Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 20:19
Le Conseil Constitutionnel remet en cause les deux députés dans les Iles du nord
Le Conseil constitutionnel (CC), réuni au grand complet (avec MM. Giscard d’Estaing et Chirac), a censuré jeudi 8 janvier la loi relative à la commission prévue à l'article 25 de la Constitution et à l'élection des députés. Les socialistes avaient saisi le CC le 16 décembre 2008,
Cette censure remet en cause le travail de la commission chargée de préparer le redécoupage électoral. Le CC estime notamment que « les députés élus dans les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74 de la Constitution (soit Saint-Barth et Saint-Martin, NDLR) doivent également être élus sur des bases essentiellement démographiques ; qu'aucun impératif d'intérêt général n'impose que toute collectivité d'outre-mer constitue au moins une circonscription électorale… » Voilà qui remet fortement en question l’engagement du gouvernement pour que les deux îles soient représentées à l’Assemblée nationale par deux députés. Quant aux situations de Saint-Pierre et Miquelon et Wallis et Futuna, le CC les explique « en raison de {leur} particulier éloignement d'un département ou d'une collectivité d'outre-mer ».

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 19:26
Mouvements à la délégation à l’Egalité des chances des Français d’outre-mer
Depuis les débuts du Collectifdom, la Martiniquaise Béatris Compère est dans l’ombre de Patrick Karam. Elle s’occupait des relations presse de l’association et a continué de le faire quand il a été nommé délégué interministériel à l’Egalité des chances des Français d’outre-mer en juilllet 2007. Le 29 janvier prochain, elle sera remplacée par Jordan Lolo-Paolini, d’origine Corse et Guadeloupéenne. Béatris Compère ne dit pas ce qu’elle va faire mais confirme qu’elle restera dans la communication.
Par ailleurs, l’actuel directeur de cabinet de Patrick Karam, le Guyanais, Roland Polycarpe, devrait être nommé incessamment sous-préfet de Clermont sur Oise. Il devrait être remplacé au cabinet de Karam par un préfet. Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, souhaiterait muscler le cabinet du délégué interministériel. Une décision à mettre en relation, sans doute, avec la nomination du commissaire à l’Egalité des chances, Yazid Sabegh. Celui-ci et Patrick Karam doivent justement se rencontrer la semaine prochaine.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 18:13
Christiane Daugimond poursuivie en diffamation par l’hôpital de Gonesse
Depuis 2001, Christiane Daugimond, une Martiniquaise établie en région parisienne, dénonce la mort suspecte à l’hôpital de Gonesse (93) de sa sœur Eliane Kabile  (64 ans) et la disparition de son corps et de son cercueil. Après plusieurs enquêtes, autopsies, exhumations, la justice a fini par condamner Christiane Daugimond pour procédure abusive. C’était en janvier 2008. Mais Chrisitiane Daugimond  est certaine qu’on lui cache la vérité. C’est ce qu’elle dénonçait dans un tract distribué à Garches et à Gonesse, le 17 avril 2007. Elle soupçonne la direction de l’hôpital de trafic d’organes. Jean-Pierre Burnier, directeur de l’hôpital, a porté plainte pour diffamation. « Comme si on allait faire du trafic d’organes dans un hôpital public de la région parisienne ! », déclarait-il il y a peu au quotidien Métro. Nous sommes un hôpital honorable, qui emploie 2 400 personnes. (...)  En cas de doute, la porte de l’hôpital est grande ouverte pour une enquête de police ! »Christiane Daugimond, jusqu’alors défendue par Me Collard, a changé d’avocat. Elle sera jugée le 23 janvier à 13 h 30 au tribunal correctionnel de Pontoise. Elle entend ramener du public.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 13:29
Girardin pose un lapin à Jégo
Ce devait être un déjeuner pour rapprocher les vues… Yves Jégo invitant Brigitte Girardin rue Oudinot, alors même que l’ancienne ministre de l’Outre-mer de Jacques Chirac, avait déclaré dans France-Antilles en octobre dernier : « L’Outre-mer n’est plus une priorité du gouvernement. » Il s’agissait donc d’une tentative de rabibochage. Il a dû y avoir un accord au début puisque le déjeuner était programmé pour mardi dernier dans l’agenda officiel d’Yves Jégo, mais ce n’est que la veille qu’il a appris son annulation. Devenue présidente de la Fondation Progosa pour l'Afrique, Brigitte Girardin a accepté l'invitation du président Paul Biya à se rendre au Cameroun cette semaine. Du coup, elle décliné l’invitation de son successeur. « Cela nous évitera à tous les deux de perdre notre temps », a déclaré Brigitte Girardin dans le Figaro. Rue Oudinot, on se contente de dire que le déjeuner est reporté.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 13:19
Jean-Jacques Seymour explique le business aux enfantsVers demain, de Jean-Jacques Seymour, éditions Menaibuc

On lui connaissait une bibliographie pour adulte avec La Caraïbe face à la mondialisation ou son Hugo Chavez… Cette fois, Jean-Jacques Seymour, voix historique de RCI et aux matinales sur Tropiques FM, signe un livre pour enfant aux éditions Menaibuc. Ca ne lui ressemble pas et pourtant… Avec son Vers demain, une parabole sur l’argent à raconter aux enfants, Jean-Jacques Seymour renoue avec ses talents de conteur. Cinq naufragés, une île et l’arrivée d’un banquier… Ce qui était un paradis au début devient l’enfer. Le banquier a tout pris pour lui en bâtissant un système monétaire basé sur un trésor caché. Jean-Jacques Seymour aborde alors une doctrine qui lui semble chère, le crédit social. Un système où tout le monde a droit à ses dividendes, où l’argent est basée sur la valeur de la production. Ce conte sur l’argent, c’est presque un texte de propagande chaviste (le pêché mignon de Seymour), mais aussi le cri du cœur de celui qui dénonce depuis des années qu’en réalité l’argent, c’est une dette !

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 12:48
Zami, le lobby des lesbiennes noiresCae Josèphe-Massena, Bya Soares et Karen Languedoc, les animatrices de Zami. Photo : Alban Fatkin
Dans le sillon du groupe militant homosexuel, Tjenbé red animé par le Martiniquais David Auerbach-Schifrin, qui se bat pour la défense des intérêts des homosexuels des originaires d’Afrique ou d’outre-mer, s’est créé, fin 2008, un groupe militant de femmes antillaises ou africaines revendiquant leur homosexualité et le respect de leur identité. La Martiniquaise Karen Languedoc, la Capverdienne Bya Soarez et la Franco-Haïtienne Cae Josèphe-Massena ont choisi le nom de Zami pour nommer leur association, en référence à l’œuvre littéraire d’Audrey Lord. Cette Américaine originaire de Grenade a écrit avec « Zami », la « bible de la lesbienne noire », selon Cae. Mais au-delà de l’hommage à la créatrice de Zami, cette « nouvelle façon d’écrire (mon) nom », elles entendent agir aussi sur le terrain de la prévention du HIV ou de l’homophobie. « Nous voulons rassembler les femmes d’origine africaine, antillaise ou d’un peu partout, celles qui ressentent ce que c’est que d’être homosexuelle quand on est noire ou métissée », avance Karen. Elles forment un groupe à l’intérieur de Tjenbé red, ouvert à tous, « mais aussi avec un espace non mixte pour parler entre lesbiennes noires ».

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 11:54
L’Olympia, nouveau temple du jazz caribéen
Philippe Lavil, Thierry et Nathalie Fanfant organisent un festival à l’Olympia, à Paris, fin janvier. Pour ce Carib’in Jazz Festival, premier du nom, le chanteur béké, le bassiste guadeloupéen et son épouse martiniquaise proposent un voyage au cœur du « jazz métis ». Pendant deux longues soirées (débutant à 18 h 30), la scène de l’Olympia va accueillir huit formations offrant un voyage dans la biguine, le New Orleans, le bal nègre et le latin jazz. Le pianiste David Fackeure, qui a offert son dernier album à Jenny Alpha, ouvrira le festival, vendredi 30 janvier, avant la prestation d’un duo de pianos exceptionnel, Alain Jean-Marie et Mario Canonge,  suivi du trio de ce dernier. Et pour finir cette première soirée, le groupe phare du jazz fusion made in France, Sixun.
Big band
Le lendemain, les jeunes Antillais de Caraïb To Jazz (C II J) ouvriront le bal. On écoutera ensuite le pianiste cubain Harold Lopez Nussa et le steelband d’Andy Narrel. Puis ce sera au big band de Thierry Fanfant de clôturer le festival. On retrouvera alors Thierry Fanfant, Alain Jean-Marie, Jean-Philippe Fanfant, Philippe Slominsky, Ludovic Louis, Bernard Camoin, Fabien Cyprien, Alan Hoist, Frédéric Couderc, Olivier Defays et, au chant, Tony Chasseur, Ralph Thamar et Tanya Saint-Val. Un vrai bouquet final.
30 et 31 janvier à 18 h 30, à l’Olympia Bruno-Coquatrix, 28 bd des Capucines Paris 9e.

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 15:45
Jenny Alpha, chevalier de la légion d’honneur à 98 ans
La promotion de la légion d’Honneur du 1er janvier fait la part pauvre à l’outre-mer mais elle rattrape un oubli : pour ses 69 ans de carrière, l’actrice martiniquaise Jenny Alpha (qui aura 99 ans cette année) a été élevée au grade de chevalier dans l’ordre de la légion d’Honneur sur décision du ministre de la Culture, Christine Albanel. Elle est décorée en même temps que Bashung, Nathalie Baye, Didier Barbelivien ou Michel Leeb. Cette nomination intervient en même temps que la sortie d’un documentaire consacré à la doyenne des comédiens français, Un siècle de Jenny, réalisée par Fédérico Nicotra et Laurent Champonnois qui sera diffusé en avant-première le 19 janvier au cinéma parisien La pagode.
Sur la liste des promus de la légion d’Honneur du secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, pas d’Antillais ni de Guyanais, mais deux chefs d’entreprises : Jean-Claude Buckel de la Réunion, et Gamil Kakjal de Mayotte. Par ailleurs, Geneviève Cros épouse Falco, directrice des actions de l'Etat au haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie a aussi été élevée au grade de chevalier.

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 14:52
Jégo classé en queue de peloton par le Point
Yves Jégo est 34e sur 37 et en baisse de 1 point sur le baromètre de notation de l’équipe gouvernementale établi par un jury pour l’hebdomadaire Le Point et France 2. Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer récolte un médiocre 7,91/20 ! S’il est devancé par son ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, classée 27e avec 9,18/20, Yves Jégo parvient à ne pas être dernier. Il est devant Alain Joyandet (Coopération, Francophonie), Hubert Falco (Aménagement du territoire) et Bernard Laporte, le cancre des Sports et "l'ami" du dr Aliker, qui récolte un 5,73/20 !

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 16:58
Ecorces de peine
Spectacle poétique et musical de danse et de slam, de D’ de Kabal, les 16 et 17 janvier à l’Artchipel, scène nationale de Guadeloupe

Jacquot Qu’on Casse Pas est le plus robuste esclave de la plantation. Le spectacle nous invite à partager ses derniers instants. Puisqu'il a commis l’outrage ultime, défiant une fois de trop le maître, en donnant un enfant à La P’tite Marie, qui ne lui était pas réservée, il va une nouvelle fois être conduit et attaché à l’arbre, toujours le même arbre... Son arbre. Ecorce de peines va nous emmener aux côtés, tout contre cet arbre qui va être la dernière entrave, le dernier voyage de Jacquot Qu'on Casse Pas. Nous allons être les témoins de cette rencontre inhabituelle entre un homme, un « presque mort » et son tombeau, son arbre… Le Fromager.
Nous sommes ensuite projetés dans un autre espace temporel et géographique.  Il est alors question de quête identitaire. « Celle qui incombe à chaque enfant de nos sociétés modernes n’est pas un exercice propre au monde antillais, elle est le passage obligé de n’importe quel individu qui tente d’évaluer sa place dans le monde. Le questionnement tourne autour de la culture de sang - celle qui a construit nos parents - et de la culture d’adoption, celle construite et nourrie dans les quartiers populaires, à la périphérie de nos grandes villes. » Car le poète slameur D’ de Kabal, auteur de ce spectacle, n’a pas envie de raconter l’esclavage pour la forme, il veut « souligner ce  qu’il en reste encore aujourd’hui ». Ecorce de peines est un bout d’histoire et de poésie qui cherche et pointe les endroits
où les blessures, même très anciennes, sont encore actives aujourd’hui.

Des corps et des mots                  Photos d'Ecorce de peine par Eric Legrand
Ecorce de Peines réunit trois artistes. De la danse avec des mots pour unique support,  de la musique ne provenant d’aucune machine, de la voix comme unique instrument. Didier Firmin est le danseur. D’origine guadeloupéenne, il est spécialiste de la danse debout : la House et le New Style. D’de Kabal est le slammeur Ce Martiniquais originaire de Bobigny est une figure incontournable de la scène slam française, membre du collectif  Spoke Orkestra, initiateur des soirées Bouchazoreill’Slam au Trabendo à Paris. Blade,originaire du Havre, est à la human beat box. Tout à la fois rappeur, beatboxer, slammeur, compositeur, sa musique est construite sur un discours engagé et instruit avec des thèmes liés à l'histoire africaine, la colonisations, la négritude...


« Ecorce de peine est un bout d'histoire, un bout de poésie, qui traite de l'amour des nôtres pour les leurs, parce que j'estime que c'est de cet amour dont nous devons nous saisir, il est la clé qui ouvre la lourde porte du ressenti, et le ressenti, quel qu'il soit est gage de vie... Quelle qu'elle soit. » D'De Kabal

Partager cet article

Repost0

Articles Récents