Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 21:15
Yazid Sabeg : « Patrick Karam est une tête de lard »
Yazid sabeg, commissaire à l’Egalité des chances, rencontrait la presse la semaine dernière pour présenter les grandes lignes du rapport qu’il doit rendre au président de la République le 7 mai prochain. M. Sabeg indiquait qu’il ne s’agissait pas d’être pour ou contre les statistiques ethniques puisque les statistiques en question se contenteraient de mesurer la diversité en demandant aux personnes leur ressenti (reprenant ainsi le point de vue du CRAN). Interrogé sur les raisons pour lesquelles il ne s’affichait pas avec le délégué interministériel à l’Egalité des chances des Français d’outre-mer, il a répliqué qu’il l’avait rencontré trois fois, qu’il avait aussi rencontré des associations antillaises. Puis, hors micro, mais devant des journalistes de Radio France, il a déclaré : « Patrick Karam est une personnalité difficile à gérer, une tête de lard ». M. Karam a commenté cette réflexion en indiquant qu’ils avaient une vraie opposition sur  les statistiques de la diversité.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 21:11
Marie-Luce Penchard à la question
« Qui connait Marie Luce Penchard ? » Sous un titre qui rappelle la trahison politique d’Eric Besson en pleine campagne présidentielle, le Collectifdom vient à la rescousse de Patrick Karam qui s’est vu reprocher par Marie-Luce Penchard son défi lancé à Elie Domota pour l’affronter en débat. La tête de liste UMP d’outre-mer estimait que le délégué interministériel pourrait lui faire de l’ombre alors que débute la campagne électorale des européennes… Daniel Dalin, président de l’association fondée par Patrick Karam, en profite pour demander des comptes à Mme Penchard, conseillère technique à  l Elysée et conseillère politique en charge de l’outre-mer à l’UMP : « Où étiez-vous madame pendant que l’outre-mer luttait contre le sort insupportable qui lui était fait ? Vous avez brillé par votre silence ! Contrairement à celle dont vous devez vos nominations : votre mère Mme Michaux Chevry… Vous, une parfaite inconnue en outre-mer y compris en Guadeloupe. » Consultée sur cette attaque, Marie-Luce Penchard qui sera en Guyane du 28 avril au 3 mai, puis en Guadeloupe du 6 au 10 mai (où elle lancera officiellement sa campagne) que « l’incident était clos » et que rien de devait détourner cette campagne de son objet : « Le développement interrégional, les transports, les énergies renouvelables, les carburants, c’est l’Europe ! L’Europe, c’est trop sérieux, qu’on ne mobilise pas la question sur les états généraux. J’ai dit ce que j’avais à dire, l’incident est clos. » Le cabinet de Patrick Karam a déclaré que le délégué n’avait pas eu connaissance du communiqué du Collectifdom, ne l’ayant pas reçu…

Partager cet article

Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 19:45
Delanoë commémore le décret d’abolition de l’esclavage
« Cette année, c’est différent car deux expositions sont accueillies à l’hôtel de ville, l’une sur les Antillais de Paris, l’autre sur les noms donnés aux esclaves affranchis, ça donne du sens », indiquait Maguy Nestoret, nouvelle conseillère outre-mer (et sport) du maire de Paris. Comme tous les 27 avril, Bertrand Delanoë s’est recueilli devant la plaque commémorant la signature du décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848, dans la salle des Prévôts de l’hôtel de ville de Paris, paré des panneaux du CM98 portant les noms donnés aux esclaves affranchi par les officiers d'état-civil entre 1848 et 1869. Dépôt de gerbe et minute de silence devant un parterre restreint d’invités avant un discours dans la salle des fêtes, celle-ci bondée. La chorale des écoles des Paris assurait la partie musicale avec La complainte noire, La prière de l'esclave, et On ti bo. Quand il a traversé la salle qui accueille  "Antillais d'ici" Bertrand est tombé en arrêt devant une peinture sur le theme de l'esclavage (ou de la Shoah ?) de Patrice Flora-Praxo (voir son interview dans nos archives), qu'il a souhaite voir installé dans son bureau. Le maire a rappelé son action pour la reconnaissance des « Antillais d’ici, venus enrichir de leur présence la société parisienne ». Evoquant l’esplanade Gaston-Monnerville baptisée en 2006, la réhabilitation du général Dumas, place du général Catroux, le 4 avril dernier, il a annoncé que la bibliothèque Plaisance dans le 14e arrondissement (une des 57 bibliothèques de la capitale) prendrait le nom d’Aimé Césaire. Riche de 25230 livres, la future bibliothèque Aimé-Césaire devra compléter son fonds puisqu’elle ne dispose, selon son site internet, que de trois ouvrages du poète martiniquais : Nègre je suis, nègre je resterai (Albin Michel 2005), Cahier d’un retour au pays natal (Présence africaine 1983) et La poésie d'Aimé Césaire (Seuil 1994).

L'exposition Antillais d'ici est composée de photographies de Samia Massaoudi et de Mehdi Lallaoui, de documents d'époque, d'objets personnels rassemblés par l'association "Au nom de la Mémoire", l'exposition retrace l'itinéraire des Antillais, venus en Métropole entre 1963 et 1981 par l'intermédiaire du Bureau pour le Développement des Migrations intéressant les Départements d'Outre-Mer (BUMIDOM), pour répondre aux besoins spécifiques de main d'oeuvre. Cette migration a concerné en 18 ans, pour 3 départements d'Outre-Mer, près de 70 000 personnes. (Sources Cityvox.fr).

L'exposition de la recherche patronymique des affranchis de 1848, organisée par le CM98 devrait poursuivre sa carrière dans les mairies d'arrondissement (voir le site de la ville de Paris).

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 12:50

Greg Germain prend du galon

Michel Boyon, le président du CSA, a nommé le comédien, réalisateur et producteur Greg Germain membre du Conseil d’administration de la société de l’Audiovisuel extérieur de la France. 

L’Audiovisuel extérieur de la France fédère les trois médias diffusés partout à travers le monde que sont la radio RFI ainsi que les chaînes de télévision France 24 et TV5 Monde.

Greg Germain est dirigeant de la societe de production Axe Sud, président de Cinédom+, du TOMA (Théâtres d’Outre- Mer en Avignon), de l’ALFA (Association des Théâtres du OFF), et encore directeur artistique de l’ADOC (Association pour le Développement des Œuvres et des Cultures Créoles).

Partager cet article

Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 01:28
Les états généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone
Les Ultramarins de l’Hexagone auront eux aussi leurs états généraux. Patrick Karam a été chargé de coordonner la réunion des contributions.

Le 22 avril prochain, le délégué Patrick Karam réunira des états généraux des ultramarins de métropole au siège du secrétariat d’Etat à l’Outre-mer. De mêmeque des ateliers doivent avoir lieu dans les territoires sous l’égide de Richard Samuel, il en sera de même dans le 5e DOM avec M. Karam. Quatorze ateliers ont été formés pour traiter des grands dossiers retenus. Les huit proposés par l’Etat, les Collectivités ou les élus, et ceux spécifiques à la consultation en métropole : culture et visibilité dont les rapporteurs sont Greg Germain et Claudy Siar ; mémoire et identité avec François Durpaire, Jean-claude Judith de Salins et Pierre Pastel ; l’égalité des chances et la lutte contre les discriminations avec David Auerbach-Chiffrin ; la citoyenneté, avec Gérard Ginac et Freddy Loyson ; le sport avec René Silo et Bernard Solitude ; et les problématiques de l’émoignement avec Lydie Comdapanaiken-Duriez zt Patrick Théophine. Pour les ateliers commun à  l’outre-mer on retrouve la magistrate Marie-Lucie Divialle, de la Cour de cassation (elle a décliné), l’ancien administrateur civil porté sur la plume, Henri Hazaël-Massieux, Jean-Jacques Seymour le journaliste (insertion des DOM dans leur environnement régional, José Pentoscrope (production locale et développement endogèhe), Yann  Géniès, Patrick Arnolin, Pierre Pluton ou encore Guy Numa. Manquent plus que José Vatin et Claude Ribbe pour que tout le monde soit là ! Même Claudy Siar a répondu favorablement à Patrick Karam. Ne cherchons pas à y voir de nouvelles allégeances, non ! Les ultramarins de Paris semblent très intéressés par ces états généraux et en attendent beaucoup aussi. Après le 22 avril, la restitution finale des travaux est programmée pour le 9 juin.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 01:10
Les députés ont voté la LODEOM
Victorin Lurel, député de Guadeloupe, chef de file de l'opposition socialiste pour l'outre-mer au Parlement, s’est abstenu sur la Loi pour le développement économique des outremers (LODEOM) qui était adoptée la nuit dernière à l’Assemblée nationale, mais il a tenu à « saluer les avancées historiques du texte, fruit du travail conjoint des parlementaires et du gouvernement ». Ainsi, la loi adoptée par les députés valide la demande d’habilitation de la Région Guadeloupe à légiférer, dans le cadre de l’article 73 de la Constitution, dans les domaines de la formation professionnelle et dans les énergies renouvelables. « Cette décision historique, saluée comme telle par le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer et d’autres parlementaires, constitue une innovation institutionnelle majeure qui permettra au Conseil régional de la Guadeloupe de fixer ses propres règles dans ces deux domaines en agissant au plus près des réalités locales. »Voilà ce que Victorin Lurel attendait comme « petite enveloppe » du gouvernement ! Content encore, M. Lurel, de la création d’un véritable « bouclier insulaire » pour les Iles du sud, dont les entreprises bénéficieront d’un « troisième étage » de zone franche, pareil pour les communes de la Côte sous le vent et du sud Basse-Terre, désormais éligibles à un dispositif de zones franches rurales très favorable, mis au point par la Commission des finances de l’Assemblée nationale. La pharmacopée guadeloupéenne est intégrée dans la pharmacopée française des plantes médicinales et un amendement cosigné avec son collègue réunionnais Jean-Claude Fruteau ouvre la voie à une meilleure valorisation de l’électricité produite à partir de la bagasse. Ultime concession obtenue du gouvernement par les députés de l’opposition : le vote d’un amendement qui indique que le créole fait partie du patrimoine national, « offrant ainsi au créole une nouvelle reconnaissance législative, après sa reconnaissance constitutionnelle ». Finalement, il est content de la LODEOM Lurel, quand est-ce qu'il rentre au gouvernement ?

Partager cet article

Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 00:14
Kreyol factory
Critique et reportage Régis Durand de Girard (avec FXG)

L’événement parisien du moment est l’ouverture de la saison kréyol de Jacques Martial à la Villette.

« Le nègre n’est pas, le blanc non plus », Rama Yade a compris, au fur et à mesure de l’exposition que Frantz Fanon avait tout dit… Des vagues labyrinthiques en carton et tôles ondulées, les matériaux de la construction non durable, pour définir tous les espaces de réflexion que propose la Saison kréyol de Jacques Martial à La Villette, à Paris : Traversées, trouble des genres, l’Afrique communauté imaginée, Noir comment ? des îles sous influences, les nouveaux mondes, chez soi de loin…  Le sol est un miroir qui réfléchit les surfaces murales d’exposition, les démultiplie. On se déplace en s’accrochant aux œuvres. Ça force le regard ! Les pièces se confrontent, les espaces et les visiteurs aussi qui ne restent pas inactifs. Il y a des vis-à-vis ; des mondes artistiques se rencontrent… Les œuvres interrogent sur la diversité, celle aussi des regards portés. L’autre nous regarde et nous invite. Les concepts proposés sont attirants. Edouard Glissant aimerait sans doute. Les lumières, très pointues, de Christian Dubet finissent de donner à l’ensemble une atmosphère confortable, intime. La pénombre amène à s’oublier au profit des œuvres… « Il s’agit tout simplement de parler de la diversité du monde, explique Jacques Martial, La créolisation du monde est une contre-proposition à la mondialisation qui tend à éliminer les différences, à formater les esprits, » Polibio Diaz, un Dominicains présente une œuvre, Despues de la siesta, assemblage de grandes photos qui forment un storyboard géant. La sieste, nous dit-il, est la même à Saint-Domingue et à Port-au-Prince. Dans son prolongement, lui répondent les photos d’Haïti de Jane Evelyn Atwood.
Noir comment ?
The big one world, l’œuvre de Bruno Peinado, un Martiniquais exilé en Bretagne, interroge sur l’absurdité de la représentation. En plagiant le bibendum blanc de Michelin, il nous rappelle insidieusement que le caoutchouc des pneus est noir… C’est aussi le monde à l’envers, Le titre de l’œuvre est imprimé en miroir. En arrière-plan du bibendum noir, douze boîtes lumineuses pour une photo rétroéclairée de Jean-Ulrik Desert qui se met en scène en costume folklorique bavarois. Exorcisme des fausses représentations.
Jean-Luc de Lagarigue expose Martinique LTD, une quête des vestiges de la tradition créole comme s’il voulait retenir, stopper la déperdition de la mémoire. Plus loin, Limber Vilorio expose une carcasse de voiture qu’il a tapissée de 210 000 douilles. Une armure faite avec des objets d’attaque. Chez soi de loin s’ouvre aux diasporas caribéennes et océaniennes à Paris, New York, Miami ou Londres. David Damoison est présent avec sa série La rose est sans pourquoi dans les cités françaises, Alex Majoli avec les Jamaïcains de Brixton ou Susan Meiselas à Harlem… Il y a bien une fin à l’exposition, mais le questionnement soulevé est sans fin, ce parcours ouvre une multitude de passerelles. Jacques Martial, Yolande Bacot et les équipes de la Villette ont réalisé une grande exposition qui rendra le travail plus dur aux trois musées new yorkais qui annoncent pour 2011 un concept similaire.
Photos Régis Durand de Girard

Christine Albanel, ministre de la Culture
« Il y a eu la parole de protestation et là, il y a une parole qui n’est pas moins forte, mais qui est une parole artistique. Cette saison sur le thème de toutes les créolités ça met bas toute forme d’exotisme facile et beaucoup d’idées reçues. Nous sommes en face d’un projet total, esthétique bien sûr, mais culturel, philosophique, un projet d’affirmation identitaire très forte. Il y a un dialogue entre ces formes de créolités extrêmement intéressant. Ca donne des clés et je crois que tous les visiteurs vont s’émerveiller mais comprendre surtout, respecter, entrer… On peut en sortir différent. »

Miguel Luciano, de Porto-Rico, vivant à Brooklyn, NYC
"J’ai appelé les pièces que j’expose Pure plantainum et Plantain pride, c’est un mélange entre plantain et platinium. C’est une commémoration de la banane plantain qui est un symbole culturel. J’en ai fait un symbole exagéré, très gros à porter et qu’on exhibe avec fierté comme un symbole, une caricature et une fierté ( ?) de ce que nous sommes."

Triptyka, de Guadeloupe
Jean-Yves Adelo, artiste vidéaste guadeloupéen (des Abymes) présente Triptyka, œuvre créée en 2002 et basée sur les soirées traditionnelles gwoka.
"Triptyka, le nom est un clin d’œil aux retables qui étaient présentés dans les églises à la Renaissance, des triptyques qui permettaient d’éduquer le peuple à travers des images, c’étaient les premières bandes dessinées éducatives. Tous les illétrés pouvaient comprendre. Maintenant je me le réapproprie avec le medium audiovisuel et j’en fais de la peinture en mouvement. C’est là mon cheval de bataille. Je m’appuie sur une tradition orale, mais aussi la danse traditionnelle et j’essaie de tirer des mouvements des danseurs et des textes des chansons, des symboles, des signes qui viennent nourrir la vidéo pour faire une peinture. J’ai besoin d’obtenir du pixel et de la matière. Quand on connaît l’histoire de la Guadeloupe, on va voir des clins d’œil, on va entendre certains hommes politiques comme Michaux-Chevry, Ibo Simon mais ma grand-mère aussi ! Car tous sont des personnages qui m’ont nourri de leurs commentaires, leur pensée sur ce qu’est être Guadeloupéen. Aujourd’hui, je les rassemble dans ce monde qu’est Triptyka pour en faire une genèse personnelle."


Le bateau poubelle de Jean-François Boclé (Saint-Esprit, Paris)
« Je récupère des cartons au sol dans des villes du monde. Et puis, il y a un moment où affleure un langage globalisé, du chinois, de l’allemand, du français… Il n’y a pas de créole même s’il y a beaucoup de cartons de banane de Guadeloupe et de Martinique. Il y a des phrases étranges comme « Rien ne peut l’abattre » que je n’ai toujours pas compris mais c’est un slogan qui m’impressionne beaucoup car c’est comme une pensée magique là où on ne l’attend pas car que peut-on trouver de plus fragile et de plus aberrent que cette monoculture de la banane qui nous a amené une économie coloniale et le chlordécone, faisant de nous une poubelle. A la fin des marchés à Paris, on trouve les cartons des bananes de Guadeloupe et de Martinique et… Rien ne peut l’abattre ! J’utilise ce slogan, mais pas en entier et là, on peut lire « peut l’abattre ».




Partager cet article

Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 23:33
Tanya Saint-Val fait son 2e Olympia le 11 avril
Tanya pendue au téléphone, de l'effervescence dans le studio de la Main d'oeuvre à Saint-Ouen, le batteur Grégory Louis, le directeur musical, est en pleine concentration, le nez sur son ordinateur, les deux choristes Claudine Pennont et K-Rolyn' Loïal checkent leurs partitions, assises sur une banquette. Ca se lève, s'assoit, vient boire, retourne à son instrument. En place, en position de jeu : Yann Négrit, Mike Clinton, Audrey Claudion et le deuxième clavier Didier Davidas avec Wilfrid, sa mascotte, une peluche,... Ils mettent en place la musique en s'amusant, plaquent un accord, lancent du Chick Choréa pour se détendre, du Weather report... Ils se lancent des mots en créole dans tous le sens, ça fuse, ça bosse. Samedi, c'est l'Olympia de Tanya.
Tanya Saint-Val et l'ensemble de son staff au studio de la main d'oeuvre, 4 jours avant l'Olympia.A la basse Mike Clinton...Aux percussions Olivier Just...Synthé blouson noir  Audrey ClodionSynthé locks Didier DavidasBatteur et directeur Musical  Gregory Louis

La choriste en bleu, Claudine Pennont, l'autre choriste K-Rolyn Loial (la cousine de la danseuse Chantal !) et, au milieu, la reine Tanya et son chien fou à vous emporter la tête ! Demandezà un journaliste radio de Guadeloupe que l'on ne nommera pas, par discrétion !

Partager cet article

Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:53
PIPOL
Saison kréyol
Lundi 7 avril, Catherine Albanel, ministre de la Culture, Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Jacques Gillot, sénateur de Guadeloupe et Victorin Lurel, député de Guadeloupe, sont venus assister à l'inauguration de la saison kréyol de Jacques Martial. Reportage en images à la Grande Halle de la Villette by RDG
Le transgenre était un des sujets de l'expo, une créature mystérieuse est venue illustrer le sujet...Firmine Richard et Joby Valente, vedettes de La première étoile, avec Keyza Nubret de KS Communication.Andrée Simonnot, collaboratrice de la député Jeanny Marc, Georges Brédent, conseiller général de Guadeloupe, Juliette Jean-Baptiste, collaboratrice de l'intergroupe parlementaire de l'outre-mer et Emile Romney, architecte.Jean-Michel, Jacques et Josette Martial (manque Maya et une autre soeur pour avoir tous les Martial !) et un proche.Maryse Condé et Jean-Yves Adelo, vidéaste des Abymes exposé à La Grande Halle.Elles sont toutes deux guyanaises, Stéphanie Danbury, professeur de sport de haut niveau, et Murielle Auguste, maquilleuse de mode, habillée d'une robe du créateur sino-antillais, Alex Rotin.Christine Albanel, entourée de Jacques Martial et de la commissaire de l'exposition, Yolande Bacot, directrice des expositions de la Grande Halle.Mick Jaegger et Firmine RichardL'écrivain Claude Ribbe, Jean-Claude Cadenet (mairie de Paris), et le comédien Stany Coppet.Olivier Laouchez de Trace TV qui fait la bise à Keyza Nubret, et le producteur de spectacles vivants, Joseph Dunoyer dit Djoe (un pote d'Harry Roselmack !)L'artiste plasticienne Tamara Botkine, arrière petite-fille du médecin du Tsar Nicolas II, s'entretient avec le scénographe de l'exposition La Saison Kréyol. Au milieu Hervé Guichet, prétendument balayeur économe.Rama Yade, en vedette américaine pour le vernissage de l'expo parisienne de l'année, avec Jacques Martial et Yolande Bacot.Le sénateur et président du conseil général de Guadeloupe, Jacques Gillot et le député et président du conseil régional de Guadeloupe autour du blogger et correspondant de France-Antilles, France-Guyane et du JIR à Paris. Connivence...Lilian Thuram et Karine Lemarchand avec Françoise Vergès.Yolande Bacot, Claudy Siar de Tropiques FM et Chantal Loïal, resplendissante  qui
aprés avoir dansé la diversité dans Paradis de Montalvo - Hervieu l'an dernier officie actuellement chez le chorégraphe flamand Kuhn Agustineen.Jacques Martial, Jacques Gillot et Yves Jégo. Culture et politique...Xavier Dolin, Murielle Thierrin, productrice chez Aldabra films, et le réalisateur Fabrice Pierre.Jean-Claude Barny, le cinéaste de Tropiques Amères et de Neg'mawon, l'incontournable Keyza, et le directeur artistique, Kris Cheung, proche collaborateur du premier.

José Pentoscrope et Lionnel Marcin, du CIFORDOMProchains rendez-vous avec Mizik Factory. link






















Partager cet article

Repost0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 23:06
4X4 et téléphone en débat dans la LODEOM
Au troisième jour de l’examen de la LODEOM, les députés débattent des amendements à apporter au texte de loi. Le nouveau fonctionnement de l’Assemblée nationale, depuis la réforme constitutionnelle de juillet 2008, donne aux commissions du Parlement le pouvoir de remodeler le texte qu’on lui présente. Les amendements acceptés le sont, en général, en commissions. En séance publique, ceux qui n’ont pas eu l’avis favorable de la commission des finances ont guère de chance d’être adoptés, même s’il en passe deux ou trois, c’est ce que Lurel a appelé « le petite enveloppe du gouvernement ». Mercredi, deux amendements intéressants, refusé pour l’un, adopté pour le second :
- Télécommunications et désenclavement
Gaël Yanno (Rapporteur UMP, Nouvelle-Calédonie) avait demandé que les opérateurs métropolitains appliquent des tarifs identiques entre les appels métropolitains et les appels émis de métropole vers l’outre-mer. En revanche l’amendement ne visait pas les appels de l’outre-mer vers la métropole afin de ne pas mettre les opérateurs locaux en difficulté. Le député Jean-Claude Fruteau (PS La Réunion) s’y est opposé en indiquant que cela créerait une inégalité entre les résidents en outre-mer et en métropole. La proposition du député calédonien a été rejetée. Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Yves Jégo a néanmoins demandé au régulateur des télécommunications (l’ARCEP) de réaliser, avant la fin de septembre 2009, un rapport qui étudie les différentes voies pour faire baisser les tarifs.
Dans le cadre de la politique de désenclavement numérique de l’outre-mer les câbles sous-marins pourront être défiscalisés.
- La défisc’ des 4x4 mieux encadrée
Un amendement Migaud (PS)-Carrez (UMP) a été adopté afin que les SUV ne soient plus défiscalisés quand ils n’ont pas un objectif professionnel. Un gérant d’entreprise ne pourra donc plus se faire défiscaliser son 4x4 s’il n’y a pas un lien direct avec l’exploitation de l’entreprise.
La séance devait finir tôt, jeudi matin, pour reprendre à 16 heures l’après-midi.
D.M. pour les Nouvelles Calédoniennes et les Nouvelles de Tahiti




Partager cet article

Repost0

Articles Récents