Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 14:22
Bruits de couloirs à l’Elysée
Quand Jégo est parti en Guadeloupe et qu’au bout de deux jours, il annonçait la réouverture des stations-service et une baisse des prix des produits de première nécessité, à l’Elysée les gens disaient : « Il est bon, Jégo ! », mais quand il a été question des 200 euros de hausse salariale, ça a été la descente aux enfer pour le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer. Mardi matin, avant la réunion interministérielle présidée par François Fillon, le Premier ministre s’était montré embarrassé lors du petit-déjeuner de la majorité. Il a été bien évidemment question de Jégo et Fillon se demandait comment ne pas appliquer cette hausse des bas salaires sans désavouer Jégo… Dans l’entourage du chef de l’Etat, il y a une sorte d’unanimité pour dire que Jégo a « déconné ». D’aileurs quand Yves Jégo est parti la première fois, Olivier Biancarelli aurait hésité à l’accompagner, pour finalement estimer que ce n’était pas la place d’un conseiller du président. Et depuis que les difficultés pointent le bout de leur nez, le conseiller dit qu’il regrette de ne pas être venu, d’avoir laissé Yves Jégo gérer seul…
Pour le coup et avec l’instabilité politique qui se joue de l’Etat en Polynésie, le sens politique et le bon sens tout court d’Olivier Biancarelli en a pris un coup aux yeux de certains collaborateurs du Château. Mais il reste grandement soutenu par Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée.
A la présidence de la République, peu de choses filtrent sur la crise aux Antilles. La seule information que l’on sache est que le président de la République se rendra en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa, à la fin juillet 2009, à l’occasion du sommet France-Océanie. Il avait été question de Polynésie mais ça ne se ferait pas.

Partager cet article

Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 13:58
France Inter en direct de la Guadeloupe
Vendredi 13 février, France Inter propose deux éditions spéciales en direct des studios de RFO à Baie-Mahault en Guadeloupe. Ca commencera avec le 7/10 heures de Nicolas Demorand Jusqu’à 9 heures, de nombreux invités et acteurs locaux répondront et débattront au micro de la matinale. Questions et réactions des auditeurs, en direct à partir de 8 h 40 au 01 45 24 7000.Le journal de la mi-journée à 13heures sera une édition spéciale présentée par Eric Delvaux. (il sera 7 heures à Pointe-à-Pitre), Eric Delvaux présentera durant une heure une édition spéciale à laquelle de nombreux invités participeront. Enfin, les reportages de Thibault Cavaillès, envoyé spécial de France Inter en Guadeloupe, émailleront les tranches d’information.

Partager cet article

Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 19:08
Réunion reportée avec Karam
Le Délégué Interministériel pour l'Egalité des Chances des Français d'outre-mer Patrick Karam devait rencontrer ce mercredi à l’Assemblée nationale les députés ultramarins UMP. De nombreux parlementaires ne pouvaient être à Paris en raison de la situation aux Antilles et en Polynésie française.  La réunion a été reportée sine die.
Le cabinet de Patrick Karam indique que cette réunion devait avoir lieu à l’initiative de Gaël Yanno. Le député calédonien a rencontré le délégué la semaine dernière en vue d’étendre à l’ensemble de l’outre-mer les dernières mesures prises en matière de continuité territoriale pour les DOM. L’objectif de la réunion prévue ce mercredi était de permettre à Patrick Karam de présenter le travail qu’il a effectué depuis qu’il est en poste et d’impliquer un peu plus les députés des Collectivités d’Outre-mer et de la Nouvelle-Calédonie.
DM, à Paris (pour les Nouvelles Calédoniennes)

Partager cet article

Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 18:43
La banane antillaise au Logistica fruit à Berlin
Le Logistica fruit est le plus grand salon des fruits et légumes d’Europe. La banane de Guadeloupe et Martinique y a dévoilé sa nouvelle identité.

Samuel Sériné est responsable d’exploitation à l’habitation des Potiches, à Macouba. Il a 57 hectares de bananiers et produit 3600 tonnes de bananes par an. Au Logistica fruit de Berlin, le plus grand salon des fruits et légumes d’Europe, il a retrouvé Marcus Herry, technicien pour LPG (Les producteurs de Guadeloupe) et Franck Avril, exploitant agricole à Capesterre-Belle-Eau. Ils sont venus par curiosité ; ils savent que l’Allemagne représente peu pour eux. Pourtant, ici, à Berlin, en 1991, lors de la chute du Mur, les Ossies (Est-Allemands) ont demandé en tout premier lieu des magnétoscopes et des bananes ! L’Allemagne consomme 12 kilos de bananes par personne et par an, la France, 8,5 kilos. « Nous sommes inexistant en Allemagne, explique Sylvie Latour de l’UGPBAN, c’est un marché dur à percer. On est à Berlin car c’est là qu’est le marché ! Nos clients à l’export sont en Grande Bretagne, en Espagne et dans les pays de l’est. » L’UGPBAN n’exporte que 25 % de ses volumes, tout le reste alimente le marché français.
Expansion à l'Est
D’ailleurs, faute d’importateur en Allemagne, Rémi Pigou, directeur commercial de la banane de Guadeloupe et Martinique, a dû faire appel à un importateur tchèque pour livrer à Berlin une quinzaine de colis pour le stand ! Le marché est en expansion en Pologne, Tchéquie. Ces marchés représentent un plus de 400 000 tonnes. En France, le gros du marché, il y a un potentiel de développement de 20 % sur deux ans, selon Rémi Pigou. Lina Rénel (photo) est venue aussi à Berlin. Elle est l’ancienne responsable qualité de la plantation Malgré tout en Martinique. Elle a rejoint le service « sourcing, support technique » car l’UGPBAN s’ouvre à la commercialisation d’autres producteurs, du Cameroun et de Saint-Domingue. Jean Simmonet est là aussi. Il est Martiniquais et actionnaire de la SPM, société productrice de banane au Cameroun. L’UGPBAN a en projet de commercialiser 75 % de la production du Cameroun, en incluant celle de la CDC (100 000 tonnes), la compagnie bananière d’Etat. Une opération pour peser plus sur le marché européen et qui complète utilement l’opération de rachat des murisseries Fruidor… Deux halls plus loin, l’Equateur aligne des dizaines de stands. Tous consacrés à la banane.

La banane fait peau neuve
L’équipe de l’UGPBAN a profité du salon pour présenter à ses clients et partenaires la nouvelle identité de la banane française. Dean a mis au slogan « Rien ne peut l’abattre », désormais, il faut que les consommateurs la reconnaissent, c’est-à-dire qu’il faut la faire émerger en rayons. « La abane préférée des Français doit être celle que les Français réclament », explique Sylvie Latour qui sait pourtant que la banane est un fruit difficile à différencier. Alors avec le nouveau sticker en forme de timbre, une banane manuscrite et une typo moderne pour Guadeloupe et Martinique, l’agence DDB, créatrice de cette nouvelle image, entend mettre en avant un savoir faire humain et le savoir faire d’une filière, la tradition et l’innovation. Voilà donc « une signature impactante » et des possibilités pour décliner une collection de timbres avec la Sélection planteur ou la Sélection Montagne. Une campagne d’affichage doit débuter au printemps et durer six mois. Six mois pour gagner la reconnaissance du produit.

Partager cet article

Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 16:31
Jégo repart… Mais pour combien de temps ?
Après 48 heures à Paris, Jégo est aux Antilles avec obligation de réussite
Certains ne donnaient pas cher de l’avenir politique d’Yves Jégo, hier matin encore… Déjà, le socialiste Pierre Moscovici avait laissé entendre l’idée d’un remontage de bretelles pour le ministre, dès dimanche soir sur LCI : « Il a prétexté qu'il avait 132 mesures prêtes et qu'il fallait finaliser la 133e, en réalité il a été sans doute convoqué à Matignon, voire à l'Elysée parce que les choses ne sont pas si claires (…) Probablement, Yves Jégo est allé sur place en pensant qu'il avait, lui, un chèque en blanc, il s'est aperçu qu'en réalité il n'avait pas les moyens de sa politique. » Et si, hier matin, les 132 mesures sociales ont été approuvées, le 133e point concernant la hausse de 200 euros des bas salaires a été rejeté par François Fillon. « L’Etat ne saurait se substituer aux partenaires sociaux. » Dès hier soir, Yves Jégo devait repartir accompagné deux médiateurs, Jean Bessières, directeur adjoint du Travail, et Serge Lopez directeur du travail de la région Aquitaine et ancien directeur du travail à la Martinique, entre 2001 et 2004.
Sursis ou désaveu ?
Ce n’est pas un désaveu, mais un sursis pour Yves Jégo. Le ballet argentin que l’Etat a dansé avec LKP s’est révélé un engrenage redoutable. La symbolique du départ du préfet de la table des négociations sous l’objectif des caméras (imposées par LKP), puis le départ, la fuite de Jégo ont contribué à renforcer ce sentiment de ridicule. Comment Nicolas Sarkozy qui ne s’est pas exprimé sur la Guadeloupe lors de l’émission Face à la crise a-t-il vécu cela ? On prétend que le président l’a tancé de ce départ furtif, mais aussi de son arrivée tardive. Jégo a donné de la crédibilité au LKP, donné des signaux à l’UGTG, mais il n’a pas compris qu’il fallait aussi établir un rapport de force avec Elie Domota. En cela, il a peut-être trop écouté la sénatrice Michaux-Chevry qui dansait encore comme une jeune fille samedi lors d’une manifestation de LKP. Attendu à la mi-journée, hier, à Matignon, Yves Jégo était arrivé plutôt détendu aux côtés d’un Olivier Biancarelli, éminence grise outre-mer du président de la République, fermé de chez fermé ! A la sortie, c’était l’inverse… Biancarelli a lâché : « On n’a aucun problème avec Yves Jégo. » Celui-ci s’était refermé et envisageait la Martinique avant la Guadeloupe... Le risque de l’extension du conflit aux autres DOM, puis à la métropole a été évoqué. La Martinique y est, Saint-Martin, la Guyane ou la Réunion y songent et Besancenot appelle à s’inspirer de l’exemple guadeloupéen… Dans ce contexte, le travail est rude pour Yves Jégo et il est tenu par une obligation de résultat… La gauche s’en fait des gorges chaudes et, déjà, Ségolène Royal s’est proposée de reprendre le secrétariat national à l’outre-mer au parti socialiste pourtant occupé par Christophe Caresche…

Partager cet article

Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 18:39
Lancement du démonstrateur pour l’alerte spatiale avancée SPIRALE
La Délégation générale pour l’armement (DGA) s’apprête à mettre en orbite le 12 février les deux micro-satellites du démonstrateur pour l’alerte avancée SPIRALE (Système préparatoire infrarouge pour l’alerte).
Un système d’alerte spatiale vise à détecter le tir d’un missile balistique le plus tôt possible après son départ. Il repose sur le principe de la détection de la chaleur (signature infrarouge) dégagée par les moteurs pendant la phase de propulsion du missile.
Destiné à préparer ce futur système d’alerte spatiale, le démonstrateur SPIRALE va collecter pendant une année une grande variété d’images infrarouges de la Terre afin d’évaluer les situations possibles de fausses alarmes générées par des phénomènes naturels (nuages ou montagnes enneigés éclairés par le soleil). Enfin, il doit permettre de modéliser et de proposer à la DGA d’ici octobre 2010 les premières caractéristiques du futur satellite (notamment la résolution et la sensibilité de la caméra infrarouge).
La France a décidé d’acquérir une capacité de détection et d’alerte des tirs de missiles balistiques d’ici 2020 afin de surveiller des tirs d’essais de pays proliférants, de protéger des centres de population, des forces et des installations identifiées comme cibles, et de localiser précisément l’origine des tirs de missiles.
La DGA a confié la maîtrise d’œuvre de SPIRALE à EADS-Astrium, responsable du centre de contrôle des satellites, de l’exploitation des images et de la définition du futur système d’alerte. Sous-traitant du projet, Thales Alenia Space a conçu et développé les deux micro-satellites basés sur la plate-forme Myriade du CNES.

Partager cet article

Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 18:16
Une réunion interministérielle sur la Guadeloupe
Le socialiste Pierre Moscovici a lancé le premier l’idée du remontage de bretelles d’Yves Jégo par François Fillon, à l’occasion de son départ précipité dimanche de Guadeloupe. Car maintenant qu’Yves Jégo  a présenté les 132 points de négociations, chiffrés pour la part de l’Etat à une centaine de millions d’euros, il faut les financer… Les choses ne sont pas forcément liées, mais le Premier ministre a rencontré hier matin Christine Lagarde, ministre de l’Economie et des Finances, déjeuné avec son ministre du budget, Eric Woertz, et ensuite reçu Yves Jégo. Après une petite heure d’entretien, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer s’est adressé à la presse dans la cour de Matignon (photo signée Alfred Jocksan). « Il n ‘était pas particulièrement souriant mais il pleuvait… », a commenté un journaliste. Il a indiqué avoir fait le point sur les 132 mesures négociées en Guadeloupe sa semaine de travail et que le Premier ministre réunissait des ministres ce mardi matin pour examiner la manière dont le gouvernement pourrait mettre en œuvre le fruit de ces négociations. Parmi les 132 points, figurent de nombreuses mesures prévues dans la loi de développement pour l’outre-mer. C’est sans doute sur cet aspect des choses, qu’Yves Jégo aura essayé de rassurer le Premier ministre sur une éventuelle dérive financière. D’autant que Michèle Aliot-Marie a déjà annoncé que les mesures appliquées en Guadeloupe serait généralisées aux trois autres DOM. Mais difficile d’en savoir plus. Ni l’Elysée, ni le cabinet de MAM, ni celui de Jégo, sollicités pourtant, n’ont donné suite à nos demandes d’informations. Hier, on ignorait même l‘heure et le lieu de la réunion interministérielle.

Partager cet article

Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 14:48
L’IUFM de Guyane honoré à l’Institut de FranceMickaël Guérin Bouhaben reçoit le prix des mains d’Yves Meyer, président du Jury t membre de l’académie des sciences. (Photo : RDG)

Le 3 février dernier, sous la coupole des académiciens, quai Conti, à Paris, Mickaël Guérin-Bouhaben s’est vu attribué la mention par le jury des prix mémoires professionnels de la Main à la patte. Les prix La main à la patte sont décernés sous l’égide de l’Académie des sciences Ces prix récompensent le travail d’élèves de CM1-CM2 qui ont mené tout au long de l’année des activités scientifiques expérimentales. Le prix mémoires professionnels dont a été récompensé M. Bouhaben, vise à valoriser l’enseignement des sciences dans la formation des futurs professeurs.. La mention est obtenue pour son mémoire, Comment donner du sens aux apprentissages scolaires, dirigé par Franck Bailleul de l’IUFM de Guyane. Le projet de Mickaël Guérin-Bouhaben s’appuie sur la visite d’une mare, puis sa reconstruction à l ‘école. Une visite de saline, centrée sur la flore, aboutit à la récolte de graines à faire germer en classe… Mickaël Guérin-Boahaben a réhabilité la leçon de choses à l’ancienne et ça a plu à l’Académie !


Partager cet article

Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 13:12
La phrase attribuée à Edouard Glissant, et précédemment publiée ici, est trop incomplète pou refléter sa pensée. Il s'agit de propos rapportés, mal rapportés. Que M. Glissant veuille nous en excuser.

Partager cet article

Repost0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 13:10
Primaires UMP pour les Régionales dans les DOM
Les adhérents UMP des DOM éliront par Internet entre le lundi 16 mars à 8 heures et le dimanche 22 mars à 15 heures, leurs chefs de file pour les élections régionales de 2010.
La Commission d’Organisation et de Contrôle des Opérations Electorales de l'UMP a constaté que quatre candidats disposaient du nombre de parrainages nécessaire à leur candidature dans les DOM (au moins 5 % des membres de leur comité départemental). Il s’agit de Christiane Finance pour la Guyane, Chantal Maignan pour la Martinique, et Alain Lascary et Louis Molinié. A l’Ile de la Réunion, aucun candidat n’a reçu les parrainages nécessaires. En conséquence, la Commission a décidé de reporter le scrutin à la même date que celle prévue pour les régions Alsace et Corse, dont les présidents sortants sont UMP et où le vote était différé.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents