Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 16:53



Jaya, inventeur du pop caraïb rock
jaya-portrait.jpg

C’est un Tauliot, comme le tambouyé originaire de Guadeloupe, mais il ne le connaît pas. Natif de Paris, Jaya vient de Marie-Galante et ses parents sont désormais revenus au pays… Il semble loin de la scène antillaise et pourtant… A 16 ans, cet autodidacte passe entre les mains du maître tambour Cheik Tidiane Fall. « Il m’a donné les rudiments pour me développer… » Mais dès l’âge de 7 ans, Jaya a appris le gwo ka en famille et il donne une première représentation au théâtre noir de Paris. A 19 ans, il se lance dans les compositions qu’ils concrétisera peu après. Une maquette est prête, mais il n’est pas pressé de sortir un disque. Mais le groupe est là : Amaramba. Hervé Sicard à la basse, Mathieu Autin à la batterie, Thierry Jean-Angèle à la guitare et Jaya aux percus. « J’ai eu envie de défendre le gwo ka moderne que je mets en relation avec Count Osee ou David Murray. Ce qui représente la tradition caraïbe, c’est le gwo ka moderne : des tambours et éventuellement, une ligne de basse et des cuivres. » Jaya ne se retrouve pas dans le zouk. « C’est de l’aseptisé, de la variété… On a d’autres choses à dire que je t’aime doudou ! » Voilà comment il s’est lancé dans les musiques urbaines créoles. « Non, corrige-t-il, c’est du pop caraïbe rock ! » Arambara n’a fait que deux concerts pour l’heure. « On est tout neuf et on a du mal à se faire programmer. On cherche d’abord à se faire un public, le disque viendra après. » Avec ses congas, il joue sur le rythme Ti bwa. Ses influences s’appellent Velo, Ti Emile, Dédé Saint-Prix, mais aussi Led Zepelin, Jo Coker, les Clash ou Budy Holly, mais encore bien d'autres... Jaya vit dans le tout-monde depuis longtemps, avant même qu’il ne connaisse le travail d’Edouard Glissant ! Alors, il chante : « Esclavaj a komensé et pon moun pa té sav yo té esclav. Esclav a vi ayo, esclav a chè ayo… » Si les chaînes de l’esclavage sont, elles sont rivées à nos sens, plaide-t-il. « Il faut élever l’esprit, être non pas dans la chair, mais dans l’esprit. C’est un combat que je mène avec moi-même. Ca donne une ouverture. » Avec le rock, il fallait être gonflé ! Jaya l’a fait.

htpp://amaramba.zik.free.fr

Partager cet article

Repost0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 16:15
Nouvelle autopsie pour Eliane Kabile
Pour la quatrième fois, le corps d’une Antillaise de Sarcelles, a été exhumé et autopsié. Depuis sa mort à l’hôpital de Gonesse en 2001, sa famille croit à un trafic d’organe organisé en milieu hospitalier.nouveau-autour-de-la-tombe-bis.jpgMercredi matin, le cimetière de Sarcelles (Val d’Oise) était exceptionnellement fermé au public. Un écriteau justifiait ceci en raison de « l’exhumation de la dépouille d’Eliane Kabile et la recherche du cercueil de son fils, Philippe Kabile ». Depuis qu’elle est morte, en février 2001 à l’hôpital de Gonesse où elle avait été admise pour un tracas bénin, la famille de cette Antillaise est persuadée qu’on a tué leur mère pour lui prendre un organe. Leur plainte avait donc conduit à procéder à une première autopsie réalisée le 20 février 2001. «  Le corps autopsiée n’était pas celui de ma sœur, sa couleur de peau, les cicatrices, la taille, le poids… Rien ne correspondait  », témoigne Marie-Christiane Dogimond, sœur d’Eliane. Le juge d’instruction ordonne alors une autre exhumation et une nouvelle autopsie. Elles ont lieu deux ans et demi après le décès. La famille ne reconnaît pas le cercueil d’Eliane et découvre, stupéfaite, que le cercueil de leur frère Philippe a disparu aussi du caveau familial ! Nouvelle plainte pour recel de cadavre. Un nouveau juge d’instruction est nommé, Emilie Burguière. C’est sous sa responsabilité que se sont déroulées les opérations d’exhumation, mercredi.
« On a volé le cœur de maman »Laurent-Kabile--on-a-vol---le-coeur-de-maman.JPG
En milieu de matinée, Arlette, l’une des filles d’Eliane, rejoint les grilles du cimetière où le reste de la famille s’est rassemblé. Elle est en larme : « Ce sont des enc… Il y a une bâche et un oreiller pneumatique dans le cercueil qu’il n’y avait pas lors de la fermeture du cercueil devant la famille ! le commandant de police et le procureur sont morts de rire et nous traitent de paranos ! Ce n’est pas notre cercueil et ils ont changé ce qu’il y avait dedans ! Quant au cercueil de mon frère, il est réapparu mais il est vingt centimètres plus bas ! » En juin 2006, voyant que la tombe avait été profanée, les Kabile ont enfoui des briquets dans la terre. On ne les a pas retrouvés mercredi… Le juge a constaté la présence d’un terreau frais. Laurent, un autre fils, est à fleur de peau : « Je sais de sources sûres qu’on a volé le cœur de maman et ça s’est passé à l’hôpital de Gonesse. Des infirmiers en larmes nous ont dit à l’époque de ne pas lâcher le morceau… C’est un meurtre pour voler un cœur ! Ils nous ont pris pour des Musulmans. Ma mère s’appelle Kabile et elle est née au Maroc. Un agent du cimetière a témoigné qu’il voyait souvent arriver de Gonesse des corps de Musulmans auxquels il manquait un organe. »
nouveau-expert.JPGLe médecin légiste d’Argenteuil, arrivé vers 13 heures, n’a fini son autopsie que vers 17 heures et les résultats annoncés n’ont toujours pas convaincu la famille. « Mon frère s’est suicidé d’une balle dans la tête et on nous a montré un crâne en bon état ! Il avait les dents du bonheur et la dentition présentée ne correspondait pas… » La juge n’a pas fait de déclaration à la fin de l’autopsie. Elle s’est contentée de lire les remarques de la famille d’Eliane Kabile. Les prélèvements d’ADN ont été envoyés dans un laboratoire de Nantes. « On nous a montré des choses incohérentes, témoigne Thierry Kabile et on n’a même pas vu la même chose que la dernière fois. »
Doutes et absence de médiationbarnum-voiture.JPG
Les inquiétudes de la famille Kabile, voire ce que la police et le parquet ont appelé « paranoïa » se justifient dans la mesure où aucun psychologue ou médiateur, lors des exhumations et autopsies passées, n’a été mandaté pour expliquer toutes les étapes de ces opérations pour le moins choquantes. Ouvrir un cercueil, désosser un corps pour analyse, tout cela conduit à abîmer la dépouille et son cercueil. Ceci explique sans doute les changements de cercueil et le fatras sans nom retrouvé à l’intérieur. En revanche, ça n’explique pas la disparition et la réapparition du cercueil du frère… Ca n’explique pas les différences morphologiques constatées entre les corps trouvés et les mensurations de feue Mme Kabile. Ainsi, leurs soupçons sont renforcés et la thèse défendue par la famille et son conseil, Me Bes Deberg (du cabinet Collard) sur un éventuel trafic d’organe en milieu hospitalier leur reste chevillée au corps tout comme la certitude qu’il y a eu substitution de corps. Et au vu de cette incroyable et morbide histoire, la tentation de les croire est grande. Pour l’heure, seule la nouvelle juge d’instruction est en possession de tous les éléments et elle ne s’exprime pas. Officiellement, on attend les résultats des analyses des prélèvements d’ADN. Ca aussi, ce sera long. Et on a refusé à la famille qu’elle fasse procéder à des analyses indépendantes.cercueil-ouvert-Eliane-Kabile.jpg

Partager cet article

Repost0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 17:41

Les chantiers de Christian Estrosi
Il a pris les clés de son secrétariat d’Etat, sans tambour ni trompette, mardi soir, à l’issue d’une rencontre avec Michèle Alliot-Marie. Christian Estrosi (comme sa ministre de tutelle) n’a pas encore reçu sa lettre de mission. On sait toutefois déjà que cette lettre (qui devrait lui parvenir dans la semaine) sera inspirée du programme du candidat Sarkozy pour l’outre-mer. Le nouveau secrétaire d’Etat aura quelques chantiers prioritaires au premier rang desquels les zones franches globales. Le projet a été préparé pendant la pré-campagne présidentielle. « Nous avons une vision claire et des objectifs partagés », souligne-t-on sur ce point à l’Elysée. Les acteurs économiques des DOM, des fiscalistes, la direction générale de la concurrence à Bruxelles, celles des fiscalités, la Fédération des entreprises d’outre-mer, l’Eurodom ont été consultés et le projet a d’ores et déjà été transmis au Premier ministre, à Michèle Alliot-Marie et Christian Estrosi. A eux de le reprendre de façon officielle, de relancer de nouvelles consultations avec les socioprofessionnels et les élus. « Il s’agit de préciser les choses avant les vacances du gouvernement de sorte que les dispositifs financiers des zones franches soient intégrées dans la loi de finances pour 2008 », indique-ton dans l’entourage du président. Il pourra s’agir d’une loi générale sur le développement économique avec un volet outre-mer.
La deuxième priorité concerne la continuité aérienne et la baisse des prix des billets d’avion. Le candidat avait lancé la piste de l’assouplissement de la prise des congés bonifiés avec le chèque vacances. C’est une question qui se réglera d’abord au sein des administrations et qui ne relève que de la réglementation, pas de la loi. Autre chantier, le logement. On s’attend à ce qu’il y ait, à court terme, une nouvelle impulsion avec une modification de la loi de programme pour l’Outre-mer pour faire glisser la défiscalisation sur le logement social. Enfin, un délégué interministériel à l’égalité des chances et à la cohésion sociale pour les ultra-marins va être nommer, sans doute courant juillet. Ce délégué travaillera en relation avec le ministre de l’Intérieur, celui de l’Outre-mer et dépendra sans doute du Premier ministre (bien que rien ne soit encore établi). Sa mission consistera à l’identification et à la lutte contre toutes les formes de discriminations pour l’ensemble des ultra-marins. « C’est quelqu’un qui, selon l’Elysée, doit avoir de la crédibilité, du courage politique, qui doit avoir la confiance du président et si c’est un originaire de l’outre-mer, c’est mieux… » Pas encore de nom pour ce poste. En revanche, la direction du cabinet du secrétaire d’Etat à l’Outre-mer devrait être confiée à Yves Dassonville, actuel préfet de la Martinique.

 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 17:39

L’Europarlement reconnaît les rhums agricoles et traditionnels
Le parlement européen vient de soutenir un règlement qui permet le maintien de la protection de la mention « rhum agricole » et qui apporte notamment une définition du « rhum traditionnel », en permettant la reconnaissance de nouvelles dénominations géographiques pour les DOM.

Ce résultat est, selon le ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, le fruit d’un travail concerté avec les collectivités territoriales, l’interprofession et les eurodéputés avec la Présidence allemande.

Ce nouveau règlement, qui va être prochainement adopté par le Conseil, permettra la reconnaissance d’une production d’excellence et de tradition des départements d'outre-mer.

 

Partager cet article

Repost0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 14:00

Christian Estrosi nommé secrétaire d’Etat à l’Outre-merEstrosi-copie-1.jpg
Fidèle sarkozyste, député et président du conseil général des Alpes Maritimes, Christian Estrosi, 54 ans, père de deux enfants et motard, a été nommé, hier midi, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer. Placé sous la tutelle de Michèle Alliot-Marie, il n’a pas obtenu la tutelle des Collectivités territoriales qu’il aurait, semble-t-il, souhaité agréger à son portefeuille ministériel. Sa mission, telle que définie lors du conseil des ministres du 30 mai, est de coordonner l’action du gouvernement dans les départements et régions d’outre-mer et de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des règles applicables dans ces collectivités ; d’élaborer et de mettre en œuvre la politique du Gouvernement à Mayotte, en Polynésie française, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et-Miquelon, dans les îles Wallis et Futuna, en Nouvelle- Calédonie et dans les Terres australes et antarctiques françaises ; de préparer et de mettre en œuvre les règles applicables dans les collectivités mentionnées dans le respect des compétences propres de ces collectivités ; d’administrer l’île de Clipperton. Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’outre-mer, le ministre dispose, en tant que de besoin, des services des autres administrations centrales. Il trouvera dans chaque ministère un référent en la personne d’un membre du cabinet dédié à l’outre-mer (Jérôme Letier chez Brice Hortefeux ou Henri Prévost chez Christine Boutin…). Et, outre son ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, et le Premier ministre, il devra compter avec le conseiller outre-mer du président, Olivier Biancarelli. Enfin, la nomination d’un délégué interministériel à l’égalité des chances et à la cohésion sociale pour les Ultra-marins serait sur le feu, de sources élyséennes. Quant à la nomination du cabinet du ministre, on s’y activait hier au Château.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 14:42

fanfant.JPG
Jean-Philippe Fanfant, batteur de la Nouvelle Star

« C’est bien pour nous et pour la musique ! »
L'emploi du temps est chargé ?
« C’est la fin de la saison V et j’ai enchaîné avec le concert de Patrick Saint-Eloi. Les répétitions s’enchaînaient : de 10 à 18 heures avec la Nouvelle star, puis de 18 à 21 heures avec Patrick Saint-Eloi. Là, j’avais de longues journées… Puis ce sera la tournée DOMTOM Folies avec les cinq dates (La Rochelle, Paris, Spa…). Et puis, ça continue avec Sakecho, Mario Canonge…
Le métier de musicien de la Nouvelle star est-il gratifiant ?
A priori, oui. On a eu plein de félicitations. VSD a fait un article sur les musiciens de l’émission, on a fait nos solos… L’étape de la Nouvelle star, c’est bien parce que c’est de la musique dans une heure de grande écoute. C’est bien pour nous et pour la musique !
Tu as un grigri avant de monter sur scène ?
Non, seulement les baguettes !

Partager cet article

Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 14:16

Claude Ribbe démissionne de la présidence du CollectifdomRibbe-copie-1.jpg
« Le communiqué que je viens de recevoir, intitulé « les fossoyeurs de Média tropical tombent le masque » ne m’a pas été soumis préalablement, a déclaré Claude Ribbe. Or, il est violent et peu neutre. Il est limite diffamatoire car il met en cause un certain nombre de personnes. Ou bien je cautionne ou je démissionne. C’est ce que je fais. Je le fais avec la même technique que celle employée par mes secrétaires généraux : je fais partir un communiqué. » Jusqu’à la prochaine réunion du bureau du Collectifdom, il continuera de gérer les affaires courantes. Cette démission révèle un malaise qui semble s’être installé depuis quelques temps entre le président du Collectifdom et son association qui l’a laissé faire campagne seul à Sarcelles. C’est peut-être l’occasion de rappeler Juliette Jean-Baptiste !


Voici le communiqué de Claude Ribbe :
Démission de Claude Ribbe de la présidence du CollectifDom.

J’ai reçu, ce matin, avec une certaine stupéfaction, un communiqué du CollectifDom, l’association que j’ai accepté de présider depuis l’automne, à la demande de son bureau et dans le contexte d’une situation difficile qui n’était pas de mon fait. Ce communiqué, intitulé Les fossoyeurs de Mediatropical tombent le masque, était signé de deux membres du bureau qui, ni l’un ni l’autre, n’ont cru utile de me le soumettre au préalable. Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Cette fois, le texte en question n’était pas anodin. J'ai vu dans ce communiqué, destiné en apparence à aider la radio Mediatropical - que j’ai été l’un des premiers à soutenir dans la crise qu’elle traverse - une violente dénonciation de l’afrocentrisme. J'y ai vu aussi la critique non dissimulée d’un prétendu "complot" africain contre l’Outre-mer. Cette prise de position et les déclarations graves qui l'accompagnent (visant nommément plusieurs personnes) supposaient un débat préalable qui n’a pas eu lieu au sein du CollectifDom.
Ne serait-ce que par principe, je me désolidarise de la manière la plus formelle de ce communiqué et je laisse à ses auteurs l’entière responsabilité de leurs propos.

Sur le fond, je ne suis pas sûr que ce genre d'initiative soit de nature à aider Mediatropical ni l'Outre-mer. S’il est nécessaire de préserver la spécificité de l’Outre-mer et de se garder de toute dérive "ethno-raciale" tendant à réduire les problèmes des Ultramarins (comme des Afro-Français) à une prétendue "question noire", cela ne doit pas, à mon avis, amener - même pour des raisons supposées bonnes - à attiser la haine entre Français ni entre Français et habitants d’un continent pauvre et martyrisé. Cette vision du monde n’est pas la mienne et ce texte n’a rien à voir avec mes convictions ni avec mes combats contre le racisme et la xénophobie.

En conséquence, ne fût-ce que par souci d’honnêteté intellectuelle, j’ai décidé de présenter ma démission de la présidence du CollectifDom à la prochaine réunion de son bureau. D’ici là, j’assurerai néanmoins le suivi des affaires courantes de l’association afin de ne la pas gêner dans son fonctionnement.

Claude Ribbe, écrivain, membre de la CNCDH
 
 
 
 
 

 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 00:27

GPL, première députée antillaise de ParisGPL---charp--e.jpg
Dimanche soir, Georges Pau-Langevin (GPL) est devenue la première députée de Paris d’origine antillaise. Pour parler direct, GPL est la première députée noire de la capitale !






La Guadeloupéenne Gerty Archimède fût la première femme députée noire de France en 1946. GPL se place sur ses traces, elle qui a inauguré une rue au nom de cette grande ancienne, il y a quelques jours dans le XIIe… Avec 62,7 % des voix de la XXIe circonscription (le XXe arrondissement) lui tombe dans les bras. Elle, la militante du MRAP et du PS, l’avocate engagée, elle à qui les éléphants du PS avaient réservé cette circo : tracée pour une femme issue de la diversité.

« Ca y est ! Une Antillaise est députée de Paris ! » Edmond Aparicio, militant socialiste du XXe arrondissement, Paris.

GPL-et-la-beurette.jpgMalgré la rébellion du vieil éléphant, maire du secteur, Michel Charzat, venu se présenter contre elle en dissident, la négresse, petite fille de la Mulâtresse Solitude, a su fédérer les voix d’un arrondissement sans se revendiquer d’un quelconque communautarisme, même si bien sûr, les amis antillais du quartier n’ont pas hésité à faire campagne pour elle. « C’est la formidable mobilisation de mes amis (elle cite tous ses soutiens) qui a permis le succès de ma candidature, de la gauche, de la parité, de la diversité et du renouvellement. » GPL-bras-lev--.jpg
Oubliant momentanément de remercier Victorin Lurel pour le rôle éminent qu’il a su jouer pour elle dans cette élection, elle a adressé sa victoire à François Hollande, Bertrand Delanoë et Ségolène Royal. Surtout ces deux derniers ! Comme elle n’a pas évité la question sur la symbolique de sa victoire, elle a répondu : « Les gens de toutes les couleurs se sont mobilisés pour faire vivre ce symbole. » Bien plus réaliste, Jean-Michel Rosenfeld qui a introduit sa prise de parole a simplement indiqué : « Les électeurs ont su reconnaître le poing et la rose. »

Beaujour mobilise moins de 30 % pour luiHoffman-Rispal.jpg
Dans la 6e circonscription qui opposait la sortante socialiste, Hoffman-Rispal au guadeloupéen (UMP), Jean-Claude Beaujour, ce dernier est éliminé avec 27,48 % des suffrages. La réélue a déclaré à propos de savoir si M. Beaujour l’avait inquiétée : « Moi, effrayée ? La démocratie ne m’effraie pas. » Avec un tel score, on la comprend.

Ils ont dit
Firmine Richard : « Une femme ! »Richard--Pocrain--Pentoscrope.jpg
« Pour une fois que nous avons dans une circonscription de Paris ;une femme issue de la diversité comme députée, nous ne pouvons pas bouder notre plaisir.
Stéphane Pocrain :
« Un symbole »
« C’est un symbole important pour tout le pays et pour la gauche. L’expérience, seule compte, pas la couleur de peau. Je lui souhaite du courage. »

La comédienne fétiche de Coline Serreau, Firmine Richarde, dicutte avec Stéphane Pocrain (qu'on ne sait plus classer autrement que comme ancien porte-parole des Verts et ça date !) et le père de cernier, délégué national au PS, José Pentoscrope.

Les supportersJacques-Ambrosio--Marie-Yetta-Montout--Pierre-Nestor--Anita-Gaza.jpg
Les Guadeloupéens du XXe, Jacques Ambrosio, Marie-Yetta Montout, Pierre Nestor ou encore Anita Gaza (au centre municipal d’accueil des Antillais à Paris) faisaient partie du cœur des supporters de GPL. Ils posent devant la permanence de GPL, rue du Cambodge.

Un livre...Dittmar.jpg
Au soir même de l'élection de GPL comme députée de Paris, un livre, George Pau-Langevin, une candidate de la différence, relate l'aventure difficle de sa campagne qui l'a vue en butte avec un viel élephant usé, nanti d'une candidate de la diversité, son assistante parlementaire, que d'aucuns, dans la campagne, ont taxé d'être sa maîtresse (infraction à l'article 9 du code civil, à l'attention des juges !). Gérard Dittmar, militant et historien a écrit l'histoire dans un ouvrage publié par ses éditions à lui (un vrai militant !).

 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 23:23

Le Zénith de PSE
scene-d-ensemble.JPG4 500 personnes sont venues écouter pendant plus de trois heures, samedi dernier au Zénith à Paris, le crooner et zouker lover Patrick Saint-Eloi. Pour ses 25 ans de carrière, beaucoup d’artistes et de pipols sont venus le féliciter
Reportage dans les backstages du Zénith

Danse avec le coachBernard-Lebeau-et-Patrick-H--lan.JPG
Bernard Lebeau, le chorégraphe saintannais qui vient de réaliser un défilé pour Nike (il est aussi le coach de Lou Doillon, Romain Duris, Saint-Clair ou Julie Zenatti) est avec Patrick Hélan, des Abymes, danseur de Christiane Obydol.

Faits diversFXG-et-Ti-Gillet.jpg

L’ancien fait-diversier de France-Antilles, FXG, et Richemond Vincennes, dit Ti Gillet, un autre ancien, mais de la brigade criminelle du commissariat de Pointe-à-Pitre ! Maintenant que le premier assure la chronique mondaine et que le second est retraité de la police, les connivences se dévoilent…

 

 

Partager cet article

Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 15:58

Média tropical versus Tropique FM, les camps se dessinent
Claudy-Siar.jpg L’affaire de l’attribution de la fréquence de Médiatropical à Tropique FM par le CSA a déclenché un mouvement de protestation conduit par les responsables de Média tropical, Daniel Valminos et Alice Catoire. Ils ont trouvé pour les soutenir l’appui du Collectifdom, du Comité marche du 23 mai et Freddy Loyson a pris la tête d’une association de défense de Mediatropical. Avec René Silo (Président du club de foot La Colombienne) ou encore Patrick Karam, ils ont été reçus le 9 juin dernier au CSA auprès de qui ils ont déposé un recours gracieux. Le CSA devrait le revoir cette semaine. Cette mobilisation n’est pas restée sans réaction. Le Conseil représentatif des associations noires (honni par le Collectifdom) a pris position clairement pour Claudy Siar, le gérant de Tropique FM (il doit reprendre l’antenne de Média tropical le 4 septembre). Dans un communiqué daté du 13 juin, on peut lire : « Le CRAN se réjouit de savoir qu'il y aura encore à la rentrée une radio faisant connaître les cultures d'Outre-Mer et de la diversité en Ile-de-France. Le fait que ce projet soit lancé par Claudy Siar est du reste un second motif de satisfaction. » Le CRAN, après avoir rappelé le parcours professionnel de Claudy Siar insiste sur « la fête des nègres marrons » qu’il avait organisée « dès 1993 » et où « plus de 10 000 personnes avaient défilé de la République à la Nation, en posant aussi le problème des discriminations que subissent les noirs en France ». Un petit rappel qui semble viser expressément Serge Romana et son comité marche du 23 mai… Du côté de RFO aussi, certains bataillent (plus discrètement) pour que Claudy Siar aille au bout de son projet. On le comprend, RFO a passé un partenariat avec la future Tropique FM pour les informations… Enfin, quelques personnalités ont lancé, citation d’Aimé Césaire à l’appui, un appel à soutenir Claudy Siar. Ce sont le journaliste Jean-Jacques Seymour, Luc Saint-Eloy (artiste), José Vatin (Président d’association et membre du Conseil Economique et Social), Salomon Mézépo (éditeur), Jean Philippe Omotundé (auteur et chercheur en histoire), Calixthe Beyala (écrivain)… Ce dernier nom, comme celui du CRAN soulèvent l’ire chez les soutiens de Média tropical qui dénoncent « l’afrocentricité » du projet Tropique FM.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents