Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 19:19
9 mesures pour la drépanocytose
« C’est un plan majeur pour rattraper le retard pris sur le traitement de la drépanocytose. » Patrick Karam et le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, ont choisi un service d'accueil des personnes atteintes de la drépanocytose à l'Hôpital Necker pour présenter, ce vendredi après-midi, le plan drépanocytose que le gouvernement veut mettre en place. Ce plan a été élaboré par un comité de travail dirigé par le délégué interministériel à l’Egalité des chances des Français d’outre-mer avec l’appui scientifique du Pr Galactéros du CHU Henri-Mondor à Créteil (94). Un an de préparation et au final, un arbitrage du Premier ministre pour mettre d’accord Mme Bachelot et M. Karam. «  J’ai fait de cette question une priorité absolue », assure ce dernier. Son plan propose un dépistage universel comme c’est le cas en outre-mer et non plus un dépistage ciblé. Un test sera d’abord fait en Ile de France et la commission nationale de dépistage sera consultée avant une éventuelle généralisation (comme pour la mucoviscidose). Il st aussi question du dépistage des porteurs sains. Aux Antilles, il est déjà systématique, mais pour être appliqué en métropole, il faut l’avis de la commission nationale d’éthique. Cette pratique se fait en Grande-Bretagne depuis 2003 et était recommandé par le même comité d’éthique en 1995.
Pour établir un registre national, un poste de technicien d’étude clinique doté de 59 000 euros serait créé. 750 000 euros seraient dédiés au dosage de l’hydréa par le laboratoire central. L’hydra, très bon traitant en cas de crise grave, reste peu prescrit car toxique si trop dosé. La Haute autorité de la santé aurait en charge la rédaction d’un protocole national de diagnostic et de soins, « pré-requis pour une prise en charge homogène des patients sur le territoire national », selon M. Karam. 30 000 euros seraient débloqués pour permettre de croiser les expertises par des téléconférences. La drépanocytose devrait aussi être intégré au plan maladies rares. Trois centres de compétence vont être labellisés par l’ARH  en Ile de France ; ils seront des têtes de réseaux complétés par d’autres en parallèle dédié à l’éducation thérapeutique.

Les lacunes du plan maladie rare en 2004
150 000 porteurs du gène, 12 000 malades dont 80 % en hexagone
La drépanocytose est une maladie rare sur les 8 000 qui sont recensées et reconnues. Une maladie est dite rare lorsqu’elle ne touche qu’une naissance sur 2000. La drépanocytose concerne en Ile de France et en outre-mer, une naissance sur 700 ! En région parisienne, 10 % des lits de pédiatrie sont occupés par des jeunes drépanocytaires.
Lors de l’élaboration du plan santé maladie rare en 2004, on pensait n’avoir que 4 000 malades. Il avait été décidé de créer dix postes supplémentaires en région parisienne. Seuls 7,8 ont été effectivement ouverts. Selon les services concernés, il manque trois postes de médecin, deux de neuropsychiatre, trois d’infirmière et 4,5 d’assistante sociale.

500 000 euros pour les Antilles
Aux Antilles, le plan prévoit l’achat de deux appareils a érythraphérèse (machines à changer le sang), soit 170 000 euros, un poste de praticien hospitalier en Guadeloupe à 131 000 euros, un poste d’infirmière en Martinique à 59 000 euros, un appareil portatif pour les échographies transcraniennes (50 000 euros), 4 sondes doppler transcraniennes pour 32 000 euros et un praticien hospitalier à mi-temps à 65 500 euros.


Partager cet article

Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 19:16
La Région Guadeloupe signe une convention avec le CNOUSThérèse Marianne-Pépin, vice présidente chargée de l’enseignement supérieur, Patrick Karam, Victorin Lurel et le directeur du CNOUS, Jean-François Cervel.

A conditions égales, favoriser les étudiants venant d’outre-mer pour résoudre leurs problèmes de logement… Jean-françois Cervel, directeur du Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) ont signé une convention par laquelle le CNOUS s’engage envers nos étudiants lorsqu’ils s’installent dans l’Hexagone. Favoriser leur logement et mettre à leur disposition un référent, un étudiant ultramarin et déjà expérimenté. La Région s’engage, de son côté, à accorder une prime en complément de leur bourse aux étudiants qui acceptent de devenir ces référents. Pour Patrick Karam, initiateur de ce rapprochement, de telles mesures étaient encore considérée il y a peu comme une forme d’affirmative action alors qu’il ne s’agit que d’aider des étudiants handicapés par les distances. Une convention similaire a été signée avec le département de la Réunion il y a quelques mois.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 19:11
L’affaire Sargenti contre Falla en appelMe René Falla, 71 ans, entre dans la salle d’audience, aidé de son fils, tandis que Catherine Sargenti s’entretient avec son conseil, le bâtonnier Hermantin.

Depuis mercredi, la 7e chambre du pôle 2 de la cour d’appel examine l’appel de Me Falla contre sa condamnation du 9 septembre 2008 pour diffamation publique envers le juge guadeloupéen, Catherine Sargenti. L’avocat marie-galantais avait été condamné à payer une amende de 1 500 euros, et à verser à titre provisoire à Mme Sargenti une somme de 1 500 euros de dommages-intérêts et 4 000 pour les dépens. Le tribunal considérant que sur les trois imputations diffamatoires relevées par la partie civile (les 6 et 7 juillet 2005, sur RFO et Canal 10), deux relevaient de la bonne foi et de la liberté de parole des avocats, mais que la troisième alléguait un intérêt personnel, il avait donc été relaxé pour les deux premiers motifs. Me Falla a fait appel et le parquet a répondu par un appel des relaxes. 1re audience, cinq heures mercredi. Puis reprise hier à 16 heures. La cour s’est donnée jusqu’à 22 h 30, et si ça ne suffit pas, tous reviendront finir ce procès le 1er juillet. Catherine Sargenti, à la question, « à la moulinette », commente-t-elle elle-même. Les avocats de Me Falla, le bâtonnier Rodes et sa fille, Brigitte, Me Ursulet, Germany, Benjamin, de Fontbressin et Missamou. Pour Rodes, sa stratégie repose sur cette invective, en latin dans le texte : Delenda Carthago est. Après la séance de questions à Mme Sargenti — « Je réduis considérablement mes réponses », l’avocat général devait requérir et Me Hermantin plaider pour Mme Sargenti. Puis, ce devait être le tour des 7 avocats de Me Falla, avant 22 h 30…

Partager cet article

Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 09:31
Déplacement confirmé pour le président de la République
L'Elysée a confirmé jeudi matin le déplacement du président de la République aux Anrtilles. Nicolas Sarkozy sera jeudi en Martinique et vendredi en Guadeloupe. Pas d'interview avant puisque le président réserve sa primeur à l'occasion d'un discours "fort", selon l'Elysée, à Fort-de-France sur les dissidents, puis un autre à l'aéroport Aimé-Césaire. En Guadeloupe, il devrait prononcer un discours "toujours fort", selon une autre source, devant les élus de l'archipel rassemblé au port de Pointe-à-Pitre. Briefing sur le programme présidentiel à venir mardi prochain.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 20:13
Jégo installe le nouveau comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage
Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer a réuni, hier à Paris, les membres du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage nommés depuis le 10 mai dernier pour une durée de 3 ans, afin de procéder à leur installation formelle. L’objet de ce comité, créé par Jacques Chirac, il y a cinq ans, vise à « abolir le racisme né de l’esclavage colonial », selon sa présidente Françoise Vergès. Celle-ci a cité Aimé Césaire pour qui « le passé réparé » implique « l’avenir préparé ». Les douze membres ont l’objectif de faire connaître et partager l’histoire et l’héritage de l’esclavage. Pour cela, ils veulent la création d’un site Internet qui soit une référence avec un index scientifique, un calendrier des colloques, des expos, mais aussi un inventaire des lieux de mémoires, musées, galeries. Françoise Vergès voudrait aussi une grande exposition à Paris avec toutes les peintures et objets relatifs à la traite et l’esclavage pour offrir une lecture de cette « œuvre picturale ». Le ministre a rappelé l’importance donné au 10 mai avec une facette régionalisée, comme l’an passé à Bordeaux et même une année future au fort de Joux… Yves Jégo a aussi demandé aux membres de réfléchir à un livre d’histoire des outre-mers.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 20:11
Jego avec Sarkozy aux Antilles
Mettre un terme aux spéculations relatives au remaniement ministériel… Jégo ne dit rien quand on l’interroge sur le sujet. En revanche, à la question : « Accompagnerez-vous le président de la République lors de son déplacement aux Antilles de la fin juin ? », sa réponse d’hier matin est explicite : « Oui, c’est prévu. » Le président devrait annoncer son remaniement après la réunion des députés et sénateurs en congrès à Versailles, le 22 juin ; il devrait partir aux Antilles, le 24 ou le 25, on peut donc estimer que le secrétaire d’Etat ne changera pas, sauf à devenir ministre, mais ça non plus, ça n’est pas confirmé.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 17:23
Rumeurs de remaniement pour Oudinot
Dès qu’on parle de remaniement ministériel, c’est l’affolement ! Ainsi alors que le titulaire en poste à l’Outre-mer, sans doute un peu fébrile, a commandé un sondage sur son image et sa notoriété de secrétaire d’Etat en métropole, en Guadeloupe et en Martnique, des noms circulent dans le landernau ultramarin de Paris… Ainsi, le nom du président du groupe UMP au Sénat, Henri de Raincourt, traîne. Le sénateur de l’Yonne est bien vu du patronat ultramarin et il siège à la commission d’évaluation de la défiscalisation et de l’exonération des charges sociales en outre-mer. Mais son nom est récurrent comme ceux de Raoult ou Lagarde sur le sujet… Un autre scénario évoque le retour de Christian Estrosi. A défaut de récupérer un secrétariat d'Etat à la sécurité, il reviendrait rue Oudinot d’où, finalement, il était parti sans avoir été bizuté. Mais rien n’est sûr, Jégo est présent et c’est le président qui décidera. Avant ou après le congrès ?

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 16:18
Jean-Jacob Bicep, 5e de liste sur liste Europe écologie en Ile de France
« Il est fort probable que je sois eurodéputé en septembre »
Il est Guadeloupéen, vert et il a raté de peu son élection au Parlement européen. Ce n’est pas Harry Durimel, le Pointois qui a manqué de peu lui aussi son élection dans la circonscription outre-mer, mais le Saintannais Jean-Jacob Bicep, le cousin d’un ancien premier secrétaire de la fédération PS de Guadeloupe. Interview
Comment jugez-vous votre score à Paris ?

J’ai organisé à Paris le seul meeting spécialement dédié à l’outre-mer, c’était le 23 mai. Il y avait Dany Cohn-Bendit et j’ai fait venir les candidats de la Réunion et de la Guyane. Harry Durimel n’a pas pu se déplacer. Je suis très fier du soutien de la communauté. J’ai tracté sur les marchés et senti une vraie prise de conscience mais le fait que je sois en 5e position sur la liste Europe Ecologie, a fait de moi l’Antillais le mieux placé en métropole ! El les gens étaient reconnaissants de pouvoir identifier un originaire d’outre-mer à cette place. Dans le XXe, mon arrondissement, on fait 33 %, le meilleur score ! Ce qui veut dire que notre présence sur les listes, quels que soient les partis, c’est important.
Et maintenant, les régionales ?
Maintenant, ce qui va se passer, c’est qu’au mois de juillet, la Parlement européen va se réunir et on décidera qui ira dans les commissions, notamment à la Commission européenne. Et il est fort probable que je sois député au mois de septembre. Si ni Dany, ni Eva ne passent dans une commission, je me retrouverai aux régionales. Aller aux européennes, c’était de toute façon dans la stratégie des régionales.
Vous semblez préoccupé par le sort de la Martiniquaise Janine Maurice-Bellay transfuge du PS passée chez les radicaux au conseil régional d’Ile de France…
Elle n’a plus de parti… Connaissant mes copains socialistes avec qui je travaille tous les jours, je sais que l’on doit faire pression au bon niveau pour que JMB soit prise comme personnalité de la société civile sur la liste de gauche. Au deuxième tour des élections, on va poser nos conditions et parmi celles-ci, la représentativité des originaires d’outre-mer sur les listes et ça, on saura le dire au PS lorsqu’il sera question de faire une liste de fusion ! Je serai sans doute dans l’équipe de négociation et je ferai très attention à la place qu’on fera à JMB et au nombre d’originaires d’outre-mer.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:43
Bilan d’étape pour les états généraux de l’Outre-merYves Jégo recevait hier l’ensemble des présidents et des rapporteurs des ateliers des états généraux de l’outre-mer. Venus des 4 DOM, de Mayotte et de Saint-Martin, ils ont pu échanger au cours d’une journée de travail au ministère de l’outre-mer et comparer les diverses propositions qui ont d’ores et déjà émergé depuis le début des réflexions, fin mars. Car le temps presse désormais… « Le premier conseil interministériel de l’outre-mer doit se tenir en octobre et au-delà du 31 juillet, le travail de synthèse va être très compliqué », a rappelé le secrétaire d’Etat avant d’inviter chaque délégation à présenter un point d’étape.
Delile Diman a évoqué un « bigidi » au début, puis une détente et enfin de la compréhension de la part de la population.
Elle a évoqué en vrac des idées qui ont fusé : un plan photovoltaïque pour Jarry, un plan Marshall, une carte vitale de l’information, l’affirmation de la présence de l’Etat, la lutte contre l’éparpillement des moyens, la famille au centre du travail d’insertion… Une liste incomplète car encore ouverte. « Depuis le 10 juin et la réunion publique du Moule, a indiqué Mme Diman, les propositions prennent le pas sur les interpellations et les interrogations. Il nous reste à passer à la phase d’approfondissement, de validation et de mutualisation. »
Pascal Saffache, pour la Martinique, a présenté « une photographie » des travaux en cours avec en ligne de mire, la recherche d’un développement économique endogène. Atelier par atelier, il a évoqué la modulation de l’octroi de mer, le règlement du problème du port de Fort de France, « le plus cher de France », la structuration des filières, la protection des zones agricoles, la pharmacopée et l’alimentation animale, la labellisation des produits locaux, de développement durable, l’excellence dans le tourisme, la biodiversité, la dynamique de coopération, un institut du travail, un guichet unique pour la formation, une entité politique unique, une consultation populaire pour le statu quo, la collectivité unique ou l’indépendance, la baisse du nombre d’acteurs dans le transport ou l’eau, la nécessité d’augmenter le nombre de cadres antilais, un conservatoire des arts et un ministère de l’Outre-mer plutôt qu’un secrétariat d’Etat…
Raphaël Robinson, pour la Guyane, a évoqué la nécessité d’une nouvelle gouvernance, une meilleure intégration régionale, des projets structurants, le développement durable, la maîtrise des prix et des circuits de distribution. I s’agissait de mettre en avant l’idée « d’un mieux vivre ensemble dans une société multiethnique ». M. Robinson a été laconique dans le détail des travaux des ateliers, car il attend que les forums avec la population se fassent.
Ils commencent ce jeudi à Maripa-Soula. Pour l’heure, 90 réunions des ateliers se sont tenues en Guyane dont 2 plénières avec les présidents et rapporteurs, et déjà 500 participants. 80 réunions des ateliers se sont tenues en Martinique dont 2 publiques et 2500 participants. 60 réunions des ateliers se sont tenues en Guadeloupe dont 40 publiques et 20 autres techniques avec 3000 participants.
La restitution finale des synthèses doit avoir lieu fin septembre. Yves Jégo a indiqué pour sa part que « le gouvernement souhait faire de l’après états généraux un moment fort de réalisation, avec un suivi sur 10 ou 15 ans ».

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:37
Le Conseil d’Etat ne menace pas Léon Bertrand à Saint-Laurent
Hier après-midi, le Conseil d’Etat a examiné la requête d’Alain Moueza qui conteste l’élection de la liste de Léon Bertrand aux dernières municipales à Saint-Laurent. Après un 1er épisode au tribunal administratif de Cayenne qui ne l’a pas suivi, en septembre 2008, l’opposant a saisi l’instance administrative suprême. M. Moueza n’admet pas que les noms des 8e et 9e de liste aient été intervertis entre la version de la liste déposée en préfecture et celle proposée aux électeurs. Comme l’avait argumenté le juge de première instance, le rapporteur public (anciennement le commissaire du gouvernement) a estimé que cela relevait d’une erreur matérielle et qu’elle n’était pas de nature à modifier le vote. D’autant que la liste de Léon Bertrand a eu 29 élus sur 33 ! Saisi aussi sur l’expulsion de M. Moueza du bureau de vote des Sables blancs où il était assesseur, le rapporteur public a rappelé que le président du bureau avait agi conformément à son rôle de celui qui fait la police du bureau dans la mesure où M. Moueza a refusé de procéder au dépouillement. Le Conseil d’Etat rendra son délibéré dans un mois.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents