Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 02:33

Le Jackson tourJT2-7.jpg

Avec le Jackson tour, RFO et Jackson Richardson proposent à partir de dimanche 21 février sur France Ô (et le 14 mars sur les télépays) « une autre manière de parler de la France, de parler de nous et de notre vivre ensemble ». La formule est du directeur délégué de France Ô, Wallès Kotra, mais elle est mise en image par le producteur Bruno Bravo et son réalisateur Clément Brin. Les deux hommes ont eu l’occasion de faire connaissance avec Jackson parce qu’ils réalisaient un documentaire sur la fin de carrière de ce grand Barjot, double champion du monde de handball. « Nous avons voulu faire un programme vrai avec de vraies personnes et de la diversité positive », avance le producteur qui participe directement à l’image à l’émission avec Jackson. Le Jackson tour, c’est une galerie de portrait de gens dans différentes régions françaises. L’équipe passe 48 heures sur place, se met en immersion et essaie de capter le fruit de la rencontre entre ceux d’un terroir et Jackson. « Je mets en scène l’imprévu », raconte Clément. «Copie-de-IMG_7710.jpg Sa popularité donne envie aux gens d’aller vers lui », témoigne Bruno. « Je ne suis pas journaliste, explique Jackson. Je ne pose pas de questions, c’est un échange, plus à la rigolade, pour le piment ! » En général, il ne sait pas où Bruno et Clément vont l’emmener. « Comme dans le Vercors où j’ai découvert le 100 mètres neige libre ! » 22 épisodes sont programmés d’ici fin juillet. 8 sont déjà en boîtes. Ils ont été tournés dans le Val de Marne avec Mamedy Doucara, dans le parc du Morvan avec un maire d’une petite commune de la Nièvre, en Isère chez un éleveur et compétiteur de chiens de traineaux, à l’île de Sein avec le dernier gardien de phare… Jackson veut tourner à la caserne de pompiers de Saint-Pierre à la Réunion, là où son père a travaillé et où il a vécu enfant. Il veut aller aux Antilles aussi et en Nouvelle-Calédonie. JT2-8.jpgA Guérande, un marin lui a dit : « On t’a déjà dit que tu ressembles à Jackson Richardson ? » « Ah non… » Et quand on dit au marin que c’est bien Richardson. Il se contente de reprendre : « Ben, qu’est-ce que tu fous là ? » « Malheureusement, pour cette séquence-là, ils n’étaient pas prêts à tourner », se moque gentiment l’ancien sportif. Jackson met sa popularité au service de sa nouvelle mission : donner une valeur à toutes ces rencontres.

FXG (Agence de presse GHM)

Hebdomadaire le dimanche à 20 h 05 sur France Ô, rediffusion le jeudi à 17 h 15


Richardson-portrait--fxg-.jpgITW Jackson Richardson

« Notre but, c’est la découverte ! »

Comment est née l’idée de la série ?

Lorsque Bruno et Clément ont tourné leur documentaire sur la fin de ma carrière sportive, ils ont compris ma simplicité pour aller au contact des gens et c’est là que Bruno m’a demandé si ça me plairait de travailler avec France Ô pour aller à la rencontre de la terre et des gens et faire la promotion des régions et des personnages qui méritent d’être mis en valeur.

Quand les gens vous voient arriver, ils se demandent qui est ce Barjot ?

Les gens sont un peu surpris au début… « Il y a un black, avec des locks… Qu’est-ce qu’il vient  faire ici ? » Mais très vite, après avoir échangé, ils comprennent que ma notoriété ou l’image que je peux représenter tombe et que c’est le cœur qui parle.

Le concept de l’émission n’est-il pas de croiser deux notoriétés, la vôtre et celle d’une région ?

On est là pour voir la réalité des choses, de l’endroit, sa richesse culturelle… Ma notoriété doit servir de passerelle pour mettre en avant des gens qui restent un peu à l’écart. Leur expérience et leur valeur sont ce que j’ai envie de retransmettre.

J-richardson.jpgLe réalisateur dit qu’il met en scène l’imprévu… Or, en fait il n’y a pas de mise en scène, vous cherchez à capter le réel…

Si on fait une mise en scène, ce ne sera pas vrai, ce ne sera pas moi. Je veux improviser dans les rencontres et l’échange, c’est ça qui est vrai.

Quel a été le premier tournage ?

C’était le n°0. On est allé voir les basketteurs handisport à Meaux et j’y ai pris un malin plaisir. Je me suis retrouvé dans un fauteuil à faire du basket. Parce que dans cette émission, tout ce que les gens font comme activité, ben… Je le fais !

Quand les choses vont très vite et que l’équipe n’est pas là pour enregistrer, c’est foutu ?

Si les gens veulent le refaire, on refait mais c’est vrai que refaire, ce n’est pas vrai ; on sent que c’est préparé. Alors, en général, on anticipe les choses et on part du principe qu’il y aura toujours mieux après ! Notre but, c’est la découverte !JT2-4.jpg

Photos de tournage : Raphaël Devynck / France Télévisions

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 23:32

Césaire, Damas et Senghor réunis au théâtre

Jean-Michel Martial et Nathalie Coualy lancent sur la scène parisienne « Causerie imaginée », une conversation à deux faite d’extraits des trois pères de la Négritude. Une production de Jadoretoi compagnie, à consommer sur place où à importer Coualy-Martial-mur.jpgaux Antilles-Guyane.

« Il se dit que le Blanc aura toujours le negre à l’œil… » Mais « aucune race n’a le monopole de la beauté, de l’intelligence et de la force… », car « elle est debout la Négraille, debout dans les cannes, debout sous le soleil, debout dans le sang, debout mais libre ! » Jean-Michel Martial, sobrement vêtu, texte en main ouvre cette « Causerie imaginée », sorte de dialogue littéraire assis sur des textes de Gontran Damas, Senghor et Césaire, avec sa partenaire de scène, Nathalie Coualy qui sait dire simplement, sans surjeu : « Femme nue, femme noire… » de Senghor. Martial-JM.jpg« Je fais l’apologie systématique des sociétés détruites par l’impérialisme, poursuit Martial-Césaire. Elles n’étaient pas anté-capitalistes mais anticapitalistes… » « Chaque peuple a une civilisation, une culture, une histoire… L’humanisme, c’est le respect dû à l’homme » et même si « l’aigle blanc a glapi », il faut en revenir à « la culture universelle »… Les deux comédiens se promènent dans Black label, Pigments – Névralgies, Le cahier d’un retour au pays natal, le Discours sur le colonialisme, Les armes miraculeuses, Nègre je suis, et l’œuvre poétique de Léopold Sédar Senghor. « Ca fait trois ans que j’ai l’habitude de lire ces auteurs et ces textes, témoigne Jean-Michel Martial. Avec Nathalie, j’ai eu envie de travailler avec l’émotion d’une femme que je ne connaissais pas. » Il l’avait vue dire un texte lors de la cérémonie du 10 mai 2008 au Luxembourg, mais il ne la connaissait pas. Il l’a revue avant un hommage à Césaire, avant une lecture. Elle lui a parlé, lui a demandé deux conseils pour lire un texte à haute voix. Il lui a parlée mais ne la connaissait toujours pas. C’est après qu’ils se sont retrouvés sur ces auteurs. « Le texte avait déjà une colonne vertébrale, un dessin, souligne Jean-Michel Martial, mais avec Nathalie, on a tout mis à plat et il en est sorti cette dramaturgie. »

« Le théâtre du Rond-Point par exemple ! »

Coualy.jpg« Nous n’étions pas partis sur un dialogue, raconte Nathalie Coualy, mais quand on l’a fait, c’était devenu une conversation, une causerie. » « On a envie de le chanter ce texte, dit Jean-Michel Martial. J’ai envie de partir en rap, de faire du slam, de la cadence au rythme de son drame et de son verbe ! » Alors, ces deux comédiens nous offrent-ils un simple parcours allant du passif de l’esclavage à l’ouverture à l’universel ? « Tout ne vient pas de l’esclavage, rectifie Jean-Michel Martial, mais notre histoire passe par là ! » Le spectacle existe désormais et les deux acteurs aimeraient qu’il vive et soit entendu. « C’est étonnant que le président de la République se soit mis dans l’état où il s’est mis avec les obsèques nationales d’Aimé Césaire et qu’à Paris, il n’y ait pratiquement que nous qui le jouions, Césaire ! »Coualy-Martial.jpg

Jean-Michel Martial sait toutefois qu’il a pu bénéficier de quelques soutiens. Cela rend audacieux : « La puissance de ces auteurs là supporte une salle bien plus grande que celle où nous jouons actuellement. » « Le théâtre du Rond-Point par exemple, s’enflamme Nathalie Coualy ! Jusqu’où va la volonté de faire connaître ces auteurs ?! » Pour l’heure, c’est à Paris  le 28 février à 17 heures, au théâtre des feux de la rampe, rue Saulnier, dans le 9e arrondissement. En attendant une programmation aux Antilles et en Guyane.

FXG, (Agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 02:30

Pau-Langevin interpelle Besson sur les migrants Haïtienshaiti-clip-003.jpg

La députée PS de Paris, George Pau-Langevin (GPL) a interrogé le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, Eric Besson, sur la situation des Haïtiens. Eric Besson avait annoncé, au lendemain du séisme du 12 janvier, des mesures exceptionnelles à destination des migrants haïtiens présents de façon irrégulière en France. Ainsi, il s’était prononcé en faveur d'un gel des expulsions, d'une flexibilité accrue pour la délivrance de visas sanitaires et des regroupements familiaux, en cours d'instruction ou à venir, facilités. Selon GPL, un mois après le séisme, nombre de familles de ressortissants haïtiens se plaignent d'une « rigidité continue et préservée des démarches ». Et quand, en plus, les éléments et les documents nécessaires pour mener à bien ces démarches sont sous les décombres des bâtiments publics effondrés, rien ne va plus pour l’administration française… « Les mesures d'urgence et de bon sens que vous avez proposées, avance-t-elle dans une question écrite au ministre, se sont avérées inapplicables au regard de l'ampleur de la catastrophe. Dès lors quels nouveaux dispositifs envisagez-vous de mettre en place, afin de permettre véritablement aux Haïtiens qui avaient déjà des attaches avec la France de venir s'y établir ? De quelle manière comptez-vous assouplir les procédures pour les adapter à l'urgence et à la gravité de la situation ? ». En principe le ministre a trois mois pour répondre…

FXG (Agence de presse GHM)

 

Partager cet article

Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 02:59

Des ministres sur Air Caraïbes

Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand et le secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet étaient attendus ce jeudi matin à Orly, en provenance de Fort-de-France. Ils ont fait faux bond au Boeing 777 de  la compagnie Air France pour emprunter l’Airbus A330-400 d’Air Caraïbes. Encore et toujours la rupture !

Partager cet article

Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 02:51

Le comptable de la chambre d’agriculture à la Cour des comptes

L’avocat général de la Cour des comptes demande à Alain Noël, comptable de la chambre d’agriculture de Guadeloupe, le remboursement de quelque 340 000 €.

« La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration », est-il inscrit dans la grande salle de la Cour des comptes à Paris. Hier, les conseillers-maîtres de la 7e chambre de l’institution bicentenaire et orpheline de son Premier président, Philippe Seguin, ont examiné les réponses écrites aux dix injonctions adressées au comptable de la chambre d’agriculture de la Guadeloupe, Alain Noël, pour des faits allant de 1998 à 2004. Les cinq premières injonctions ont été faites pour « défaut de diligence » pour recouvrir 86 créances (auprès du Lycée agricole, UAG, Assemblée permanente des chambres d’agriculture, coopératives agricoles…) pour un montant total de 66279,58 €. Le rapporteur, comme l’avocat général ont estimé qu’il fallait faire supporter l’ensemble de ces créances au comptable défaillant. La sixième et septième injonctions évoquent le remboursement de trois mandats destinés à régler des frais de mission pour 2829,18 € et celui de 11 factures de frais de repas pour 2217,90 €, le tout sans ordre de mission. Alain Noël estimait que l’ordre de mission n’était pas nécessaire. « Faux ! » a répondu le rapporteur qui parle de « double-paiement ».

Les factures repas du président de la chambre

« C’est une manie dans cette chambre de rembourser tout et n’importe quoi sans pièces, remarque l’avocat général. Le plus surprenant est ce qui est remboursé : un repas du président de la chambre pris à l’aéroport de Pointe-à-Pitre et le même repas pris à Paris ! On a encore des tickets de carte bleue comportant une raison sociale différente de celle portée sur les tickets de caisse ! Il y a eu un double remboursement de 700 € au président, somme qu’il n’a jamais dépensée ! » Il propose de mettre le comptable en débêt sur l’ensemble des sommes en jeu. 8e injonction : le reversement au directeur de la Chambre de 748,10 € ayant servi à payer l’hébergement du président de la FNSEA, Luc Guyot, dans un hôtel du Gosier. « Le directeur de la chambre n’a pas fait de déclaration de frais », déclare l’avocat général qui demande encore que le comptable réponde personnellement de ces sommes. On passera vite sur la 9e injonction qui correspond encore à un double-paiement pour un montant de 1696.09 €… Le nec plus ultra étant la dixième injonction pour un montant de 276 796.19 € ! Sept mandats sony mis en cause qui concernent des dépenses engagées en 2003 pour lutter contre la sècheresse. Les trois plus importants concernent les Grands moulins des Antilles qui a livré à la chambre pour 272 014 € d’aliment pour bétail. « Ces fonds appartenaient à la Région », s’est défendu le comptable. « Il n’y a pas de mention du service fait, les factures ont des montants différents par rapport aux conventions de marché avec GMA, le comptable aurait dû refuser l’ensemble de ces paiements », précise l’avocat général qui demande la mise en débêt de M. Noël pour l’ensemble de la somme en cause. « M. Noël est-il toujours comptable en place ? », demande le contre-rapporteur. Une conseillère : « Oui, selon l’annuaire… » La 7e chambre de la Cour des comptes s’est ensuite réunie à huis clos pour délibérer. Sa décision devrait être connue le 7 avril.

FXG (Agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 02:50
Air France va reprendre sa desserte d’Haïti à compter du 19 février
Les autorités haïtiennes ont annoncé la réouverture partielle au trafic commercial de l’aéroport de Port-au-Prince à compter du 19 février. A partir de cette date, Air France reprendra sa desserte de et vers Haïti. Dans un premier temps, Air France opérera deux vols quotidiens, cinq fois par semaine : l’un entre Port-au-Prince et Miami, l’autre entre Port-au-Prince et Pointe-à-Pitre, permettant la correspondance vers Paris-Orly. A compter du 1er mars, ce programme deviendra quotidien. Simultanément, Air France a mis en place des tarifs spéciaux pour faciliter les déplacements de et vers Haïti. Ces tarifs autorisent une franchise bagage gratuite de 40 kg par passager. Air France est présente à Haïti depuis 1947 et a desservi le pays sans interruption pendant 42 ans. Ses vols avaient dû être suspendus le 12 janvier dernier à la suite du violent tremblement de terre qui a frappé le pays.

Partager cet article

Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 03:38

La difficile double casquette de MLP

Le site linfo.re n’a pas apprécié la prise de parole de Marie-Luce Penchard, n°2 de la liste UMP en Guadeloupe, face aux militants guadeloupéens, dimanche 14 février, quand elle a déclaré : « je n’ai envie de servir qu’une population, c’est la population Guadeloupéenne. » Le site d’information réunionnais a vu de la malice dans « son discours (qui) se voulait clair et direct » : « Il y a des enjeux considérables, financiers, nous en sommes à une enveloppe de près de 500 millions d’euros pour l’Outre Mer et cela me ferait mal de voir cette manne financière quitter la Guadeloupe au bénéfice de la Guyane, de la Réunion, de la Martinique et demain dire : enfants de la Guadeloupe, je ne suis pas capable d’apporter quelque chose à mon pays ! » Difficile d’avoir un discours local et un autre, global !

FXG (Agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 03:36

Une pétition pour inviter Sarko à parler du sida outre-mer

Louis-Joseph Manscour, député de la Martinique et maire de la Trinité, et Patrice Tirolien, député européen et maire de Grand-Bourg en Guadeloupe ont rejoint la liste des signataires de « l’appel interassociatif lancé le 30 novembre pour une conférence sur le sida parmi les populations ultramarines ». Les pétitionnaires conduits par l’association Tjenbé red demandent à Nicolas SARKOZY d’exprimer son soutien. « Il s’inscrirait ainsi dans la mise en oeuvre des engagements qu’il a pris le 6 novembre au terme du conseil interministériel de l’outre-mer », avance David Auerbach-Chifrin qui rappelle que les départements d’outre-mer de Martinique, Guyane, Guadeloupe et Réunion sont parmi les plus touchés par le VIH et le sida.

« Singulièrement la Guyane qui est 8 à 18 fois plus touchée que l’Hexagone. » Entre 2005 et 2008, le taux annuel de découvertes de séropositivité au VIH a augmenté de 40% dans les DOM contre 16% dans l’Hexagone, atteignant 28 découvertes pour 100 000 habitants (contre 7/100 000 dans l’Hexagone, où les départements les plus touchés sont ceux où les populations ultramarines sont les plus présentes).

Les signataires de l’appel voudraient entendre le président de la République s’exprimer sur ce sujet à l’occasion de sa visite en Martinique ou en Guyane.

FXG (Agence de presse GHM)

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 11:14

Regionales dans les 4 DOM

9 listes en Guadeloupe, 10 en Guyane, 12 à la Réunion et 9 en Martinique seront en lice pour les scrutins régionaux du mois de mars. Le mandat des élus durera jusqu’en 2014, date de la mise en place de la réforme des conseillers territoriaux.

Guadeloupe

Voici les 9 listes déposées en Préfecture entre le 8 et le 15 février, pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010

Osons pour la Guadeloupe. Tête de liste : Alain Plaisir

Guadeloupe demain. Tête de liste : Alain Lesueur

Combat ouvrier. Tête de liste : Jean-Marie Nomertin

Nofwap la Guadeloupe en action. Tête de liste : Octavie Losio

Pou Gwadloup An Nou Ay. Tête de liste : Cédric Cornet

Tous pour la Guadeloupe. Tête de liste : Victorin Lurel

Pour une nouvelle Guadeloupe. Tête de liste : Jeanny Mathiasin-Marc

La Région autrement. Tête de liste : Eric Jalton

Ensemble pour la Guadeloupe. Tête de liste : Aldo Blaise


Guyane

Voici les 10 listes déposées en préfecture de Cayenne

MDES-Walwari. Têtes de liste : Christiane Taubira et Fabien Canavy
A Gauche en Guyane. Tête de liste : Chantal Berthelot (Jean-Paul Ferreira, le maire d'Awala-Yalimapo sera son directeur de campagne)
Parti socialiste guyanais. Tête de liste : Gabriel Serville
Guyane 73. Têtes de liste : Rodolphe Alexandre, maire de Cayenne, et la mairesse de Saint-Georges, Fabienne Mathurin-Brouard

Liste divers droite. Tête de liste : Roger Arel, ancien candidat malheureux à la présidence de l'UMP Guyane. Léon Bertrand, maire de Saint-Laurent, incarcéré en Martinique, est en troisième position
Liste divers droite Guyane Espérance. Tête de liste : le maire de Papaïchton, Gilbert Fossé
Guyane Ecologie. Tête de liste : José Gaillou
Parti socialiste. Tête de liste : Jean-Baptiste Edouard
Forces démocratiques de Guyane. Tête de liste : Gil Horth
Liste DVD/G. Tête de liste : Joëlle Prévot-Madère


Réunion

Voici les 12 listes déposées en Préfecture de la Réunion.

Le changement. Tête de liste : Eric Magamootoo

Pour une Réunion plus juste avec l’union des socialistes. Tête de liste : Michel Vergoz

Union démocratique réunionnaise. Tête de liste : Daniel Pouny

Liste de l’Alliance. Tête de liste : Paul Vergès

Europe écologie La Réunion. Tête de liste : Vincent Defaud

Avenir meilleur pour la population de La Réunion. Tête de liste : Nadia Ramassamy

La Réunion en confiance. Tête de liste : Didier Robert

Mouvement divers droite Combat pour une vraie égalité. Tête de liste : André Thien Ah Koon

Nasion Renione. Tête de liste : Aniel Boyer

Égalité totale. Tête de liste : Johnny Arnachelum

La réunion nout fierté. Tête de liste : Jean-Paul Virapoullé

Lutte Ouvrière. Tête de liste : Jean-Yves Payet


Martinique

9 listes ont été déposées à la Préfecture de la Martinique

Ghislaine Joachim-Arnaud : Combat Ouvrier

Alfred Marie-Jeanne : Patriotes Martiniquais et Sympathisants

Pierre Samot : Croire en nous-mêmes

Madeleine de Grandmaison : RDM – Alliance pour le développement de la Martinique

Max Orville : MODEM Martinique

André Lesueur : Rassembler la Martinique

Jean-Claude Granier : Rassemblement Martiniquais pour le progrès dans la France

Serge Letchimy : Ensemble pour une Martinique Nouvelle

Guy Lordinot : La Martinique pour Tous

On notera l’absence d’une liste FSM (PS) que Louis-Joseph Manscour s’était engagé à conduire suite à la démission de Raymond Occolier et au retrait de Marlène Lanoix qui figure désormais sur la liste emmenée par Serge Letchimy.

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 03:50

Karam et Ribbe s’affrontent au tribunal

Le 25 mars prochain, la 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris dira si Claude Ribbe s’est rendu coupable d’injures et de diffamations publiques à l’encontre de Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer. L’affaire, jugée jeudi 11 février, a duré toute l’après-midi. Claude Ribbe, prévenu, était là, en compagnie de son défenseur, Me Mudry du cabinet Collard. Patrick Karam, poursuivant et absent, était représenté par Me Chabert. Hormis le « théâtre » du tribunal qui a donné de longues occasions à Claude Ribbe et à son témoin, Jos Rovelas de l’association Armada, de dire tout le mal qu’ils pensaient de Patrick Karam (surnommé par le second Zebulon) et de son rôle auprès de la communauté ultramarine, on attendait avant tout l’avis du ministère public quant aux chefs de prévention que le tribunal pourrait retenir… Pour mémoire Patrick Karam avait lancé ses poursuites contre Claude Ribbe à la suite de la publication sur son blog de plusieurs articles en mai et juin 2008. Ces libelles ayant paru après la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage du 10 mai 2008, Me Chabert a indiqué que « le point de départ de la querelle qui a entraîné de la part du normalien une vrille, obsession », c’est le discours sur le chevalier de Saint-George prononcé ce 10 mai par Alain Guédé, auteur d’un livre sur le chevalier. « Qui d’autre a écrit un livre sur Saint-George, interroge le défenseur de Karam ? Claude Ribbe. Qui est Antillais ? Claude Ribbe. Qui aurait du lire ce discours ? Claude Ribbe. » L’intéressé part en fou-rire. La présidente du tribunal le coupe : « Vous pouvez rire mais sans bruit. »

« On reste dans la critique »

Querelle personnelle ou querelle politique ? Ribbe défend le combat d’idées, Me Chabert évoque « le fiel, la haine et la critique facile ». Comme la teneur de ces articles avait déjà été jugée en référé le 23 juillet 2008, le parquet s’est appuyé sur cette ordonnance favorable à Claude Ribbe : « On reste dans la critique et non dans l’injure ou l’outrage même si « fumiste » est tout à fait péjoratif… » Mais la représentante du ministère public  retient un fait précis, l’accusation selon laquelle Patrick Karam aurait tenu un fichier ethnique : « Cette imputation claire porte atteinte à l’honneur et à la considération, c’est de la diffamation. Le témoin Rovelas n’a pas présenté de preuve de l’existence d’un tel fichier et l’enquête de M. Ribbe n’est pas suffisamment sérieuse. » Claude Ribbe se défend : « J’ai parlé d’un fichier des Français d’outre-mer et non d’un fichier ethnique. » Le parquet n’a pas requis de peine, Me Mudry a plaidé la relaxe, Me Chabert a demandé 15 000 euros de dommages intérêts en vertu du « préjudice considérable » de son client. « Patrick Karam est n°2 de la liste UMP aux régionales à Paris… Où est son préjudice considérable ? », a rétorqué Claude Ribbe… Le tribunal a mis sa décision en délibéré.

FXG, agence de presse GHM


Le jugement du 28 janvier

Me Chabert a rappelé au cours de cette audience que le 28 janvier dernier, Claude Ribbe s’est désisté d’une plainte dans laquelle il accusait Patrick Karam d’utiliser les fonds de l’Etat pour ses affaires de justice. « Claude Ribbe a été condamné pour procédure abusive à 5000 euros d’amende. » Ribbe a fait savoir qu’il avait appel…

Partager cet article

Repost0

Articles Récents