Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:42

Le poste de délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer est vacant

Depuis le 30 septembre et d'ici qu'une ou un successeur lui soit trouvé, il n' y a plus de délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer. La dernière titulaire du poste, Sophie Elizéon, vient d'être nommée préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet de la région Nord-Pas-de-Calais. La Réunionnaise Sophie Elizéon avait pris la succession du Guadeloupéen Claudy Siar dans ces fonctions créées par Nicolas Sarkozy pour un autre Guadeloupéen, Patrick Karam. La délégation a pour mission de veiller à ce que les originaires d'outre-mer ne fassent l'objet de discriminations à l'emploi, au logement, etc... Sophie Elizéon estime avoir "travaillé avec succès à la valorisation de l'audace ultramarine" durant ses trois ans à la délégation. Patrick Karam en était sorti inspecteur général de la Jeunesse et Sports ; Claudy Siar, après dix-huit, y a laissé la gestion de sa radio. Quant à Sophie Elizéon, elle est désormais préfète. Ca doit être ça l'égalité des chances !

FXG, à Paris

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 06:45

Ary Chalus dénonce la baisse des exos de charges

Parce que le prochain budget de la mission outre-mer modifie le dispositif d’exonération des charges, le député (RRDP) Ary chalus a interrogé George Pau-Langevin mardi à l'Assemblée nationale : "Ce coup de rabot semble contradictoire avec l’objectif souhaité par le Président de la République, qui rappelait, à la mi-septembre, son attachement à la compensation en outre-mer des handicaps structurels."

La ministre s'est défendu d'avoir fait beaucoup pour les entreprises : "Allégement des cotisations d’allocations familiales, CICE – crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi – bientôt porté à 9 %, exonérations de charges renforcées pour les entreprises soumises à la concurrence… Cette année, les entreprises bénéficieront ainsi de 200 millions d’euros de plus." "Baratin !", l'a interrompu le député LR Sylvain Berrios. Ne se laissant pas démonter, la ministre a rappelé la prolongation de l'octroi de mer, de la défisc, la préservation de la ligne budgétaire unique pour le logement social, les mesures pour l'emploi des jeunes avant de contre-attaquer : " Aujourd’hui, nous serions fondés à attendre que quelque chose se passe en termes d’embauche des jeunes et d’investissement et que, véritablement, la vie s’en trouve changée. Nous devons tous utiliser les outils qui sont en place, de manière à améliorer la vie des gens dans les outre-mer."

FXG, à Paris

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 05:44

La lutte contre l'illettrisme outre-mer

L'agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) est lié par convention avec le ministère des Outre-mer depuis 2013 quand cette lutte fut classée "grande cause nationale". Hier, la ministre George Pau-Langevin et la présidente de l'ANLCI, Marie-Thérèse Geffroy ont reconduit pour une nouvelle période de trois ans cette convention. L'ANLCI anime un réseau de chargés de mission régionaux, y compris dans les 5 DOM. Ce sont ces correspondants régionaux de l'agence qui organisent et coordonnent avec l'Etat, les collectivités et tous leurs partenaires la lutte et la prévention contre l'illettrisme. Les premiers partenaires locaux de l'agence sont l'Education nationale, les SMA, les CFA (les six centres réunionnais de formation des apprentis accueillant un dispositif contre l'illettrisme, ont montré l'exemple à trois autres CFA dans d'autres territoires).

La convention prévoit de mesurer le taux d'illettrisme en renouvelant les enquêtes INSEE qui ont permis le diagnostic actuel de l'illettrisme dans les outre-mer français. Si dans l'Hexagone, le taux d'illettrisme chez les personnes de 16 à 65 ans, ayant été scolarisée en France, est de 7 %. Outre-mer, ce taux varie de 14 % à la Martinique, 20 % en Guyane, 22,6 % à la Réunion, 25 % en Guadeloupe et 33,1 % à Mayotte. La mise à jour de cette convention prévoit encore de communiquer les chiffres collectés lors des journées défense et citoyenneté et d'établir un taux d'illettrisme chez les jeunes de 18 à 25 ans. Ils sont 14,4 % à la Réunion, 16,1 % en Guadeloupe, 16,3 % en Martinique ; 27,2 % en Guyane et 48,9 % à Mayotte.

La convention attribue chaque année une enveloppe de 45 000 euros à l'agence pour son travail d'ensemblier.

En 2005, la France avait recensé 3,1 millions de personnes concernées par l'illettrisme. En 2014, ils ne sont plus que 2,5 millions.

FXG, à Paris

L'ANLCI à la Réunion

Paul Soupe est le chargé de mission de l'agence nationale de lutte contre l'illettrisme à la Réunion selon les enquêtes INSEE de 2011. Ici le public concerné est nombreux puisqu'il représentait 116 000 personnes. Paul Soupe coordonne l'action de quinze institutions et partenaires dont l'Etat via le préfet et le recteur, les deux collectivités, régionale et départementale, La Poste, la CAF, les OPCA (action pour les salariés en entreprises) et l'université. Lorsqu'il a débuté sa mission en 2010, Paul Soupe avait un taux de 16 % d'illettrisme chez les jeunes. Aujourd'hui, les gains sont modestes mais réels puisqu'ils ne sont plus 14,4 %. C'est le résultat du plan d'action de prévention et de lutte contre l'illettrisme mis en place en 2011.

L'ANCLI et le SMA en Guyane

Chaque mois, le SMA reçoit 30 à 75 personnes pour un stage de 10 mois. Au premier test, on détectait un taux d'illettrisme de 52 % en 2014. Mais une fois passés aux mains de leur équipe d'encadrants SMA et des quatre professeurs détachés de l'Education nationale, les stagiaires voie,t leur taux de réussite au certificat de fin de formation atteindre 98 %. Un deuxième test a été mis en place pour les stagiaires après cinq mois de formation. Les premiers résultats collectés ne permettent pas encore d'établir un nouveau taux d'illettrisme à mi-parcours. Florence Foury est la chargée de mission ANLCI en Guyane. Son public représente 50 000 personnes, soit 40 % de la population active et 20 % de la population qui a été scolarisée. En Guyane, 2/3 de la population n'a pas le français comme langue maternelle. Seuls 5% de la population active ont la française comme langue maternelle.

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 07:10

Un marché aérien riche de potentiel

Avec l'accroissement de l'offre de sièges d'avion pour la desserte des Antilles de l'ordre de 15 % pour la prochaine saison, on retrouve les niveaux d'il y a deux ans. Mais il y a deux ans, le pétrole était cher, l'offre large et les prix bas... L'année suivante, les compagnies ont réduit la voilure à l'exception d'Air Caraïbes. Pour le coup, il a manqué de sièges. Cette année, Air Caraïbes renforce son offre de 16 %, Corsair de 7 % et XL Airways de 5 %.

"Les Antilles, indique Edmond Richard (ci-contre), directeur commercial d'Air Caraïbes, ont le vent en poupe, dans un climat où l'on raye chaque jour des destinations. Par ailleurs, les destinations euros comme les Antilles bénéficient de l'appréciation du dollar, ce qui favorise la compétitivité tarifaire." Pascal Gardin, directeur commercial chez Corsair observe lui aussi "une vraie dynamique sur la destination avec des niveaux de remplissage qui ont atteint les 90 % sur toute l'année". Corsair renforcera son offre grâce à l'avion qu'elle exploitait jusqu'alors sur Abidjan, destination qu'elle arrête jusqu'à l'été prochain), ce qui lui évitera de "sur-affréter". "C'est une volonté de notre part, poursuit M. Gardin, de nous renforcer sur nos destinations historiques puisque nous y sommes présents depuis plus de 25 ans."

Si le mariage annoncé l'an passé entre Corsair et Air Caraïbes est tombé à l'eau, ils continuent d'être partenaire sur un codeshare avantageux pour chacun. Faute de mariée, Air Caraïbes a annoncé lancer sa "Sunline", une compagnie low cost long courrier et qu'elle pourrait expérimenter ce nouveau concept sur les Antilles. Son premier A 330 sera en service au 1er juillet 2016.

Corsair, de son côté, avait annoncé qu'elle remplacerait ses quatre vieux 747. "Ils restent dans notre flotte sachant que le plan de renouvellement arrivera un peu après 2017 pour des questions d'opportunité d'achat d'avions à de meilleures conditions économiques, explique Pascal Gardin. TUI, notre actionnaire, est toujours présent avec nous et Corsair n'est plus à vendre." La fermeture de l'hôtel Manganaho en Guadeloupe en juin dernier est un mauvais coup, mais pas seulement pour Corsair qui avait un accord avec cet établissement : "C'est un hôtel de moins dans la gamme proposée pour l'ensemble des clients..."

FXG, à Paris

La surcharge carburant YQ

Avec un pétrole à 100 euros le baril, une compagnie comme Air Caraïbes dépensait 100 millions de dollars de kérosène. Avec un baril à 50 $, on se dit que la compagnie qui a eu un résultat net de 13 millions l'an passé devrait parvenir à un résultat de 35 millions d'euros ! Mais nous sommes en euros... La maintenance, le pétrole, le carburant, les avions et les assurances se payent en dollar, celui-ci a pris 35 % quand les recettes sont en euros. Le résultat d'air Caraïbes ne devrait pas dépasser les 20 millions d'euros cette année. On comprend que Jean-Paul Dubreuil éprouve le besoin d'investir...

Mais cela pose la question de la surcharge carburant, le fameux poste YQ de nos billets d'avion. Le gouvernement a indiqué en mai 2014 que si "elle est assimilée à tort à un prélèvement obligatoire, elle ne constitue pas une taxe, mais un élément du prix de revient du billet". Selon un professionnel de l'aérien, "YQ, c'est la rémunération des agents de voyage." Mais que ce soit chez Air Caraïbes ou Corsair, tant qu'Air France n'a pas donné le signal en baissant le premier le coût de la surcharge carburant, on ne bouge pas.

Une convention Corsair CTIG

Hilaire Brudey, président du CTIG, et Pascal Gardin, directeur commercial de Corsair, ont signé hier une convention de partenariat. Les deux parties s'engagent à agir ensemble pour favoriser toute opération de promotion de la destination Guadeloupe.

Un billet d'avion Orly-Grand-Bourg

Après les billets TGV'Air, voici les billets Navig'air. Ce nouveau concept a été annoncé mercredi 30 septembre à Top Résa par Marc Rochet, président du directoire d'Air Caraïbes. Il s'agit d'un billet d'avion permettant de partir d'Orly, d'être pris en charge à Pôle Caraïbes pour un transfert à la gare maritime de Pointe-à-Pitre et un embarquement sur l'Express des îles jusqu'à Grand-Bourg. Si l'on s'y prend à l'avance, le prolongement peut ne coûter qu'un euro !

 
 
Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 07:52

La fin du roaming définitivement adoptée

La Commission mixte paritaire qui s'est réunie hier matin à l'Assemblée nationale a entériné le texte de loi modernisant le droit en outre-mer. C'est lors de l'examen de ce texte que le député Lurel a fait voter, avec ses collègues Jalton et Carabin, fin juillet, un amendement supprimant les frais d'itinérance téléphonique ultramarine, le fameux roaming. Dès l’année prochaine, tous les surcoûts liés aux appels vocaux et aux SMS entre les outre-mer et l’Hexagone disparaîtra. L’ensemble des citoyens français, ultramarins comme hexagonaux, téléphoneront ainsi au même coût sur l’ensemble du territoire national.

Lurel a salué "le gouvernement et les parlementaires qui, face à l’activisme des lobbies de certains opérateurs, ont su tenir bon pour respecter l’engagement présidentiel visant à « un alignement progressif du prix des télécommunications entre les outre-mer et l’Hexagone ». "la pression exercée par les lobbystes d'Orange, illiad, etc a été assez terrible", a d'ailleurs témoigné un proche du dossier. Ca rappelle presque la guerre pour le prix des carburants avec feu le patron de Total, Christophe de Margerie.

FXG, à Paris

Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 06:54

Le Gouvernement rabote 70 millions d'euros d'exonération de charges aux entreprises

"On a fait des choix, pas seulement celui d'alléger les charges des entreprises, mais aussi de maintenir de quoi alimenter leur carnet de commandes." George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, a présenté hier le nouveau dispositif d'exonération de charges sociales tel que le prévoit le projet de loi de finances 2016 : "Il est préservé à 93 %." Autrement dit, Bercy a raboté 70 millions d'euros sur l'enveloppe des 1,150 milliard d'euros qui compensent ces exos près des caisses sociales. "Les économies que nous devions faire, a précisé George Pau-Langevin, qui étaient de l'ordre de 70 millions d'euros, on les a fait monter là-dessus." C'est dit cavalièrement, mais c'est ainsi pour l'heure : en 2016, les exonérations de charges sociales seront limitées aux entreprises de moins de onze salariés et seront recentrées sur les bas et les moyens salaires (jusqu'à 2,5 SMIC).

Ce dispositif a été jugé efficace sur les bas et moyens salaires, mais ne jouerait qu'un rôle marginal, selon GPL, à partir d'un niveau de salaire plus élevé quand l'entreprise embauche parce qu'elle recherche une compétence ou une technicité. "Quand quelqu'un est payé trois SMIC, a résumé GPL, ça veut dire que son emploi rend service à son entreprise et qu'il sera embauché quand même ; les charges doivent être payées en ce qui le concerne."

Les entreprises des secteurs exposés à la concurrence (tourisme, hôtellerie, agri-nutrition, recherche et développement et technologies de l'information) pour lesquelles le président Hollande a promis un équivalent CICE* à 12 % ne sont pas concernées par ce recentrage sur les bas et moyens salaires. "Pour obtenir un niveau équivalent, explique la ministre, nous avons maintenu les exonérations renforcées de charges sociales dans ces secteurs réservés."

Avec l'entrée en vigueur d'un CICE à 9 %, (contre 6 % dans l'Hexagone), les entreprises devraient voir encore maigrir leurs charges. Reste que pour faire des économies, Bercy a décidé de ne le faire entrer en vigueur qu'au 1er avril 2016. Outre-mer aussi ? "Nous sommes dans un cadre, a répondu GPL, et je pense que nous allons suivre le cadre général." Ca s'appelle un petit coup de rabot vite fait, pas vu pas pris.... Mais il y aura aussi des allègements de cotisations familiales. Sans doute aussi pas avant 1er avril...

La ministre estime pourtant avoir bien défendu son budget. "Mon cabinet s'est battu comme un chef !", a-t-elle déclaré avant de préciser que "de manière globale, le coût du travail en Outre-mer sera significativement plus léger. Nous avons calculé que ça représente 200 millions d'euros de plus pour les entreprises".

FXG, à Paris

*Crédit d'impôt compétitivité emploi

2,018 milliards pour la mission Outre-mer

En progression de 1 million par rapport à l'an dernier, l'enveloppe de la mission Outre-mer a été révélée hier en conseil des ministres. Ce sera 2,018 milliards d'euros répartis entre le programme "conditions de vie" avec 718 millions et le programme "emploi" avec 1,3 milliard.

Dans le premier programme, la ligne budgétaire unique qui finance le logement social est fixée à 247 millions d'euros et le crédit d'impôt est étendu pour la rénovation et réhabilitation du logement social.

Les crédits alloués aux contrats de plan Etat-Région et aux contrats de développement se montent à 160 millions. Les collectivités recevront 53 millions et le fonds exceptionnel d'investissement doté de 40 millions. La Guyane et Mayotte recevront 20 millions pour construire des écoles.

L'enveloppe de la continuité territoriale est en progression de 5,1 % à 35 millions d'euros. Elle est recentrée sur les personnes les plus démunies. Elle doit financer le rétablissement de l'aide aux familles endeuillées.

Dans le programme "emploi", le poste du SMA est à 57 millions, celui de la formation professionnelle (géré par LADOM) à 38 millions (contre 32 en 2015).

Enfin, si l'enveloppe des exonérations de charges a perdu 7 % par rapport à l'an dernier, l'aide de l'Etat en faveur de l'investissement (par la défiscalisation ou le crédit d'impôt) 800 millions de dépenses fiscales au profit des Outre-mer.

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 07:44
Réunion Top Résa

L'IRT salue la reprise de la fréquentation touristique

De bons chiffres pour la destination au premier semestre, l'annonce d'ouvertures de liaisons aériennes avec l'Allemagne et la Chine et la sécurisation de deux spots de surf ont été les principales annonces de l'IRT alors que s'ouvre à Paris le salon international du Tourisme, Top Résa.

"Nous pensons arriver à dépasser les 450 000 touristes." Patrick Serveaux, président de l'IRT, a présenté, lundi matin, les chiffres du tourisme réunionnais pour le premier semestre 2015. Hausse global de 9 %. En 2014, la Réunion avait accueilli 407 000 visiteurs, hors croisière. On reste en-dessous des chiffres de fréquentation de l'année 2011, qui reste une année hors norme...

En 2015, 84 % des touristes ne sont pas Réunionnais, 77 % sont métropolitains, Allemands ou Européens. 26 300 autres viennent de la zone (de Maurice, Mayotte et un peu moins de Madagascar), ceux-ci sont en hausse de 25 %. "Ce volume est encore faible", admet M. Serveaux qui compte beaucoup sur la dernière opération séduction de la Réunion à Maurice. "Le marché de Maurice n'est pas à négliger, insiste-t-il,, car une classe moyenne émerge."

25 % des touristes à la Réunion ont visité une autre île de l'océan Indien. 18,5 % combinent Réunion et Maurice. 150 000 Réunionnais sont allés à Maurice.

La croisière devrait voir son activité s'accroître d'ici 2017. Une convention est signée ce mardi à Paris entre Costa Croisières, la Région et l'IRT pour doubler le nombre de navire qui viendront toucher la Réunion cette saison.

Les touristes d'agrément sont en augmentation de 5 %, ceux d'affaires de 23 % et les affinitaires restent stables.. La fréquentation des hôtels classés a connu une embellie de 9 %, la durée moyenne du séjour est de 17 jours et les dépenses par touriste et par jour sont en hausse.

Avec 3000 chambres classées, la Réunion a renoué avec son niveau de 2006, avant la crise du chik. "Mais pour être vraiment visibles, nous avons besoin de 5000, voire 10 000 chambres classées", a fait observer, le patron du syndicat de l'hôtellerie, Philippe Doki-Thonon. Il s'est empressé d'annoncer à la presse professionnelle la création de 80 villas de luxe à Saint-Pierre, 1000 lits Pierre & Vacances à Saint-Gilles et un appel à projet pour un éco-lodge au volcan : 50 à 60 chambres de 4 ou 5 *, opérationnel d'ici quatre ans... Des projets européens, avec de "grandes marques", devraient être lancés dans ce même délai.

Selon Patrick Serveaux, le regain d'intérêt de la Réunion est dû, "outre, la découverte de l'aile d'avion de la Malaysia Airlines", aux Jeux des îles qui ont eu lieu en août, aux deux éruptions volcaniques, à une campagne de vols à 650 euros... Et ce malgré un début d'année extrêmement pluvieux. A noter encore que la crise requin avait amené à une chute de l'activité plongée sous-marine de 40 % en 2011. Cette année, le président du syndicat de la plongée sous-marine assure qu'au cours de ce premier semestre, "l'activité est repartie à la hausse !"

"La Réunion, a déclaré Patrick Serveaux, ce n'est ni Ibiza, ni Maurice, ni les Seychelles, mais gardons l'objectif d'atteindre les 600 000 touristes en 2020."

FXG, à Paris

Priorité à la Chine

Philippe Doki-Thonon a révélé qu'air Austral allait ouvrir une liaison aérienne directe avec Canton. Avec ce vol, l'IRT espère atteindre le nombre de 2000 visiteurs chinois en 2016, puis 10 000 en 2017. Ils n'étaient encore que 310 en 2014 et déjà 809 au premier semestre de cette année. Philippe Doki-Thonon a salué le dynamisme de la communauté chinoise de la Réunion : "Les Chinois aiment travailler avec des Chinois !"

La liaison Saint-Denis - Chennai renforcée

Air Austral va mettre en service en 2016 un Boeing 787 sur sa ligne directe vers l'aéroport de Chennai en Inde.

Une liaison directe avec l'Allemagne

Patrick Serveaux a annoncé l'ouverture d'une liaison aérienne directe avec une grande ville d'Allemagne. Il resterait à caler la continuité de cette liaison avec Maurice. Pour l'heure Air Austral assure une liaison avec le hub de Roissy qui ouvre 41 destinations européennes avec un seul billet d'avion.

Deux spots de surf sécurisés

A partir de la fin du mos d'octobre deux spots de surf seront sécurisés. Il s'agit des sites de Boucan-Canot à Saint-Paul et de Roches Noires à Saint-Gilles.

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 07:00

Une nouvelle année de bonheur pour le CTIG

Si la saison 2014 avait été à l'image de celle de 2013, très bonne avec 487 000 touristes de séjour et 320 000 croisiéristes, la fréquentation touristique de l'archipel, de janvier à août 2015, affiche d'ores et déjà une augmentation de 1,7 %. La clientèle nord-américaine progresse de 5 %, celle d'Europe de 4 % et celle de la Caraïbe de 5 %. Hier, à l'ouverture de Top Résa, salon international du tourisme qui se tient à Paris, l'équipe du comité du tourisme des îles de Guadeloupe (CTIG) a présenté ses chiffres et la saison à venir.

Quelque 900 000 passagers long courrier devraient avoir emprunté l'aéroport Pole Caraïbes à la fin 2015. L'offre de sièges dans les avions a été renforcée (voir encadré). Les réservations pour ce mois de décembre sont en hausse de 13 % par rapport à décembre 2014, en janvier, c'est 26 %, en février 3 %, en mars 77% et en avril 15 %. "La saison 2015-2016, a déclaré le président du comité du tourisme des îles de Guadeloupe, Hilaire Brudey, risque de marquer un tournant après les belles évolutions des années précédentes."

Pour accompagner cette progression, le CTIG continue de miser sa communication sur l'archipel. Cette fois, ce ne sera plus le spot avec "cinq îles en elles", mais cinq spots, un pour chaque île. "Il y a de la vitalité en elles !" La campagne TV sera du 9 au 22 octobre, puis du 6 au 16 novembre et enfin du 6 au 19 décembre. Il mise aussi sur le renouvellement de l'offre touristique : le Mémorial ACTe, la réouverture de Ravine chaude à Sainte-Rose, celle du Karibéa beatch resort (pour lequel la SEM patrimoniale a investi 3 millions d'euros), la rénovation des chambres de la Créole beatch, le Karukéra land de Joël Beauchamp à Sainte-Anne, les lodges flottants de Philippe Chevallier à Saint-François et aux Saintes et même un guide de 79 restaurants traditionnels.

FXG, à Paris

Typologie du touriste

64 % des touristes viennent en vacances, 17 % pour affaires et les 19 % autres sont les affinitaires (ils étaient 25 % l'an passé mais leur chiffre est stable). Les gens viennent chez nous pour le balnéaire (31 %), pour les paysages (27 %) et pour la culture (18 %). Ils restent en moyenne dix-huit jours pendant la haute saison et onze jours pendant les fêtes de fin d'année. Et si 60 % d'entre eux prennent leurs quartiers sur la Riviéra, 19 % vont dans le nord Basse-Terre et 14 % dans le sud Basse-Terre. Le budget moyen dépensé par touriste en un séjour est de 1179 euros hors billet d'avion. Le taux de satisfaction est de 97 % contre 92 % il y a quatre ans. 86 % assurent qu'ils reviendront.

Fermeture d'un hôtel qui marche au profit de la sylver economy

Le Golfe village est un petit domaine hôtelier de 3,7 hectares à Saint-François et 92 chambres dont la mise aux normes est en cours pour retrouver trois étoiles perdues. Depuis cinq ans, son propriétaire, la SA Golfe village, l'a mis en vente. Pas d'acquéreur, trop cher... Mais récemment, la SCI Golfe Santé Séniors, représentée par Catherine Verdol a obtenu de la mairie de Saint-François un permis de construire pour en faire un établissement d'accueil de personnes âgées dépendantes (Epad). Yves Brossard (photo) qui est sous-traitant pour l'exploitation de cet hôtel a alerté les autorité régionales et gouvernementales pour regretter la chose : "Un hôtel qui a 200 000 euros de trésorerie, en très bonne santé financière..." Il estime qu'alors que tous s'unissent pour proclamer le tourisme prioritaire, que la commune avait le pouvoir de refuser le changement de destination de l'hôtel. 25 salariés et sous-traitants vont devoir trouver un autre travail. "Cela pose la question des réserves foncières pour le tourisme, insiste M. Brossard. Pourquoi ne pas reprendre le Manganaho plutôt qu'un hôtel qui fonctionne ?" Certains lui opposent déjà que la Sylver économie dans nos sociétés antillaises vieillissantes est aussi un secteur d'avenir.

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:57

Che Guevara par Alain Foix

Encore un livre sur le Che, c'est une commande de Gallimard pour sa collection Folio Biographies à l'auteur guadeloupéen Alain Foix. Celui-ci a déjà publié dans cette collection un fort bon Toussaint Louverture.

Le sujet du Che a tellement été brassé qu'il semblait risqué. Alain Foix s'y colle et avec bonheur. Rapidement, il vient rappeler qu'Ernesto Guevara descend directement par son père du juge virginien Charles Lynch de sinistre mémoire... Et que c'est Ernesto Guevara qui, au lendemain de la prise du pouvoir par Castro, eût la charge de signer les centaines d'ordres d'exécution capitale. Manière d'éviter ainsi toute complaisance avec une icone qu'il nous révèle asthmatique, infidèle et auteur de "vers de mirliton". Mais on sent l'empathie qu'Alain Foix ressent pour cet homme que Fidel Castro a rendu par décret "cubain de naissance". Par tropisme naturel, Alain Foix, neveu de Gerty Archimède, révèle dans cet ouvrage ce que la Caraïbe et ses hommes ont apporté dans la construction du Che. Ainsi, il relate longuement ses relations avec l'Haïtien René Depestre, chargé alors d'ouvrir un foyer de guérilla à Saint-Domingue et monter une opération commando pour prendre le pouvoir à Port-au-Prince. L"opération sera un désastre, mais Depestre resté à Cuba y demeurera dix-neuf ans, d'abord auprès du Che. "René perçut immédiatement ce qu'il voyait rarement dans les yeux d'un blanc : il ne le regardait pas comme un noir. René, en retour, n'avait pas l'impression d'avoir un blanc en face de lui." Guevara a été séduit par un article de Depestre sur la révolution cubaine. Le nom de Toussaint Louverture est prononcé. Le Che précise : "Il avait compris qu'une révolution s'accomplit par la possession et la gestion de la terre." Guevara comme Toussaint rêvait de réunir Haïti et Saint-Domingue.

Depestre et le Che ont lu aussi la lettre de Césaire à Maurice Thorez, annonçant avec fracas sa démission du parti communiste français. "L'heure de nous-même a sonné..." "Mais comment faire exister ce nous-mêmes entre le paternalisme colonial de l'Amérique du nord et le fraternalisme de l'URSS..."

L'autre apport de René Depestre, c'est l'Afrique. "Depestre lui donné chair et vie alors qu'elle n'était qu'une abstraction (pour le Che) comme les Indiens de la Cordillère des Andes avant qu'il ne les rencontre (...) Nul doute que cette découverte de l'Afrique et de ses descendants caribéens pèsera plus tard dans sa décision d'impulser au Congo une tentative de soulèvement." A la conférence tricontinentale de la Havane en 1966, Che Guevara adresse un message pour allumer des foyers insurrectionnels dans la Caraïbe, "des dizaines de Vietnam". Alain Foix explique ainsi l'attitude du pouvoir français en Guadeloupe après l'émeute du 26 mai 1967 : "Un complot castriste antifrançais." "L'histoire, écrit l'auteur, démontre que ce ne fut pas le cas (...) Mais les Caraïbes et notamment la Guadeloupe étaient des foyers insurrectionnels possibles, en accord avec l'idée d'une véritable alliance anti-impérialiste avec Cuba." Il ajoute que depuis Victor Hugues, les Cubains ont toujours été attentifs à l'histoire révolutionnaire de la Guadeloupe...

Ce n'est pas aux Antilles en mai 67, mais en Bolivie en octobre suivant que Che Guevara va rencontrer la trahison et trouver la mort. L'ouvrage puise beaucoup à sa fin dans son journal bolivien pour parachever "la légende dorée du Che".

FXG, à Paris

Che Guevara, Alain Foix, Folio Biographies

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:39

La Guyane élargit son offre touristique

Surprise hier après midi sur le stand de la Guyane au salon international du tourisme qui se tient à Paris et plus connu sous le nom de Top Résa : le ministre du commerce extérieur, Matthias Fekl est venu saluer Joby Liénafa, le président du Comité guyanais du tourisme sur un stand très remarqué grâce à une végétation luxuriante ! Trente ans que la Guyane est présente sans discontinuer à top Résa, rappelle Sonia Cippe du CTG à Paris. Cette fois, ils se sont fait accompagner par des professionnels guyanais comme le patron du Royal Amazonia, celui de JAL Voyages (un habitué) ou les dirigeants de l'office du tourisme de Saint-Laurent du Maroni. Ce dernier détient une licence d'agent de voyage et crée des produits.

Ainsi, il propose à top Résa ses deux circuits nocturnes et sonores au camp de la transportation. Un tour operateur, Marietton, est venu les voir. "Ils sont intéressés par notre destination car nous ne sommes pas connus et que c'est nouveau", reporte Sonia Cippe. Au CTG, on est conscient qu'il va falloir encore beaucoup travailler les contenus de l'offre, mais il y a chaque année, de nouvelles choses à proposer. Ainsi un nouvel hôtel de charme, L'oiseau de paradis, à Sinnamary, a été ouvert en plus de l'hôtel du Fleuve. "Cette ville est en train de devenir une véritable étape de découverte en plus de l'étape gastronomique qu'elle était déjà, poursuit Me Cippe." Sinnamary propose en outre le "chemin des savanes", un parcours automobile et pédestre an tan lontan. A Macouria, il faut voir le jardin botanique et, à Kaw, la maison de la nature a réouvert. Côté modernité, le parc amazonien a mis au point une application qui indique les itinéraires sur les sentiers qui ont été réhabilités à Saül. "On reste connecté en forêt !"

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents