où le fascisme est en train de coucher les humains. Ces hommes ont montré qu’ils avaient eu la force de regarder demain… » Car les deux hommes n’ont pas cessé de travailler ensemble après 1941 ! Quarante ans plus tard, Lam qui ne peut plus peindre, a demandé à Césaire de composer un poème pour chacune des dix eaux-fortes réalisées vers 1969. C’est le projet Annonciation. Et tandis que les eaux-fortes ont publiées en Italie en 1982 (année de la mort de Lam), les poèmes inspirés sont publiés à la fin du recueil Moi, laminaire. L’exposition réunit ces puissantes gravures en couleur de Lam et les dix poèmes de Césaire…

Aime-Cesaire-Laure-1949.jpgCésaire et Picasso se sont rencontrés en 1948. Un recueil, Corps perdu, constitué de dix poèmes de Césaire et de 32 gravures en sort… La couverture est ce portrait du Poète couronné ou encore Césaire Lauré et que Picasso a accompagné de ces mots : « Nègre, nègre, nègre… » Jacques Césaire a servi de modèle à cette silhouette qui sera l’affiche du premier congrès des écrivains et artistes noirs de septembre 1956… Cela aussi est au Grand Palais… « L’idée de faire découvrir la fraternité de Pablo Picasso, Wilfredo Lam et Aimé Césaire dans un lieu qui est des plus prestigieux, c’est un peu un miracle… Et en même temps, ça paraît comme une évidence. » Daniel Maximin n’en revient pas d’avoir réussi à monter cette exposition en trois mois à peine, d’avoir su donner envie au scénographe du grand Palais de s’investir à fond… Après le mois de juin, l’exposition ira en Martinique et en Guadeloupe.

FXG (agence de presse GHM)


Jean-Paul Cluzel, directeur du Grand Palais

Jean-Paul-Cluzel.jpg« Ce n’est pas une œuvre immédiatement facile. Les peintures ne sont pas particulièrement figuratives et les extraits choisis de la poésie de Césaire sont eux-mêmes difficiles. C’est-à-dire qu’on est à un degré très élevé. Il s’agit là de montrer que le champ de la négritude ne se situe pas dans une poésie populaire et facile, mais qu’il est au plus haut degré de maîtrise de la langue française comme sont Picasso ou Wilfredo Lam dans la maîtrise de la peinture. C’est donner une image complètement différente de l’artiste antillais, de celle à laquelle on est habitué… C’est une image beaucoup plus créatrice, beaucoup plus intellectuelle. La Martinique n’est pas ce qu’on a l’habitude d’entendre, c’est-à-dire des chansons, des couleurs, des plages, c’est également comme l’a illustré toute sa vie Aimé Césaire, un très haut niveau d’intellectualité en même temps enraciné dans son peuple. »


En imagesAlain-Jean-Marie-Sonia-Elalouf.jpg

Alain Jean-Marie et Sonia ElaloufAlain-Maline-Patrice-Hoarau.jpgAlain Maline et Patrice Hoarau, chargé de l'audiovisuel à la DGOM rue OudinotBianca-Lombriere-Christophe-Noel-du-Payrat.jpgOlivier Biancarelli et son second, Benoît Lombrière, et le conseiller technique de Marie-Luce Penchard, Christophe Noël du PayratBourgine-Schwarz-Bart-Richard.jpgCaroline Bourgine, Simone Schwarz-Bart et Firmine RichardClaire-Richet-Melvina-Mosse-Nadia-Chalbi-et-Charles-Apanon.jpgClaire Richet d'Outremer Télécom, Melvina Mossé, responsable des mécénats pour le Grand Palais, Nadia Chalbi du musée d'art moderne, et Charles Apanon de l'IEDOMd-de-la-G-Kim-de-Kermadec.jpgDominique de la Guigneraye des rhums Clément et Keen de KermadecDavid-Damoison-Alfred-Jocksan.jpgDavid Damoison, photographe d'art, Alfred Jocksan, photographe de presseMaximin-Penchard-Ezkil-Lam.jpgDaniel Maximin, Marie-Luce Penchard et Ezkil LamDe-la-Guigneraye-Olivier-Biancarelli-FXG.jpgDominique de la Guigneraye, Olivier Biancarelli et FXGLaetitia-Guedon-et-Sonia-Elalouf.jpgLaetitia Guédon et sa maman, Sonia ElaloufGregoire-Gueden-Romain-Flajeul-Carolina-Stepanski-FXG.jpgGregoire Guéden, Romain Flajeul, Carolina Stepanski et FXGSimone-Schwaerz-Bart-Caroline-Bourgine.jpgSimone Schwarz-Bart et Caroline BourgineClement-cuvee-Homere.jpgCuvée Homère Clément

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 07:03

Kreyol Jazz au New-Morning

Samedi, le New-Morning proposait du Kréyol Jazz avec Gilles Rosine, Jowee Omicil et Chyco  Siméon.jowee-et-ses-musicien-photo-A-Jocksan.jpg

Le pianiste martiniquais, Gilles Rosine, et son groupe (Alex Bernard, Guillaume et Micky) ont ouvert la soirée en plongeant le public dans l’univers feutré du jazz caribéen. Gilles Rosine, parent de Paulo Rosine, connait les codes de l’improvisation du jazz et sait laisser partir ses envolées rythmiques : Gilles-Rosine-au-piano-4-photo-A-Jocksan.jpg« La soirée était stimulante et le public a bien apprécié. » La démarche musicale de Gilles est profondément ancrée dans les rythmes de la  Martinique. Il se déplace peu et  joue le plus souvent chez lui. Son dernier opus, « Madin Extension », est sorti, il y a quelques mois, en Martinique.

 

Jowee-Omicil-3-photo-A-Jocksan.jpgJeune Haïtien du milieu new yorkais, Jowee Omicil a enflammé l’espace dès les premières notes. Le jeune saxophoniste, né à Montréal en 1977 et résidant à Miami, a le don de faire sonner les cuivres et le talent de l’animation. Jowee est un show man, un souffleur qui a du coffre malgré son gabarit de poids mouche.  Ovationné par toute la salle, il a été l’agréable surprise de cette soirée Kréol jazz. Une véritable touche de fraîcheur dans le monde du jazz afro caribéen.

 

Chyco-Simeon-photo-A--Jocksan.jpgChyco Siméon a clôturé la soirée. Sa musique fusionne le new jazz et le hip pop pour former un jazz urbain à l’mage des Caraïbes. Mais si Chyco est très porté vers la musique actuelle, il lui a tenu à cœur de rendre  hommage à Eugène Mona. Jowee l’a accompagné. Autour de lui, il y avait Fred à la trompette, Arnaud à la batterie, Philippe aux percussions et Jean-Philippe au clavier. Chyco en a profité pour rappeler son combat pour Mona : il veut qu’une statue d’Eugène Mona soit érigée au Marigot, sa commune natale.

Alfred  Jocksan (agence de presse GHM)


Jowee-Omicil-sur-la-scene-du-new-morning-photo-A-Jocksan.jpgJowee Omicil est un virtuose. Il a été ovationné pour son premier concert au New-Morning. Un jeune plein de talents qui a fréquenté Marcus Miller, Kenny Garret et bien d’autres. Il est rentré dès lundi en Haïti pour encourager Michel Marthély, son ami qui se présente au deuxième tour de l’élection présidentielle du 20 mars. Plus tard il aimerait faire une tournée dans les Antilles françaises qu’il ne connait pas. « C’était formidable ! L’énergie de la foule, tout simplement merveilleuse... Pour moi la musique est un amalgame de sons, des mes influences d’enfant. Moi je suis né à Montréal et d’origine haïtienne, dans ma musique on va retrouver le son d’Haïti, et aussi le son que j’ai travaillé et écouté, asiatique, africain et bien d’autres. C’est métis. Tout mon plaisir est de communiquer de par mon héritage. »


Le présentateur Tony Chasseur photo A JocksanTony Chasseur, présentateur de l’émission Kreyol jazz sur Tropiques FM, et musicien. Il faisait ses premier pas de présentateur sur scène : « C’était le premier kréyol  jazz en live, un tres bon plateau avec des jeunes musiciens. Ce sont des gens que je diffuse dans mon émission, dont  que je connais le parcours. Je trouve merveilleux que le public qui était nombreux, ait pu apprécier ces trois artistes dans leur diversité. Toute la force du jazz kréyol, c’est cette diversité, une diversité de couleurs rythmiques. Ils sont arrivés à  captiver le public durant plus de trois heures non stop, c’est du jazz ! On dit que c’est élitiste. Et les gens sortent d’ici satisfaits. C’est ça la force de cette musique-là ».
Erick-Siar-photo-A-Jocksan.jpgErick Siar, de Couleurs Music et futur patron de Tropiques FM (dès que Claudy Siar aura été nommé à la place de Karam). Pour lui la surprise est venue de son ami de Miami, Jowee Omicil que personne ne connaissait : « Ce n’est pas un rêve ! C’est un projet que j’ai dans la tête depuis longtemps qui se réalise avec trois artistes fabuleux que nous avons sortis sur notre label Couleurs Music Publishing. Je pense qu’on pourra renouveler ce genre d’expérience tous les six mois et que ce sera un rendez-vous  pour les mélomanes et les aficionados. Aujourd’hui, nous ouvrons une porte à des gens qui sont dans des  niches et on les met au grand jour. C’est une facette de notre musique et non des moindres. »


Gilles-Rosine-pianiste-photo-A-Jocksan.jpgGilles Rosine, le jeune jazzman venu de la Martinique, a fait l’ouverture du dernier Martinique Jazz Festival de Fort-de-France : « Je me rends compte du travail fait par mes compatriotes musiciens comme Jowee et Chyco. Je trouve que cette démarche commune pour faire évoluer notre musique est concluante. Je joue assez régulièrement en Martinique et je peux dire que c’est un public déjà acquis. Maintenant, il faut que j’arrive à faire sortir ma musique. Le New-Morning est à la fois un aboutissement et une première étape. Je suis prêt pour découvrir l’univers des festivals tel que celui de Sainte-Lucie et même ceux de l’Europe entière ! »

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 06:21

Lurel en campagne en région parisienne

Le président Lurel sera en campagne en région parisienne le 17 mars. Il est la guest star de cette soirée de soutien aux candidats socialistes, Anne-Eugénie Faure et son suppléant, le Guadeloupéen, Manuel Allamellou, aux cantonales dans les Hauts-de-Seine. Sur l’affiche de ce meeting de rassemblement, en sus des adjoints au maire de Clichy et du maire lui-même, Gilles Catoire, Victorin Lurel est annoncé en véritable vedette américaine !


Marie-Luce Penchard demande à Copé la tête de Christian Vanneste

« La loi Taubira est une honte pour notre pays, une honte pour la liberté d’expression dans notre pays. Il faut la supprimer tout de suite, c’est une loi anti-française. » Après les propos du député UMP du Nord, Christian Vanneste, publiés sur le site du nouvelobs.com, le Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CPMHE) dirigé par Françoise Vergès a émis une vive protestation. La ministre de l’Outre-mer, de son côté, a saisi le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, pour lui demander « d’engager la procédure visant à exclure M. Vanneste de l’UMP ». La ministre met en garde le député maire de Meaux : « Ne commettons pas l’erreur du Parti socialiste quoi aura attendu tant de temps, et tant de dérapages, avant d’exclure Georges Frêche ».


Samia Badat en vue

Jusqu’alors, elle était la discrète chef de cabinet de Patrick Karam à la délégation interministérielle pour l’Egalité des chances des Français d’Outre-mer (tant que ça dure !), mais la semaine dernière, elle a été mise à l’honneur pour Europe 1 qui en a fait sa « personnalité du jour » ou encore par le Point qui lui a consacré un petit indiscret. La secrétaire nationale aux nouveaux engagements solidaires est signalée comme seule dirigeante musulmane de l’UMP. Dans le contexte du débat attendu sur l’Islam en France, elle a produit une note à Jean-François Copé lui rappelant que c’est à la Réunion que sont formés des imams qui ont fréquenté les bancs de l’école de la République jusqu’au bac minimum.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 16:59

Yasmine  Modestine  chante à Paris

Yasmine-Modestine-chanteuse-photo--A--JOCKSAN.jpgLa chanteuse d’origine Martiniquaise, Yasmine Modestine, a présenté son album « Out of the Blue » pour la première fois à Paris. Elle a donné un concert samedi au pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant dans le 20e arrondissement. Elle chante la beauté du monde. A la fois actrice, slameuse, comédienne, chanteuse, elle est euphorisante et vivifiante.  Yasmine est née dans la musique et a  écrit  ses premières compositions sur les bancs de l’école.  Elle a fait du théâtre et le piano est un de ses bons compagnons comme la guitare qui ne la quitte jamais. Son plaisir est de raconter de belles histoires. C’est pour cela que ses chansons sont ancrées dans la tradition française, des chantons à texte. Aujourd’hui, elle compte plus d’une cinquantaine de chansons dans son répertoire.

yasmine-modestine-chanteuse.jpgSa voix est chaude et mélodieuse, parfois grave, parfois malicieuse et toujours colorée. Ses musiques vont du blues au jazz, en passant par la soul. Elle nous entraine au fond de son univers brut et sans fard, drôle et incisif, vibrant et bouleversant, chaleureux mais jamais triste.

Cette jeune métisse souriante est née d’un père martiniquais à Montargis dans le Loiret et a grandi à Vernon en Normandie, là où vivait Léopold Senghor à la fin de sa vie. Lors de son voyage découverte à la Martinique, elle était émerveillée devant tant de beauté, tant de gentillesse, qu’elle a bien failli en rater son avion. L'atterrissage musical samedi au carré de Beaudoin s'est passé sans heurt !

Alfred  Jocksan

Partager cet article

Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:14

Année des Outre-mer : les TAAC vont à l’Elysée réclamer leur part

Djoe Dunoyer et Frank Anretar, directeur général et président des Trophées des arts afro-caribéens ont été reçu jeudi 10 Mars en fin de matinée à l’Elysée par le conseiller technique chargé de l’intégration, Abderrahmane Dahmane, pour défendre la cause des trophées des arts afro caribéens (TAAC) qu’ils estiment marginalisée dans l’année des Outre-mer français. « Cette remise de prix pluridisciplinaire qui récompense l'excellence de la culture d'outre-mer et d’Afrique est la seule manifestation de cette nature et de cette envergure en France », plaide Djoe Dunoyer. Mais il a aussi été question du carnaval de tropical de Paris pour lequel, l’équipe des TAAC est conseillère à l’organisation. Il s’agissait d’obtenir un soutien pour l’organisation du défilé sur les Champs-Élysée, et pour le Labo ethnique. « Ce sont des événements marginalisés tant financièrement que par la programmation de l'année des Outre-mer », ont-ils confié au conseiller du Château.

Depuis 2008 les TAAC sont soutenus par Abderrahmane et par Claude Guéant, l'actuel ministre de l’Intérieur et ancien secrétaire général de l’Élysée.

Une note sera envoyée par l’Élysée aux ministères concernés pour les interpeller à ce sujet.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 07:04

Les 45 conseillers territoriaux en Guadeloupe confirmés en conseil des ministres

Ce n’était pas un caprice de Marie-Luce Penchard… L’adoption, mercredi matin, par le Conseil des ministres, du tableau précisant le nombre de conseillers territoriaux par départements et par Région, est venue a posteriori justifier la rapidité avec laquelle la ministre de l’Outre-mer voulait réunir les élus de Guadeloupe, le 3 mars dernier. Aucun d’entre eux n’était venu… « Cette réunion avait pour ambition de rattraper le timingdu ministre des Collectivités qui a présenté le tableau hier », affirme-t-on rue Oudinot. Dont acte. Pour info, c'est toujours 49 pour la Réunion, et à titre de comparaison, 55 pour le département de Paris.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 11:38

Décès de Julie Lynne Lirus-Galap

Nous apprenons de Rose-Marie Pastel de l’Aumônerie Antilles-Guyane, que la psychologue martiniquaise, ancienne directrice de l’ANT, et enseignante à l’université Paris-Descartes, est décédée. Elle a écrit Identité Antillaise - Contribution à la connaissance psychologique et anthropologique des Guadeloupéens et Martiniquais, publié aux Éditions Caribéennes en 1979.

Elle a été, entre autres, avec son époux Jean Galap, créatrice et membre actif du Centre d’Etude des Dysfonctionnements chez les Antillo-Guyanais et les Réunionnais, qui apportait écoute et soutien actifs aux Domiens en situation migratoire dans l’Hexagone, pendant plusieurs années à l’aumônerie nationale Antilles-Guyane…Elle a également beaucoup contribué à la connaissance et à la prise en compte de  la mentalité et de la quête des populations Antillo-guyanaises dans les colonnes d’Alizés, dans les années 1980-90.

Un hommage lui sera rendu au Crématorium du Val de Bièvre à Arcueil (8 rue de Ricardo), ce jeudi 10 mars, à partir, de 9 h 30.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 07:59

 Les nuits tropicales, un festival plein d’avenir

Ce dimanche au Zénith de Paris, la troisième séance est venue cloturer le 1er festival des nuits tropicales, après une nuit marathon du live, la veille (plus de 9 heures de musiques non stop).le-public-du-dimanche-au-zenith-photo-A--Jocksan.jpg

En ouverture de ce troisième jour du festival des Nuits tropicales, le groupe réunionnais, Groove Lélé   qui jouait pour la première fois dans l’Hexagone, donnait dans la continuité musicale du festival avec  le véritable son du Maloya et du Séga. Phileas-et-Ernst-groupe-groove-lele-photo-A--Jocksan.jpgLe groupe, avec le violoniste de jazz néerlandais, Ernest Reijseger, a su enrichir le Maloya traditionnel de son île. Fraicheur et saveur en libre expression sur la scène… Puis, le temps de remettre en place l’espace scénique, le groupe Well 97 est installé pour accompagner ce concept inédit de l’Eritaj Mona. L’intro musicale résonne et, déjà, le public en émoi  fredonne les paroles d’Eugène Mona. Max-Mona--2--photo-A--Jocksan.jpgDu fond de la scène, surgit tel un lion, la crinière dressée sur la tète, le fils d’Eugène, Max. Son père a disparu depuis 20 ans. C’est la voix de son père. Max impose sa carrure, sa présence malgré son manque d’expérience.  A la fin du set, il lance les bras au ciel et s’écrie : «  Mési  papa. »  D’autres ont suivi dans ce grand hommage à cette grande voix de la Martinique : Perle Lama 2 photo A JocksanPerle Lama, mais aussi Olivier Jean-Alphonse , Victor O, Marcé... Un hommage en signe de reconnaissance pour un anniversaire.

La guadeloupéenne, Stevy Mahi,  débarque avec  Joél  Jacoulet  pour faire entendre son soul kréyol Folk et ses belles mélodies. Parfaite demoiselle, vêtue de noir, avec la voix taillée pour une grande carrière.... D'autres s'ennuient carrément. Le temps de redescendre sur terre et voila le surdoué de la musique créole, David Sicart. La puissance de sa voix, sa générosité, son engagement, son énergie transportent le public qui en redemande. Lui aussi est pied nu sur scène. Sa musique galvanise. C’est une véritable explosion rythmique et volcanique. Il est  inépuisable et ne fait pas les choses à moitié. Il engage son ker maron et Kabar, ses deux albums qui l’ont introduit dans le circuit  de la world music. Le  diamant de la musique réunionnaise a mis le feu.David Sicart 5 photo A Jocksan

Malavoi et Raoul Paz

Ralph Tamar et le groupe Malavoi arrivent sur la scène. Ils fêtent leurs 40 ans de musique. Même si le Malavoi d’aujourd’hui est bien loin de celui de Paulo Rosine, une machine à rythme. PRalph-Orlane-Malavoi-1-photo-A--Jocksan.jpgourtant pendant longtemps ce groupe a été le pont entre l’Europe et les Antilles. Seul instant de magie, le duo entre Ralph et Orlane. Le reste est nostalgie. Case Lucie à revoir… L’institution Malavoi affiche ses rides. Un lifting serait le bienvenu. (cet avis n'engage que son auteur et Eric Basset ne le partage pas du tout ! NDLR) Changement de programme avec le cubain Raoul Paz. Le Zénith retrouve sa chaleur et vibre à nouveau quoiqu’il se fasse tard et que les gradins se vident. Dommage, car celui qui a entendu, il y  a dix ans, sa première chanson sur une radio en Martinique, méritait mieux. Il dégage des impressions lumineuses, fruit d’un passage par Paris et d’un nouveau regard porté sur son pays et sa ville de La Havane. Sa musique est une fusion qui transporte dans un torrent de larmes typiquement cubaines. Tout en sagesse et élégance.

Raoul-Paz--photo-A--Jocksan.jpgL’année des outre-mer révèle que Paris, la ville cosmopolite, est très en retard au regard d’autres métropoles qui ont fait une place pour les musiques du sud dans leurs programmations.  Ce festival peut être un tremplin. Pendant trois jours, il y a eu des belles choses, des moments de magie que seule la musique sait donner. Les nuits tropicales, premier festival des musiques du sud  mérite bien d’exister.

Alfred  Jocksan (agence de presse GHM)

Photos Alfred Jocksan

Partager cet article

Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 07:58

Le reportage en image

par AlfeDavid-Sicart-2--photo-A--Jocksan.jpg

Davy SicartERITAJ-MONA-2--photo-A--Jocksan.jpg

Perle Lama avec Eritaj Monale-swing-avec-Raoul-Paz-photo-A--Jocksan.jpg

Le swing avec Raoul PazMace-photo-A--Jocksan.jpg

Macé chante l'Eritaj MonaManu--dit-Victor-O-photo-A--Jocksan.jpg

Victor O chante Eugène MonaRalph-Tamar-et-Malavoi-photo-A--Jocksan.jpg

Ralph TamarRaoul-Paz---1--photo-A--Jocksan.jpg

Raoul PazStevy-Mahi-2--photo-A--Jocksan.jpg

Stevy Mahy

Et les pipols en coulisse


Claudy-Siar-Eric-bassset-et-Jack-Lang--photo-A--Jocksan.jpgClaudy Siar, futur délégué avec l'ancien ministre de la Culture socialiste, Jack Lang, et le producteur d'Aztec Musique, Eric Basset

stevy-Mahi-et-David-Sicart--photo-A--Jocksan.jpg

Davy Sicart et Stevy Mahy

 Daniel-Dalin-et-Jack-Lang-photo-A-jocksan.jpgDaniel Dalin, co-organisateur du festival au titre du Collectifdom et Jack LangBizot-radio-Nova-et-Siar--Tropiques-FM-photo-A--Jocksan.jpgRemi Kolpa Kopoul de Nova et Claudy Siar de Tropique FM

la-chanteuse-et-le-politique-photo-A--Jocksan.jpg

Stevy Mahy et Jack the JackLaura-Beaudi-Mariette-Monpierre-Malika-Jean-Francois-Emely.jpg

Laura Beaudi de Trace, Mariette Monpierre, Malika Jean-François...Le-couple-du-dimanche-soir-Manu-et-Stevy-photo-A--Jocksan.jpgManu alias Victor O et Stevy Mahyles-coulisses-les-musiciens-de-Roaul-descendent-l-escalier-.jpg

En coulisses, l'équipe de Raoul Paz descend des loges


Partager cet article

Repost0

Articles Récents