Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 13:58
Estrosi-MAM.jpgLa bataille du renseignement aboutit à sa dissolution
Christian Estrosi s’est ému que Victorin Lurel se félicite d’avoir obtenu la dissolution du cabinet militaire de l’outre-mer pour mieux en revendiquer la paternité. Mais les raisons profondes de cette affaire sont assez loin de l’éthique et de la morale revendiquée par le secrétaire d’Etat. Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer a mis le feu aux poudres en préparant la dissolution du cabinet militaire mais en prévoyant aussi le rattachement des bureaux d’études aux préfets… Elle se préparait donc à ôter au secrétaire d’Etat les renseignements et les analyses politiques et sociales rédigées par les bureaux d’études dans les territoires. Quand il s’en est aperçu, Christian Estrosi s’est dépêché d’annoncer son opération mains  propres. Le départ du général Duburg qui était proche du cabinet de MAM à la Défense avant de venir rue Oudinot, n’a finalement été qu’un dommage collatéral de la guerre que se sont livrés MAM et Estrosi pour mettre la main sur le renseignement outre-mer. On est loin de la démocratie irréprochable, mais enfin le résultat est là : c’est dissous.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 17:20
MAM lance une réflexion sur les prix dans les grandes surfacesundefined
Michèle Alliot-Marie, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales a réuni mardi dernier les représentants des principaux groupes de la grande distribution présents outre-mer ainsi que le président de la fédération du commerce et de la distribution pour évoquer l’évolution de la grande consommation et des prix des produits, notamment alimentaires, dans les DOM et dans les TOM.
A la demande du Ministre, il a été décidé d'engager une réflexion, qui sera relayée localement par les entreprises concernées, notamment franchisées, sur la diversification de la gamme des produits offerts aux consommateurs dans le double souci de leur pouvoir d’achat et de la qualité. Cette réflexion portera également sur la place et la compétitivité des productions locales dans la grande distribution.

Des baisses en perspectives ?

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 15:38
La créolisation dans les partis politiques au FIPATELg--rard-th--obald.jpg
Gérard Théobald, cinéaste documentariste indépendant d’origine guadeloupéenne, est pour la troisième année sélectionné au FIPATEL, festival et marché de l’audiovisuel qui se tient à Biarritz du 22 au 27 janvier prochain. Il présente son documentaire politique « Illégitime caution ». « Je montre ces Français issus de l’immigration et de l’outre-mer qui s’emparent de la politique pour en faire leur chose. » Ce film est l’avant dernier d’une série qui s’achève avec « Du vote à l’isoloir », un film relatant le quinquennat de Chirac chez les ultra-marins de droite. Gérard Théobald a fait un travail sociologique de premier plan en consacrant à chaque parti politique, y compris au Front national (« Requiem pour trois couleurs »), un film sur la place qu’il est fait à la diversité. « Je suis allé voir comment se passait la créolisation (à la Glissant) dans les partis politiques, socle de la citoyenneté… Elle n’existe pas. Les partis ne sont pas dans l’air du temps. Un seul homme politique a compris ça, c’est Sarkozy, même si je ne partage pas sa vision. Il a fait, en nommant Rama Yade, Rachida Dati, Fadela Amara, ce que la gauche aurait dû faire… » Son film montre comment la candidat Sarkozy promeut Dogad Dogoui, Rachid Kaci, Jean-Claude Beaujour, Marie-Dominique Aeschliman et Patrick Karam… C’est sans doute ce travail de fond qui vaut à l’ancien caméraman et assistant réalisateur de RFO ces sélections à répétition au FIPA. Néanmoins, sélection n’est pas synonyme de vente même si les touches à l’export dans les pays francophones sont bonnes. Gérard Théobald a créé avec le directeur de l’ARFIS et celui de l’école Emile Khol, les écoles de cinéma et de cinéma d’animation de Lyon, un réseau de diffusion indépendant, l’APRA, l’association des producteurs et réalisateurs associés. « On cherche à donner de la visibilité à nos productions. » Projection-débat, radio, Internet, la TNT, tous les moyens sont bons.

Pour connaître la filmographie de Gérard Théobald
inversalis.productions@orange.fr

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 20:03
Les visages nus de Claude Cauquil6XTABLEAUX-ENSEMBLE-RDG-.jpgA Paris, la galerie Jean-Louis Michau, prestigieusement située rue Monpensier, face au Palais royal, a été inaugurée par Claude Cauquil. L’artiste vit et travaille en Martinique depuis 1996. « C’est une histoire d’amour qui m’a conduit en Caraïbes… », confie-t-il. Claude-Cauquil-devant-la-toile-560.jpgAprès trois ans à Porto Rico, faute de carte verte, il doit repartir et revient s’établir à Rivière Pilote. A Paris, il est venu exposer une centaine de portraits, Self portrait. Des visages qu’il a peint d’après des photographies. « C’est un travail sur l’image et une démarche artistique sur la foule. Chacun est un individu et tous participent à faire la foule. La foule est une matière où chacun est unique ! » Avec ces portraits identifiés, prénommés, aux couleurs vives, presque fauvistes ou la vaste fresque regroupant 560 visages en noir et blanc, Claude Cauquil raconte les gens. Des gens qu’il fait rayonner et qu’il cadre serrés « pour éliminer le contexte social ». Avec Claude Cauquil, les gens sont beaux.

L’exposition se déroule Galerie Jean-Louis Michau, 25, rue Monpensier, Paris.





mickael-caruge.jpgUn programmateur martiniquais
Pour faire venir à Paris un peintre caribéen à l’inauguration d’une galerie qui prétend proposer, selon son propriétaire, Jean-Louis Michau,, « des œuvres intéressantes et une qualité constante », il fallait un connaisseur. Mickaël Caruge, originaire de Trinité, major de l’IRAV en Martinique et mention très bien de l’école d’arts et céramique de Tarbes, à peine 26 ans, vient d’être recruté par M. Michau pour lui présenter des artistes à exposer. «  Jean-Louis Michau cherchait quelqu’un pour développer une ligne contemporaine. J’étais formé pour ça. » Mickaël Caruge a connu Claude Cauquil à l’école d’art, en Martinique. «  Mes professeurs, Valérie John et Ernest Breleur nous ont ouvert à tous les artistes de la Caraïbe. On a fait le tour du marché, de la FIAC… Comme j’exposais déjà Claude en Martinique, j’ai continué avec ce que je connaissais bien. »vue-d-ensemble.jpg

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 18:16
Trois questions à Christian Estrosi, secrétaire d’etat à l’Outre-mer
« M. Lurel ne manque pas de culot »undefined
M. le ministre, pourquoi les propos de Victorin Lurel sur la dissolution du cabinet militaire vous contrarient ?
Je sors une info dans Le Parisien et M. Lurel dénonce après coup dans France-Antilles ce que je viens de dénoncer ! M. Lurel ne manque pas de culot d’essayer de se faire force publicité sur une initiative gouvernementale dans laquelle il n’est pour rien. Comme s’il essayait de récupérer à son avantage une initiative politique à l’honneur du gouvernement ! J’ai demandé une inspection pour faire la lumière sur cette affaire que dénonce, sans doute de manière bien légitime, Victorin Lurel.
Racontez-nous pourquoi vous avez décidé de dissoudre ce service de renseignement.
undefinedJ’ai pris mes fonctions le 19 juin et on m’a notamment présenté un cabinet militaire qui m’est rattaché, avec un chef à sa tête, le chef du cabinet militaire. J’ai essayé de mesurer son rôle, son utilité, et sans remettre en cause les qualités des militaires, j’ai trouvé que c’était une anomalie dans l’organisation institutionnelle de la République. Selon les éléments dont je dispose, ces militaires rassemblaient des informations politiques, mais dans les trente ou quarante dernières années, on a pu aller plus loin… J’ai pris des premières dispositions pour que le chef du cabinet militaire n’assiste pas aux réunions de mon cabinet, puis j’ai fait part de mon analyse au premier ministre et au président de la République et leur ai demandé pendant l’été d’aller vers la dissolution du cabinet militaire.
Comment allez-vous vous y prendre pour le dissoudre ?undefined
J’ai obtenu le feu vert à la fin octobre. Je n’ai pas renouvelé le contrat du chef du cabinet militaire qui prenait fin en décembre et mon directeur de cabinet s’est rapproché de son homologue de la Défense pour réintégrer les militaires dans leur corps. Les bureaux d’études dans les préfectures n’ont été créés que sur instructions. J’en ai donné de nouvelles pour leur démantèlement. Depuis le 1er janvier, la dissolution est engagée de fait. Les préfets ont été informés de ma décision et les textes sont en cours d’élaboration. D’ici là, les militaires n’exercent plus de fonction de renseignement.. Je m’honore à être le secrétaire d’Etat d’un gouvernement qui met un terme à une pratique qui existe depuis 1959.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 12:32
OOO veut fédérer les gens d’outre-mer derrière Barak ObamaBidonnot.jpg
Outre-mer Obama organisation est une nouvelle association d’ultramarins (déposée lundi 7 janvier à la préfecture de Bobigny) qui ont décidé de soutenir Barak Obama dans sa course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de novembre prochain aux Etats-Unis. Christian Bidonnot, éditeur du Top Dom (le who’s who de l’outre-mer) en est le fondateur. « Je connais indirectement Barak Obama par ma demi-sœur qui vit aux Etats-Unis. Elle est mariée avec un black américain. Il y a deux ans, elle m’a dit qu’il y avait un Noir qui pouvait prétendre à l’investiture démocrate et que c’était pas Jesse Jackson ! » Son idée est de profiter de la campagne pour faire connaître à Barak Obama l’existence des ultra-marins et des outre-mers. Aux côtés de Christian Bidonnot, Jean-Jacques Seymour, Ines Bivard et Marie-Christine Victoire. « C’est d’abord le symbole, explique Jean-Jacques Seymour, pour tous les Noirs du monde, ce qui se passe là est important. Deux cents ans après l’indépendance d’Haïti, on a un personnage qui sort d’où il sort et qui est soutenu par des Blancs. C’est une révolution. Et peu importe qu’il gagne ou non. Pendant la campagne, il va dire des choses et puis, il est jeune. Quatre ans pour lui, ce n’est pas long. » Christian Bidonnot veut fédérer au delà des partis les gens d’outre-mer autour de cette élection. «  Je tente une expérience. Si on peut réunir toutes les forces vives de l’outre-mer sur un sujet qui nous intéresse en tant que Noirs, mais aussi en tant que pays du Sud, alors peut-être qu’on parviendra un jour à faire un peu de lobbying. » Il estime qu’à par le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer et la délégation interministérielle, il n’y a que des associations qui ne représentent qu’elles-mêmes. « Obama peut nous aider à nous fédérer et nous pèserons en outre-mer et en métropole. » OOO propose d’organiser un premier voyage pour la convention démocrate de Denver (Colorado) et un second, en cas de victoire, pour la convention d’investiture.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 15:17
Les investitures UMP
La commission nationale d’investitures de l’UMP s’est réunie, mercredi à Paris. Elle a passé en revue les villes de 30 000 habitants et les chefs-lieu. Dans les DFA, il s’agit des Abymes, de Basse-Terre, de Fort-de-France, du Lamentin et de Cayenne. La commission n’a rien entériné en ce qui les concerne. « Les discussions se font encore localement », explique Marie-José Sainte-Rose-Rosemont, cadre de l’UMP. Samedi, le conseil national de l’UMP se réunit à la porte de Versailles. Yann Monplaisir, Gabrielle Louis-Carabin et Georges-Michel Phinéra-Horth représenteront les fédérations antillo-guyanaises. Au programme, entre autres, la validation des investitures pour les grandes villes.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 18:38
Sarko sans un mot pour l’outre-mer
voeux-sarko-t--l--.jpgLors de ses vœux à la presse au palais de l’Elysée, le 8 janvier, le président de la République a fait une explication de texte de ce qu’il a appelé sa « politique de civilisation ». Nicolas Sarkozy a évoqué tour à tour la politique intérieure, internationale, les grands projets (le Grand Paris, la rénovation universitaire, les chantiers du Grenelle de l’environnement, l’école primaire, l’audiovisuel public…), mais pas une seule fois, il n’a prononcé le mot outre-mer, même quand une journaliste réunionnaise l’a interpellé sur le concept de discrimination positive auquel, en tant qu’ultramarine, elle disait ne pouvoir adhérer. « J’ai porté cette idée, mais c’est le résultat qui m’intéresse. Quand on a une couleur qui n’est pas majoritaire, on a plus de difficultés que les autres. Je retire le mot si on reprend le fond. » Concernant la diversité, le président a indiqué qu’il souhaitait ajouter un nouveau préambule à la constitution « pour garantir l’égalité homme femme, pour assurer le respect de la diversité, pour rendre possible les véritables politiques d’intégration ou pour répondre aux défis de la bioéthique… » Le président a repris son antienne sur les préfets, les magistrats, les généraux… « Voyez-vous la diversité ? Elle ne s’exprime pas assez dans notre société. Mais le gouvernement de François Fillon représente la diversité ! »
Sur un autre terrain mais qui intéresse tout autant les Antilles et la Guyane, le président a prononcé un « oui » laconique mais ferme sur la fin des 35 heures.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 16:25
Mine de Kaw : un rapport mitigé
Le rapport de l’inspection générale de l’agriculture, de l’inspection générale de l’écologie, des experts du british museum et de trois scientifiques français sur le projet de mine d’or à Kaw, en Guyane, a été rendu à ses commanditaires, les ministères de l’Intérieur et de l’Ecologie, peu avant la fin de l’année dernière. Ce rapport, classé confidentiel, serait selon des sources proches du dossier, mitigé quant au projet minier avec des aspects favorables mais aussi des objections. Le 25 octobre dernier, lors de la clôture du Grenelle de l’environnement, Christian Estrosi, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, laissait entendre qu’après le rapport de la mission d’expertise, la décision serait sans doute prise par le président de la République lui-même. Or, on parle d’une prochaine visite de Nicolas Sarkozy en Guyane pour les 11 et 12 février prochains.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 15:06
MARIANNE-GERTY4664.jpgGerty Archimède et Angela Davis victimes de leur succès
La pièce du Guadeloupéen Alain Foix, Pas de prison pour le vent (créée en 2006 à la scène nationale de Martinique) a connu un tel succès cet automne à Paris que la petite salle Paradis du théâtre du Lucernaire n’a pu accueillir tout son public. Antoine Bourseiller, le metteur en scène, revient donc à compter du 23 janvier avec ses comédiens salués par la critique, la presse nationale et régionale, Marie-Noelle Eusèbe, Sonia Floire, Mariann Mathéus et Alain Aithnard. Cette pièce traite de la rencontre exceptionnelle et réelle qui eût lieu en Guadeloupe, entre Angéla Davis, égérie des Black Panthers, et Gerty Archimède, première femme noire parlementaire, pionnière des avocates caribéennes et  ardent défenseur de l’égalité des droits sociaux entre les Antilles et la France métropolitaine. Alain Foix en a tiré un texte sobre, inventif et émouvant qu’il a d’ailleurs publié aux éditions Jasor.LES-TROIS4754.jpg
Du mardi au samedi, à 19 h précises au Lucernaire, 55 rue ND des champs -75 006  Paris - Tél : 01 45 44 57 34.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents