Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice
  • Contact

Recherche

22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 04:06

Interview. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes.

"Nous avons onze cas confirmés en Guyane et en Martinique"

La confirmation de cas de zika en Guyane et en Martinique suffit-elle à redouter le spectre d'une épidémie ?

Je ne veux pas faire passer un message d'inquiétude, mais un message de vigilance, de prévention et de précaution. Il y a une épidémie de zika en Amérique latine. Depuis ce week-end, nous voyons des cas de zika en France. Tout doit être fait pour éviter une épidémie. Pour cela, j'ai immédiatement mobilisé les agences régionales de santé (ARS) et je souhaite lancer ce message de précaution et de vigilance parce que c'est une maladie qui peut provoquer des complications. Aujourd'hui, nous avons onze cas confirmés en Guyane et en Martinique. Je le dis aux habitants, aux touristes, à ceux qui vont retrouver leur famille pour les fêtes : pas d'inquiétude excessive, de la précaution et de la vigilance, notamment si on est une femme enceinte.

La Guadeloupe est-elle menacée ?

Pour le moment, il n'y a pas de cas de zika en Guadeloupe, mais il vaut mieux anticiper. Mon message est avant tout un message de prévention et de précaution. Il ne faut pas se dire que c'est juste un virus de plus, comme la dengue ou le chikungunya, qui se transmet par les moustiques. Ce virus peut provoquer des complications assez sérieuses pour les femmes enceintes.

Y a-t-il des mesures particulières pour les femmes enceintes ?

Il faut lancer un message d'alerte et dire à la population en général et aux femmes enceintes en particulier de se protéger. La maladie se transmet lorsqu'une personne malade est piquée par un moustique qui va ensuite aller piquer quelqu'un d'autre et l'infecter. Tout le monde doit se protéger pour protéger les autres, les femmes enceintes en particulier. Je leur recommande de mettre des produits répulsifs, de porter des vêtements couvrants dans la journée, en particulier à la tombée de la nuit et d'être attentives. Si on développe des symptômes, il faut consulter son médecin.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes sont semblables à ceux d'une grippe : de la fièvre modérée, des douleurs articulaires, des courbatures, des maux de têtes, de la fatigue, des irritations aux yeux... Les services de santé sont mobilisés, la lutte anti-vectorielle est plus que jamais nécessaire. Nous avons onze cas ; il peut en y avoir d'autres. Nous devons tout faire pour éviter l'épidémie.

Faudra-t-il utiliser le malathion comme lors de l'épidémie de chikungunya en Guyane ?

Le malathion a été utilisé de manière ponctuelle face à une crise majeure. Mais il faut évidemment, autant que faire se peut, éviter d'y recourir. A l'heure actuelle, rien ne justifie de recourir à ce type de produits.

Ce n'est pas la première crise sanitaire du genre dans les Outre-mer. Est-ce que la loi de modernisation de notre système de santé que vous avez fait adopter le 17 décembre tient compte de cette réalité nouvelle. Ces crises sanitaires sont-elles inscrites dans la stratégie nationale de santé pour l'outre-mer ?

Absolument. La loi, que je viens de faire voter s'appliquera partout sur le territoire français, mais par ailleurs des mesures spécifiques, une stratégie nationale de santé pour les Outre-mer, sont en voie d'élaboration. La loi met l'accent sur la prévention, ça vaut aussi face aux maladies vectorielles., J'ai confié une mission à Chantal de Singly, ancienne directrice de l’ARS de l'Océan Indien, pour définir de façon très opérationnelle des mesures à mettre en œuvre dans les outre-mer. Ses travaux devraient être achevés à la fin du premier trimestre 2016. L'un des objectifs stratégiques est le renforcement, l'amélioration de la veille sanitaire et de la gestion de crise, le renforcement de la prévention en tenant compte de la particularité de l'outre-mer.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Repost 0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 01:38

Thierry Robert reste député

"Les fonctions exercées dans les sociétés Robert Promotion SARL, Société Robert de construction et de location SARL, Hygiène Environnement et Équipements SARL, Robert Immobilier SARL, Sésame Immobilier SARL, Les Cases Créoles SARL, Îles de la Réunion Investissements SARL, Construction et location de l'Océan indien SARL, Bâtiment et travaux publics de l'Océan indien SARL, Le Saint-Étienne SCI, Les Clos de l'Entre-deux SCI, ROTHIM SCI, L'Avenir SCI, Les Frangipanes 1 SCI, Les Frangipanes 2 SCI et Hibiscus SCI ne sont pas incompatibles avec l'exercice par M. Thierry Robert de son mandat de député." Ainsi en a délibéré le Conseil constitutionnel dans sa séance du 17 décembre 2015.

Repost 0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 06:05

Karam vice-président de la Région Ile de France

Patrick Karam était jusque là conseiller régional d'opposition, le voilà désormais vice-président en charge de la jeunesse, des sports et de la vie associative du conseil régional d'Ile de France que préside maintenant Valérie Pécresse.

Les autres conseillers ultramarins en Ile de France sont Marie-Do Aeschlimann (LR), Vivane Romana et Pierre Kanuty (PS) et Huguette Fatna (FN).

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 05:35

3e Noël solidaire pour l'AJEG

La 3e édition du Noël solidaire de l'association des jeunes de Guadeloupe (AJEG), au pavillon Baltard à Nogent sur Marne ce samedi, propose un Chanté Nwel comme au péyi avec Kasika et Benzo, Kwaxikolor, Jacob Desvarieux, Tanya Saint-Val, Warren, Rony Théophile, Keros-N ,Paille, Daly, Nuttea, Sael, Pleen Pyroman, MC Janick ,Suppa Boo, Nicy, Misié Sadik et Lorenz. La soirée se poursuivra dans une christmasnight avec DJ Moody Mike, DJ Greg, DJ Jairxo, DJ Sixaf, DJ Winston et VJ Lou, et la violoniste Mapy.

L'an dernier, l'opération avait permis de collecter quelque 37 000 euros qui sont venus alimenter le fonds de dotation des jeunes d'outre-mer (FONDEJOM). Le Fonds a financé l'action bourse aux stages et à l'emploi et l'action d'aide individualisée de 300 euros par bénéficiaires. Pour la première édition, l'AJEG avait collecté 18 000 euros. "Ca reste un événement fort et attendu de la communauté dans l'Hexagone", indique Edwin Laupen, président de l'AJEG. Selon les chiffres de LADOM, ils sont 4 à 5000 jeunes guadeloupéens à partir chaque année. Sur cet ensemble, ils sont 1200 à 1500 à adhérer à l'AJEG pour trouver un logement ou un référent. "Mais au-delà des adhérents, poursuit Edwin Laupen, nous avons beaucoup de membres actifs et soixante-dix se sont inscrits pour être bénévoles au Noël solidaire."

Si George Pau-Langevin a confirmé sa venue, il n'est pas prévu que le nouveau président de Région, Ary Chalus, s'y rende, nonobstant le fait que le président de l'AJEG ait figuré sur la liste de Victorin Lurel... L'année dernière, le député Chalus avait soutenu financièrement l'AJEG tout en faisant remarquer qu'il n'était pas favorable à ce que des fonds publics subventionnent ce genre de soirée. La part de subvention de ce Noël solidaire s'élève, selon Edwin Laupen, à 47 %.

FXG, à Paris

Repost 0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 05:47

Le CSA "déplore très vivement" le peu d'attention des médias pour les Outre-mer

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a établi le bilan des temps de parole relatifs
à la campagne du second tour des élections régionales (sur la période du 7 au 11 décembre). Le CSA se satisfait globalement du traitement de ces élections. Saisi en début de semaine par le CRAN et le CReFOM, le CSA fait savoir qu'il "déplore très vivement que les médias audiovisuels de métropole n’aient pas accordé plus d’attention aux enjeux et aux résultats électoraux dans les circonscriptions d’outre-mer". Reste qu'implicitement, le CSA reconnaît que cet aspect ne relève pas de la loi.

FXG, à Paris

 

Repost 0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 05:18

1,5° pour les petits Etats insulaires et les Outre-mer

"Les territoires ultra-marins, qui sont en première ligne du changement climatique, vont bénéficier de l’ambition mondiale affichée dans l’accord." George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, estime que l’accord de Paris pour le climat, adopté à l'unanimité des 195 Etats, constitue un "tournant historique" en visant l’objectif de 1,5°C. "C était une demande forte des Etats insulaires, et ils ont été entendus", observe la ministre qui s'est beaucoup impliquée dans la COP 21. Deux jours entiers ont été consacrés aux océans, ces puits de carbone dont l’équilibre est fortement menacé par l’augmentation du CO². Plusieurs conférences ont été organisées sur le thème du changement climatique dans les îles, dont quelques unes sous l’égide du ministère des outre-mer. Les petits Etats insulaires et les Outre-mer ont initié une démarche commune au sommet Caraïbes Climat en mai dernier, et au sommet France-Océanie juste avant la COP 21, Les petits Etats insulaires sont un groupe particulièrement actif dans les négociations climatiques et les liens noués avec les Outre-mer ont contribué à faciliter les échanges entre la France et ces Etats et poser les bases du futur accord sur le climat.

Dix-sept personnalités, élus ou experts d'outre-mer ont pu intégrer la délégation française et être au cœur des discussions, des conférences, des événements qui ont émaillé les 15 jours de la COP 21. GPL a participé à près d’une dizaine d’événements et ses services ont édité des outils d’information en français et en anglais. La cerise sur le gâteau, c'était le stand au cœur même du pavillon France où était présenté l'agenda des solutions outre-mer. "Il était impératif, explique la ministre que personne ne manque les territoires qui concentrent plus 85% de la biodiversité française ", sans omettre l'innovation (agro-écologie, bioclimatisme), ni la génération future. Une cinquantaine de jeunes ultramarins ont participé à la conférence des jeunes pour le climat.

L’accord qui a fait pleurer Fabius doit entrer en vigueur d’ici 2020. L’enjeu des prochaines COP sera de préciser les modalités de sa mise en œuvre et de suivre le processus de ratification par les Etats. Chacun devra en œuvre des actions concrètes pour remplir ses engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En France, la feuille de route est écrite dans la loi de transition énergétique votée en juillet dernier. Dans chaque département d’outre-mer, une programmation pluriannuelle de l’énergie fixe des objectifs en matière de développement des énergies renouvelables et de mobilité durable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. "Les travaux sont en cours et devraient s’achever courant 2016", promet la ministre.

FXG, à Paris

GPL et les sargasses

"J’ai profité de la présence à Paris de nombreuses délégations des Caraïbes pour évoquer la question des sargasses, qui est un problème généralisé dans toute la zone, et dont on pense que le changement climatique pourrait être à l’origine. Nous avons convenu de travailler ensemble pour partager les bonnes pratiques et améliorer la gestion de ce phénomène."

 

 

 

Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 05:24

Deux parlementaires s'intéressent aux suicides des jeunes Amérindiens en Guyane

Marie-Anne Chapdelaine et Aline Archimbaud, parlementaires en mission auprès de la ministre des Outre-mer, ont rendu hier leur rapport sur le suicide des jeunes Amérindiens en Guyane. Depuis leur nomination fin mai et une mission sur le haut Maroni, et le haut Oyapock, les deux élues préconisent quelque 37 propositions pour enrayer ces drames humains et créer les conditions d'un mieux être. Car le constat est tétanisant puisque les deux parlementaires n'hésitent pas à parler d'"épidémie de suicides" chez les Wayampis, les Wayanas et les Tékos avec des taux 8 à 10 fois supérieurs à sa moyenne guyanaise. Un "plan suicide" a bien été mis en place depuis 2011, mais sans résultats probants. Présent lors de la remise du rapport, Serge Anelli, le maire de Maripasoula, a concédé qu'il avait à déplorer deux à trois morts par an chez les jeunes dans sa commune.

Le rapport évalue les causes de ces suicides, multifactorielles : l'isolement géographique, le désoeuvrement, les violences intrafamiliales, l'alcoolisme, les grossesses précoces, mais aussi le rôle des églises ou de la colonisation, bref des causes économiques, sociales, sanitaires, culturelles, identitaires... A cela s'ajoutent un sentiment d'humiliation lié au jugement stigmatisant et aux commentaires désobligeants dont sont victimes les Amérindiens, et un sentiment de frustration et d'abandon lié aux conditions très dégradées de l'accès au droit et aux services publics les plus élémentaires. "Là où on l'on tire des fusées Ariane et Soyouz, a regretté Aline Archimbaud, il n'y a pas d'accès permanent à l'électricité et aux télécommunications."

A partir de là, les parlementaires ont établi des propositions prioritaires : renforcer la prise en charge psychiatriques des personnes en crise et de leurs proches, élaborer un programme de santé communautaire avec une équipe pluridisciplinaires incluant des ethnopsychiatres, un soutien à la parentalité, lutter contre les addictions, réaliser des travaux d'infrastructure urgents (eau, électricité, téléphone, Internet), généraliser l'accès pour tous les élèves à une collation, ouvrir les internats le week-end pour régler le problème de logement des lycéens amérindiens en études sur le littoral, sensibiliser et former des familles d'accueil, reconnaître les langues et coutumes, créer un fonds de soutien public - privé pour développer des activités pour les jeunes, garantir une offre régulière et abordable de transport sur les fleuves, former des cadres amérindiens, mobiliser les compétences et connaissances des Amérindiens pour la forêt, transformer le CCPAB en Grand conseil coutumier... D'un point de vue institutionnel, le rapport propose même la création d'une commune indépendante de Maripasoula sur le haut Maroni.

Ce rapport doit être désormais partagé avec les élus mais surtout intégré dans le Pacte pour la Guyane que doit proposer gouvernement à la nouvelle collectivité territoriale au mois de janvier.

FXG, à Paris

Du concret

Très concrètement, le rapport propose de médicaliser le poste de Talhuen, de reconstruire le centre de santé de Camopi, rouvrir la mission locale pour l'emploi de Maripasoula, y créer une maison des services publics, affecter des assistantes sociales dans les centres de santé, mutualiser et coordonner l'offre de soins avec les acteurs brésiliens et surinamais de la santé, créer un lycée à Maripasoula, un "mini-collège" en pays wayana, et une "solution supplémentaire" pour Trois-Sauts, en pays wayampi,

Repost 0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 06:57

Black M le rappeur est le parrain du nouveau télé-crochet de la chaîne Trace, Trace music Star dont le vainqueur rejoindra l'écurie du label Wati B.

Le membre de Sexion d'assaut sera par ailleurs en concert en Guadeloupe au stade de Baie-Mahault le 16 décembre pour présenter son premier album solo, "Les yeux plus gros que le monde", Interview.

 

"Mon second album solo ne sortira pas avant la fin 2016"

Qu'est-ce que c'est d'être parrain du Trace music star ?

Je suis parrain, ça veut dire que je regarde de loin tout ce qui se passe. On me fait des petits résumés... Je ne suis pas juré parce que je n'ai pas le temps nécessaire pour cela, même si j'aurai bien aimé le faire...

Comment s'est passée la rencontre entre vous et Trace ?

Ce n'est pas la première édition du Trace music star puisqu'il avait déjà été lancé en Afrique. Alors, c'est vrai que pour nous le Wati B, c'est quelque chose qui nous a beaucoup plu. Moi, j'ai énormément aimé ce concept et du coup, j'ai trouvé que c'était aussi bien pour le Wati B que pour Trace. Ca va faire émerger de nouveaux talents.

Moins d'une semaine après le lancement du jeu, trois candidats se détachaient déjà par les votes du public. Il s'agit de Snipa en Guyane, Stago à Mayotte et Brendalsmyname à la Réunion. Vous les avez suivis ?

Non, pas pour l'instant... Mais je vais les surveiller !

Depuis quelques temps, on attend votre second album "Eternel insatisfait". Où en est-il ?

Il n'est pas prêt ! Je viens de finir ma tournée et je suis entré en studio, c'est tout frais ! Mon second album solo ne sortira pas avant la fin de l'année 2016, mais je vais balancer pas mal d'extraits durant l'année pour faire monter la sauce.

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris, certains de vos morceaux peuvent résonner autrement qu'à leur sortie. Je pense au morceau "Qataris". Qu'en pensez-vous ?

Non, je ne crois pas que ce titre résonne différem-ment. Je pense plutôt au morceau "On se fait du mal"... Par rapport aux attentats, ce titre est plus dans le sujet. Mais "Qataris", non, je ne vois pas. "Qataris", c'est un titre fait pour représenter la ville de Paris dont je suis fier.

Depuis que vous avez entamé votre carrière solo, qu'en est-il de Sexion d'assaut ?

Nous travaillons tous ensemble, mais sur les projets individuels de chacun. Pour sortir un nouvel album Sexion d'assaut, il faut le temps... C'est une question d'emploi du temps.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Repost 0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 05:21

CSA

L'Outre-mer absent des soirées électorales : le CSA saisi

Le Conseil représentatif des Français d'Outre-mer (CReFOM) et le conseil représentatif des associations noires (CRAN) ont saisi chacun de leur côté le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour se plaindre du peu de cas fait des résultats des élections régionales dans les Outre-mer lors des scrutins des 6 et 13 décembre. En raison du décalage horaire, la Réunion votait trois heures avant la métropole, la Guyane quatre heures après, les Antilles cinq heures plus tard. Aucun média n'a même rappelé que là aussi on votait... Le président du CRAN, le Martiniquais Louis-Georges Tin, exige que "les médias nationaux intègrent les voix de l'outre-mer dans le décompte, dans les graphiques, dans les cartes et dans les analyses". Le président du CReFom, le Guadeloupéen Jean-Michel Martial, souhaite que le CSA prenne une décision qui "engage les médias à corriger définitivement cette manière d'envisager la France".

Le CSA devrait examiner dans les semaines qui viennent.

FXG, à Paris

Repost 0
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 07:34

Yoan et ses peoples

Le chanteur guadeloupéen Yoan et son équipe ont reçu la semaine dernière dans une salle de spectacle de Clichy (92), des fans, des artistes et quelques médias pour une présentation exclusive de Premier Souffle.

Une présentation qui s’est faite de façon originale, sous forme de projections privées. Puisque chacun des clips de Premier Souffle a déjà été réalisé. 16 chansons, pour 16 clips qui sont en fait les épisodes d’une histoire, d’un film… Image

 

Yoan et l’artiste Nichol’s qui a composé un des 16 titres de l’album dans un style kizomba, "Diferente"

Yoan et l’artiste Nichol’s qui a composé un des 16 titres de l’album dans un style kizomba, "Diferente"

Yoan et ses charmantes hôtesses qui ont accueilli le public

Yoan et ses charmantes hôtesses qui ont accueilli le public

DJ T-Cher et Dj Jaïro, deux pros des platines originaires de la Guadeloupe

DJ T-Cher et Dj Jaïro, deux pros des platines originaires de la Guadeloupe

Yoan aux côtés de son attachée de presse Rebecca Marival et de Joe, jeune compositeur de talent d’origine haïtienne qui a, entre autres, composé "Nan Kem", un des titres de "Premier Souffle"

Yoan aux côtés de son attachée de presse Rebecca Marival et de Joe, jeune compositeur de talent d’origine haïtienne qui a, entre autres, composé "Nan Kem", un des titres de "Premier Souffle"

Jaïro, le producteur de Yoan, et sa compagne Coralie

Jaïro, le producteur de Yoan, et sa compagne Coralie

La chanteuse guadeloupéenne Léïla Chicot, Williams Lee (producteur de musique antillaise, gérant de M.Music Production ) et Kamnouze , chanteur mais aussi auteur des chansons de Nesly

La chanteuse guadeloupéenne Léïla Chicot, Williams Lee (producteur de musique antillaise, gérant de M.Music Production ) et Kamnouze , chanteur mais aussi auteur des chansons de Nesly

La chanteuse antillo-vietnamienne Euridee’s (interprète de "Sur ma Joue"), Yoan et Williams Lee

La chanteuse antillo-vietnamienne Euridee’s (interprète de "Sur ma Joue"), Yoan et Williams Lee

La chanteuse guyanaise Tina Ly aux côtés de Joël Roch, producteur, réalisateur et monteur de clips qui a assuré le montage du clip de "Petite Maman" ,une des chansons de l’album "Premier Souffle"

La chanteuse guyanaise Tina Ly aux côtés de Joël Roch, producteur, réalisateur et monteur de clips qui a assuré le montage du clip de "Petite Maman" ,une des chansons de l’album "Premier Souffle"

Les chanteurs et copains Kamnouze, Warren et Greg (le petit frère de Yoan, membre du trio RnB Trade d’Union) aux côtés de Dj Darnel et Dj Eladji

Les chanteurs et copains Kamnouze, Warren et Greg (le petit frère de Yoan, membre du trio RnB Trade d’Union) aux côtés de Dj Darnel et Dj Eladji

Ali Angel , co-producteur de l’album de Yoan, et Joël Roch

Ali Angel , co-producteur de l’album de Yoan, et Joël Roch

Lorhentz Berthelot (manager d’artistes), Jean-Yves Kokou d’Icône Agency et son associé. Des jeunes qui ont décidé de faire bouger la musique afro antillaise.

Lorhentz Berthelot (manager d’artistes), Jean-Yves Kokou d’Icône Agency et son associé. Des jeunes qui ont décidé de faire bouger la musique afro antillaise.

Trois filles de médias Loune et Elodie Tiolais de la chaîne de télé BeBlack, avec au centre Ornella qui assure la tranche des matinales d’Espace FM.

Trois filles de médias Loune et Elodie Tiolais de la chaîne de télé BeBlack, avec au centre Ornella qui assure la tranche des matinales d’Espace FM.

Repost 0

Articles Récents