Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 13:02

La France bat des records d’utilisation de pesticides

Profitant du buzz créé par "l'inquiétante révélation pour nombre de téléspectateurs" suite à la diffusion d'une enquête de France 2 sur la nourriture et les pesticides, le député écolo François-Michel Lambert a interpellé mercredi à l'Assemblée nationale la ministre en charge de notre environnement : "Ce que nous demandent les citoyens, ce n’est pas seulement d’être conscients des risques, ce n’est pas uniquement de programmer la sortie de la pollution, c’est d’accélérer, de réellement les protéger contre les risques sanitaires qui découlent de l’utilisation des pesticides", lui a-t-il lancé.

Dans sa réponse, Ségolène Royal a fait le compte de ses actions : l’interdiction de l’épandage aérien des pesticides, l’interdiction de l’utilisation des pesticides en vente libre pour les jardiniers amateurs, ou encore l’interdiction des pesticides dans les espaces publics et encore le plan Ecophyto 2 qui consiste à réduire de 50 % des pesticides dans l'agriculture. Elle a souligné un travail encore à faire "pour faire reculer les néonicotinoïdes, qui portent une atteinte très grave aux pollinisateurs". Et si Mme Royal a salué l'interdiction du bisphénol A, perturbateur endocrinien, dans les biberons, elle a déjà dans le colimateur le bisphénol S. "La France, qui bat des records d’utilisation de pesticides, doit devenir le premier pays au monde non seulement pour la fabrication, sur son territoire, de produits de substitution aux pesticides", a-t-elle conclu.

FXG, à Paris

Repost 0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:39

Le 4 février, date de la première abolition de l'esclavage, reste une date légale

Des commémorations du 222e anniversaire de l’abolition de l’esclavage de 1794, première abolition de l'esclavage de l'histoire, auront lieu le 4 février à Paris, Bordeaux et dans l'Est de l'Hexagone. Cette date, devenue fête nationale après 1794 a été officialisée en 1798. Elle fut donc la première date officielle de commémoration de l'abolition de l'esclavage de l'histoire et ceci plus de 200 ans avant la décision du président Chirac en 2006 de faire du 10 mai une journée de célébration nationale. Pour autant, la date du 4 février ne fut jamais abrogée si bien que, selon Philippe Pichot, membre du Comité national pour la mémoire de l'esclavage (CNMHE), elle est toujours légale. C'est pourquoi depuis deux ans elle est réactivée dans plusieurs sites de l'Hexagone.

A Paris, une cérémonie aura lieu place du général Catroux à l’initiative de l’Association des Amis du Général Dumas et de Claude Ribbe. A Bordeaux, c'est l'hôtel de ville qui accueille avec l’association Mémoires et Partages une conférence « Esclavage et Racisme » avec Catherine Coquery Vidrovitch, historienne.
A Lunéville (Meurthe-et-Moselle), du 1er février au 12 mars, une exposition réalisée par l’Association Route des abolitions de l’Esclavage et une conférence seront consacrées à l'abbé Grégoire, père de cette première abolition. Dans le même temps, le musée Abbé-Grégoire à Emberménil (village de l'abbé Grégoire), à l’initiative de la ville de Lunéville, du Comité Grégoire et de l’Association lorraine des amis de l’abbé Grégoire, accueillera spécialement les visiteurs.

FXG, à Paris

Repost 0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:30

SMA et Pôle emploi main dans la main

Un bilan des neuf premiers mois d du protocole liant le SMA et Pôle emploi au profit de l’emploi des jeunes ultramarins a été présenté mardi au ministère des Outre-mer. Ce protocole renforce la collaboration entre le SMA et Pôle emploi. Il a pour objet la sécurisation des parcours professionnels des jeunes ultramarins bénéficiaires du SMA en s’appuyant sur la complémentarité des offres de services des deux partenaires. Ce partenariat a permis à 4 582 jeunes ultramarins de bénéficier d’un parcours SMA en 2015 dans les cinq départements d’outre-mer, dont plus de 26 % de jeunes femmes. La plus grande partie d’entre eux était chômeurs inscrits sur les listes de Pôle emploi, mais la totalité était éloignée de l’emploi. 76,3 % ont été insérés dont plus des trois-quarts dans l’emploi, le reste pour poursuivre une formation qualifiante. Près de 50 % des insérés l’ont été dans l’emploi durable, et plus de 87 % sur leur territoire d’origine.

Repost 0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:29

Babette de Rozières pour la fin du CDI et des prud'hommes

Babette de Rozières, chef dans l'émission de France 5, "C à vous", et animatrice des "Petits plats de Babette" sur France Ô a exprimé dans Paris-Match ses idées pour inverser la courbe du chômage. La nouvelle conseillère régionale LR d'Ile-de-France propose de supprimer le contrat de travail à durée indéterminée et les tribunaux des prud'hommes. "Pour réduire le chômage,dit-elle je m'attaquerais en priorité au contrat de travail qui constitue pour l'employé en CDI une arme absolue contre l'employeur. Je le remplacerais par un contrat unique basé sur l'intéressement et la participation." Quant aux prud'hommes, elle juge que c'est "une juridiction corporatiste où se règlent des conflits syndicaux au profit des tribunaux de droit commun". Babette de Rozières veut également réduire les charges sociales des entreprises de moins de 10 salariés, "avec un forfait calculé sur la base de leur chiffre d'affaires annuel".

FXG, à Paris

 

 

Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 07:27

L'école André-Hoareau au Port récompensée par l'académie des Sciences

Le dossier "A nos petits secouristes", présenté par l'enseignante Françoise Kelly et sa classe de petite section de maternelle de l'école André-Hoarau au Port, a reçu une mention dans le cadre du concours lancé par la fondation "La main à la pâte". Chaque année, ses prix récompensent, sous l'égide de l'académie des sciences, des classes d'école primaire et de collège qui ont mené des projets scientifiques.

Avec l’aide d’élèves de 4ème du collège Titan et en partenariat avec un pompier et une infirmière, les élèves de petite section se sont sensibiliés aux risques d’accidents domestiques. À travers des mises en scènes, jeux de rôles, dessins animés et jeux interactifs, les enfants ont appris à identifier et comprendre les différents dangers domestiques. L'objectif visé était de leur apprendre à repérer les dangers dans la maison, éviter de se mettre en situation dangereuse et savoir prévenir un adulte, les pompiers ou le Samu en cas de besoin. C'est cette démarche d'investigation qui a été salué par la fondation La main à la pâte. La cérémonie de remise des prix aura lieu sous la coupole de l'Académie le 2 février en présence de la directrice générale de l'enseignement scolaire, Florence Robine.

FXG, à Paris

Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 06:35
Le robot Oz désherbe sans l'homme

Le robot Oz désherbe sans l'homme

Un robot désherbeur pour les maraîchers réunionnais

Le robot agricole autonome Oz est désormais produit en série dans une version tropicalisée. Les essais ont été réalisés en partenariat entre Naïo Technologies, jeune pousse spécialiste de la robotique agricole en métropole, et la société réunionnaise Agrobotys Indian Ocean. Ce robet permet d'éviter l’utilisation de produits chimiques dans l’agriculture tout en évitant aux producteurs réunionnais de passer leur temps et leur santé à désherber leurs exploitations Ce « magicien du désherbage », électrique et autonome, a déjà été commercialisé à plus de 40 maraîchers en métropole, et est désormais disponibles pour les producteurs réunionnais.

Pierre-Yves Brachelet, fondateur d’Agrobotys Océan Indien, a fait la connaissance de deux jeunes chercheurs de la Technopole de Toulouse, Gaëtan Severac et Aymeric Barthes, fondateurs de Naïo Technologies, qui avaient le même objectif : réduire la pénibilité du travail et l’usage de pesticides dans l’agriculture, via la robotique. Naïo Technologies a apporté son savoir-faire déjà éprouvé en matière de robots agricoles sur la métropole à Agrobotys, dont la connaissance fine des spécificités climatiques et sols de l’Ile de la Réunion ont permis de donner naissance à la version tropicalisée du robot Oz.

"Nous avons également noué un partenariat avec le Laboratoire d'Informatique et de Mathématiques de l'Université de La Réunion, explique M. Brachelet. Sur le terrain, nous sommes en relation avec le CIRAD et le centre d'expérimentation Armefhlor, à Saint-Pierre, grâce à qui nous avons pu adapter notre robot aux besoins locaux. D'autre part, un automate est en expérimentation chez un exploitant, Jean- Bernard Gonthier, également président de la Chambre d'Agriculture."

Avec différents outils, Oz travaille sur le rang et l'inter-rang des cultures, il peut assister l'agriculteur pour la récolte et différentes tâches pénibles. Il se déplace tout seul dans les rangées grâce à des technologies de guidage laser et caméra ; la régularité de ses passages permet ainsi d’éliminer les mauvaises herbes dès le plus jeune âge des cultures.

FXG, à Paris

Pour en savoir plus sur le robot Oz

http://naio-technologies.com/produit/oz/

http://agrobotys.com/produits-et-servives/tropicoz/

 

 

 

 

 

Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 04:04
Alfred Marie-Jeanne avec Manuel Valls et GPL, lundi 1er février à Matignon

Alfred Marie-Jeanne avec Manuel Valls et GPL, lundi 1er février à Matignon

Alfred Marie-Jeanne reçu par Manuel Valls

Comme ses homologues de Guadeloupe et de Guyane la semaine dernière, et avant ceux de la Réunion et Mayotte, le président de la Collectivité territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne (AMJ), a été reçu lundi à Matignon par le Premier ministre et la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin (GPL). "Il s'agissait d'un rendez-vous républicain, a indiqué Matignon, pour faire un tour d'horizon des dossiers." Manuel Valls voulait aussi mieux connaître le nouvel homme fort de la Martinique qu'il ne le connaissait que de loin alors qu'ils étaient tous deux députés.

"Nous avons échangé sur la situation générale comme d'habitude, a confirmé Alfred Marie-Jeanne. Ainsi a-t-il été question du zika ou du dossier du cyclotron promis à la Guadeloupe et à la Martinique. "Nous devons aussi régler ce problème, a insisté AMJ, car on ne pourra continuer comme ça."

Mais avant toute chose, et comme il l'avait fait la semaine passé chez GPL, AMJ a évoqué les finances de la nouvelle collectivité : "J'ai rappelé au Premier ministre que, contrairement à ce que l'on peut penser, il y a des difficultés pour la mise en place de la collectivité territoriale de Martinique. Il y a un déficit, énormément d'ardoises et une surcharge pondérale en tout domaine ! J'ai à pâtir des comptes administratifs des anciens Conseils général et régional et si les données qu'on me fournit ne sont pas fiables, je ne souhaiterais pas que l'appareil étatique ne puisse pas faciliter ma tâche. Je souhaite qu'on me donne les éléments concrets et qu'on ne me camoufle pas le déficit. Après, on verra comment faire de notre mieux ensemble ensemble pour résoudre ces problèmes." Matignon a confirmé que le président Marie-Jeanne n'avait formulé aucune demande particulière et qu'il s'agissait de nouer un contact.

AMJ assurait à la sortie de cet entretien que Manuel Valls avait eu "une oreille plus attentive" : "Je pense que le Premier ministre a bien compris l'ampleur des dégâts et qu'il prendra des mesures."

Manuel Valls lui a aussi confié qu'il essaierait, pendant le cours de cette année, de venir en Martinique. En attendant cette éventuelle visite, Alfred Marie-Jeanne devrait participer ce matin au séminaire gouvernemental avec l'ensemble des présidents de région.

FXG, à Paris

Repost 0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 07:42
Malavoi, nouvel album Oliwon

Eric Basset, producteur et dirigeant du label de disques Aztec Musiques, vient de sortir le tout dernier album de Malavoi, "Oliwon", trente ans après leur premier album en commun, "Casa a Lucie". Interview.

"Malavoi défie le temps et joue un rôle de passeur"

Comment a démarré votre collaboration avec Malavoi ?

Ca remonte à la fin 1982 quand Jacques Erwann, ex-animateur à Radio France et qui travaillait au théâtre de la Ville, me dit avoir découvert en Martinique au dernier noël un groupe génial qu'il veut programmer au Printemps de Bourges en première partie de Lavilliers.... Il me parlait bien sûr de Malavoi qui venait de sortir le deuxième album de la renaissance du groupe, avec le titre "Caressé moin". Je les ai vus sous le grand chapiteau devant Lavilliers et j'ai trouvé ça bien. Ca m'a plu comme musique ; je n'y connaissais rien alors en musiques antillaises ! Jacques Erwann nous a présentés et le groupe cherchait quelqu'un pour s'occuper d'eux en France.

Vous étiez alors tourneur de spectacle...

Je n'organisais que des tournées et des concerts, pas de disques encore. On a commencé à bosser ensemble, le théâtre de la Ville en 1984, l'Olympia en 1985, la province... Au bout de deux ans, je leur ai dit qu'on n'avait aucune promo, aucune presse et qu'il allait falloir faire quelque chose... A l'époque, c'était Jojo Debs qui faisait les albums que Solodisc distribuait en France. Aussi bien Jojo Debs que Solodisc étaient fâchés avec le promo-marketing ! Finalement, on a décidé de produire nous-mêmes les albums et faire ce qu'il fallait pour développer la carrière du groupe. J'avais fait un deal de licence avec Moriello sur l'album de Simon Jurad dans lequel Edith Lefel faisait les choeurs et chantait une chanson... Elle a aussi fait les choeurs sur Casa a Lucie...

Et c'est avec Casa a Lucie que vous démarrez votre carrière dans le disque ?

On a récupéré un label qui existait déjà et faisait du blues, Blue Sylver et on a commencé à développer l'activité disques. Juste après Casa a Lucie, on a développé l'album de Dédé Saint-Prix...

Et aujourd'hui, c'est toujours Eric Basset, avec Aztec, qui produit encore Malavoi...

L'idée est la suivante : Malavoi, c'est un peu comme une institution dans la musique de la Martinique, c'est un groupe éternel pour moi ! Il défie le temps, les modes, les époques et en même temps joue un rôle de passeur dans cette musique. Comme on l'avait fait en 1992 avec Matébis en faisant jouer beaucoup d'artistes importants de l'époque, cette fois avec Oliwon, on a fait participer la génération suivante.

Malavoi invite les artistes d'aujourd'hui ?

Jean-Marie Ragal interprète "A nos actes manqués" de Jean-Jacques Goldmann, Valérie Louri reprend Moune de Rivel, Kolo Barst, E.Sy Kennenga interprètent chacun un de leurs titres... Evidemment il y a les chanteurs historiques, Pipo et Ralph, et on a fait une place à Orlane qui fait un peu partie du paysage, un peu comme Edith était une compagnonne de route... Mais Oliwon va paraître en deux volumes. Le second sortira à l'automne ; on y retrouvera Fred Deshayes, Tina Ly, Marijosée Alie et sa fille...

Et la tournée, c'est pour quand ?

C'est prévu mais pas encore calé. On ira en Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Paris et Haïti. Ca va être un plateau lourd qui va nécessiter de gros moyens financiers... On fera certainement Paris avant l'été et sans doute les Antilles dans la foulée.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Repost 0
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 04:21

RSA et Maison de l'enfance au menu du séjour parisen de JBL

La présidente du Département, Josette Borel Libcertin (JBL), est à Paris. Elle a assisté mercredi à sa première réunion à l'Assemblee des départements de France (ADF) depuis son élection. Au menu, principalement, la problématique du financement des prestations sociales (APA, PCH et surtout RSA) qui menacent d'asphyxie les départements (une dizaine se sont déjà dits incapables de les honorer en 2016). Le retour de cette compétence à l'Etat est désormais clairement posé. JBL avait écrit au Premier ministre en décembre à ce sujet et, dans sa réponse, Manuel Valls lui a indiqué qu'il rendrait un arbitrage fin mars.

A l'instar de ses homologues, JBL souhaite que la recentralisation du RSA ne se traduise pas par une perte de quelques leviers fiscaux dynamiques que l'Etat pourrait récupérer pour financer cela. Les Départements veulent donc à faire front commun pour ne pas trop y perdre au change.

Autre sujet d'échanges entre les présidents : la loi NOTRé qui enlève la compétence "interventions économiques" aux Départements au profit des Régions et qui supprime la clause de compétence générale. De manière assez unanime, les présidents présents ont estimé que leurs collectivités devraient malgré tout pouvoir conserver une capacité d'intervention dans certains domaines comme le tourisme ou l'économie sociale et solidaire.

Vendredi, la présidente a été reçue à l'Elysée par Marc Vizy, le conseiller outre-mer du président. Elle souhaite le soutien de l'Elysée pour son projet de reconstruction de la Maison de l'enfance (15 millions d'euros) pour lequel elle sollicite un accompagnement de l'Etat ainsi qu'elle l'a déjà formulé dans un courrier à la ministre des Outre-mer.

FXG, à Paris

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 07:53

L'outre-mer dans la loi pour la biodiversité

Les sénateurs ont adopté mardi le projet de loi et la création de l’Agence pour la biodiversité. Les points importants du débat ont porté sur l’Agence française pour la biodiversité, lieu d’expertise et de pilotage qui sera opérationnelle dès la promulgation de la loi. On se souvient que certains avaient plaidé pour qu'elle ait son siège en Guyane. Il n'en sera rien. Les modalités d’organisation de la future agence ont été précisées, en particulier les partenariats avec les collectivités territoriales pour la reconquête de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique dans les territoires. Elle rassemblera des réseaux de chercheurs et de scientifiques de haut niveau qui pourront s’appuyer sur les agents de terrain de l’agence.

Les sénateurs ont enrichi le texte en donnant davantage d’écoute aux communautés d’habitants qui ont des connaissances traditionnelles (telles que les Bushinenge en Guyane). Ces communautés seront informées des résultats des recherches conduites par les chercheurs et entreprises sur la biodiversité locale.

Le texte prévoit en outre la protection de la biodiversité marine avec la création de la 5e plus grande réserve marine du monde dans les eaux des Terres Australes françaises, la création des « zones de conservation halieutique » en lien avec les pêcheurs, l’obligation d’une autorisation pour les activités en haute mer (recherche, extraction, plateforme de transport de marchandises, etc.) en zone économique exclusive et sur le plateau continental, et enfin, le développement des systèmes anticollisions pour protéger les cétacés dans les sanctuaires de protection des mammifères marins de Pélagos (Méditerranée) et Agoa (Antilles).

La loi reconnaît par ailleurs le rôle des parcs nationaux.

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents