Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 14:10
Procès en appel du crash de Saint-Barth
Près de sept ans après le crash d’un Twin Otter d’Air Caraïbes à Saint-Barthélemy, causant la mort de vingt personnes, l’association de défense des familles des victimes du crash du 24 mars 2001 (ADFV) regrette la décision d’Air CaraIbes de faire appel du jugement rendu le 15 septembre 2006 à Basse-Terre. Le directeur des opérations aériennes a été condamné à un an de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercer les fonctions de directeur des opérations aériennes. La compagnie a été condamnée à payer à l’Etat une amende de 250 000 euros et à publier sa condamnation dans deux quotidiens nationaux. Un montant de 150 000 euros a été attribué à l’ADFV au titre des dommages-intérêts. Selon l’ADFV, « le procès avait été un moment important et réparateur pour les familles, qui ont considéré le jugement équilibré… » L’ADFV tiendra une conférence de presse à Paris, trois jours avant le procès en appel qui aura lieu le 28 janvier à Basse-Terre.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 23:11
Rectif du secrétaire d'Etat
Le secrétaire d'Etat à l'outre-mer dément ne jamais avoir été en guerre avec Michele Alliot-Marie pour se battre pour conserver à son profit les bureaux d'études. Voici ce que nous écrit son conseiller politique  : "Christian Estrosi a toujours été pour supprimer les renseignements militaires. Il a toujours été contre et jamais il n'a utilisé leur services. Jamais. Il a ignoré le cabinet militaire et ses bureaux d'etudes depuis sa nomination. Il a attendu que le contrat du Général à la retraite Duburg prenne fin afin de liquider une fois pour toute le renseignement militaire. Quand à monsieur Lurel il n'est strictement pour rien dans cette decision. En revanche il à eu la meme  démarche que Christian Estrosi. " En hommes raisonnables et de bonnes volonté, ils sont, concernant la suppression du cabinet militaire, sur la meme longueur d'onde. Aucun n a influencé l'autre. Pour une fois evitons la politique politicienne et attachons nous à la stricte vérité des faits. "

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 23:08

Lurel tacle Estrosi

Le duel à fleurets de moins en moins mouchetés se poursuit dans nos colonnes après l'annonce par le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer de la dissolution des bureaux d'études dans les préfectures d'outre-mer (voir nos précédentes éditions).
Victorin Lurel répond à M. Estrosi par un courrier qui ne manque pas de piment.
« Je prends lecture avec une certaine amertume de l’entretien que vous avez accordé au correspondant parisien du quotidien France-Antilles, paru ce jour même en Guadeloupe.
Je regrette particulièrement que vous fassiez naître une polémique de fort mauvais aloi, alors même que nous semblons être en phase sur le fond du problème créé par les activités des bureaux d’études.
Tout d’abord, et puisque vous me reprochez de faire de la « récupération », je vous joins à la présente copie de l’échange de courriers que j’ai entretenu avec le Président de la République sur ce sujet. Je déplore cependant que le ministre de l’Intérieur ne vous ait pas tenu informé de ma démarche.
Vous remarquez aisément que la lettre que j’envoie au Président de la République est datée du 13 novembre 2007, et que son courrier réponse, lui est daté du 17 décembre, parvenu dans mes services le 20 décembre.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous dire qu’au moment où je m’apprêtais à rendre publique cette réponse, qui me semblait insatisfaisante au demeurant, la Guadeloupe se trouvait plongée dans le deuil et la tristesse. J’ai donc cru opportun de différer cette médiatisation
Or, à l’occasion de votre passage aux Antilles en délégation avec M. le Premier ministre, ce n’est pas dans les colonnes du
Parisien le lundi 7 janvier, mais bien le dimanche 6 sur Télé Martinique, que vous annoncez la fin des fonctions de l’officier général chargé des bureaux d’études à votre cabinet.
Comment ne pas y voir une corrélation suite à mon échange avec le Président de la République ? D’autant qu’à ma connaissance aucun élu n’a jamais alerté le Gouvernement sur les agissements de ces militaires et que ni vous qui êtes en poste depuis 7 mois, ni vos prédécesseurs n’ont jamais trouvé de griefs à l’égard de ce service.

J’ajoute, Monsieur le secrétaire d’Etat, que je dénonce publiquement les activités des bureaux d’études, et ce depuis 2004, date à laquelle, le Bureau d’études de Guadeloupe, s’est livré à une grossière violation du secret de l’instruction dans une affaire me concernant.

Je vis donc assez mal que vous prétendiez que je me targue de « récupérer une initiative politique à l’honneur du Gouvernement ». D’autant que si vous disposiez d’éléments complets, vous sauriez peut-être que je vous ai rendu hommage, et publiquement devant la presse pour cette action. J’ai néanmoins fait savoir que j’attendais plus qu’un départ de l’officier général.

Aussi, et même si cela devait quelque part, vous froisser, je crois pouvoir légitimement prétendre que mon action personnelle n’aura pas été vaine pour faire disparaître les bureaux d’études dans l’Outre-mer. »

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 19:54
Jean-Claude Beaujour entre en campagnebeaujour-goujon-rajolina--RDG-.jpgTête de liste UMP dans le XXe pour les municipales à Paris, Jean-Claude Beaujour, l’avocat guadeloupéen, a lancé sa campagne dimanche. Philippe Goujon, patron de la fédération parisienne de l’UMP et tête de liste dans le XVe, est venu lui porter son soutien. A leurs côtés, Patrick Rajolina, colistier de Beaujour, représentant du nouveau parti de Jean-Marie Bockel, la Gauche moderne. Aux dernières législatives, sur une circonscription à cheval entre le XXe et le XIe, Jean-Claude Beaujour avait obtenu 27,5 % des sufrages. Cette fois, il aura en face de lui la socialiste Frédérique Calendra (et George Pau-Langevin sur sa liste), le maire sortant, dissident PS, Michel Charzat, mais aussi un UMP dissident, le secrétaire de la circonscription, Raoul Delamare. Un challenge extrêmement difficile dans un arrondissement qui a voté à plus de 60 % à gauche.

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 13:58
Estrosi-MAM.jpgLa bataille du renseignement aboutit à sa dissolution
Christian Estrosi s’est ému que Victorin Lurel se félicite d’avoir obtenu la dissolution du cabinet militaire de l’outre-mer pour mieux en revendiquer la paternité. Mais les raisons profondes de cette affaire sont assez loin de l’éthique et de la morale revendiquée par le secrétaire d’Etat. Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer a mis le feu aux poudres en préparant la dissolution du cabinet militaire mais en prévoyant aussi le rattachement des bureaux d’études aux préfets… Elle se préparait donc à ôter au secrétaire d’Etat les renseignements et les analyses politiques et sociales rédigées par les bureaux d’études dans les territoires. Quand il s’en est aperçu, Christian Estrosi s’est dépêché d’annoncer son opération mains  propres. Le départ du général Duburg qui était proche du cabinet de MAM à la Défense avant de venir rue Oudinot, n’a finalement été qu’un dommage collatéral de la guerre que se sont livrés MAM et Estrosi pour mettre la main sur le renseignement outre-mer. On est loin de la démocratie irréprochable, mais enfin le résultat est là : c’est dissous.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 17:20
MAM lance une réflexion sur les prix dans les grandes surfacesundefined
Michèle Alliot-Marie, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales a réuni mardi dernier les représentants des principaux groupes de la grande distribution présents outre-mer ainsi que le président de la fédération du commerce et de la distribution pour évoquer l’évolution de la grande consommation et des prix des produits, notamment alimentaires, dans les DOM et dans les TOM.
A la demande du Ministre, il a été décidé d'engager une réflexion, qui sera relayée localement par les entreprises concernées, notamment franchisées, sur la diversification de la gamme des produits offerts aux consommateurs dans le double souci de leur pouvoir d’achat et de la qualité. Cette réflexion portera également sur la place et la compétitivité des productions locales dans la grande distribution.

Des baisses en perspectives ?

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 15:38
La créolisation dans les partis politiques au FIPATELg--rard-th--obald.jpg
Gérard Théobald, cinéaste documentariste indépendant d’origine guadeloupéenne, est pour la troisième année sélectionné au FIPATEL, festival et marché de l’audiovisuel qui se tient à Biarritz du 22 au 27 janvier prochain. Il présente son documentaire politique « Illégitime caution ». « Je montre ces Français issus de l’immigration et de l’outre-mer qui s’emparent de la politique pour en faire leur chose. » Ce film est l’avant dernier d’une série qui s’achève avec « Du vote à l’isoloir », un film relatant le quinquennat de Chirac chez les ultra-marins de droite. Gérard Théobald a fait un travail sociologique de premier plan en consacrant à chaque parti politique, y compris au Front national (« Requiem pour trois couleurs »), un film sur la place qu’il est fait à la diversité. « Je suis allé voir comment se passait la créolisation (à la Glissant) dans les partis politiques, socle de la citoyenneté… Elle n’existe pas. Les partis ne sont pas dans l’air du temps. Un seul homme politique a compris ça, c’est Sarkozy, même si je ne partage pas sa vision. Il a fait, en nommant Rama Yade, Rachida Dati, Fadela Amara, ce que la gauche aurait dû faire… » Son film montre comment la candidat Sarkozy promeut Dogad Dogoui, Rachid Kaci, Jean-Claude Beaujour, Marie-Dominique Aeschliman et Patrick Karam… C’est sans doute ce travail de fond qui vaut à l’ancien caméraman et assistant réalisateur de RFO ces sélections à répétition au FIPA. Néanmoins, sélection n’est pas synonyme de vente même si les touches à l’export dans les pays francophones sont bonnes. Gérard Théobald a créé avec le directeur de l’ARFIS et celui de l’école Emile Khol, les écoles de cinéma et de cinéma d’animation de Lyon, un réseau de diffusion indépendant, l’APRA, l’association des producteurs et réalisateurs associés. « On cherche à donner de la visibilité à nos productions. » Projection-débat, radio, Internet, la TNT, tous les moyens sont bons.

Pour connaître la filmographie de Gérard Théobald
inversalis.productions@orange.fr

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 20:03
Les visages nus de Claude Cauquil6XTABLEAUX-ENSEMBLE-RDG-.jpgA Paris, la galerie Jean-Louis Michau, prestigieusement située rue Monpensier, face au Palais royal, a été inaugurée par Claude Cauquil. L’artiste vit et travaille en Martinique depuis 1996. « C’est une histoire d’amour qui m’a conduit en Caraïbes… », confie-t-il. Claude-Cauquil-devant-la-toile-560.jpgAprès trois ans à Porto Rico, faute de carte verte, il doit repartir et revient s’établir à Rivière Pilote. A Paris, il est venu exposer une centaine de portraits, Self portrait. Des visages qu’il a peint d’après des photographies. « C’est un travail sur l’image et une démarche artistique sur la foule. Chacun est un individu et tous participent à faire la foule. La foule est une matière où chacun est unique ! » Avec ces portraits identifiés, prénommés, aux couleurs vives, presque fauvistes ou la vaste fresque regroupant 560 visages en noir et blanc, Claude Cauquil raconte les gens. Des gens qu’il fait rayonner et qu’il cadre serrés « pour éliminer le contexte social ». Avec Claude Cauquil, les gens sont beaux.

L’exposition se déroule Galerie Jean-Louis Michau, 25, rue Monpensier, Paris.





mickael-caruge.jpgUn programmateur martiniquais
Pour faire venir à Paris un peintre caribéen à l’inauguration d’une galerie qui prétend proposer, selon son propriétaire, Jean-Louis Michau,, « des œuvres intéressantes et une qualité constante », il fallait un connaisseur. Mickaël Caruge, originaire de Trinité, major de l’IRAV en Martinique et mention très bien de l’école d’arts et céramique de Tarbes, à peine 26 ans, vient d’être recruté par M. Michau pour lui présenter des artistes à exposer. «  Jean-Louis Michau cherchait quelqu’un pour développer une ligne contemporaine. J’étais formé pour ça. » Mickaël Caruge a connu Claude Cauquil à l’école d’art, en Martinique. «  Mes professeurs, Valérie John et Ernest Breleur nous ont ouvert à tous les artistes de la Caraïbe. On a fait le tour du marché, de la FIAC… Comme j’exposais déjà Claude en Martinique, j’ai continué avec ce que je connaissais bien. »vue-d-ensemble.jpg

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 18:16
Trois questions à Christian Estrosi, secrétaire d’etat à l’Outre-mer
« M. Lurel ne manque pas de culot »undefined
M. le ministre, pourquoi les propos de Victorin Lurel sur la dissolution du cabinet militaire vous contrarient ?
Je sors une info dans Le Parisien et M. Lurel dénonce après coup dans France-Antilles ce que je viens de dénoncer ! M. Lurel ne manque pas de culot d’essayer de se faire force publicité sur une initiative gouvernementale dans laquelle il n’est pour rien. Comme s’il essayait de récupérer à son avantage une initiative politique à l’honneur du gouvernement ! J’ai demandé une inspection pour faire la lumière sur cette affaire que dénonce, sans doute de manière bien légitime, Victorin Lurel.
Racontez-nous pourquoi vous avez décidé de dissoudre ce service de renseignement.
undefinedJ’ai pris mes fonctions le 19 juin et on m’a notamment présenté un cabinet militaire qui m’est rattaché, avec un chef à sa tête, le chef du cabinet militaire. J’ai essayé de mesurer son rôle, son utilité, et sans remettre en cause les qualités des militaires, j’ai trouvé que c’était une anomalie dans l’organisation institutionnelle de la République. Selon les éléments dont je dispose, ces militaires rassemblaient des informations politiques, mais dans les trente ou quarante dernières années, on a pu aller plus loin… J’ai pris des premières dispositions pour que le chef du cabinet militaire n’assiste pas aux réunions de mon cabinet, puis j’ai fait part de mon analyse au premier ministre et au président de la République et leur ai demandé pendant l’été d’aller vers la dissolution du cabinet militaire.
Comment allez-vous vous y prendre pour le dissoudre ?undefined
J’ai obtenu le feu vert à la fin octobre. Je n’ai pas renouvelé le contrat du chef du cabinet militaire qui prenait fin en décembre et mon directeur de cabinet s’est rapproché de son homologue de la Défense pour réintégrer les militaires dans leur corps. Les bureaux d’études dans les préfectures n’ont été créés que sur instructions. J’en ai donné de nouvelles pour leur démantèlement. Depuis le 1er janvier, la dissolution est engagée de fait. Les préfets ont été informés de ma décision et les textes sont en cours d’élaboration. D’ici là, les militaires n’exercent plus de fonction de renseignement.. Je m’honore à être le secrétaire d’Etat d’un gouvernement qui met un terme à une pratique qui existe depuis 1959.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 12:32
OOO veut fédérer les gens d’outre-mer derrière Barak ObamaBidonnot.jpg
Outre-mer Obama organisation est une nouvelle association d’ultramarins (déposée lundi 7 janvier à la préfecture de Bobigny) qui ont décidé de soutenir Barak Obama dans sa course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de novembre prochain aux Etats-Unis. Christian Bidonnot, éditeur du Top Dom (le who’s who de l’outre-mer) en est le fondateur. « Je connais indirectement Barak Obama par ma demi-sœur qui vit aux Etats-Unis. Elle est mariée avec un black américain. Il y a deux ans, elle m’a dit qu’il y avait un Noir qui pouvait prétendre à l’investiture démocrate et que c’était pas Jesse Jackson ! » Son idée est de profiter de la campagne pour faire connaître à Barak Obama l’existence des ultra-marins et des outre-mers. Aux côtés de Christian Bidonnot, Jean-Jacques Seymour, Ines Bivard et Marie-Christine Victoire. « C’est d’abord le symbole, explique Jean-Jacques Seymour, pour tous les Noirs du monde, ce qui se passe là est important. Deux cents ans après l’indépendance d’Haïti, on a un personnage qui sort d’où il sort et qui est soutenu par des Blancs. C’est une révolution. Et peu importe qu’il gagne ou non. Pendant la campagne, il va dire des choses et puis, il est jeune. Quatre ans pour lui, ce n’est pas long. » Christian Bidonnot veut fédérer au delà des partis les gens d’outre-mer autour de cette élection. «  Je tente une expérience. Si on peut réunir toutes les forces vives de l’outre-mer sur un sujet qui nous intéresse en tant que Noirs, mais aussi en tant que pays du Sud, alors peut-être qu’on parviendra un jour à faire un peu de lobbying. » Il estime qu’à par le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer et la délégation interministérielle, il n’y a que des associations qui ne représentent qu’elles-mêmes. « Obama peut nous aider à nous fédérer et nous pèserons en outre-mer et en métropole. » OOO propose d’organiser un premier voyage pour la convention démocrate de Denver (Colorado) et un second, en cas de victoire, pour la convention d’investiture.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents