Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 07:39

Les députés à la défense de l’IFCASS

La disparition programmée de l’Institut de formation aux carrières administratives, sanitaires et sociales (IFCASS) de Dieppe avait ému, il y a quinze jours, les élèves et anciens élèves de cette prépa spécialisée dans la formation des Ultramarins (193 sur 290 stagiaires) à la préparation aux concours d’entrée dans les écoles du paramédical et du social et des concours administratifs de catégorie B et C, les formations conduisant aux diplômes d’Etat d’aide médico-psychologique (DEAMP) et d’auxiliaire de vie sociale (DEAVS) et la validation des acquis de l’expérience en vue de l’obtention des diplômes d’Etat d’aide médico-psychologique, d’auxiliaire de vie sociale, d’aide-soignant et d’assistant familial. Fort d’un taux d’insertion de l’ordre de 80 %, l’IFCASS devrait tout de même être remis en cause par le glissement des compétences de l’Etat à la Région Normandie. La Direction générale de la cohésion sociale a acté le désengagement des ministères sociaux en inscrivant au budget une subvention divisée par 2. De 1 679 620 €, elle passerait à 839 810 €, puis à 0 € en 2012. Sur un budget de 3 millions, cette baisse conduit immanquablement à la fermeture de l’établissement dès juin 2011.  Les députés ultramarins de gauche proposent donc un amendement pour sa sauvegarde. « Il consiste à rétablir les crédits à hauteur de 1 679 620 € qui seraient donc portés par le Ministère de l'outre-mer et par le ministère du Travail. En compensation, les parlementaires de gauche proposent de « diminuer d'autant les actions du programme condition de vie outre-mer sur lequel des crédits inscrits ne seront pas consommés faute d'application de la LODEOM ». Et ils proposent de prendre les « 3 M€ prévus pour accompagner le démarrage d'établissements fonciers dans les DOM, 500 000 € pour le GIP chargé de reconstituer les titres de propriété alors que l'arrêté et le décret nécessaire à sa création ne sont toujours pas parus » ou encore de prendre « 2 M€ du budget accordé aux trois commissaires au développement endogène ».

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 07:35

 

La gauche ultramarine dégaine ses amendements contre le budget Outre-mer

assemblée nationale 22h30-copie-1Victorin Lurel,  Jean-Claude Fruteau, Patrick Lebreton, Louis-Joseph Manscour, Christiane Taubira, Serge Letchimy, Jeanny Marc, Annick Girardin, Eric Jalton ont déposé au nom du groupe socialiste, républicain et communiste une série d’amendements qui doivent être examinés ce mercredi dans le cadre de la discussion du budget de l’Outre-mer en commission des finances.

Un premier amendement vise à vérifier via un rapport d'information qui serait remis au Parlement à la suite de cette nouvelle loi de finances que les économies réalisées par les différentes réformes de la défiscalisation des investissements outre-mer, celles de l'indemnité temporaire de retraite (ITR) et de la TVA non perçue récupérable (TVA NPR) ont bien été réinjectées dans l’outre-mer. «  A titre d'exemple, les 60 M€ économisés par la réforme de l'ITR devaient servir à abonder le fonds exceptionnel d'investissement. Or, celui-ci est aujourd'hui crédité de 10 M€ en autorisation d’engagement et de 21 M€ en crédit de paiement. De même, la réforme de la TVA NPR a été justifiée par la création de l'aide au fret par la LODEOM destinée à compenser les surcoûts de l'éloignement. Or, celui-ci n'est toujours pas créé. Enfin, le plafonnement des niches réalisé par la loi de finances 2009 était annoncé comme permettant le financement du RSA. Or, le RSA n'entrera en vigueur outre-mer qu'en janvier 2011. » Un deuxième amendement a pour objet de réinjecter outre-mer les économies réalisées grâce à la nouvelle réforme de la défiscalisation des investissements productifs outre-mer (économie fiscale évaluée à 100 M€) et à la suppression de la défiscalisation dans les investissements photovoltaïques outre-mer (économie fiscale évaluée à 230 M€). Aussi, « il est proposé d'abonder de 330 M€ la LBU, les contrats de plan et le fonds exceptionnel d’investissement. En compensation, il reviendra au ministère de l'Outre-mer et à celui de l'Economie et des Finances de trouver les crédits correspondants afin de compenser aux organismes de sécurité sociale les exonérations de charges ». Un troisième amendement a pour objet d'abonder de 25 millions d’€ l'action logement afin de permettre à la ligne budgétaire unique (LBU) de conserver le montant de crédit de paiement dont elle bénéficiait en 2010. « En l'état actuel de la mission outre-mer, l'ensemble de la LBU diminue de 21 M€ et, surtout, les crédits spécifiquement destinés à la construction de logements sociaux et très sociaux diminuent de 34 M€, soit de près de 31%, c'est à dire, à titre d'exemple, du montant de la LBU en Martinique. » Un quatrième amendement a pour objet d'augmenter de 25 M€ les moyens du fonds exceptionnel d'investissement. « Cet outil, réclamé par les élus locaux et créé par la LODEOM, est de nature à permettre le financement des investissements. Or, il baisse considérablement en autorisation d’engagement, de 30 M€, ce qui signifie que très peu de nouveaux programmes seront lancés. De même, seuls 3 M€ de crédits de paiement sont prévus pour financer de nouveaux chantiers. » En compensation de ces deux derniers amendements, il est proposé de supprimer 25 M€ sur les crédits destinés  à l'aide au fret puisque « cette mesure de la LODEOM n’est toujours pas rentrée en vigueur ». En toute logique, ces amendements seront rejetés.

FXG (agence de presse GHM)

 


MLP défend son budget sur le logement

 

MLP 3 (fxg)A l’occasion de sa rencontre avec Thierry Repentin, président de l’Union Sociale pour l’Habitat, Marie-Luce Penchard a assuré, hier, que « les crédits de l’Etat en faveur du logement demeurent à un niveau élevé en 2011. Les crédits pour 2010 avaient déjà été majorés des ressources exceptionnelles du plan de relance pour atteindre près de 275 M€ en autorisations d’engagement : dans un contexte budgétaire très tendu, ils sont maintenus à ce niveau pour 2011, et ce jusqu’en 2013. Quant aux crédits de paiement, qui connaissent une légère baisse en 2011, passant de 216,4 M€ à 194,8 M€, ils sont calculés en fonction du rythme de réalisation des projets d’ores et déjà engagés ». Maire-Luce Penchard a pu également faire part au président Repentin de la mobilisation des crédits de la ligne budgétaire unique en 2010. Ainsi, fin septembre 2010, 145 M€ d’autorisations d’engagement ont été décidées contre 71 M€ à la même époque en 2009. La ministre de l’Outre-mer a souligné que « la défiscalisation devait contribuer pleinement à la relance de la production de logements sociaux, selon l’objectif que lui a assigné la LODEOM. De nombreux dossiers sont en cours d’instruction pour un total de plus de 4 000 logements, ce qui montre que les bailleurs sociaux se sont approprié cet outil. D’ores et déjà, dix dossiers ont été agréés pour un coût total de plus de 60 M€ ».


 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 06:53

Un observatoire des tarifs bancaires

Une loi de régulation bancaire et financière a été publiée au Journal Officiel du 23 octobre dernier. Le montant maximum des sanctions applicables par l’Autorité des marchés financiers (AMF) passe notamment de 10 à 100 millions d’euros. Par ailleurs, ce texte crée aussi un observatoire des tarifs bancaires chargé d’étudier les questions relatives aux tarifs bancaires pratiqués en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à la Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Mayotte, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans le territoire des îles Wallis-et-Futuna.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 04:36

 

La colère des rhumiers à Saint-Malo

Certains rhumiers présents à Saint-Malo laissent entendre qu’ils pourraient abandonner la place quand d’autres se mettent à rêver secrètement que la Route du rhum puisse prendre son prochain départ à Brest, « une ville où l’on nous accueille » ! A l’origine de ces rumeurs, le refus de la Ville de Saint-Malo de délivrer pour six stands des autorisations de vente des ti punchs ou de planteurs au verre. « On est censé vendre des bouteilles et on n’en vend pas, se plaint l’un d’eux. Il y a bien des dégustations mais en cachette ! » Depuis lundi, les rhumiers ont alerté le président Lurel pour qu’il intercède auprès de René Couano, le maire de Saint-Malo. « Aucun problème », assure un proche du président de la Région Guadeloupe qui justifie ces mesures eu égard aux exigences des commerçants locaux. Des explications qui hérissent ceux qui voient les stands Pelforth et Coca distribuer à longueur de journée leurs produits… « Il y a une volonté politique d’humiliation. Ce ne sont pas sept stands de rhums qui vont mettre en faillite les bistrotiers malouins ! » Seuls le restaurant du village de la Route du rhum et le stand de la CCI de Pointe-à-Pitre ont été habilités à vendre du rhum au détail. A 4 € le ti punch ! A ce tarif-là, on comprend mieux la colère des rhumiers qui (tant pis !) vendent leur alcool au verre en douce et en totale contravention.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 06:51

Une soirée littéraire autour d’Edouard Glissant

Edouard-Glissant-Toma-2.jpg« Diriez-vous qu’un poème peut être coupé, interrompu, qu’on pourrait en donner des extraits, morceaux choisis et décidés par l’action de vents malins ? » Cette citation d’Edouard Glissant sert d’exergue au programme littéraire =qui sera donné le 3 novembre prochain au théâtre parisien de l’Odéon. Marianne Basler, Sophie Bourrel, Alex Descas, Behi Djanati-Atai, Greg Germain, Charles Gonzales, Tcheky Karyo, Mike Ladd, Denis Lavant et Sapho donneront des lectures en français, anglais, arabe et en espagnol. Les auteurs Abdelwahab Meddeb, Pierre Oster et Antoine Raybaud y participeront aussi.

Jacques Coursil, accompagné de Yann Joussein aux percussions, Fanny Lasfargues à la contrebasse et Romain Clerc-Renaud au piano et clavier, dira un Oratorio à partir de poèmes d’Edouard Glissant dans une mise en espace de Razerka Ben Sadia-Lavant. La soirée est organisée avec le Fonds de Dotation Agnès b. et Galaade Éditions, en partenariat avec Courrier International et Mediapart. Pas impossible d'y croiser Dominique de Villepin...


Théâtre de l’Odéon – Grande salle , place de l’Odéon, 75006 Paris, (tarifs de 6 à 18 €) location ouverte (tel. 01 44 85 40 40 - réservation : theatre-odeon.eu)

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:48

Max Diakok et Ghislaine Décimus dansent  Agoubaka


Ghislaine-Decimus--photo-olga-schanen--FA.jpgAgoubaka est la nouvelle création chorégraphique contemporaine caribéenne  de Max Diakok et de la Compagnie Boukousou. Elle sera donnée à Paris, ce dimanche 24 octobre, puis le 7 novembre au théâtre de la Reine blanche (2 bis passage Ruelle 75018). Ce spectacle se compose de deux pièces interprétées par Max Diakok et Ghislaine Décimus,  Pawòl a Kò – Pawòl a Ka et Doukoulanm. Agoubaka est une pièce inspirée de la gestuelle gwoka. La musique a été composée spécialement par Roger Raspail et interprétée par le grand pianiste de jazz Alain Jean-Marie. S’y mêlent gwoka et biguine. Sur scène, on retrouve tour à tour aux percussions Roger Raspail, Dominique Tauliaut et Bago Balthazar bien connus de la sphère caribéenne et jazz.

Solos masculin et féminin

La 1re partie, Pawòl a Kò – Pawòl a Ka, est le voyage initiatique d'un homme aux confins de territoires à visages multiples. Un voyage semé d'embûches à l’instar de celui effectué par Ti Jean L’horizon, personnage des contes traditionnels caribéens réputé pour sa pugnacité et sa capacité d'adaptation. Dans cet univers onirique foisonnant d’images, équilibre et déséquilibre, tension et suspension, éloquence et silence ne constituent que divers aspects de la même quête : être debout entre terre et ciel, accueillir les traces héritées des ancêtres tout en balisant son chemin singulier de l’ombre vers la lumière.

Puis vient, en seconde partie, Doukoulanm, un solo féminin composé par Roger Raspail (An ti kaz la), revisité par le tandem Alain Jean-Marie et Roger Raspail dans un dialogue piano et ka. S'y côtoient atmosphère intimiste et énergie tellurique. C’est encore la quête d'un espace de liberté dans lequel le corps-temple
décline sa parole d'eau, de feu, de terre, de ciel. Et la danse devient une invitation à fermer la ronde pour un coeur-à-coeur généreux.

FXG (agence de presse GHM)

Photos : Olga Schanen


Max-Diakok--photo-olga-schanen--FA.jpgLe chorégraphe

Max Diakok est originaire de Sainte-Rose en Guadeloupe. Il a participé à de nombreux festivals (Vibrations Caraïbes à Paris,  Outre Mer Outre Terre, Orkesztika à Budapest, Leap Dance Festival en Grande Bretagne, Marin Village en Martinique, Rencontres Danse Métisse à Cayenne,  Festival d’Avignon à la Chapelle du verbe incarnée, Performances noires préfiguration CND, ..). Il aussi travaillé avec les metteurs en scènes Luc Saint Eloy ou Jean-Michel Martial avant d'engager son propre travail de recherche, il y a plus de 10 ans, avec sa compagnie Boukousou, Max Diakok a notamment travaillé avec  de nombreux chorégraphes dont Norma Claire, Germaine Acogny, François Duroure, Christian Bourigault, Paolo Campos... Max diakok ne rêve que d’une chose, c’est de venir présenter sa création, chez lui, aux Antilles.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:07

Cannes présente son Seatrade Med à Paris

Mantei-Gumiel-Salles-Esteve-debout.jpgAprès Gènes, Naples et Venise, Cannes accueillera pour la première fois en France le Seatrade Med , salon international de la croisière qui se déroule du 30 novembre au 2 décembre au palais des Festivals. Le FRCC qui regroupe le comité régional du tourisme, la CCI Nice côte d’Azur, les villes de Cannes, Nice et Villefranche-sur-Mer, a répondu à l’appel à candidature et a été retenu. « L’enjeu est de taille » selon Dominique Esteve. Les chiffres de la croisière sont éloquents : 17 milliards de Chiffre d’affaires mondial. Une croissance de 7% en 2010, 12 % en Europe en 2009, 104 % du taux de remplissage des cabines grâce à la maîtrise du yeald management, 25 nouveaux paquebots entre 2010 et 2012 qui vont générer en direct, indirect et induit, 40 milliards en Amérique du Nord et 32 milliards en Europe ! Depuis ces quinze dernières années, l’activité croisière a connu une croissance  de 8 à 9 %. « Il faut donner envie aux croisiéristes de revenir sur la Côte d’Azur autrement, propose le patron de la CCI. 750 000 passagers représentent autant de prospects potentiels. » Pour le patron d’Atout France, « Cannes a su conquérir le Seatrade Med ! » Avec ses quatre ports à Nice, Villefranche et Golfe Juan, le plan d’eau accueille 750 000 passagers annuels. Mais la clientèle française est encore peu développée (elle plafonnait en 2009 à 347 000 pax) et le marché français ne représente que 7 % du marché européen. Selon le patron d’Atout France, « il y a des problèmes d’infrastructures, il n’y a pas de grands acteurs nationaux, par d’armateurs français et un problème d’image. » « Si le marché français a déçu ces dernières années, maintenant ça se réveille, l’a repris Rudy Salles. Ce sera clairement exposé au Seatrade en France ! ». 160 exposants et 4 000 visiteurs professionnels, des équipementiers, des constructeurs et réparateurs navals, des ports et des destinations, des avitailleurs, des agents maritimes, des compagnies de croisière, des tour operators et des agences de voyage...  5 conférences majeures et 2 Workshops. Le FRCC promet un éductour aux agents de voyage et compagnies de croisière, une soirée mode et gastronomie française aux galeries Lafayette de Cannes, le 1er décembre, et la veille à Nice, une « soirée de prestige » pour 600 invités, avec soirée musicale à l’opéra. « Ensuite les congressistes pourront aller dîner dans la vieille ville », conclut Alain Gumiel.

FXG (agence de presse GHM)

 


Monaco, le grand absent

 

Alain Gumiel a indiqué que le port de Monaco avait été sollicité mais n’avait pu « adhérer au FRCC ». »C’est un Etat souverain », a-il déclaré. Consolation : des représentant monégasques assisteront à certaines conférences.

 


Le nouveau port en rade

 

Interrogé sur le projet de nouveau port équipé pour accueillir à quai des paquebots de plus de 220 mètres, Rudy Salles s’est exclamé : « Un nouveau port ? Où ? » S’il a admis que la réflexion n’était pas éteinte pour étudier un nouveau site près de l’aéroport, il a clairement affirmer que « le port de Nice ne changera probablement pas dans un avenir prévisible ». Il a préféré plaider pour l’accueil des gros bateaux en rade.

 


Les ministres absentsMantei-Gumiel-Salles-Esteve.jpg

Pour annoncer cette nouvelle palme décrochée par Cannes, le président du French riviera Cruise club (FRCC), Alain Gumiel, le président de la CCI Nice Côte d’Azur, Dominique Estève, le député et adjoint au tourisme du maire de Nice, Rudy Salles, et le directeur d’Atout France, Christian Mantéi, étaient réunis, hier, au pavillon Ledoyen sur les Champs-Elysées à Paris. On prometait la presence d’Hervé Noveli, secrétaire d’Etat au Tourisme et Christian Estrosi. A 9 heures, on signale que l’avion à bord duquel a pris place le maire de Cannes François Brochant et Ruddy Salles a 50 minutes de retard. Eric Ciotti fait téléphoner qu’il était coincé dans une réunion. Quant à Christian Estrosi, « il doit être aussi coincé quelque part », l’a excusé Alain Gumiel… Avec plus d’une heure de retard, Rudy Salles a fini par arriver pour représenter son maire. « J’ai loué une moto à Orly. » Dominique Estève, invité à parler pour faire encore patienter le public, a craqué le premier : « On va pas jouer la montre... »

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 06:57

Un vaccin contre la dengue d’ici 2015-2016

JeanLang-vaccin-dengue.jpgLe docteur Jean Lang, chercheur chez Sanofi Pasteur, annonce un vaccin contre la dengue pour 2015-2016. Une nouvelle qui va rassurer l’outre-mer, régulièrement touchée par le virus, et le sud de la France qui commence à être sous la menace de l’aedes aegypti. Interview.

Depuis quand cherchez-vous un vaccin contre la dengue ?

La recherche dans le monde entier a commencé il y a 80 ans avec l’armée américaine. Sanofi Pasteur a débuté en 1992 une collaboration avec une université thaïlandaise qui avait développé un vaccin de façon empirique. Nous avons essayé de le développer jusqu’en 2001, mais au niveau du développement et de l’industrialisation le vaccin n’était pas adapté. Nous sommes en train de mettre au point un autre vaccin combinant les quatre sérotypes de virus.

A quelle phase de vos recherches en êtes-vous ?

Nous en sommes aux essais cliniques. Nous avons à ce jour traité plus de 5 000 enfants, adolescents et adultes en Amérique Latine, du Nord et Asie Pacifique. La tolérance est prometteuse. Nous espérons que cela se va traduire par une protection. Nous sommes dans la phase finale de l’étude du vaccin.

Vous venez de démarrer des études cliniques au Brésil. Pourquoi ce choix ? Avez-vous des projets en outre-mer ?

Au Brésil, la dengue est un problème de santé publique. Elle est la première maladie tropicale en Asie Pacifique et en Amérique latine. Elle devance désormais le paludisme. En Europe, elle se développe. Le moustique Tigre, vecteur de la dengue, est maintenant dans le sud de la France jusqu’à Lyon. En outre-mer nous allons mettre en place une étude clinique. Elle pourrait débuter l’année prochaine dans les départements français d’Amérique.

Quand pensez-vous pouvoir mettre un vaccin sur le marché ?

Au deuxième semestre 2012, nous aurons les résultats majeurs sur la tolérance et la réponse immunitaire. Nous espérons une première mise à disposition du vaccin, dans les pays où la dengue est une priorité de santé publique, à l’horizon 2015-2016.

Pensez-vous qu’il y aura une vaccination universelle ?

La vaccination sera plutôt donnée à titre préventif à des tranches d’âge allant du nourrisson jusqu’à l’adulte. La vaccination nécessitera deux ou trois doses, selon l’état immunitaire.

Pourra-t-il être utilisé en curatif ?

Ce ne sera pas un vaccin thérapeutique.

Y aura-t-il des adjuvants ? Ces substances chimiques utilisées pour rendre un vaccin plus efficace ont été mises en cause dans le vaccin contre le virus H1N1. 

Notre vaccin est dit « vivant atténué ». Il est fait sur le modèle de celui contre la fièvre jaune. Il n’y aura pas besoin d’adjuvants.

Les populations des pays du sud auront-elles facilement accès au vaccin ?

Nous sommes en discussion avec des organismes de finance internationale, comme la fondation Bill Gates, qui pourront contribuer à l’accès. Nous avons déjà pris le risque de construire une usine à Neuville-sur-Saône. Elle nous permettra de produire près de 100 millions de doses. Sanofi Pasteur a une politique de prix différenciée qui tient compte du volume et du contexte économique.

Propos recueillis par David Martin (Agence de presse GHM)

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 18:47

Messe à la Madeleine pour les 52 ans de Patrick Saint-Eloi

Messe-anniversaire-PSE-Pretre.jpg

Les proches et amis de PSE s’étaient donné rendez-vous, mercredi à 17 h 30 à l’église parisienne de la Madeleine pour une messe. PSE aurait eu 52 ans, tout juste un mois après sa disparition, le 18 septembre dernier. Le père de Charnace a dirigé l’office, une messe chantée avec Nadine Saint-Eloi. Une petite centaine de personnes, intimes ou amis, parfois anonymes, ont fait le déplacement. Avant que la cérémonie ne commence, un organiste s’exerçait dans des variations libres sur les grands orgues, au dessus de la nef. Une forme d’ultime parole d’un musicien à un autre…

Photos : Régis Durand de GirardMesse-anniversaire-PSE.jpg

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 06:05

La ville de La Fère honore Hanibal, « le nègre de Pierre le Grand »

Abraham Pétrovitch Hanibal (1696-1781) était l’arrière grand-père d'Alexandre Pouchkine, le grand poète russe, et fut général en chef des armées impériales du tsar Pierre le Grand. C’était un Africain. Samedi 23 octobre à partir de 10 heures, cette figure historique du Panthéon noir fera l’objet d’un colloque international et d’un hommage dans l'Aisne à la Fère, là même où Hanibal effectua, à l’école d’artillerie, sa formation militaire entre 1720 et 1723. Il y avait été envoyé par le tsar Pierre le Grand dont il était le filleul. Hanibal était né à Logone dans l’actuel Cameroun et fut victime de la traite ottomane. C’est ainsi qu’il passa de Constantinople à Moscou au début du XVIIIe siècle. Une plaque rappelant le souvenir de son passage à l'école d'artillerie de La Fère sera dévoilée en présence du ministre camerounais de la Culture, des ambassadeurs de Russie, d’Estonie, de Suède, de Turquie, de sa Mahamat Bahar Marouf, sultan de Logone au Cameroun, et du député socialiste René Dosière. L'hommage à Hanibal s'inscrit dans le cadre de l’année de la Russie en France et de l'année internationale du rapprochement des cultures de l'UNESCO. Une exposition se tiendra à l'Espace Drouot de La Fère consacrée au poète Pouchkine et l’historien Dieudonné Gnammankou ainsi que des spécialistes russes d'Hanibal et de  Pouchkine, animeront le colloque.

FXG (agence de presse GHM)


Hanibal-220px-Meller-Zakomelski.jpg« Le nègre de Pierre le Grand »

Abraham Pétrovitch Hanibal est né en 1696 à Logone, actuel Cameroun, et mort le 20 avril 1781 en Russie. Il a été général en chef d’armée, directeur général des fortifications de l’Empire russe, chef du corps des ingénieurs, mathématicien, hydraulicien, riche propriétaire terrien et humaniste. Marié en secondes noces à une aristocrate suédoise, il a eu onze enfants. Sa petite-fille, Nadine Hanibal surnommée la belle créole, donnera naissance au poète russe Alexandre Serguievitch Pouchkine (1799-1837). D’origine princière, le jeune Hanibal fut victime de la traite ottomane et conduit comme otage, avec son frère, à Constantinople en 1703. Il avait 7 ans. Transféré clandestinement à la cour du tsar à Moscou,  il fut affranchi, adopté et baptisé par Pierre 1er.

En 1720, il intègre la nouvelle Ecole d’Artillerie de la Fère qui forme les premiers officiers du génie. En janvier 1723, il rentre en Russie avec son brevet d’ingénieur du roi et le grade de capitaine de l’armée française. Les sciences apprises en France font de lui le premier ingénieur militaire moderne de l’histoire russe. Pierre 1er le nomme lieutenant à la Compagnie des bombardiers de Preobrajensky et professeur dans ses écoles militaires. Maîtrisant plusieurs langues européennes, le français, le néerlandais, l’allemand, en plus du russe, il est nommé traducteur principal des livres scientifiques et militaires étrangers en russe au palais, puis précepteur de mathématiques et de fortifications du futur empereur Pierre II. Son implication active dans la vie politique russe - il est secrétaire d’un parti politique et proche du ministre et ambassadeur autrichien, le comte Raboutine – lui coûtera un exil de plusieurs années (1727-1730) dans l’enfer sibérien après la mort de son parrain Pierre 1er.

Le "Vauban russe"

A partir de 1742, après la prise du pouvoir par Elisabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand, il fait une impressionnante carrière militaire et occupe les plus hautes fonctions dans l’armée russe devenant le 4e personnage de l’Empire. Il est le « Vauban » russe. Gouverneur de la province de Vyborg, il est chef de la commission russe chargée de négocier le nouveau tracé des frontières entre la Russie et la Suède à l’issue de la Guerre de Sept ans. Son épouse, Christine-Régine de Schoeberg, issue de l’aristocratie suédoise, est l’arrière petite-fille de l’amiral de la flotte danoise et norvégienne, Lauritz Galtung. Leur fils aîné deviendra le général et amiral Ivan Hanibal, et leur petite-fille, Nadine Hanibal, surnommée la belle Créole dans les cercles mondains de Saint-Pétersbourg, donna naissance à Pouchkine.

La place centrale qu’occupera le poète Pouchkine dans la société russe explique les tentatives de certains savants russes de nier dans le passé toute ascendance « nègre » dans la généalogie de celui-ci. Ainsi, le futur académicien Dmitri S. Anoutchine lui inventa en 1899 une origine « éthiopienne ». Soutenir l’idée que les Ethiopiens n’étaient pas des « Nègres », et attribuer à Pouchkine une origine éthiopienne permettaient de rendre « acceptable » son ascendance africaine. Les travaux de Dieudonné Gnammankou dénonçant cette falsification de l’origine nationale du 1er général noir de Russie, Abraham Hanibal, ont conclu en une origine camerounaise, reconnue aujourd’hui en Russie par la plupart des spécialistes de Pouchkine. Ce dernier a rendu hommage à son bisaïeul noir en faisant de lui le héros de son roman historique inachevé, « Le Nègre de Pierre le Grand », et en créant un thème africain dans la littérature russe du XIXe siècle.


Sources

GNAMMANKOU Dieudonné, Abraham Hanibal, l'aïeul noir de Pouchkine, Présence Africaine, Paris, 1996, 255p.

En russe, Abram Gannibal, Moscou, Molodaïa Guardia, 1999, traduit par L. Brumberg, 219p.

GNAMMANKOU D.,"Tak gde že Rodina Ganibala?" (Où se trouve donc la patrie d'Hanibal?), in The Herald of the Russian Academy of Sciences, Editions Sciences, Moscou, vol.65, N°12, 1995, pp.1094-1101.

GNAMMANKOU D., "Otkuda rodom Ibragim Gannibal?" (en russe) in Rossiyskie Vesti, N°101 du 02 06 96.

En anglais, "New Research on Pushkin's Africa : Hannibal's Homeland, in Research in African Literatures, vol.8, N°4, Indiana University Press, 1997.

GNAMMANKOU D., "Entre la Russie et l'Afrique : Pouchkine, symbole de l'âme russe, in Diogène, Gallimard, Paris, vol.179, Juil-Sept 1997, pp.188-204.

Edition américaine, GNAMMANKOU D., "Pushkin Between Russia

and Africa", Diogenes, Berghan Books, Providence, N°179, vol.45/3, Autumn 1997.

GNAMMANKOU D., "La Traite des Noirs en direction de la Russie", communication présentée à la conférence de lancement du projet international Unesco "La Route de l'Esclave", Ouidah, Bénin, 1994; parue sous le même titre dans l'ouvrage collectif La chaîne et le lien, Dir. DOUDOU DIENE, Editions Unesco, 1998.

GNAMMANKOU D., dir., Pouchkine et le Monde Noir, Paris, Présence Africaine, 1999, 287p+40p. d'illustrations.

POUCHKINE A., Le Nègre de Pierre le Grand, traduit du russe par Rostislav Hofmann, in Pouchkine et le Monde Noir, 1999, p.259-287.

POUCHKINE A., "Début d'autobiographie", in Oeuvres complètes, T.III, Autobiographie, Critique,

Correspondance, Traduction d'André Meynieux, Lausanne, Ed. L'Age d'Homme, 1977.

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents