Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 06:08
Thierry Dol et Me Alex Ursulet, jeudi 2 février avant leur audition chez la juge Nathalie Poux

Thierry Dol et Me Alex Ursulet, jeudi 2 février avant leur audition chez la juge Nathalie Poux

Thierry Dol exige de Hollande la vérité "les yeux dans les yeux"

Entendu jeudi 2 février par la juge antiterroriste, Thierry Dol lui a remis sa lettre au président de la République et s'est constitué partie civile.

Thierry Dol a été entendu jeudi pendant trois heures par Nathalie Poux, juge d'instruction anti-terroriste qui instruit l'enquête sur l'enlèvement et la séquestration des quatre anciens otages français au Niger entre 2010 et 2013. Accompagné de son avocat, Me Ursulet, il a remis à la magistrate une copie de la lettre qu'il a adressée au président Hollande à la suite de la diffusion sur France 2, jeudi 26 janvier, d'Envoyé spécial. Cette émission était consacrée pour partie aux négociations financières conduites entre l'Etat et les preneurs d'otages. "Le président de la République doit donner les moyens à la justice de faire la transparence sur ce dossier", a déclaré Thierry Dol à France-Antilles peu avant d'être reçu par la juge. Lors de cette audition, comme à chaque fois depuis la première en décembre 2013, la juge l'a informé de l'évolution des investigations. C'est dans ce contexte que Thierry Dol a évoqué les informations d'Envoyé spécial que ni la justice, ni l'Etat n'ont été en mesure jusqu'alors de lui donner.

Ces révélations l'ont sidéré. D'abord, la rançon de 6 millions d'euros payés par Areva pour la libération assez rapide de l'épouse d'un des otages, Mme Laribe. Les kidnappeurs n'en auraient pas touchés l'intégralité.... Ensuite, la libération des autres qui aurait du avoir lieu dans la foulée de celle de Mme Laribe. Selon le négociateur Jean-Marc Gadoullet, tout était pourtant prêt, mais le général Puga, chef d'état-major du président, aurait donné l'ordre de tout stopper entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2012. Les mails et les fax que Gadoullet lui a adressés alors, pour l'avertir du danger que cela faisait courir aux otages, semblent donner foi à sa version.

Les explications terribles d'Envoyé spécial

Le président Hollande a déclenché ensuite une guerre contre AQMI au Mali. Thierry Dol s'en souvient encore : "C'était le 24 février 2013, au 896e jour de ma captivité, j'ai vu un hélicoptère français à 200 ou 300 mètres qui nous a mitraillés. Nos geôliers nous ont évacués, puis j'ai vu un avion Rafale bombarder le camp."

Il faut attendre 18 mois pour que les otages soit libérés après qu'une nouvelle rançon soit versée par la nouvelle équipe de négociateurs conduite par un certain Lorenzi : un sac plein de liquide est déposé dans le désert... Quelques jours après, deux journalistes de RFI sont enlevés et assassinés. Une note de la DGSI estime que c'est un message adressé à la France, que les tueurs sont les mêmes que les ravisseurs de Dol...

Ainsi toutes les questions que se posait Thierry Dol trouvent des réponses au moins partielles dans le reportage de France 2... C'est de cela que Thierry Dol parle dans la lettre au président à qui il demande un entretien, "les yeux dans les yeux".

Thierry Dol s'est constitué partie civile sur le volet pénal de l'enquête liée aux conditions de sa libération. Il a demandé la déclassification des documents secret défense et l'audition de l'ancienne patronne d'Areva, Anne Lauvergeon.

FXG, à Paris

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 15:27
Nathalie Guillier-Tual en compagnie de Laurie Matheson, Directrice Vins et Spiritueux Artcurial et Jean-Marc Gaucher, PDG de Repetto

Nathalie Guillier-Tual en compagnie de Laurie Matheson, Directrice Vins et Spiritueux Artcurial et Jean-Marc Gaucher, PDG de Repetto

La patronne des rhums Trois Rivières, Talent du management

Nathalie Guillier-Tual, présidente de Bellonnie & Bourdillon Successeurs, a été distinguée mardi 31 janvier à Paris pour son engagement à valoriser le rhum Trois Rivières. La cérémonie des Talents du luxe et de la création récompense les plus prestigieuses marques pour l’excellence de leur savoir-faire et le caractère remarquable de leur démarche. Le Talent du Management distingue en particulier une personnalité qui a su s’engager et mobiliser son entreprise pour répondre aux exigences d’excellence et de prestige. Depuis leurs origines, les Talents du luxe et de la création ont pour vocation de servir l’évolution du luxe, favoriser son développement et célébrer la création.

Nathalie Guillier-Tual a l’ambition d’imposer la marque Trois Rivières comme une référence mondiale. Elle réaffirme l’excellence du savoir-faire de sa marque et remet son histoire prestigieuse au goût du jour avec une nouvelle collection de rhums Trois Rivières, tous élaborés selon les strictes règles de l’AOC Martinique. "Le résultat est triomphal et le défi de rendre au rhum de Martinique ses lettres de noblesse est brillamment relevé." Les rhums Damoiseau, Bologne, JM, Clément, Neisson, HSE, Bielle, etc, vont donc devoir compter avec le réveil du Trois Rivières !

FXG, à Paris

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 06:56
Nathalie Puvilland, conseillère spéciale d'Ericka Bareigts, Jean-Michel Martial, président, Patrick Karam, président d'honneur

Nathalie Puvilland, conseillère spéciale d'Ericka Bareigts, Jean-Michel Martial, président, Patrick Karam, président d'honneur

Le dîner du CReFOM reporté après les élections

Plutôt que défendre le "vivre ensemble", Jean-Michel Martial qui a succédé à Patrick Karam à la présidence en septembre dernier, préfère défendre "le faire avec et construire ensemble". Lundi soir au ministère des Outre-mer, se tenait la cérémonie des voeux du Conseil représentatif des Français d'Outre-mer (CReFOM). Devant un parterre de présidents d'association, mais en l'absence de nombreux membres du bureau du CReFOM et des parlementaires adhérents, le président, son prédécesseur Patrick Karam, désormais président d'honneur, et Nathalie Puvilland, représentante de la ministre des Outre-mer (en déplacement), ont prononcé chacun un discours. Patrick Karam a profité de cette prise de parole pour mettre en avant son travail en faveur des ultramarins au sein du conseil régional d'Ile de France dont il est le vice-président (LR). Il a ainsi annoncé que le dépistage de la drépanocytose qui ciblait jusqu'alors 68 % de la population francilienne serait généralisé à titre expérimental dès cette année, et le financement d'un projet de recherche sur cette maladie. Il a encore annoncé un budget de 600 000 euros pour financer les projets des associations dans le domaine de la lutte contre les discriminations.

Jean-Michel Martial a conclu les allocutions en déclarant que le projet du CReFOM était de "faire vivre la société en additionnant les qualités des uns et des autres", tout en dénonçant avec véhémence les accusations de racisme dont le CReFOM a fait l'objet à la suite du recrutement — stoppé par le tribunal administratif — d'une métropolitaine au poste de maître de conférence en histoire de l'esclavage à l'université de la Réunion.

Enfin, il a indiqué que le dîner du CReFOM qui avait été annoncé pour le 13 mars prochain, était reporté au mois de novembre, au moment du congrès des maires, en raison du calendrier électoral.

FXG, à Paris

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 06:07
Laetitia Guédon aux Plateaux sauvages

Laetitia Guédon à la tête d'un nouveau lieu de culture à Paris

Samedi 28 janvier, la comédienne et metteur en scène Laetitia Guédon, fils de feu Henri, plasticien renommé, présentait son nouveau projet artistique dans l'ancien 20e Théâtre devenu "les plateaux sauvages", un site encore en chantier au coeur du quartier des Amandiers dans le 20e arrondissement de Paris, à deux pas de Ménilmontant. Sélectionnée sur appel d'offres par la ville de Paris, la Martiniquaise qui en a pris les rennes en mai dernier, a commencé par une saison "en chantier", avant de présenter samedi dernier la saison 2017-2018. "Nous nous engageons, explique la jeune femme, dans l’accompagnement d’artistes pour qui la création n’est pas synonyme d’isolement, mais bien de partage avec le territoire et ceux qui font sa diversité." Cette première saison "en chantier" s'explique par celui, bien réel, lancé par la mairie de Paris pour renouer avec le projet architectural de Jean Dumont, qui en 1966, élevait la cité moderne (Cité les Amandiers les deux casquettes) qui domine le théâtre.

Cette première année est celle de l’expérimentation avec des compagnies en résidence (KTHA compagnie, Compagnie Lettre ouverte, Compagnie La louve et le Birgit ensemble) et des ateliers de pratique artistique amateurs.

Laetitia Guédon a annoncé que l'ouverture des portes des Plateaux Sauvages (après la deuxième phase de travaux de mai à septembre prochains) est prévue pour l’automne 2017. "À la fois pépinière de talents émergents et lieu de fabrique artistique en prise avec le monde d’aujourd’hui, nous imaginons cette nouvelle structure comme un lieu de vie et de convivialité."

FXG, à Paris

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:26
Denis Lesueur a reçu son prix des mains de Le Groupe Loret reçoit le prix des lecteurs de Challenges

Denis Lesueur a reçu son prix des mains de Le Groupe Loret reçoit le prix des lecteurs de Challenges

Le Groupe Loret reçoit le prix des lecteurs de Challenges

Le prix Ulysse de l’Association pour le Retournement des Entreprises (ARE), qui récompense chaque année le meilleur redressement d’entreprise, a été remis lundi soir à Paris en présence de plus de 400 professionnels. Si c'est une entreprise d'emballage, Excelrise, qui a reçu le grand prix, le Groupe Loret, présidé par le Guadeloupéen Denis Lesueur, a reçu pour sa part le prix des lecteurs de Challenges qui ont voté pour l’exemplarité de ce retournement d’entreprise.

Le groupe familial guadeloupéen Loret est principalement présent dans le secteur automobile (distribution, location courte et longue durée, vente de pièces toutes marques) et dans la fibre optique. Ce groupe, toujours impliqué dans le désenclavement de son île, a été touché de plein fouet par la crise mondiale de 2008, conjuguant une crise du secteur automobile à une baisse de la fréquentation touristique de l’île. Dès juin 2009, un long processus de retournement a été enclenché en utilisant tout l’arsenal juridique. La direction a recentré sa stratégie sur son cœur de métier et a cédé ses actifs télécoms, mais sans les brader. "Patience et souci de l’impact local ont été les fils conducteurs de ce retournement aujourd’hui définitif", a expliqué Denis Lesueur en recevant son prix des mains de Pierre-Henri de Menthon de Challenges.

FXG, à Paris

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:00
Zing zing paradis, le roman de la post-créolité

Zing zing paradis : Le roman est plus que jamais un lieu de création

Gabriel Montner, 25 ans, quitte Gwada, son île natale, pour Paris. Il rêve d’être écrivain. Faisant croire à ses parents qu’il suit des études pour devenir avocat, il envoie tout valser pour se consacrer à son seul rêve et suivre la trace un peu folle et fêlée de tous les écrivains.

Dix ans qu'il y pensait, dix ans qu'il voulait devenir un écrivain, un vrai, un qui écrit du roman, du vrai... Mais le problème de ce jeune gwada, c'était qu'la poésie, c'était ça qui lui tenait de langage, alors, pensez, écrire une histoire, une vraie, une qui coule comme de l'eau de la rivière à son embouchure, Jymmi Anjoure Apourou, il était pas sûr d'pouvoir y arriver. Et pourtant, l'enfant de Petit-Bourg, il s'y est attelé à son roman, même que son premier jet, il est parti en fumée dans l'incendie de sa chambre d'étudiant à Paris, celle-là même où il s'est largement affranchi des choses de la vie, le jeune poète gwada, pas seulement poète, puisque ce jeune gwada, il est peintre aussi, plasticien on dit. Et voilà qu'après l'incendie et dix lanné, il l'a accouché son roman, et il va en laisser plus d'un pantois. Y a du Louis-Ferdinand Céline chez Anjoure-Apourou, y a du Luis Calaferte, du Proust (tant ses phrases peuvent durer) et même du Gabriel Garcia Marques (L'Amour au temps du choléra) même si l'auteur lui-même le sait pas forcément. Voilà qu'avec Zing zing Paradis (chez Archipel), Jymmi Anjoure Apourou, le Guadeloupéen, nous pond un roman, un vrai, un truc digne du prix Renaudot au moins (celui de Glissant, avec La Lézarde, en 1959). Ce gars écrit une prose tellement cadencée que l'on ne se rend même pas compte qu'il écrit des alexandrins à tout bout d'champ. Et ça ne se voit pas, juste, ça se ressent, comme un jazz, comme une musique littéraire qui inonde de lumière quand les Marc Lévy et autres Guillaume Musso ne font que de l'easy reading... Non ! Avec Anjoure-Apourou, on a une langue, riche, digeste, francophone, limite argot créole inventé, et pourtant du Molière !

Une femme donne sa mort pour que le roman existe

Alors une fois qu'on a parlé du style inégalé, même si certains lui reprocheront le manque d'allégorie et sa culture du cul par trop (c'est jamais trop) poétisé, faut voir encore ce qu'il nous raconte ce poète plasticien. Et là, on tombe des nues, de Caribe en Scylla, de surprises en surprises. A réveiller les morts et coucher les libidineux. Le gars sait nous surprendre à chaque fois qu'on pense avoir compris son affaire. Et c'est une histoire d'amours multiples et d'amour unique, et c'est une histoire initiatique... L'histoire généreuse d'une femme qui sait donner sa mort pour que le roman existe. C'est ça Zing zing paradis, ce paradis éphémère de la libellule qui conduit par la main son lecteur pour regarder sa laideur, son génie, pour comprendre où est l'essentiel. Et comme toujours, l'essentiel c'est l'amour et l'oubli de soi. Et ce n'est jamais niais ni vulgaire, c'est du génie ! Un auteur guadeloupéen vient de nous naître. Maryse Condé qui s'inquiète de la relève (elle en a parlé à l'auteur), peut dormir tranquille. Retenez son nom et si vous ne l'avez déjà fait, achetez une de ses oeuvres d'artiste, de plasticien parce que forcément avec ce roman, sa côte va monter !

FXG, à Paris

Extrait (La comédienne André Ferréol et l'auteur, le 10 janvier dernier à Paris, a lu quelques extraits lors de la soirée de lancement de Zing zing paradis)

"C’est grand fou la vitesse avec laquelle ça change ; huit heures sans pédaler, à coup d’aile de coucou, réacteurs, ça turbine à grand renfort d’hélice, et puis flap on y est, en huit heures c’est réglé ! Autres temps, autres moeurs, autre lumière d’avril, autre rythme pour bouger dans un autre va-et-vient. Y doit y être déjà, ça fait dix heures passées ; il a dû faire tarmac en plein pôle Caraïbe, se sentir tout happé par cette chaleur d’un souffle, qui semble de partout vous enrober en grand. Vous sentez bien ici qu’ça pétera pas d’flocons, et qu’pour se faire un manteau, va falloir du léger, façon très près d’la peau, pour laisser passer l’air."

Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 07:10
Boules puantes et personel politique

Bareigts se met à l'abri des "boules puantes"

Avec la période électorale qui arrive, vient le temps de ce que François Fillon, candidat de la droite républicaine à la présidentielle, a appelé "les boules puantes". Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer et candidate à sa réélection dans la circonscription législative de Saint-Denis, ne semble pas épargnée puisqu'elle a jugé utile de préciser les conditions de ses déplacements non ministériels à la Réunion. Elle assure donc payer elle-même son voyage comme ses frais de bouche, utiliser une voiture personnelle et résider chez elle. Elle explique encore que si elle est accompagnée, c'est de son seul officier de sécurité, car tout membre d'un gouvernement, quel qu'il soit, doit ainsi être escorté dans tous ses déplacements, publics comme privés.

FXG, à Paris

Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 07:10
Barbara Jean-Elie chargée de mission pour la Cité des Outre-mer

Barbara Jean-Elie chargée de mission pour la préfiguration de la Cité des Outre-mer

Maintenant que le Parlement a inscrit au budget 2017 la somme de 10 millions d'euros pour la future cité des Outre-mer (qui pourrait bien se situer du côté du parc de la Villette dans le 19e arrondissement de Paris), la Martiniquaise Barbara Jean-Elie, ancienne directrice de l'information de Trace TV et ex-conseillère technique en charge de l'éducation et la culture au cabinet de George Pau-Langevin lorsqu'elle était ministre des Outre-mer, a été nommée chargée de mission à la direction générale de l'Outre-mer la semaine dernière. Elle reprend donc la suite du travail de préfiguration initié par le préfet Dominique Lacroix en 2013. "Le modèle de la cité, disait alors un proche de ministre GPL, est dans l’idéal celui de l’Institut du monde arabe, en moins cher…"

FXG, à Paris

Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:53
Ingrid Jean-Baptiste en lice aux Trophées des Français de l'étranger

Ingrid Jean-Baptiste candidate aux Trophées des Français de l'étranger

Son oncle, Lucien, est le plus connu de la famille martiniquaise des Jean-Baptiste (après bien sûr l'ancien parlementaire et conseiller de Senghor, Henry, et avant sa tante Juliette, éphémère présidente du Collectifdom et ancienne membre du cabinet de Christian Estrosi à l'Outre-mer), mais Ingrid, pas encore 30 ans, se défend plutôt bien. Installée depuis dix ans à New York, elle y a fondé le Chelsea Film Festival, une manifestation qui a permis à de nombreux réalisateurs, producteurs et acteurs émergents de se faire connaître et d’être acceptés par la suite dans de nombreux festivals à New York, aux Etats-Unis et dans le monde.

C'est à ce titre qu'elle a répondu à l'invitation du ministère des Affaires étrangères pour concourir aux Trophées des Français de l'étranger, organisés par lepetitjournal.com. Elle fait partie des dix finalistes sélectionnés. La suite est entre les mains du public qui peut voter jusqu'au 5 février à l'adresse suivante : http://lepetitjournal.com/trophees-candidats/prix-du-public/item/962-ingrid-jean-baptiste

Les sept lauréats seront dévoilés le 7 mars prochain lors d'une cérémonie au salon de l'Horloge au Quai d'Orsay.

FXG, à Paris

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 11:53
Agence française de la biodiversité

Les Outre-mer dans la feuille de route de l'agence française de la biodiversité

"Je salue tout particulièrement les représentants des outre-mer, nombreux, qui ont joué un très grand rôle dans la création de cette agence." Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, a présidé jeudi 19 janvier à Paris, le premier conseil d'administration de l'agence française de la biodiversité (AFB). Sur les 43 membres de ce conseil, six représentent l'ensemble des bassins océaniques. Ainsi y siègent Ferdy Louisy, président du parc national de la Guadeloupe, Sonia Ribes-Beaudemoulin, conservatrice du Muséum d'histoire naturelle de La Réunion, Bichara Bouhari Payet, présidente du conseil de gestion du parc naturel marin de Mayotte, Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnégrande (Guyane) et les députés Serge Létchimy pour la Martinique et Maina Sage pour la Polynésie. Le rôle de l'AFB est l'expertise et le pilotage des questions qui touchent au climat, à la biodiversité et à la désertification. Parmi les grands sujets confiés à l'AFB, la ministre a particulièrement cité le plan de reconquête des mangroves et des coraux, la lutte contre les sargasses et encore la gestion intégrée du trait de côte.

Ferdy Louisy, vice-président de l'AFB

Dans la feuille de route qu'elle a développée, la ministre a évoqué plusieurs points qui concernent les outre-mer : la généralisation de la science participative et le dispositif "vigie nature école" avec la multiplication par quatre en 2017 du nombre d'aires marines et éducatives, la généralisation des atlas communaux, particulièrement dans les 430 territoires à énergie positive, la protection de la biodiversité marine avec notamment le développement de mouillages écologistes, le recensement par voie aérienne des mammifères marins et de la faune pélagique aux Antilles, les plan pollinisation et zéro pesticide, le plan eau et enfin la reconnaissance des méthodes traditionnelles de soin par les plantes.

Enfin, la ministre a annoncé qu'elle se rendrait en Guyane du 13 au 17 mars prochains à la conférence des 25 pays membres de la convention de Carthagène pour la protection de la mer des Caraïbes.

A l'issue de ce conseil d'administration, Ségolène Royal a proposé de nommer l'ancien et éphémère ministre PS de l'Environnement, Philippe Martin, comme président exécutif et, à ses côtés, deux vice-présidents, Françoise Gaill, coordinatrice de la plateforme Océan et Climat, et Ferdy Louisy, président du Parc National de la Guadeloupe.

FXG, à Paris

L'organisation de la délégation Guyane Antilles de l'AFB

Si le budget de l'AFB est connu, 225 millions d'euros, si des recrutements sont d'ores et déjà en cours, l'organisation territoriale, la direction, le budget et la feuille de route de la délégation Guyane-Antilles ne sera évoquée qu'en février au prochain conseil d'administration.

La question des sérums antivenimeux

Patrick Lecante est intervenu pour évoquer la question dramatique de l'absence de sérums antivenimeux en Guyane pour proposer que l'AFB s'en empare et propose un dispositif de recherche et développement, notamment en lien avec les savoirs traditionnels et la pharmacopée locale, notamment la plante qu'on appelle "tetneg" et qui pousse dans les jardins. Il a proposé aussi que l'AFB lance u appel à projet pour qu'un laboratoire scientifique puisse proposer des sérums contre les serpents grage à grands carreaux ou corail en s'appuyant ce qui existe en Martinique contre le venin du trigonocéphale qui a son sérum.

Repost 0

Articles Récents