Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:31

Morano crée la polémique avec la couleur de la France

Sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", samedi sur France 2, l'eurodéputée LR Nadine Morano a déclaré que " Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères (...) J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane." Une chroniqueuse de l’émission, Léa Salamé, lui a demandé : "Et les Antilles sont comment au niveau de la race blanche ? Les Antillais qui écoutent l’émission ce soir et qui se disent qu’ils ne sont pas tellement blanc..."

"Ils ne sont pas Blancs, a-t-elle répondu, mais ça n'empêche pas qu'ils sont français puisqu'ils appartiennent aux territoires d'outre-mer. La France est un pays à majorité de race blanche, judéo-chrétien et qui, dans son ouverture universelle, c'est sa grandeur (...) a accueilli des personnes venant d'autres pays."

Les réactions n'ont pas tardé. La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin s'est exprimée hier sur sa page facebook : "On peut, en toute logique, s'insurger contre les propos de Nadine Morano qui comme François Fillon procède à une opposition primaire entre Français et immigrés, voire entre Français et étrangers tout juste arrivés en France. Ils ignorent que depuis des années la France a une population plurielle et métissée. Dans ce type de débat, plus de 3 millions de personnes se sentent régulièrement reniées. Elles ont pourtant toujours été au rendez-vous quand il s'est agi de défendre leur pays en période de guerre ou de paix. Il est temps de réaliser la complexité de sujets trop souvent perçus comme primaires."

Autre réaction, celle du Conseil représentatif des Français d'Outre-mer (CReFOM). Son président Patrick karam condamne "un dérapage qui confond nation, pays et race". Il ajoute : " Les propos de Madame Morano constituent une offense à la France, à son histoire et à son identité." Lui aussi rappelle à l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy "qu'un tiers des Français est d'origine étrangère "et qu'elle "oublie tout l'apport successif de populations étrangères à la construction de la nation et à la défense du pays". L'ancien délégué à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer conclut : "Prenons garde à ne pas diviser les Français suivant leur couleur. Et l'outre-mer qui est un formidable laboratoire de vivre-ensemble est un exemple et un modèle, dont devrait s'inspirer Madame Morano." La sortie de Nadine Morano est d'autant plus surprenante qu'elle a beaucoup fréquenté le ministère de l'Outre-mer lorsque son titulaire était un secrétaire d'Etat nommé Christian Estrosi.

FXG, à Paris

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:56
Le stand de la Martinique à Top Résa

Le stand de la Martinique à Top Résa

Bons chiffres et nouvelle image pour la Martinique à Top Résa

Le Comité martiniquais du Tourisme a profité de l'ouverture du salon international du tourisme, Top Résa à Paris pour présenter sa nouvelle image et les chiffres de sa fréquentation.

Adieu "l'île aux fleurs" ou le "J'aime la Martinique", désormais, ce sera "la Martinique vous aime", avec un grand M. "Notre image était trop lisse, trop neutre", assure Karine Roy-Camille, présidente du CMT. Alors depuis près d'un an, ils ont mis en place une stratégie et redéfini cette identité de marque. Désormais la Martinique est "authentique, pétillante, chaleureuse, surprenante, envoutante et sûre". Il s'agit de miser sur les hommes et les femmes avec une promesse : "l'île aux rencontres inattendues".

Le CMT a pris un peu de retard sur cette identité de marque par rapport à ses voisins caribéens et la fréquentation de a destination Martinique en a souffert comparés au boum qu'a connu la Guadeloupe..

Depuis deux ans, les chiffres étaient moroses, mis à part ceux de la croisière (l'objectif de 320 000 croisiéristes en 2020 sera dépassé sur la saison qui vient). Karine Roy-Camille reconnaît qu'il y a des gains à faire avec le tourisme de séjour, notamment dans le tourisme d'affaires qui a fait venir 39 000 personnes en 2014. Le Martinique Convention tourisme a pour but d'aller en chercher de nouveaux et que la part du tourisme d'affaires passe à 12 % du total. En 2014, il y a 718 842 touristes (+11,1 %) dont 177 700 croisiéristes (+71%), 34 300 plaisanciers (+0,8%) et 490 000 touristes de séjour (+0,1 %).

ndLa haute saison de novembre 2014- avril 2015 a accueilli 550 000 touristes (+ 20%). Au premier semestre 2015, ce chiffre atteint 450 000 (+ 9,7% dont 263 500 touristes de séjour (- 2,1 %). Quant à la saison qui arrive, le CMT assure un taux de réservation en hausse de 11 %.

"Tous les voyants sont en vert, affirme Mme Roy-Camille, et et nous achevons notre schéma directeur hôtelier qui va permettre aux établissements qui n'ont pas été rénovés de l'être." L'ensemble des actions, les crédits de restauration des hôtels, l'attractivité, le désenclavement, la qualité de l'accueil doivent contribuer selon le président de la Région, Serge Létchimy à "une augmentation systématique de l'ordre de 3 à 5 % chaque année et là, on va atteindre 10 à 11 %."

Les enjeux sont lourds : le tourisme a rapporté un peu moins de 300 millions d'euros en 2014. Il devra en rapporter 624 en 2020.

FXG, à Paris

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 07:58

Les CIMM des fonctionnaires ultramarins s'invitent dans le débat parlementaire

Un amendement du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, proposé par Ericka Bareigts, cosigné par Monique Orphé, Ibrahim Aboubacar, Éric Jalton, Serge Letchimy, Gabrielle Louis-Carabin, Victorin Lurel et Napole Polutélé, doit être examiné jeudi 1er octobre en commission des lois et soumis dès hier aux organisations syndicales, notamment à la Réunion, devant l’intersyndicale (Solidaire, CGTR, CFDT, FSU, CGTR, l’UNSA).

Cet amendement vise à obtenir dans le projet de loi déontologie, droits et obligations des fonctionnaires, porté par la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu, un article additionnel à la loi du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État. Il donne "la priorité aux fonctionnaires justifiant, de centres d’intérêts matériels et moraux (CIMM) dans un des territoires régis par les article 73 et 74 de la Constitution". C'est donc un droit opposable que cet amendement propose de donner aux fonctionnaires de l’Etat, un droit opposable à ce que leurs CIMM soient pris en compte dans leurs demandes de mutations vers les départements d’outre-mer. Les CIMM mesurent l’attachement à un territoire, attachement qui se construit au fil du temps et qui n’est pas nécessairement reconnu aux seuls originaires. Ils sont une notion juridique déjà éprouvée puisqu’un arrêt du Conseil d’Etat de 1981 en précisait déjà les critères. De plus la Haute autorité pour la lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE), dans une délibération de 2011, suggérait de substituer à la notion "d’originaires" des DOM, celle des CIMM puisqu’elle ne constituait pas à son sens une discrimination.

Cette disposition devrait être applicable dix-huit mois suivant la publication de la loi Lebranchu, un délai qui devrait permettre au gouvernement d'achever le travail de définition du contenu des CIMM, travail nécessaire pour lui donner une base légale suffisante, assurer l’absence de discrimination entre les différents corps et créer un dispositif clair, accessible et complet. La définition des CIMM serait faite par décrets en Conseil d’Etat, pour en assurer la solidité juridique. Ces décrets pourraient le cas échéant prévoir des conditions différentes selon les territoires lorsque cela se justifierait.

FXG, à Paris

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 06:01
Bernard de Gouttes, George Pau-Langevin et Cecile Pozzo di Borgo, rue Oudinot, vendredi 25 septembre

Bernard de Gouttes, George Pau-Langevin et Cecile Pozzo di Borgo, rue Oudinot, vendredi 25 septembre

La collectivité territoriale des TAAF a 60 ans

Ils étaient sept anciens administrateurs supérieurs des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) rassemblés vendredi rue Oudinot à Paris pour les 60 ans de cette Collectivité d'outre-mer. Parmi eux une ancienne ministre, Brigitte Girardin, en poste de 1998 à 2000, un ancien directeur de cabinet de Marie-Luce Penchard, Pascal Bollot (2012-2014) ou encore celui qui a procédé à la décentralisation du siège des TAAF à la Réunion, le Martiniquais Pierre Lise (1996-1998). Le plus ancien des présents, Bernard de Gouttes, a été invité à évoquer les années 1990-1991 : la création de l'institut polaire avec Paul-Emile Victor et... la grève des dockers à Marseille. "J'avais demandé au maire de Marseille de m'aider à faire partir nuitamment et discrètement le Marion-Dufresne pour la Réunion..." Et, bien sûr, se trouvait aux côtés de la ministre Pau-Langevin, hôte des lieux, l'actuelle occupante du poste, Cécile Pozzo di Borgo.

Tous ces administrateurs sont surnommés dans l'argot de la préfectorale des "préfets pingouins". On devrait d'ailleurs dire des "préfets manchots" puisque leurs fonctions s'exercent exclusivement dans l'hémisphère sud où l'on ne rencontre pas de pingouins, ni dans les archipels de Crozet, des Kerguelen, des îles Saint-Paul et Amsterdam, la terre Adélie au sein du continent antarctique, encore moins aux îles Eparses (Europa, Glorieuses, Juan de Nova, Bassas de India et Tromelin) qui ont rejoint les TAAF en 2007. C'est une ZEE d'un intérêt majeur avec ses de 2,3 millions de km2, Elle accueille 225 chercheurs chaque année autour de 60 projets scientifiques.

A l'occasion de ce soixantenaire, une enveloppe premier jour avec un nouveau timbre dédié a été émise vendredi, un privilège des TAAF depuis 1955.

FXG, à Paris

Interview

Irène Frain, auteur du roman historique "Les naufragés de l'île Tromelin" (Michel Lafon, 2009)

"Tromelin est profondément inhumaine"

Que signifie votre présence à cet anniversaire des TAAF ?

Les livres que j'ai écrits sont pour moi une question de fidélité à une aventure. J'ai pu grâce à l'administration des TAAF me rendre sur l'île de Tromelin afin d'essayer de comprendre ce qui s'était passé là-bas à partir d'août 1761, jour du naufrage de leur flûte par une nuit sans lune. Pour un écrivain qui enquête, la confrontation des lieux permet de connaître les humains. Les humains dans leurs émotions sont toujours le fruit des lieux. En l'occurrence ceux qui m'ont intéressé n'avaient pas choisi ce lieu. Cette île a révélé en eux ceux qu'ils avaient de profondément humain, notamment chez les blancs, puisqu'ils ont compris au bout de 57 jours qu'ils allaient devoir laisser les esclaves derrière eux, esclaves qui avaient contribué à la construction de l'esquif qui leur a permis de se sauver.... ils ont découvert à travers ces événements que tous les hommes sont égaux quelle que soit leur couleur de peau.

Voir cette île vous a permis de comprendre tout cela ?

Elle l'a permis parce qu'elle est profondément inhumaine sous ses airs de carte postale de club Med. Elle leur a révélé ce qu'il y avait de pire, mais aussi ce qu'il y avait de meilleurs, c'est-à-dire pulvériser le sentiment d'inégalité qui, à l'époque, était universellement partagé.

Les fouilles archéologiques qui ont été conduites là-bas vous ont-elles apporté beaucoup ?

L'essentiel des fouilles avaient déjà eu lieu et ce qui a été découvert ensuite est resté peu signifiant. J'ai pu étudier ces vestiges et nourrir le texte de recherches historiques. Si le naufrage a été vraiment bien investigué, encore fallait-il bien déterminer les différents intervenants dans le sauvetage, les comprendre pour reconstituer les 57 jours sur l'île. D'emblée, j'avais décidé de ne pas reconstituer la suite faute d'éléments qui permettent de dire ce qu'ont été ces quinze années pour ceux qui sont restés et qui ont suvécu... Nous n'avons que des éléments sommaires et chiffrés et toutes les interprétations sur les habitats des esclaves demeurent en grande partie hasardeuse.

Qu'avez-vous pensé de l'accord que la France a passé avec Maurice en 2010 pour cogérer ce patrimoine de Tromelin ?

Etrange... Je n'ai pas compris. Personne n'y a compris grand chose parce que les seuls qui pourraient revendiquer quelque chose, ce sont les Malgaches ! Pourquoi ont-ils été exclus ? Je n'ai pas compris...

Propos recueillis par FXG, à Paris

L'histoire de Tromelin

Cerné par les déferlantes, harcelé par l'ouragan, le navire français l'Utile, fait naufrage à Tromelin, un îlot désert des îles Eparses de l'océan Indien, L'Utile transporte une cargaison clandestine d'esclaves. Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir. Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir...

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 07:19

L'Autorité de l'environnement s'inquiète d'un risque de submersion marine avec le changement climatique

L’Autorité environnementale (Ae) s’est réunie le mercredi 23 septembre 2015 pour délibérer sur le projet stratégique 2014-2018 du grand port maritime de la Guadeloupe.

Les principales actions comportant des travaux significatifs envisagées dans ce projet stratégique sont déjà réalisées ou en cours de travaux, à l’instar des travaux en cours de réalisation sur le site de Jarry à Baie-Mahault – l’un des 5 sites du GPMG – réalisés dans le cadre de la phase 1 du « grand projet de port » du GPMG, qui présentent des enjeux forts en termes de dragages et de clapages. Ceci réduit donc très sensiblement la portée du projet stratégique sur la période 2014-2018.

L'Ae recommande au GPM de préciser sa stratégie sur deux volets (risque de submersion marine, notamment dans un contexte de changement climatique, et coordination entre les grands ports maritimes de la Guadeloupe et de la Martinique).

L’Ae a par ailleurs émis des recommandations sur les points relatifs à l’articulation du projet stratégique avec d’autres plans et programmes (SAR de la Guadeloupe, documents d’urbanisme de Baie-Mahault), à la gestion de l’alimentation en eau potable, des eaux résiduaires et des déchets générés par les activités portuaires et des dépôts sauvages à proximité et à la présentation des impacts du projet stratégique sur les espaces naturels identifiés, notamment ceux de la mangrove du Morne à Savon à Jarry, et des mesures les concernant (restauration, gestion ou mise en valeur des espaces naturels).

 

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 06:56
Josette Manin, George Pau-Langevin, Fleur Pellerin et Hassane Kassi Kouyaté, jeudi au ministère de la Culture

Josette Manin, George Pau-Langevin, Fleur Pellerin et Hassane Kassi Kouyaté, jeudi au ministère de la Culture

L'Atrium devient Tropiques Atrium, Scène nationale

Josette Manin, présidente du département de la Martinique, Fleur Pellerin, ministre de la Culture, et Hassane Kassi Kouyaté ont signé jeudi à Paris la convention transformant l'établissement public de coopération culturelle de l'Atrium en Scène nationale.

Depuis jeudi, la France compte une 71e Scène nationale avec le Tropiques Atrium de Fort-de-France. La convention liant l'Atrium, le département et le ministère de la Culture a été signée hier à Paris par la ministre Fleur Pellerin, la présidente du conseil départemental, Josette Manin, et le comédien et metteur en scène burkinabé, Hassane Kassi Kouyaté, directeur de la nouvelle Scène nationale, en présence de la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin. La réception devait se faire en Martinique, mais Fleur Pellerin n'a pu faire le déplacement. Elle a promis sa visite pour plus tard. Dans le salon de réception du ministère de la Culture, quelques personnalités du monde artistique ultramarin étaient présentes, tels Gerty Danbury, Daniel Maximin, Chantal Loïal ou Luc Saint-Eloy.

Cette signature a quasiment revêtu pour Hassane Kassi Kouyaté valeur de sacre. Il y a un an lorsqu'il a été nommé à la tête de l'établissement public de coopération culturel de l'Atrium, il avait une mission : retrouver le label Scène national perdu il y a quelques années. Le département y a mis de gros moyens puisqu'il verse chaque année à la Scène 3 millions d'euros. Le "Tropiques" qui s'est rajouté à l'Atrium est une référence à la revue fondée par Césaire et Ménil pendant la guerre. Cette "re-labellisation" est une vraie rareté a fait savoir Mme Pellerin. Elle permet surtout à la scène martiniquaise de rejoindre le réseau des 71 Scènes nationales de France Celle de Martinique est la seconde créée en outre-mer après celle de l'Artchipel en Guadeloupe, il y a déjà de nombreuses années.

"Les missions et la place de Tropiques Atrium sont renforcés", s'est félicité GPL. Elle voit l'art et la culture comme des pôles majeurs de l'éducation.

Une première saison prometteuse

La Scène nationale accueillera des artistes d'outre-mer, des résidences, s'occupera de promotion, de diffusion, de création... Elle aura a pour mission de faire émerger une génération future de créateurs martiniquais et caribéens. "Ce nouveau lieu, a encore dit Mme Pellerin,  doit jouer un rôle d'exemplarité, d'entraînement de la créativité, faire connaître les expressions artistiques martiniquaises et les mouvements de l'extérieur." Elle n'a pas hésité à parler d'une créolisation artistique en référence à Edouard Glissant dont elle vient de classer les archives trésor national.

La première saison commence dès la semaine prochaine par la présentation des programmes, le 28 septembre. Trois trimestres, trois axes : La création féminine caribéenne pour rendre hommage à Suzanne Césaire dont c'est le centenaire de la naissance (la création "Suzanne Césaire – Fontaine Solaire de Daniel Maximin", sera donnée en décembre), les écritures contemporaines (Bobo 1er, roi de personne de Frantz Succab en mars) et les classiques revisités (.Amphitryon par Guy-Pierre Couleau en avril)  On annonce aussi le musicien Christophe Chassol, le comédien Philippe Caubère et encore "L'orchidée violet", un monologue de Bernard Lagier adapté par Hassane Kassi Kouyaté...

Tropiques Atrium accueillera en outre de nombreux événements : le Martinique Jazz festival avec Didier Lockwood en novembre, la biennale de la danse avec la compagnie Alvin Alley, des rencontres cinématographiques, un festival de piano autour de Cheikh Tidiane Seck. Il sera aussi hors les murs et va s'occuper dès le mois prochain de former des médiateurs culturels.

FXG, à Paris

GPL Plaide pour la nomination d'un Ultramarin à la tête d'une Scène nationale

George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, a profité de la cérémonie de signature de la convention faisant de l'EPCC Tropiques Atrium une Scène nationale, pour interpeller sa collègue fleur Pellerin : "Voir un Ultramarin nommé à la tête d'une quelque 70 Scènes nationales dans l'Hexagone., serait un exemple de la diversité dans notre pays. Il ouvrirait de nouveaux imaginaires et enrichirait la création culturelle." Fleur Pellerin n'a pas réagi à cet appel qui doit enchanter bien des oreilles de créateurs...

Trois questions à Daniel Carcel, directeur de l'agence de diffusion et de promotion culturelles des Outre-mer.

"Des projets qui, enfin, ne seront pas construits avec des budgets ridicules"

Que peut représenter pour les artistes martiniquais et ultramarins une telle labellisation ?

C'est une reconnaissance pour la dynamique du territoire de la Martinique, mais aussi pour tous les Outre-mer. L'Etat reconnaît que nos territoires peuvent aussi disposer d'une dynamique culturelle forte et qui rayonne vers le monde entier. La Martinique a des choses à dire au monde.

En quoi intégrer ce réseau des 71 Scènes nationales est-il un avantage ?

Avec Tropiques Atrium, qui est maintenant bien opérationnel, on va pouvoir faire circuler des productions qui partiront de la Martinique dans l'ensemble du réseau des Scènes nationales de France et de Navarre ! Et ça va dans les deux sens. Une Scène nationale est aussi un outil pour apporter en Martinique d'autres regards, d'autres points de vue que ceux qui sont juste issu de la Martinique et enrichir de ces rencontres la création et l'ouverture au monde.

Cette convention participe-t-elle de votre travail de mise en réseaux ?

Pour l'agence de promotion et de diffusion culturelles des Outre-mer, c'est très important d'avoir une deuxième Scène nationale. Ca va permettre de construire un réseau avec des moyens pour produire, aider des artistes qui s'engagent dans des projets de production qui, enfin, ne seront pas construits avec des budgets ridicules, qu'ils puissent vivre un peu de leur art !

Propos recueillis par FXG, à Paris

 
Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 05:51
Danican attend Hollande à Time square

Franck Danican attend Hollande à New York pour son fashion show

"Les robes pour les hommes et les femmes en short... Attention, c est chaud la haute couture cette année." Franck Danican, le styliste mornalien de New York, présente sa nouvelle collection ce samedi à Time Square sur une scène nommée "Best of France". Volontiers provocateur, Danican est en quête permanente du chic et du glamour. Pour ses quinze modèles féminins et ses cinq modèles masculins, il a choisi de travailler la dentelle, le "plissé soleil", le cuir, les cordons et les plumes d'autruche. "C'est un travail monstre, fait entièrement à la main.... Les cordons m'ont demandé beaucoup de travail."

Pour révéler la richesse des vêtements et la beauté de la femme antillaise, il a mêlé les cordons, la dentelle créole et les plumes d'autruche. "J'ai pensé à la femme antillaise chic et glamour, et beaucoup écouté la musique de Joëlle Ursull qui m'a inspiré ce mélange de cordons." La musique d'accompagnement du fashion show sera d'ailleurs "Ursull black french" mélangée à du groka et des sifflements d'oiseaux. "Mwen ké spéré Fabius, président Hollande et Michele Obama ké aimé ça !"

Franck Danican attends 500 000 personnes et également un invité de marque. "Le president Hollande sera là, assure-t-il, et Michele Obama stresse et contrôle à mort !" Le président français, François Hollande, doit effectivement se rendre ce 26 septembre à New York pour les 70 ans de l'ONU. S'il vient au défilé, Franck Danican lui offrira un de ses modèles, une robe pour homme.

FXG

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 05:18

Logement outre-mer : des chiffres en baisse

Le ministère de l'Ecologie a publié ses observations et statistiques sur la construction de logement en France en 2015. Dans les quatre DROM, le nombre d'ensemble de logements autorisés s'est élevé en 2015 à 14 200 dont 7 700 individuels, soit une baisse de plus de 20 % sur douze mois, le taux le plus élevés, pas même rattrapé par les 19,8 % de baisse en Champagne Ardennes et Limousin. Le nombre de logements commencés s'est élevé à 14 400 dont 6 100 individuels. Là, la chute est bien moindre puisqu'elle est à -0, 7%. Globalement, le nombre de logements autorisés en France entière ces douze derniers mois s'élevaient à 361 900, soit une baisse de 6 %, le nombre de logements commencés était de 345 000, en baisse de 4,1 %.

FXG, à Paris

Repost 0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 07:49

Aide au voyage pour les Martiniquais exilés

Le conseil régional de la Martinique a décidé d'aider au retour au pays les personnes nées en Martinique et dont les revenus trop modestes ne permettent pas de payer un billet. "Cela permettra à beaucoup de nos compatriotes résidant en France de garder vivace le lien avec leur pays, leur famille et leur culture", indique le compte-rendu de la réunion plénière. Les élus ont adopté une hausse de l’aide régionale à la continuité territoriale. En partenariat avec LADOM, cette aide favorise la mobilité des personnes à faibles revenus. La Collectivité a passé le montant de l'aide simple à 80 € au lieu de 40 € et l'aide majorée à 120 € au lieu de 80 €.

FXG, à Paris

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 07:34

Le Lamentin pourrait indemniser Total Caraïbes pour un permis de construire retiré

7 mars 2007, le maire du Lamentin attribue un permis de construire à Total Caraïbes pour une station service. Des travaux sont engagés, mais en décembre 2008, le maire retire le permis. Total Caraïbes adresse au maire un recours gracieux contre la décision mais n'en conteste pas la légalité devant le juge de l'excès de pouvoir. Total Caraïbes attend le 11 mars 2009 pour intenter une action indemnitaire en invoquant l'illégalité du retrait. Jusqu'alors, le tribunal administratif puis la cour administrative d'appel de Bordeaux ont donné raison à la mairie, estimant que Total ne s'était pas donné les moyens d'agir. En Conseil d'Etat, les juges en ont décidé autrement lundi 21 septembre : "L'absence de recours contre ce retrait de permis ne peut avoir pour effet de rendre indirects les liens de causalité entre les préjudices allégués et l'illégalité fautive." La cour administrative d'appel de Bordeaux devra donc rejuger la demande d'indemnisation du pétrolier.

FXG, à Paris

Repost 0

Articles Récents