Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 20:25

Trophee-MOM-Route-du-Rhum.jpgLe prix du ministère de l’Outre-mer pour la Route du Rhum

Pour la première fois depuis 1978, le ministère de l’Outre-mer a décidé d’octroyer un prix au vainqueur de la Route du Rhum. En fait, ce prix récompensera le premier navigateur ayant passé la Tête-l’Anglais. La ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard remettra ce trophée (une sculpture symbolisant un spi gonflé) le 19 novembre lors de la remise générale des prix, en Guadeloupe (si elle est confirmée dans le prochain gouvernement). 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 16:00

 

Un numéro d’Archipel spécial TNT

Elias-Akhoun.jpgPour l’arrivée de la TNT outre-mer, Elias Akoun, présentateur de l’émission Archipel, annonce dans la semaine du 30 novembre un numéro spécial sur l’histoire de la télévision en outre-mer. L’outre-mer sera évoquée à travers une émission très ancienne, toujours à l’antenne et commune à tous les outre-mers mais dont on se refuse à nous dire le nom ! Sur le plateau, on retrouvera    les trois « historiques de RFO », représentatifs des trois océans : Gora Patel (Réunion), Wallès Kotra (Nouvelle-Calédonie) et Luc Laventure (Martinique). L’émission qui fera sans doute 90 minutes, proposera ensuite un documentaire sur Grand-Rivière avec la confrontation d’images tournées il y a une vingtaine d’années et des images actuelles. L’émission sera réalisée par Jean-Bernard Ganne, auteur entre autres d’un documentaire tourné en Martinique, La foi en héritage, pour Le Jour du Seigneur. Tiens, ne serait-ce pas un indice pour l’« émission très ancienne, toujours à l’antenne et commune à tous les outre-mers » ? Réponse fin novembre.

FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 07:45

La délégation de Patrick Karam au ralenti

Depuis quelque temps (depuis les élections régionales, précisément), la délégation interministérielle à l’égalité des chances des Français d’outre-mer se montre bien moins active qu’à ses débuts.

patrick-karam-bis.jpgL’essentiel de l’activité publique de Patrick Karam se résume depuis peu à organiser des colloques (sur les rapports sociaux aux Antilles, sur les coloniaux dans la guerre, sur l’Islam à la Réunion…) des expositions (Miguel Marajo), des rencontres (avec des étudiants réunionnais autour de Nassima Dindar) ou encore des remises de décoration (Jenny Hipocrate)… Patrick Karam avait annoncé son départ à la fin de l’année 2009 et beaucoup pensaient qu’une fois élu à la Région Ile de France (Nicolas Sarkozy l’avait imposé en n°2 de liste à Paris, derrière Chantal Jouano), il quitterait la délégation. C’était sans compter l’avis de l’Elysée qui a intimé à Patrick Karam de ne rien décider à la place de celui qui l’avait nommé délégué en juillet 2007 ! Alors, à la Région Ile de France, l’homme « exaspère », selon un membre de la majorité socialiste à qui il n’a pas échappé que la feuille de route qui lui a donné l’Elysée, c’est d’attaquer le président Huchon tous azimuts. Et à la délégation interministérielle ? Peu de choses : Une convention avec Air-France pour les vols sur Saint-Martin, une circulaire pour l’accès aux postes élevés de la fonction publique, mais il n’y a plus ces conférences de presse (quelques fois deux dans la même journée !) qui pour les tarifs des pompes funèbres, qui pour le créole à l’école, qui pour les cordées de la réussite, qui pour les discriminations au logement, voire pour le bilan de ses 300 mesures initiales.

En attendant la prochaine présidentielle

On a même été surpris, il y a peu, du silence de la délégation quand des étudiants ultra-marins de l’IFCASS à Dieppe ont dénoncé la fin du financement de cette prépa aux métiers médico-sociaux dont 80 % des élèves sont issus d’outre-mer. Patrick Karam a bien rédigé une lettre à la ministre de l’Outre-mer, mais on l’a connu sur de tels sujets bien plus combatif. A sa décharge, Patrick Karam considère que tous ses chantiers ont quasiment tous été menés à bien. Mais récemment encore, on l’a trouvé presque muet sur la sortie de Jean-Paul Guerlain et « le travail des nègres ». Paul Girod de Langlade a dû se retourner dans retraite d’office ! Enfin et c’est peut-être le nec plus ultra, son poulain et successeur à la tête du Collectifdom, Daniel Dalin, qui avait fait rédiger la meilleure plainte en justice contre la sortie d’Eric Zemour sur les Arabes et les Noirs réputés dealers, a oublié (et c’est un euphémisme) de consigner les 2 000 € nécessaires à la recevabilité de sa plainte. Alors de deux choses l’une, ou bien l’homme n’a plus rien à faire et il n’y a plus de problèmes de discrimination ou de représentation des Ultra-marins en France, ou bien, on lui a demandé de calmer son bouillant caractère tout en le gardant au chaud en attendant la prochaine campagne présidentielle.

FXG (Agence de presse GHM)

 


Créole à l’école : le combat continue

Jean-paul-Auzan-PK-Tony-Mango-et-les-eleves.jpgPatrick Karam va proposer au  ministre de l’Education nationale de nommer un titulaire en lieu et place des deux vacataires dans les deux lycées d’Ile de France qui dispensent l’enseignement du créole et la généralisation à l’ensemble de l’Hexagone du créole comme option au bac. A la rentrée, on comptait 14 élèves au lycée Paul-Eluard de Saint-Denis, et 19 élèves dont 10 en terminale au lycée Léon-Blum de Créteil. Dès la prochaine session du bac, les candidats de ces lycées pourront présenter le créole en option. En 2010, il y a eu 958 candidats au créole en option (311 en Martinique, 445 en Guadeloupe, 104 en Guyane, et 98 à la Réunion, 0 dans l'hexagone) et 332 candidats en épreuve obligatoire (12 en Martinique, 258 en Guadeloupe, 0 en Guyane, 1 à la Réunion et 61 dans l'Hexagone). « L'introduction des épreuves facultatives en Ile-de-France permettra de multiplier les candidats », se félicite la délégation. 


Les précisions portées par le Collectifdom

1) nous ne comprenons pas l'amalgame qui est fait entre P. Karam du Gouvernement et D. Dalin du Collectifdom dans cet article. 

 

2) pourquoi "faux dépôt de plaine" ? La plainte a bien été déposée.

 

3) D. Dalin a  eu son accident de la circulation le dernier jour pour le dépôt.

 

4) Le Lendemain, D. Dalin a passé sa journée au tribunal pour tenter d'y faire le dépôt, mais il lui a été signifié que le dépôt aurait dû être fait la veille. Accidenté, il n'avait pas pu le faire. Expliquant cela au président du tribunal, celui-ci n'a pas accordé de délai supplémentaire.

 

5) Seul le Collectifdom a porté plainte : quid des autres associations ? Pourquoi vous jetez le discrédit sur le Collectifdom alors que les autres associations ont toutes  brillé par leur absence ?

 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 10:13

Marsin vote la réforme territoriale

Le Sénat a adopté les conclusions de la commission mixte paritaire sur la réforme territoriale par 167 voix contre 163. Le sénateur Daniel Marsin a voté pour alors qu’il s’était abstenu lors des précédentes lectures…

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 08:40

TABOU COMBO c'est 42 ans de musique autour du monde photo ATabou Combo et  T Vice,  les bonnes étoiles du konpa

Tabou Combo et T Vice. Deux groupes, deux générations, et un pays, Haïti. Le groupe Tabou Combo est là depuis quarante ans et T VICE, la génération 90, est la nouvelle vague. Les deux brillent dans le ciel de la musique haïtienne. Des météores  d’espoir. Tabou Combo c’est  magique, Tabou Combo c’est « L’an 10 Edenways » sans limites, ni préjugé, c’est « Jo jo en carnaval » et « 360° de Boléro jouk li jou » au « 8e sacrement » des décennies que des mélomanes chantent et dansent sur ses succès.

Tabou-c-est-magique-photo-A-JOCKSAN.jpgDepuis leur premiers pas, en 1967, dans une église de Pétionville, les Tabou Combo ont parcouru le monde. Une belle longévité pour le groupe d’Albert Chanzy, Dadou Pasquet et Jean Jean- Claude, le maitre de la guitare rythmique.  Quarante trois ans au plus haut en passant par  New-York et un atterrissage ce week-end au Zénith de Paris. Le public est toujours là… Malgré les années, vieux et jeunes reprennent en chœur les refrains. Tabou Combo, c’est toute une génération. Pour le chanteur du groupe, Yvon André, parlant de la nouvelle vague : «  Si dans une société ou dans une famille, le fiston ne dépasse pas le père, cette société dégénère. » Le Chouboune de 1968 est toujours dans l’ambiance avec d’autres musiciens du début, tel qu’Yves Joseph dit Fanfan, et Jean Jean-Claude.

Le-groupe-T-VICE-au-zenith-de-Paris-photo-A--JOCKSAN.jpgEt voici T Vice. Des jeunes qui flambent, qui donnent du vibe, de l’énergie au konpa. T Vice a su apporter une nouvelle énergie à la musique Haïtienne, en perte de vitesse dans les années 1990. Une performance due au  maitre arrangeur des « Difficiles  de Pétionville », Robert Martino, qui a débuté la musique à l’âge de 16 ans avec son premier morceau à succès, « Espoir », et poursuit aujourd’hui avec ses fils, Roberto et Reynaldo. T Vice, c’est un travail musical approuvé et accepté par des milliers de mélomanes. Quelques notes et le public est en liesse. Robert-Martino-le-grand-de-TVICE-photo-A-JOCKSAN.jpgT Vice s’est fait machine à galvaniser la musique konpa. Robert Martino qui vit à Miami depuis plus de 27 ans,  le dit : « La musique est un don de Dieu. »

Pour ce concert anniversaire, les vétérans de Tabou Combo, ont déclenché encore une fois un coup de tonnerre émotionnel avec Tabou Combo son la ri la. Les papys du konpa direct sont fiers de voir leurs enfants soulever les foules et de continuer à faire vivre la musique haïtienne sur les ondes et dans les cœurs des fans.  Le Tabou Combo et T Vice ont su garder le konpa  à son zénith !

Alfe Jocksan (Agence de presse GHM)


En images (Photos Alfred Jocksan)


Autour-du-guitariste--Robert-Martino-MICHELLE-ET-Serge--et-.jpg

Autour du guitariste, Robert Martino, Michelle et Serge, et l'animateur de Tropiques FM, LoganAngela , Isadora , Chanael et Joe les danseuses de tentati

Angela, Isadora, Chanael et Joe, les danseuses de Tentation tropicaleChouboune-de-Tabou-Combo-sortant-de-sa-loge-Photo-A--JOCKSA.jpgChouboune, le chanteur de Tabiou Combo sortant de logele producteur Jean Clauude Adrasse et Jacob Desvarieux et NJean-Claude Adrassé, Jacon Desvarieux et Nao de T ViceNathalie d'Espace FM, Michel Baptista et chouboune de TabouNathalie d'Espace FM, Michel Baptista et Chouboune de Tabou Combo.Roberto Martino le chanteur de T VICE photo A JOCKSANRobert MartinoRoberto martino du groupe TVICE le chouchou de la gente féT Vice

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:49

La quintessence de la culture noire récompensée

Le théâtre du Chatelet était en effervescence face aux talents afro-caribéens, lundi soir. Les Trophées des Art Afro-Caribéens ouvraient leur 5e édition.Devant-le-chatelet-photo-A-JOCKSAN.jpg

Chacun des dix trophées récompense un écrivain, un musicien ou un cinéaste lié à la Caraïbe ou à l’Afrique. Mais cette cinquième édition n’est pas un bon cru pour la culture antillaise. L’honneur est tout de même sauf, grâce à la révélation de l’année, la jeune chanteuse hispano-martiniquaise Kim, mais aussi grâce au Prix d’honneur que remporte la cinéaste Euzhan Palcy (en compagnie du directeur général des TAAC, Joe Dunoyer sur la photo).

Arrivee--Palcy-prix-d-honneur-avec-Djoe-Dunoyer-photo-A-JO.jpgFidèles à la tradition, les TAAC ont réuni sur leur tapis rouge le monde du cinéma, de la littérature et de la musique issu de la Caraïbe et du continent africain. L’événement gratifie  les artisans de la culture noire contemporaine qui ont marqué l’année de leur empreinte. Cette édition a été marquée par un hommage à Patrick Saint-Eloi avec Jacob Desvarieux, émouvant, ensuite rejoint par l’ensemble des artiste qui ont offert un medley aussi poignant que discordant à la mémoire de l’artiste. C’est donc sur des débuts quelques peu poussifs que les TAAC entrent en scène. Marie-José Alie et Audrey Chauveau ne ménagent pas leurs efforts pendant ces deux heures de spectacle, pour passer outre les problèmes de sons et erreurs de lancements, dans leur numéro d’animatrice (l’émission sera retransmise sur FTV).

Organisation bancale

Firmine-Anretar-Tania-de-Montaigne-photo-A--JOCKSAN.jpgCar c’est bel et bien une organisation plus que bancale qui entache cette soirée. Franck Anretar, président de l’équipe du TAAC, dresse un bilan laconique de l’édition : «  Elle aurait pu être mieux, mais c’est une très bonne édition », avant de se montrer plus loquace sur son avenir au sein du comité : « Je vais apprendre à déléguer et me consacrer à d’autres missions… D’autres membres vont prendre le relai pour les prochaines éditions. »

Les-miss-Noires-de-la-capitale-au-chatelet-photo-A--JOCKSAN.jpgMais la magie des TAAC est tout de même palpable de par des invités de qualité et des artistes de talent. De nombreuses personnalités ont  répondu à l’appel ; à l’instar de Samuel Eto'o, de Liz McComb ou d’Audrey Pulvar. Les trophées pleuvent et les lauréats défilent. Au total, la Caraïbe est décorée de trois trophées, les six autres prix reviennent à la culture réunionnaise et subsaharienne. C’est tout un peuple qui ce soir là prend conscience des potentialités et des richesses qu’il recèle en son sein, malgré les grincements de dents sur le maigre cru caribéen.

Gaëlle Jotham (Agence de presse GHM)

Photos : Alfred Jocksan 

 


L’accès difficile aux lauréats

 

LA-SALLE-POUR-LA-PRESSE-AVEC-BANANE-ET-CACAHOUETTE-PHOTO-A-.jpgLa presse, confinée dans une salle du sous-sol du Théâtre du Châtelet pouvait suivre la soirée sur des écrans de télévision. A charge pour l’équipe de l’organisation de conduire dans cette salle les lauréats. C’est ainsi que les stars réunionnaises de Groov Lélé ont échappé ) l’exercice de l’interview et du photo call. Quant aux Carimi, à Kaf Malbar ou encore Marc Barat, ils n’étaient tout simplement pas là.

 


Les Lauréats de la 5e édition des Trophées des Arts Afro-Caribéens

 

Meilleur-clip-duo-charly-Clodion--et-Youssoupha-pour-l-effe.jpgMeilleur essai : Mohammed Aïssaoui, L’affaire de l’esclave Furcy

Meilleur roman : Léonora Miano, Les Aubes Ecarlates

 Meilleur documentaire : Pascal Lamche, « Black diamond »

Meilleur film : Rachid Bouchareb, « London River »

Prix d’honneur : Euzhan Palcy

Meilleur artiste : Kaf Malbar

Meilleur album : Groove Lélé & Ernst Reijseger – Zembrocal Musical

Meilleur clip : Youssoupha, « L’effet papillon »

Meilleur groupe : Carimi

Révélation de l’année : Kim

 


 

Ils ont dit

Kavanagh-et-Pulvar-photo-A--JOCKSAN---Copie.jpgAudrey Pulvar

 « Pour ceux d’entre vous qui vivez ici, on entend tous les jours des propos dans la bouche des hommes  politiques, des leaders d’opinion, parfois des journalistes. Des propos tendancieux, qui sont blessant, humiliant. C’est important de ne pas laisser passer ces choses. Alors, j’ai poussé un cri et parfois, il faut qu’il y des gens qui poussent des cris dans la nuit, et demain ce sont d’autres personnes qu’ils le pousseront. Je pense que c’est important d’être debout. »

Keyza-Nubtret-babette-et-son-mari-entrent-au-chatelet-photo.jpgLa star de la télé, Babette de Rosière, est venue remettre le prix du meilleur album remporté par le groupe réunionnais, Groove Lélé.

« La musique, c’est tout a fait comme la cuisine, ça rime. Musique et cuisine, ça rime bien. Je pense  que je  vais trouver une bonne sauce épicée  et de bonnes notes aussi. C’est une soirée symbolique. Mettre en avant et reconnaitre mes compatriotes, ça me plait. »

Philippe-Lavil-photo-A--JOCKSAN.jpgPhilippe Lavil

« Je suis venu pour participer et rendre hommage au regretté Patrick St Eloi, le crooner créole décédé. Je regrette de ne pas être dans la salle, mais assis dans un grand couloir, et de voir le spectacle à la télé ! C’est moins marrant que d’être dans la salle et, de plus, on emmerde tout le monde. Mais c’est une  belle initiative. Maintenant, il sera peut-être bien un jour de trouver une vraie mixité qui ressemble à la France. »

Charly Clodion, réalisateur du clip de Youssoupha, « L’effet papillon ».

« Je suis extrêmement fier. Un clip à petit budget… Un jour, j’ai reçu un coup de fil de Youssoupha pour partir tourner le clip à Kinshasa. Le talent et la disponibilité a permis à ce clip de franchir la ligne de la victoire. Mais, je ne veux pas m’enfermer. Pour moi, c’est un modeste  prix. »

Francois-Durpaire-le-president-du-jury-photo-A--JOCKSAN.jpgFrancois Durpaire, président du jury des arts Afro-caribéens

« Ces trophées des arts afro- caribéens sont un événement important parce qu’avant, il n’y a pas grand-chose.  Les Césaires sont devenus le trophée des arts afro-caribéens. Il y des esprits chagrin en France et certains laissent entendre que c’est communautariste. Pourquoi les noirs remettent des prix aux Noirs ? C’est est une valorisation de la diversité de notre héritage. Se priver de l’Afrique, des Caraïbes, de la Réunion, c’est se priver d’une partie de nous-mêmes, quelles que soient nos origines. Nous savons valoriser les cultures et nous savons aussi entreprendre. »

(Réactions recueillies par Alfred Jocksan)

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:48

Révélation de l’année, Kim, l'Hispano-Martiniquaise

« Je le garderai toute ma vie ! »

Du haut de ses 20 ans, Kim est déjà bien connu des dancefloors antillais. Reine du zouk love depuis un an, tous ses titres sont des tubes, en particulier aux Antilles où la jeune métisse martiniquaise se sait particulièrement soutenue.

revelation-annee-KIM--Premier-pas--photo--A--JOCKSAN.jpgKim, vous êtes la révélation de l’année de cette 5e édition des TAAC, que ressentez vous face à cette distinction ?

Je suis extrêmement fière et honorée. Evidemment, je suis aussi très émue, j’en ai encore le cœur qui bat. Mais je suis vraiment fière du travail que j’ai pu accomplir avec toute mon équipe. Nous l’avons accompli ensemble et c’est une fierté pour nous tous.

Qu’allez-vous faire de ce trophée ? C’est le premier de votre carrière ?

C’est le premier de ma carrière, je vais trouver un moyen de l’encadrer ou bien de le suspendre à mon mur, enfin de faire quelque chose de très joli avec. C’est mémorable et je le garderai toute ma vie.

Des projets pour la suite ?

Pour l’instant on continue la promotion de l’album, « Premiers pas » à travers la France mais aussi à l’étranger et pourquoi pas un concert en 2011 ? Pourquoi pas…

Qu’as-tu à dire à ton public antillais ?

Mes origines, c’est la Martinique ! Donc un grand merci à tous. Mais aussi bien à la Martinique, que la Guadeloupe, que la Réunion et que la Guyane. Merci à tous ceux qui me soutiennent du fond du cœur.

Quel est ton rapport à l’île ? Tu as vécu en Martinique ?

Non, je n’y ai jamais vécu. Mon père est Martiniquais, donc j’ai souvent eu l’occasion d’y aller. La Martinique, ça m’inspire les vacances, c’est le soleil et la plage ! D’ailleurs, je pars demain en Guadeloupe !

Propos recueillis par G.J.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:47

Euzhan Palcy, prix d'honneur

« On ne s’improvise pas réalisateur »

 Le jury des TAAC a décerné une mention spéciale à Euzhan Palcy pour l’ensemble de sa carrière. Impressionnante de beauté et d’éloquence, la cinéaste martiniquaise a dénoncé les écueils qui jalonnent le parcours français des cinéastes et acteurs noirs. Première femme noire diplômée de l’école de cinéma Louis-Lumière, fille spirituelle d’Aimé Césaire, l’artiste martiniquaise a aujourd’hui un rayonnement international et une carrière qui imposent le respect.

E-Palcy--prix-d-honneur-photo-A--JOCKSAN.jpgCes TAAC ont-ils une importance particulière à vos yeux ?

Je suis très heureuse. Quand j’ai décidé d’être cinéaste, j’étais jeune, mais c’était justement pour voir un jour ce genre de cérémonie, y participer, voir d’autres films. Pas seulement en Afrique ou dans la Caraïbe mais en France, en Europe, partout, avec plein de gens, une salle métissée qui comprend que c’est important. Ils sont venus parce qu’ils comprennent que nous aussi on a des choses à dire. Comme disait Césaire : « Qu’il est  bon, légitime et beau d’être nègre pour la faim universelle et la soif universelle. »

Quels sont vos projets ? Travaillez-vous sur un film actuellement ?

Je développe un projet aux Etats-Unis. Je ne peux pas trop en dire parce que, sans être superstitieuse, il faut être prudent dans le monde du cinéma. Tant que vous n’êtes pas sur le plateau, que vous n’avez pas dit « coupez ! », vous n’êtes pas sûr que le film se fasse. Simplement je travaille sur un projet qui est un hommage à une légende du gospel.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui aimeraient suivre vos traces ?

Il n’y a pas de recette. Il faut déjà avoir la passion et puis il faut étudier, il faut apprendre. On ne s’improvise pas réalisateur, c’est un art extrêmement difficile qui ne souffre pas la médiocrité. Ceux qui ont la passion et l’envie de faire ce métier, qu’ils se battent et qu’ils ne se laissent pas décourager.

Les horizons sont-ils plus clairs aujourd’hui que quand vous commenciez ?

C’est difficile et différent. Quand j’ai commencé, on me disait : « On ne veut pas de Rue Cases Nègres, parce que vous vous rendez compte avec un tel titre personne n’ira le voir. » Ou alors on me disait qu’il faudrait peut être ne pas mettre l’enfant à l’affiche parce qu’il est noir, que ça serait une sorte de repoussoir. Oui j’en ai entendu des vertes et des pas mûres. Donc oui, c’était difficile pourtant je sortais d’une des plus grandes écoles de cinéma, mais ce n’était toujours pas suffisant. Ca a été très dur et aujourd’hui, c’est différent. Il y a eu une évolution. Une évolution technique. Maintenant, nos jeunes, même si on leur dit non, ils prennent une caméra, ils font des clips, des vidéos et s’expriment. En ce sens il y a eu une évolution mais le combat reste le même : la représentation des minorités sur les chaines de télévisions en France. Pourtant ces chaines n’hésitent pas à acheter des séries américaines truffées de Noirs et de Latinos. Alors y a-t-il un problème avec les Noirs francophones ? Ces acteurs Noirs américains jouent de vrais personnages et non pas des rôles de Noirs ou de Nègres. Mais, il y a un sursaut et j’espère qu’il va s’avérer juste et qu’un jour je pourrai faire les films que je veux en France et que je n’aurai plus à aller aux Etats-Unis pour pouvoir travailler .

Propos recueillis par G.J.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:46

Dans les coulisses des TAACSamuel-E-To-et-Joe-Dunoyer-photo-A--JOCKSAN.jpg

Samuel Eto'o et le directeur général, Djoe DunoyerMijji-Malika-et-Hortense-photo-A--JOCKSAN.jpgMijji, Malika Jean-François d'Aztec musique, et Hortense de Tropiques FMLuna-de-KA-Erik-Pedurand-et-guylene-Clery-photo-A--JOCKSA.jpg

Luna de Kä, Erik et Guislaine CléryLes-comediennes-de-transport-en-commun-film-de-Dyana-Gaye-.jpg

Deux des comédiennes du court-métrage de Dyana Gaye, Tranport en communLa-realiszatrice-Pascale-Lamche-de-Black-Diamond-prix-du-m.jpg

La réalisatrice de Black Diamond, Pascale LamcheKalenge-Akiel--et-jessica-photo-A--JOCKSAN.jpgKalengé des TAAC, Akiel et et JessicaG-ny-et-Sir-As-photo-A-JOCKSAN.jpgG'ny et Sir As...Daniel-Marianne--Stephanie-Melyon-Reinette-Ernest-pepin-ph.jpgDaniel Marianne, Stéphanie Melyon-Reinette et Ernest Pépin.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:11

Marie-Luce Penchard annule son déplacement en Guyane

Elle était annoncée pour une visite du 13 au 14 novembre en Guyane. Eh bien non, Marie-Luce Penchard ne viendra pas. « Son déplacement est reporté à une date ultérieure pour des raisons de calendrier ». Début novembre, elle avait annulé un déplacement à la Réunion. Il est vrai que depuis lundi, le président de la République lui a demandé de préparer deux projets de loi à présenter avant la fin de l’année au conseil des ministres. En voilà une qui ne semble pas effrayée par la perpective du remaniement fantôme !

Partager cet article

Repost0

Articles Récents